Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La question des barrages et du GAP dans le Sud-Est anatolien

 | 
Damien Bischoff
, 
Jean-François Pérouse

Conclusion : patrimoines redécouverts, patrimoines engloutis, sur fond de crise du GAP

Texte intégral

1Vis-à-vis de la question du patrimoine, il y a bien un paradoxe du GAP, dont de plus en plus d’acteurs directs de l’entreprise et l’opi­nion publique de Turquie semblent prendre conscience, compte tenu des vifs débats en cours. De fait, ce vaste et ambitieux projet de développement régional a permis, souvent malgré ses initiateurs, de mettre à jour bien des richesses méconnues, voire insoupçonnées de ce « coin » éloigné d’Anatolie, de longues années troublé, mais central à l’échelle de la région mésopotamienne et de sa vaste histoire remon­tant aux premiers temps la civilisation de notre planète. Au-delà du conflit évident entre logique économique —entendue dans un sens restrictif— et logique patrimoniale naissante, et sans sous-estimer les contraintes financières pesantes, la crise actuelle du GAP, la suppres­sion de l’Administration de développement régional du GAP paraissant désormais pro­grammée pour 2004 (cf. Cumhuriyet, 16/05/ 2003), révèle également un réveil de l’opinion publique turque, un peu à l’instar du sursaut provoqué par les tremblements de terre de 1999, devenue plus sensible aux enjeux patri­moniaux et surtout décidée à intervenir dans les projets la concernant, pour les infléchir.

  • 87 Source DSI, Devlet Su İşleri Genel Müdürlüğü, août 2002.

2En effet, en se présentant comme un projet civilisateur capable de « créer une nouvelle et brillante civilisation dans le Croissant fertile », le GAP semble parfois dénier toute culture et tout niveau de civilisation aux populations de l’Anatolie du sud-est. En transformant une région en un « centre d’export pour les biens agricoles », le GAP, au croisement des routes commerciales, a pour but avoué de « réinstaurer une civilisation en Haute Mésopotamie » et serait en lui-même un « monument technologique et sociologique de civilisation pour les généra­tions futures »87, rien de moins...

3Pourtant, les populations vivant dans cette région semblent bien adaptées à son environ­nement, à sa géographie faite de plateaux et de vallées et au climat actuel semi-aride conti­nental de la Haute Mésopotamie. La continuité de l’occupation est d’ailleurs la preuve de la bonne adéquation des cultures effectuées et des ressources. Le GAP a jugé nécessaire de faire passer ces populations, pratiquant l’agriculture sèche et l’élevage, à un niveau de développement industriel en jouant avec les ressources naturelles, les écosystèmes et même le climat. Nous l’avons vu, les barrages, avec un pro­gramme associé d’agriculture intensive sur irri­gation, assèchent et participent à une désertifi­cation de la région par gaspillage, évaporation, non-retour aux nappes phréatiques, pollution et salinisation. À son tour, les microclimats se modifient, car la déforestation paraît respon­sable de la baisse de la pluviosité.

4Un point de comparaison s’impose entre la disparition de l’agriculture sèche et de l’élevage extensif, le passage à la culture irriguée et les changements climatiques entraînés par le GAP, et les conditions climatologiques ayant permis l’implantation des premières civilisa­tions. S’agissant du climat actuel et de sa mani­pulation, la paléoclimatologie de l’Anatolie du sud-est est d’un grand enseignement. Point remarquable : si l’homme a pris en main son environnement pour la première fois il y a quelques 12 000 ans, après la dernière glacia­tion qu’a connue la région, en faisant passer la relation à son avantage, la maîtrise progressive de son environnement s’est toujours effectuée dans le respect de celui-ci. L’homme est devenu, de la sorte, progressivement indépendant des conditions extérieures et son évolution allait être de moins en moins infléchie par des épi­sodes ou conditions négatives.

5Les populations actuelles de l’Anatolie du sud-est sont les héritières de ces hommes, ayant initié les domestications animale et végétale. Force est d’admettre cependant que dans la relation homme-environnement, pensée par les ingénieurs du DSI, la notion de respect de l’environnement a actuellement perdu toute pertinence. Venues de l’Ouest, des personnes hautement qualifiées se sont employées à en remontrer, quant à l’exploitation des ressources et des potentiels agricole et fermier, aux pay­sans du Sud-Est. Près de 30 ans après, les déra­pages et inflexions du GAP montrent bien com­bien l’humanité a été informée par la nature et le milieu dans lesquels elle évolue, au sens de mise en forme, recevant des signaux environnementaux favorables aux premières fixations au sol puis aux domestications. L’humanité a simultanément informé son milieu immédiat, dans le sens structurel de maîtrise, a su créer un dynamisme homéostasique à l’origine de l’évolution humaine majeure qu’a constitué le passage à un mode de vie agro-pastoral et qui est à l’origine des civilisations orientales et, en outre, de la nôtre.

6Et si sur les 32 milliards de dollars dont la dépense a été programmée en 1989, mi-2003, plus de la moitié a été dépensée, il apparaît de plus en plus incertain que les sommes restantes soient vraiment investies, en tout cas dans l’esprit centralisateur qui caractérisait l’entre­prise jusqu’à la fin des années 1990. En ce sens, le GAP semble avoir perdu son envergure de grand projet et d’impératif national, mobilisa­teur, et s’essouffler, pour se redéfinir, en tenant peut-être davantage compte de réalités patrimo­niales et locales qu’il a contribué à faire réémerger. Sur un mode à la fois plus libéral et plus négocié, avec la collaboration d’instances internationales comme d’acteurs locaux, un nouveau mode de gestion du patrimoine peut émerger, afin de, nous l’espérons, sauver ce qui peut encore l’être. Pour ce, bien des ambiguïtés restent à lever vis-à-vis des « sous-cultures locales », qui tardent à être érigées en patri­moines reconnus autrement que sur un mode folklorique, et une autre conception de la parti­cipation, en dépit de tous les discours officiels convoquant inlassablement cette dimension, doit être concrètement promue. Le passage à une démocratie vraiment participative, dans une région encore non affranchie des stigmates du régime d’exception, est ici en jeu.

Notes

87 Source DSI, Devlet Su İşleri Genel Müdürlüğü, août 2002.

© Institut français d’études anatoliennes, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Acheter