Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La question des barrages et du GAP dans le Sud-Est anatolien

 | 
Damien Bischoff
, 
Jean-François Pérouse

II. Patrimoines archéologiques et environnementaux en danger

Texte intégral

A. Quelles atteintes aux patrimoines archéologiques ?

1La mise en eau des barrages hydroélec­triques, réalisés et programmés dans le cadre du GAP, touche deux types de sites. Les sites his­toriques des époques classiques, médiévales et ottomanes, principalement, et les sites préhis­toriques allant du Paléolithique à l’Âge du Fer.

2Les sites historiques sont, pour la plupart, des sites connus appartenant au patrimoine archéologique et social, constitutifs du paysage régional au même titre que peuvent l’être l’envi­ronnement et le cadre naturel dans lesquels la population de l’Anatolie du sud-est vit et évolue.

3Ils sont, en ce sens, constitutifs de son identité. Leur disparition, au sein de la conscience historique, est ressentie, dès lors, comme une absence et une perte inacceptables. Ils partici­pent, tels Hasankeyf et Halfeti, l’un touché par une disparition programmée par la construction du barrage d’Ilısu sur le Tigre, l’autre ayant disparu sous le lac de retenue du barrage de Birecik sur l’Euphrate, de l’imaginaire collectif quotidien des habitants de ces villes et villages. L’immersion partielle ou totale de ces sites historiques, visitables, rentabilisés ou rentabilisables touristiquement et, à la fois, vécus par leur population, constitue une atteinte aux patrimoines archéologique et social dans le même temps qu’une atteinte à l’identité régio­nale.

Prise de conscience
Le Projet TAY, Türkiye Arkeolojik Yerleşmeleri Projesi, Sites Archéologiques de Turquie, est né de la forte prise de conscience de la nécessité de préserver et de protéger le patrimoine archéologique de la Turquie pour les générations à venir. TAY vise à établir un inventaire des sites archéologiques de Turquie à partir des sites documentés par les prospections et fouilles archéologiques depuis 1880 jusqu’à nos jours. TAYEx, les expéditions du TAY Project, constitue un développement visant à effectuer le travail de terrain nécessaire à la vérification des informations éparses. Ces expéditions annuelles, région après région, contrôlent ainsi les informations disponibles sur les sites connus et documentent l’état actuel des sites ainsi que leurs niveaux de dégradation et/ou de destruction éventuels. Les périodes couvertes jusqu’à présent par cet inventaire sont les suivantes : Paléolithique/Epipaléolithique, Néolithique, Chalcolithique, Âge du Bronze et Âge du Fer, à paraître. Les résultats annuels de ce travail sont disponibles online, dans leur totalité, et en base de données et rapports de destruction archéologique, en support papier. Ils sont diffusés auprès de toutes les instances académiques de Turquie, du Premier Ministre du gouvernement turc jusqu’aux municipalités locales. Ce projet est remarquable et unique en ce que peu de pays au monde font l’expérience d’un tel niveau de destruction de leur patrimoine et se sont dotés, initiative privée, d’un tel outil de documentation, de diffusion et de publication des atteintes faites à celui-ci.
TAY Project
Aslanyatağı Sok. Sedef Palas 35/2 80060 Cihangir - ISTANBUL Tel/Fax: (0212) 244 32 09 e-mail:
info@tayproject.org web: http: //tayproject.org

Les paradoxes de l’entreprise
La découverte fortuite de Nevali Çori, dans la province d’Elazığ, prospection du barrage d’Atatürk, et d’une culture, jusqu’alors insoupçonnée, de chasseurs-cueilleurs, possédant des édifices cultuels, à sols enduits, banquettes, monolithes engagés dans les murs et monolithes centraux anthropomorphes, destinés à des rites d’initiation et de passage à l’âge adulte, a permis de réévaluer des prospections anciennes et de redécouvrir les sites appartenant à cette culture. Les prospections néolithiques ont, jusqu’à récemment, privilégié les vallées et la recherche d’établissements au contact des fleuves. Nevali Çori a, de la sorte, permis de découvrir Göbekli Tepe, le site où les plus anciens édifices cultuels au monde sont attestés. Cette culture de chasseurs-cueilleurs de la région d’Urfa suit une autre stratégie d’implantation que les sites agricoles et fermiers. Jusqu’aux prospections suscitées par la construction des barrages de Keban, Atatürk, Batman, Birecik, et du GAP dans son ensemble, une vision agricole du néolithique a pu prévaloir. La culture de la région d’Urfa, son canon anthropomorphe, et le monde symbolique qu’elle véhicule donnent assurément un nouvel éclairage au néolithique et à la phase de néolithisation.

Gauche : Nevali Çori - Bâtiment d’initiation et de passage à l’âge adulte– droite : Édifice cultuel à monolithes anthropomorphes - 5 m de haut,

Gauche : Nevali Çori - Bâtiment d’initiation et de passage à l’âge adulte– droite : Édifice cultuel à monolithes anthropomorphes - 5 m de haut,

Gauche : mission Göbekli droite : DAI Berlin - Damien Bischoff

4Les sites préhistoriques, quant à eux, ont été pour la plupart découverts, mis à jour et dans certains cas fouillés par la suite, lors des prospections de sauvetage effectuées dans les vallées et plaines qui allaient être mises en eau. En ce sens, leur disparition relève moins de la conscience historique que les populations peu­vent en avoir, que de la conscience mythique, formée par la stratification des civilisations qui se sont succédées en Haute Mésopotamie. Aussi, c’est l’héritage culturel dans son aspect non immédiat qui, faute de transmission aux générations futures, est touché. Privé de cette richesse patrimoniale, l’homme ne peut plus se comprendre présentement par son passé.

5L’inondation de paysages culturels millé­naires est la cause de pertes considérables. Non seulement les sites archéologiques de la région sont ou seront endommagés, mais aussi des méthodes de culture, des techniques de jardi­nage et la variété génétique de plantes utiles s’éteindront. Après avoir dressé le bilan de ces atteintes, nous nous attacherons à classifier les différents types d’établissements humains et naturels en péril ou déjà disparus.

6La recherche préhistorique en Turquie (Gérard & Thissen 2002 ; Özdoğan - Başgelen 1999) s’est concentrée, dans les années 1950, sur l’Anatolie centrale avec les prospec­tions des plaines de Konya, Karaman et de la région des lacs conduites par James Mellaart et David French du British Institute of Archaeology of Ankara (BIAA). Dans les années 1960, elle s’est poursuivie par les fouilles d’Hacılar et de Çatalhöyük, par le premier, et de Canhasan, par le second. Dans le même temps, un autre archéologue britannique, Iann Todd, également du BIAA, mena une prospection, visant à obtenir une vue générale de la distribution des sites préhistoriques, de l’Anatolie centrale dans son ensemble. L’Anatolie centrale se révélait être une région importante pour les époques Néolithique et Chalcolitique possédant, notam­ment, une société Néolithique Acéramique à part entière en dehors du Croissant fertile.

7Dans les années 1970, le Projet Keban, avec la construction du barrage de ce nom, puis le GAP, avec le barrage Atatürk, tous deux sur l’Euphrate, ont déplacé l’attention des archéo­logues à la fois turcs et étrangers de l’Anatolie centrale vers l’Anatolie du sud-est, et ce de façon durable, au point d’avoir créé une relative désaffection en Anatolie centrale jusqu’à récemment. De sorte que les données archéolo­giques dont nous disposons, pour l’Anatolie du sud-est, pour les périodes préhistoriques, dépendent essentiellement des prospections et fouilles de sauvetage et sont, de façon para­doxale, pour ainsi dire « coextensives » à la mise en eau des barrages successifs du GAP.

  • 54 Également Özdoğan 1977, Whallon 1979, Rosenberg - Togul 1991, Whallon & Kantman 1970.
  • 55 Et pour une lecture du Projet DSI de 1989, Türkiye’deki Barajlar ve Hidroelektrik Santralları, voir (...)
  • 56 Türkiye Arkeolojik Yerleşmeleri Projesi, Sites Archéologiques de Turquie - Projet TAY.
  • 57 Türkiye Arkeolojik Tahribat Raporu 2001, TAY 2001.

8Nous disposons, pour dresser le bilan des atteintes au patrimoine archéologique pré­historique, de trois sources principales54 : la prospection de P. Benedikt, “Survey Work in Southeastern Anatolia”, menée dans le cadre de la collaboration de l’Oriental Institute de Chicago avec l’Université d’Istanbul, contem­poraine du Projet Keban et de sa réalisation (Benedikt 1980), la prospection de G. Algaze du Tigris-Euphrates Archaeological Reconnais­sance Project55, contemporaine des barrages de Birecik et Karkamış (Algaze, Breuningen & Knudstad 1994), et du « Rapport sur la Destruction Archéologique en Turquie 2001 » du Projet TAY56, couvrant la région méditer­ranéenne et l’Anatolie du sud-est57, qui a suivi l’expédition d’août à septembre 2001.

9En vérifiant et en mettant à jour les données disponibles sur les sites publiés, en marquant les coordonnées géographiques exactes des sites au moyen du GPS (Global Positioning System), en documentant l’état actuel et le niveau de dégradation ou de destruction des sites, notamment, ce rapport permet de faire le point sur les sites immergés par les lacs de retenue des barrages en Anatolie du sud-est pour les périodes préhistoriques suivantes : Paléolithique/Epipaléolithique, Néolithique, Chalcolithique et Âge du Bronze Ancien, l’Âge du Fer est en cours.

10Sur 338 sites visés par la prospection, 128 n’ont pu être visités car situés en zone militaire, déjà complètement détruits ou bien encore déjà sous l’eau des lacs de retenue des barrages ; 16 n’ont pu être retrouvés ou reconnus, vraisem­blablement détruits par l’agriculture ou des cons­tructions modernes. Sur les 194 sites visités, 174 sites sont en passe d’être détruits, 64 sites ont déjà été noyés à la date de l’expédition (août-septembre 2001) et presque 30 autres le seront, de telle sorte que près de 94 sites, pour les périodes concernées, auront disparu suite à la mise en eau des barrages réalisés dans le cadre du GAP. Les barrages constituent, de la sorte, le troisième type d’atteinte au patrimoine archéologique, derrière les constructions modernes et les activités agricoles.

  • 58 La plaine de Harran est irriguée depuis 1995 et une culture intensive du coton y est effectuée.
  • 59 Nous avons, en ce sens, indiqué dans les tableaux 1 « Projets du GAP et surfaces irrigables (juin 2 (...)

11Les types de destruction observés sont les suivants : construction, agriculture, causes naturelles, fouilles illégales et chasses au trésor, carrières et mines. Ils se combinent le plus souvent, de sorte qu’à la quasi-centaine de sites noyés par les barrages GAP s’ajoutent ceux qui pâtiront ou ont déjà pâti58 des projets de développements agricole et urbain. Car la com­binaison de l’agriculture et des constructions nécessitées pour l’irrigation est source de destruction irrévocable par élargissements des champs, terrassements et construction de canalisations. Aussi, le GAP n’est-il pas seule­ment responsable de l’inondation de plaines et de vallées entières, mais par son ampleur même, de la destruction due à la construction de routes et des infrastructures nécessitées par des populations urbaines, et par l’urbanisation dans son ensemble. La destruction est propor­tionnelle, on le voit, à la taille du réservoir des barrages, et donc à la surface inondée, en amont, et à la surface irriguée, en aval, si l’on peut s’ex­primer ainsi59. Les barrages sont responsables, à eux seuls, de 28 % des sites perdus. L’association barrages, centrales hydroélectriques et système d’irrigation fait donc payer le plus lourd tribut au patrimoine archéologique.

  • 60 À tel point qu’un projet de documentation tel que Ilısu ve Karkamış Baraj Gölleri Altında Kalacak, (...)
  • 61 Fouille de l’ancienne capitale de l’Arménie, Ani doit être une des seules missions à ne pas être pr (...)

12En ce qui concerne les sites historiques, nous ne disposons pas d’informations aussi extensives ni de prospections systématiques60. Des habitats ruraux seront perdus et de très nombreux sites archéologiques. De façon paradoxale, notre connaissance des sites historiques, en péril ou non, s’arrêtent pratiquement aux noms d’Apamée-Zeugma, de Halfeti et de Hasankeyf. L’état des recherches concernant d’autres villes de la région non menacées fournit un élément d’explication à cette désaffection : que ce soit pour Mardin, Midyat ou pour d’autres villes syriaques, arméniennes ou kurdes, seuls les XIXe et XXe s. ap. J. -C. sont étudiés et encore lorsqu’ils le sont. En outre, nous ne disposons d’aucune recherche sur le Moyen-Âge, période qui correspond dans la région à celle des Émirats kurdes. Les informations disponibles réapparaissent timidement avec l’Empire otto­man ou avec la Turquie contemporaine. Et ce ne sont pourtant pas les sites intéressants qui manquent : Ani61 (hors GAP), Sumatar, Şuabşeri- Şuayip, villages et églises arménienne des environs de Halfeti désormais sous l’eau et les innombrables autres, qu’a documentés Albert Gabriel dans les années 1940 (GABRIEL 1940), et qui n’ont depuis pas fait l’objet de recherches ou de documentation. Considérons donc qu’Apa- mée-Zeugma représentent le type de site des périodes classiques et Hasankeyf et Halfeti (AKIN & AL. 1999) ceux des périodes allant du post-byzantin à la période ottomane.

Les types d’établissements humains concernés par le GAP
Hallan Çemi - 11-10e millénaires av. J. -C. cal.
Un site de chasseurs-cueilleurs avant la fin de la dernière glaciation. Hallan Çemi représente une tentative de fixation au sol, l’habitat se présentant sous forme de structures circulaires semi-enterrées. De même que pour le Natoufien du Sud Levant, avec Mallaha, ce type d’établissement s’inscrit dans le cadre des tentatives répétées de fixation au sol, dès que les conditions climatiques et/ou les ressources le permettent. Le coup de froid du Dryas Récent va renvoyer ces groupes de chasseurs-cueilleurs à la mobilité. Ces tentatives reprendront à partir de 10 000 av. J. -C. cal. et mèneront à la sédentarisation et aux domestications animale et végétale. Disparu lors de la mise en eau du barrage de Batman.

Hallan Çemi - maison circulaire - Nevalı Çori - déc 2001, démontage - l’eau monte

Hallan Çemi - maison circulaire - Nevalı Çori - déc 2001, démontage - l’eau monte

clichés missions respectives

Nevalı Çori - 9-8e millénaires av. J. -C. cal.
Un site de chasseurs-cueilleurs au début de l’optimum climatique. Ce type de site avec habitats rectangulaires à vides sanitaires, ordonnés de part et d’autre d’une allée, possède un édifice rituel, au bout de cette même allée, destiné aux rites d’initiation et de passage à l’âge adulte. Du point de vue de l’architecture, c’est dans ces sites que l’homme passa, pour la première fois, du plan subcirculaire à une architecture rectangulaire, avec emboutissement des murs et murs porteurs. Comme à Çayönü ou Göbekli Tepe (phase récente), ses habitants procèdent déjà à des expérimentations animales et végétales, propres à la phase de néolithisation, qui mèneront au Néolithique achevé, avec élevage et agriculture. Pour lors, ce type d’établissement est situé, non dans une vallée et au contact direct de l’eau, mais sur un petit affluent de l’Euphrate, lieu de guet pour les animaux et d’où les chasseurs-cueilleurs pouvaient contrôler leur passage. Disparu lors de la mise en eau du barrage Atatürk.

Gritille - 8-7e millénaires av. J. -C. cal.
Un site d’éleveurs-agriculteurs où les domestications, tant animale que végétale, sont pleine­ment attestées. L’implantation du site lui-même, dans une vallée, au contact de l’eau, est caractéristique du nouveau mode de production de subsistance. L’architecture y est rectan­gulaire, en briques crues, avec sols enduits, silos et fosses-foyers. Comme Teleilat et Kumar­tepe, ces établissements participent d’une nouvelle stratégie d’implantation. Disparu lors de la mise en eau du barrage Atatürk.

Norşuntepe - 5-4e millénaires av. J. -C. cal.
Occupation continue du Chalcolithique à l’Âge du Fer. Un des tepe les plus grands de la région d’Altınova. Établissement chalcolithique d’importance à maisons rectangulaires en brique crue avec fondation de pierre et toit plat, séparées par des rues étroites et de petites cours. Il semble correspondre à des sociétés agricoles, à forte population, pratiquant égale­ment l’élevage. Ses relations commerciales avec la Mésopotamie, suggérées par la céramique et des sceaux, en font un site d’une importance considérable pour la connaissance des sociétés de cette époque. Disparu lors de la mise en eau du barrage de Keban.

Vue d’ensemble de Lidar - région de Bozova Norşuntepe - région d’Altınova

Vue d’ensemble de Lidar - région de Bozova – Norşuntepe - région d’Altınova

cliché mission

Lidar - 3e millénaire av. J. -C. cal.
Occupation de l’Âge du Bronze au Moyen-Âge. Établissement de l’Âge du Bronze constituant le plus grand site de la région de Bozova après Samsat Höyüğü, entouré d’une fortification, présentant des maisons rectangulaires avec foyer, un cimetière et un atelier de poteries. Politiquement et ethniquement, le site est d’une grande importance puisque rattachable à l’expansion des Akkadiens et des Hurrites. Disparu lors de la mise en eau du barrage Atatürk.

Apamée - Zeugma - fin du IVe s. av. J. -C. - XIe s. ap. J. -C.
Villes fondées par Séleucos Ier. De part et d’autre de l’Euphrate, elles contrôlaient le point de traversée qu’empruntaient les caravanes et les convois militaires en direction des satrapies orientales. Au croisement des routes commerciales antiques, historiens et géographes de l’Antiquité (Pline, Tacite et Ptolémée) ont rapporté son nom et son essor. Séleucie-Zeugma fut occupée de l’époque romaine au XIe s. ap. J. -C. Disparues totalement, Apamée, et partiellement, Zeugma, lors de la mise en eau du barrage de Birecik.

Hasankeyf - VIIe s. -XIIIe s. ap. J. -C.
Place forte romaine à la frontière entre l’Empire romain d’Orient et l’Empire perse sous le nom de Cephe, devint Kiphas durant la période byzantine avant d’être conquise par les Arabes vers 640 et de prendre le nom de Hisn Kayfa. Place forte médiévale, aux mains des Ortokides jusqu’en 1232, elle fut prise par un successeur de l’Ayyoubide Saladin et déclina, après 1260, avec l’invasion mongole. Citadelle ortokide du XIIe s. ap. J. -C, plusieurs mosquées, pont du XIIe s. ap. J. -C, vestiges d’un couvent. Hasankeyf connut une occupation continue des Byzantins aux Ottomans en passant par les Sassanides, Omeyades, Abassides, Hamdanides, Mervanides, Ortokides et Eyyoubides. Disparition programmée par la mise en eau du futur barrage d’Ilısu.

Halfeti - IXe s. -XXe s. ap. J. -C.
Halfeti aurait été fondée en 855 av. J. -C. par le Roi Asur III, puis passa sous le contrôle de Salmanasar. Şitamrat au temps des Grecs, devint Rum Kale durant l’occupation arabe de la ville. Elle fut une ville chrétienne très importante avant d’être occupée par les Mamluks et enfin les Ottomans sous le nom de Urumgala. Disparu quasi totalement lors de la mise en eau du barrage de Birecik.

Hasankeyf - la vallée inondable vue de la citadelle octobre 2001 – Halfeti - la ville haute, la ville basse a disparu sous les eaux. Octobre 2001

Hasankeyf - la vallée inondable vue de la citadelle octobre 2001 – Halfeti - la ville haute, la ville basse a disparu sous les eaux. Octobre 2001

clichés Damien Bischoff

Mode de vie agro-pastorale - XVIIe s. -XXIe s. ap. J. -C.

Production de subsistance séculaire, basée sur l’agriculture sèche permise par les pluies d’hiver. Une grande partie de la population du Sud-Est vit de cette culture extensive des ani­maux et des végétaux. Cultivant de très petites surfaces, avec un parcellaire très fragmenté, élevant de très petits troupeaux et disposant de très peu de moyens, ces populations devront abandonner leurs terres faute de pouvoir investir. Ils ne disposent de toute façon pas des moyens économiques nécessaires au passage à la culture intensive sur irrigation. Disparition programmée.

Berger de la région de Kahta près de Cendere Köprüsü septembre 2001

Berger de la région de Kahta près de Cendere Köprüsü septembre 2001

cliché Damien Bischoff

13L’inondation de la vallée dans laquelle se trouve Hasankeyf par le barrage d’Ilısu entraî­nerait principalement la disparition de monu­ments allant du XIIe au XVIe s. ap. J. -C., dont 22 sont classés par le ministère de la Culture turc. Si l’on considère précisément les monuments qui ont fait l’objet d’un classement, on atteint un taux de destruction approchant les 100 %, la totalité de ces bâtiments seront sous l’eau, seuls resteront la citadelle de la ville haute et une partie minime de l’habitat troglodyte. Un tel pourcentage de destruction est inouï, car même en combinant barrage, constructions modernes, irrigation, causes naturelles et érosion, c’est-à-dire la quasi-totalité des causes de destructions remarquées pour les périodes préhistoriques, nous atteignions seulement, si l’on peut dire, un pourcentage de 78 % du patrimoine archéo­logique. Pour Hasankeyf, et en gardant à l’esprit l’absence quasi totale de documentation pour les périodes historiques, la représentativité du site aggrave encore la chose, car aucun établissement de ce type, localisé dans le paysage dramatique des courbes du Tigre, n’existe. Cela constituerait une perte irréparable, de pas moins de cinq mosquées, El Rızk, Sultan Süleyman, Koç, Kızlar-Eyyubi, Büyük Camii, dont la cons­truction s’étale du XIIe au XVe s. ap. J. -C., d’une école religieuse-medrese du XVe s. ap. J. -C., de 4 mausolées des XII-XIVe s. ap. J. -C., de 2 cimetières, de bains, de trois portes de la citadelle donnant sur la ville basse, d’habitats nombreux, d’un petit palais du XIIIe s. ap. J. -C., d’un plus grand du XIIe s. ap. J. -C.... L’énuméra- tion des destructions dont souffrirait Hasankeyf en devient presque grotesque puisque, en ce cas précis, elle suit, au bâtiment près, l’inventaire des monuments classés par le ministère de la Culture...

14Faire la liste des sites préhistoriques et his­toriques détruits ou fortement affectés par le GAP n’apporterait pas grand-chose à la mise en perspective de cette perte patrimoniale, bien plutôt, présenter les différents types d’établisse­ments humains amenés à disparaître ou déjà disparus sous la montée des eaux, sous les coups des bulldozers ou des aménagements agricoles, permet de se faire une idée à la fois de la richesse de la région et du caractère irréparable des destructions. Il va de soi que chacun des sites choisis est paradigmatique d’un type d’établissement, mais d’innombrables autres connus ou inconnus du même type sont concernés. Ces établissements vont des premi­ères installations de chasseurs-cueilleurs, aux premières sociétés agricoles, jusqu’aux premières villes et sociétés complexes, ils sont représen­tatifs de l’évolution humaine dans la région et dans le monde. Circonstance aggravante, le GAP est réalisé dans la région au monde où des déve­loppements fondamentaux ont eu lieu pour l’histoire de l’humanité.

15D’un point de vue évolutionniste, on peut résumer l’évolution humaine et sociale de la région, afin de cerner l’importance de celle-ci, de la façon suivante (Perrot 2000) : entre le 10e et le 3e millénaire av. l’ère chrétienne, l’Asie du sud-ouest a en effet été le théâtre d’événe­ments annonciateurs d’une inflexion décisive du destin de l’humanité. Ces événements signa­lent un changement radical dans le rapport des hommes avec le milieu naturel. Mettant à profit une amélioration des conditions climatiques, amélioration qui s’accentue encore à partir de 10 000 av. l’ère chrétienne, des bandes qui vivaient de la chasse, de la pêche et de la cueil­lette dans les régions les plus favorisées du Proche et du Moyen-Orient, se sont fixées : elles ont grandi en nombre d’individus, elles se sont structurées, elles ont établi des contacts et développé des échanges. De manière plus ou moins fortuite, les hommes de cette partie du monde se sont dégagés des plus fortes contraintes de leur environnement, ils ont pris conscience de leur capacité nouvelle à modifier le cours des choses. Dès le 7e millénaire, par leurs propres moyens, ils seront en mesure d’affronter la nature, quelques millénaires encore et ils parviendront à ce niveau supérieur de développement techno-économique que l’on nomme civilisation.

16Dans l’évolution des établissements humains, on peut lire le passage de la Préhistoire à l’Histoire. C’est le passage d’une conscience de structure stationnaire, solidaire d’un horizon limité, à une conscience de mouvement qui a commencé à se développer avec les change­ments de l’environnement et des paysages au cours de la diffusion de la néolithisation, et qui va s’amplifier avec l’extension des relations et des échanges de toute nature et les modi­fications du contexte socio-économique. Les nouvelles réalités matérielles créeront une uni­versalité de fait qui favorisera l’émergence du sens de l’universel. L’universalité est elle-même solidaire d’une plus grande rationalité. Celle-ci entraînera une organisation nouvelle de la pen­sée qui deviendra mieux capable de distinguer, séparer, associer et classer ce qui, jusque-là, ne faisait qu’un. Un nouveau mode de pensée trou­vera alors son expression dans des systèmes complexes d’organisation des besoins fonda­mentaux dans des sociétés de gestion et d’administration qui conduiront à l’écriture, dans des concepts, des croyances et des pratiques qui se manifesteront par le développement d’une éthique collective, par celui de l’art et de la science. Simultanément se dégagera la notion du divin, la religion se constituant en même temps que se hiérarchise la société et que se forme la cité-État.

B. Patrimoines environnementaux : écosystèmes, formations végétales, climat et salinisation

1. Les écosystèmes au contact des barrages

  • 62 Ilısu Dam and HEPP Environmental Impact Assessment Report, Ilısu Engineering Group, April 2001, com (...)
  • 63 www.rivernet.org

17Les écosystèmes doivent être considérés au même titre que les patrimoines social et archéologique. Ils font patrimoine dans une extension récente du concept. Les conséquences environnementales du GAP sont énormes et touchent de nombreux aspects : intégrité des écosystèmes, transformation des rivières et fleuves et de leur paysage naturel immédiat, nouvelle utilisation des terres... Aucun enre­gistrement systématique de l’état écologique de cette région n’ayant été effectué, il s’agit dès lors d’indiquer les effets les plus immédiats notables et de s’orienter à l’aide d’expériences et d’observations faites dans d’autres régions où de grands barrages ont été construits. On ne peut en effet pas s’appuyer sur le rapport d’impact environnemental du barrage d’Ilısu et, de façon plus générale, sur les rapports com­mandés par le GAP et le DSI62. Pourtant, en 2002, l’Administration du GAP, en coopération avec l’« Association pour la protection de la nature de Turquie », a lancé un travail d’inven­taire sur la diversité biologique de la région du GAP. Cette entreprise est un autre indice de la prise de conscience suscitée par ce grand pro­jet. Des oiseaux au tigre, en passant par le lézard géant ou la panthère, un inventaire est en cours, qui attire l’attention sur la multiplicité des écosystèmes de la région et l’unicité de certains d’entre eux abritant des espèces que l’on ne trouve pas ailleurs en Turquie, voire pas ailleurs dans le monde. Dans le cadre des rap­ports indépendants, du type de ceux de KHRP, on peut suivre le très bon rapport de voyage de Stefan Michel63 dans les zones programmées inondables ainsi que les textes de Bosshard (1998) et Hinz-Karadeniz & Stoodt(1993), sur lesquels nous nous appuyons pour de nom­breux aspects environnementaux.

18Les bénéfices escomptés des grands barrages peuvent être, dans certains cas, inférieurs aux effets néfastes sur les régimes des rivières, sur la qualité de leurs eaux et sur le fonctionnement des écosystèmes qu’ils engendrent : il en a été ainsi des deux barrages construits sur le fleuve Sénégal responsable de la mort du fleuve dans une région qui se désertifie. Dans la région qui nous occupe et sans plus d’analyse, il en est déjà de même avec l’assèchement progressif des affluents de l’Euphrate que sont le Balikh et le Khabur, affluents qui ont porté des civilisations millénaires (Halaf, Hassuna, Samarra...) ; des pompages sauvages ayant percé les nappes phréatiques, les barrages prévus par le GAP les portent vers une mort certaine...

  • 64 Cumhuriyet, 13/01/2000, “Yüzyıllık ağaçlar kesildi”

19Le premier effet induit sur l’environnement par les aménagements des barrages, est la condamnation définitive de la flore et de la faune de toute la région submergée par le lac de retenue. En outre, en connectant directement les rivières et leur environnement naturelle­ment dépendants et possédant de nombreuses interactions, les barrages relient les paysages dans leur ensemble aux rivières. Cela affecte tout d’abord directement la rivière et sa vallée (plaine inondable et sa vallée proche), les zones inondées, puis l’environnement au sens plus large, enfin, la zone mise en eau dans son ensemble. La disparition des forêts alluviales, qui jouent un rôle de filtrage entre le milieu et les rivières, supprime un moyen naturel d’épuration des eaux, notamment des nitrates. La submersion de zones entières est à ce titre responsable de la déforestation, comme cela a été le cas, entre autres espèces, avec les peu­pliers de l’Euphrate avec les barrages de Birecik et de toute la zone de Halfeti64, de Tishrin en Syrie. Les arbres jouent un rôle important dans les processus de ruissellement des eaux de pluie, d’infiltration et d’évapotranspiration et par voie de conséquence dans la pluviosité d’une zone, car leurs racines retiennent l’eau dans les sols, et leurs feuilles en transpirant produisent et maintiennent une certaine humi­dité dans l’air. Avec l’abattage des arbres, comme cela a été le cas dans le réservoir de Birecik, peupliers, saules, pistachiers, le régime des pluies est modifié, le ruissellement augmente et l’érosion des sols s’accélère, la terre n’étant plus retenue par les racines. Ainsi, dans les régions subsahariennes peu arrosée, toute déforestation perturbe le cycle de l’eau et contribue à l’assèchement ou désertification.

  • 65 385 km selon le GAP et le DSI.

20Le régime des rivières change radicalement. Après finalisation du GAP, la moitié des cours de l’Euphrate, 750 km, et du Tigre, 325 km65, en Turquie, auront été transformés en lacs de retenue et réservoirs, transformant le cours naturel des fleuves et leur débit en espaces d’eau dormante. Les éléments charriés par le fleuve changent alors profondément. L’apport d’oxygène, sans un flot continu et un débit naturel, chute. L’écosystème manque d’oxygène durant l’été et les périodes habituellement de maigres eaux. La capacité naturelle de s’auto- nettoyer des fleuves et des rivières diminue et les substances eutrophiques et polluantes com­mencent à s’accumuler. Les interactions biolo­giques en eau courante ne se font plus en eau dormante. En transformant un régime d’eau courante en un régime d’eau dormante, la com­position des peuplements végétaux et animaux d’un cours d’eau est modifiée. En raison de l’absence naturelle de lacs ou d’espaces d’eau, il est peu probable que les organismes habitués à un environnement limnique pourront migrer dans ce nouveau milieu. La variété biologique va, dès lors, diminuer de façon notable. Les barrages retiennent en effet les limons dans les lacs de retenue ; ce qui a des conséquences tant en aval qu’en amont. L’accumulation progres­sive des limons en amont induit une eutrophisation de la retenue et une dégradation de la qualité de l’eau, sans parler de la réduction accélérée de la capacité de retenue. En aval, l’eau n’est plus naturellement enrichie par ces limons. En Égypte, la construction du barrage d’Assouan a supprimé l’apport des limons qui fertilisaient les terres agricoles bordant la vallée du Nil et des engrais artificiels ont dû être substitués à ces engrais naturels. Toujours en aval, le lit du cours s’enfonce car les sédiments continuent à être charriés plus loin encore sans être remplacés. Enfin, à l’embouchure du cours d’eau, l’arrêt des apports de sédiments conduit au non-remplacement des sables et des limons emportés par les courants marins, ce qui diminue la productivité biologique des milieux côtiers.

21L’interruption du transport des sédiments est une conséquence extrêmement délicate. Dans les régions semi-arides, comme celle où le GAP est réalisé, une grande quantité de sédi­ments sont lavés dans les rivières par de fortes pluies d’été. Les barrages interrompent la course naturelle des matériaux érodés. Les réservoirs se transforment alors en pièges pour ces sédiments et en seront remplis en quelques dizaines d’années. L’absence d’apport de sédi­ments va éroder le lit de la rivière et les rives sur les parties de la rivière en aval. En peu de temps, le lit de la rivière baissera de plusieurs mètres. Cela peut se produire sur une distance de dizaines ou de centaines de kilomètres en aval du barrage. Dans le même temps, avec l’abaissement du niveau du lit de la rivière, le niveau de la nappe phréatique dans la vallée va baisser. De sorte que la végétation va en souffrir et que tout type d’agriculture nécessitera, désor­mais, l’usage de l’irrigation. Les puits vont s’assécher. Dans le cas des grands barrages, le manque de sédiments est la cause de l’érosion dans les estuaires des rivières, comme cela a été le cas pour le barrage d’Assouan sur le Nil. Ce manque de sédiments transportés altère égale­ment la composition des matériaux du fond de la rivière. La quantité de gros gravier peut changer et endommager les milieux de repro­duction de nombreuses espèces de poissons et déplacer l’aire naturelle de nombreux invertébrés comme les insectes, les mollusques et les crus­tacés.

22Les barrages construits dans le cadre du GAP changent et réduisent de façon considé­rable le débit d’eau. Ces conséquences se font sentir lors du remplissage du réservoir mais aussi durant sa phase opérationnelle. L’irrigation programmée de 1,7 millions d’hectares va entraî­ner le pompage de grandes quantités d’eau dans les réservoirs et va par conséquent encore réduire de façon considérable l’écoulement de l’eau et son débit durant les saisons sèches.

23Ce dynamisme est pourtant indispensable aux plaines alluviales. Les associations végé­tales et animales des environnements fluviaux sont adaptées au régime particulier des rivières. La plupart des fonctions de maintien de la vie comme la reproduction, les périodes de repos et de migration de la flore et de la faune dépen­dent de ce cycle. Les inondations saisonnières remplissent des fonctions écologiques variées : elles déposent les sédiments eutrophiques et fertilisent, de la sorte, la plaine alluviale, maintiennent les anciens bras de la rivière et remplissent les marais dans la plaine alluviale. Les barrages, en perturbant fortement le régime hydrologique du cours d’eau en aval de la retenue, suppriment en effet totalement les crues et les zones humides. Ils sont responsables d’importantes pertes d’eau par évaporation, surtout en milieu tropical. Ainsi le lac Nasser, barrage d’Assouan, perd chaque année 10 mil­liards de mètres cubes par évaporation et, on l’a vu, en aval du GAP, ce sont déjà 10 à 11 mil­liards de m3 qui sont perdus.

24Les écosystèmes des estuaires sont eux aussi adaptés à des apports fluctuants d’oxygène et de nutriments. Les changements de ces paramètres sont pour beaucoup dans la chute de la pêche. Les changements d’écoulement de l’eau portent en effet atteinte à l’intégrité de la biodiversité des environnements fluviaux et, ce, très loin en aval du réservoir. De l’eau froide passant du réservoir au cours de la rivière en quantité beaucoup plus importante qu’en régime normal peut endommager les organismes sensibles aux fluctuations de température. À cela s’ajoute la vidange décennale des ouvrages de plus de 20 mètres de haut, qui exerce un effet néfaste sur la faune aquatique en aval de la retenue. En outre, les barrages fonctionnent comme des barrières obstruant la migration des organismes vivant dans les rivières. Le GAP, dans ses barrages, n’a pas prévu de passages spécifiques pour les poissons, comme cela a été le cas pour les projets d’Europe occidentale. Ainsi, tout barrage construit dans le lit d’un cours d’eau doit-il désormais comporter un dispositif maintenant un débit minimal, le débit réservé, afin de préserver en permanence la vie piscicole. Toute migration de poissons ou de quelque autre espèce que ce soit sera stoppée. Certaines espèces de poissons migrateurs disparaissent, leur route vers les frayères étant coupée. Enfin, des réservoirs à eau dormante diffèrent, d’un point de vue écologique, grande­ment de rivières vivantes. Cela conduira, de la sorte, à une fragmentation des habitats naturels des rivières.

2. Formations végétales

25La mise en eau des réservoirs entraîne l’inondation d’une grande partie de la plaine alluviale et des vallées. Cela implique la dispa­rition de la plupart des types d’habitat naturel d’une région. Les fonctions écologiques de ces niches ainsi que leur biodiversité seront perdues à jamais. De nombreux types d’habitats naturels sont touchés : parties de la rivière avec des cours d’eau d’intensité différente, le gravier et les bancs de sable, les buissons des saules et des tamaris, bois alluviaux, rives escarpés et pentes rocheuses, prairies, aires buissonneuses, bois sur les rives et tout un paysage culturel complexe avec ses prés, jardins, plantes boisées et champs. En perdant les dynamiques fluviales, la fragile productivité biologique des habitats naturels sera également perdue. Les écosystèmes qui s’adapteront aux nouvelles conditions, le long de ces étendues d’eau artificielles, ne sont en rien comparables aux lacs naturels et aux rivières.

26Une accélération inquiétante de l’érosion a lieu. Une des conséquences funestes du GAP, dans son mode de fonctionnement et de gestion actuels en tout cas, est l’accélération de l’éro­sion, due à des pratiques inconsidérées d’irriga­tion comme au changement brutal des systèmes de culture (qui s’est traduit par un recul de for­mations végétales qui avaient l’avantage de fixer les sols). On estime que 450 tonnes de terres sont perdues chaque jour du fait de cette érosion.

3. Les conséquences sur le climat : incertitudes

  • 66 Godfrey 1942 (vol. 1): 212, 217, 400-419; Christian-Weniger 1970: 57 et sq, 183, fig. 20a; BAĞIŞ 19 (...)
  • 67 Christian - Weniger 1970: 57 et 177, fig. 47. Climat sec (Köppen Climat B).

27L’Anatolie du sud-est fait partie, avec l’Anatolie centrale, des vastes étendues semi-arides que possède la Turquie. Avec une moyenne de 480 mm de précipitations annuelles66, oscillant entre 323,9 mm pour l’épisode le plus sec et 786,9 mm pour le plus humide, cette région bénéficie d’un climat semi-aride continental67, avec étés très chauds et secs et hivers relative­ment doux et humides. Les pluies d’hiver amè­nent 92 % des précipitations annuelles et rendent l’agriculture sèche possible. Les préci­pitations dans la région sont caractérisées par de grandes variations annuelles et les diffé­rences locales sont importantes : dans la partie nord recevant les précipitations, les hivers sont relativement chauds et les hivers froids ; dans la partie sud, le climat est sec avec étés chauds et des hivers plutôt doux et humides suivant le gradient de continentalité de l’Asie du sud- ouest.

  • 68 Development and Large Dams: a Global Perspective, Asit k. Biswas and Cecilia Tortajada, 3rd World C (...)

28Les conséquences des réservoirs lacustres sur le climat sont difficilement analysables avec le peu de recul dont nous disposons. Il n’existe d’ailleurs pas d’études globales sur l’impact des grands barrages, même les organisations internationales s’occupant de la construction de ceux-ci le reconnaissent68.

29Des changements climatiques au niveau local et régional, dus aux grandes surfaces d’eau, sont d’ores et déjà repérables. Les réser­voirs favorisent l’insolation, la circulation et le réchauffement des masses d’air, de même que l’humidité et les précipitations. La région devient plus humide par évaporation de ces surfaces.

30Dans les environs immédiats des réservoirs, le niveau de la nappe phréatique se maintient à un niveau élevé. Si la remontée des eaux salées de la nappe phréatique n’est pas interrompue durant l’été, la salinisation des sols commence. Et, cela, d’autant plus lors d’inondations régulières qui lavent le sel qui peut se trouver dans les sols.

31En Anatolie du sud-est, l’agriculture utili­sant l’eau de pluie prévaut. Outre l’agriculture relativement intensive de certains grands pro­priétaires terriens, il y a un nombre considérable de petits fermiers (locataires) qui mènent une agriculture extensive. De grandes surfaces à végétation de prairies sont utilisées comme terre de pâture extensive.

32Avec les projets d’irrigation, l’expulsion d’une grande partie de la population et l’aban­don des méthodes traditionnelles de culture, le mode traditionnel de production de subsistance ne sera plus possible. Un paysage culturel riche de plantes cultivées laissera place à des mono­cultures, engendrées par une agriculture inten­sive basée sur l’irrigation. De grandes surfaces sont déjà couvertes de champs de coton. Cette intensification de l’agriculture va causer un usage croissant de fertilisants synthétiques, de pesticides et de techniques lourdes, respon­sables des effets connus sur les systèmes agraires.

4. Irrigation : salinisation, pollution et gaspillage

33L’irrigation extensive en climat aride entre­tient le risque de salinisation des sols. Cela est évité en drainant les champs et l’eau salée. Si elle n’est pas drainée, cette eau stagne et s’éva­pore lentement en laissant en dépôt les sels dissous qu’elle contient. Cet excès de sels stérilise progressivement les terres qui doivent être abandonnées. Cette eau, à son tour, ajou­tera à la minéralisation des rivières et des lacs avec de lourdes conséquences pour les écosys­tèmes et l’usage possible de cette eau. Stocker les eaux salées formerait en revanche des marais salés. En milieu côtier, les barrages entraî­nent une salinisation des nappes phréatiques en empêchant les apports d’eau douce et en favorisant les intrusions d’eau de mer. La salinisation et l’usage de pesticides sont très dan­gereux pour la santé des riverains. L’air, de même que les eaux, sera pollué. C’est déjà la cause d’agents infectieux tels que la malaria, le choléra et la leishmaniose, bilardiose... qui peuvent se diffuser. De plus, l’irrigation est grande consommatrice d’eau, ce qui mène parfois à une réduction considérable des volumes disponibles. Le pompage abusif d’eau fluviale a conduit à la mort de la mer d’Aral. Elle fut le quatrième lac du monde par sa surface. Dans les années 1960, pour développer la culture irriguée du coton dans la région semi-déser­tique du Kazakhstan, la majeure partie des eaux des deux fleuves qui l’alimentaient a été détournée. Ces prélèvements considérables ont abaissé de 15 mètres le niveau de la mer et diminué sa surface de 40 %. Dans le même temps, le taux de salinité de ses eaux est passé de 10 à 30 grammes par litre. La faune a presque entièrement disparue et la pêche avec elle. Là aussi, une mauvaise gestion de l’irri­gation et une utilisation abusive d’engrais et de pesticides ont conduit à la salinisation des sols et à la désertification d’immenses étendues dans la région. La qualité de la nappe phréa­tique s’est également dégradée et le niveau des nappes phréatiques a fortement baissé. À une moindre échelle, ce scénario catastrophique est en passe de se dérouler dans le Sud-Est avec les affluents de l’Euphrate que sont le Khabur et le Balikh et avec les immenses étendues de terre mises en culture irriguée intensive dans la plaine de Harran et dans toute la région.

34Au total, 20 000 hectares de terres agricoles seraient affectés par ce processus rendant incultes ces terres. Fin 2002, dans le seul arrondissement d’Akçakale (plaine de Harran, département d’Urfa), 3400 hectares souffrent de salinisation grave, 20 000 de salinisation débu­tante et 6700 hectares d’un excès d’humidité des sols, en raison de l’absence de système de drainage, préjudiciable à terme pour ceux-ci.

35Les projets de barrages font partie intégrante d’un projet de développement industriel dans la région. La surexploitation de la terre et les émissions diverses porteront atteinte à un paysage intact et cohérent en le transformant en îlots avec des effets négatifs pour la diversité biologique, la qualité des sols, de l’air de même que la qualité des eaux de surface et de la nappe phréatique. Jusqu’à présent, le bas niveau de développement industriel de la région consis­tait en industries du ciment, mines de cuivre et raffinage du pétrole.

  • 69 UNESCO, Sommet de l’eau à Kyoto, mars 2003.

36Outre un développement industriel intensif néfaste pour l’environnement immédiat, dans un pays en voie de développement où les règles et standards internationaux, parfois déjà fort insuffisants, ne sont pas respectés au profit de la rentabilité, outre la salinisation des sols et le retour dans les nappes phréatiques des émis­sions industrielles et agricoles, les barrages et leurs réservoirs eux-mêmes sont sources de pollution. À un phénomène d’eau dormante qui capte rejets et émissions diverses s’ajoute la pollution des eaux au mercure par les grands barrages69. En inondant d’immenses surfaces, les barrages favorisent en effet la dégradation de la matière organique. Celle-ci libère du mercure qui se transforme en méthyl-mercure, une substance qui s’accumule dans la chaîne alimentaire et est particulièrement toxique pour l’être humain et la faune. Les barrages sont responsables des lourdes concentrations de méthyl-mercure enregistrées, des taux qui dépassent de loin les seuils de toxicité admissi­bles. Il faudrait dès lors réduire les émissions de mercure par les industries : fonderies de métaux communs, centrales au charbon, déchets dan­gereux, déchets biomédicaux, déchets solides municipaux et incinération des boues d’épura­tion. Chose que le Canada à son niveau de développement actuel, et en tant que plus grand producteur d’hydroélectricité au monde, n’est à ce jour pas capable de faire, de sorte qu’aux 80 % des émissions de mercure prove­nant des secteurs cités s’ajoutent celles des barrages. Au mercure s’ajoutent les nitrates qui ne peuvent être épurés de façon naturelle, les forêts alluviales, disparues sous l’eau des lacs de retenue, ne pouvant plus jouer le rôle de filtre naturel entre le milieu terrestre et les rivières, nous l’avons vu. Une épaisseur de 30 mètres de forêt alluviale suffit à empêcher la quasi-totalité des nitrates d’atteindre les eaux de la rivière.

Conditions climatologiques ayant permis l’implantation des premières civilisations
Depuis l’Holocène, les piémonts sud du Taurus ont connu un optimum climatique à hivers doux et étés avec pluies. C’est dans ce cadre climatique favorable, alors que partout en dehors du Proche- Orient des épisodes climatiques négatifs ou gla­ciations renvoient les groupes humains, parfois déjà fixés, à la mobilité, que les premières civili­sations vont se développer. Alors que l’Europe subit la glaciation de Würms IV, le Proche-Orient, après le coup de froid du Dryas Récent entre 11 000 - 10 000 av. J. -C. cal., connaît des condi­tions idéales pour la vie sédentaire et présente des espèces animales et végétales aisément domesticables. À la phase de néolithisation, 10 000 - 8000 av. J. -C. cal., durant laquelle les chasseurs-cueilleurs se fixent au sol, se sédentarisent et commencent à expérimenter et à manipuler les animaux et graminées sauvages abondants dans la région, succède le Néolithique achevé, 8000-5000 av. J. -C. cal., où le mode de production de subsistance change et laisse place à des sociétés d’éleveurs-agriculteurs.
Pendant le Chalcolitique tardif et l’Âge du Bronze Ancien, une végétation dense est attestée : chênes, ormes, frênes, cyprès, genévriers et oliviers sont présents partout dans les plateaux et hautes terres. Les vallées et les rives de l’Euphrate et du Tigre étaient rythmées, quant à elles, par des forêts-galeries ripicoles de peupliers, saules et tamaris. La faune est nombreuse et en har­monie avec le milieu.
Depuis le début de l’Âge du Bronze Ancien, période caractérisée par un accroissement progressif des sites avec agriculture intensive et élevage, le défrichement a aminci la forêt vierge et l’extension de la steppe et de l’érosion sont devenues évidentes. Une régression similaire de la forêt vierge est également attestée dans les hautes vallées du Tigre et de l’Euphrate, à la fin de l’optimum climatique. Ce changement graduel de végétation, qui va conduire au climat actuel et à son paysage de steppes, de clairières et de marais dans les bassins des fleuves et le long des marécages de printemps, avec seulement quelques « spots » de forêts sur les hauteurs, a commencé à cette époque.
Le changement climatique, qui avait commencé vers 10 000 av. J. -C. cal., a ainsi fourni les condi­tions idéales pour les graminées sauvages et une culture céréalière précoce. Les zones intermé­diaires entre la forêt vierge et la steppe ont engen­dré, dans le même temps, une augmentation des espèces idéales pour la chasse et adaptées à la domestication : moutons et chèvres sauvages, gazelles et aurochs ou bétail sauvage dans les prairies sèches de la steppe et sangliers sauvages dans les bois. Les animaux des vastes espaces, tel que le roe rouge et le daim, ainsi que de nombreuses chèvres sauvages, se trouvaient dans les périphéries des hautes forêts. De même que dans d’autres régions des flancs montagneux du nord du Croissant fertile, les bassins du Tigre et de l’Euphrate, aux pieds des montagnes du Taurus, offraient un environnement naturel favo­rable non seulement aux chasseurs-cueilleurs du Paléolithique Supérieur mais aussi au nouveau mode de vie néolithique.
Un autre avantage non négligeable de la région a consisté en la présence abondante de matières premières pour la production d’outils. Les ressources abondantes de la chaîne du Taurus en gisements de silex, le long de ses contreforts calcaires, doivent être notées. Les sources d’obsi­dienne se trouvent juste de l’autre côté des cols de montagne de la chaîne du Taurus oriental. Enfin, la situation géographique de point de passage et de croisement entre les routes commerciales syro- méso-anatoliennes a conforté cette région dans son rôle et destin de berceau des civilisations (Hauptmann 1999). La plaine d’Ergani et les environs de Diyarbakır sont également riches en fer, comme le site néolithique de Çayönü a pu le montrer.
Le climat et l’environnement ont déterminé le processus de sédentarisation en offrant en Asie du sud-ouest des conditions favorables à l’éta­blissement de groupes humains et à leur prise en main de l’environnement. La vie sédentaire a constitué en effet une condition première et nécessaire aux néolithisations. Depuis la moitié du 8e millénaire av. J. -C. cal., l’homme agit d’égal à égal avec la nature dans le processus de néolithisation. Progressivement, la dynamique et l’habi­lité de l’homme à s’adapter à de nouvelles straté­gies alimentaires (basées sur une combinaison variable d’éléments agricoles) l’a rendu capable d’établir des habitats permanents dans des zones semi-arides, à proximité des sources d’eau. L’ac­croissement démographique et des forces socio- économiques concomitantes, alors en formation, ont amené le processus de néolithisation à son achèvement et expansion et, ce, avant même la fin de l’optimum climatique (Perrot 2000).

Charte paléoclimatologique du Proche-Orient de 12 000 av. J. -C. cal. à 4 000 av. J. -C. cal. - Climat Actuel

Charte paléoclimatologique du Proche-Orient de 12 000 av. J. -C. cal. à 4 000 av. J. -C. cal. - Climat Actuel

D’après Gérard & Thissen 2001.

37On l’a vu, les patrimoines environne­mentaux, dans leur ensemble, souffrent des projets du GAP, à un niveau comparable aux patrimoines archéologiques. Les conséquences néfastes de la mise en eau de ces barrages, et de l’irrigation intensive qui leur est associée, portent atteinte à l’intégrité des écosystèmes de même que, pour l’archéologie, l’identité régionale était fortement mutilée. Mais l’on va voir que le corollaire social des conséquences du GAP est encore plus dramatique : porter atteinte au passé et à l’environnement immé­diat de l’homme entraîne des dommages identi­taires et sociaux difficilement réparables.

Notes

54 Également Özdoğan 1977, Whallon 1979, Rosenberg - Togul 1991, Whallon & Kantman 1970.

55 Et pour une lecture du Projet DSI de 1989, Türkiye’deki Barajlar ve Hidroelektrik Santralları, voir Algaze 1992.

56 Türkiye Arkeolojik Yerleşmeleri Projesi, Sites Archéologiques de Turquie - Projet TAY.

57 Türkiye Arkeolojik Tahribat Raporu 2001, TAY 2001.

58 La plaine de Harran est irriguée depuis 1995 et une culture intensive du coton y est effectuée.

59 Nous avons, en ce sens, indiqué dans les tableaux 1 « Projets du GAP et surfaces irrigables (juin 2003) », et 2, « Barrages et hydro-centrales du GAP en opération (juin 2003) », la surface du réservoir et le nombre d’hectares irrigables.

60 À tel point qu’un projet de documentation tel que Ilısu ve Karkamış Baraj Gölleri Altında Kalacak, Arkeoloji ve Kültür Varlıklarını Kurtarma Projesi 1998, 1999, 2000 Yılı sur les réservoirs d’Ilısu et de Karkamış n’inclut, à proprement parler, que le site historique de Hasankeyf (Tuna & Öztürk 1998, 1999, 2000).

61 Fouille de l’ancienne capitale de l’Arménie, Ani doit être une des seules missions à ne pas être présentée au symposium annuel d’archéologie à Ankara, organisé par les Antiquités générales de Turquie, et où toutes les fouilles et prospections turques, étrangères et en coopération sont présentées.

62 Ilısu Dam and HEPP Environmental Impact Assessment Report, Ilısu Engineering Group, April 2001, commandé par l’Administration du GAP, et le rapport commandité par Balfour Beatty et le EIA (Environmental Impact Assessment) d’Hydro Concepts confirment également « qu’il n’y a aucun problème concernant les effets potentiels du projet sur la flore et la faune locales, le climat, les paysages, la nappe phréatique, les risques sismiques, ceux de glissement, de sédimentation ou d’érosion » (sic). Sans entrer plus dans le détail, il faut noter que ces rapports constituent un déni de la réalité environnementale de la région et relèvent purement et simplement de la propa­gande.

63 www.rivernet.org

64 Cumhuriyet, 13/01/2000, “Yüzyıllık ağaçlar kesildi”

65 385 km selon le GAP et le DSI.

66 Godfrey 1942 (vol. 1): 212, 217, 400-419; Christian-Weniger 1970: 57 et sq, 183, fig. 20a; BAĞIŞ 1989: 26-30; Erinç 1950.

67 Christian - Weniger 1970: 57 et 177, fig. 47. Climat sec (Köppen Climat B).

68 Development and Large Dams: a Global Perspective, Asit k. Biswas and Cecilia Tortajada, 3rd World Centre for Water Management.

69 UNESCO, Sommet de l’eau à Kyoto, mars 2003.

Table des illustrations

Titre Gauche : Nevali Çori - Bâtiment d’initiation et de passage à l’âge adulte– droite : Édifice cultuel à monolithes anthropomorphes - 5 m de haut,
Crédits Gauche : mission Göbekli droite : DAI Berlin - Damien Bischoff
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/853/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Hallan Çemi - maison circulaire - Nevalı Çori - déc 2001, démontage - l’eau monte
Légende clichés missions respectives
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/853/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Vue d’ensemble de Lidar - région de Bozova – Norşuntepe - région d’Altınova
Crédits cliché mission
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/853/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Hasankeyf - la vallée inondable vue de la citadelle octobre 2001 – Halfeti - la ville haute, la ville basse a disparu sous les eaux. Octobre 2001
Crédits clichés Damien Bischoff
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/853/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Berger de la région de Kahta près de Cendere Köprüsü septembre 2001
Crédits cliché Damien Bischoff
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/853/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre Charte paléoclimatologique du Proche-Orient de 12 000 av. J. -C. cal. à 4 000 av. J. -C. cal. - Climat Actuel
Crédits D’après Gérard & Thissen 2001.
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/853/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 113k

© Institut français d’études anatoliennes, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Acheter