Version classiqueVersion mobile

La présence roumaine à Istanbul

 | 
Sylvie Gangloff
, 
Jean-François Pérouse

3. Perception de la présence roumaine dans la presse turque : un certain écho

Texte intégral

1La presse turque n’accorde dans l’ensemble que peu de place à la Roumanie et aux Roumains de façon générale. Le commerce à la valise fait certes l’objet de nombreux articles ou enquêtes, mais c’est ici encore bien souvent le cas des Russes (ou perçus comme tels) qui est évoqué.

Les prostituées roumaines dans le collimateur

  • 88 Depuis 1991, le terme de Natachas désigne en Turquie une prostituée de l’Est. Voir Philippe Blacher (...)

2Généralement encline à se polariser sur les phénomènes les plus spectaculaires, la presse turque se déchaîne contre la présence d’une communauté bien particulière de travailleurs clandestins : les femmes roumaines s’adonnant à la prostitution. Si l’on fait une revue de presse de ces dernières années, l’accent sur cette modalité de présence et ce type d’activité ressort claire­ment. Ces femmes semblent être relativement présentes dans les hôtels et pensions du complexe de Laleli-Beyazıt-Aksaray. Tout comme pour les ouvriers, la clandestinité de cette population ne permet pas d’en estimer clairement le nombre. Elles ne sont sans doute pas tout aussi nombreuses que les Natachas88« russes » (en fait parfois ukrainiennes, géor­giennes ou autres) mais leur présence est tout aussi remarquée. Une femme blonde et forte­ment maquillée se verra tout aussi souvent demander si elle est roumaine que russe.

  • 89 Fuhuşa sınırdışı [Prostituées expulsées du pays], Hürriyet, 29/7/99, p. 9.

3De ce fait, les descentes et arrestations des équipes du « bureau des bonnes mœurs » (ahlak masası), dépendant de la Direction de la Sécurité d’İstanbul, font l’objet d’une large couverture médiatique, qui contribue à entretenir cette funeste réputation de la femme roumaine89.

  • 90 Radikal, 1/12/00, p. 12.

4De même, les chiffres officiels des malades du sida en Turquie ne contribuent pas à la bonne réputation des Roumains. Sur 885 malades officiellement déclarés dans le pays à la fin de l’année 2000, 182 sont étrangers, dont 31 Roumains (aux côtés de 29 Ukrainiens, 11 Tanzaniens, 11 Moldaves, 9 Allemands, 7 Américains)90.

5Ce type de focalisation, sensationnaliste et stigmatisante, tend, bien sûr, à renforcer l’image d’un Roumain plutôt dépravé.

Des voleurs et des mendiants !

  • 91 “Dilenci patlaması”, Zaman-İstanbul, 12/12/99, p. 16.
  • 92 “Beşte bir Romen. İstanbul’da 10 bin dilenci dolanıyor” [Un mendiant sur cinq est roumain. À İstanb (...)

6Parallèlement, et de manière non moins péjorative ou négative, les Roumains sont réputés, selon la presse turque, grossir les bataillons de voleurs et de mendiants à İstanbul. Aussi la presse se complaît-elle à relater les arrestations et les reconductions à la frontière dont sont l’objet les Roumains. Le discours est évidemment sans nuance et tend à laisser croire que tout Roumain est potentielle­ment un voleur, ou à défaut, un mendiant. Depuis la fin de l’année 1999, des chiffres ont commencé à circuler dans la presse turque soutenant qu’un cinquième des mendiants à İstanbul était d’origine roumaine91. Ces chiffres sont périodiquement repris depuis lors92.

Tableau 4 : Les chiffres officiels de la criminalité étrangère à İstanbul en 2000

Nationalité

Nombre d’arrestations

1. Roumaine

3078

2. Moldave

2830

3. Irakienne

2124

4. Iranienne

1447

5. Ukrainienne

1251

6. Azérie

865

7. Pakistanaise

438

8. Russe

445

9. « Turkistanaise » (sic)

263

10. Bulgare

166

11. Marocaine

158

12. Syrienne

108

13. Algérienne

38

14. Égyptienne

28

14. « Africaine » (sic)

2808

Total

16 047

Source : Direction de la Sécurité d’İstanbul, Radikal, 19/03/2001, p. 4.

7Ces statistiques sont basées sur le nombre d’arrestations ; et elles prennent en compte la nationalité. Beaucoup de Roumains à qui on soumettrait ces chiffres rétorqueraient que ceux qui sont comptabilisés comme « Roumains » sont en fait des Gitans ou Tziganes, se dédouanant et rejetant ainsi la faute sur une population discriminée et désignée comme « étrangère de l’intérieur ». La présence de ces Tziganes (origi­naires donc en partie, voire grande partie, de Roumanie) est de fait de plus en plus visible dans les rues d’İstanbul, où ils occupent des emplois de rues (« les joueurs d’accordéon » sur l’avenue İstiklâl). Mais de là à dire que tous les Roumains arrêtés à İstanbul sont des Gitans, il y a bien sûr un pas inadmissible.

8La presse turque, elle, ne fait pas toujours la distinction et assimile souvent -à tort ou à raison- les Tziganes aux Roumains. Cette confusion est de plus, en Turquie, confortée par une confusion linguistique. Les Roumains sont en effet indistinctement appelés Rumen ou Romen. Les Tziganes sont, eux, systématiquement appelés Çingene dans le cas de Tziganes turcs, mais dans le cas des Tziganes originaires des Balkans, dont de nombreuses familles ont émigré à İstanbul, la dénomination peut être Çingene mais aussi Romen (ou Roman).

  • 93 “Hırsızı yakan poz” [La pose qui fait attraper le voleur], Sabah-İstanbul, 2/5/98, p. 3.
  • 94 “Bahçelievler’de yanmış ceset” [Cadavre brûlé à Bahçelievler], Cumhuriyet, 20/12/99, p. 4.
  • 95 Pour la drogue, la tendance est à la stigmatisation des ressortissants d’Afrique noire (particulièr (...)

9En fait, qu’il s’agisse de prostitution, de sida, de vols93, de crimes94, ou de mendicité, la stigmatisation des Roumains par le discours commun turc s’inscrit dans un schème général du discours dominant sur l’étranger, qui consiste à accuser celui-ci des maux qui rongent la société turque, en quelque sorte pervertie de l’extérieur. Dans cette logique, le sida est une importation et les stupéfiants sont introduits par les étrangers95. Les discours de voisinage recoupent, à cet égard, totalement les discours de presse. La présence d’un Roumain ou d’une famille roumaine dans une rue suscite la désapprobation et les diatribes les plus vives (la moindre bouteille de bière vide dans une poubelle de la rue lui est attribuée, etc.).

  • 96 Akşam, 15/9/99.
  • 97 Sabah, 14/11/00, p. 26 ; Cumhuriyet, 8/9/00, p. 8.

10Toutefois, si la presse présente les Roumains comme des acteurs pivots de tous les trafics illicites, elle souligne aussi parfois leur situation de victime. Ainsi, cette femme, Marica, venue en Turquie pour retrouver son fiancé turc qui devait l’épouser et, qui, aban­donnée par cet homme, après avoir failli mourir de faim, s’est prostituée pour nourrir son enfant96. D’autres articles relèvent, par exem­ple, que les Roumains, poussés par la misère, seraient victimes de trafics d’organes97.

Les travailleurs clandestins... et les vedettes

  • 98 “İstanbul kaçak işçi cenneti” [İstanbul, le paradis des travailleurs clandestins], Hürriyet, 15/2/9 (...)
  • 99 “İşsizliğin nedeni yabancı işçiymiş !” [La cause du chômage, ce serait les travailleurs étrangers ! (...)

11Enfin, les contrôles de police se multipliant, le nombre de travailleurs étrangers expulsés croît, et l’écho de la présence de ces travailleurs dans la presse aussi. Le pas est bien sûr vite franchi et ces travailleurs sont parfois accusés d’être responsables de la recrudescence du chômage en Turquie98. Il est à noter que certains syndicats participent à ce discours présentant les Roumains comme des concur­rents sauvages à la main-d’œuvre autochtone99.

  • 100 “Sevgilisini kapan patronu bıçakladı” [Il a poignardé son patron qui avait pris celle qu’il aimait] (...)

12La presse turque se montre donc prolixe pour relater les faits divers relatifs à cette présence clandestine, qu’il s’agisse d’arresta­tions ou de crimes en tout genre ; là encore, elle saisit l’occasion de criminaliser100 incidem­ment et de stigmatiser une population étrangère.

13En revanche, au-delà de ces aspects sensa­tionnels, la Roumanie en elle-même, sa culture et sa vie politique interne, retiennent relative­ment peu l’intérêt de la presse turque. C’est l’important commerce officiel, et le succès des entreprises turques en Roumanie, qui suscitent le plus de commentaires, à l’exception bien sûr des cas de visites officielles respectives. De nombreux articles insistent par exemple sur les investissements du holding Bayındır ou encore de la construction de la brasserie Efes Pilsen à Ploieşti. Dans l’ensemble, les excellentes relations entre les deux pays sont régulièrement soulignées.

  • 101 Par exemple, en mai 1998, à l’occasion des visites du ministre de l’Intérieur turc (6-8 mai) et du (...)

14À une exception toutefois, et non des moindres, celle de l’implantation du PKK en Roumanie qui, elle, est régulièrement dénoncée, notamment lors des voyages officiels des dirigeants turcs dans ce pays qui sont systé­matiquement l’occasion de demander le « nettoyage » de ce réseau101.

15Enfin, un autre élément non négligeable, qui influence sans conteste l’image des Roumains en Turquie, est la présence de footballeurs roumains dans les équipes turques : en premier lieu Hagi, vedette de Galatasaray, surnommé communément le « Maradona des Carpathes », ou son coéquipier Popescu, qualifié par la presse « d’étoile roumaine » (Romen Yıldızı) ; sans parler du directeur technique de l’équipe de Galatasaray, toujours, Mircea Lucescu. Les performances de ces joueurs font l’objet de nombreux articles dans les pages sportives des quotidiens nationaux (de même que les perfor­mances de l’équipe nationale roumaine).

16Depuis 1991, la Turquie a renoué politique­ment avec la Roumanie. Il convient de nous interroger sur les formes de cette coopération, le poids réel de « l’excellence des relations bilatérales » -soulignée en Turquie comme en Roumanie- et l’impact de cette normalisation politique sur les perceptions réciproques des deux peuples.

Notes

88 Depuis 1991, le terme de Natachas désigne en Turquie une prostituée de l’Est. Voir Philippe Blacher, « Aspect des nouvelles relations turco-russes depuis 1991 : la prostitution à İstanbul », Lettre d’Information de l’OUI, n° 9, mai 1996, pp. 11-13.

89 Fuhuşa sınırdışı [Prostituées expulsées du pays], Hürriyet, 29/7/99, p. 9.

90 Radikal, 1/12/00, p. 12.

91 “Dilenci patlaması”, Zaman-İstanbul, 12/12/99, p. 16.

92 “Beşte bir Romen. İstanbul’da 10 bin dilenci dolanıyor” [Un mendiant sur cinq est roumain. À İstanbul, 10 000 mendiants rodent], Özgür Bakış, 11/12/99, p. 3.

93 “Hırsızı yakan poz” [La pose qui fait attraper le voleur], Sabah-İstanbul, 2/5/98, p. 3.

94 “Bahçelievler’de yanmış ceset” [Cadavre brûlé à Bahçelievler], Cumhuriyet, 20/12/99, p. 4.

95 Pour la drogue, la tendance est à la stigmatisation des ressortissants d’Afrique noire (particulièrement subsaharienne) dont le nombre et la visibilité dans les rues d’İstanbul se sont manifestement accrus ces dernières années. Voir, par exemple, “Karaşın Konular”, Atlas, İstanbul, janvier 2001, pp. 91-99.

96 Akşam, 15/9/99.

97 Sabah, 14/11/00, p. 26 ; Cumhuriyet, 8/9/00, p. 8.

98 “İstanbul kaçak işçi cenneti” [İstanbul, le paradis des travailleurs clandestins], Hürriyet, 15/2/99, p. 5.

99 “İşsizliğin nedeni yabancı işçiymiş !” [La cause du chômage, ce serait les travailleurs étrangers !], Evrensel, 30/12/00, p. 4. Notons que ce quotidien de gauche critique avec virulence cette explication simpliste du chômage en Turquie.

100 “Sevgilisini kapan patronu bıçakladı” [Il a poignardé son patron qui avait pris celle qu’il aimait], Sabah-İstanbul, 26/12/01, p. 3.

101 Par exemple, en mai 1998, à l’occasion des visites du ministre de l’Intérieur turc (6-8 mai) et du ministre des Affaires étrangères turc (14-15 mai), voir les articles de Milliyet, 7/5/98 ; Yeni Yüzyıl, 10/5/98 ; Zaman, 13/5/98, etc. De même, les opérations lancées par la police roumaine contre le PKK en 1999 ont été largement couvertes par la presse turque : Hürriyet, 29/4/99 ; Akşam, 29/4/99 ; Sabah, 5/5/99 ; Turkish Daily News, 23/4/99. Des Kurdes de Roumanie se sont encore manifestés le 15 août 2001.

© Institut français d’études anatoliennes, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search