Version classiqueVersion mobile

La présence roumaine à Istanbul

 | 
Sylvie Gangloff
, 
Jean-François Pérouse

4. Les relations entre la Turquie et la Roumanie : normalisation politique et poids de l’histoire

Texte intégral

1Les relations bilatérales officielles entre la Turquie et la Roumanie sont aussi marquées du sceau du commerce. Une certaine prudence politique, plus le résultat d’une politique régionale hésitante de la Roumanie que d’une réelle défiance à l’égard de la Turquie, a marqué les premières années de cette normalisation.

Une normalisation des relations par le commerce

  • 102 Source : Devlet İstatistik Enstitüsü.

2Les échanges n’étaient déjà, de toute façon, pas négligeables à la fin de la période communiste. Ils se montaient à 278 millions de dollars en 1987 (274 millions en 1988, 292 millions en 1989, 285 millions en 1990)102. Une ligne « roll on-roll off » entre İstanbul et Constanţa avait déjà été créée en 1985, alors que les tensions entre la Turquie et la Bulgarie, consécutives à la campagne d’assimilation des Turcs de Bulgarie durant l’hiver 1984/85, avaient conduit les autorités bulgares à limiter les permis de transit octroyés aux transporteurs turcs. Les accords réglementant le commerce (prévention de la double taxation et promotion et protection des investissements réciproques) étaient déjà en vigueur en 1991.

  • 103 Cumhuriyet, 8/7/99 ; Turkish Daily News, 8/7/99 ; Anadolu Ajansı, 5/7/99.
  • 104 Romanya. Ülke profili, mevzuat, girişimcileri ve Türkiye-Romanya serbest ticaret anlaşması [La Roum (...)

3Dès 1991, ces échanges se montent à 300 millions de dollars, 430 l’année suivante. Ce sont les entrepreneurs turcs, attirés par les potentialités du marché roumain, qui ont impulsé ce mouvement. Quoi que disposant de peu de capitaux, les Turcs sont en effet actifs sur ce marché et investissent dans des domaines d’activités assez variés. 3000 firmes turques auraient investi en Roumanie de 1991 à 1994, chiffre qui passe à 4700 à la mi-1997, 5600 en 1999103. Ce chiffre officiel cache toute­fois une réalité un peu différente, puisque nombre de ces entreprises ne sont en fait que des prête-noms. La chambre de commerce d’İstanbul estimait, en 1997, que sur 4700 entreprises, il n’y en avait guère qu’un millier qui avait entrepris de réelles activités dans le pays104.

  • 105 Ces chiffres varient considérablement selon les sources, roumaines ou turques, officielles ou non o (...)

Tableau 5 : Les échanges entre la Turquie et la Roumanie105

1992

1993

1994

1995

1996

1997

1998

1999

2000a

Exp. vers la Turquie (en millions de $)

219

277

251

348

384

394

345

401

496

 % du total des exp. roumaines

5 %

5,7 %

4,1

4,4

5 %

Imp. vers la Turquie (en millions de $)

176

147

151

251

185

359

468

268

236

 % du total des imp. roumaines

4 %

3 %

2,5 %

2,4

1,9 %

Total des échanges

385

424

402

599

569

753

813

669

732

a Uniquement pour la période janvier-septembre 2000

Source : E.I.U. Country Profile, « Romania », 1998/99 pour les périodes 1992-96 ; sous-secrétariat turc au commerce extérieur pour la période 1997-2000.

Tableau 6 : Les investissements étrangers en Roumanie, en octobre 2000

Pays

Valeur du capital enregistré

Investissements étrangers Compagnies enregistrées

En milliers de $

 %

Nombre

 %

Total

7 828 758

100

893

100

Pays-Bas

5 177 247

66,1

19

2,1

Allemagne

762 073

9,7

92

10,3

Turquie

547 730

7

73

8,2

Autriche

363 803

4,6

17

1,9

Grèce

341 818

4,4

11

1,2

Italie

260 465

3,3

150

16,8

Source : The National Trade Registry Office, Bucarest,

  • 106 La construction de cette brasserie, d’une capacité de 100 millions de litres par an, aura coûté env (...)
  • 107 Sur ces investissements, voir Hürriyet, 9/8/95, 17/3/97 ; Milliyet, 25/11/97 ; Cumhuriyet, 17/6/96  (...)

4Les investissements turcs se dirigent princi­palement vers l’industrie agro-alimentaire et le secteur bancaire. Les investissements les plus importants ont été réalisés par Efes Pilsen qui a inauguré en décembre 1998 une brasserie à Ploieşti106. Le holding Bayındır a, lui, principalement investi dans le secteur bancaire et dans la construction. Il possède deux grands hôtels en Roumanie (« Majestik » et « Negoyu ») et est à l’origine de la création de la première banque turco-roumaine en mars 1994, la Banca Turco-Romana (BTR). D’autres entreprises turques sont présentes : Pakmaya qui exporte sucre, riz, olives et farine, Degere qui a rem­porté un contrat d’exploitation pétrolière en 1992, le groupe sidérurgique Erdemir, Opa Ofset, Duran Ofset, Orsan, AKK, Kombassan, Tekfen, Rompak, Netaş, Gentrans, etc.107

  • 108 Anadolu Ajansı, 12/2/00 ; Akşam, 8/7/99 ; Bucarest Matin, 14/2/00.

5De sources turques comme roumaines, il y aurait quelques 15 000 hommes d’affaires turcs en Roumanie, sans qu’on connaisse bien la durée de séjour de ces entrepreneurs108. Ainsi, lors d’un entretien en mai 2001 avec le respon­sable (un Turc d’origine macédonienne) d’une société assurant la confection et la commercia­lisation de vêtements en cuir, à Zeytinburnu, celui-ci nous a avoué faire le voyage en Roumanie « au moins une fois par mois ». Il y gère l’achat et le transport de peaux de mouton, dont les prix sont, nous dit-il, beaucoup plus attractifs en Roumanie qu’en Turquie.

6Aux installations d’entrepreneurs turcs, il faudrait ajouter ces allers-retours d’hommes d’affaires, plus difficilement saisissables. Les liaisons quotidiennes de Turkish Airlines sur Bucarest en témoignent, ces « navettes commer­ciales » sont fréquentes.

  • 109 Il s’agit, là aussi, d’un investissement du holding Bayındır. Ce centre a été inauguré en septembre (...)

7Conséquence de ces investissements turcs, la présence turque est très visible dans les rues de Bucarest. Le premier grand centre commer­cial ouvert à Bucarest est le résultat d’un investissement turc109. Ziraat Bankası, Demirbank, Garanti Bank ou encore Sümerbank s’affichent dans les rues de la capitale, les Bucarestois mangent des glaces Mado et s’approvisionnent chez Gima, etc.

8L’image du Turc arriéré, résultat d’une domination ottomane mal digérée, et l’image du Turc corrompu et indigent, résultat de 50 ans de communisme, tendent donc forcément à s’atténuer avec la visibilité de cette présence commerciale, sans que l’on puisse bien sûr mesurer cette évolution et son impact.

Des relations politiques somme toute prudentes

9Jusqu’au changement de gouvernement en Roumanie à la fin de l’année 1996, les relations politiques sont, elles, singularisées par une sincère, mais simple, cordialité. Cette cordialité s’est illustrée par les visites annuelles des Présidents de ces deux États dans l’autre pays, phénomène sans précédent et sans équivalent dans les Balkans. À force de rencontres, les deux Présidents en exercice à l’époque (Ion Iliescu et Süleyman Demirel) affichaient publiquement une amitié de bon aloi. C’est également avec ce pays que la Turquie a signé son premier traité de « normalisation » (traité d’amitié et de coopération) dans la région (septembre 1991).

  • 110 Le Président Iliescu a semblé s’être rallié à la demande turque lors de la visite du Président Demi (...)

10Toutefois, durant toute la période Iliescu (1991-1996), si ces relations étaient cordiales et si la volonté de développer les échanges était incontestable, la Roumanie est restée frileuse dans ses relations avec la Turquie, notamment dans les domaines les plus sensibles. Elle s’est, par exemple, longtemps opposée au déploie­ment de troupes turques de « maintien de la paix » en Bosnie-Herzégovine110 et aucun accord militaire d’importance n’a été signé entre les deux pays. Cette tiédeur reflétait en fait les positions ambiguës sur la scène balka­nique (et au-delà) de l’équipe Iliescu. Alors que l’attention des forces politiques du pays était monopolisée par les contentieux avec les voisins du nord (Hongrie, Ukraine, Russie, Moldavie), la Roumanie a plutôt cherché à s’impliquer le moins possible dans les affaires balkaniques. Elle restait notamment soucieuse de ne pas s’aliéner la Grèce et la Serbie avec lesquelles elle entretenait de bonnes relations. Elle a donc développé des relations relative­ment stables avec l’ensemble de ses voisins méridionaux et a soigneusement évité de s’engager dans une coopération politique ou militaire trop étroite avec la Turquie.

  • 111 Voir, par exemple, Edith Lhomel, « La Roumanie en 1996. Le renouveau politique », in Edith Lhomel, (...)
  • 112 Voir par exemple, Alfred Moses, “Romania’s NATO Bid”, SAIS Review, vol. XVIII, n° 1, hiver-printemp (...)

11Les élections présidentielles et législatives de novembre 1996, qui ont amené au pouvoir l’opposition libérale, ont marqué un tournant aussi bien sur le plan de la politique intérieure que sur le plan diplomatique111. Les nouveaux dirigeants ont multiplié les déclarations sur leur volonté d’ancrer définitivement la Roumanie à l’Ouest et ils ont fait une priorité de l’adhésion de leur pays à l’OTAN112. Avec ce changement de gouvernement, les relations avec la Turquie, aussi bien politiques qu’économiques, ont pris l’allure d’une réelle coopération.

  • 113 Bucarest Matin, 8/7/99, 9-11/7/99.

12Les visites bilatérales se sont succédé dès le début de l’année 1997 et, en avril, les deux gouvernements ont signé un accord de libre- échange, d’ailleurs le premier du genre signé par la Turquie dans la région. Une réelle coopération militaire a également été mise en place et s’est illustrée par la tenue de manœuvres bilatérales en avril 1998 et de nouveau en novembre 1999 au large de Constanta. En 1999 comme en 2000, les deux chefs d’état-major se sont rendus en visite dans l’autre pays. La Roumanie est par ailleurs le pays qui fournit le plus gros contingent au centre d’entraînement du Partenariat pour la paix d’Ankara. Les deux pays envisagent également une coopération dans un autre domaine sensible, le nucléaire, alors qu’un débat s’est engagé en Turquie sur la construction d’une centrale113. Les visites bilatérales sont également systématiquement l’occasion de réitérer le soutien de la Turquie à la candidature de la Roumanie à l’OTAN ou encore « l’absence de compétition dans leur candidature à l’U.E. » ( !).

13Quelques initiatives symboliques viennent couronner cette cordiale atmosphère : inauguration d’un square « Mustafa Kemal Atatürk » à Bucarest en décembre 1998, remise de distinc­tions officielles à l’ambassadeur de Turquie, aux chefs d’état-major respectifs, ou encore jumelage de la ville d’İstanbul avec celle de Constanţa (où est concentré la minorité turque du pays), accord de jumelage signé le 22 mai 2001 à İstanbul dans le quartier de... Yenikapı !

  • 114 Sur les droits juridiques, la situation dans les domaines de l’éducation et de la culture de cette (...)
  • 115 L’école « Kemal Atatürk » a été inaugurée en avril 1996 par le Président Demirel. Cumhuriyet, 19/4/ (...)

14Enfin, notons que le sort de la minorité turco-tatare du pays ne crée pas de contentieux entre les deux pays. De fait, c’est plutôt le sort de la minorité hongroise de Transylvanie qui monopolise l’attention de l’opinion publique et des mouvements d’extrême droite. Les Turcs de Roumanie disposent de deux sièges à l’Assemblée nationale et semblent relativement bien « intégrés »114. Ils jouissent maintenant de la possibilité de suivre des cours de turc et une formation religieuse à Constanţa, et la Diyanet (direction des affaires religieuses) a financé la création d’une école en Roumanie à Mecidiye (près de Constanţa)115.

  • 116 Déclaration du Président Iliescu lors de la visite du Président Sezer en juin 2001. Bucarest Matin, (...)

15Tout comme les échanges commerciaux, cette convergence politique -réelle ou non, mais en tout état de cause affichée- participe au dépérissement des lourdeurs du passé, mon­trant « l’exemple de deux nations qui ont su laisser en arrière les aspects controversés de leur histoire, construisant des relations solides, mutuellement avantageuses »116.

Un certain nombre de controverses

  • 117 Sabah, 5/5/99.
  • 118 Sabah, 26/7/99 ; Türkiye, 22/7/99.

16Au niveau strictement bilatéral, le « dossier kurde » fait de l’ombre à « l’amitié et la collabo­ration exemplaire entre les deux pays ». Selon la presse et les dirigeants turcs, le PKK serait bien implanté en Roumanie. La presse avance le nombre de 5000 militants kurdes installés dans le pays, dénonce la présence de camps d’entraînement du PKK (« PKK’nın yeni bir adresi : Romanya »)117 et autres activités de racket auprès des entrepreneurs turcs présents dans le pays118. Le PKK aurait ainsi eu tout loisir de célébrer à Bucarest le 20ème anniver­saire de sa création le 27 novembre 1998. Toujours selon la presse turque, il financerait certains partis politiques roumains avec des fonds qu’il recevrait de la diaspora kurde en Europe. Depuis la signature par les deux pays d’un accord de lutte contre le terrorisme, le trafic de drogue et d’armes en 1998, les dirigeants turcs ont avec constance et fermeté demandé l’extradition des militants kurdes établis en Roumanie.

  • 119 Hürriyet, 24/4/99, 29/4/99 ; Anadolu Ajansı, 22/4/99 ; Sabah, 5/5/99.
  • 120 AFP, 15/11/99 ; Central Europe Review, 22/11/99.

17Bucarest a effectivement intensifié sa lutte contre les membres du PKK présents sur son territoire. Plus de trente militants ont été extradés vers la Turquie durant les quatre premiers mois de l’année 1999 et de nouvelles arrestations ont été opérées à la fin du mois d’avril de la même année119. De nouveau à l’automne 1999, les milieux kurdes ont fait l’objet de sévères contrôles. Cette pression sur la communauté a conduit 19 militants à entamer une grève de la faim120. La presse turque réitère cependant épisodiquement ses dénonciations sans, bien sûr, que leur bien- fondé puisse être sérieusement estimé.

  • 121 Les échos qu’en donne le quotidien de langue française Bucarest Matin sont à cet égard éloquents. V (...)
  • 122 Le contrat a été finalement annulé par le FPS (Fonds des Propriétés de l’État). Bucarest Matin, 22/ (...)

18La crise bancaire en Turquie, et notamment, bien sûr, la faillite de la Banca Turco-Romana, suscite par ailleurs l’inquiétude en Roumanie. L’affaire a été largement couverte par la presse roumaine121 et c’est finalement la « faillite » de la Turquie qui est visible dans tout le pays où la BTR avait ouvert jusqu’à 20 filiales. L’affaire de l’achat de la raffinerie Petromidia par la firme turque Akmaya, qui n’aurait pas rempli ses obligations contractuelles, motive également d’amers commentaires sur la fiabilité des entre­preneurs turcs122.

  • 123 “Casus Türk’e 4 yıl hapis” [4 ans de prison pour l’espion turc], Radikal, 12/03/2001, p. 3.
  • 124 Voir par exemple Sabah, 5/10/98 ; Türkiye, 23/5/00, 24/5/00 ; Anadolu Ajansı, 10/5/00. Les cas de c (...)

19En revanche, les quelques affaires d’espion­nage industriel qui ont valu à un Turc d’être emprisonné pendant quatre ans à Constanţa123, comme les contentieux entre pêcheurs turcs en mer Noire et autorités roumaines124, n’ont pas d’influence notable sur les relations bilatérales.

  • 125 Le port de Constanţa peut recevoir des cargos et tankers de 150 000 dwt (dead-weight tonnage). Il e (...)

20À terme, les deux pays pourraient se retrou­ver en concurrence sur un certain nombre de dossiers, et notamment sur les voies d’achemi­nement des hydrocarbures (et autres marchandises) du Caucase et de l’Asie centrale vers l’Europe. La Roumanie, comme tant d’autres pays, et notamment comme la Turquie, aspire à se placer au centre de ces voies de transport en gestation aujourd’hui dans la région. Elle compte, pour cela, sur son port de Constanţa, relativement bien équipé (terminaux spécia­lisés, installations ro-ro, etc.), de capacité non négligeable125, relié au Danube par le canal Cernovodă, et depuis 1992 également au Rhin via le canal Rhin-Main-Danube. La Roumanie a notamment développé un actif lobbying auprès de la Géorgie -seul pays de Transcaucasie à disposer de ports- pour l’ouverture de lignes- ferries sur Constanţa. Ces lignes-ferries Caucase-Balkans permettent de contourner la Turquie (et le goulot d’étranglement que représente İstanbul) et la Russie (où les réseaux sont en mauvais état et surchargés). La Roumanie pourrait également faire de l’ombre à la Turquie sur le dossier énergétique. Le projet de pipeline Constanţa-Trieste entre en effet directement en concurrence avec les projets russe (Baku-Novorossisk-Bosphore) et turc (Baku-Ceyhan). Les études de faisabilité sont en cours, financées par l’Italie, via sa compagnie pétrolière ENI. Le principal obstacle à ce projet était la réticence des États-Unis à propos du passage par la Serbie que le tracé Constanţa- Trieste implique. Or, les changements de direction politique à Belgrade pourraient remettre à l’ordre du jour ce projet.

  • 126 Bucarest Matin, 16/8/00.

21Les controverses soulevées par la nouvelle réglementation, imposée par la Turquie en juillet 1994, sur le passage du Bosphore sont aussi liées à ce dossier « énergétique ». Les autorités roumaines accusent les Turcs de prendre des mesures abusives et d’entraver la liberté de passage des détroits afin d’imposer la construction du pipeline Baku-Ceyhan126. Le cas des navires roumains « S.G. Entreprise » et « Iris Star » qui ont été bloqués à l’entrée du Bosphore par les autorités turques en juillet 2000 pour ne pas avoir respecté les réglementa­tions sur la longueur des embarcations, a relancé cette controverse. Toutefois, signe d’une réelle volonté, côté roumain, de ne pas « antagoniser » la Turquie, Bucarest ne s’est pas jointe à la Grèce et à la Russie dans les recours que ces deux pays ont formulés auprès de l’Organisation Maritime Internationale (IMO).

Le poids de l’histoire dans le cas turco-roumain

22Les propos des Roumains à İstanbul illustrent bien cette persistance de ressenti­ments de ce peuple envers les successeurs des Ottomans. C’est contre l’Empire ottoman que les peuples balkaniques se sont érigés en nation. Ce phénomène d’inimitié constitutive n’est pas une particularité des Balkans. Ce qui l’est, en revanche, c’est la difficulté des pays de la région, plusieurs décennies voire un siècle après leur combat pour l’indépendance, à surmonter cette inimitié. Celle-ci prend dans les Balkans les aspects (caricaturaux) d’une lutte entre le christianisme et l’islam, entre la civilisation et l’obscurantisme, en un mot, entre le Bien et le Mal.

Tableau 7 : Les passages de navires commerciaux par le Bosphore en 1998

Pays ou pavillons

Total des bateaux

Pourcentage faisant une escale à İstanbul

Russie

6061

49 %

Ukraine

5304

54 %

Malte

4666

26 %

Syrie

2203

7 %

Panama

1094

16 %

Bulgarie

1053

24 %

République de Chypre

1164

0 %

Grèce

829

11 %

Roumanie

682

8 %

Liban

438

9 %

Honduras

415

23 %

Libéria

324

17 %

Total (*)

25 304

33 %

Source : Deniz Ticaret Odası (Chambre de Commerce Maritime), İstanbul, 1999.

(*) Ce total comprend l’ensemble des pays répertoriés, et non pas seulement les plus importants, qui figurent sur le tab. ci-dessus. Nota : Il s’agit des statistiques par pavillon. Celles-ci sont donc faussées par le recours fréquents, entre autres par la Roumanie, à des pavillons de complaisance. Ainsi, les deux navires roumains arraisonnés en juillet 2000, le minéralier « S.G. Entreprise » et le pétrolier « Iris Star », battaient-ils respectivement pavillon des Bahamas et de Malte.

  • 127 Newspot, 10/9/92, p. 5.
  • 128 Le Monde, 25/10/94 ; RFE/RL Daily Report, 6/10/94.

23Le Turc souffre alors d’une image particu­lièrement négative. Il représente le barbare, inculte mais cruel oppresseur des peuples balkaniques. Ces stéréotypes négatifs à l’encontre des Turcs sont particulièrement persistants. Ils sont véhiculés par de nombreux proverbes et poèmes, par une littérature en tout genre et même par les manuels scolaires. À cet égard, l’affaire des boulangeries turques est révélatrice de la persistance de ces stéréotypes : dès le milieu de l’année 1992, 150 boulangeries turques étaient établies en Roumanie127. Très vite, la rumeur que ce pain était empoisonné a commencé à circuler dans la capitale roumaine et ailleurs. De même, selon une autre rumeur, ce serait de Turquie que serait originaire l’épidémie de choléra qui s’était déclenchée en Roumanie en 1994128.

  • 129 Voir l’analyse des discours de presse dans les Balkans conduite sous la direction de l’association (...)

24Dans ce contexte, on pourrait s’étonner de la présence de cette communauté roumaine à İstanbul. De fait, İstanbul reste Constantinople dans l’imaginaire des peuples balkaniques. Pour autant, le cas de la Roumanie est particu­lier dans les Balkans. Premièrement, Constantinople n’exerce pas la même attraction pour tous les peuples balkaniques. Les deux autobus affrétés (via les services du consulat) à İstanbul pour assister aux Pâques orthodoxes en avril 2001 font ainsi bien pâle figure, face aux milliers de Grecs qui s’y sont déplacés pour la même occasion. De plus, bien que tendanciellement turcophobes, les Roumains focalisent leur « inimitié nationale » sur d’autres peuples, et notamment les Russes et les Hongrois. La nécessité de lutter contre d’autres « menaces » jugées plus sensibles peut alors justifier une coopération avec la Turquie, et, quoi qu’il en soit, relativise le poids de l’inimitié contre les Turcs dans l’inconscient collectif. Depuis 1991, ce sont surtout les Hongrois qui sont la cible des dénonciations des partis nationalistes roumains. Quant à la presse et l’opinion publique, les rumeurs précitées témoignent bien de la présence d’une turcophobie latente mais c’est, là encore, surtout contre la « cinquième colonne hongroise » que se déchaîne la presse et que les peurs des citoyens se focalisent. La Turquie ne suscite d’ailleurs qu’un intérêt limité ; seules ses relations avec l’Union européenne et les relations économiques entre les deux pays font l’objet d’une réelle couverture médiatique. Les crises politiques en Turquie ou encore la montée du parti islamiste, qui éveillent ailleurs dans les Balkans de nombreuses peurs, motivent, en Roumanie, des commentaires toujours modérés129.

  • 130 Mihai Miroiu, “Changing Attitudes Toward the Ottomans in Romanian Historiography”, New Perspectives (...)

25Enfin, l’historiographie roumaine (et notam­ment, Nicolas Iorga, le grand historien roumain du début de ce siècle) a finalement assez peu insisté -en comparaison avec les autres pays des Balkans- sur les pulsions expansionnistes des Turcs-Ottomans et sur l’oppression qu’ils auraient fait régner sur la péninsule pendant des siècles130. L’amitié avec la Turquie peut alors, là encore, être plus facilement acceptée par l’élite et la population.

  • 131 Alexandra Laignel-Lavastine, « Le poids du nationalisme dans la transition roumaine », L’Autre Euro (...)
  • 132 Curierul National, traduit et publié par Le Courrier International, 11-17 mars 1999, p. 19.

26D’autre part, l’appartenance pleine et entière des Roumains au monde européen n’est ni discutée ni discutable en Roumanie. Elle est même revendiquée comme un dû131. L’adhé­sion à l’Union européenne, priorité de la poli­tique étrangère de la Roumanie, semble toute­fois tarder. Dans ce contexte, certains dirigeants s’interrogent sur le bien-fondé d’une politique exclusivement dirigée vers l’Occident et évoquent la possibilité de recentrer leur poli­tique sur le théâtre balkanique et pontique, et dans ce cadre, sur la Turquie. Celle-ci, perçue comme une puissance économique et politique régionale peu contournable, reste un pôle d’attraction de facto ; un pôle, de plus, suscep­tible de contrebalancer (mais pas d’annihiler) l’influence de la Russie132. Le pragmatisme bien compris semble donc l’emporter dans les rapports turco-roumains, au-delà des idéologies nationalistes mises à mal par les réalités géo-économiques.

Notes

102 Source : Devlet İstatistik Enstitüsü.

103 Cumhuriyet, 8/7/99 ; Turkish Daily News, 8/7/99 ; Anadolu Ajansı, 5/7/99.

104 Romanya. Ülke profili, mevzuat, girişimcileri ve Türkiye-Romanya serbest ticaret anlaşması [La Roumanie. Profil national, législation, entrepreneurs turcs et l’accord de libre-échange turco-roumain], İstanbul, İstanbul Ticaret Odası (n° 1997-46), 1997, p. 94.

105 Ces chiffres varient considérablement selon les sources, roumaines ou turques, officielles ou non officielles, etc. Ainsi, pour la même période 1992-96, les statistiques officielles turques notent des totaux de respectivement 430 millions (1992), 453 millions (1993), 404 millions (1994), 670 millions (1995) et 750 millions (1996). Les évaluations de l’institut anglais The Economist Intelligence Unit sont généralement considérées comme fiables.

106 La construction de cette brasserie, d’une capacité de 100 millions de litres par an, aura coûté environ 140 millions de dollars. Yeni Yüzyıl, 19/10/96 ; Marchés Est-Européens, n° 321, 24 septembre 1996, p. 9 ; Sabah, 4/12/98 ; Turkish Daily News, 22/5/99. Cependant, plus chère que les bières de fabrication locale et en concurrence avec les marques allemandes, la bière Efes Pilsen ne semble pas avoir remporté grand succès dans le pays.

107 Sur ces investissements, voir Hürriyet, 9/8/95, 17/3/97 ; Milliyet, 25/11/97 ; Cumhuriyet, 17/6/96 ; Yeni Yüzyıl, 20/10/96, 21/10/96 ; Zaman, 3/7/97 ; Radikal, 21/5/01 ; Sabah, 24/11/97, 14/5/99 ; Bucarest Matin, 13/7/00, et Romanya. Ülke profili...

108 Anadolu Ajansı, 12/2/00 ; Akşam, 8/7/99 ; Bucarest Matin, 14/2/00.

109 Il s’agit, là aussi, d’un investissement du holding Bayındır. Ce centre a été inauguré en septembre 1999. Cf. Anadolu Ajansı, 19/6/98. Le coût total de la construction de ce centre commercial se monterait finalement à 35 millions de dollars. Bucarest Matin, 9-13/4/99. Voir également Cumhuriyet, 5/12/00.

110 Le Président Iliescu a semblé s’être rallié à la demande turque lors de la visite du Président Demirel à Bucarest en mars 1994 (voir ses déclarations durant la conférence de presse clôturant cette visite). Turkish Probe, 1/4/94, p. 15). Toutefois, quelques jours plus tard, Ion Iliescu se rendait en Grèce et réitérait son opposition au déploiement de casques bleus turcs en Bosnie. Georgi Georgiev, « La politique de la Roumanie à l’égard du conflit yougoslave (jusqu’à la fin de 1995) », Études Balkaniques, n° 2, 1996, p. 7.

111 Voir, par exemple, Edith Lhomel, « La Roumanie en 1996. Le renouveau politique », in Edith Lhomel, Thomas Schreiber (coord.), L’Europe centrale et orientale, édition 1997, Paris, La Documentation française, 1997, pp. 113-120 ; Michael Shafir, Dan Ionescu, “Radical Change in Romania”, Transition, 7 février 1997, pp. 52-54, 101.

112 Voir par exemple, Alfred Moses, “Romania’s NATO Bid”, SAIS Review, vol. XVIII, n° 1, hiver-printemps 1998, pp. 137-152.

113 Bucarest Matin, 8/7/99, 9-11/7/99.

114 Sur les droits juridiques, la situation dans les domaines de l’éducation et de la culture de cette minorité, voir Romania. National, Ethnic, Linguistic and Religious Minorities, Bucarest, Romanian Institute of International Studies, février 1993.

115 L’école « Kemal Atatürk » a été inaugurée en avril 1996 par le Président Demirel. Cumhuriyet, 19/4/96 ; Hürriyet, 8/4/96. Le Diyanet a également financé la rénovation de la mosquée « historique » Gazi Ali Paşa à Babadağ. Elle a été inaugurée par le Président Demirel en décembre 1998. Anadolu Ajansı, 2/12/98, 3/12/98.

116 Déclaration du Président Iliescu lors de la visite du Président Sezer en juin 2001. Bucarest Matin, 22-24 juin 2001.

117 Sabah, 5/5/99.

118 Sabah, 26/7/99 ; Türkiye, 22/7/99.

119 Hürriyet, 24/4/99, 29/4/99 ; Anadolu Ajansı, 22/4/99 ; Sabah, 5/5/99.

120 AFP, 15/11/99 ; Central Europe Review, 22/11/99.

121 Les échos qu’en donne le quotidien de langue française Bucarest Matin sont à cet égard éloquents. Voir, par exemple et entre autres, les éditions des 10/1/00 et 7/1/00.

122 Le contrat a été finalement annulé par le FPS (Fonds des Propriétés de l’État). Bucarest Matin, 22/7/99, 26/7/99.

123 “Casus Türk’e 4 yıl hapis” [4 ans de prison pour l’espion turc], Radikal, 12/03/2001, p. 3.

124 Voir par exemple Sabah, 5/10/98 ; Türkiye, 23/5/00, 24/5/00 ; Anadolu Ajansı, 10/5/00. Les cas de controverses entre pêcheurs turcs et gardes côtiers sont, de toute façon, courants en mer Noire (au large des côtes roumaines mais aussi bulgares, ukrainiennes et géorgiennes).

125 Le port de Constanţa peut recevoir des cargos et tankers de 150 000 dwt (dead-weight tonnage). Il est le seul de la mer Noire à pouvoir accueillir des navires d’une telle capacité. Lloyd’s. Ports of the World, 1997, Colchester (G.B.), LLP Limited Legal and Business Publishing Division, 1997.

126 Bucarest Matin, 16/8/00.

127 Newspot, 10/9/92, p. 5.

128 Le Monde, 25/10/94 ; RFE/RL Daily Report, 6/10/94.

129 Voir l’analyse des discours de presse dans les Balkans conduite sous la direction de l’association bulgare ACCESS et publiée dans le semestriel Balkan Neighbours.

130 Mihai Miroiu, “Changing Attitudes Toward the Ottomans in Romanian Historiography”, New Perspectives on Turkey, n° 12, printemps 1995, pp. 119-128.

131 Alexandra Laignel-Lavastine, « Le poids du nationalisme dans la transition roumaine », L’Autre Europe, n° 24-25, 1992, p. 120.

132 Curierul National, traduit et publié par Le Courrier International, 11-17 mars 1999, p. 19.

© Institut français d’études anatoliennes, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search