Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Archéologies et espaces parcourus

 | 
Olivier Henry

Introduction

Olivier Henry

Texte intégral

Enfin, je me dois de remercier ici non seulement l’entreprise TOTAL Turquie et son directeur général, Olivier Chalvon--Demersay, dont le soutien financier a été décisif pour l’organisation de ces rencontres, mais aussi Isabelle Gilles, documentaliste à l’IFEA, qui n’a pas épargné sa peine en travaillant à la mise en page de ce volume.

  • 1 Les « Rencontres 2011 » se sont tenues du 14 au 15 novembre 2011 et portaient sur les Pratiques, co (...)

1Les « Rencontres d’Archéologie de l’IFEA » ont une double vocation : remettre l’archéologie au cœur des préoccupations de l’Institut Français d’Etudes Anatoliennes et offrir à l’archéologie française en Turquie, dont on verra le dynamisme dans les pages qui suivent, une tribune digne de son statut. Tel est l’état d’esprit qui a présidé à l’organisation, en 2010, de la première de ces rencontres, qui ont pour ambition de devenir un rendez-­‐vous annuel1.

2Mais, avant d’entamer un cycle de colloques internationaux destinés à mettre en valeur l’archéologie française, il nous a semblé nécessaire de procéder à un état des lieux. C’est pourquoi nous avons choisi de réunir, dans le cadre des premières Rencontres, qui se tinrent à Istanbul du 11 au 13 novembre 2010, sinon l’ensemble, du moins une grande partie des acteurs français de cette archéologie ‘turque’ autour du thème : Archéologies et espaces parcourus. Le pluriel est important, car il témoigne des chemins empruntés et de l’étendue territoriale couverte depuis les premières fouilles françaises menées sur le sol turc. Le programme et les contributions qui suivent révèlent une archéologie anatolienne qui s’entend dans l’acception la plus large du terme, une archéologie qui s’étend du monde égéen aux hauts plateaux centraux et orientaux et qui couvre les périodes de la préhistoire à Byzance. Une archéologie riche, ou plutôt des archéologies, car ce domaine qui ne cesse de se transformer et d’évoluer est exigeant. Non seulement la spécialisation est aujourd’hui un pré-­‐requis pour qui veut intervenir sur le terrain, mais nos chercheurs se montrent, ici encore, à l’avant-­‐garde des derniers développements techniques, sans pour autant abandonner les matières traditionnelles que sont l’épigraphie, la numismatique ou encore l’architecture, qui ont fait la réputation de l’archéologie française.

3C’est sans doute cette large palette de compétences qui vaut à nos spécialistes d’être invités à participer à de nombreux projets internationaux. Cet esprit de collaboration est du reste également une des spécificités de l’archéologie française. Certes, des esprits chagrins y verront une dilution de nos compétences, au détriment notamment du développement de grandes fouilles nationales et d’une certaine visibilité. Mais il est clair que l’archéologie actuelle n’a plus rien à voir avec celle que nos aînés faisaient il y encore vingt ans. La mondialisation n’épargne pas nos disciplines ; il s’agit aujourd’hui de travailler dans un esprit d’échanges et d’enrichissements mutuels, qu’ils soient humains ou scientifiques. Quels que soient les paramètres que l’on invoque, l’archéologie actuelle se doit d’être aussi une archéologie de l’intégration, scientifique, économique, politique et culturelle.

4Ces notions, la plupart des archéologues français les ont intégrées depuis bien longtemps. À preuve, le succès de ces premières rencontres, qu’il nous a fallu prolonger d’une journée pour répondre à l’afflux des propositions qui ont suivi notre appel à contributions, afflux qui nous a surpris et ravis. De Harvard à Ankara, en passant par Uppsala, Paris, et Istanbul, nombreux sont les archéologues, français ou associés à des Français, qui ont répondu présents à ces premières rencontres.

5Le nombre des contributions publiées ici peut paraître relativement réduit en regard des trente-­-trois communications qui furent présentées lors des « Rencontres ». Ce déséquilibre est dû au principe même de ces dernières, qui visaient à faire connaître des travaux en cours et n’avaient donc pas forcément vocation à être publiées en l’état. Par gratitude envers ceux qui y ont participé et afin de faire connaître l’ensemble des intervenants, je me permets néanmoins de reproduire ci-­‐dessous la liste des communications telle qu’elle apparaissait dans le programme :

  • Mehmet Korhan Erturaç (Univ. technique d’Istanbul), Catherine Kuzucuoğlu (CNRS UMR 8591), Damase Mouralis (Univ. de Rouen)

    • Le Göllüdağ : Histoire d’un volcan et de ses rapports avec les sociétés préhistoriques de Cappadoce.

  • Christine Chataigner (CNRS UMR 5133) et Bastien Varoutsikos (Univ. de Harvard)

    • Collecting and organizing data on Prehistoric Near Eastern Obsidian.

  • Elizabeth Healey (Univ. de Manchester), Laurence Astruc (IFEA, CNRS), Roberto Vargiolu (LTDS, Ecole Centrale de Lyon), Mohamed Ben Tkaya (LTDS, Ecole Centrale de Lyon), Athina Boleti (ArScan, UMR 7041, Nanterre), Stuart Campbell (Univ. de Manchester)

    • Shiny, colorful and valuable Obsidian nonutilitarian objects: technical inputs and social implications.

  • Marie Le Mière (CNRS UMR 5133)

    • Circulation des premières céramiques d’Anatolie orientale.

  • Martin Godon (TÜBITAK, IFEA), Erhan Bıçakçı (Univ. d’Istanbul)

    • Les fouilles de Tepecik-­Çiftlik. Vers une redéfinition du Néolithique centro-­anatolien.

  • Rozalia Christidou (American School of Classical Studies at Athens)

    • Study of manufacturing and use damage on the bone artifacts from Aşıklı/Musular and Güvercinkayası in Cappadocia.

  • Catherine Kuzucuoğlu (CNRS UMR 8591)

    • Phases climatiques, ‘événements brutaux’ et transitions culturelles depuis 6000 ans en Anatolie centrale. Apports à haute résolution de la séquence du Lac de Tecer (Sivas).

  • Catherine Marro (CNRS UMR 5133)

    • Recherches archéologiques sur la mine de sel de Duzdağı.

  • Bérengère Perello (Univ. de Paris 1 Panthéon-­‐Sorbonne)

    • De l’usage de l’architecture domestique dans l’approche des sociétés protohistoriques : l’exemple de l’Anatolie au Bronze Ancien.

  • Christine Kepinski (CNRS UMR 7041)

    • Tilbeshar au carrefour d’échanges entre la vallée de l’Euphrate et la côte méditerranéenne.

  • Éric Jean (Univ. de Galatasaray), Isabella Caneva (Univ. de Lecce)

    • Terre de frontières : Mersin-­Yumuktepe du néolithique à l’âge du Bronze récent

  • Dominique Beyer (Univ. de Strasbourg), Aksel Tibet (IFEA)

    • Zeyve höyük-­Porsuk : bilan des recherches sur les niveaux du Bronze et du Fer

  • Nicolas Gailhard (Univ. de Paris 1 Panthéon-­‐Sorbonne)

    • Du Bronze au Fer, la transition entre deux métallurgies dans les civilisations antiques d’Anatolie, l’expérimentation comme moyen d’acquisition.

  • Stéphane Verger (EPHE UMR 8546)

    • Les objets métalliques de Klaros issus des fouilles de 1988-­1997

  • Rossella Pace (Université de la Calabre, Histara-­‐EPHE)

    • À la périphérie des recherches sur la Grèce de l’Est : l’Éolide archaïque et ses nécropoles.

  • Olivier Henry (IFEA), Lars Karlsson (Univ. Uppsala)

    • Espace sacré, espace funéraire : une particularité carienne.

  • Damien Aubriet (Collège de France)

    • Recherches sur Mylasa et ses sanctuaires extra-­urbains à l’époque hellénistique.

  • Nathalie De Chaisemartin (Univ. de Paris Sorbonne)

    • Le théâtre d’Aphrodisias, espace civique et identitaire.

  • Askold Ivantchik (CNRS UMR 5607), Alexander von Kienlin (Univ. de Zurich), Latife Summerer (Univ. de Munich)

    • Kélainai – Apamée Kibôtos. Trois ans de recherches.

  • Dominique Kassab Tezgör (Univ. de Bilkent)

    • Les amphores de Mer Noire : fouille d’un atelier amphorique à Sinope et constitution d’un corpus.

  • Claire Barat (Univ. de Valenciennes), Jean-­‐Francois Pichonneau (DRAC Aquitaine)

    • Le projet Sinope : histoire et archéologie d’une cité des rives de la mer Noire

  • Markus Kohl (Univ. de Lille 3)

    • Sulusaray : Premiers éléments d’un parcours de visite.

  • Jacques des Courtils (Univ. de Bordeaux 3)

    • La fouille de Xanthos : entre archéologie et patrimoine

  • Laurence Cavalier (Univ. de Bordeaux 3)

    • Retour au Létôon

  • Laurence Cavalier (Univ. de Bordeaux 3), Serdar Hakan Öztaner (Univ. d’Ankara)

    • Le monument des Arruntii : nouvelles données

  • Raymond Descat (Univ. de Bordeaux 3, IFEA)

    • Les parfums de Carie. Interprétation d’une énigme archéologique

  • Didier Laroche (Univ. de Strasbourg), Jean-­‐Charles Moretti (CNRS USR 3155)

    • Le temple oraculaire d’Apollon à Claros.

  • Mehmet Kürkçü (Univ. de Paris Sorbonne)

    • Les aménagements hydrauliques de Termessos.

  • Anne-­‐Sophie Rivalland (Univ. de Nantes)

    • L’Asie Mineure méridionale à l’époque gréco-­romaine : approche de l’histoire de la Pamphylie-­Pisidie à travers l’étude urbanistique et architecturale des sites.

  • Isabelle Pimouguet-­‐Pédarros (Univ. de Nantes)

    • Le système défensif de Myra-­Andriaké en Lycie (fortifications et défense du territoire).

  • Emmanuelle Goussé

    • Épigraphie et histoire de la Cilicie Trachée (4esiècle aC -­ 4esiècle pC).

  • Hatice Pamir (Univ. de Hatay)

    • A Central Space of Antioch on the Orontes: the 2010 campaign results in the island.

  • Catherine Abadie-­‐Reynal (Univ. de Nancy)

    • Zeugma et l’Italie (1er s. aC – 3es. pC)

  • Anaïs Lamesa (EPHE, IFEA)

    • Parcourir un espace pour étudier un mode de vie : L’archéologie des techniques, instrument pour examiner le comportement troglodytique en Cappadoce rupestre.

6L’organisation du présent volume, qui inaugure aussi les publications électroniques de l’IFEA, suit le déroulement des communications tel qu’il est donné ci-­‐dessus.

Notes

1 Les « Rencontres 2011 » se sont tenues du 14 au 15 novembre 2011 et portaient sur les Pratiques, contextes et impacts des inhumations intra-muros en Anatolie, du début de l’Age du Bronze à l’époque romaine.

© Institut français d’études anatoliennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Acheter

Volume papier

amazon.fr