Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les enjeux de l’ouverture de la frontière turco-arménienne

 | 
Burcu Gültekin

Conclusion

Texte intégral

1En prenant la décision de fermer son premier poste frontière avec l’URSS en 1993, la Turquie a choisi, dans le contexte de l’après- Guerre Froide, de ne pas avoir de contacts directs avec son nouveau voisin, l’Arménie. La Turquie, bien qu’ayant reconnu la République d’Arménie dès son accession à l’indépendance, n’a pas su nouer de relations diplomatiques avec cette dernière.

2La décision de fermer la frontière a empêché la mise en place d’un flux commercial direct entre les deux pays et est interprétée comme un embargo. Les échanges entre les populations arméniennes et turques, pourtant indispensab­les à l’établissement d’un climat de confiance, n’ont pas eu la possibilité de se développer.

3Le commerce entre les deux pays doit son existence aux stratégies de contournement de l’embargo. Les commerçants et les entrepreneurs privés sont devenus, en l’absence de rela­tions diplomatiques, les seuls relais entre l’Arménie et la Turquie. Or, le passage obligatoire par le territoire géorgien représente un coût considérable aussi bien pour le commerçant turc que pour son partenaire arménien.

4La Géorgie a tiré un bénéfice considérable de sa localisation géographique et est devenue un pays de transit. Elle a tiré profit de la situation pour accéder au rôle de pont entre le Caucase/ Asie centrale et l’Europe. Poti est désormais le port de l’Arménie, tandis que la route qui relie Erevan à Tbilissi est sa principale voie de communication.

5L’ouverture de la frontière est une question vitale pour l’Arménie. L’importance des coûts de transport et les frais de transit qui s’y asso­cient, l’étroitesse du marché intérieur, doublée de la difficulté d’accéder au marché régional et mondial, nuisent sérieusement à l’économie arménienne et contraignent le développement du secteur privé. L’étroitesse du marché intérieur ne peut justifier les investissements qui s’avèrent pourtant nécessaires pour la modernisation de l’appareil productif.

6Vu d’Ankara, le coût économique du statu quo paraît négligeable au regard des gains politiques escomptés. Les organisations du secteur privé et certains ministères économiques s’opposent à la ligne officielle, mais ne sont pas à même de mener une action conjointe.

7Les villes portuaires et les provinces frontalières souhaitent l’ouverture de la fron­tière et l’attendent avec impatience. Les études effectuées à Kars, Iğdır et Trabzon permettent, en intégrant des données régionales, de cerner avec une certaine précision les gains écono­miques que la Turquie pourrait réaliser en cas d’ouverture de la frontière.

8L’Arménie est la porte d’accès de la Turquie au Caucase et à l’Asie Centrale ; la Turquie, de son côté, est la porte d’accès de l’Arménie à l’Europe et aux États-Unis. L’ouverture de la frontière est cruciale pour le désenclavement et le développement économique de la République d’Arménie ; la liaison terrestre avec le Caucase et l’Asie Centrale peut, quant à elle, permettre à l’Anatolie de devenir un carrefour entre les voies commerciales nord-sud et est-ouest.

© Institut français d’études anatoliennes, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Acheter

Volume papier

amazon.fr