Conclusion. Les espaces indécis

1Quelle est, ou quelles sont, aujourd’hui, les fonctions de la muraille de Théodose II à Istanbul ? Rétrospectivement, après avoir mené le travail de l’analyse, cette question nous appa­raît réductrice, ou trop strictement fonctionna- liste. En fait, il s’est plus agi de chercher à comprendre les processus de transformation qui touchent un lieu dans la ville, et ce qu’ils expriment au niveau des changements sociaux qui affectent plus globalement Istanbul.

2La muraille de Théodose II, c’est d’abord une histoire ancienne, vieille de quinze siècles, que l’on peut remonter par les écrits, mais aussi par les cartes. Vieille frontière que cette muraille, et qui le restera jusqu’aux années 1950, remplissant au cours de l’histoire des fonctions de protection, de séparation, de cadrage du développement de la ville, et de représentations collectives de l’espace. Ces représentations sont mises en scène dès le début par les Empires : byzantin d’abord, ottoman ensuite, à travers les rituels d’entrées impériales dans la ville.

3La muraille terrestre est aujourd’hui un bloc massif mais non cohérent qui continue de s’imposer physiquement dans le tissu urbain. Son tracé a imposé le dessin des grands axes de circulation dans les années 1950 puis 1970, et ce sont actuellement ces axes qui font frontière entre l’intérieur, la vieille ville, la ville histo­rique, et l’extérieur, cimetières, terrains verts ou vagues, zones industrielles, derrière lesquels s’étendent à perte de vue les nouveaux quartiers d’habitation.

4Le classement de la ville au patrimoine de l’humanité a systématisé les opérations de rénovation de la muraille et a contribué à en modifier considérablement l’aspect. Le serpent- bidonville devient peu à peu une reconstitution orgueilleuse mais souvent malhabile du rempart originel. Mais la mise en scène est vacillante. C’est que le maître d’ouvrage, la municipalité du grand Istanbul, n’a aucun plan d’action d’ensemble, s’investit peu et de manière à la fois anarchique et douteuse. Un événement nous livre la clef de l’énigme : la cérémonie de commémoration de la conquête du 29 mai 1453 par Fatih Sultan Mehmet, chaque année, dans une ambiance belliqueuse et presque agres­sive, sur une portion rénovée choisie de la muraille. Cette mise en scène très sélective, en référence à un événement unique, est à mettre en relation avec les conflits identitaires turcs. Ces conflits douloureux trouvent un point de fuite dans la suraffirmation nationale et identi­taire. Dans ce contexte, le passé et le patrimoine non-turc de la ville, véritable refoulés histo­riques, ont toujours posé problème. Ce travail de la mémoire, d’effacement et de sélection brute, aboutit à rendre cette société, nécessaire­ment ancrée dans un espace, partiellement amnésique. Ainsi la mise en scène bien parti­culière de la muraille révèle en fait une véritable gestion du refoulé, tendue et permanente.

5On pourrait d’ailleurs tenter ici d’aller un peu plus loin, en raccordant cette analyse aux visions de la ville future et de son développe­ment, à travers l’évocation des projets de planification urbaine. Nous avons rencontré à l’uni­versité Mimar Sinan le Professeur Mehmet Çubuk, éminent spécialiste de la ville, régulière­ment consulté et associé aux commissions municipales. C’est lui, notamment, qui a cons­truit la nouvelle gare routière européenne d’Esenler en remplacement de celle de Topkapı. Interrogé sur la place possible de la muraille de Théodose dans les projets urbains stambouliotes, le Professeur Çubuk

  • 1 İstanbul Üzerine Bütünleşmiş Düşünceler ve Bir Kentsel Gelişme Senaryosu (Réflexions sur l’unité d’ (...)

61 préfère nous emmener dans ses projets de planification urbaine globale, publications et livres personnels à l’appui. Le slogan, aujourd’hui, c’est Istanbul gibi Istanbul, « Istanbul comme Istanbul » : il s’agit à la fois de fixer les limites d’Istanbul, et de « trouver un système d’administration convenable en même temps à la planification » (entretien avec G. Kaya, urbaniste). Les plans et schémas que nous montre le Professeur Çubuk parlent de conurbation (ville européenne - ville asiatique), de réseaux, de blocs autonomes séparés par de larges « bandes vertes »... la référence aux modèles de planification américaine est aussi largement présente dans son discours. Ainsi, il y aurait le choix entre deux visions : la vitrine touristique du passé musulman de la ville, promulguée par le parti islamiste au pouvoir à la municipa­lité (fuite en arrière ?), ou le modèle américain type Los Angeles fantasmé par certaines élites universitaires (fuite en avant ?). Dans les deux cas, ces modèles contribuent à construire des territoires symboliques ou mythiques décalés d’avec la matérialité de l’espace. Et ce décalage crée les tensions que l’on a pu observer sur le terrain.

Drapeau du MHP à Edirnekapı

Drapeau du MHP à Edirnekapı

7Pour finir, le processus de patrimonialisation de la muraille, qui semblait s’amorcer à la fin des années 1980 apparaît donc inachevé, comme suspendu. Vu de l’extérieur, de l’étranger, de l’UNESCO ou des financeurs européens par exemple, cet ensemble monumental s’im­pose « naturellement » comme objet patrimonial, mais vu de l’intérieur, aucun des acteurs disposant des ressources nécessaires ne s’investit plus dans le processus.

8Notre hypothèse de frontière mise en scène est ainsi partiellement infirmée. S’il est clair que la muraille continue d’imposer son poids physique, ce sont les axes routiers qui font aujourd’hui frontière. Il n’y a pas, en outre, de mise en scène de la muraille-frontière, mais une mise en scène commémorative d’un événement unique, qui révèle un aspect du combat symbolique autour du passé de la ville.

9La muraille terrestre est par ailleurs concrè­tement occupée. Nous entrons ici dans le monde du piéton : passants, travailleurs, occu­pants. Les territoires environnants entretien­nent avec ces espaces des relations étroites mais pas toujours harmonieuses : les riverains voient dans ces murs un lieu dangereux ou de perdition. L’occupation de la muraille est en fait polymorphe. Tout comme les pratiques, les représentations sont elles aussi différentes selon les groupes en présence. Un fait s’impose : hormis le mode de dénomination (« sur »), il n’existe pas de vision globale de la muraille, mais des représentations parcellaires, qui correspondent à des usages localisés.

10D’ailleurs, au niveau des usages piétonniers, la muraille est plus un objectif de parcours qu’un lieu de franchissement. L’hypothèse de la muraille-frontière meurt ici : l’intérieur de la muraille constitue en fait un ensemble de territoires à proprement parler, caractérisés et différenciés des territoires environnants, et ses murs, côté est et ouest, en sont les frontières. On retrouve ici le rôle de la matérialité de l’espace. Nous sommes alors loin des fonctions primitives de la muraille : aujourd’hui, ce terri­toire remplit les fonctions de marge du mode de production dominant, et de soupape de l’ordre moral.

11C’est dans ce sens que l’on peut parler de « muraille détournée », plutôt que dans le sens d’une opposition entre discours officiel et pratique locale. En effet, nous avons constaté l’absence de discours officiel global sur la muraille. De plus, les pratiques locales, forte­ment différenciées, ne sont pas structurées en opposition volontaire et collective au pouvoir municipal (qui reste le propriétaire des murs). C’est au final une impression de flottement, ou de mouvance, qui se dégage de l’observation de cet espace...

12La muraille terrestre est donc une fédéra­tion floue de territoires, qui s’autonomise au-delà de la différenciation des pratiques et des représentations des acteurs. Les deux modes d’intervention humaine qui modifient aujour­d’hui ce territoire sont les opérations de rénovation et l’occupation illégale. La juxtaposition de ces deux interventions ainsi que de pratiques et d’images différenciées aboutissent à plusieurs niveaux de segmentation de la muraille. Micro­segmentations au niveau local, qui s’enchevêtrent de manière complexe selon les fonctions et les temporalités. Macro-segmentation au niveau global en deux sous-ensembles distincts : la partie sud, 80 % du territoire, livrée à un processus de recomposition constante, et la partie nord, 20 % du territoire, pas encore touchée ni par les opérations de rénovation, ni par les recolonisations sauvages qui leur succèdent.

13Ce processus de recomposition, en œuvre sur la partie sud, produit un espace presque entièrement livré aux changements incessants, aux investissements symboliques partiels ou flous, aux mouvements de population, aux modifications du cadre matériel. À partir de là, qu’est-ce qui fait encore son unité ? Nous pensons qu’il s’agit justement de ses fonctions de marge, de soupape, permises notamment par son cadre matériel, mais pas uniquement : la vitesse du processus de recomposition ne permet pas qu’une identité fixe et officielle soit attachée, de gré ou de force, à ce lieu, qui devient ainsi « libre », comme accessible aux investisse­ments marginaux. L’analyse des phénomènes de violence confirme cette analyse : les trans­gressions ou les agressions perpétrées dans la muraille, espace polymorphe à la limite de l’indéfinition, expriment les tensions de la société confrontée à la marche forcée et douloureuse vers la modernité. Perte de repères de part et d’autre...

14Ultime paradoxe, la muraille semble relever à la fois du territoire inscrit et du territoire mythique : sa matérialité permet incontestable­ment tous les investissements que nous avons observés, en fournissant un cadre souvent clos et protecteur, et tout le temps délimité. En revanche, les seules évocations de la muraille désignant l’intégralité du bâti sont le fait de gens et de groupes qui n’y mettent quasiment jamais les pieds.

15Quelle réponse apporter au questionnement initial ? La muraille ne remplit plus seule une fonction de frontière : dans une relation presque dialectique avec les axes routiers, elle leur cède progressivement ce rôle. Ses fonctions sont aujourd’hui celles d’un espace désinvesti symboliquement, ou tout au moins sans unité d’image, qui accueille les marges du mode de production dominant, et les exutoires de l’ordre moral qui règne sur la société. Ces quelques éléments de réponse font surgir de nouvelles questions.

16Nous voulions au départ confronter les notions de territoire et de frontière en milieu urbain avec les phénomènes de déspatialisation, de délocalisation, issus notamment des dernières évolutions du mode de production (on dit aussi phénomènes de « mondialisation », mais il faudrait préciser mondialisation de quoi). On peut en parler ici car Istanbul est touchée par ces phénomènes, tant dans la structuration de son économie (délocalisations, volatilité des capitaux, dollarisation de l’économie) que dans les nouvelles formes urbaines qui apparaissent : quartiers d’affaires, esquisse de conurbation à l’américaine, ou encore cités privées. Or, ne doit-on pas voir dans les phénomènes de déstructuration urbaine (déqualification d’espaces sans réinvestissement, urbanisation non-planifiée) et l’étalement manifeste d’inéga­lités (élites occidentalisées et yeni zenginler, « nouveaux riches », d’un côté, paysans anatoliens en exode de l’autre) le reflet de phénomènes observés ailleurs, dans des proportions variables mais selon les mêmes modalités ?

17Par ailleurs, quel devenir peut-on imaginer pour les espaces qui ont été anciennement marqués, par un usage et/ou une image, et qui se retrouvent disqualifiés dans un processus actuel d’urbanisation ? Pour illustrer notre pro­pos, nous pouvons évoquer une observation faite à Alep (peut-être comparable, par certains aspects, à Istanbul), où un ancien quartier historique s’est retrouvé tronçonné au milieu de restructurations des axes de communication, coincé entre une gare routière (encore...) et deux grands boulevards récents, et réinvesti par des familles pauvres. Mêmes espaces flous et mouvants ? Libres mais précaires ?

18Prenant cette question dans l’autre sens, on pourrait s’interroger : où et comment s’expriment les « ratés », les « secousses » du développe­ment du système dominant ?

19Enfin, avec la muraille, nous avons, derrière une façade approximativement remise à neuf, un espace dont on hésite à dire s’il est en recomposition ou en décomposition. En d’autres termes, la muraille est-elle un « lieu du change­ment social », c’est à dire un marqueur pertinent des évolutions qui affectent la société stambouliote ou turque dans son ensemble, ou bien un simple lieu résiduel, une « poubelle » du système global ?

20En fait, au-delà de la question sur la fron­tière ou les fonctions de la muraille, il y a, plus intéressante, l’approche d’un fait social, qui peut être abordée au départ sous l’angle de l’espace : un espace livré à un processus de changement, de recomposition permanente, qui permet à la fois l’expression d’un refoulé collectif, de la marge économique, et du défoulement transgressif.

21Pour tenter d’apporter une contribution au débat sur l’urbanisation des grandes métropoles, notamment sur le plan des outils, on pourrait ainsi essayer de caractériser un certain type d’espaces qui permettent ces fonctions, et plus globalement tout ce que nous avons vu sur la muraille. Espaces qui apparaissent aujourd’hui dans de grandes villes livrées à des changements brutaux et surtout très rapides (le paramètre de vitesse du changement social - ou du bond, du grand saut... dans le langage média­tique - est ici central !). Espaces à propos desquels nous avons avancé plus haut le terme d’indécision, que nous allons conserver.

22Tout d’abord, ces espaces indécis ne sont pas des espaces nouveaux en devenir ou en attente de devenir, c’est à dire des territoires « vierges » du point de vue du processus d’urbanisation (sans fonction préalable du point de vue de l’occupation humaine, par exemple terrains municipaux périphériques non-bâtis et non-occupés, cas par exemple des terrains colonisés par les gecekondus). Il s’agirait plutôt, et nous entrons dans une tentative de définition, de lieux qui ont été quelque chose et qui ne sont plus rien de clair, c’est-à-dire qui ont été appropriés, définis par des acteurs, des pratiques et des représentations comme un territoire, et qui ont maintenant perdu leur cohérence sur ces trois points.

23Du point de vue politique, on constate un quasi-abandon, surtout sur le plan symbolique. Ce désinvestissement politique est une condition nécessaire. D’autre part, ces lieux ne semblent plus se rattacher à un passé, un présent ou un futur. Déjà loin d’un passé qui semble s’oublier vite, en particulier localement, aucun « état » futur ne se dessine, alors que le présent n’est que changement et précarité. D’ailleurs, les différents réinvestissements de ces lieux, qui ne manquent pas, ne sont pas unitaires, se font autour de plusieurs axes, et ne contribuent pas à définir une image plus ou moins cohérente, affirmée, claire, de la zone. Dit autrement et pour forcer le trait : on y trouve de tout car il n’y a plus d’identité au lieu. Ces espaces sont un catalyseur et un révélateur des contradictions locales.

Reconstructions successives de la muraille

Reconstructions successives de la muraille

24Ces lieux se définissent ainsi également par la nature des réinvestissements dont ils sont le théâtre (les « fonctions » dont nous avons parlé) : expression d’un refoulé, soupape de l’ordre moral, marge du système économique, c’est à dire tout ce qui est normalement « caché » (et dont certains aspects ressortaient avant lors des « fêtes primitives »). Opérons la jonction avec les dialectiques espace/social, local/global : ces lieux permettent de saisir les lignes de fracture d’une société, ses traumas anciens comme ses difficultés face aux transformations présentes. Les lieux indécis montrent, dans un processus d’urbanisation, un des aspects du changement social qui touche aujourd’hui certaines grandes villes ou métropoles. Autrement dit, on pose par renversement la question : qu’est-ce que l’analyse de ce qui se passe dans ces lieux nous apprend des rapports sociaux, des changements sociaux actuels par exemple pour la Turquie : la situation de l’agriculture, l’exode rural, la ten­sion entre mode de vie traditionnel et économie de marché, modèle musulman et modèle occi­dental.

25Avant de conclure, il faudrait trouver d’autres exemples, explorer d’autres terrains semblables pour confronter cette analyse et la développer, la valider, ou l’abandonner. À ce sujet, on pourrait se pencher sur le quartier de la gare routière d’Alep que nous avons brièvement évoqué plus haut, ou les remparts d’autres villes de Turquie comme İznik. D’autre part, ce phénomène ne concerne-t-il que la Turquie, le Proche-Orient, les pays dits « émergents » ? On peut retrouver des termes de notre tentative de définition dans des villes occiden­tales. Faudrait-il par exemple se pencher sur les squats dans certains vieux centres his­toriques pas encore restaurés (le monde de l’un­derground dont parlent J. Rémy et L. Voyé), sur les réinvestissements de bâtiments indus­triels désaffectés (les friches industrielles, objets de bien des attentions aujourd’hui en France), ou encore sur la figure du terrain vague, du scum ? La poursuite de ces lieux nécessiterait aussi un goût de la trouvaille, car ces lieux indécis sont aussi limités dans le temps. Arrive un projet de réaménagement global, les premiers bulldozers, mais surtout une réelle reconstruction du site, et le lieu indé­cis disparaît pour laisser place à autre chose. Ces lieux apparaissent et disparaissent au gré des « poches » que laisse vacantes le processus d’urbanisation, et dont un exemple de genèse et de développement nous a été donné par l’analyse du processus de recomposition permanente de la muraille terrestre d’Istanbul.

26Quoi qu’il en soit, la question reste ouverte, à travailler. Tout comme la tentative d’approche anthropologique de la notion de frontière en milieu urbain. Pour revenir à une de nos préoc­cupations de départ, nous pourrions confronter le destin des anciennes frontières (murailles, portes, octrois...) avec les matérialisations actuelles des limites des villes, ou les nouvelles formes de frontières, très réelles, qui entourent les nouvelles cités privées qui, sur le modèle américain, fleurissent dans plusieurs pays (plus de 300 à Istanbul, par exemple).

27Pour conclure ce texte, revenons aux terri­toires indécis : ne seraient-ils pas en définitive des territoires de l’anomie ? Moments de pas­sage, de changement social brutal, perte des repères, perte d’identité, précarité temporelle, refoulé, violence et transgressions, marges incertaines... Devrions-nous revenir à Durkheim et à un concept-source de la sociologie ? Mais alors, face à la force quand même bien visible du système, de l’ordre ou du mode de produc­tion dominant, doit-on penser que même les manifestations de l’anomie sont maintenant « canalisées » vers des poches où elles peuvent exploser sans trop de danger pour l’ordre dominant ? Où doit-on plutôt voir, à travers ce qui se passe dans les marges du système, une anomie plus classique mais plus massive, qui guette derrière les sourires des affiches publici­taires ou les couchers de soleil sur les minarets de la mosquée bleue ?

Notes

1 İstanbul Üzerine Bütünleşmiş Düşünceler ve Bir Kentsel Gelişme Senaryosu (Réflexions sur l’unité d’Istanbul et scénario pour la croissance de la ville, Istanbul : Mimar Sinan Üniversitesi ; 1996, et İmar Mevzuatından Şehircilik Mevzuatına ; Türk Şehirciliğine Sistematik Bir Yaklaşım Denemesi (D’une réglementation de la construction à une réglementation urbanistique ; tentative d’approche systématique de l’urbanisme turc, Istanbul : Mimar Sinan Üniversitesi, 1999.