Version classiqueVersion mobile

Les enjeux de l’ouverture de la frontière turco-arménienne

 | 
Burcu Gültekin

1. Les échanges commerciaux dans le Caucase et les retombées économiques de la paix

Texte intégral

  • 4 Evgeny Polyakov, Changing Trade Patterns After Conflict Resolution in South Caucasus, Poverty Reduc (...)

1L’éclairage porté sur la géographie des échanges et des coûts de transport sera un indice révélateur des effets économiques des embargos. Cette étude s’appuie sur les données collectées par la Banque Mondiale4.

A. Les principaux partenaires commerciaux

2Le fait que la Russie ainsi que les autres membres de la Communauté des États Indépendants (CEI) continuent à représenter une part importante dans les échanges des trois pays de sud Caucase ne doit pas cacher la tendance vers une diversification des échanges. Ce processus est plus ou moins accentué en fonction des pays.

3L’Arménie enregistre un accroissement de ses échanges avec l’Union Européenne et l’Iran, l’Azerbaïdjan accroît ses exportations vers la Turquie et la Géorgie, tandis que la Géorgie qui se retire progressivement des marchés régionaux, s’oriente vers l’UE. La Russie et la CEI demeurent d’importants marchés pour le brandy, le minerai brut de cuivre, les diamants taillés (importés bruts, puis réex­portés) et les biens d’équipement de l’Arménie, ces pays offrent un débouché pour le secteur des hydrocarbures de l’Azerbaïdjan.

4Bien que les trois États du Caucase aient accru leurs exportations vers les États-Unis, cette part reste négligeable dans le total des exportations. Notons par ailleurs qu’il n’y a aucun enregistrement officiel de l’existence d’un flux commercial entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan.

5Les exportateurs européens et turcs concur­rencent les pays de la CEI sur les marchés du sud Caucase. L’UE et la Turquie se hissent au rang des principaux fournisseurs de la région. La Russie demeure un partenaire commercial de taille pour les trois pays du sud Caucase, tandis que la Turquie a accru sa présence en Arménie. La Turquie n’a pas officiellement de relations commerciales avec l’Arménie : les marchandises exportées vers l’Arménie transitent par un pays tiers, et le plus souvent par la Géorgie.

6La présence américaine se manifeste essen­tiellement par les livraisons d’aide humanitaire. Les importations en provenance des États-Unis représentent une faible part dans le total des importations des pays du sud-Caucase. La part des importations en provenance de l’Amérique du Nord, plus significative dans le cas de l’Arménie, a connu une chute drastique : leur part dans le total des importations arméniennes est passée, en l’espace de quelques années, de 24,5 % à 11,3 %.

B. Les régimes commerciaux, flux d’échanges et coût de transport

7Les pays du sud-Caucase exportent princi­palement des produits énergétiques et minéraux et des produits semi-finis. L’Arménie exporte principalement du cuivre, l’Azerbaïdjan du pétrole et du gaz. Le processus de démantèle­ment de l’appareil productif soviétique rend possible l’exportation des métaux ferreux et non-ferreux. L’industrie chimique en Arménie, l’industrie métallurgique en Géorgie et les raffineries de pétrole en Azerbaïdjan con­tinuent leur production et participent aux flux d’échanges commerciaux dans la région. Les produits agricoles et forestiers y sont également échangés.

8Les accords commerciaux multilatéraux et bilatéraux ont davantage contribué à la libéralisation des échanges que les accords conclus dans le cadre de la CEI. La Géorgie a conclu des accords de libre-échange avec l’Arménie, l’Azerbaïdjan, le Kazakhstan, la Russie, le Turkménistan et la Moldavie. Pourtant, le Parlement géorgien n’ayant pas encore ratifié ces accords, la suppression des droits de douane n’a pas pu avoir lieu.

9La Géorgie est membre de l’Organisation Mondiale du Commerce (OMC), l’Arménie devrait rejoindre l’Organisation bientôt, tandis que l’Azerbaïdjan n’a qu’un statut d’observateur et ses perspectives d’adhésion paraissent loin­taines.

10Le taux moyen des tarifs douaniers arméniens est de 10 %, certaines marchandises, en particulier les biens de consommation intermédiaires et agro-alimentaires, en sont exemptés. Les tarifs douaniers géorgiens pour la période 2000-05, approuvés par l’OMC, devraient être de l’ordre de 12 %. La situation présente davantage de complexité en Azerbaïd­jan où trois différents niveaux de tarifs douaniers sont en vigueur.

11Si le niveau des droits de douane ne constitue pas un obstacle majeur pour le développement du commerce régional, la corrup­tion et l’état des infrastructures contraignent fortement le potentiel d’accroissement du volume des échanges.

12L’absence de clarté dans les procédures douanières représente un coût considérable. La corruption ne frappe pas au même degré tous les importateurs. Ils se divisent en trois catégories : certains paient les tarifs douaniers offi­ciels, d’autres doivent payer un pot de vin et une partie des tarifs douaniers alors qu’une troisième catégorie ne paye que le pot de vin.

13Le développement des échanges extérieurs de l’Arménie et de l’Azerbaïdjan est particu­lièrement affecté par le contexte politique qui débouche sur l’abandon des voies commer­ciales traditionnelles, tandis que la Géorgie devient un point de passage incontournable.

14Les retombées économiques de la résolution des litiges ne se limitent pas à une diminution des coûts de transport. En effet l’inexistence du commerce dans certains secteurs rentre également dans l’évaluation du coût des embargos : ainsi, la création de nouveaux flux commerciaux dans le contexte de la paix offre une idée plus précise des retombées économiques de la résolution des conflits. Actuellement, les flux d’échanges de l’Arménie vers l’Azerbaïdjan, et de l’Azerbaïdjan vers l’Arménie sont inexistants. De même, aucun commerce n’a lieu officiellement de l’Arménie vers la Turquie, et le volume d’échanges de la Turquie vers l’Arménie est très limité.

  • 5 Selon les enregistrements officiels, la destination des produits exportés est la Géorgie, comme dan (...)

Les routes du Caucase
Le commerce entre l’Arménie et la Géorgie se fait au moyen des réseaux ferroviaire et routier qui relient les deux pays. La Géorgie est le principal pays qui relie l’Arménie à ses autres partenaires commerciaux.
Le commerce entre l’Arménie et l’Iran emprunte la route qui passe par la ville frontalière arménienne de Megri. La route passant par le Nakhitchevan, plus courte, permettrait d’économiser en coût de transport. À l’époque soviétique, c’était principalement la voie ferrée qui permet­tait l’acheminement des marchandises entre l’Iran et l’Arménie. Il pourrait en être de même en cas de réouverture des fron­tières.
Comme la frontière entre la Turquie et l’Arménie est officiellement fermée, les marchandises échangées entre ces deux pays transitent par la Géorgie.
L’acheminement des marchandises entre la Russie et l’Arménie se fait par réseau ferroviaire via l’Azerbaïdjan5, mais dans des proportions très limitées, et par route via la Géorgie. Les flux énergétiques passent également par la Géorgie.
Le commerce entre l’Azerbaïdjan et la Géorgie se fait directement par route et chemin de fer, les routes reliant les deux pays ne sont pas touchées par d’éventuels conflits.
Le commerce entre l’Iran et l’Azerbaïdjan se fait par la frontière commune.
Les marchandises échangées entre la Turquie et l’Azerbaïdjan doivent traverser soit le territoire géorgien soit le territoire iranien. La plus courte route reliant les deux pays passe par l’Arménie.
Les routes commerciales entre la Turquie et la Géorgie, pays riverains de la mer Noire, ne sont pas affectées par d’éventuels con­flits.
Les flux commerciaux entre la Géorgie et la Russie se font par voie maritime, par route et par chemin de fer via l’Azerbaïdjan. La fermeture de la ligne ferroviaire qui tra­verse l’Abkhazie a peu d’effet sur les flux commerciaux dans la mesure où elle était principalement destinée au transport de passagers.
Source: Evgeny Polyakov, Changing Trade Patterns After Conflict Resolution in South Caucasus; Poverty reduction and economic management sector unit - Europe and Central Asia Region, World Bank,Washington DC, 2000.

C. Les flux énergétiques dans la région

Les flux actuels

15Les flux énergétiques sont d’une importance fondamentale pour les économies de la région. L’Arménie et la Géorgie sont importatrices de gaz naturel et de produits pétroliers : le degré de dépendance à l’égard de ces flux est très important. L’Arménie a un excédent en énergie électrique. L’Azerbaïdjan est doté de larges ressources énergétiques et n’est donc pas un pays importateur.

Le schéma des flux énergétiques dans la région

16L’Arménie importe du gaz naturel de la Russie, tandis que les produits pétroliers proviennent de différents pays dont l’Iran, la Géorgie, et depuis peu de la Turquie. L’Arménie exporte de l’électricité à la Géorgie et à l’Iran.

17La Géorgie importe du gaz naturel de la Russie ; les importations de pétrole proviennent de l’Azerbaïdjan, de l’Iran et des pays du Golfe. La Géorgie exporte de l’électricité vers la Turquie et l’Azerbaïdjan, et dans une moindre mesure vers la Russie.

18L’Azerbaïdjan importe de l’électricité de la Turquie, de l’Iran, de la Géorgie, et de la Russie. Elle exporte du pétrole vers la Russie, la Turquie, l’Iran, la Géorgie, les pays du Golfe, et également, en dehors de la région, vers l’UE et les autres pays de la CEI.

19L’absence d’intégration entre les systèmes électriques a des coûts importants. Elle s’explique d’une part par des raisons politiques et d’autre part par des raisons d’ordre technique. La nature des relations entre l’Arménie et la Turquie d’une part, et entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan d’autre part, empêche l’Arménie d’exporter de l’électricité vers ces deux pays.

20L’Arménie est le pays qui a le plus grand excédent en capacité de production d’électricité. Cet excédent peut satisfaire la demande sur de nouveaux marchés. Grand marché à proxi­mité, la Turquie offre pour l’Arménie, en cas d’ouverture de la frontière, de nouvelles pers­pectives d’exportation. L’augmentation des exportations en énergie depuis l’Azerbaïdjan ou depuis la Géorgie serait bien moindre.

21L’excédent annuel en capacité générée en Arménie atteint 1000 MW, ce qui permettra, aux prix actuels en vigueur, des exportations en énergie d’un montant de 190 millions de dollars. L’Arménie exporte d’ores et déjà annuellement pour 100 millions de dollars US vers l’Iran (surtout en été) et la Géorgie.

22La Russie et l’Azerbaïdjan sont les princi­paux fournisseurs en gaz naturel de la région. En cas de résolution des conflits, l’Azerbaïdjan pourrait aisément approvisionner en gaz natu­rel l’Arménie. La diminution des coûts de trans­port permettrait de réaliser 25 % d’économies. L’Azerbaïdjan pourrait, dans ce cas de figure, accroître ses exportations de 100 millions de dollars. L’état des infrastructures, qui n’ont pas été utilisées durant 10 ans, nécessitera cependant des investissements supplémentaires.

23De même, à long terme, le marché turc est d’une importance cruciale pour le développement du secteur des hydrocarbures en l’Azerbaïdjan. La Turquie est l’un des rares marchés solvables de la région : les fournisseurs en gaz naturel seront en concurrence pour approvisionner le marché turc.

D. Les effets sur la balance des paiements d’une normalisation des relations économiques régionales

  • 6 Evgeny Polyakov, Changing Trade Patterns after Conflict Resolution in South Caucasus, Poverty Reduc (...)

24Selon les calculs réalisés dans le cadre de l’étude menée par la Banque Mondiale6, une normalisation de ses relations économiques permettrait à l’Arménie d’économiser entre 6 et 8 millions de dollars en coûts de transport pour les importations non-énergétiques, et environ 45 millions de dollars en optant pour d’autres fournisseurs en gaz naturel et en pétrole. L’augmentation potentielle des exportations se situerait entre 269 et 342 millions par an, ce qui est équivalent à plus qu’un doublement du montant total des exportations. Parallèlement, le montant des importations supplémentaires nécessaires pour soutenir cet effort d’expor­tation s’élèverait à 100 millions de dollars. La balance des paiements devrait connaître une amélioration de 220 millions de dollars, montant équivalent à 38 % du déficit actuel de la balance commercial. Ces estimations ne prennent pas en compte les effets d’une libéralisation des échanges dans la région.

25Certains économistes rencontrés dans la région attendent un doublement du PNB.

26L’Azerbaïdjan, dans le cas d’une normali­sation des relations économiques, pourrait voir ses exportations s’accroître de 100 millions de dollars, ce qui est équivalent à 11 % du montant actuel de ses exportations. Cette augmentation réduirait le déficit commercial d’un quart.

27La Géorgie pourrait voir les revenus provenant du transit réalisé à travers son territoire diminuer. Cette réduction ne devrait pourtant pas dépasser un quart des revenus provenant du transit, c’est-à-dire 1,5 % de son déficit commercial. Parallèlement, le pays devrait bénéficier de la mise en place d’une coopération économique, notamment des gains réalisés par l’intégration des systèmes électriques.

28Les pays du Caucase du Sud exportent notamment de produits de base et de produits énergétiques. Les tarifs douaniers sont bas, la libéralisation des échanges en Arménie est plus avancée que dans les deux autres États voisins. Or, force est de constater que les tarifs douaniers ne constituent pas un obstacle majeur au développement des échanges. Les obstacles non-tarifaires, dont la plupart sont non-officiels, nuisent sérieusement aux importateurs et aux exportateurs. Par ailleurs, les routes commerciales traditionnelles dans la région sont souvent hors d’usage : la plupart des routes qui traversent l’Azerbaïdjan ne sont pas utilisées. Cette situation de conflictualité nuit gravement aux relations économiques extérieures de l’Azerbaïdjan et de l’Arménie, tandis que la Géorgie devient un passage incontournable. Dans le domaine de l’énergie, certains flux commerciaux sont inexistants : il n’y a aucun flux commercial de gaz ou de pétrole de l’Azerbaïdjan vers l’Arménie, ni de livraison d’électricité de l’Arménie à la Turquie.

29Les retombées économiques d’un accord de paix s’expriment d’une part en termes de flux nouvellement créés ; d’autre part, les perspec­tives d’intégration dans le secteur de l’énergie peuvent permettre d’atteindre une plus grande rationalité économique et de réaliser des gains économiques considérables.

30La diminution des coûts de transport produirait un effet positif sur les balances de paiements : l’Arménie, qui souffre très sérieuse­ment de coûts de transport prohibitifs, devrait être le premier pays à en profiter, tandis que la Géorgie qui, de par sa localisation géogra­phique et le contexte politique, est devenu un pays de passage incontournable, devrait perdre de sa centralité.

31La résolution des conflits, la normalisation des relations politiques, la levée des embargos économiques et l’ouverture des frontières rendent possible la conception d’une stratégie d’intégration régionale. L’approche régionale est d’une énorme importance pour des marchés nationaux de petite taille : la perspective de réalisation d’économies d’échelle et de la possibilité d’écouler la production sur le marché régional devraient stimuler les investissements directs étrangers. Ainsi, les retombées écono­miques de la paix se feront sentir à court et moyen terme par la création de nouveaux flux commerciaux, par la diminution des coûts de transport, et à long terme par l’accroissement des investissements directs étrangers.

32L’Arménie est le pays qui devrait bénéficier le plus des retombées économiques de la paix : l’enclavement du pays et la fermeture de ses frontières avec la Turquie et l’Azerbaïdjan nuisent aux capacités d’exportation du pays et accroissent considérablement le coût des importations.

33Le développement des relations économiques entre la Turquie et l’Arménie dans les années 90 s’inscrit dans le nouveau cadre politique et économique caractéristique de la période de l’après-Guerre Froide. La frontière turco- arménienne a été fermée par une décision gouvernementale prise en 1993. Cette décision, qui rend impossible la mise en place d’un flux commercial direct entre les deux pays, est inter­prétée comme un embargo.

Notes

4 Evgeny Polyakov, Changing Trade Patterns After Conflict Resolution in South Caucasus, Poverty Reduction and Economic Management Sector Unit - Europe and Central Asia Region, World Bank, Washington DC, 2000.

5 Selon les enregistrements officiels, la destination des produits exportés est la Géorgie, comme dans le cas du commerce entre la Turquie et l'Arménie.

6 Evgeny Polyakov, Changing Trade Patterns after Conflict Resolution in South Caucasus, Poverty Reduction and Economic Management Sector Unit, Europe and Central Asia Region, The World Bank, Washington DC, 2000.

© Institut français d’études anatoliennes, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search