Version classiqueVersion mobile

L'esclavage dans l'Inde ancienne d'après les textes palis et sanskrits

 | 
Dev Raj

Chapitre II. Les études sur l’esclavage dans l’Inde

Texte intégral

Section 1 — jusqu’à la fin du XIXe siècle

  • 1 De l’Esprit des Lois, Paris, 1869, liv. xiv, ch. xv, p. 218.
  • 2 Histoire philosophique...des Etablissements des Européens dans les deux Indes, Avignon, 1786, t. 1 (...)
  • 3 ibid., livre iv, p. 424.

1Au XVIII siècle la question de l’abolition de l’esclavage était déjà clairement posée. Il n’était guère possible de l’éluder. La controverse était vive en Angleterre et en France, les deux pays possédant des colonies, où l’esclavage revêtait une importance considérable dans la vie économique. Les gens en s’interrogeant voulaient se renseigner quant au passé de cette institution, qui leur paraissait un fléau. C’est ainsi qu’à coté des études concernant l’esclavage dans la Grèce et la Rome anciennes, on essaya de recueillir les données relatives à l’esclavage dans d’autres civilisations antiques, telles que celle de l’Inde. Parmi ceux qui s’intéressèrent à l’Inde de ce point de vue, parlons d’abord de Montesquieu. Il remarqua : “Ils donnent aisément la liberté à leurs esclaves, ils les marient, ils les traitent comme leurs enfants...”1 Dans ces remarques et d’autres qu’il a faites, il s’appuyait sur les récits des voyageurs comme Bernier. A peu près à la même époque, l’Abbé Raynal décrit les malheurs des parias, selon lui esclaves agricoles du Sud de l’Inde, qui étaient aussi des in touchables.2 D’autre part, on peut relever chez lui certaines remarques sur les esclaves domestiques des commerçants hindous.3

  • 4 Mœurs, institutions et cérémonies des peuples de l’Inde, Paris, 1825, t. i, p. 60-3.

2Au début du XIXe siècle fut publié, d’abord en traduction anglaise, puis en français, l’ouvrage remarquable de l’Abbé Dubois, qui avait partagé la vie des Indiens du Sud pendant de longues années. L’auteur précise que ses remarques ne sont valables que pour le pays au Sud du fleuve Kistna, mais assure qu’il n’y a rien mis qui ne soit authentique. Il parle de l’esclavage au Malabar et dit : les parias sont des esclaves nés ; ils ne peuvent pas quitter leur terre, laquelle appartient aux seigneurs. Ceux-ci ont, d’ailleurs, le droit de vendre les parias selon leur propre gré.4 Ce qui ressort avec certitude de son texte, c’est que ces esclaves étaient des parias, bien que tous les parias ne fussent pas nécessairement esclaves. L’auteur affirme également que cette institution est acceptée comme légitime par la loi hindoue et est fort ancienne.

  • 5 Voir, F.H. Buchanan, a) An Account of the district of Purnea. Patna, 1928 ; b) An Account...Bhagal (...)
  • 6 D.R. Banaji, Slavery in British India, 1772-1843, Bombay, 1933, p. 8.
  • 7 Voir le cas de la ferme de Anjarcandy, ibid., p. 60.
  • 8 Parliamentary papers on slavery in India, Londres, 1834.
  • 9 Londres, 1841.
  • 10 cités par Banaji, op. cit., et par l’auteur de Slavery & slave trade...,op. cit.
  • 11 Parliamentary papers...,op. cit.,
  • 12 Voir ses remarques sur la production de la canne à sucre au Bengale dans son livre, Remarks on the (...)
  • 13 Voir par exemple le cas des deux femmes esclaves, qui sautèrent la muraille du fort rouge de Delhi (...)
  • 14 Pour deux de ces documents, rédigés en sanskrit, voir, J.A. 1950 :2

3Pendant la même période, les autorités de la Compagnie anglaise des Indes avaient chargé un de leurs fonctionnaires de préparer une étude de toutes les régions sous leur contrôle. Ce fonctionnaire, le Dr. Hamilton (Buchanan) passa plusieurs années à voyager dans le territoire anglais et nous a laissé des récits très intéressants sur la région de Mysore-Canara-Coorg, ainsi que sur les régions du Bengale, du Bihar et de l’Assam.5 Dans ses livres, on peut lire des comptes-rendus fidèles et exacts concernant les esclaves employés dans l’agriculture aussi bien que dans le service domestique. D’après Buchanan, dans presque toutes ces régions l’esclavage était bien établi, accepté comme légitime et considéré comme ancien. Occupé comme il l’était à décrir la vie indienne sous tous ses aspects, il ne livre pas ses opinions personnelles sur l’esclavage (bien qu’il ne soit pas difficile de les deviner). Cette tâche de prendre position pour ou contre l’esclavage, avait pourtant été assumée par d’autres fonctionnaires anglais. Si des gens comme Sir William Jones déploraient la misère des enfants esclaves, qu’on vendait dans les rues de Calcutta,6 il y en eut d’autres, qui surent en tirer profit.7 C’est contre ces derniers, qu’une partie des fonctionnaires anglais durent lutter. Outre leurs témoignages, notes et lettres (recueillis dans un gros volume publié par le Parlement anglais),8 ils nous ont laissé plusieurs livres. On peut mentionner entre autres le livre, Slavery and slave trade in British India,9 et ceux de J.Peggs et W.Adam, intitulés respectivement, East Indian slavery, et Law and custom of slavery in British India,10 Malgré l’attitude de gens comme Colebrooke, (à qui nous devons la première note résumant la position de l’esclave selon la loi hindoue, note faisant partie du volume publié par le Parlement anglais11), qui a été jusqu’à plaider pour cette institution telle qu’elle était pratiquée au Bengale,12 les autorités ne pouvaient pas se désintéresser du problème, car les esclaves fuyant des territoires sous le contrôle des princes, entraient en territoire anglais et revendiquaient leur liberté.13 Somme toute, cette agitation pour l’abolition de l’esclavage dans l’Inde (qui n’a été réalisée qu’en 1843) nous a donné de précieux renseignements. Les documents prouvent clairement que l’esclavage était très répandu dans presque toutes les régions du pays. Tout le monde estime l’esclavage en accord parfait avec la loi hindoue (les smṛti) et en usage dès les temps anciens. L’existence de cette institution chez les brahmes de Mithila, bien connus cependant au moyen âge pour leur savoir sacré, nous est confirmée par des documents de vente et d’achat.14

  • 15 “In truth the idea of slavery has become so unfamiliar in modern British India, that it may be wel (...)

4Une fois aboli, on l’oublia vite, à ce point que plus tard on devait placer en tête d’un résumé de l’esclavage au XIXe siècle, la remarque suivante : “En fait, l’idée de l’esclavage est devenu si étrangère dans l’Inde britannique qu’il sera mieux d’en dire quelques mots...”15. C’est pourquoi, pendant de longues années, on n’en parlera plus.

  • 16 op. cit.
  • 17 ibid., p. 32-7.

5Pourtant l’existence de cette institution dans d’autres pays, où elle n’était plus en accord avec les conditions économiques et sociales, suscita contre elle, une agitation continuelle, provoquant ainsi des études historiques. Parmi ces dernières, la première place revient à celle de Wallon. Dans la deuxième édition augmentée,16 l’auteur réserva une section tout entière à l’examen de l’esclavage dans l’Inde. Il utilise d’abord les données laissées par les écrivains grecs et romains tels que Diodore et Strabon, et résume ensuite la position de Manu. Quoique l’auteur confonde le śûdra et l’esclave, il précise les divers types d’esclaves. A la fin de ces pages on peut lire : “L’ordre du monde, l’harmonie divine de Brahman semblait s’évanouir si le śûdra manquait à son rang ; et dans cette misérable condition, le législateur (c’est-à-dire Manu) avait su coordonner encore toute une hiérarchie de misères jusqu’au tchaṇḍâla au dessous duquel il n’y a rien parmi les êtres animés.”17 Wallon n’écrit rien sur l’esclavage contemporain, celui qu’on venait d’abolir, car il ne s’intéressait qu’à l’esclavage dans l’antiquité. Son livre constitue pourtant une importante étude, dans laquelle se trouvent rassemblées les données des témoins étrangers et celles de la loi hindoue, représentée par Manu, fournissant ainsi la possibilité de poser le problème dans son cadre historique.

  • 18 op. cit.,

6A la fin du XIXe siècle, Letourneau,18 étudia la question de l’esclavage dans l’Inde ancienne aussi bien que contemporaine. Fait remarquable, il essaya de rapprocher les faits historiques des données ethnologiques, en prenant note de la vie actuelle des tribus indiennes. Voici le sommaire du ch.xiii :

  1. … …
  2. L’esclavage chez les aborigènes de l’Inde et de l’Afghanistan. Diversité des mœurs esclavagistes chez les aborigènes. La classe servile chez les Kaffirs. L’esclavage et le régime monarchique.
  3. L’esclavage chez les aryas védiques. Versets esclavagistes. Métiers salariés. Le travail des femmes.
  4. L’esclavage dans l’Inde. Point d’esclavage d’après les auteurs grecs.19 Nombreux versets esclavagistes du code de Manu. Le travail industriel des soudras. Les pariahs et leur condition servile. Pariahs esclaves. Quatorze espèces d’esclaves. Législation tutélaire. Affranchissement. Cérémonie symbolique d’affranchissement. La classe des salariés. Le Bouddhisme et les castes.
  • 20 Hastings Encyclopaedia, 1920.
  • 21 En fait Jolly n’a pas amélioré à beaucoup près, le résumé de la loi hindoue qui se trouve au 1er a (...)
  • 22 H.J. Nieboer, op. cit.

7Ce sommaire révèle l’ampleur remarquable de son examen. Malheureusement, pendant longtemps, ce travail resta inconnu des savants s’intéressant à la question : Jolly, rédigeant un article sur l’esclavage dans l’Inde ancienne,20 se contente de donner un résumé de la loi hindoue.21 Pourtant un autre auteur,22 devait suivre Letourneau, en essayant de dégager quelques conclusions générales d’une étude de données purement ethnologiques, données que Letourneau avait en partie déjà utilisées. On peut remarquer que Letourneau reflète plus ou moins exactement l’état des études indiennes de son époque : ses sources restent brahmaniques ; les études bouddhiques venaient tout juste de prendre place à côté des études des sanskritistes, qui se trouvaient, elles, relativement, en plein développement.

Section 2 :—depuis la fin du XIXe siècle

  • 23 Publié en allemand à Kiel, 1897.
  • 24 trad. anglaise, Calcutta, 1920, p. 305.
  • 25 “Except in stray cases, their lot was miserable and they were often exposed to thrashing, imprison (...)
  • 26 “The domestic slave fared better than the despised classes, being useful in the house”, ibid., p.  (...)
  • 27 “At every step we find brahmans driving the plough in the jatakas and not only such as had their l (...)

8Vers la fin du XIXe siècle, les indianistes commencent à s’intéresser aux problèmes sociologiques du pays et c’est à l’un d’eux que nous devons l’étude sociologique du Jâtaka. L’ouvrage de R. Fick, The Social organisation in N.-E. India23 s’imposa rapidement et est devenu classique. D’après lui : “Tout grand propriétaire, tout commerçant riche embauchait des travailleurs à la journée en plus des esclaves qu’il possédait”.24 Quant à la condition de ces esclaves : “Leur sort, sauf exception, était misérable et ils étaient souvent battus, emprisonnés et mal-nourris”.25 Quant aux esclaves domestiques : “L’esclave domestique était mieux-loti que les basses classes, car il était utile au foyer”.26 Fick distingue l’Inde de l’Est de l’Inde de l’Ouest et remarque à propos de celle-là : “A chaque pas dans le Jâtaka, on rencontre des brahmes conduisant la charrue, non seulement ceux dont les terres étaient cultivées par des esclaves ou par des journaliers, mais aussi de petits fermiers qui travaillaient eux-mêmes leurs champs”.27 Pour l’auteur il s’agit donc d’un pays où il existe de grands propriétaires fonciers aussi bien que de petits paysans, les premiers seuls utilisent leurs esclaves et leurs serviteurs pour faire labourer leurs terres. Il constate également l’existence de l’esclavage domestique.

  • 28 Notes on early conditions in North India, JRAS, 1901,
  • 29 Londres, 1903.
  • 30 t.i, Cambridge, 1922.
  • 31 “...there were also slaves : individuals had been captured in predatory raids and reduced to slave (...)
  • 32 ibid., p. 56.
  • 33 “The slave or servant (dâsa, dâsî) was an adjunct in all households able to command domestic servi (...)

9Cependant, écrivant un peu après, et se référant au Tipiṭaka tout entier au lieu seulement du Jâtaka, Mrs. Rhys Davids émit une opinion différente.28 Rhys Davids résuma ses thèses dans sa Buddhist India,29 et Mrs. Rhys Davids reprit le sujet elle-même dans un chapitre de la Cambridge History of India,30 intitulé, Economic conditions according to early Buddhist literature. C’était en 1922. Pendant toutes ces années leurs positions restent inchangées en substance et on peut les citer ensemble sans nuire, d’aucune façon, à l’objectivité. Dans la Buddhist India, on lit : “Il y avait aussi des esclaves, des individus capturés dans les razzias et réduits à l’esclavage, ou privés de leur liberté à la suite d’une condamnation judiciaire, ou soumis à cet état de leur propre volonté. Les enfants nés de ces esclaves étaient aussi esclaves, et il est fait allusion également à l’émancipation d’esclaves. Mais nous ne rencontrons aucun développement ultérieur analogue à celui dont témoignent, les mines grecques ou les latifundia romains ou les plantations des propriétaires chrétiens : scènes de misère et d’oppression. Les esclaves étaient, pour la plupart, des serviteurs domestiques et n’étaient pas maltraités, leur nombre paraît avoir été insignifiant”.31 Ces aspects de la vie de l’Inde ancienne ayant été traités sous la responsabilité de Mrs. Rhys Davids,32 citons-la également : “L’esclave ou le serviteur, dâsa, dâsî, faisait partie de tous les foyers pouvant avoir des domestiques. Il ne paraît pas toutefois que les esclaves fussent employés en nombre considérable, soit au foyer, soit, comme dans l’Ouest, dans les mines ou sur les plantations. La façon dont ils étaient traités variait, sans doute, selon le tempérament et la capacité tant du maître que de l’esclave. C’est ainsi qu’on rencontre, dans le Jâtaka, l’esclave choyé, à qui l’on permet d’apprendre l’écriture et un métier manuel à côté de ses tâches ordinaires de valet ou de garçon de course, se disant qu’à la moindre faute il peut être “battu, emprisonné, marqué au fer rouge et nourri comme esclave peut l’être”. Mais on trouve rarement mention de mauvais traitements de fait à cette époque.... Il n’est pas fait mention d’esclaves en fuite”.33

  • 34 Buddh. Ind., p. 63.

10En opposition à Fick, qui constate l’emploi d’esclaves dans les fermes des grands propriétaires fonciers, les Rhys Davids contestent jusqu’à l’existence de “big landlords”34. Leur opinion sur le sort des esclaves est également opposée à celle de Fick. En outre ils font remarquer l’absence de travaux semblables à ceux des mines de l’Occident.

  • 35 J.B.O.R.S., t. ix, pt. 3-4, p. 369-75·
  • 36 “Slaves in ancient India, unlike Helots, were not bound to the soil. They were for the most part l (...)
  • 37 “We are nowhere told that the slaves used to work in chains under cruel overseers taking a fiendis (...)

11Les études qui vont suivre celles de Fick et des Rhys Davids ne feront qu’en reprendre les thèmes, y ajoutant çà et là quelques détails. La plupart d’entre elles penchent vers l’hypothèse des Rhys Davids et ne parlent que de l’esclavage domestique. Elles mettent l’accent sur le traitement humain et bienveillant dont firent l’objet les esclaves indiens. C’est en 1923 que S. N. Basu écrivit un article sur l’esclavage dans les jâtaka (Slavery in the Jâtakas),35 Il y énumère les types d’esclaves, discute de leur prix, de leur condition, etc. Quant à l’importance de cette institution dans la vie économique contemporaine, on lit : “Les esclaves dans l’Inde ancienne, contrairement aux Ilotes, n’étaient pas liés à la terre, ils étaient pour la plupart des esclaves domestiques et ne semblent pas avoir été maltraités”.36 Pour plus de clarté, il insiste : “Nulle part il n’est fait mention d’esclaves enchaînés qui travaillaient sous la houlette de surveillants cruels prenant un plaisir démoniaque à leur arracher une “livre de chair”.37 D’après lui, la population d’esclaves était “small”. Il se rangeait ici au côté des Rhys Davids.

  • 38 “Slavery ever became the basis of the economic life of the people...”, Economic life and progress (...)
  • 39 “Most of the slaves...were probably well-treated though violence to them was not illegal (but) in (...)
  • 40 "Many slaves ran away from their master, crossed the frontiers and improved their position by marr (...)
  • 41 ibid., p. 270.
  • 42 Slavery in ancient India, Cal. Rev., août, 1930, p. 249-65.
  • 43 ibid., p. 252-3.
  • 44 ibid., p. 254.

12Pour Μ. N. C. Banerji, le nombre d’esclaves était grand mais, d’accord avec les Rhys Davids, il ne pense pas qu’en Inde, “l’esclavage soit jamais devenu la base de la vie économique du peuple”.38 Quant à leur sort : “La plupart des esclaves...étaient probablement bien traités, bien que la violence envers eux ne fût pas illégale... (mais) le sort de l’esclave appartenant à un maître cruel était très misérable.”39 Ce n’est que la répétition de l’opinion des Rhys Davids. Cependant M. Banerji les corrige sur un point lorsqu’il remarque : “De nombreux esclaves fuyaient leur maître, franchissaient les frontières et amélioraient leur sort en épousant les filles des familles respectables.”40 (Il est assez curieux de voir Mrs. Rhys Davids parler de l’absence des esclaves fugitifs dans un passage traitant précisément d’un esclave placé dans ce cas, l’esclave Kaṭâhaka). Ajoutons que selon M. Banerji, l’esclavage n’était pas limité à une classe ou caste particulières ; l’esclave pouvait être issu de n’importe quel groupe social.41 D’autre part,42 M. Banerji offre un tableau de l’esclavage selon l’ordre chronologique de la littérature indienne, en donnant ensemble les sources palies et sanskrites. Citant le Jâtaka, il répète que le nombre d’esclaves était assez grand et que, pour la plupart, ils semblent avoir été bien traités.43 Quant à leur appartenance sociale, il réitère l’opinion exprimée plus haut.44

  • 45 Pre-Buddhist India, Bombay, 1939.
  • 46 ibid., p. 208.
  • 47 Voir son énumération de leur travaux à la page 211.
  • 48 “Every big land-owner...kept a no. of day-labourers in his service”, ibid., p. 207.
  • 49 “The treatment of the slaves was, generally speaking, human and considerate. It, however depended (...)
  • 50 “the happiness and sufferings of the slave were clearly linked up with those of the master : his w (...)

13Pour M. R. L. Mehta,45 d’après le Jâtaka, l’esclavage était très répandu,46 et les esclaves étaient des serviteurs domestiques.47 L’absence du labourage dans sa liste de métiers et la remarque sur l’emploi seulement de serviteurs, et non d’esclaves, sur les fermes des grands propriétaires fonciers,48 nous fait penser que pour M. Mehta l’esclavage était exclusivement domestique. Quant à leur sort, il est, lui aussi, de l’avis des Rhys Davids : “Le traitement des esclaves était, en général, humain et compréhensif. Il dépendait toutefois du tempérament et de la capacité tant de l’esclave que du maître et variait avec eux”.49 Il ajoute : “Les joies et les souffrances de l’esclave étaient certainement liées à celles de son maître : ses satisfactions et ses peines dépendaient de celui-ci.”50

  • 51 Dharma dûta, Benarès, 1937) t. iii :viii, p. 50-64.
  • 52 ibid., p. 64.

14En passant on citera un article en hindi sur la condition économique à l’époque du Buddha.51 D’après son auteur, tout y était pour le mieux dans le meilleur des mondes : “Chacun avait des propriétés et des moyens” et “à cette époque le pays était plein d’or, d’argent, de perles, de diamants...52 Rien d’étonnant si l’auteur, les yeux éblouis par l’éclat de cette richesse, n’a pu y remarquer la présence d’esclaves. Notons que cet article représente, d’une manière claire, la tendance à l’idéalisation régnant parmi tant de nos compatriotes.

  • 53 J. of Ind. Hist., août, 1940.
  • 54 “(the slave’s) habitual lot was not to be petted and fondled like a foster-child”, ibid., section (...)
  • 55 “The actual condition of life of this class, though not enviable, was better than that of the slav (...)

15M. A. N. Bose, d’accord avec d’autres auteurs quant à la nature de l’esclavage, n’est pas de la même opinion en ce qui concerne le traitement des esclaves. Reprenant sur cet aspect l’opinion de Fick, il donne de nouveaux détails. Son article, Origin of slavery in Indo-aryan economy,53 est réparti en plusieurs sections, traitant de l’origine de l’esclavage, de l’affranchissement des esclaves, de leur travail, de leur position juridique et sociale, etc. Quant à leur sort, il se trouve en désaccord avec la plupart de ses prédecesseurs et pense que “le sort normal (de l’esclave) n’était pas d’être choyé et chéri comme un enfant adoptif”.54 Dans la dernière section, on lit : “La condition réelle de la vie de cette classe, bien que n’étant pas enviable, était supérieure à celle des esclaves grecs et italiens... Le nombre d’esclaves en Inde, quoique élevé, ne constituait pas une grande partie de la classe laborieuse. La tâche dégradante du travail manuel était partagée entre l’esclave, le travailleur libre qu’on louait et un grand nombre de mleccha et de hîna-jâti. Donc, en Inde, l’esclavage n’a jamais constitué la base de la vie économique et l’homonyme oriental de l’esclave de Rome et de Sparte, exploité à toutes fins, n’était pas le dâsa, mais celui qui appartenait à la dernière des classes mentionnées ci-dessus [les hîna-jâti]”.55

  • 56 Calcutta, 1945.
  • 57 On se demande si les trois premières lignes placées sous ce titre, à savoir “generally female slav (...)

16Quelques années plus tard, M. Bose publiait le livre intitulé, Social & rural economy of Northern India,56 y reproduisant intégralement son article sous le titre, Slave labour. Dans cette nouvelle version, il procéda cependant à une intéressante répartition de la matière sous plusieurs chefs, qui mettent l’accent sur l’aspect négatif de l’esclavage. C’est ainsi que les sections connues sous le nom de “code of relation”, “legal position” et “social position” dans l’article original, sont respectivement nommées, “code of treatment”, “legal disabilities” et “social disabilities” dans le livre. Au titre “treatment” d’une section, a été ajouté un éloquent sous-titre, “chain & whip”, tandis qu’ont été mêlées les deux sections “fonctions” et “corruptive influences” pour donner plusieurs sous-sections telles que “personal attendance”, “domestic service”, “industrial & agricultural establishments”,57 “hiring out of slaves” et “prostitution of female slaves”. Bien que la matière reste absolument inchangée, l’auteur a cru utile de ne pas feindre la pudeur et a appelé les choses par leur nom.

  • 58 Slavery in ancient India, dans son livre, The Beginnings of Indian historiography, Calcutta, 1944, (...)
  • 59 “...usually employed in performing the ordinary household duties...” ibid, p. 89.
  • 60 “there are few instances of...actual maltreatment on the part of masters...” ibid., p. 91.
  • 61 “May we in view of the above facts compare the influence of Buddhism upon slavery with that of Chr (...)

17M. U. N. Ghoshal, qui reconnaît à l’époque ancienne l’existence de l’esclavage comme une “recognised institution”,58 cite à ce propos plusieurs textes pali, tels que le Vinaya, le Niddesa, le Jâtaka, etc., énumère les types d’esclaves et discute de leur prix, de leur travaux,59 de leur sort.60 Faisant état du refus du Buddha d’accepter des esclaves et de la libération de deux esclaves par un dévot du Maître, M. Ghoshal se demande : “Compte tenu des faits énumérés plus haut, pouvons nous faire une comparaison entre l’influence du bouddhisme sur l’esclavage et celle du christianisme des premiers siècles ?”61

  • 62 La civilisation indienne, Paris, 1950.

18M. L. Renou met l’accent sur la distinction à faire entre deux types d’esclaves, “ceux qui ont une servitude conditionnée à terme et ceux qui sont dans la catégorie inconditionnée et durable”. Parlant de la nature de leur travail, il dit : “Outre les besognes domestiques, ils peuvent être employés comme manoeuvres dans les domaines royaux, les femmes jeunes fournissent des prostituées”.62

  • 63 “slavery was a recognised institution of Indian society from the oldest Vedic times”, A.I.U., p. 3 (...)

19Selon M. R. C. Majumdar, “l’esclavage était une institution reconnue de la société indienne depuis l’époque védique, la plus ancienne”.63 Citant Rhys Davids, il opine que les esclaves étaient, pour la plupart des serviteurs domestiques et n’étaient pas mal traités. Leur nombre ne lui paraît pas grand. Les esclaves, à ses yeux, étaient si bien traités que c’est cette bienveillance même qui trompa Mégasthène.

  • 64 “India, unlike most other ancient civilizations, was never economically dependent upon slavery ; t (...)
  • 65 On aurait pu parler également du livre, India from primitive communism to slavery, (Bombay, 1949) (...)

20Nous pouvons parler en dernier lieu de M. Basham, qui émet un avis semblable, mais plus catégorique encore, lorsqu’il écrit : “L’Inde, à l’encontre de la plupart des civilisations anciennes, n’a jamais dépendu, du point de vue économique, de l’esclavage ; le travailleur, l’ouvrier agricole et l’artisan étaient d’ordinaire des hommes libres et les latifundia des patrons romains n’ont pas de parallèle en Inde. Les sources antérieures ne font pas mention de marchés d’esclaves et quoiqu’on prît des dispositions pour la vente des esclaves, il ne semble pas qu’au début, ils aient constitué un article ordinaire de commerce. L’esclave était, selon toute probabilité, mieux loti en Inde que dans la plupart des pays du monde antique”.64, 65

  • 66 Certains, non contents de ce contraste un peu usé, ont cru utile de juxtaposer l’esclavage moderne (...)
  • 67 Ancient Indian Education, Londres, 1951t
  • 68 ibid., p. 469.
  • 69 ibid., p. 423.

21Quoique ces auteurs aient eu l’avantage de pouvoir consulter de nouvelles sources, telles que le Tipiṭaka, ils ajoutent peu de choses, en dehors de certains aspects de la condition de vie des esclaves, aux conclusions apportées par leurs prédécesseurs. Quelques-uns parmi eux, du moins, ont cru trouver un réconfort personnel dans le contraste entre le traitement humain des esclaves dans l’Inde et celui des esclaves occidentaux.66 D’autres essaient de nier l’existence même de cette institution. Chez M. R. K. Mookerji,67 on ne rencontre que très rarement le mot même d’esclave. L’auteur a pris le soin de traduire des mots aussi gênants que “dâsa” par “servant”68 et “dâsî” par “maid-servant”.69 D’ailleurs, en mettant l’accent sur une étape particulière de l’esclavage en Occident, ils sous-estiment les autres étapes traversées par cette institution, et présument simultanément que l’esclavage en Inde a toujours revêtu le même caractère, à savoir celui de l’esclavage domestique, sans en avoir examiné l’évolution. Ceci est d’autant plus important qu’en dehors de son origine, qu’on attribue à l’assujettissement des dâsa par les Aryens, on ne relève aucun trait de son évolution, sinon les différentes dispositions des divers codes à l’égard des esclaves. Ces historiens tendent à considérer que le seul élément ayant pu changer la nature de l’esclavage est constitué par les dispositions attribuées à diverses personnalités rédactrices de la loi brahmanique. Les conditions historiques n’entrent pas en jeu, l’apport de l’ethnologie est laissé de côté (de ce point de vue, il y a eu un recul depuis Letourneau et Nieboer) et l’influence des découvertes techniques telles que l’emploi du fer, n’est pas prise en considération.

  • 70 “Kumârila had received a large fortune from his king, owned many rice-fields, five hundred male sl (...)
  • 71 Lady Simon, L’Esclavage, Paris, 1930, p. 217.
  • 72 ibid., p. 124.
  • 73 ibid., p. 125.

22La plupart de ces travaux ont été entrepris avec le sentiment respectable que l’esclavage est mauvais et qu’il l’a été depuis toujours. Pour leurs auteurs, il ne s’agit pas tant d’un examen objectif de l’esclavage ancien que d’une plaidoirie démontrant que l’Inde n’était pas affligée de ce fléau et que, si même elle en souffrait, le mal n’était pas aussi virulent que dans d’autres pays. On transporte ainsi, tel quel, un jugement moderne dans les temps anciens et vicie par là même tout examen objectif : car s’il est bien vrai que l’esclavage constitue un fléau aux yeux des modernes, il a pu dans l’antiquité, tant indienne qu’occidentale, à une époque où il réalisait une forme nécessaire de l’évolution socio-économique, être considéré comme un phénomène naturel. Autrement, comment expliquer, (pour l’Inde ancienne), l’acceptation des esclaves par des sages comme Yâjñavalkya et plus tard par des savants comme Kumârila70 ? A un certain stade du développement social l’esclavage, bien que causant tant de souffrances, fut nécessaire, et considéré comme une institution légitime. “Personne dans le monde ancien n’aurait imaginé qu’un jour l’esclavage serait considéré comme une pratique illégale. C’était le destin naturel des prisonniers de guerre.”71 De ce point de vue il n’y a pas beaucoup de différence entre Platon et le sage Viśvâmitra. Le rôle de la religion a été de le tolérer aussi longtemps que les groupes dominant la société l’ont cru nécessaire. Une fois la nécessité dépassée, la même religion a inspiré des gens pour militer contre l’esclavage. La preuve en est fournie par les centaines de ligues abolitionnistes qui se constituèrent partout dans l’Angleterre du XIXe siècle et dont les membres étaient dans leur majorité des croyants. Le roi qui proclama l’abolition de l’esclavage au Népâl en 1925, n’était pas moins croyant que ses ancêtres. Il ordonna cet amendement à la loi sacrée précisément en arguant que le travail libre pouvait donner un rendement supérieur72 et il n’éprouva aucune hésitation devant la nécessité de briser ces “lois plus tranchantes que le silex”.73

23C’est là, à nos yeux la première raison justifiant un nouvel examen de la question. On doit en étudier les divers aspects sans aucun préjugé, sans parti-pris, sans “attribuer à nos ancêtres la sagesse contemporaine”. Nous sommes convaincu qu’en parcourant de cette manière le même terrain, on pourra rectifier beaucoup d’erreurs d’appréciation. Il y a, d’autre part, nécessité de situer l’esclavage dans son cadre historique et de suivre son évolution de concert avec l’évolution historique tout entière. Ce faisant on pourra enrichir la connaissance de chacun d’eux. Remarquons à ce propos qu’une invasion étrangère ou la migration d’un peuple peut avoir des conséquences considérables pour la société et donc pour l’esclavage dans cette société. Il n’est pas non plus permis de négliger le niveau d’organisation matérielle de la société qui a connu l’esclavage, qui l’a pratiqué ou qui l’a aboli. Dans ce domaine un rôle a été joué par les acquisitions comme l’élevage, l’agriculture ou l’emploi des métaux. Faute de traiter le problème à fond, nous espérons, au moins, y apporter quelques lumières.

24Telles sont donc les raisons qui nous ont amené à entreprendre une étude de l’esclavage dans l’Inde ancienne. Mais, comme il s’avère que l’histoire de celle-ci, jusqu’à l’ère chrétienne, s’étend sur quinze siècles au moins, nous avons limité notre choix à une période de six siècles, les six derniers. Ils sont marqués tant par des événements très importants, la première unification politique de l’Inde par exemple, sous l’empire Maurya, que par la présence de personnalités comme le Buddha, qui ont laissé une empreinte indélibile. La datation, enfin, des sources littéraires associées à cette période, est plus assurée que celle des textes antérieurs, leur répartition dans l’espace également. Cette littérature constituant un volume énorme, nous avons été obligé de restreindre une seconde fois notre choix et de ne recourir qu’aux textes palis comme source principale. Pour rétablir l’équilibre cependant, le risque étant de présenter une image exclusive, celle du point de vue bouddhique, et pour compléter les données tirées des textes palis, nous avons ajouté à ceux-ci certains textes sanskrits.

25Note au ch. 2 :—

26Pour la même époque M. J. C. Jain résume les données de la littérature jaina concernant l’esclavage. D’après lui : “Slavery was quite common in those days...was so common that not only kings and wealthy people but even others kept slaves in their families”. (Life in ancient India, Bombay, 1939, p. 106). L’auteur énumère leurs types, parle de quelques esclaves bien connus de cette littérature pour passer ensuite aux nourrices et aux serviteurs à gages.

27Dans les sociétés étrangères réglant leur vie selon le Vinaya, on a essayé d’organiser conséquemment l’institution de l’esclavage. Dans le Thaïlande par exemple, sur beaucoup de points, l’esclavage était directement lié aux dispositions du Vinaya. Cela est d’autant plus remarquable qu’en Inde, le Vinaya ne prétendait que régler la vie communautaire des moines bouddhiques. (On lira avec profit les deux études de M. R. Lingat, intituées, L'esclavage privé dans le vieux droit siamois, (Paris, 1931) et Le Vinaya et le droit laïque, (Paris, 1937)

28Au Cambodge, les temples bouddhiques, comme les temples hindous, possédaient des esclaves. “The economy of a Khmer temple was dominated by slave-labour. Slaves of the two sexes, including children, figure among the donations to the temples. The temple-domains were cultivated by these slaves and fixed quotas of produce had to be supplied on certain fixed occasions. The treatment towards slaves does not seem to have been always human enough” (Μ. K. Bhattacharya, Temple administration in Khmer kingdom, Cal. Rev., 2/1955).

  • 74 Colombo, 1956.

29Ceylan nous a conservé beaucoup de renseignements à ce propos. Dans son livre, The History of Buddhism in Ceylon,74 le Bhikkhu W. Rahula discute de l’esclavage dans les monastères ceylanais et remarque : “...that slaves, both male and female, were employed in monasteries from early days and for their maintenance large sums of money were deposited”. (p. 147). Parmi ces esclaves, pouvaient figurer les prisonniers de guerre pris par les rois de Ceylan.

30Au nord-ouest de l’Inde, les documents trouvés au Turkestan chinois, qu’on date du IIe siècle, ont fourni des matériaux intéressants sur le pays, quand il était sous l’influence bouddhiste. La structure sociale n’était pas semblable à celle de l’Inde, cependant l’institution de l’esclavage confirme sur plusieurs points l’autorité du Vinaya. Il semble établi que les moines bouddhiques de cette région possédaient leurs propres esclaves, les achetaient et au besoin en faisaient l’échange. (Voir les deux articles de M. R. C. Agrawala, intitulés respectivement, Position of slaves and serfs as depicted in the Kharoshthi inscriptions from Chinese Turkestan, I. Η. Q., t. xxix/2, 1953 ; et Buddhist monks in Chinese Turkestan, Sarup Bharati, Hoshiarpur, 1954).

Notes

1 De l’Esprit des Lois, Paris, 1869, liv. xiv, ch. xv, p. 218.

2 Histoire philosophique...des Etablissements des Européens dans les deux Indes, Avignon, 1786, t. 1, p. 78.

3 ibid., livre iv, p. 424.

4 Mœurs, institutions et cérémonies des peuples de l’Inde, Paris, 1825, t. i, p. 60-3.

5 Voir, F.H. Buchanan, a) An Account of the district of Purnea. Patna, 1928 ; b) An Account...Bhagalpur, Patna, 1939 ; c) An Account... Bihar & Patna ; d) Journal of Dr. Buchanan for... Bhagalpur..., Patna, 1930 ; e) Journey through Mysore, Canara & Malabar, t. I and ii, 1807 ; Pour un résumé de ses voyages dans les districts de Gorakhpur, Dinajpur, Rangpur & Kamrup, voir M. Martin, History of...Eastern India, Londres, 1838, t. ii & iii.

6 D.R. Banaji, Slavery in British India, 1772-1843, Bombay, 1933, p. 8.

7 Voir le cas de la ferme de Anjarcandy, ibid., p. 60.

8 Parliamentary papers on slavery in India, Londres, 1834.

9 Londres, 1841.

10 cités par Banaji, op. cit., et par l’auteur de Slavery & slave trade...,op. cit.

11 Parliamentary papers...,op. cit.,

12 Voir ses remarques sur la production de la canne à sucre au Bengale dans son livre, Remarks on the husbandry & internal commerce of Bengal, Londres, 1806, p. 129-32.

13 Voir par exemple le cas des deux femmes esclaves, qui sautèrent la muraille du fort rouge de Delhi. Parl. papers..., op. cit., p. 42.

14 Pour deux de ces documents, rédigés en sanskrit, voir, J.A. 1950 :2

15 “In truth the idea of slavery has become so unfamiliar in modern British India, that it may be well to say a few words...”, Moreland, India at the death of Akbar, Londres, 1920, p. 90.

16 op. cit.

17 ibid., p. 32-7.

18 op. cit.,

19 Lisons pourtant Montesquieu : “J’avois pensé que la douceur de l’esclavage aux Indes avoit fait dire à Diodore qu’il n’y avoit dans ce pays ni maître ni esclave ; mais Diodore a attribué à toute l’Inde ce qui, selon Strabon, liv. xv, n’était propre qu’à une nation particulière”, op. cit., p. 218. Voir également infra, ch. 7, p.

20 Hastings Encyclopaedia, 1920.

21 En fait Jolly n’a pas amélioré à beaucoup près, le résumé de la loi hindoue qui se trouve au 1er alinéa de l’article, “Slave” dans la Cyclopedia of India and of Eastern and Southern Asia. de Balfour. (Londres, 1885, t. iii, p. 672).

22 H.J. Nieboer, op. cit.

23 Publié en allemand à Kiel, 1897.

24 trad. anglaise, Calcutta, 1920, p. 305.

25 “Except in stray cases, their lot was miserable and they were often exposed to thrashing, imprisonment and bad food”, ibid., p. 310.

26 “The domestic slave fared better than the despised classes, being useful in the house”, ibid., p. 312.

27 “At every step we find brahmans driving the plough in the jatakas and not only such as had their lands cultivated by slaves or day-labourers but also small farmers who worked their fields themselves”, ibid., p. 242.

28 Notes on early conditions in North India, JRAS, 1901,

29 Londres, 1903.

30 t.i, Cambridge, 1922.

31 “...there were also slaves : individuals had been captured in predatory raids and reduced to slavery, or had been deprived of their freedom as a judicial punishment, or had submitted to slavery of their own accord. Children born to such slaves were also slaves ; and the emancipation of slaves is often referred to. But we hear nothing of such later developments of slavery as rendered the Greek mines, the Roman latifundia or the plantations of Christian slave-owners, scenes of misery and oppression. For the most part the slaves were household servants, and not badly treated, and their numbers seem to have been insignificant”. Calcutta, 1950, p. 40.

32 ibid., p. 56.

33 “The slave or servant (dâsa, dâsî) was an adjunct in all households able to command domestic service ; but slaves do not appear to have been kept, as a rule, in great numbers, either in the house, or as in the West, at mining or “plantation” work. Their treatment differed of course according to the disposition and capacity of both master and slave. Thus we find, in the Jâtaka, the slave, petted, permitted to learn writing and handicrafts besides his ordinary duties as valet and footman, saying to himself that, at the slightest fault he might get “beaten, imprisoned, branded, and fed on slave’s fare”. But of actual ill-treatment there is scarce any mention... We do not meet with any run-away slaves”, Mrs. Rhys Davids, op. cit., p. 205.

34 Buddh. Ind., p. 63.

35 J.B.O.R.S., t. ix, pt. 3-4, p. 369-75·

36 “Slaves in ancient India, unlike Helots, were not bound to the soil. They were for the most part like domestic slaves and do not seem to have been badly treated”, ibid., p. 373.

37 “We are nowhere told that the slaves used to work in chains under cruel overseers taking a fiendish delight in exacting a pound of flesh””, ibid., p. 375.

38 “Slavery ever became the basis of the economic life of the people...”, Economic life and progress in ancient India, t. i, Calcutta, 1925, p. 271.

39 “Most of the slaves...were probably well-treated though violence to them was not illegal (but) in the hands of the cruel masters the lot of the slave was of terrible misery.”, ibid., p.269.

40 "Many slaves ran away from their master, crossed the frontiers and improved their position by marrying the daughters of respectable families", ibid., p. 270.

41 ibid., p. 270.

42 Slavery in ancient India, Cal. Rev., août, 1930, p. 249-65.

43 ibid., p. 252-3.

44 ibid., p. 254.

45 Pre-Buddhist India, Bombay, 1939.

46 ibid., p. 208.

47 Voir son énumération de leur travaux à la page 211.

48 “Every big land-owner...kept a no. of day-labourers in his service”, ibid., p. 207.

49 “The treatment of the slaves was, generally speaking, human and considerate. It, however depended on, and differed according to the temperament and capacity of both master and slave”, ibid., p. 209.

50 “the happiness and sufferings of the slave were clearly linked up with those of the master : his weal and woe depended upon him...”, ibid., p. 210.

51 Dharma dûta, Benarès, 1937) t. iii :viii, p. 50-64.

52 ibid., p. 64.

53 J. of Ind. Hist., août, 1940.

54 “(the slave’s) habitual lot was not to be petted and fondled like a foster-child”, ibid., section viii.

55 “The actual condition of life of this class, though not enviable, was better than that of the slaves of ancient Greece and Italy...the number of slaves in India, though large, was a fraction of the labouring class. The work of the degrading manual labour was shared between the slave, the free hired labourer and a host of mlecchas and hîna-jâtis. Hence in India, the basis of economic life was not slavery and the eastern analogy of the slave of Rome and Sparta in all-round exploitation was not the dâsa but the last of the classes mentioned above”.

56 Calcutta, 1945.

57 On se demande si les trois premières lignes placées sous ce titre, à savoir “generally female slaves were maintained for domestic work. All the cases cited above... women”, ne doivent pas faire partie de la sous-section précédente, intitulée, “domestic service”.

58 Slavery in ancient India, dans son livre, The Beginnings of Indian historiography, Calcutta, 1944, p. 86.

59 “...usually employed in performing the ordinary household duties...” ibid, p. 89.

60 “there are few instances of...actual maltreatment on the part of masters...” ibid., p. 91.

61 “May we in view of the above facts compare the influence of Buddhism upon slavery with that of Christianity in the early centuries of its existence ?”, ibid, note à la p. 92.

62 La civilisation indienne, Paris, 1950.

63 “slavery was a recognised institution of Indian society from the oldest Vedic times”, A.I.U., p. 370.

64 “India, unlike most other ancient civilizations, was never economically dependent upon slavery ; the labourer, farm-worker, and craftsmen were normally free men, and the latifundia of the Roman magnate had no counterpart in India. Slave-markets are not mentioned in early sources, and though provision was made for the sale of slaves, they do not seem at first to have been a regular article of commerce...(the slave) was probably better off in India than in most parts of the ancient world”, The wonder that was India, Londres, 1954, Ρ· I52.

65 On aurait pu parler également du livre, India from primitive communism to slavery, (Bombay, 1949) de M.S.A. Dange. Mais malheureusement le souci de l’auteur de brosser un tableau fidèle au cadre fixé par Engels (op. cit.) a sérieusement vicié cet ouvrage.

66 Certains, non contents de ce contraste un peu usé, ont cru utile de juxtaposer l’esclavage moderne et antique. M.P.V. Kane, par exemple, commence son examen du problème de l’esclavage dans l’Inde ancienne comme suit : “Slavery has existed as a constant element in the social and economic life of all nations of antiquity such as Babylon, Egype, Greece,...It was, however, left to such Christian nations of the West as England and the USA to carry on the institution of slavery in the most horrible manner possible never dreamt of by any nation of antiquity...” Hist. of Dharmaśâstra, Poona, 1941, t. ii :i, p. 180.

67 Ancient Indian Education, Londres, 1951t

68 ibid., p. 469.

69 ibid., p. 423.

70 “Kumârila had received a large fortune from his king, owned many rice-fields, five hundred male slaves andfivc hundred female slaves and many hundred men...’’LamaTârânàtha cité par S.C. Vidyâbhushana, Hist. of Indian Logic, Calcutta, 1909, p. 303-4. Pour Târânàtha, voir la traduction allemande de son histoire par Schiefner, Petersburg, 1869, p. 178. Voir également Buston, Hist, of Buddhism, trad. anglaise de Obermiller, Heidelberg, 1932, p. 152-3, où on ht : “Dharmakîrti assuma la forme d’un esclave et se fit embaucher comme serviteur chez la femme de son oncle, c-à-d. Kumârila.

71 Lady Simon, L’Esclavage, Paris, 1930, p. 217.

72 ibid., p. 124.

73 ibid., p. 125.

74 Colombo, 1956.

© Institut Français de Pondichéry, 1957

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search