Introduction

1En 1940, Albert Gabriel, ancien directeur (et fondateur) de l’Institut Français d’Études Anatoliennes (IFEA), publiait une somme en deux tomes intitulée Voyages archéologiques en Anatolie orientale (chez de Boccard, Paris). Nous souhaiterions, plus de 60 ans après cette contri­bution peu connue à la connaissance de la Turquie de l’est, nous placer, pour cette modeste étude, sous le patronage spirituel de ce grand archéologue, architecte et organisateur, pas­sionné à la fois par l’ancien et le contemporain. En effet, l’intérêt manifesté actuellement pour la « région » (pour reprendre cet euphémisme offi­ciellement utilisé en Turquie pour désigner le Sud-Est anatolien), qui se traduit notamment par de nombreux et lourds programmes de développement financés par l’Union Européenne ou la Banque Mondiale, nous semble souvent sans mémoire. Comme si les initiatives actuelle­ment conduites ne gagneraient pas à se ressour­cer aux études de qualité qui pourraient servir de base à des interventions souvent mal articulées aux réalités locales et ignorantes de leur passé. Ce dossier, réalisé par un géographe et un archéo­logue a pour ambition, afin de comprendre le devenir du Sud-Est anatolien à travers un grand projet de développement régional comme le GAP, de faire le lien entre présent et passé et de regarder les transformations actuelles à la lumière de la connaissance accumulée, encore en construction et ré-élaboration, sur les siècles passés.

2Si l’on fait un rapide bilan de la bibliographie en langues européennes (de l’ouest) sur le GAP, à quelques louables exceptions près (Toepfer 1989 ; Struck 1994), on constate que les écrits militants et journalistiques sont nette­ment prédominants. En outre, ces écrits sont souvent soit hagiographiques soit dénonciateurs. Dans la première veine, beaucoup d’auteurs se contentent d’ailleurs des sources officielles, en anglais, de l’Administration d’État des eaux (DSI) ou de celles de l’Administration du GAP (Goux-Baudiment 1994), qui ne traduisent qu’un point de vue. Les écrits de la seconde veine, bien qu’animés parfois de bonnes inten­tions, pêchent fréquemment par le manque de prise en compte des réalités locales et par des effets d’occultation idéologique.

  • 1 Ainsi dans le quotidien Vatan du 26/05/2003, pouvait-on lire, p. 13, « Mais pourquoi a-t-on entrepr (...)
  • 2 Pour la critique du DSI, accusé d’avoir creusé des barrages qui n’ont jamais pu être remplis, cf. Z (...)

3Ceci rappelé, en mai et juin 2003, on a assisté dans la presse turque à une surprenante et inédite mise en cause, parfois radicale, de la raison d’être même du GAP1, doublée d’une mise en cause plus générale de toute la poli­tique du (DSI), puissante administration res­ponsable de la planification des barrages en Turquie2. Ainsi, dans un éditorial d’un supplément régional (« Est et Sud-Est ») du quotidien de référence Dünya (daté de juin 2003), titré « Le GAP nous a mis mat », le président de la Chambre de Commerce et d’Industrie de Diyarbakır dressait-il un bilan sévère que l’on peut résumer comme suit :

  • Alors que l’on parle du GAP depuis 20 ans, seuls 10 % des canaux d’irrigation annoncés sont en activité ;

  • les lois d’encouragement aux investisse­ments dans la région restent lettre morte ;

  • le chômage demeure à un niveau critique ;

  • le taux de scolarisation des enfants reste in­suffisant par rapport à la moyenne nationale ;

  • les projets de retour dans les villages « vidés » et abandonnés doivent être accélérés ;

  • la capacité d’accueil touristique est cruelle­ment faible ;

  • les infrastructures de la « Zone Industrielle Organisée » de Diyarbakır ne sont pas ache­vées contrairement à tous les engagements ;

  • le prolongement de l’autoroute de Gaziantep sur Diyarbakır ne semble plus à l’ordre du jour ;

  • la région ne parvient pas à sortir de l’impasse créée par l’embargo sur l’Irak ;

  • la synergie universités-entreprises est encore à développer.

4Nous verrons plus bas dans quelle mesure ce bilan est justifié. Mais admettons le fait que les acteurs locaux n’hésitent plus désormais à critiquer un projet auquel ils ont cru et dont ils ont beaucoup attendu. Dès lors, si une polémique est née dans l’opinion publique, suite à la sortie du livre sévère de Mehmet FARAÇ, « Le sol qui attend l’eau », on s’aperçoit qu’au sein même de l’appareil d’État, et notamment dans l’Organisation étatique de la planification (DPT), l’Administration du GAP, en tant qu’administration à part entière, est de plus en plus ouvertement contestée. Des rivalités apparais­sent, à peine dissimulées, en liaison avec la perspective européenne qui impose un nouveau découpage du territoire turc en entités sub­régionales pertinentes. Ce découpage à venir, orchestré par le DPT, aurait pour effet de jeter une ombre sur les découpages antérieurs et de créer de nouveaux niveaux de gestion et de développement territorial, concurrents des niveaux préexistants comme celui de l’Administration du GAP. Depuis le début des années 1990, où le GAP était présenté comme un chantier modèle pour la Turquie sur la voie du développement et de l’indépendance énergé­tique, un changement sensible est donc en cours.

Les objectifs du projet selon l’Administration du GAP en 2003
« Le principal objectif du GAP est, en élevant le niveau de revenu et le standard de vie de la population du Sud-Est anatolien, de supprimer la différence de développement entre cette région et les autres et de contribuer aux objec­tifs du développement national tels que la croissance économique et la stabilité politique, en augmentant les opportunités d’emploi et la productivité des espaces ruraux. Il s’agit ainsi d’un projet régional de développement, entre­pris de manière multi-sectorielle, intégrée et conforme au principe du développement durable. (...) Planifié dans les années 1970 comme un projet visant au développement du potentiel hydro-électrique et de l’irrigation sur les fleuves Euphrate et Tigre, le GAP s’est transformé dans les années 1980 en un programme de développement régional socio- économique, multi-sectoriel. » (Extrait de la page d’ouverture du site Internet de la Direction de l’Administration du GAP, GAP İdare Baş­kanlığı).

5Mais si le GAP n’est plus qu’un projet, c’est une réalité complexe de la Turquie contempo­raine, qui depuis la fin des années 1970 a con­tribué à modifier la face d’une région, il ne nous semble pas inutile à cet égard de rappeler les objectifs principaux du GAP, qui ont évolués et ont été reformulés au fil des ans, de l’aveu même de la Direction de l’Administration du GAP. En effet, le vocabulaire maintenant utilisé, convoquant « participation » et « développement durable », révèle une adaptation aux mutations du discours développementaliste global.

  • 3 Cf. Ekinci O. (2001), “Endüstri mirasının korunması”, İstanbul Dergisi, Ekim 2001, n° 39, pp. 129-1 (...)

6De ce fait, le GAP, selon nous, permet de poser la question du patrimoine en Turquie sous un angle stimulant ; en tant que vaste entreprise nationale de développement régional il contribue à la fois à la mise en danger du patrimoine et —les deux processus paraissant indissociables, c’est notre hypothèse— à l’émer­gence de cette notion dans les consciences, les discours et les pratiques. La conception du patrimoine qui anime cette étude sera large : il sera entendu non pas comme un donné, mais comme une richesse socialement et historique­ment construite et appropriée. Il n’existe pas de terme en turc correspondant exactement à celui de patrimoine. Ce vide terminologique fait sens. On utilise les termes de « valeur » (değer), d’« œuvre » (eser), de « bien » (varlık), d’« environnement historique » (tarihi çevre) ou celui « d’héritage » (miras). Ce dernier, qui connote très clairement le patrimoine privé, est lui-même décliné de diverses façons : « héritage historique » (tarihi miras), « héritage architectural » (mimarî miras), « héritage culturel » (kültür mirası) ou « héritage industriel » (endüstri mirası3). Dans toutes ces déclinaisons, si l’idée de responsabilité et de nécessaire transmission d’un bien aux générations futures est désormais acquise, l’idéologie de la durabilité ayant désormais largement diffusé dans le discours politique et associatif turc, le patrimoine reste une collec­tion de « biens » valorisés séparément les uns des autres.

7En conséquence, en centrant sur la question du patrimoine, notre objectif est d’esquisser un bilan des intentions (qui ont évolué au fil du temps), des réalisations et des débats suscités par ce projet de développement désormais multiforme mais encore inachevé ; ce, sans catastrophisme ni volonté d’instruire un procès. Y-a-t-il un décalage, à la chinoise, entre projets disproportionnés et besoins locaux, sans souci des patrimoines locaux et régionaux ? En quoi la région du Sud-Est est-elle un bon révélateur de l’émergence douloureuse d’une gestion publique et privée du patrimoine en Turquie, prise entre les affres de la construction d’une mémoire nationale intégrant toute l’épaisseur de la sédimentation historique anatolienne et les impératifs touristiques et plus largement développementalistes ?

Notes

1 Ainsi dans le quotidien Vatan du 26/05/2003, pouvait-on lire, p. 13, « Mais pourquoi a-t-on entrepris le projet du GAP ? ». Dans le même ton, voir aussi Zaman, 20/05/2003, p. 13, qui annonce que le « GAP va vers une fermeture rapide » (GAP étant entendu ici comme l’Administration du GAP).

2 Pour la critique du DSI, accusé d’avoir creusé des barrages qui n’ont jamais pu être remplis, cf. Zaman, 10/06/2003, p. 1.

3 Cf. Ekinci O. (2001), “Endüstri mirasının korunması”, İstanbul Dergisi, Ekim 2001, n° 39, pp. 129-139.