Introduction

L’Arménie et ses voisins

L’Arménie et ses voisins

Division géographique (direction des Archives) du ministère des Affaires étrangères.

Évolution des échanges transfrontaliers et la mise en place du nouveau cadre régional

  • 1 Doğu Ekspresi.

1L’ouverture de Doğu Kapı, premier poste- frontière entre la Turquie et l’URSS remonte à 1927. Le poste frontière est situé à une vingtaine de kilomètres de Kars, et à quelques kilomètres du village turc d’Akyaka. Après la construction du réseau ferroviaire qui traverse toute l’Anatolie, le village frontalier d’Akyaka devient le dernier arrêt de l’Orient-Express1. L’ouverture du poste frontière et la construction de la ligne de chemin de fer permettent, malgré les problèmes de compatibilité entre les réseaux ferroviaires turc et soviétique, la mise en place d’un flux d’échanges commerciaux avec l’URSS.

2Le blé et les produits d’élevage sont les prin­cipaux produits d’exportation. Dès 1937, une exploitation établie sur la frontière se spécialise dans l’exportation des produits d’élevage vers l’URSS. Ce flux d’échanges est créé par la volonté des gouvernements turc et soviétique qui signent, dans les années 30, une série d’accords économiques bilatéraux. Par ailleurs, l’URSS soutient l’effort d’industrialisation de la jeune République de Turquie par l’octroi de prêts. Dans les années 60, l’Union soviétique devient un important marché pour les exportateurs de la région. La maladie de la fièvre aphteuse qui se déclare en 1974 inter­rompt le flux d’échanges. La détérioration de la situation économique en Union soviétique à partir de la seconde moitié des années 80 ne permettra plus une reprise des échanges.

3L’ouverture et la fermeture de la frontière semblent être une notion relative : l’interruption du flux est perçue par les habitants comme une décision de fermeture de la frontière.

4L’interruption du transport de marchandises ne met pas un terme aux contacts transfron­taliers : le flux des passagers continue. Une liaison ferroviaire entre Akyaka et la ville frontalière arménienne, Gumri continue à être assurée deux fois par semaine.

  • 2 Ville frontière, une ville située aux confins.

5Le contexte de l’après-Guerre Froide change radicalement les données politiques dans la région et modifie le schéma des échanges frontaliers. Avec la dissolution de l’Union soviétique et l’accès à l’indépendance des États du Caucase, la Turquie doit compter avec de nouveaux voisins. L’idée de partager doré­navant une frontière commune avec la République de l’Arménie suscite quelques inquiétudes. Le nouveau contexte régional qui se met en place dans les années 90 fait perdre à la ville de Kars, pourtant traditionnellement surnommée Serhat Kars2, son statut de ville frontalière. Après la fermeture officielle de Doğu Kapı en 1993, Kars devient la province turque la plus orientale.

6L’évolution de la situation dans le Haut-Karabagh, plus particulièrement les attaques arméniennes contre les villages azéris, et l’envenimement du conflit entre l’Azerbaïdjan et l’Arménie poussent la Turquie à réagir.

  • 3 Déclaration gouvernementale datée du 3 avril 1993 : "En raison des attaques arméniennes et de la po (...)

7Le 3 avril 1993, le gouvernement annonce sa décision de mettre fin aux livraisons de blé que la Turquie était en train de faire à l’Arménie et de ne plus permettre l’acheminement par le territoire turc de toute forme d’aide destinée à l’Arménie.3 Le poste frontière de Doğu Kapı est fermé. La fermeture de Doğu Kapı et la décision de ne pas ouvrir le poste frontière situé à quelques dizaines de kilomètres du centre d’Iğdır et d’Erevan, Alican Kapı / Makara, sont perçues comme la mise en place, de facto, d’un embargo économique contre l’Arménie.

8Parallèlement, la Turquie est dotée de nou­veaux postes frontières. Elle découvre son nou­veau voisin, la Géorgie, dès 1989 avec l’ouver­ture de Sarp Kapı ; l’ouverture d’un second poste frontière en 1994 accorde à Ardahan le statut de ville frontalière. En 1993, Iğdır s’ouvre sur l’enclave azérie du Nakhitchevan. Par une décision en Conseil des Ministres, les provinces d’Artvin, Ardahan et Iğdır sont autorisées à faire du commerce frontalier avec leurs voisins.

9Deux nouvelles dates sont significatives dans l’évolution des contacts entre l’Arménie et la Turquie : en 1996, l’ouverture du corridor aérien entre les deux pays permet à la compagnie aérienne Armenian Airlines d’assurer une liai­son aérienne directe entre Istanbul et Erevan, les premières années une liaison aérienne est également assurée entre Erevan et Trabzon. À partir de décembre 2000 entre en vigueur une mesure qui impose aux citoyens arméniens l’obtention préalable d’un visa pour l’entrée sur le territoire turc, mesure de rétorsion contre les discussions au Congrès américain en vue de la reconnaissance du génocide arménien.

10Le rappel des dates marquant l’évolution des contacts entre l’Arménie et la Turquie permet de discerner les différentes étapes de la mise en place du nouveau cadre régional. À l’ère bipolaire, les échanges frontaliers entre la Turquie et l’Arménie dépendent étroitement de la situation économique qui prévaut dans l’Union soviétique. Les exportations turques vers l’URSS à partir de Doğu Kapı, qui transitent par l’Arménie, ne sont certes pas considérables, pourtant leurs retombées pour les éleveurs de la région ne sont pas négligeables. La dégradation de la situation économique en URSS met fin à ce flux d’échanges.

11Les années 1990 sont marquées par la fermeture du seul poste frontière avec l’Armé­nie et par l’ouverture des postes frontières avec la Géorgie et le Nakhitchevan. Les relations entre l’Arménie, nouvellement indépendante, et la Turquie s’insèrent dans le nouveau cadre régional : la Turquie définit ses relations avec l’État arménien dans le contexte de la guerre du Haut-Karabagh et de l’invasion arménienne du territoire azéri qui s’en suit.

12La décision récente imposant la nécessité d’obtention d’un visa aux ressortissants arméniens révèle l’existence d’un nouveau facteur qui influe sur le cours des relations entre les deux États : la diaspora arménienne, bien que n’étant pas un acteur à part entière, devient un facteur incontournable.

Notes

1 Doğu Ekspresi.

2 Ville frontière, une ville située aux confins.

3 Déclaration gouvernementale datée du 3 avril 1993 : "En raison des attaques arméniennes et de la poursuite de l'occupation, notre gouvernement a décidé de suspendre les livraisons de blé vers l'Arménie et de mettre fin aux facilités accordées pour l'acheminement de l'aide à travers notre territoire."