Muraille sauvage, muraille domestique

1Nous nous tournons ici vers le pôle social et affirmons son importance : l’action des hommes modifie l’espace. En analysant les changements et les recompositions qui affectent la muraille, nous faisons une analyse en termes de pro­cessus. Cette analyse rassemble les deux axes de la dialectique espace/social, notamment dans son articulation avec la dialectique local/global. Au final, elle tente de se garder d’une logique strictement binaire en préférant une mise en tension des différents éléments de l’analyse, des rapports sociaux et de l’espace.

Renversement

2En continuité avec ce que nous venons de dire dans les parties précédentes, nous parlerons ici de la muraille territoire (plutôt que frontière) en tentant donc, pour commencer, de déterminer s’il s’agit d’un territoire segmenté. Nous avons vu plus haut que l’absence de planification dans les opérations de rénovation donnait pour résultat un patchwork inégal, avec des sections complètement rénovées, d’autres pas du tout, et entre les deux un panel visuel assez disparate. D’autre part, nous avons vu aussi que les pratiques de la muraille étaient atomisées, qu’elles s’étendaient sur des zones limitées du rempart. Enfin, les représentations mentales de la muraille mettent en avant le ponctuel et le circulaire sur le linéaire. On peut donc considérer que la muraille est un territoire segmenté, mais en précisant tout de suite la complexité de cette segmentation. En effet, les différents segments observables peuvent se recouper ou se recouvrir, du point de vue des acteurs. Ainsi, la Mevlânakapı peut être comprise dans un segment-bande de trois kilo­mètres du point de vue des jardiniers, elle peut définir la limite du mahalle de Veledi Karabaş pour la Mairie, elle peut être encore un point de passage isolé, peu utilisé et mal famé, pour les riverains du quartier. La différenciation des seg­ments est aussi à mettre en relation avec les temporalités de la muraille : la délimitation et la nature de certains segments changent entre la période du jour et celle de la nuit (par exem­ple la zone d’Edirnekapı), et entre les périodes de l’année (zones à mouton pendant le Kurban Bayramı, migrations saisonnières de certains tziganes). Segmentation complexe, donc.

3À ces différents segments correspondent dif­férentes fonctions qui représentent le catalogue des fonctions actuelles de la muraille, à l’échelle microsociologique. La zone des jardins renvoie ainsi à la fonction de marge du proces­sus économique dominant, tout comme le segment des hurdacı où les zones invisibles de l’extérieur sont consacrées à l’habitat ou au refuge. Les portions qui sont le théâtre systéma­tique des pratiques déviantes renvoient, elles, à la fonction de soupape. Les zones de grande ouverture ont pour fonction l’orientation et le passage de la circulation automobile.

Portes, principaux axes de transport et tracé général de la muraille

Portes, principaux axes de transport et tracé général de la muraille
  • 17 « Patrimoine historique et développement urbain, la muraille terrestre », Lettre de l’OUI, 1, Istan (...)

4Après avoir évoqué ces microsegmentations, remontons maintenant au niveau global. Les architectes E. Chazelle et H. Raymond17définissent Topkapı comme le pivot qui coupe la muraille en deux zones différenciables. De Yedikule, au bord de la mer de Marmara, à Topkapı, la muraille est perpendiculaire au relief : elle monte doucement sur une légère crête. De Topkapı à Ayvansaray, sur les bords de la Corne d’Or, elle est parallèle au relief, elle monte et descend à travers les plis du terrain. De plus, l’orientation de la muraille change : partant du sud vers le nord, elle oblique à Topkapı vers le nord-est. Enfin, le site de Topkapı est situé sur un sommet, ce qui renforce l’impression de rupture entre deux macro-segments. Bien que nous suivions par ailleurs les descriptions des auteurs sur l’état de la muraille, cette césure nous semble reposer exclusivement sur le relief et sur l’aspect matériel. Pourtant, nous pensons aussi qu’il existe une rupture le long de la muraille entre deux grands ensembles. Mais nous la situons ailleurs : à Edirnekapı. Cette rupture n’est pas une vue de l’esprit, elle correspond, pour nous, à une différenciation réelle entre deux parties.

5La première impression qui s’impose, c’est qu’entre Yedikule au sud et Edirnekapı, l’édifice est globalement dégagé, et partiellement rénové. D’Edirnekapı - et surtout à partir du Tekfur Saray - à Ayvansaray au nord, en revanche, la muraille est peu accessible : des espaces verts difficilement accessibles côté extérieur (ancien cimetière arménien, terrains clos, terrains dégagés mais inondés), et une muraille carrément inaccessible côté intérieur (sauf tout au bout sur le site de Blahernai Saray) : les maisons ou petits immeubles ont colonisé ce côté de la muraille qui sert de limite à de petits jardins cultivés ou de dépôts. Il faut pénétrer chez les gens pour atteindre les murs du rempart. On ressent ainsi de prime abord, dans cette seconde partie, l’impression d’une muraille caractérisée par une occupation sauvage, alors que dans la première partie, ou aurait plutôt l’impression d’une muraille « domestiquée ». Il n’en est rien, on s’en doute. L’analyse plus fine de la dimension humaine modifie cette image.

6Dans la partie nord, la muraille est bien appropriée, mais cette appropriation date de plusieurs dizaines d’années, il y a peu de gecekondu, peu ou pas d’habitat temporaire, l’espace est organisé, entretenu, nettoyé. C’est l’image d’un petit village interne, ou résiduel, qui domine. Un vrai quartier, en réalité : lors d’une sortie dans cet endroit, nous errions entre les maisons sur une sorte de ruelle-sentier, entourée de murets laissant voir des jardins bien tenus. Cherchant un passage vers une autre ruelle, nous avons été apostrophés par deux vieux penchés sur leurs bêches qui discutaient, et qui se sont enquis du pourquoi de notre présence, cordialement mais avec méfiance et fermeté. Après une brève explication, il ont déclaré qu’il n’y avait pas d’issue là où nous cherchions et nous ont indiqué le chemin pour sortir du labyrinthe. Espace sous contrôle...

7Nous avons largement évoqué le visage de la partie sud, ses occupations illégales durables ou temporaires, les pratiques déviantes, ses fonctions de marge, de refuge, de soupape, les changements rapides qu’y s’y opèrent.

8Il faut donc procéder à un renversement de la proposition. La partie sud est la muraille sauvage, territoire instable livré aux occupa­tions sauvages, alors que la partie nord est la muraille domestique : lentement appropriée, domestiquée, intégrée à la vie d’un petit quartier qui se laisse oublier. Ce renversement s’appuie ainsi tant sur l’analyse des pratiques que des représentations. Il est révélateur à plus d’un titre, car il donne à voir en effet un aspect essentiel du processus de recomposition perma­nente qui touche la muraille de Théodose II : la partie domestique ne donne-t-elle pas à voir l’autre partie, il y a vingt ans de cela ? Ou, dit autrement, la partie sauvage ne préfigure-t-elle pas le futur visage de la partie nord ?

La recomposition à l’œuvre

9La recomposition est un état de changement entre un avant et un après qui touche ici autant le bâti que les modes d’occupation humaine qui l’ont investi. Ce processus de recomposition touche la partie sud (Yedikule-Edirnekapı), qui représente 80 % de la longueur de la muraille, alors que la partie nord (Edirnekapı-Tekfur Saray-Ayvansaray) est pour l’instant épargnée. Il se caractérise par l’interaction de quatre élé­ments (appartenant à deux registres différents, concret pour le premier et le quatrième, symbo­lique pour le second et le troisième) :

  • des interventions physiques fortes sur la muraille (opérations de rénovation) ;

  • un investissement politique faible et partiel ;

  • un espace matériellement aéré et symboliquement flou, après une opération de rénovation ;

  • des modes d’occupation sauvages qui trans­forment le bâti et son image.

10Les changements sont continus et rapides, aussi parlerons-nous de recomposition permanente. Même si elles ne sont pas programmées dans un plan d’ensemble, les opérations de réno­vations sont quasi permanentes actuellement, du fait des dégâts occasionnés par le tremble­ment de terre d’août 1999. La matérialité de l’espace se transforme donc en permanence. Les occupations humaines, qui s’appuient en grande partie sur les caractéristiques de cette matérialité (endroit vide en théorie, endroit invisible, endroit protecteur), suivent ce rythme de changement. Ce territoire mouvant nous donne ainsi à voir un épisode de dialectique espace/social en mouvement, où chaque terme change l’autre, où la tension entre ces termes « produit » le territoire muraille.

11Une autre caractéristique de ce processus de recomposition concerne l’axe temporel. Sur la partie nord, nous sommes dans le temps long du vieux quartier, des habitudes, du calme relatif. La population présente toutes les classes d’âge. La structure matérielle de l’espace évolue lentement. Chaque modification de l’espace est un événement. Dans la partie sud, les change­ments sont fréquents et rapides, les populations changent vite, peu de situations échappent à la précarité (la population présente aussi toutes les classes d’âges, mais avec de fortes disparités selon les groupes, par exemple : hommes de 20­50 ans pour les errants, hommes et femmes de 15-55 ans pour les jardiniers, toutes les classes pour les tziganes). La structure matérielle de l’espace change aux rythmes conjugués des opérations de rénovation et des réaménage­ments sauvages qui y succèdent. Le processus de recomposition de l’espace fait ainsi passer la muraille d’une temporalité longue, encore observable dans la petite partie nord, à une temporalité courte, qui règne sur la partie sud (à l’exception peut-être du temps « moyen » de certains jardins installés depuis dix ans).

12Le processus fait aussi se côtoyer des popu­lations ou des faits d’une façon brutale, c’est à dire sans intention préalable des acteurs ni pré­paration. Il y a bien sûr une grande précarité : les squats et les campements le montrent, tout comme certaines errances temporaires mais systématiques (immigrants ruraux à Istanbul pour quelques semaines ou mois, avant le retour au pays ou le départ pour ailleurs, tel Mahmut, qui arpentait Topkapı en mendiant des cigarettes, chômeur malheureux et déçu par les promesses d’Istanbul). Mais il y a à côté de cela des tentatives d’installation semi durables, ainsi Elias et Fırat, qui se sont installés dans une crypte funéraire byzantine, près de Silivri- kapı, découverte il y a quelques années (1994­1995). La zone est comme ailleurs livrée aux colonisations et appropriations sauvages. Les deux amis, qui seront bientôt rejoints par deux autres squatters, ont aménagé des lits sur les tombeaux, les niches et le petit autel. Elias a entre 40 et 50 ans, et dit avoir récemment perdu emploi et logement. Sa situation est temporaire, dit-il, il pense s’en sortir bientôt. Mais en atten­dant, il souhaite passer cette période de transi­tion dans les conditions les plus décentes possibles afin d’éviter la clochardisation. Il aménage alors son squat, la crypte, avec soin, et une conscience du temps : c’est du moyen terme, trois à six mois.

13Certains groupes s’installent, eux, durable­ment dans la muraille, qu’ils l’aient souhaité ou non au départ. On assiste alors à de véritables phénomènes de reconstruction. Reconstruction double, en fait : d’une part réaménagement- reconstruction du bâti (parfois juste après une opération de rénovation), mais aussi reconstruc­tion sur place de l’ancienne organisation sociale et matérielle. Citons pour exemple les jardiniers originaires de Kastamonu. Bien qu’ils n’habitent pas sur la muraille, ils y passent la plus grande part de leur temps, y ont transféré leur organisation de l’espace, et ont largement contribué à lui donner son visage actuel sur un tiers de sa longueur. On assiste aussi à des témoignages de la prégnance de l’ancien. C’est général à Istanbul, nous avons évoqué par exemple au début de ce texte le cas des marchés d’Eminönü, qui ressemblent encore aux évo­cations ottomanes ou étrangères datant du XIXe siècle ou même d’avant (la notion de change­ment doit bien sûr être envisagée dans une dimension comparative, nous mettrons donc face à face aujourd’hui les souks d’Eminönü et les hautes tours de verre et d’acier de Levent). La muraille n’échappe pas à cela, même dans la partie sud en recomposition : rappelons ainsi le vaste terrain vert près de Belgradkapı qui se situe, chose étonnante, côté vieille ville. Ce ter­rain appartiendrait encore aujourd’hui à un propriétaire arménien. On y assiste au quotidien à de l’extraction de terre qui est ensuite trans­portée par charrettes à cheval et revendue dans la ville. Ce terrain existait déjà en 1820, comme en atteste une carte de l’époque ; il s’appelait alors İsmail Paşa Bahçesi, le jardin d’İsmail Pacha. On peut penser que ce foi­sonnement d’implantations et de pratiques dif­férentes résulte de la vitesse du processus de recomposition, vitesse qui interdirait pour le moment l’émergence de formes globales d’or­ganisation et, peut-être, d’uniformisation du territoire.

14Cette large gamme de pratiques est à mettre en rapport avec l’éventail des représentations de la muraille des occupants. En effet, le degré d’appropriation affective et symbolique du territoire est aussi assez hétéroclite. Là encore, les jardiniers semblent être les plus attachés à leur territoire (la zone de leur parcelle). Les occupants temporaires le sont déjà beaucoup moins. Quant aux passants, les réponses sont très variées et ne permettent pas de dégager un modèle. Le petit groupe des habitants de la partie nord se sont au contraire complètement appro­prié la muraille, au fond de leur jardin. Cette hétérogénéité contribue à l’absence, par ailleurs perceptible par la segmentation, d’unité du territoire muraille.

  • 18 Ville, ordre et violence, Paris : PUF, 1981.

15Le processus de recomposition à l’œuvre transforme également le vide en plein. La muraille, ex-frontière de la ville, avec son avant- mur (mur d’escarpe crénelé) et son fossé, déter­minait une zone militaire, un no man’s land du point de vue de l’habitat civil. Une zone de vide. Cette zone est devenue au XIXe siècle une zone de plein, de très plein : la muraille a ainsi progressivement disparu, prise dans un étau de gecekondu et d’ateliers. Les opérations de réno­vation devenues systématiques après 1986 ont voulu refaire de cet espace un vide, qui devait le rester. Mais l’absence de projet d’ensemble, donc de volonté politique, ajoutée à la re­colonisation sauvage de la muraille (comme de beaucoup d’endroits vacants avec le flux cons­tant d’immigrés ruraux) en ont refait un espace plein. Mais plein d’autre chose : l’ancienne colonisation « de quartier », ou de bidonville, pauvre mais structurée et durable, a laissé place au temporaire et à la mosaïque. Cette opposi­tion vide/plein ne doit pourtant pas être prise au pied de la lettre. En effet, on voit avec J. Rémy et L. Voyé18 que les notions de vide et de plein sont à mettre en relation avec les cultures, et les positions sociales à l’intérieur des cultures, ainsi qu’avec le niveau interactionnel recherché pour un espace donné (dont il faudra aussi préciser les modes d’occupation et la structure matérielle). Ainsi, il faut par exemple substituer à une analyse mécanique violence/ densité une analyse de la tension qui

« va (... ) s’interpréter avant tout par l’inadéquation entre un certain projet interactionnel et les dimen­sions matérielles (région, espace construit) dans lesquelles il ne peut prendre corps ».

16Il devient alors plus complexe de définir pour telle ou telle portion de la muraille si on est dans du vide ou du plein : nous pouvons ainsi parcourir le sommet de la muraille entre Belgradkapı et Silivrikapı en journée sans rencontrer personne. Impression de vide, du point de vue du passant. Mais en contrebas, l’espace est rempli par les jardins, et forment un espace plein du point de vue des jardiniers (et de l’İBB aussi, d’ailleurs). Sur cette portion toujours, nous avons parfois croisé deux ou trois indi­vidus dissimulés et occupés à quelque trafic. Là, quatre personnes au milieu d’un espace vide à 300 mètres à la ronde, c’est un espace plein ! De plus, nombre d’espaces apparem­ment vides le jour se remplissent la nuit, et là encore, c’est le projet interactionnel qui défi­nira la distance acceptable et le degré tolérable de remplissage de l’espace.

17Le processus de recomposition peut aussi faire apparaître des phénomènes de résistance. Pas dans les oppositions aux travaux, matériel­lement impossibles, mais dans les nouveaux modes d’occupation. On a vu que les transfor­mations de la muraille pouvaient en faire un lieu d’expression de l’opposition politique, par son aspect matériel (la muraille retrouve sa fonction militaire par un curieux retournement) et sur le plan symbolique : c’est un lieu reconnu et identifié de l’illégalité. Mais cette transfor­mation produit de façon plus permanente un lieu de résistance au changement dans sa fonc­tion de marge de l’ordre économique dominant. Il s’agit d’ailleurs plus ici d’une résistance pour la survie que d’actes délibérés d’opposition au système. La marche forcée vers l’économie occi­dentale, on l’a vu plus haut, laisse bien du monde de côté. La muraille devient alors un lieu où s’élaborent des réponses au problème très concret de la survie : cultures, élevage, extraction de terre, cueillette, trafics, prostitu­tion. Sans que l’on puisse dire d’ailleurs que cela aboutisse à des projets alternatifs reven­diqués. D’une façon générale, le discours des occupants permanents (travailleurs et/ou habi­tants) sur les autorités est plus du registre de la plainte que de la révolte.

  • 19 Cité par J. Remy et L. Voyé, op. cit.

18Le processus de recomposition permanente fait intervenir plusieurs acteurs : İBB, riverains, passants, occupants de la muraille. Mais lorsque l’on essaie de définir les enjeux, l’image se brouille. Du point de vue de la confrontation entre autorité et occupants du terrain, on observe des décalages : le projet officiel se borne à un investissement symbolique au niveau macro­sociologique (turquifier la mémoire de la muraille par l’évocation exclusive de la conquête), alors que pour les occupants permanents l’enjeu est la survie économique (logement et travail). Même les enjeux sécuritaires sont décalés : l’İBB considère les risques de chutes de pierres, les riverains réclament un « nettoyage » contre les agressions (réelles ou fantasmées). Les enjeux sont plus lisibles dans la confrontation des groupes en présence sur le terrain : entre riverains intégrés sur le plan économique (inté­grés au mode de production) et occupants en marge du système, c’est l’opposition qui résulte de la confrontation entre normalité et anormalité. À ce sujet, à Topkapı comme ici, c’est peut-être la « peur économique » (l’angoisse d’être éjecté du système dont parle R. Sennet19) qui produit la volonté de mise à distance de l’image du risque, de la vision de ce que l’on peut deve­nir. Ainsi, il faut aussi lutter pour conserver au quartier où l’on habite son image de respectabi­lité, en éloignant les marginaux. Les confronta­tions entre occupants de la muraille expriment plus simplement encore la lutte pour une ressource (logement et lieu de travail). Enfin, la lutte pour la survie implique également une lutte pour l’identification par l’appropriation symbolique d’un territoire, d’autant plus que ces occupants, hormis les tziganes, sont géné­ralement issus du monde rural, et caractérisés par la volonté d’enracinement spatial (à l’inverse du modèle cosmopolite, opposition évoquée plus haut avec l’école de Chicago ou l’analyse de J. Rémy et L. Voyé). Seulement, on a vu que cette appropriation symbolique ne touchait qu’une partie des occupants (jardiniers, rési­dents permanents, certains passants), et qu’elle se fixait plus sur des portions que sur l’ensemble de la muraille.

19Le processus de recomposition permanente à l’œuvre sur la partie sud de la muraille est ainsi complexe et traversé de décalages au niveau des enjeux. Il se caractérise aussi par une extrême vitesse de changement, ce qui ouvre un espace indéfini à de multiples possi­bilités d’appropriation. Il en résulte au final une structuration chaotique du territoire, à la fois sur le plan matériel et symbolique. Cela amène entre autre à réfléchir sur l’absence de projet global et politique pour ce territoire.

20Nous allons finir sur cette question avec une illustration particulière : celle de la recomposition actuelle du site de Topkapı. Côté extérieur par rapport à la vieille ville, entre la trouée et la porte historique de Topkapı, s’étend un vaste espace en recomposition, bordé à l’est par la muraille et à l’ouest par les grands axes de circulation. Jusqu’en 1996, il y avait ici l’otogar européenne d’Istanbul, qui fut détruite pour être reconstruite dans la lointaine banlieue d’Esenler (par le Professeur Mehmet Çubuk que nous retrouverons plus loin). Toute une zone d’activité commerciale s’était développée autour de l’otogar bourdonnante, et avait même été baptisée l’ucuz kapalı çarşı, en référence au grand bazar du centre historique, et que l’on pourrait traduire par le « grand bazar du pauvre ». Avec le déplacement de l’otogar, la municipalité décide de raser la zone : les bâti­ments de l’otogar, mais aussi toutes les installations commerciales sauvages. À la place, un projet assez vague de construction d’espaces verts est monté. Le « nettoyage » de la zone donne lieu à des affrontements et l’armée doit intervenir, notamment en 1997. Aujourd’hui, une partie de l’ucuz kapalı çarşı est toujours debout, à l’extrémité ouest de la zone. Une otogar chaotique pour minibus de banlieue s’est développée sur une portion goudronnée de l’es­planade. Une seule zone d’espaces verts a été construite, non loin de la porte historique : un espace clos par des murets, invariablement désert, aux abords mal soignés. Sur le linteau d’une des portes d’entrée, une plaque dorée rappelle le nom et la date du constructeur (İBB, 1999). Ces jardins montrent notamment comment la municipalité se met en scène. Mais ici, peu de public pour applaudir. Tout autour et entre ces espaces, un gigantesque espace de gravats, de remblais, de ruines. Le tableau fait penser à une ville après un bombardement. Seules deux mosquées ont échappé à la destruction, et forment deux îlots au milieu de cette étendue dévastée. Au rez-de-chaussée et autour de chacune d’elle, subsistent quelques échoppes actives. Pour le moment, aucun projet d’ensemble pour la zone, l’İBB n’a pas encore pris de décision pour un programme global. Quelques parcelles doivent apparemment devenir encore des espaces verts, mais la seule certitude qui règne ici, c’est qu’il est main­tenant interdit à quiconque de s’installer sur ces terrains. Peu après les destructions cepen­dant, le commerce est revenu, installé sur les gravats, au milieu des ruines. Un vrai marché sauvage, par ailleurs très fréquenté. Un autre axe d’étals, sous bâches cette fois, s’est aussi remis en place entre la porte historique et l’échangeur près de la station de tramway. Régulièrement, la municipalité vient « netto­yer » la zone. Et tout aussi régulièrement, après un temps plus ou moins long, le commerce sauvage revient s’installer sur la zone.

21Le site de Topkapı présente ainsi un version caricaturale du processus de recomposition à l’œuvre sur notre terrain. L’espace matériel est soumis à des changements marquants, et on peut hésiter entre recomposition et décompo­sition pour qualifier ce processus. En effet, rien ne semble devoir s’imposer pour remplacer l’ancienne organisation de l’espace. Le pouvoir politique avait un projet pour détruire le site, mais aucun projet solide pour après la destruction. Cette destruction a amené des résistances, parfois violentes (affrontements), parfois plus détournées (réinstallations progressives). Après cette phase, le site est devenu, depuis quatre ans, le théâtre de réinvestissements récurrents. Mais pourquoi le commerce revient-il alors que l’otogar n’est plus là ? Dans la structuration particulière du commerce stambouliote, est-ce l’offre qui fait venir la demande, ou l’inverse ? Est-ce l’échoppe qui fait venir le client, ou la présence du client qui fait venir l’échoppe ? Retrouvons ici le pôle spatial. Il y a en fait sur ce site une « inertie » de l’espace : l’existence durable de cette zone de commerce a marqué l’espace au-delà des interventions, mêmes bru­tales, de destruction de la zone. En l’absence de projet post-destruction ou de réinvestissement symbolique par l’un ou l’autre acteur, c’est la force d’inertie de l’ancienne fonction qui perdure. La tolérance à l’égard du commerce illégal facilite ces phénomènes de disparition- réapparition rapides des étals. Le site de Topkapı semble ainsi hésiter, balancer, entre un passé qui ne veut pas mourir et un futur qui ne veut pas naître. Le rôle conjugué de l’effet de lieu observé ici et de l’absence de projet poli­tique aboutit à un processus de recomposi­tion permanente qui donne à cet espace le visage de l’indécision.

22Après avoir évoqué le processus de recom­position qui touche la partie sud de la muraille, on peut s’interroger sur le devenir de la partie nord : quand cette zone sera touchée par les opérations de rénovation, le même processus sera-t-il observable ? Il semble que nous puis­sions voir aujourd’hui deux moments de la muraille : son passé au nord, son avenir au sud. Aucune opération n’est pour le moment pro­grammée sur la partie nord, car le côté extérieur de la muraille est en bon état, et le terrain en contrebas entretenu par la Mairie. Les habitants de la partie nord qui se sont approprié la muraille par les jardins de leurs maisons ne semblent pas s’en inquiéter pour le moment. Fatum oriental ou méconnaissance des méca­nismes institutionnels de décision ? Un peu des deux sans doute. Donnons la parole à Mehmet et son fils Attila, assis au soleil devant leur mai­son près du Tekfur Saray :

« de toute manière, c’est la banque mondiale qui paie, il n’y a pas d’argent en Turquie ! Personne ne sait ce qui sera restauré. Si la banque mondiale donne des sous, il y aura des travaux, mais pour l’instant, ça ne bouge pas, par ici... ».

23Le processus de recomposition permanente qui touche la muraille montre donc la tension entre les modalités d’intervention publique et les modes d’occupation locale. Ce processus induit un passage entre deux états :

  • un état stable, où le bâti est détourné, mais où l’occupation est organisée, normative (section nord) ;

  • un état instable où le bâti est relevé puis par­tiellement dégradé, et où l’occupation est sauvage et polymorphe (section sud).

24En analysant ce qui est à l’œuvre dans le processus de recomposition de la muraille de Théodose II à Istanbul, on cherche encore à répondre à cette question : comment définir cet espace ? Suivant l’exemple de J. Rémy et L. Voyé, nous aborderons pour clore ce chapitre la question de l’agression et de la violence, phénomènes concrètement présents et observables, mais aussi fantasmes sans cesse alimentés par le jeu mouvant des confrontations autour de la muraille. L’analyse de la violence sur la muraille devrait contribuer à faire avancer la compréhension, sur notre terrain, de la territorialité et de la structuration de l’espace.

La violence

25Les faits de violence et les agressions, verba­les et physiques, sont présents sur la muraille. Le concept de violence doit être ici précisé : il peut désigner, dans le langage commun, les actes de violence physique. J. Rémy et L. Voyé élargissent la notion avec le concept de violence symbolique, qui désigne la force d’im­position ou de contrainte qui pèse sur les indi­vidus, force issue du consensus, de la norme sociale. Cette violence peut être dite symbolique dans la mesure où elle n’implique pas d’acte physique, mais l’exclusion de ceux qui s’op­posent au modèle dominant. Ainsi, « cette imposition arbitraire handicape l’expression de possibilités et de solutions alternatives ». La violence est ici directement liée à l’ordre social et à sa reproduction.

26Dans cette optique, la muraille est un lieu marqué par la violence symbolique, mais où celle- ci ne s’exprime plus directement. Expliquons- nous. La muraille a une fonction de marge, et de soupape. Les travailleurs ou résidents sont ainsi des individus ou des groupes victimes de la violence symbolique et exclus du système. Ils trouvent dans la muraille un lieu de fuite (à court ou moyen terme) de cette violence, où ils peuvent reconstruire pour un temps des règles internes différentes. Les passants, eux, fuient pour un temps court l’espace contrôlé par la violence symbolique et peuvent avoir sur la muraille des pratiques déviantes sans pour autant être exclus de la société et du modèle dominant.

27Mais nous nous intéresserons ici plus parti­culièrement aux phénomènes d’agression et de violence au sens commun, en situant aussi notre approche dans la lignée de J. Rémy et L. Voyé. L’analyse de l’agression et de la violence en lien avec la territorialité pose le problème des définitions inadéquates de la territorialité. Agression et violence peuvent ainsi exprimer des

« définitions inadéquates de la territorialité, soit par surproduction, soit par manque d’espace significatif, soit par absence de régulation des conflits ».

28Ces inadéquations et la signification des agressions doivent être mises en rapport avec le projet sociétal, selon que celui-ci donne la priorité aux forces centripètes ou aux forces centrifuges.

29C’est dans cette optique que nous allons interroger les agressions et violences sur la muraille. Pour commencer, quels sont les faits ? Les agressions sont rares pendant la journée. Au niveau du matériau directement recueilli, nous avons été victime de deux tentatives d’agression, mais assez légères. La première a eu lieu sur le donjon d’Anemas, alors qu’un groupe d’adolescents (les grands frères du groupe d’enfants guides-racketteurs) se sont interposés pour nous interdire un accès aux souterrains du Palais des Blachernes. La seconde a eu lieu à la crypte squattée de Silivrikapı, en l’absence d’Elias, notre contact sur le site. Les quatre personnes qui étaient là étaient en état d’ébriété et ont mal pris notre arrivée pour commencer, et après explication, notre départ sans avoir partagé la libation. Dans les deux cas, le contact a pu être rompu avant l’agression physique. Pour le reste, peu d’agres­sions verbales (un faux gardien d’église ortho­doxe à Edirnekapı), parfois quelques chiens méchants. Des traces de violence sont en revanche visibles : éclats de verre, individus éborgnés. La violence est parfois potentielle, et affichée dans les regards et les attitudes. Dans ce registre, nous avons surpris plusieurs scènes de violence potentielle due à des intru­sions dans des scènes cachées, généralement de trafic.

30Il semble que pour mesurer réellement cette violence, il faille passer la nuit sur la muraille. Nous avons pu y passer quelques tombées de la nuit, mais pas de nuit entière. D’après les discours des différents groupes, c’est en effet la nuit que se produisent le plus de violences. Ce fait peut être confirmé empiriquement : c’est la nuit que se passent les pratiques les plus porteuses de violence en général : soûleries, toxicomanies, trafics, prostitution (ces pra­tiques ne sont pas forcément violentes elles- mêmes, mais peuvent provoquer l’irruption de violences). Il semble cependant que le discours des riverains, celui qui parle le plus de ces violences, soit caractérisé par une surdétermi­nation de la muraille dans le registre de la violence. Ces affirmations très subjectives sont à rapprocher de ce que nous avons déjà dit sur les confrontations des groupes en présence et sur leurs représentations de la muraille. Cette surdétermination dans la violence traduit ainsi le conflit et la peur, mais également une stratégie visant à appeler l’intervention publique.

31Considérons maintenant l’ensemble des pra­tiques violentes et agressives, ainsi que les transgressions, et interrogeons-les sous l’angle de l’analyse de J. Rémy et L. Voyé : sommes- nous dans un espace ouvert ou fermé, le projet sociétal met-il en avant le centripète ou le centrifuge ? La volonté de vivre-ensemble est immédiatement décelable à Istanbul, sur les marchés, dans les rues, dans les cours, dans les immeubles. Certains moments de l’année donnent particulièrement à voir des pratiques de solidarité, comme par exemple le partage de la viande avec tous les pauvres lors du Kurban Bayramı (fête du sacrifice), toutes pratiques fortement théâtralisées dans la ville. Mais la « ville musulmane » d’Istanbul est confrontée à la modernité, on l’a vu, et cette confrontation génère des tensions (d’autant plus fortes que l’intensité de la confrontation augmente avec la nécessité de sortir de la crise). Le modèle occidental est ainsi rapidement intégré et modifie la norme : le niveau moyen de satisfaction se déplace, le champ des possibles s’étend poten­tiellement, alors même que les ressources nécessaires pour acquérir ce niveau de satis­faction se font plus rares. La tension augmente, et génère des transgressions plus nombreuses, plus violentes, expressions de frustrations grandissantes. C’est aussi dans ce contexte qu’il faut comprendre la montée de l’islamisme et les crispations de l’ordre moral. Ces transgressions s’expriment, entre autres lieux, dans la muraille.

32Au niveau global, l’intérieur et l’extérieur de la muraille s’opposent dans les pratiques et les représentations. Vue de l’extérieur, la muraille exprime l’échec social ou le refus du système, la marginalité, le rejet du vivre-ensemble. Elle se caractériserait donc par l’expression de forces centrifuges. Vue de l’intérieur, des formes d’or­ganisation sociale différentes mais qui cohabitent cahin-caha se structurent en opposition à l’extérieur (mais sans contestation radicale du système dominant), et peuvent parfois faire bloc, contre la Mairie ou la police. De ce point de vue, ce sont les forces centripètes qui semblent dominer. Au niveau local, main­tenant, de ce qui se passe dans la muraille, à l’intérieur uniquement, la perspective semble s’inverser. Les pratiques déviantes peuvent relever du centrifuge à l’échelle microsociologique : volonté d’isolation (pour se libérer des pressions de l’ordre social et laisser sortir le refoulé) et agressions contre les intrusions. Notons cependant ici que certaines violences sont endémiques aux trafics et à la prostitution.

  • 20 Cité par J. Remy et L. Voyé, op. cit.

33La muraille offre au premier regard l’impres­sion d’un espace clos : hauts murs, portes d’entrée ou brèches, opacité (espaces intérieurs invisibles de l’extérieur). En réalité, c’est, le jour tout au moins, un espace où les entrées et sorties sont libres, où le contrôle est faible, caractérisé par l’absence de règles officielles et le surgissement possible de tous types d’événements. Voilà qui caractérise plutôt un espace ouvert. Si on suit l’analyse de R. Sennet20, c’est un espace qui peut exprimer le centripète : lieu des possibles, des rencontres, de l’imprévu, lieu « d’affrontement des différences aléatoires et imprévisibles ».

34De fait, cela est possible le jour, et nous avons pu explorer la muraille pendant une année en étant souvent surpris, et en rencon­trant beaucoup de gens différents. Cependant, on l’a dit, tout change le soir. L’espace est alors soit défendu par ses occupants, soit investi par de petits groupes aux pratiques déviantes, transformant cet espace ouvert en arène. Dans les deux cas, c’est le repli sur soi qui domine. Centripète le jour et centrifuge la nuit ?

35Plutôt que d’aborder la question dans des termes tranchés, il faut donc considérer la tension entre les deux pôles de cet axe d’analyse, et envisager avec J. Rémy et L. Voyé

« l’articula­tion amenant à prendre comme élément central la composition du centripète et du centrifuge, en s’interrogeant sur la pondération entre chacun des pôles ».

Niche transformée en poubelle sauvage

Niche transformée en poubelle sauvage

36La muraille est ainsi un puzzle aux formes changeantes, car prise dans un processus de recomposition perma­nente qui ne permet pas pour le moment à une forme dominante de se fixer. Ce territoire s’autonomise par les fonctions qu’il remplit et que nous avons évoquées. Mais il conserve un visage chaotique et un polymorphisme mou­vant. On peut relier cette recomposition aux processus qui touchent aujourd’hui Istanbul, et au-delà la Turquie : balancement et tensions entre deux modèles, marche forcée vers la modernité et apparition de nouvelles formes dans la ville, confrontations de l’ancien et du nouveau, américanisation des élites, réponses positives aux processus de mondialisation, réactions et crispations... L’analyse du proces­sus de recomposition de la muraille peut être rapportée aux déséquilibres plus globaux qui affectent la société turque.

37La muraille est un territoire complexe. Ce territoire permet et produit des pratiques et des représentations, alors même que l’action des acteurs en place le modifie. La muraille est bien segmentée, comme nous en avions l’intuition. Les différentes fonctions de la muraille se retrouvent dans une micro-segmentation complexe où territoires et temporalités se chevauchent, se différencient, interfèrent. Deux grandes zones sont identifiables, dont la différenciation éclaire l’analyse du processus de recomposition permanente qui touche la muraille. L’analyse de ce processus et du phénomène de la violence évoquent la figure d’un territoire chaotique et polymorphe qui ne se fixe pas sur un modèle stable. Cette analyse nous ramène à la figure de l’indécision dont nous avons parlé plus haut : bien au-delà des indécisions politiques, il s’agit de l’indécision d’un espace, des retournements multiples et rapides de situation, et de l’imprévisibilité du processus de recomposition. Muraille domestique, muraille sauvage... muraille indécise ? Tout cela contribue à faire de la muraille terrestre d’Istanbul un lieu coupé aujourd’hui du développement de la ville, alors même que sa forme et sa position avaient contribué à en façonner le visage.

Notes

17 « Patrimoine historique et développement urbain, la muraille terrestre », Lettre de l’OUI, 1, Istanbul, 1989.

18 Ville, ordre et violence, Paris : PUF, 1981.

19 Cité par J. Remy et L. Voyé, op. cit.

20 Cité par J. Remy et L. Voyé, op. cit.