Version classiqueVersion mobile

La présence roumaine à Istanbul

 | 
Sylvie Gangloff
, 
Jean-François Pérouse

Introduction

Texte intégral

  • 1 A. Tarrius, « Le lien social fort comme préalable à la réussite économique. Initiative des migrants (...)
  • 2 P. Blacher, « Les Shop-turisty de Tsargrad ou les nouveaux russophones d’İstanbul », Turcica, Paris (...)

1Depuis 1991, de nombreux ressortissants des pays anciennement communistes affluent sur les marchés d’İstanbul, dans ses échoppes et aux abords des quartiers commerçants de Laleli, Beyazıt, Osmanbey, Merter et Karaköy. Ce « commerce à la valise » a pris d’importantes proportions depuis 1992. Il témoigne, dans le cas stambouliote comme pour d’autres métropoles, de nouvelles formes de mobilités interna­tionales, qui jouent des différentiels de prix et de juridiction d’un État à l’autre1. Le cas des commerçants russes et ukrainiens à İstanbul a fait l’objet d’enquêtes de presse et de quelques études2, mais celui des Roumains reste large­ment méconnu.

  • 3 M. Peraldi, « Le cycle algérien dans Lâleli morose », Lettre d’information de l’Observatoire Urbain (...)
  • 4 Comme l’a rappelé, en mai 2001, l’incendie à Eminönü, dans la péninsule historique, d’un vieil imme (...)
  • 5 Cf. Atlas, İstanbul, janvier 2001.
  • 6 Une ébauche de commerce à la valise est également visible à Trabzon, à l’extrémité orientale de la (...)

2De nombreux Roumains se sont également dirigés vers İstanbul pour y trouver du travail, phénomène au premier abord surprenant pour un pays comme la Turquie, traditionnellement -et toujours- exportateur de main-d’œuvre. İstanbul draine en effet aujourd’hui une main- d’œuvre étrangère composite (Maghrébins3, Asiatiques4, d’Afrique sub-saharienne5, etc.). Cet attrait, purement commercial ou profes­sionnel, concerne non pas la Turquie dans son ensemble mais bien essentiellement la méga- pole d’İstanbul6, et si celle-ci attire aujourd’hui une main-d’œuvre étrangère, elle attire depuis longtemps, pour les mêmes motifs, une main- d’œuvre interne (de plus en plus en provenance des régions rurales de l’est anatolien). Par les opportunités d’emplois qu’elle offre et concen­tre, elle a en effet un pouvoir attractif sans équivalent. La main-d’œuvre étrangère, souvent précaire et non déclarée, est un des piliers de l’économie urbaine métropolitaine et une expression de la dualisation du marché de l’em­ploi, particulièrement accusée dans les grandes métropoles.

3Le phénomène roumain revêt cependant un caractère apparemment spécifique. Les Roumains constitueraient, sans que l’on puisse chiffrer précisément ce groupe, un des seg­ments les plus importants du marché de l’em­ploi étranger à İstanbul. Aucun autre peuple des pays anciennement communistes n’est à ce point présent sur le pavé stambouliote. Malgré les difficultés forcément rencontrées lorsque l’on s’emploie à cerner une population large­ment mouvante et opérant majoritairement hors du champ de l’économie déclarée, nous tenterons d’estimer le poids de cette commu­nauté et d’en dresser un profil. Notre souci n’est pas réellement statistique, en ce sens que l’ap­proche statistique est par définition inapte à rendre compte de cette mobilité. Nous essaierons néanmoins de critiquer les chiffres, parfois exorbitants, qui circulent çà et là.

4Précisons, par ailleurs, que nous ne nous intéresserons pas spécifiquement à la prostitu­tion et à ses activités connexes qui alimentent régulièrement la chronique journalistico-policière, compte tenu des difficultés que présen­terait une telle étude. Assimiler navettage à la valise, travail clandestin et économie de la prostitution serait tomber dans l’amalgame ; pour autant, on ne peut poser a priori une étanchéité absolue entre ces trois phénomènes. Les nombreux articles de presse qui évoquent la présence des prostituées -ou tout au moins stig­matisées et catégorisées comme telles- d’origi­ne roumaine feront l’objet d’une exploitation, avec toutes les réserves et toute la prudence qui s’imposent quand on a affaire à un discours journalistique.

  • 7 Le consulat roumain confirme que ces cas sont extrêmement rares. Entretien avec le consul et le vic (...)

5Les cas individuels de Roumains installés à İstanbul de façon permanente, suite à un mariage généralement, ne présentent pas réelle­ment d’aspect communautaire ou communatariste, et surtout ils offrent peu visibilité7. Les quelques cas rencontrés au cours de nos enquêtes indiquent cependant qu’ils peuvent jouer un rôle d’intermédiaire ou d’interface entre les Turcs et les Roumains (commerçants ou travailleurs). Ils sont notamment présents dans les boutiques de Laleli.

  • 8 Sur ces migrations, voir Nedim İpek, Rumeli’den Anadolu’ya Türk Göçleri (1877-1890), Ankara, Türk T (...)

6Quant aux très nombreux Turcs qui ont émi­gré de la Dobroudja roumaine à la fin du XIXe ou au début du XXe siècles, ils se sont fondus dans la population turque et ne représentent plus une communauté soucieuse de se distinguer8.

7Quant aux méthodes et sources utilisées, outre un examen de la presse turque rendant compte de ce phénomène, nous nous sommes essentiellement appuyés sur des entretiens et des séquences d’observation mobile. Quelques lieux ont été privilégiés, comme le Balkan Pazarı (ou Balkan Bazaar ou Emniyet Bazarı), la petite gare routière à Yenikapı (Emniyet otogarı), le « bazar roumain » (Bazaar Romania) toujours à Aksaray, la gare de Sirkeci ou la zone industrielle d’İkitelli dans l’arrondissement de Küçükçekmece.

Notes

1 A. Tarrius, « Le lien social fort comme préalable à la réussite économique. Initiative des migrants entrepreneurs, des économies souterraines internationales ; parcours étapes, transactions commerciales », Journal des Anthropologues, janvier 2001.

2 P. Blacher, « Les Shop-turisty de Tsargrad ou les nouveaux russophones d’İstanbul », Turcica, Paris, tome 28, 1996, pp. 11-50 et J.-F. Pérouse, « Irruption et éclipse des navetteurs ’russes’ à İstanbul (1988-1999). Remous et rumeurs dans la mégapole », Slavica occitania, Toulouse, 8, 1999, pp. 273-312.

3 M. Peraldi, « Le cycle algérien dans Lâleli morose », Lettre d’information de l’Observatoire Urbain d’İstanbul, İstanbul, IFEA, n° 14, 1998, pp. 19-22.

4 Comme l’a rappelé, en mai 2001, l’incendie à Eminönü, dans la péninsule historique, d’un vieil immeuble squatté par trente Bengalis entassés. Leur présence est d’ailleurs de plus en plus visible sur le « marché des travailleurs » de Yenikapı.

5 Cf. Atlas, İstanbul, janvier 2001.

6 Une ébauche de commerce à la valise est également visible à Trabzon, à l’extrémité orientale de la côte pontique de la Turquie, mais la fermeture de la frontière avec l’Arménie en 1993, les divers embargos imposés aux pays du Moyen-Orient (Iran et Irak) génèrent plutôt des trafics en tout genre.

7 Le consulat roumain confirme que ces cas sont extrêmement rares. Entretien avec le consul et le vice-consul, 29/11/2000.

8 Sur ces migrations, voir Nedim İpek, Rumeli’den Anadolu’ya Türk Göçleri (1877-1890), Ankara, Türk Tarih Kurumu, 1994 ; Cevat Geray, Türkiye’den ve Türkiye’ye Göçmenlerin İskanı (1923-1961), Ankara, Ankara Üniversitesi Siyasal Bilgiler Fakültesi Yay., 1962 ; Kemal Kirişçi, « Post-Second World War Immigration from the Balkan Countries to Turkey », New Perspectives on Turkey, n° 12, printemps 1995, pp. 61-77.

© Institut français d’études anatoliennes, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search