Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La question des barrages et du GAP dans le Sud-Est anatolien

 | 
Damien Bischoff
, 
Jean-François Pérouse

I. Le projet du GAP : ambitions et réalisations

Texte intégral

A. Cadres, antécédents, ambitions et genèse

  • 4 Sur la géographie de la Turquie en général, cf. Birot & Dresch 1962, Dewney 1971, Hütteroth 1982.
  • 5 Selon le DSI, qui inclut les zones inondables, 75 358 km2 soit 9,7 % du pays.

1La région de l’Anatolie du sud-est est issue d’un découpage administratif récent et contes­table. Ce découpage a déterminé 7 régions en Turquie4 : régions de Marmara, de la mer Egée, de la mer Méditerranée, de la mer Noire, Anatolie centrale, Anatolie de l’est et Anatolie du sud­est, introduit au Premier congrès géographique turc de 1941 par Herbert Louis (Louis 1941). L’Anatolie du sud-est est elle-même constituée de 9 départements administratifs, depuis le début des années 1990 : Adıyaman, Batman, Diyarba­kır, Gaziantep, Kilis, Mardin, Siirt, Şanlıurfa et Şırnak. Limitée par la Syrie au sud et l’Irak au sud-est, cette région couvre 9,5 %, estimés à 73 863 km2, de la surface totale du pays5.

  • 6 La Haute Mésopotamie peut se définir géographiquement comme la région couvrant les piémonts du Taur (...)

2Cette appellation administrative recouvre la Turquie du sud-est (Louis 1985), historique­ment la Haute Mésopotamie6 (Uhlig 1917 ; Louis 1985). Avec ses deux fleuves, que sont le Tigre et l’Euphrate, l’Anatolie du sud-est se rattache également à ce que l’on a appelé les “Hilly Flanks” du « Croissant fertile » et se trouve à l’interface du plateau anatolien et des plaines mésopotamiennes. Ces deux fleuves prennent leur source en Anatolie de l’est, traversent l’Anatolie du sud-est et coulent, de la plaine syro-mésopotamienne (Banse 1915 ; Erol 1983), jusqu’au Golfe Persique.

3Depuis la première implantation humaine au Proche-Orient, le long de la côte méditer­ranéenne, d’abord, puis le long du Tigre et de l’Euphrate, et d’autres fleuves comme le Balikh et le Khabur, le sort de cette région a toujours été lié à la question de l’eau et des ressources hydrauliques.

  • 7 Concernant les appellations de hautes vallées du Tigre et de l’Euphrate et de Moyen-Euphrate, voir (...)
  • 8 Il est à noter que le GAP exclut la province d’Elazığ, celle-là même où débuta le Projet Keban et o (...)
  • 9 Source DSI, Devlet Su İşleri Genel Müdürlüğü, août 2002

4Couvrant 20 % des 8,5 millions d’hectares de terre irrigable de Turquie, avec les immenses plaines des bassins du Tigre et de l’Euphrate7, l’Anatolie du sud-est est au centre du plus vaste projet hydroélectrique de développement qui ait vu le jour en Turquie : le GAP (Güneydoğu Anadolu Projesi), Projet sud-est anatolien8. Ce projet, qui a été initié en 1977, dans la continuité du Projet hydraulique du barrage de Keban, recouvre des domaines aussi variés que l’irriga­tion, l’énergie hydraulique, l’agriculture, les infrastructures rurale et urbaine, la couverture forestière, l’éducation et la santé. Il se veut inscrit dans un contexte de développement durable et a pour objectifs de base avoués9 : l’amélioration du niveau de vie et de revenus de la population, l’élimination des disparités de développement régional et de contribuer, à l’échelle nationale, à la stabilité sociale et économique, par la produc­tivité croissante et les opportunités d’emploi générées dans le secteur rural. Le GAP, à travers 13 projets dans les bassins du Tigre et de l’Euphrate, prévoyant la construction de 22 barrages et de 19 centrales électriques, devrait générer 27 billions de kWh par an et irriguer 1, 7 millions d’hectares de terre et avoir des répercussions positives dans les domaines cités. 3, 5 millions d’emplois sont visés en 2005 pour une popu­lation ayant atteint les 9 millions d’habitants notamment.

5Dans le cadre de la modernisation du pays engagée par Atatürk, fut créée, dès 1936, l’Admi­nistration des études électriques (EIE - Elektrik İsleri Etüd İdaresi) chargée d’étudier les besoins énergétiques. Dans l’esprit de Mustafa Kemal, il s’agissait, à la fois, d’exploiter les ressources des nombreux fleuves, afin de produire l’énergie nécessaire à l’électrification du pays, d’industri­aliser la République turque et de moderniser le nouvel État. De la sorte, l’exploitation des ressources hydrauliques constituait une première étape nécessaire, avec l’équipement des cam­pagnes et l’irrigation des plaines et vallées, à la valorisation de l’énorme potentiel agricole de la Turquie. Des études furent dès lors menées afin d’évaluer le potentiel énergique que l’on pou­vait tirer de la maîtrise des fleuves et rivières. Les ingénieurs hydrauliciens du EIE remar­quèrent, dès 1936, le site du futur barrage de Keban et, dès 1938, eut lieu une prospection géologique et topographique du Keban Pass. La même année, fut inauguré le premier barrage, Çubuk, destiné à alimenter en eau Ankara, la nouvelle capitale du régime. Ces premières études et réalisations allaient mener dans les années 60-70 au Projet Keban, et au barrage du même nom, puis au GAP.

6Poursuivies tout au long des années 1950-1960, études et prospections allaient, à partir de 1953, être supervisées par l’Administration d’État des Eaux - DSI (Devlet Su İşleri Genel Müdürlüğü) et couvrir les 26 bassins hydrauli­ques du pays. Le DSI reçut pour mission de développer les ressources en eau du territoire et se chargea de l’étude comme de la réalisation des barrages, des centrales hydroélectriques, du réseau primaire d’irrigation, de l’alimentation en eau potable et industrielle des villes, de la qualité des eaux, du système d’alarme des inon­dations, de la navigation, du tourisme fluvial et lacustre etc... Il est rattaché au ministère de l’Énergie et des Ressources naturelles (Enerji ve Tabii Kaynaklar Bakanlığı).

7Dans les années 1950-1960, on assiste, avec le barrage de Kemer dans l’ouest du pays, celui de Hirfali sur le Kızırlırmak, les moyens et les petits barrages entrepris, les centrales hydrau­liques et les réseaux d’irrigation dans la plaine de Cilicie notamment, au vrai lancement d’une politique de grande infrastructure hydraulique (MAURY 1999). L’Autorité de planification de l’Euphrate, fondée en 1961, publiait la même année un « Rapport sur le développement du Bassin de l’Euphrate » concernant l’irrigation et l’énergie potentielle que son contrôle pourrait apporter. Il fut suivi en 1966 du « Rapport sur le développement du Bas-Euphrate ». Dans le même temps, le Bureau Régional du DSI à Diyarbakır était chargé d’études similaires sur le bassin du Tigre.

  • 10 Source DSI, Devlet Su İşleri Genel Müdürlüğü, août 2002.

8Cette politique hydraulique de grande enver­gure allait être poursuivie à un rythme impres­sionnant sous la houlette du même DSI et de l’institution veillant à l’application de la réforme agraire des années 1960, le Topraksu, YSE, Tarım Reformu. Entre 1965 et 1975 fut construit, dans le cadre du Projet Keban, le barrage de Keban de 210 m haut, générant 6000 GWh et ayant un réservoir de 675 km2. Il ouvrait la voie au GAP et aux réalisations de grande envergure qui allaient suivre en Anatolie du sud-est. En 1977, il y eut fusion des deux projets concernant le Tigre et l’Euphrate et création du GAP - « Projet sud-est anatolien ». La responsabilité du déve­loppement des activités en Anatolie du sud-est, dans le cadre d’un programme de développe­ment régional intégré, et la coordination des activités nécessaire à celui-ci, furent données en 1986 à l’Organisation étatique de la planifi­cation (DPT) (Devlet Planlama Teşkilatı). Pour assurer le développement rapide du projet et les investissements dans l’aire couverte par l’Anatolie du sud-est, fut créé, en 1989, l’Admi­nistration pour le développement régional du projet sud-est anatolien, et un Plan directeur (GAP Master Planı) fut établi. Cette entité est chargée de créer les services nécessaires ou d’inciter leur création pour l’accomplissement du programme et du Plan directeur, de l’infra­structure, de l’obtention des licences, du loge­ment, de l’industrie, des ressources géologiques, de l’agriculture, de l’énergie et du transport, enfin de prendre toutes les mesures nécessaires pour augmenter le niveau d’éducation des populations vivant dans la région et d’assurer la coordination des différentes organisations et agences impliquées dans ces activités10 : le Haut Conseil du GAP (GAP İdaresi), et la Présidence du GAP (GAP Başkanlığı) sont à Ankara et possèdent un bureau régional (Bölge Müdürlüğü) à Şanlıurfa. Elles s’occupent des infrastructures urbaines et rurales, agricoles, du transport, de l’industrie, de l’éducation, du logement, de la santé et du tourisme. Le DSI dispose de vastes moyens, 27 % du budget annexe de l’État, premier poste, d’un effectif de 37 000 personnes, dont 4500 ingénieurs, 95 % dispersés dans les 25 directions régionales.

  • 11 Source DSI, Devlet Su İşleri Genel Müdürlüğü, août 2002, “Nedir GAP ?”

9Dès 1989, le GAP a dû être infléchi vers un projet de développement durable, le GAP Regional Development Plan, axé sur la partici­pation de la population, une meilleure rationa­lisation des ressources et des potentiels de la région et sur le développement humain. Il a été mis en place par l’Administration pour le développement régional du GAP (GAP Bölge Kalkınma İdaresi Bakanlığı). Cet infléchisse­ment se présente comme un programme de transition vers une économie renforcée, dans le cadre de l’adhésion de la Turquie à l’Union Européenne, entendu que le but du GAP est de transformer l’Anatolie du sud-est en un centre d’export pour les biens agricoles11.

Tableau 1 : Projets du GAP et surfaces irrigables (juin 2003)*

A - Projets du Bassin de l’Euphrate

B - Projets du Bassin du Tigre

- Projet Karakaya- 0

- Projet Tigre - Kralkızı - 130 159

- Projet Bas-Euphrate - 706 281

- Projet Batman - 37 351

- Projet Euphrate frontalier - 0

- Projet Batman - Silvan - 257 000

- Projet Suruç - Yaylak - 114 826

- Projet Garzan - 60 000

- Projet Adıyaman - Kahta - 77 824

- Projet Ilısu - 0

- Projet Adıyaman - Göksu - Araban - 71 598

- Projet Cizre - 121 000

- Projet Gaziantep - 142 664

- Projets divers - 70 365

- Projets divers - 31 748

* surface irrigable en hectares Source : DSI - 2003.

Tableau 2 : Barrages et centrales hydrauliques du GAP en activité (juin 2003)

Barrage

Département

Cours d’eau

Années de réalisation

Surface du réservoir

Karakaya*

Diyarbakır

Euphrate

1976-1987

268 km2

Atatürk*

Şanlıurfa

Euphrate

1983-1992

817 km2

Hancağiz

Gaziantep

Nizip

1985-1988

7,5 km2

Kralkızı*

Batman

Tigre

1985-1997

57,5 km2

Dicle*

Diyarbakır

Tigre

1986-1997

24 km2

Batman

Batman

Batman

1986-1998

49,2 km2

Çamgazi

Adıyaman

Kuzgun

1990-1998

5,55 km2

Birecik*

Şanlıurfa

Euphrate

1993-2000

56,2 km2

Karkamış*

Kahramanmaraş**

Euphrate

1996-2000

28,4 km2

* centrales hydrauliques en activité ** contrairement à la classification du DSI, le barrage de Karkamış se trouve dans le département de Şanlıurfa, Source : DSI - 2003.

B. Étapes de la réalisation

10Comme le note René G. Maury (1999), déter­miner la géographie de la Turquie ramène souvent à rappeler la dualité de l’espace physique turc : rares zones humides (littoral de la mer Noire), nombreuses zones montagneuses au nord, à l’ouest, au sud et à l’est, retenant précipitations et favorisant la circulation super­ficielle et souterraine de l’eau, plus une vaste partie semi-aride (Anatolie centrale et sud orientale, dépressions intérieures). Les précipi­tations atteignent 501 km2 allant de 220 à 2500 mm, 643 mm en moyenne, l’écoulement super­ficiel est considérable avec 186 km2. Le poten­tiel énergétique s’élève à 35 000 MW, 123 000 GwH, les ressources souterraines s’élèvent, quant à elles, à 12,2 km2 dont la moitié est utili­sée. La Turquie possède de nombreux fleuves et rivières répartis en 26 bassins hydrographiques. Il s’agissait donc de maîtriser les fleuves et rivières de ces bassins. Lancée dans les années 60, cette politique de grands travaux, menée à un rythme soutenu, a abouti à la construction de plus de 500 barrages sur tout le territoire et dans tous les bassins hydrographiques.

  • 12 Source DSI, Devlet Su İşleri Genel Müdürlüğü, août 2002. Barajlar ve Santrallar.

11En 2002, 504 barrages, selon les critères de l’ICOLD (International Committee On Large Dams) sont en activité en Turquie, que le DSI divise en 202 grands barrages et 302 petits barrages12. 100 barrages et centrales hydroélec­triques sont actuellement en construction, 125 centrales hydroélectriques sont en activité, 102 sont en projet. En 1998, 805 barrages et 485 centrales hydrauliques étaient en projet dans les cartons du DSI qui permettraient de tirer parti au mieux des ressources hydrauliques du pays.

  • 13 Cf. tab. 2, « Barrages et centrales hydrauliques du GAP en activité (juin 2003) ».
  • 14 Un seul dans le tableau récapitulatif du GAP Development Plan - DSI, mais deux dans les tableaux fa (...)

12Pour la région du GAP, sur les 22 barrages et 19 centrales prévus, 9 barrages et 6 centrales sont d’ores et déjà en activité13. Deux barrages14 sont en construction, ceux de Doğanpınar - Kayacık sur le Tüzel et de Seve sur l’Aynifar dans le département de Gaziantep (tab. 1-3). La Turquie contrôle 88 % du débit de l’Euphrate et 50 % de celui du Tigre.

  • 15 Cf. tab. 1, « Projets du GAP et surfaces irrigables (juin 2003) ».
  • 16 Cf. tab. 3, « Barrages en activité (juin 2003) en Anatolie du sud-est hors GAP ».

13Le GAP comprend 13 projets15 sur deux bassins hydrauliques, 7 concernant l’Euphrate et 6 le Tigre. Il faut noter que 9 barrages sont en activité dans la région, au sens large, mais ne font pas partie du projet16. Ce sont principale­ment de petits barrages, exceptés Menzelet sur le Ceyhan avec un réservoir de 42 km2 dans le département de Kahramanmaraş et bien sûr le barrage de Keban avec un réservoir de 675 km2.

C. Bilan, plus de 20 ans après : retards et infléchissements

1. Contexte international

  • 17 Il est à noter que Karkamış est situé par le DSI dans le département de Kahramanmaraş. DSI et GAP n (...)

Tableau 3 : Barrages en activité (juin 2003) en Anatolie du sud-est hors GAP17

DSI - 2003.

  • 18 Dans la région qui nous occupe, s’agissant de pays depuis longtemps indépendants mais en phase de d (...)

14La construction de grands barrages avant la Première Guerre mondiale s’est concentrée dans les pays développés : États-Unis, Australie, Canada, Europe de l’ouest, ancienne Union Soviétique et Japon. L’après-guerre a vu de nombreux pays d’Asie et l’Afrique se libérer de leur passé colonial. Pour ce faire, les pays accédant à l’indépendance ont eu à lancer des processus de développement structurels que les puissances coloniales n’avaient pas forcément mis en avant. Il a été nécessaire d’augmenter les niveaux de vie des populations en accélérant le développement social et économique. L’eau, l’accès à l’eau et son exploitation énergétique, tiennent une place centrale dans ces processus. En ce sens, la construction de grands barrages est souvent devenue un symbole de construc­tion de la nation et de fierté nationale18 et a contribué dans de nombreux cas à l’unité nationale. Les barrages de Bhakra et d’Hirakud en Inde, celui de Volta au Ghana, de Kariba en Zambie et d’Aswan en Égypte ont tous été considérés comme des symboles de développe­ment et de progrès dans ces pays nouvellement indépendants.

15En 1975, les États-Unis, le Canada et l’Europe de l’ouest avaient, pour l’essentiel, terminé leurs programmes de construction de grands barrages et le développement écono­mique des principales régions et sites. Après cette date, la construction de grands barrages s’est concentrée sur le Brésil, la Chine, l’Inde, l’Indonésie, la Malaisie, la Thaïlande et la Turquie principalement. Le Japon a été l’un des derniers pays développés à avoir poursuivi la construction de grands barrages après 1975. Le décalage chronologique repérable entre la période de ces projets hydroélectriques dans les pays du Nord et les pays du Sud est la source d’une remise en cause toujours plus forte de constructions jugées pharaoniques, destructri­ces pour l’environnement et le patrimoine, et parfois inadaptées quant au stockage de l’eau et à la production d’énergie électrique. En effet, le coût du kilowatt est souvent très élevé pour un investissement lourd par rapport à des solu­tions traditionnelles de centrales qui polluent relativement peu.

Les grands barrages : des projets contestés
Le barrage des Trois Gorges - Fleuve Yang Tsê, Chine — s’inscrit dans le cadre d’une politique de grands travaux censés participer au développement de la nation et de la région. Il doit rendre, en outre, le fleuve navigable et compenser, par le commerce fluvial, la diminution du tourisme due à l’inondation du site naturel. Il fera 2,3 kilomètres de longueur, aura une hauteur de 185 mètres et un réservoir de plus de 600 km de long, qui causera le départ de 1, 5 millions de personnes et affectera le mode de vie de 15 millions d’autres. Il engloutira 13 villes, 140 bourgades et quelque 4000 villages. Sa construction a débuté en 1993 et doit s’achever en 2009. À cette date, ses 26 générateurs produiront 18,2 millions de kilowatts. Sa construction requiert un volume de béton de 26 430 000 m2 et son coût s’élèverait à 75 milliards de dollars. Cela en ferait la construction la plus chère de l’histoire. La mise en eau du barrage va affecter grandement le paysage naturel des trois gorges et faire disparaître 1300 sites archéologiques.

Vue d’ensemble de Hasankeyf —L’eau atteindra le somment du minaret.

Vue d’ensemble de Hasankeyf —L’eau atteindra le somment du minaret.

Damien Bischoff— Octobre 2001

Le barrage d’Ilısu en project serait un des plus grands barrages hydroélectriques de Turquie (1200 MW). Près de la frontière syrienne, à 65 km de l’Iraq, sa mise en eau entraînerait l’inon­dation d’une surface de 313 km2 et de 183 établissements, 15 villes moyennes et de nombreux villages, dont la ville médiévale de Hasankeyf. Il entraînerait le déplacement de 60 000 personnes. Des sites importants tels que Gre Dimse, Ziyaret Tepe et Hasankeyf, occupé depuis le VIIe s. av. J. -C., disparaîtraient, malgré le classement de certains des sites.

Almalık Tepe, Anep Sırtı, Aşağı Hamili Harabesi, Başkale, Bedri İbo Tepe, Benderşovti Sırtı, Biricik Höyük, Burhan Höyük, Çavi Tarlası, Çekiş Sırtı, Gavurtepe, Gri Memo Mevkii, Gritille, Hasimerte Bağları, Hassek Höyük, Kumartepe, Kurban Höyük, Küçüktepe, Lidar, Meyan Höyüğü, Miroğlu, Nevali Çori, Samsat, Süleyman Bey Harabesi, Sürük Mevkii, Şaşkan Büyüktepe, Tille, Toprakkale, Yeniköy etc...

Issu du Rapport de destruction archéologique de l’Anatolie du sud-est - TAY 2001

  • 19 Ou douzième, si l’on considère que deux sont en construction. Cf. « Les grands barrages : des proje (...)
  • 20 GAP est considéré pour certains comme la cause principale des 70 % d’inflation en 1999-2000 et repr (...)
  • 21 Evrensel, 17/05/2000, “GAP’ta ciddi sorunlar var”.
  • 22 Kurdish Human Rights Project - Report - 99/G.

16C’est le cas des barrages des Trois Gorges en Chine, en construction sur le fleuve Yang-Tsê, et de celui d’Ilısu en Turquie, en projet sur le Tigre qui doit constituer le onzième19 barrage sur les 22 prévus dans le Master Plan. Les débats et les critiques que suscite le GAP et la forte mobilisation contre le barrage d’Ilısu prévu sur le Tigre semblent avoir fait marquer le pas à la réalisation des 13 autres barrages. Relayée par la presse internationale et les associations de protection de l’environnement et du patrimoine, la presse turque n’est pas sans remettre en cause le projet dans son ensemble et ce, à tous les niveaux : économique —le GAP pèserait sur le budget de l’État20—, patrimonial, disparition de sites innombrables, social, avec la prise de conscience du peu de cas fait des populations locales, le déplacement de 60 000 personnes encore étant, en effet, prévu ; il y en avait eu 55 000 avec le barrage d’Atatürk et son réservoir de 817 km2 sur 500 km de long, 30 000 avec celui de Birecik. Des doutes et des questionnements semblent naître, dernièrement, au sein même du gouvernement et dans les institutions chargées de la politique hydroénergétique21. On peut d’ailleurs supposer que la volonté de limiter le déficit et l’endettement va jouer contre le GAP. En septembre 1999, le gouvernement turc a annoncé la révision du GAP face à la migration incontrôlée des popu­lations du Sud-Est vers l’Ouest22, alors qu’un des objectifs principaux du projet était de main­tenir la population sur place et même de la faire passer à 9 millions d’habitants à l’horizon 2005 tout en créant 3,5 millions d’emplois.

17D’anciens hommes d’État, qui ont beaucoup fait pour que le GAP aboutisse et se concrétise, semblent, en revanche, n’avoir jamais douté du bien-fondé de la politique du tout hydroénergé­tique, présentée comme le progrès en marche dans une Turquie en développement. Leur formation explique cette persévérance sinon cet acharnement : Turgut Özal et Süleyman Demirel sont à l’origine deux ingénieurs en électricité, le premier a travaillé sur le Projet Keban et le second a participé à de nombreux chantiers hydroélectriques et fut ensuite, de 1952 à 1964, directeur du Département des barrages, du contrôle de l’eau et de l’administration hydrau­lique...

  • 23 Kurdish Human Rights Project - Report - 99/G.
  • 24 Kurdish Human Rights Project - Report - 99/G.

18Le temps joue contre le GAP, les retards n’ont pas permis la réalisation des 22 barrages prévus entre 1977 et 2005. Or, une politique de petits barrages et parfois de destruction de grands barrages a été amorcée dans des pays développés, comme aux États-Unis. Pour limi­ter les perturbations du régime fluvial, respon­sables d’effets négatifs souvent irrémédiables, les experts préconisent d’exclure le gigantisme et d’avoir recours à des réservoirs de taille moyenne. De plus, des énergies alternatives, éoliennes etc., générateurs à cycle combiné qui sont plus propres, moins chers, plus sûrs et consomment moins d’essence, permettent des retours sur investissement plus rapides, néces­sitent moins de capitaux et ne demandent pas un système de transmission à longue distance de l’énergie produite, enfin ne sacrifient pas des vallées entières. À ce titre, de nombreux experts ont dénoncé le coût élevé de l’électricité qui pourrait être produite par le barrage d’Ilısu, dans la lancée des autres grands barrages qui, nous l’avons vu, souffrent de paralysie et ne fournissent pas l’énergie escomptée. Ils ont préconisé, plutôt qu’un tel investissement, la modernisation du système de transmission énergétique qui est notoirement inefficace23. En outre, d’autres solutions énergétiques n’ont tout simplement pas été considérées malgré leur meilleure rentabilité et leur coût moindre. Un projet de centrale au gaz à Ankara a une capa­cité de 720 mégawatt (MW) pour un coût de 276 millions de dollars soit 0,38 millions par mégawatt, tandis que la capacité d’Ilısu est de 1200 MW pour un coût de 1520 millions soit 1,27 millions le MW. On le voit, le projet de centrale au gaz est 3 fois plus rentable et néces­site trois fois moins d’investissements24 ; se pose aussi la question de la durabilité des barrages, qui ne dépasse pas 20-30 ans.

  • 25 Cumhuriyet, 03/09/2000, “Çiftçilere ’arazi edindirme fonu’”.
  • 26 Türkiye, 04/05/2001, “Gap’a 24 yıllık rötar” ; Zaman, 09/05/2001, “Gap 2029’da belki”.
  • 27 Politika, janvier 2002.

19Le Master Plan ne pourra pas être réalisé à l’horizon de l’année 2005, ni à celui de 201025, la date d’achèvement a d’ores et déjà été repoussée à 2029, ce qui constitue un retard de 24 ans26 sur le projet originel. En outre, 13,8 milliards du budget global ont été dépensés et il faut encore trouver le financement des 18 autres milliards27. Ils semblent difficiles à trouver, d’autant plus après la crise économique qui frappe la Turquie depuis 2000 et dans le contexte de restriction des dépenses publiques.

2. La mise en eau du barrage de Birecik et la prise de conscience nationale et internationale de la question des barrages

  • 28 Evrensel, 09/05/2000, “Zeugma, New York Times’in manşeti oldu”.
  • 29 Radikal, 08/10/2000.
  • 30 Cumhuriyet, 10/06/2000, “Zeugma’ya 5 milyon dolar” ; Cumhuriyet, 23/06/2001, “Zeugma’ya yardım şart(...)

20L’inondation de Zeugma-Belkis, celle de Hal­feti et celle prévue de Hasankeyf ont entraîné un mouvement international de protestation d’une grande ampleur et retiré de nombreuses sources de financements extérieurs, les gouver­nants ne voulant pas se mettre à dos leur opinion publique pour un projet contesté. Ce mouve­ment a fait suite à un article dans le New York Times annonçant la découverte et l’inondation prochaine d’un deuxième Pompéi28. Les jour­naux du monde entier reprirent cette infor­mation et dénoncèrent la perte irréparable et le déplacement de 30 000 personnes29. Une équipe internationale travailla jusqu’au dernier moment à la fouille de sauvetage, à la documentation et au démontage des mosaïques des villes romaines de Zeugma et aussi d’Apamée. Zeugma est à l’heure actuelle partiellement sous les eaux tandis qu’Apamée a complètement disparu sous les eaux du lac de retenue. À cette occasion, outre la protestation, la solidarité internationale joua en faveur du sauvetage de la plus grande partie possible du site archéologique et de ses éléments divers. PHI, Packard Humanities Institute, fit un don de 5 millions de dollars30. Malgré toute cette campagne et toutes les pres­sions internationales et civiles, le gouverne­ment turc laissa inonder la vallée, car il aurait dû payer des sommes énormes aux sociétés ayant construit le barrage, par mois de retard de mise en activité.

21La belle machine stakhanoviste du DSI semble s’être enrayée à partir de la mise en eau du barrage de Birecik : erreur de calcul dans les courbes de niveau de 3 m sur l’ensemble du réservoir, un an de retard sur la mise en eau, qui a fortement contribué à la faillite de la société de construction autrichienne Holster, leader du consortium. Le nouveau mode de construction- concession, BOT, Build Operate Transfert (Yap İşlet Devret), pour une période donnée et retour de l’exploitation au niveau public ne semble pas réussir au DSI, le système des appels d’offre internationaux de construction pour des projets de grande ampleur ne favorisant pas, il est vrai, la discrétion qui avait prévalu jusqu’alors en Turquie sur les très grands barrages. L’année 1992, avec l’inauguration du barrage Atatürk, constitue le sommet de l’exaltation techniciste et le point d’orgue du succès DSI - GAP et d’une réussite inconsciente des coûts et des environ­nements. C’est le commencement de la construc­tion du barrage de Birecik qui, moins d’une dizaine d’années après, a fait marquer le pas à l’entreprise tout entière. Les années 1992-2000 représentent, dans un raccourci saisissant, le sommet et le début de la fin d’une politique, si l’on peut s’exprimer ainsi. 2003 et les journaux remettront en cause le GAP et... le DSI, comme il a été dit plus haut (voir introduction).

  • 31 Cumhuriyet, 13/01/2000, “Yüzyıllık ağaçlar kesildi”.

22L’inondation de la ville de Halfeti, une ville médiévale et ottomane, provoqua les mêmes protestations, bien que de façon moins specta­culaire, et plutôt dans la presse turque, une ville médiévale parlant moins à l’imaginaire collectif qu’une ville romaine comme Zeugma, et on s’inquiéta grandement du sort non plus d’innombrables mosaïques mais de personnes déplacées perdant tout. On déplora la perte des maisons de style arménien et ottoman, des bains de la mosquée d’Ulu Camii du XVIIIe siècle et de toutes les richesses de la ville basse, de même que des arbres centenaires31 et de l’environnement enchanteur de Halfeti avec ses peupliers de l’Euphrate et sa faune, sans compter des innombrables églises et villages arméniens non documentés.

  • 32 Cumhuriyet, 25/02/2002, “Hasankeyf Avrupa Konseyi’nde”; “Cultural aspects of the Ilısu Dam Project, (...)
  • 33 Özgür Bakış, 28/12/1999, “Suç işliyorsunuz; Özgür Bakış, 18/12/1999, “Blair’in Ilısu hesabı”.
  • 34 Özgür Bakış, 13/12/1999, “The Independent’ten Hasakeyfe destek”.
  • 35 Cumhuriyet, 04/11/2000, “Alman milletvekili Hasankeyfte”.
  • 36 Yeni Gündem, 08/07/2000, “Schröder’in Hasankeyf Mektubu”.
  • 37 Özgür Bakış, 21/12/1999, “Almanya da kültür katliamını onayladı”.
  • 38 Özgür Bakış, 23/01/2000, “Halk yıkımı istemiyor”.
  • 39 Cumhuriyet, 16/07/2000, “Dünya Bankası onaylamaz’”, après s’être prononcé contre le projet dès 1984
  • 40 Cumhuriyet Dergi Pazar Eki, 13/02/2000, “Unesco’cular nerede ?” ; Cumhuriyet, 27/02/2000, Hasankeyf (...)

23Pour éviter de nouveaux Zeugma et Halfeti, toutes les institutions et ONG furent alertées de l’énormité du GAP et de sa capacité destruc­trice, les gouvernements européens pris à partie afin de faire pression sur le gouvernement turc. Le Conseil de l’Europe envoya un émissaire faire un rapport32, Tony Blair fut mis en défaut au Labour Party et dut prendre position, se déclara contre Ilısu en proclamant « vous com­mettez un crime »33. The Independent défendit Hasankeyf34. Le parlement allemand à son tour examina le projet de barrage d’Ilısu et le cas de Hasankeyf35. Le premier ministre allemand, Gerhard Schröder36, en personne finit par écrire une lettre de soutien, après que la presse turque eut accusé l’Allemagne de soutenir un « massacre culturel »37. La protestation fut relayée par BBC TV qui énonça que le peuple ne voulait pas de cette destruction du patrimoine38. La Banque Mondiale dut retirer son soutien financier39. On se demanda ce que faisait l’Unesco40.

24Cette campagne contre le projet d’Ilısu, dont on a brièvement rappelé l’ampleur et la portée, entraîna le désistement successif de la quasi- totalité des compagnies étrangères faisant par­tie du consortium de construction du barrage :

  • 41 Türkish Business World, mars 2000, “Swedes Quit Ilısu Dam Project”.
  • 42 Cumhuriyet, 20/09/2000, “Ilısu Barajı da gündemde”.
  • 43 Bilim ve Teknik, avril 2001, n° 401.

25Skanska41, groupe suédois s’est retiré pour des raisons techniques (sic), et non pour les person­nes déplacées et les questions d’environnement et de patrimoine ; Balfour Beatty, firme d’ingé­nierie civile, leader du consortium, Sulzer Hydro de Suisse et Impregilo d’Italie finirent par abandonner à leur tour devant la pression de leurs gouvernements mis en difficulté par leur opinion publique, assemblée ou parlement. Le financement par l’UBS (Union des Banques Suisses) ayant besoin des crédits à l’exportation des Agences (ECAs) de l’Autriche, Allemagne, Italie, Japon, Portugal, Suède, Suisse, UK, USA en cas d’annulation du projet, a également été compromis42. Ce qui fait qu’il reste, dans le consortium chargé de la construction, la firme d’ingénierie suisse ABB Power Generation Ltd, spécialisée en générateurs électriques, le groupe franco-anglais Alstom, le groupe autrichien VA Tech et les trois groupes turcs Nurol, Kiska et Tefken43, et un projet sans financement...

  • 44 Özgür Bakış, 11/10/1999, “Barajlar zehirleniyor”.
  • 45 Cumhuriyet, Bilim Teknik, 25/05/2002, “Doğu Anadolu Bölgesi deprem projesi”.
  • 46 Le sud-est de la Turquie constitue, en effet, par sa position entre la plaque arabique et anatolien (...)

26Si le début de la campagne de protestation a pris sa source dans le domaine de l’archéologie et de la préservation du patrimoine, comme révélateur, elle a de façon coextensive été menée sur tous les fronts : la Turquie, via le DSI et le GAP, nie les dommages environnemen­taux, la presse turque, elle, accuse les barrages de polluer44, de changer le climat, d’anéantir des paysages millénaires, de déplacer des popu­lations entières et d’augmenter les risques sismiques dans une région déjà aussi sensible que celles de la Marmara45 et d’Adapazarı46. Et ce ne sont pas les quelques aménagements de 1989 avec le GAP Regional Development Plan et les projets dérisoires d’intégration des popula­tions et de mise en valeur de la région qui font oublier les déplacements de populations et les destructions archéologiques et environnemen­tales. Voici pour l’essentiel les projets culturels du GAP Regional Development Plan :

  • Research & Publication

  • Popular Culture of GAP Provinces

  • Hasankeyf Research Excavations

  • Documentations of Immovable Cultural Properties

  • Halfeti Rescuing

  • Anakültür Kocahisar, Kahta, Adıyaman, Acırlı (Mardin-Midyat) Environmental Arrange­ments

  • Historical Site

  • Restoration of Cizre Abdabiye Medrese and Mem-u Zin Tomb

  • Restoration Kasımıye Medrese Mardin

  • Mardin Urban Design Project

  • Faith Tourism - Urfa

    • 47 Administration du GAP.

    Traditionnal House Şanlıurfa, Mardin, Kilis, Midyat, Savur, Harran47

  • 48 Cumhuriyet, 17/05/2000, “Hasankeyf için dava açıldı”.

27Malgré les infléchissements vers un déve­loppement durable et humain, sur le plan de la communication, le GAP semble avoir perdu la partie et ne plus être en mesure de renverser la relation à son avantage. La société civile attaque également la légitimité du projet, un procès est ouvert48 par un avocat du barreau d’Istanbul contre le gouvernement turc.

  • 49 Milliyet, 01/08/2000, “Ikibin yıllık tarih bin metreye bağlı”.
  • 50 Radikal, 16/10/2000.

28Toujours sur le registre archéologique, la presse turque dénonce les vestiges archéologi­ques sacrifiés au nom du « progrès hydroélec­trique » : outre Belkis-Zeugma, avec le barrage de Birecik, Karkamış, avec le barrage du même nom, d’autres hors GAP sont en passe de disparaître avec la mise en eau des ouvrages du DSI : Çine, Futına, Yortanlı et la ville romaine d’Allianoi49 avec les barrages de Bergama- Yortanlı, du Çoruh, du Munzur Çayı50.

  • 51 Radikal, 10/02/2001, “Kar yağmazsa halimiz harap”.

29Le partage des eaux avec les pays voisins est également problématique (Armaille 1992), de même que le niveau de remplissage des bar­rages que stigmatise également la presse turque. Mais revenons à la pertinence des barrages en termes d’énergie fournie. Les réservoirs souffrent majoritairement de la sécheresse, le niveau de remplissage contredit les prévisions et les poten­tiels énergétiques escomptés. En 2001, 40 % des barrages en activité n’étaient plus à proprement parler opératoires, faute d’eau ; de 10 milliards de mètres cubes en 2000 on est passé à 6 milliards. Faute de pluie, la sécheresse paralyse les barrages : 103 milliards de mètres cubes en 1998, 83 en 1999, 78 en 2000 et 12,5-6 en 200151. Le niveau critique a été atteint, selon le DSI même, et cela touche les ouvrages les plus importants : Keban, Atatürk, Karakaya, Birecik et Karkamış dans la région à climat semi-aride continental. Mais toute la Turquie est touchée.

  • 52 Sabah, 25/09/2003.

30On voit l’ampleur de la sécheresse et la paralysie qui menace les barrages faute de pluie (tab. 4). L’année 200052 a vu le sixième plus grand barrage au monde, le barrage Atatürk, à un niveau de remplissage critique et de quasi- inactivité, les turbines dans le vide si l’on peut dire : à 529,7 m au début de l’année, le niveau

31est tombé à 526, 2 m en septembre, sachant que son niveau maximal est de 542 m soit 48, 8 mil­liards de m3 et le niveau minimal de 526 m soit 37, 6 milliards de m3.

Tableau 4 : Niveau de remplissage des barrages en février 2001

* en millions de m3.

Source : Radikal, 10/02/2001, “Ya kar ya karanlık !”

32Considérons les conséquences de la poli­tique hydraulique turque pour les proches voisins et pour la région dans son ensemble, en termes de gaspillage. Le DSI turc a orienté sa politique vers l’énergie et l’irrigation, la Syrie a fait de même. Tishrin, Tabqa-Thawaa irriguent les terres semi-arides sur les plateaux d’Alep, de Resafé et les terrasses de Raqqa, Deir ez Zor et Meyadin, les vallées du Balikh et du Khabur. Un accord tripartite entre Turquie, Syrie et Irak datant de 1987, renouvelé depuis, garantit 500 m3/s à la Syrie soit 16 milliards de m3/an, la Syrie à son tour est censée en donner 58 % à l’Irak. Aucun accord n’existe concernant le Tigre.

  • 53 Cf. infra la section consacrée aux patrimoines environnementaux.

33Si l’on considère seulement l’Euphrate, 30 milliards de m3 passent en Syrie annuellement auxquels il faut ajouter 1,8 milliards de m3 provenant du Khabur. À lui seul, l’Euphrate représente 85 % des eaux de surface de la Syrie. Or, l’évaporation due au GAP en amont repré­sente, à l’horizon 2005, d’ores et déjà 10 à 11 milliards de m3. Ce qui signifie que la Syrie va manquer d’eau et que, à son tour, elle ne pourra pas remplir ses barrages : principale­ment ceux de Tabqa (de 4,5 km de long, 512 m de largeur à la base et de 19 m de crête, avec un réservoir de 41 millions de m3, il irrigue 640 000 ha, possède une centrale électrique de 800 MW) et d’Al Baath, 26 km plus en aval, avec son réservoir de 90 millions de m3, Ces barrages fournissent à eux deux la plus grande partie de l’électricité du pays, En aval, l’Irak sera le pays le plus touché, Le Balikh et le Khabur se meurent et cette politique hydrau­lique, irrigation intensive et changements envi­ronnementaux désastreux, semble même être responsable d’un plus grand assèchement général de la région, Au contact des réservoirs et des zones irriguées, elle est également res­ponsable de l’apparition de nouvelles maladies et d’autres fléaux53.

Tableau 5 : Plan de développement du GAP - DSI (juin 2003)

CH = Centrale hydroélectrique. Source : DSI 2003,

  • 54 Source DSI, Devlet Su İşleri Genel Müdürlüğü, août 2002.
  • 55 “Conflict or Cooperation”, Westview, 1984.
  • 56 Federal Trust for Education and Research, Commission des Communautés Européennes, février 1992.

34Le Tigre, quant à lui, d’un cours de 325 km de long en Turquie, irrigue une surface de 39 000 km2 et 54 000 km2 avec ses affluents. Il prend sa source à une altitude comprise entre 2000 et 3500 m d’altitude dans les montagnes de l’est de la Turquie. Après avoir collecté l’eau de quelques affluents, il court dans la plaine de Diyarbakır-Bismil à une hauteur de 750-550 m puis traverse des montagnes de 1000 à 1500 m et collecte l’eau d’affluents importants de sa rive gauche : les rivières de Batman, Garzan et Botan. Il a un débit, en Turquie, de 22 milliards de m3/an selon le DSI54, de 32 m3/an selon le CSIS de Washington, de 43 m3/an selon Naff et Matson55 et de 52 m3/an selon Beaumont56 et selon le point de vue adopté... Ses affluents principaux sont le grand et le petit Zab, Diyala, Adhain ; ils ont déjà fait l’objet de nombreux aménagements.

35Enfin, le Plan de Développement du GAP (tab. 5) résume et met en évidence l’état d’inachèvement majeur dans lequel le GAP se trouve, face au foisonnement de projets. En cela, cet état est comparable à celui des 805 barrages et 485 centrales hydrauliques projetés par le DSI au niveau national...

Tableau 6 : Les projets du Sud-Est anatolien

* CH - Centrale hydroélectrique.

DSI 2003.

Notes

4 Sur la géographie de la Turquie en général, cf. Birot & Dresch 1962, Dewney 1971, Hütteroth 1982.

5 Selon le DSI, qui inclut les zones inondables, 75 358 km2 soit 9,7 % du pays.

6 La Haute Mésopotamie peut se définir géographiquement comme la région couvrant les piémonts du Taurus central et oriental, les vastes plaines de steppes et les terres fertiles des rives du Haut Tigre et du Moyen Euphrate allant jusqu’au Khabur.

7 Concernant les appellations de hautes vallées du Tigre et de l’Euphrate et de Moyen-Euphrate, voir Ritter 1843 : 689, Louis 1941, Godfrey 1942 (vol 1.) : 169-171 et Hauptmann 1999.

8 Il est à noter que le GAP exclut la province d’Elazığ, celle-là même où débuta le Projet Keban et où sont situés d’autres barrages.

9 Source DSI, Devlet Su İşleri Genel Müdürlüğü, août 2002

10 Source DSI, Devlet Su İşleri Genel Müdürlüğü, août 2002.

11 Source DSI, Devlet Su İşleri Genel Müdürlüğü, août 2002, “Nedir GAP ?”

12 Source DSI, Devlet Su İşleri Genel Müdürlüğü, août 2002. Barajlar ve Santrallar.

13 Cf. tab. 2, « Barrages et centrales hydrauliques du GAP en activité (juin 2003) ».

14 Un seul dans le tableau récapitulatif du GAP Development Plan - DSI, mais deux dans les tableaux faisant l’état d’avancement des projets.

15 Cf. tab. 1, « Projets du GAP et surfaces irrigables (juin 2003) ».

16 Cf. tab. 3, « Barrages en activité (juin 2003) en Anatolie du sud-est hors GAP ».

17 Il est à noter que Karkamış est situé par le DSI dans le département de Kahramanmaraş. DSI et GAP ne sont pas très conséquents avec eux-mêmes en ce qui concerne les départements retenus. Source DSI, août 2002.

18 Dans la région qui nous occupe, s’agissant de pays depuis longtemps indépendants mais en phase de développe­ment, c’est le cas avec les barrages turcs Atatürk, syriens avec Tabqa-Haffez el Assad, Al Baath, Tishrin, Irakiens avec Eski Mosul-Saddam Hussein. Il y a d’ailleurs, le plus souvent, identification du progrès avec la maîtrise hydraulique. L’appellation du nom du Président est ô combien révélatrice de l’ambition de l’œuvre nationale effectuée et du progrès en marche.

19 Ou douzième, si l’on considère que deux sont en construction. Cf. « Les grands barrages : des projets contestés ».

20 GAP est considéré pour certains comme la cause principale des 70 % d’inflation en 1999-2000 et représenterait 10 % total des dépenses publiques.

21 Evrensel, 17/05/2000, “GAP’ta ciddi sorunlar var”.

22 Kurdish Human Rights Project - Report - 99/G.

23 Kurdish Human Rights Project - Report - 99/G.

24 Kurdish Human Rights Project - Report - 99/G.

25 Cumhuriyet, 03/09/2000, “Çiftçilere ’arazi edindirme fonu’”.

26 Türkiye, 04/05/2001, “Gap’a 24 yıllık rötar” ; Zaman, 09/05/2001, “Gap 2029’da belki”.

27 Politika, janvier 2002.

28 Evrensel, 09/05/2000, “Zeugma, New York Times’in manşeti oldu”.

29 Radikal, 08/10/2000.

30 Cumhuriyet, 10/06/2000, “Zeugma’ya 5 milyon dolar” ; Cumhuriyet, 23/06/2001, “Zeugma’ya yardım şartı vakıf” parle de 50 millions de dollars.

31 Cumhuriyet, 13/01/2000, “Yüzyıllık ağaçlar kesildi”.

32 Cumhuriyet, 25/02/2002, “Hasankeyf Avrupa Konseyi’nde”; “Cultural aspects of the Ilısu Dam Project, Turkey”, Information report, Committee on Culture, Science and Education, General Rapporteur on the Cultural Heritage: Mrs Vlsata Stepovà, Czech Republic, Socialist Group, Council of Europe, doc. 9301, 18 december 2001.

33 Özgür Bakış, 28/12/1999, “Suç işliyorsunuz; Özgür Bakış, 18/12/1999, “Blair’in Ilısu hesabı”.

34 Özgür Bakış, 13/12/1999, “The Independent’ten Hasakeyfe destek”.

35 Cumhuriyet, 04/11/2000, “Alman milletvekili Hasankeyfte”.

36 Yeni Gündem, 08/07/2000, “Schröder’in Hasankeyf Mektubu”.

37 Özgür Bakış, 21/12/1999, “Almanya da kültür katliamını onayladı”.

38 Özgür Bakış, 23/01/2000, “Halk yıkımı istemiyor”.

39 Cumhuriyet, 16/07/2000, “Dünya Bankası onaylamaz’”, après s’être prononcé contre le projet dès 1984.

40 Cumhuriyet Dergi Pazar Eki, 13/02/2000, “Unesco’cular nerede ?” ; Cumhuriyet, 27/02/2000, Hasankeyf ve UNESCO”.

41 Türkish Business World, mars 2000, “Swedes Quit Ilısu Dam Project”.

42 Cumhuriyet, 20/09/2000, “Ilısu Barajı da gündemde”.

43 Bilim ve Teknik, avril 2001, n° 401.

44 Özgür Bakış, 11/10/1999, “Barajlar zehirleniyor”.

45 Cumhuriyet, Bilim Teknik, 25/05/2002, “Doğu Anadolu Bölgesi deprem projesi”.

46 Le sud-est de la Turquie constitue, en effet, par sa position entre la plaque arabique et anatolienne, une zone sismique relativement active et la construction de large réservoirs dans une telle région est risquée et contribuerait même à une plus grande activité sismique. Les barrages du GAP sont conçus pour résister à des séismes de l’ordre de 6 sur l’échelle de Richter alors que des séismes de force 7 et plus sont tout à fait possibles.

47 Administration du GAP.

48 Cumhuriyet, 17/05/2000, “Hasankeyf için dava açıldı”.

49 Milliyet, 01/08/2000, “Ikibin yıllık tarih bin metreye bağlı”.

50 Radikal, 16/10/2000.

51 Radikal, 10/02/2001, “Kar yağmazsa halimiz harap”.

52 Sabah, 25/09/2003.

53 Cf. infra la section consacrée aux patrimoines environnementaux.

54 Source DSI, Devlet Su İşleri Genel Müdürlüğü, août 2002.

55 “Conflict or Cooperation”, Westview, 1984.

56 Federal Trust for Education and Research, Commission des Communautés Européennes, février 1992.

Table des illustrations

Titre Vue d’ensemble de Hasankeyf —L’eau atteindra le somment du minaret.
Crédits Damien Bischoff— Octobre 2001
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/852/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Légende Almalık Tepe, Anep Sırtı, Aşağı Hamili Harabesi, Başkale, Bedri İbo Tepe, Benderşovti Sırtı, Biricik Höyük, Burhan Höyük, Çavi Tarlası, Çekiş Sırtı, Gavurtepe, Gri Memo Mevkii, Gritille, Hasimerte Bağları, Hassek Höyük, Kumartepe, Kurban Höyük, Küçüktepe, Lidar, Meyan Höyüğü, Miroğlu, Nevali Çori, Samsat, Süleyman Bey Harabesi, Sürük Mevkii, Şaşkan Büyüktepe, Tille, Toprakkale, Yeniköy etc...
Crédits Issu du Rapport de destruction archéologique de l’Anatolie du sud-est - TAY 2001
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/852/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 24k

© Institut français d’études anatoliennes, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Acheter