Version classiqueVersion mobile

La présence roumaine à Istanbul

 | 
Sylvie Gangloff
, 
Jean-François Pérouse

Conclusion : une chronique de l’éphémère et de l’invisible ?

Texte intégral

1Officiels ou non, les contacts se multiplient entre ces deux pays et ces deux peuples séparés par cinquante années de rideau de fer. Les navettes se font dans les deux sens, bien que dans des proportions différentes. La présence commerciale de la Turquie en Roumanie a une incidence notable -mais encore difficilement évaluable- sur la perception de ce pays en Roumanie. En revanche, la présence roumaine à İstanbul (de labeur ou de commerce) reste un phénomène semi-organisé à l’impact collectif marginal.

2Il n’y a pas pour nous de « communauté roumaine » à İstanbul, au sens organique où on pourrait entendre ce terme, du fait des straté­gies à l’œuvre, foncièrement individuelles, provisoires et spontanées. Il y a seulement une convergence momentanée de choix et de pra­tiques. Une collection d’individus partageant un destin commun et évoluant de temps à autre dans des territoires d’élection communs ne fait pas communauté, malgré les co-présences, les pratiques momentanées d’entraide et d’échanges d’informations.

3La Turquie, et İstanbul avant tout, n’est donc plus pour ces travailleurs, comme pour ces commerçants roumains, l’eldorado d’il y a cinq ou six ans. Mais qu’İstanbul ait pu exercer -et exerce toujours dans une certaine mesure- un tel attrait reste un phénomène qui échappe un peu aux Occidentaux, habitués à voir les Turcs chercher à s’exiler dans un monde meilleur, ou en tout état de cause dans des pays économiquement plus développés que le leur. Mais ne nous y trompons pas, İstanbul exerce sur les Anatoliens un même attrait, et une même répulsion, encore que cette répulsion revête des formes et des motifs différents. De ce fait la distinction entre « mobilités interna­tionales » et « mobilités nationales » n’a, à l’épreuve, pas de grande pertinence.

4Le cas de la présence roumaine à İstanbul illustre bien à la fois le phénomène du commerce à la valise et celui du marché du travail clandestin dans les grandes métropoles du pourtour méditerranéen. Il s’agit de phénomènes certes intrinsèquement liés, mais pouvant évoluer différemment. Ce qui frappe en défini­tive c’est l’extrême rapidité des changements qui affectent ces activités labiles, dont la lisibi­lité demeure réduite. En effet, il suffit que le contexte politique, économique ou juridique se modifie pour que ses activités se recomposent et s’adaptent aussitôt. La levée des visas pour les Roumains dans l’espace Schengen le 1er janvier 2002 devrait ainsi avoir une notable influence sur la configuration des migrations de travailleurs roumains. En tout cas, l’existence de ces activités attire l’attention de l’observa­teur sur la « face cachée » des économies et des échanges métropolitains, dont la statistique officielle peine à rendre compte, alors même qu’elle constitue un des phénomènes socio-économiques majeurs dont les espaces métropolitains sont le théâtre.

© Institut français d’études anatoliennes, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search