Version classiqueVersion mobile

La présence roumaine à Istanbul

 | 
Sylvie Gangloff
, 
Jean-François Pérouse

2. Profil et évolution de la présence de travailleurs roumains à İstanbul

Texte intégral

Difficile évaluation chiffrée et contexte métropolitain

  • 47 « 10,5 milyon işçi kaçak » [10,5 millions de travailleurs non déclarés], Radikal, 30/9/00, p. 12.
  • 48 « İşçiler de işyerleri de kaçak » [les travailleurs mais aussi leur lieu de travail sont non déclar (...)
  • 49 « İşçiler de işyerleri de kaçak », Radikal, 23/9/00, p. 16.
  • 50 Déclaration du ministre du Travail et de la Sécurité Sociale, Yaşar Okuyan, le 15 janvier 2001. Tur (...)

1Il est bien sûr très délicat d’avancer des chiffres fiables lorsque l’on parle de clandesti­nité. La presse avance le chiffre de 10,5 millions de travailleurs clandestins47, ce qui paraît énorme pour un pays dont la population est officiellement de 65 ou 70 millions. Un rapport de la Chambre de commerce d’İstanbul, rendu public en octobre 2000, estimait que cette armée de précaires représentait la moitié de la force de travail en Turquie. Le secteur textile serait à İstanbul le plus concerné par cette précarité : sur 2 millions de travailleurs du textile, 1,5 million seraient non déclarés (et donc sans Sécurité Sociale)48. De fait, selon l’Institut de la Sécurité Sociale, sur 6500 lieux d’activité contrôlés à İstanbul, 1200 n’étaient pas inscrits du tout à la Sécurité Sociale et plus de 50 % de ceux qui l’étaient étaient en retard dans leur paiement et présentaient des irrégularités49. Enfin, sur ces 10 millions de travailleurs clandestins -avec donc toutes les réserves qui s’imposent sur cette estimation- il y aurait, selon le ministère du Travail et de la Sécurité Sociale, environ un million de travailleurs clandestins étrangers50.

  • 51 Cf. « Amele pazarında kavga var » [lutte sur le marché du travail], Radikal, 10/3/01, p. 11.

2Ces travailleurs clandestins, étrangers ou nationaux, alimentent des « marchés du travail », à la journée ou à la tâche, à İstanbul : à Yenikapı, à Kasımpaşa (devant la Büyükcamii)51, à Gaziosmanpaşa (près de la mairie), ou à İkitelli, et contribuent à faire chuter le coût de la main-d’œuvre en acceptant des salaires qui, dans le cas des Irakiens, des Afghans ou des Iraniens par exemple, ne dépassent pas un ou deux millions de Livres Turques par jour (montant de mars 2001), à savoir un ou deux dollars.

  • 52 « 10,5 milyon işçi kaçak », Radikal, 30/9/00, p. 12.
  • 53 « Korsan rafineri sahibi Ö. tutuklandı » [Le patron de la raffinerie illégale a été arrêté] , Cumhu (...)
  • 54 « Çöplük horozları » [les coqs de la décharge], Radikal, 28/9/00, p. 6.
  • 55 Quatre Roumains travaillent ainsi à la rénovation de l’église catholique de la ville.

3Les Roumains représenteraient une partie non négligeable de cette main-d’œuvre clandes­tine étrangère. İstanbul fait figure de première implantation en Turquie, mais ils sont aussi installés en Thrace turque qui présente l’avantage, tout comme İstanbul, d’une certaine proximité avec leur pays. Selon un rapport du syndicat du textile, en Thrace, 3 travailleurs du textile non déclarés sur 10 seraient des Roumains52. Des travailleurs roumains peuvent aussi avoir trouvé du travail dans d’autres régions de la Turquie, mais ces communautés sont moins nombreuses et plus isolées. La presse a signalé en novembre dernier le cas, par exemple, de l’arrestation de Roumains qui travaillaient dans une raffinerie illégale à Urfa, donc assez loin d’İstanbul53. La présence de Roumains a également été attestée à Samsun, par exemple, dans une activité assez lucrative mais peu valorisée, la récupération de papier54, ou encore dans la rénovation de bâtiments55.

Motivations et stratégies

4Ces Roumains, généralement au chômage dans leur pays et voyant les portes de l’Europe fermées, se sont tournés vers la Turquie en désespoir de cause. Tous les témoignages convergent : la plupart de ces hommes ont bien souvent essayé non seulement de trouver du travail dans leur pays mais aussi d’émigrer ailleurs, et notamment bien sûr en Europe. Certains ont pu obtenir un visa de quelques mois ailleurs, mais la plupart viennent directe­ment à İstanbul. Ainsi, Paul aurait bien voulu aller en Allemagne où se trouvent plusieurs de ses amis, mais il ne peut payer le visa ; il a essayé la Hongrie mais n’a pu rester. Niku s’est retrouvé au chômage dans son pays, il a essayé plusieurs petits boulots là-bas avant de rejoindre son frère à İstanbul. Celui-ci est arrivé en Turquie en 1997. Il dit avoir travaillé quelques mois en Allemagne et en Israël, puis son visa étant arrivé à expiration, il a dû repartir et a finalement échoué à İstanbul. L’usine où travaillaient Mircea et son épouse à Iaşi a fermé ses portes. Ils se sont résignés à venir à İstanbul...

5À la contrainte de l’exil, s’ajoute donc l’idée d’une destination de second choix. İstanbul présente toutefois l’avantage de la proximité et donc la possibilité d’un retour fréquent et peu coûteux dans le pays, permettant de rendre visite aux familles.

  • 56 « İstanbul romen ameleleri » [Les travailleurs roumains d’İstanbul], Cumhuriyet Dergi, 9/7/99.

6Leurs motivations et leur stratégie divergent dans l’ensemble assez peu. Subvenir aux besoins de leur famille est souvent la raison principale de leur exil. On a bien souvent l’impression que cette génération « de la tran­sition » dans les pays de l’Est se sacrifie pour l’avenir de la génération suivante. L’éducation des enfants est souvent le principal motif présenté par les interviewés (c’est le cas de Mircea, de Niku, de son frère, etc.). Et cette éducation peut revenir très cher dans la mesure où ce sont aujourd’hui en Roumanie les univer­sités privées qui offrent les débouchés les plus intéressants. D’autres viennent en Turquie dans le seul but d’accumuler un petit capital qui leur permettra par la suite de se rendre dans le pays de leur choix, et notamment d’acheter un visa pour l’Europe. Des étudiants viennent égale­ment ici pour amasser l’argent nécessaire au paiement de leurs études. Ainsi cet étudiant interrogé par un magazine turc en juillet 1999 qui travaillait dans une fabrique de pain depuis quatre mois afin de payer ses frais de scolarité (privée) en Roumanie56.

Nicu et son frère voudraient bien partir ailleurs
Ils sont tous deux originaires de Piteşti. Nicu était ouvrier, mais, pour améliorer son sort, il décide de suivre une formation uni­versitaire. Il suit donc des cours à l’université roumano-américaine du boulevard Magheru à Bucarest, tout en continuant son travail qui lui sert notamment à payer la faculté. Puis, suite à un différend avec son employeur, il perd son emploi. Ce licenciement, abusif selon lui, le conduit à intenter un procès à son employeur. Après deux ans de procédure, il obtient finalement gain de cause, mais les dédommagements sont plus de l’ordre du symbolique. Il essaye, entre temps, différents petits métiers mais ne peut gagner sa vie. Il se résigne donc à partir à İstanbul, rejoindre son frère qui s’y trouve déjà. Avant de partir, il tente d’y trouver du travail légalement mais là encore sans succès. C’est donc clandestine­ment qu’il se met à la recherche d’un emploi à İstanbul.
Son frère est, lui, arrivé en 1997, à une époque où le travail était relativement facile à trouver pour les Roumains, à l’époque où il existait un véritable marché de l’emploi dans la rue : « il suffisait d’attendre qu’un patron vienne vous chercher en jeep ». Ils vont, tous deux, de petits boulots en petits boulots, sans contrats. Ils travaillent par exemple à la reconstruction d’un hôtel du côté de Taksim, comme hommes à tout faire à la résidence d’été d’un consulat (sur le Bosphore), etc. Pendant ce temps, leur famille reste à Piteşti (Nicu a deux enfants, son frère également). Ils rentrent tous les deux mois au pays (avant l’expiration de leur visa).
Actuellement, ils travaillent dans une fab­rique de meubles, et sont nourris et logés sur leur lieu de travail. Ils savent qu’ils seront employés ici jusqu’en février. Ils restent cependant sur la défensive. Ils n’ont pas de contrat et peuvent être renvoyés à tout moment. Après, ils ne savent pas. Ils ont décidé de dépasser le délai officiel de deux mois et de rester illégalement ; au pire, ils seront arrêtés, expulsés et reviendront. Ils gagnent tout au plus 250 à 300 dollars par mois et cherchent un autre travail. Ils se plaignent de la misère qui les a forcés à quit­ter le pays et de l’impossibilité de pouvoir trouver un travail correct en Turquie où les salaires restent très bas en raison de la con­currence des travailleurs turcs et surtout des autres Roumains. Ils se montrent prêts à faire n’importe quel travail, même le plus rude. Ils rêvent, par exemple, de trouver un travail sur un plate-forme pétrolière en mer, car, ont-ils entendu dire, c’est bien payé. Ils sont prêts à aller n’importe où. Ils ont déjà essayé de partir au Togo, mais l’agence qui leur avait proposé de leur trouver un travail là-bas a disparu, sans que bien-sûr les sommes payées par ses clients puissent jamais être récupérées. Ils avaient trouvé un emploi en Grèce, payé 1500 dollars par mois, avec un patron américano-grec, mais en essayant de passer clandestinement la frontière ils ont été arrêtés et refoulés. Aujourd’hui, ils envisagent de partir pour l’Australie, où, leur a-t-on dit, le travail est relativement facile à trouver. Mais pour cela il faudrait payer 10 000 dollars, c’est-à-dire vendre leur maison à Piteşti, partir avec femmes et enfants. Or, ils ont déjà vu tant de promesses disparaître en fumée
Ici, ils n’ont pas d’amis turcs, même s’ils ont appris la langue. La plupart de leurs collègues roumains viennent de la Moldavie roumaine disent-ils, où il est devenu impos­sible de trouver du travail. Ils reconnaissent qu’il y a aujourd’hui beaucoup moins de Roumains à İstanbul, que le marché du travail n’est plus comme aux fastueuses années de 1994-1998. Par ailleurs, ils se plaig­nent de ce qu’il est très difficile d’avoir des nouvelles du pays. Ils ont par exemple essayé de trouver des journaux roumains, mais affirment que cela est impossible.
Entretien réalisé le 11 décembre 2000 dans la zone industrielle d’İkitelli.

7La plupart ont laissé femme et enfants au pays (c’est le cas de Vlad, de Niku et de son frère, de Paul, d’Osman, etc.). D’autres ont fait venir leur épouse mais en aucun cas les enfants, qui sont soit en âge de rester seuls, soit confiés à un membre de la famille. Et lorsque ces épouses sont appelées à rejoindre leur mari, c’est uniquement dans l’espoir d’additionner un deuxième salaire. Mattei, qui travaille dans une boutique à Laleli, a fait venir sa femme qui travaille dans un fast food ; Mircea est lui directement venu avec son épouse et ils ont travaillé dans un restaurant, lui comme serveur, elle à faire la vaisselle, etc.

  • 57 Le capital de départ était détenu à hauteur de 80 % par la holding Bayındır et 20 % par la Banque c (...)

8Depuis la convention de 1968, les Roumains peuvent entrer et séjourner en Turquie pendant deux mois avec un simple visa de touriste. En conséquence, puisque détenteurs du seul visa de touriste, ils doivent retourner dans leur pays avant l’expiration de ce délai. Ces allers-retours leur permettent de rendre visite à leur famille, mais aussi de remettre les fonds collectés. Pour ces transferts d’argent, ils ont également parfois recours aux chauffeurs de bus. Ils ont aussi un temps fait transiter leur fonds par la BTR (Banca Turco-Romana), la première banque turco-roumaine fondée en mars 1994 par le holding Bayındır, mais celle-ci est aujourd’hui en banqueroute57. Faute d’une sortie du territoire turc avant l’expiration de ce visa, les Roumains s’exposent au risque d’une expulsion quasi immédiate, assortie d’une amende sévère (et de la menace de l’inscription sur une « liste rouge », qui leur vaudrait de ne plus pouvoir revenir).

9Il existait encore ces dernières années à İstanbul un très identifiable marché du travail­leur roumain à ciel ouvert, le long de l’avenue Mustafa Kemal à Yenikapı, du côté de l’arron­dissement de Fatih (ouest). Les travailleurs roumains, adossés aux murs ou assis sur le haut trottoir, y attendaient le maquignon, au vu et au su de tout le monde. Ce lieu était aussi un lieu de rencontre pour les Roumains qui arrivaient à İstanbul sans contact et des réseaux s’y sont constitués.

  • 58 « Romen amele pazarı » [marché du travail roumain], Sabah İstanbul, 29/8/98, p. 3.

10Aujourd’hui ce marché, s’il subsiste, a indé­niablement perdu de son importance et perma­nence. En ces temps de répression du travail clandestin, il avait quelque chose d’un peu provocateur, sur un axe de plus aussi central et emprunté que l’avenue Mustafa Kemal. Désormais, les candidats à l’embauche sont donc plus mobiles et discrets. Le marché des travailleurs de Yenikapı a donc perdu de sa visibilité immédiate depuis la fin de l’année 1998 ; il s’est replié et comme diffracté sur des rues secondaires, en arrière de l’avenue Mustafa Kemal, et ne comprend plus que des Roumains, mais aussi des Irakiens, des Iraniens, des Azéris, des Bengalis, des Kurdes et plus récemment surtout des Afghans (voir photos 14 et 15)58.

11Les Roumains qui travaillent aujourd’hui à İstanbul vivent en conséquence sur des réseaux déjà établis. Il s’agit de réseaux créés il y a trois ou quatre ans, lorsque cette population pouvait encore venir en quête de travail sans contact préalable. Aujourd’hui, ce sont donc plutôt des réseaux relationnels (familiaux généralement) qui prennent le relais. Ainsi, Osman, qui est un Turc de Constanţa, a fait venir un de ses amis travailler dans la cuisine du restaurant où il est serveur ; Niku a rejoint son frère qui lui a trouvé un emploi ici. Certains, nous l’avons vu, font venir leurs épouses. Généralement, avant de partir pour la Turquie, même s’ils sont sans contacts, ces Roumains ont vaguement entendu parler de telle ou telle usine où travaillaient des Roumains. C’est donc là qu’ils se rendent à leur arrivée à İstanbul. Dès son arrivée, Mircea s’est ainsi rendu à la sortie d’une usine où, avait-il « entendu dire », travaillaient des Roumains. Il y a rencontré un compatriote, Ion, qui l’a ensuite aidé à trouver un emploi. De façon générale, la solidarité nationale semble parfaite­ment jouer.

  • 59 C’est une gigantesque zone industrielle, planifiée, fondée dans les années 1970 sur plus de 700 hec (...)
  • 60 Cf. « Sevgilisini kapan patronu bıçakladı » [Il a poignardé son patron qui avait pris celle qu’il a (...)

12Les secteurs d’activité privilégiés (par défaut là encore) sont le bâtiment, la menuiserie, la boulangerie, la restauration, le textile, le transport maritime et la manutention portuaire. Du point de vue spatial, l’immense « Zone Industrielle Organisée » d’İkitelli59, dans l’arrondissement de Küçükçekmece, semble faire figure de pôle d’emploi privilégié pour les Roumains60, à tel point qu’à proximité, dans le quartier de Şahintepe, certains travailleurs roumains étaient regroupés dans un immeuble entier -dont ils étaient locataires- acquérant de ce fait une visibilité rarement constatée par ailleurs.

Des conditions de travail et de vie peu réjouissantes

  • 61 « İstanbul romen ameleleri » [Les travailleurs Roumains d’İstanbul], Cumhuriyet Dergi, 9/7/99.
  • 62 « Kaçak Romen operasyonu » [Opération contre les clandestins roumains], Sabah, 26/9/99.
  • 63 Bucarest Matin, 27/9/2000, 7/2/01.

13Comme toute main-d’œuvre immigrée -et clandestine- les Roumains vendent leur force de travail à des prix défiant la concurrence turque (d’ailleurs bien souvent kurde). Ces ouvriers travaillent généralement 12 à 15 heures par jour pour des salaires avoisinant les 1500/2000 francs par mois. Ceux que nous avons rencontrés dans la cité industrielle d’İkitelli (voir photo 16) travaillent ainsi de 8h à 17h30, puis font une pause de deux heures et repren­nent le travail pour encore deux ou trois heures et ce, 7 jours sur 7, pour un salaire mensuel de 250 à 300 dollars. À son arrivée en 1994, Paul a commencé par gagner 15 dollars par jour en tant que manutentionnaire à Aksaray, il gagne aujourd’hui le double en tant que portefaix. Pour arrondir ses fins de mois, il travaille dans une décharge d’automobiles le week-end. Ou encore, cet autre Romain, étudiant dans son pays, qui gagne 250 dollars par mois en travail­lant quinze heures par jour dans une fabrique de pain (106 millions par mois en juillet 1999)61. Les Roumains arrêtés et reconduits à la frontière en septembre 1999 travaillaient 14 heures par jour pour 10 millions de livres turques par jour62 (soit une douzaine de francs), comme manutentionnaires dans le port d’Ambarlı (arrondissement d’Avcılar). Ces maigres rémunérations représentent toutefois une nette amélioration par rapport à la Roumanie où le salaire moyen net était officiellement, en l’an 2000, de 81 dollars par mois63.

  • 64 « En alttaki entelektüel » [Un intellectuel au plus bas], Aktüel, 8/4/99.

14Certains sont nourris par leur employeur et dorment sur place (c’est le cas dans la cité industrielle de İkitelli où les employés dorment généralement dans un local situé à l’étage de l’entreprise) ; mais la plupart vivent dans des pensions dans le quartier d’Aksaray, où ils partagent à plusieurs une chambre : Paul partage ainsi sa chambre avec huit autres Roumains64.

  • 65 Entretien avec Vlad, 15/12/00.
  • 66 « En alttaki entelektüel » [un intellectuel au plus bas], Aktüel, 8/4/99.

15Ces travailleurs roumains ont la particula­rité d’être généralement surdiplômés pour le travail qu’ils accomplissent, employés pour des tâches peu valorisantes et le plus souvent sans rapport avec leur formation, expérience ou qualification. C’est le cas de Vlad, originaire de Tulçea, qui a suivi des études d’économie65 ; c’est le cas de Paul, ingénieur, qui s’est retrouvé au chômage et a échoué en Turquie66 ; c’est le cas de Nikola qui a suivi trois années d’études supérieures à l’université roumano- américaine de Bucarest et qui, avant de se résigner à la « solution turque », a successive­ment essayé divers petits métiers en Roumanie.

Rackets et spoliations
Osman est un Turc de Roumanie. Il tra­vaille à Sarıyer comme serveur dans un restau­rant derrière le petit port de pêche et le marché aux poissons. Il raconte les difficultés liées au voyage, les bahşiş qu’il lui faut payer au pas­sage de la frontière turque. « Les douaniers exi­gent une certaine somme d’argent de la part de tous les voyageurs ». Mais il accuse plus parti­culièrement les douaniers bulgares : contrôle très poussé des bagages pour pouvoir mettre le voyageur en faute et le racketter, voire le bru­taliser. Il raconte que le pire fut quand il était accompagné d’amis turcs auxquels il voulait faire visiter son pays. Il a dû payer le double du montant normal d’un visa de transit et subir toutes sortes d’avanies. Il est par ailleurs désespéré par la situation de son pays et croit qu’il n’y a plus rien à attendre de l’avenir. Il manifeste d’ailleurs étonnement et inquiétude devant le résultat des dernières élections et la montée de l’ultranationaliste, Vadim Tudor.
Mattei travaille comme assistant dans une boutique du quartier de Laleli fréquenté par des Roumains. Il nous raconte, lui aussi, les difficultés rencontrées lors du passage de la douane. « Très souvent, les douaniers immo­bilisent le car, font descendre les passagers, parfois toute une nuit, exigent un certain nom­bre de documents (par exemple de justifier un revenu minimum pour entrer dans le pays) et demandent à tous les passagers de leur payer une certaine somme ». Il insiste sur la situation précaire des Roumains, sur l’arbitraire auquel ils sont soumis : salaires non payés, corruption et brutalité de la police, prostituées auxquelles on vole leur argent, etc. Il raconte ainsi un cer­tain nombre d’histoires significatives au moins des bruits qui circulent parmi les Roumains qui travaillent à İstanbul : des Roumains auraient été enfermés dans une usine, battus, et obligés de travailler sous la contrainte. D’autres, venus travailler dans le bâtiment et reconstruire un quartier dans une des villes ravagées par le séisme, auraient, le jour de la paye, été forcés, sous la menace de fusils mitrailleurs, de monter dans un bus qui les a ramenés à İstanbul, et une fois là, obligés de monter dans un autre bus pour la Roumanie, le tout évidemment sans toucher le moindre sou. Un autre Roumain, a-t-il entendu dire, aurait mystérieusement disparu après avoir demandé son salaire. Enfin, il raconte comment, dans le bazar où il travaille, une cliente roumaine qui s’était disputée avec un vendeur qu’elle avait accusé de l’avoir volée, a été battue par celui- ci, puis par la police quand elle a voulu porter plainte.
Entretiens réalisés le 14 décembre au Balkan Pazarı et le 19 décembre à Sarıyer.

  • 67 « Etfal’de bir Romen kadın » [Une femme roumaine à l’hôpital d’Etfal], Özgür Bakış, 9/7/00, p. 3.
  • 68 Entretien à l’otogar d’Emniyet, 4/12/00.

16Puisque non déclarés, ces travailleurs ne bénéficient, bien sûr, d’aucune protection sociale. Dans ces conditions, le moindre accident de travail ou problème de santé fait basculer dans la précarité la plus extrême ces travailleurs sans recours. Les témoignages récoltés sont à cet égard strictement conver­gents : dans aucun cas, le patron n’a pris en charge les frais d’hospitalisation. Dernièrement, l’Association des Droits de l’Homme (İHD) a révélé le cas d’une Roumaine dans le désarroi complet, qui travaillait depuis quatre ans dans un atelier de confection à İstanbul. Frappée d’un cancer de l’utérus et d’une insuffisance rénale, cette jeune femme hospitalisée était dans l’incapacité de faire face aux frais d’hospi­talisation et ne parvenait pas à obtenir de l’aide de son consulat67. Nous avons eu le cas d’un autre Roumain, Ion, qui a eu le pouce coupé sur son lieu de travail. Il s’est fait soigner à l’hôpital sous une fausse identité. Mais il a tout de même dû débourser. Lorsqu’il a voulu se retourner contre son employeur, celui-ci, informé par des collègues de Ion, l’a renvoyé sans même lui payer son salaire68.

  • 69 « Nataşa vurgunu » [La descente des Natasha], Sabah, 26/10/00.

17Ces Roumains se disent en outre victimes de nombreux rackets. Ils se plaignent première­ment d’être rackettés par les policiers lors des contrôles de police. Les policiers leur deman­dent alors de prouver si « en tant que touristes », ils sont solvables, demande qui jusqu’à récem­ment n’était pas légale mais très pratiquée, les menacent ensuite d’une amende ou d’une expulsion ; et leur font payer un bakchich qui se monte souvent à 100 dollars. Le verse­ment d’un bakchich est également fréquent lors des voyages qu’ils effectuent dans leur pays. Mattei raconte que, très souvent, les douaniers turcs immobilisent le bus, font descendre les passagers, parfois toute une nuit, exigent un certain nombre de documents et demandent à tous les passagers de leur payer une certaine somme. Mêmes propos chez Osman. Il accuse aussi particulièrement les douaniers bulgares : contrôle très poussé des bagages pour pouvoir le mettre en faute et le racketter, voire le bru­taliser. Il soutient avoir lui-même été victime de toutes sortes d’avanies lors d’un de ces voyages et d’avoir eu à payer le double du montant normal d’un visa de transit. Quelques trafics ont été démantelés, tels ces douaniers turcs à l’aéroport d’İstanbul qui vendaient des visas aux prostituées roumaines clandestines69.

  • 70 C’est le cas de Nikola, excédé par les divers « paiements » à effectuer durant ces voyages. Il a po (...)

18Certains travailleurs nous ont confié que le coût de ces trajets devenant trop onéreux, ils ont choisi de rester en Turquie, quitte à payer une forte amende au moment de leur départ, qui risque en ce cas d’être définitif70.

  • 71 Voir notamment Anadolu Ajansı, 29 avril 1999.

19Ce phénomène touche évidemment aussi les commerçants à la valise. Dans ce dernier cas, les versements varient en fonction du nombre de sacs -parfois volumineux- qu’ils emportent avec eux mais peuvent aller, selon nos interlocuteurs, jusqu’à 100 dollars. Ces rackets ne concernent pas bien sûr que les Roumains de retour dans leur pays. Les transporteurs routiers, et notamment turcs, dont la route vers l’Europe occidentale avait été détournée sur la Roumanie pendant l’embargo à l’encontre de la République fédérale de Yougoslavie, se sont à maintes reprises plaints des multiples bakchichs auxquels ils étaient soumis. Et cette fois-ci, ce sont plus souvent les Roumains que les Bulgares qui sont accusés d’avoir recours à de telles pratiques71.

  • 72 Entretien avec Mircea et son épouse, 4/12/2000. Ils ont, tous deux, travaillé dans un restaurant à (...)

20Enfin, la précarité de leur situation de tra­vailleurs au noir les met également à la merci de leur employeur qui peut tout simplement refuser de payer le salaire dû, en totalité ou partie, sans que l’employé roumain ait droit à un quelconque recours. Nous avons vu le cas de Ion renvoyé sans toucher son salaire. C’est aussi le cas de Mircea qui raconte avoir été floué par son employeur et, en tout état de cause, avoir travaillé dans des conditions épuisantes72. Rencontré à la gare routière d’Emniyet (Yenikapı) avec son épouse, ils repartaient tout deux pour la Roumanie défini­tivement, assez amers quant à leur séjour ici.

  • 73 Ces rumeurs nous ont été rapportées par Mattei, jeune Roumain de Galatz qui travaille dans un magas (...)

21Pire : les rumeurs les plus folles, et aux effets forcément dissuasifs, circulent parmi les Roumains. Certains ouvriers auraient été enfermés dans leur usine, battus et forcés de travailler sous la contrainte, d’autres auraient « disparu » le jour de la paie, ou encore auraient été forcés de monter dans des autobus -sous la menace de mitraillettes- et renvoyés dans leur pays, sans être payés bien sûr73. Vraies ou fausses, ces rumeurs nous renseignent sur un point, que nous avions déjà compris : à quelques exceptions près, ces Roumains vivent mal leur séjour en Turquie.

Mircea et son épouse repartent en Roumanie
Mircea était ouvrier spécialisé, diplômé d’un institut technique. Il travaillait à Iaşi dans une usine qui a fermé ses portes. Son épouse travaillait, elle, dans une usine d’électronique qui, elle aussi, a été fermée. Ils sont donc tout deux partis chercher du travail à İstanbul, sans connaître la langue et, d’après Mircea, sans avoir de relations sur place : « Nous ne sommes pas partis parce que nous en avions envie ; si on avait pu rester au pays on serait resté, mais nous n’avions pas d’autre choix ». En arrivant, Mircea se rend dans une usine où, a-t-il entendu dire, travaillent des Roumains. Il y rencontre Ion dans un parc voisin. Ils sympathisent et ce dernier, qui est déjà sur place et connaît le marché du travail, les aide à trouver un emploi. Dans un premier temps, ils exercent différents petits boulots, mais ils en sont toujours mécontents, car ils sont mal payés, corvéables à merci, vivent dans la précarité et parfois le patron ne leur paye pas la somme promise. C’est ainsi que les derniers mois (depuis l’été dernier), ils ont travaillé dans un restaurant sur les Iles aux princes, chez un Turc d’origine grecque. Mal payés, ils devaient travailler toute la journée, sans aucun repos, lui comme serveur, elle à faire la vaisselle. Finalement, bien que Mircea ait appris le turc, devant les difficultés rencontrées, il décide de rentrer au pays avec son épouse. Ils y avaient laissé leurs enfants, gardés par leurs parents.
À la gare routière d’Emniyet, ils sont accompagnés de leur ami Ion qu’ils avaient rencontré à leur arrivée à İstanbul. Ce dernier précise qu’ici on l’appelle Ivan, les Turcs n’arrivant pas à prononcer son nom. Il est originaire de Bacau, travaille de longue date à İstanbul, et a appris le turc. Mais lui aussi se plaint de sa vie, et raconte les conditions catas­trophiques de travail et les injustices qu’il a subies. C’est ainsi que dans l’un des nombreux travaux précaires qu’il a exercés, il a perdu son pouce, et a été soigné dans un hôpital sous une fausse identité. Lorsqu’il envisage de se retourner contre son employeur et de deman­der un dédommagement, son patron en est averti par un de ses amis turcs à qui il en avait parlé, et devant les menaces, l’intimidation et sa situation de clandestin, il doit renoncer à toute démarche. Par la suite, il est renvoyé, sans même toucher son salaire. Cependant, il n’a pas d’autre solution que de rester et de continuer cette vie, tout en espérant un changement en Roumanie, dont il espère qu’il sera apporté par Vadim Tudor.
Entretien réalisé le 4 décembre 2000, à la gare de bus d’Emniyet (Yenikapı).

Rapport avec la Turquie et les Turcs : une insertion généralement ni réalisée ni recherchée

22Les motifs de venue de ces travailleurs, non par choix donc mais par obligation, ne se prê­tent a priori pas à la recherche d’une intégra­tion, quel que soit le sens que l’on donne à cette notion controversée. Non seulement ils sont poussés à émigrer à cause des conditions économiques dans leur pays mais, de plus, la destination turque ne s’est souvent imposée que faute de possibilités d’aller dans un autre pays. Toutefois, même s’ils ne sont pas en quête d’un eldorado, la déception est souvent nette­ment perceptible.

23Ils sont, tout d’abord, complètement coupés de leur pays, puisque ni presse roumaine ni radio en roumain ne sont disponibles. Aucune structure de type associatif ne les encadre ou même propose une aide quelconque. Jusqu’à début mars 2001, il n’y avait pas non plus d’église roumaine -susceptible donc de fonc­tionner comme lieu de regroupement de cette communauté-, ni d’école roumaine. Quelques Roumains fréquentaient l’église orthodoxe rum (grecque) de Yenikapı, ou l’église Saint Antoine à Beyoğlu où un prêtre originaire de Roumanie officiait parfois. La messe y était cependant catholique et cela ne convenait guère aux Roumains. Cet isolement est encore plus marqué dans le cas des ouvriers roumains qui travaillent dans la zone industrielle d’İkitelli. Ceux-ci restent en effet dans la zone industrielle 24 heures sur 24 (ils mangent et dorment sur place) et 7 jours sur 7 puisqu’ils travaillent tous les jours. Nous n’avons pas pu nous rendre dans le port d’İstanbul où travaillent beaucoup de Roumains, mais nous pensons que la situa­tion doit y être analogue.

  • 74 Dont le célèbre footballeur du club Galatasaray, Popescu, qui, par sa seule présence, a conféré à l (...)
  • 75 Entretien avec X dans l’église, dimanche 24 juin 2001.

24Depuis mars 2001, le consulat roumain a pris l’initiative de louer une des nombreuses églises désaffectées ou sous-occupées d’İstanbul. Il s’agit de l’église catholique arménienne Surp Yerortutyun, située à Beyoğlu, en retrait de la célèbre et passante avenue de l’Istiklal. Un pope, fraîchement arrivé de Roumanie, et qui d’ailleurs ne parle pas un mot de turc, y officie désormais tous les dimanches. L’église devrait être louée au moins pour une année (pour un loyer mensuel de 200 dollars payé donc par le consulat) et éventuellement pour une période plus longue. L’événement ne passe forcément pas inaperçu. C’est en effet non seulement la toute première église roumaine à İstanbul mais aussi le premier et -jusqu’à présent seul- lieu de regroupement pour la communauté. Constantin, qui est arrivé à İstanbul au début des années 1990, envisage bien de créer une association, mais il voit mal comment éviter de passer par le consulat. C’est en fait non seule­ment le consulat mais aussi l’église qui tentent de regrouper sous leur égide cette communauté. C’est également le consulat qui a affrété deux autobus de Roumanie pour les Pâques ortho­doxes. L’affluence fut donc grande dans la petite église pour ces Pâques (environ 200 personnes74). En temps ordinaire, l’église voit tous les dimanches une assistance qui semble osciller entre 30 et 40 fidèles, un « début prometteur » dans une église « enfin restaurée » selon l’un des artisans de ces succès75.

25Cette population, arrivée dans l’ensemble il y a trois ou quatre ans, parle le turc. C’est le cas de Niku et de son frère, de Ion, de Mircea, de Paul, de Vlad, de Constantin, etc., de tous nos interlocuteurs. De toute évidence, cette communauté n’est pas assez nombreuse et structurée pour pouvoir vivre en réseau fermé. Pour l’instant donc, pas de trace d’ethnic business roumain à İstanbul.

  • 76 Entretien avec Vlad, 15 décembre 2000. Vlad, originaire de Tulcea, est arrivé en Turquie en 1990. A (...)

26La connaissance de la langue turque n’implique cependant aucunement la recherche d’un contact avec la population locale. De fait, ces Roumains vivent aussi coupés de l’environ­nement turc. Ils vivent en vase clos. Ils mangent ensemble et dorment ensemble et ne fréquen­tent aucun lieu de sociabilité à İstanbul. Même dans les -rares- cas où ces travailleurs sont en situation régulière et gagnent bien leur vie, ils ne cherchent pas à s’intégrer en Turquie. C’est le cas de Vlad qui avoue n’avoir aucune vie sociale en dehors de son travail et ne pas être intéressé par ce pays76. Ces Roumains ne se sentent pas « chez eux » et ne veulent pas se sentir « chez eux » en Turquie. Et dans la mesure où il n’y a pas de désir d’intégration, le rapport à un pays musulman ne semble pas poser de problème particulier.

27Les travailleurs turcs qu’ils côtoient quoti­diennement ne cherchent apparemment pas non plus à nouer des contacts. L’animosité ou la concurrence particulière entre ces travailleurs turcs et roumains n’est pas visible. Aucune rixe n’a ainsi été reportée dans la presse ou dans les témoignages que nous avons recueillis. Les travailleurs roumains rencontrés sur le site d’İkitelli nous ont confié ne pas « avoir de prob­lème » avec les travailleurs turcs, et ces derniers, rencontrés sur le même site alors qu’ils attendaient des propositions d’embauche sur une petite place, n’ont pas semblé éprouver d’animosité particulière envers ces Roumains. Pourtant ces derniers cassent le marché. Et si aucune animosité ne s’exprime publiquement, les travailleurs turcs soutiennent toutefois que les Roumains vendent leur force de travail quatre fois moins cher que les Turcs, ce qui semble fort exagéré, mais révélateur d’une certaine incompréhension. La presse n’est également pas avare de commentaires accusa­teurs sur ces « responsables de la montée du chômage en Turquie ».

28Quant aux employeurs, quand ils ne spolient pas cette main-d’œuvre, ils ne lui accordent pas d’assistance ou de regard parti­culiers et présentent même leur recours à ces travailleurs clandestins comme une œuvre de charité :

« compte tenu des risques que je prends ... »,

  • 77 Entretien avec le dirigeant d’une petite entreprise de fabrication de meubles, İkitelli.

« Si j’allais en Roumanie, est-ce qu’ils me donneraient du travail ? ... »77.

29En Roumanie, le Turc n’est pas exempt de la traditionnelle inimitié répandue dans les Balkans vis-à-vis des Turcs/Ottomans qui ont dominé leur pays pendant des siècles. Les propos de ces travailleurs immigrés glissent ainsi facilement vers :

  • 78 Nikola.

« Nous, les Roumains, de toute façon, nous ne nous entendons pas avec les Turcs, les Russes et le Hongrois »78.

30Il s’agit là des trois peuples qui tiennent traditionnelle­ment le haut du pavé sur l’autel des ennemis de la patrie roumaine. Notons, à cet égard, que, contrairement à d’autres peuples balkaniques, l’animosité envers les Turcs est, parmi les Roumains, loin d’être la plus criante. De fait, puisque les Turcs partagent ce statut de peuple ennemi de la patrie roumaine avec les Hongrois et les Russes (voire les Grecs dont la domina­tion phanariote au XIXe a laissé quelques séquelles), cela conduit à relativiser l’inimitié envers le Turc. Au-delà des conditions économiques désastreuses en Roumanie, qui contraignent donc cette population à l’exil, la relativité de cette inimitié expliquerait peut- être en partie cette particularité roumaine dans les Balkans. Car la Roumanie est loin d’être le seul pays de la région à connaître une difficile transition. Le cas bulgare est, par exemple, tout à fait comparable. Or, les Bulgares (tout au moins les non turcophones) sont beaucoup plus rares sur le marché du travail turc.

31Quoi qu’il en soit, à la traditionnelle -bien que relative- suspicion à l’égard des Turcs, s’ajoutent aujourd’hui chez ces Roumains les rancœurs et l’amertume liées à leur situation précaire -et d’exploités- en Turquie.

32Rien d’étonnant donc à ce que Niku et son frère échafaudent tous les deux constamment des « plans » pour aller ailleurs. Et toutes les solutions sont envisagées, de la Grèce à l’Australie, en passant par l’Espagne et même le Togo ou Israël. Certains retournent en Roumanie (Mircea et son épouse), les autres restent, faute de solutions de rechange, ou repartent... puis reviennent. Mattei est ainsi venu à İstanbul une première fois de 1990 à 1992, mais vu les conditions de travail, il est parti. Il s’est rendu en Allemagne où il est entré dans la clandestinité, s’est fait expulser et s’est de nouveau retrouvé dans la rue ... à İstanbul. En tout état de cause, l’humeur est donc plutôt morose parmi ces travailleurs et, à quelques exceptions près, leurs propos sur la Turquie, extrêmement amers, voire franchement négatifs.

Une tendance à la baisse ?

  • 79 « Kaçak Romen operasyonu » [Opération contre les clandestins roumains], Sabah, 26/9/99.

33Depuis plus d’un an, le gouvernement turc a inauguré une lutte contre le travail clandestin qui semble se porter en priorité sur les clandes­tins étrangers, qui représentent une cible plus aisément repérable. Déjà, en septembre 1999, près de 100 Roumains ont été arrêtés dans le port d’Ambarlı (arrondissement d’Avcılar) où ils travaillaient dans des conditions bien peu enviables79. À Yenikapı, les contrôles de la police se sont fait plus fréquents et sévères : la main-d’œuvre clandestine ne peut plus se poster tout simplement dans la rue où elle s’expose au risque de payer un bakchich pouvant facilement aller jusqu’à 100 dollars, montant généralement avancé par nos interlocuteurs, voire à la menace d’être expulsée.

  • 80 « Kaçak işçi çalıştıran yandı » [Celui qui emploie au noir est fichu], Sabah, 30/1/01, p. 7.
  • 81 « Parasız turist giremez » [Les touristes sans le sou ne peuvent pas entrer], Radikal, 5/12/00.

34Ils ne sont d’ailleurs pas les seules cibles des autorités. En effet, en vertu de la nouvelle loi présentée par le ministère du Travail au début de l’année 2001, le montant de l’amende qui doit frapper les employeurs faisant travailler des étrangers a été porté à 2,5 milliards de LT, soit plus de 25 000 FF80. En outre, l’employeur devra assurer les frais de rapatriement du ou des travailleur(s) étranger(s) employés. De la sorte, depuis quelque temps, les « opérations » de la police financière contre les clandestins roumains se multiplient. Parallèlement, les touristes étrangers sans argent ne pourront plus pénétrer en Turquie. Nous l’avons vu, sans que cela soit légal, la pratique consistant à exiger des candidats à l’entrée en Turquie la posses­sion d’une somme minimale garantissant l’indépendance économique du dit candidat est déjà courante81. Mais, aujourd’hui, les cas de refoulement sont légion.

  • 82 Voir le cas de ces Roumaines interceptées à la frontière gréco-turque alors qu’elles essayaient de (...)

35Enfin, outre cette surveillance policière, il y a tout simplement moins de demande côté turc. Tous nos interlocuteurs le confirment, employeurs comme employés, ouvriers turcs comme roumains82. Dans la cité industrielle de Keresteciler, les travailleurs turcs (surtout kurdes en fait) en attente d’embauche (photo 16), tout comme les ouvriers roumains que nous avons pu rencontrer, nous ont confirmé que le travail n’était plus aussi abondant. Ainsi, sur ce site, dans la firme AM, ils ne sont plus que cinq Roumains, alors qu’il étaient 30 à 40 il y encore un an. Cette entreprise semble, de plus, être la dernière sur le site à avoir recours à la main-d’œuvre roumaine alors que, là encore, il y a un ou deux ans, plusieurs entreprises employaient des Roumains. Et la crise économique qui a débuté en Turquie en février 2001 ne fait qu’aggraver ce phénomène. Les employés non déclarés figurent en effet parmi les premières victimes des « licencie­ments ».

  • 83 « Ak-al Romanya yolcusu » [Voyage d’Ak-Al pour la Roumanie], Radikal-Borsa, 25/3/01, p. 3.

36Un autre motif à ce reflux des travailleurs roumains est la nouvelle stratégie des entrepre­neurs stambouliotes, qui tendent de plus en plus à se redéployer et se délocaliser vers les pays où les coûts de main-d’œuvre sont inférieurs, comme la Bulgarie ou la Roumanie. Ainsi, en mars 2001, la firme textile turque AK-Al a-t-elle annoncé son intention de quitter la Turquie en juin 2001, pour s’implanter en Roumanie où, selon le dirigeant de l’entre- prise83, les conventions collectives sont moins contraignantes pour les employeurs. Si le capital va à la force de travail, celle-ci n’a plus besoin de se déplacer.

  • 84 Voir par exemple Turkish Daily News, 10/3/01.

37Les travailleurs roumains risquent fort, au vu de cette nouvelle situation économique et juridico-policière, de rechercher encore plus activement d’autres pays visés par les migra­tions économiques. De plus, et l’expérience bulgare le montre, dès l’octroi facilité de visa par l’U.E., les mouvements se réorientent extrêmement rapidement. En décembre 2000, l’U.E. a en effet décidé la levée des visas pour les citoyens bulgares dans l’espace Schengen. La très nombreuse communauté turque de Bulgarie installée en Turquie depuis 1989, et les Bulgares (non ethniquement turcs) travaillant clandestinement en Turquie, ont alors connu d’importants redéploiements. De nombreux incidents ont été enregistrés à la frontière avec des ressortissants bulgares qui vivaient dans l’illégalité et veulent aujourd’hui sortir du territoire turc (mais refusent de payer l’amende !)84.

  • 85 Sur ces Turco-Tatars, voir Mehmet Naci Önal, Romanya Dobruca Türkleri, Ankara, Türk Tarihi Kurumu, (...)

38Enfin, parmi cette communauté de travail­leurs roumains, on ne note aucune présence particulière des Turcs de Roumanie, si ce n’est çà et là, embauchés comme intermédiaires com­merciaux pour leurs compétences linguistiques. Cette communauté turco-tatare est aujourd’hui assez peu nombreuse, environ 55 000 personnes, concentrés dans les environs de Constanţa85. Il y a également très peu d’étudiants turcs de Roumanie inscrits dans les universités de Turquie. Pourtant, l’accord de coopération culturelle signé entre les deux pays en avril 1994 prévoit une coopération universitaire.

  • 86 D’après le consulat de Roumanie à İstanbul, 6000 visas pour la Roumanie ont été délivrés à des Turc (...)
  • 87 Sur ce point, nous ne disposons que d’indices, dus au hasard de rencontres à la gare routière d’Emn (...)

39Les mobilités de travailleurs roumains à İstanbul ne peuvent être entièrement dissociées de celles de travailleurs précaires d’autres nationalités, voire aussi de nationalité turque, qui partagent largement les mêmes conditions de vie et de travail. De même, ces mobilités mériteraient d’être mises en regard avec celles de travailleurs de nationalité turque, vers la Roumanie, même si ces dernières paraissent moins importantes86. L’absence d’études fiables sur ce « contre-courant »87, vers Constanţa notamment, nous empêchent de mener cette comparaison.

Notes

47 « 10,5 milyon işçi kaçak » [10,5 millions de travailleurs non déclarés], Radikal, 30/9/00, p. 12.

48 « İşçiler de işyerleri de kaçak » [les travailleurs mais aussi leur lieu de travail sont non déclarés]), Radikal, 23/9/00, p. 16.

49 « İşçiler de işyerleri de kaçak », Radikal, 23/9/00, p. 16.

50 Déclaration du ministre du Travail et de la Sécurité Sociale, Yaşar Okuyan, le 15 janvier 2001. Turkish Daily News, 4/2/01, p. 5.

51 Cf. « Amele pazarında kavga var » [lutte sur le marché du travail], Radikal, 10/3/01, p. 11.

52 « 10,5 milyon işçi kaçak », Radikal, 30/9/00, p. 12.

53 « Korsan rafineri sahibi Ö. tutuklandı » [Le patron de la raffinerie illégale a été arrêté] , Cumhuriyet, 13/11/00, p. 9.

54 « Çöplük horozları » [les coqs de la décharge], Radikal, 28/9/00, p. 6.

55 Quatre Roumains travaillent ainsi à la rénovation de l’église catholique de la ville.

56 « İstanbul romen ameleleri » [Les travailleurs roumains d’İstanbul], Cumhuriyet Dergi, 9/7/99.

57 Le capital de départ était détenu à hauteur de 80 % par la holding Bayındır et 20 % par la Banque commerciale roumaine. 30 % des clients étaient turcs, 40 % roumains. Hürriyet, 9/8/95 ; Turkish Probe, 18/3/94, p. 18. Voir également l’interview du directeur de cette banque, Erdoğan Günay, dans Yeni Yüzyıl, 21/10/96. La BTR est en crise depuis novembre 2000. 40 millions de dollars seraient nécessaires pour combler le déficit. La banque dis­posait de 20 filiales en Roumanie et 300 millions de dollars aurait été déposés dans ses caisses. Yeni Şafak, 12/12/00 ; Bucarest Matin, 10/1/01, 16/1/01, 7/2/01.

58 « Romen amele pazarı » [marché du travail roumain], Sabah İstanbul, 29/8/98, p. 3.

59 C’est une gigantesque zone industrielle, planifiée, fondée dans les années 1970 sur plus de 700 hectares, au nord-ouest d’İstanbul. L’objectif était de déconcentrer les activités industrielles par trop congestionnées dans le centre historique. Ayant connu un essor avec l’ouverture du second périphérique routier qui la dessert depuis la fin des années 1980, cette zone industrielle, divisée en secteurs spécialisés par métier, demeure largement sous-occupée et abrite des activités non prévues initialement.

60 Cf. « Sevgilisini kapan patronu bıçakladı » [Il a poignardé son patron qui avait pris celle qu’il aimait], Sabah-İstanbul, 26/12/01, p .3.

61 « İstanbul romen ameleleri » [Les travailleurs Roumains d’İstanbul], Cumhuriyet Dergi, 9/7/99.

62 « Kaçak Romen operasyonu » [Opération contre les clandestins roumains], Sabah, 26/9/99.

63 Bucarest Matin, 27/9/2000, 7/2/01.

64 « En alttaki entelektüel » [Un intellectuel au plus bas], Aktüel, 8/4/99.

65 Entretien avec Vlad, 15/12/00.

66 « En alttaki entelektüel » [un intellectuel au plus bas], Aktüel, 8/4/99.

67 « Etfal’de bir Romen kadın » [Une femme roumaine à l’hôpital d’Etfal], Özgür Bakış, 9/7/00, p. 3.

68 Entretien à l’otogar d’Emniyet, 4/12/00.

69 « Nataşa vurgunu » [La descente des Natasha], Sabah, 26/10/00.

70 C’est le cas de Nikola, excédé par les divers « paiements » à effectuer durant ces voyages. Il a pourtant un fils de 14 ans dont il aimerait surveiller un peu l’éducation.

71 Voir notamment Anadolu Ajansı, 29 avril 1999.

72 Entretien avec Mircea et son épouse, 4/12/2000. Ils ont, tous deux, travaillé dans un restaurant à Büyük Ada. Leurs rapports avec leur employeur n’étaient pas des plus cordiaux.

73 Ces rumeurs nous ont été rapportées par Mattei, jeune Roumain de Galatz qui travaille dans un magasin à Yenikapı (voir encadré).

74 Dont le célèbre footballeur du club Galatasaray, Popescu, qui, par sa seule présence, a conféré à l’événement un caractère encore plus exceptionnel. On a même noté la présence de navetteurs-touristes durant un des offices de Pâques ; preuve que l’information circule bien et que la distinction navetteurs/travailleurs n’est pas si pertinente.

75 Entretien avec X dans l’église, dimanche 24 juin 2001.

76 Entretien avec Vlad, 15 décembre 2000. Vlad, originaire de Tulcea, est arrivé en Turquie en 1990. Après quelques débuts difficiles et divers petits boulots, il a finalement trouvé un poste de chef d’équipe dans une usine d’outillage et de peinture industrielle (l’équipe qu’il dirige est en fait composée d’ouvriers turcs et roumains). Il dit avoir régularisé sa situation et gagner très correctement sa vie. Vlad a laissé femme et enfant au pays et parle le turc.

77 Entretien avec le dirigeant d’une petite entreprise de fabrication de meubles, İkitelli.

78 Nikola.

79 « Kaçak Romen operasyonu » [Opération contre les clandestins roumains], Sabah, 26/9/99.

80 « Kaçak işçi çalıştıran yandı » [Celui qui emploie au noir est fichu], Sabah, 30/1/01, p. 7.

81 « Parasız turist giremez » [Les touristes sans le sou ne peuvent pas entrer], Radikal, 5/12/00.

82 Voir le cas de ces Roumaines interceptées à la frontière gréco-turque alors qu’elles essayaient de passer en Grèce, qui prétendent que les affaires ne sont plus aussi faciles qu’avant en Turquie. Milliyet, 12/8/99, p. 10.

83 « Ak-al Romanya yolcusu » [Voyage d’Ak-Al pour la Roumanie], Radikal-Borsa, 25/3/01, p. 3.

84 Voir par exemple Turkish Daily News, 10/3/01.

85 Sur ces Turco-Tatars, voir Mehmet Naci Önal, Romanya Dobruca Türkleri, Ankara, Türk Tarihi Kurumu, 1998 ; Frederick De Jong, « The Turks and the Tatars in Romania », Turcica, n° 18, 1986 ; György Lederer, « Islam in Romania », Central Asian Survey, vol. 15, n° 3/4, 1996, pp. 349-368.

86 D’après le consulat de Roumanie à İstanbul, 6000 visas pour la Roumanie ont été délivrés à des Turcs, pour l’année 2000.

87 Sur ce point, nous ne disposons que d’indices, dus au hasard de rencontres à la gare routière d’Emniyet. Entretiens, novembre et décembre 2000, avec des citoyens turcs repartant travailler en Roumanie. En 1994, 535 229 citoyens turcs sont entrés en Roumanie et 262 534 en 1998 (pour la plupart des hommes d’affaires probablement). Pour les seuls touristes, le chiffre est respectivement de 88 023 et 50 818.

© Institut français d’études anatoliennes, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search