La muraille, frontière mise en scène

Histoires de cartes

1Nous l’avons vu plus haut, la muraille de Théodose II a été une frontière pendant 15 siècles. Les cartes l’attestent. Nous avons pu faire des recherches cartographiques et remonter jusqu’en 1422. De cette carte de 1422 à celle de 1951, la ville historique est bien contenue dans les limites du rempart. L’analyse de ces cartes nous révèle plus que le simple plan de la ville. En effet, jusqu’au XIXe siècle, elles ne ressem­blent guère à nos cartes actuelles, vues de haut, codifiées mais se voulant objectives. L’échelle et les proportions ne sont pas respectées, les vues ne sont pas aériennes, l’observateur semble être situé sur un promontoire, les légendes sont rares et en tout cas bien différentes de main­tenant. La question n’est pas de savoir quel crédit on apporte à ces cartes. Pour ce qui nous intéresse, les textes et les fouilles confirment que des territoires non urbanisés s’étendaient au-delà de Topkapı et d’Edirnekapı. Ce que ces cartes nous apprennent, ce sont les états suc­cessifs des représentations collectives de la ville et de son environnement.

Les murailles de Constantinople selon une représentation du XVe siècle

Les murailles de Constantinople selon une représentation du XVe siècle

Plan de Buondelmonte, conservé au Vatican

2La fonction militaire de la muraille transpa­raît fortement sur ces cartes : remparts démesurément hauts, tours massives et puissantes, ori­flammes et parfois hommes d’armes en poste. À l’intérieur, c’est le réseau dense des maisons et des bâtiments, parfois seuls les bâtiments importants sont figurés. La ville, Constantinople ou Istanbul, donne à voir un visage choisi, pré­sente son rôle : capitale religieuse, impériale, militaire ou économique. La communauté est unifiée et protégée. C’est aussi la mémoire qui se donne à voir ici, et l’évolution cartographique montre ce travail de la mémoire, l’évolution de ses cadres et du projet sociétal. La représenta­tion de l’intérieur de la ville change ainsi, alors que la barrière du rempart demeure, même quand la fonction militaire est dépassée, dans le courant du XIXe siècle. La mémoire de la muraille frontière se reproduit donc. De plus, dès les débuts de l’Empire byzantin, la muraille est le théâtre d’une mise en scène, celle des entrées de l’Empereur dans la ville. Cette entrée se fait par une porte choisie (ce fut longtemps la Porte d’or de Yedikule) et selon un cérémonial précis. Ce rite se perpétuera sous l’Empire ottoman. Prise de possession et légitimation du pouvoir de l’Empereur, ce rituel théâtralisé instaure aussi avec force la forme de la ville : dans son plan, dans ses limites, et dans son image !

3Nous ne nous lancerons pas ici dans une analyse symbolique de ces rituels d’entrée. Ce qui nous intéresse, c’est de voir comment cette hypothèse de muraille-frontière mise en scène puise ses racines dans le passé. Barrière physique et représentation collective de la frontière sont inséparables. Le travail de la mémoire a porté jusqu’à aujourd’hui cette représentation. Mieux : dès l’antiquité tardive, cette frontière est mise en scène, et le sera jusque sous l’Empire ottoman.

4Mais avant de faire le saut jusqu’à la mise en scène d’aujourd’hui, prenons un instant pour considérer la muraille frontière dans sa maté­rialité actuelle.

La barrière physique

5La muraille semble toujours aujourd’hui être un obstacle physique, mais dans quelle mesure ? Dans les années 1950, une rocade est construite pour desservir la vieille ville et la mettre en relation avec les nouvelles zones de construc­tion qui essaiment à ses portes. C’est le temps notamment de l’industrialisation hors les murs. Cette rocade est construite le long de la muraille, à l’extérieur. Là, la muraille a imprimé strictement sa forme à la construction de la rocade. Obstacle incontournable. Mais le perce­ment des voies de chemin de fer, puis de circulation à travers les murs (Topkapı, Ulubatlı, Edirnekapı), montre bien d’un autre côté que cet obstacle peut être facilement balayé par les bulldozers. Obstacle certes, mais finalement fragile...

6Les quartiers d’habitation situés de part et d’autre de la muraille ne communiquent pas entre eux pour une raison matérielle, l’éloignement. En effet, côté intérieur, les maisons arrivent souvent jusqu’au pied de la muraille, ou à 100 mètres maximum. Côté extérieur, les habitations les plus proches sont en revanche situées à 500 mètres de la muraille. Entre les deux, des cimetières, des zones industrielles, des entrepôts des garages des espaces verts ou des terrains vagues (la petite enclave résiduelle à hauteur du Tekfur Saray est une exception insignifiante). Il y a bien une forme de frontière qui sépare deux espaces distincts, mais il ne s’agit pas que de la muraille, c’est en fait toute la bande de territoire non résidentiel.

7Aujourd’hui, la circulation automobile, qui semble être le seul vecteur de décision au niveau des tentatives de planification urbaine, bour­donne autour de la muraille. Deux axes clas­siques de circulation se croisent : les pénétrantes (est/ouest), qui mettent en communication la vieille ville avec l’extérieur, les rocades (nord/sud), qui relient la mer de Marmara, la Corne d’Or et plus loin la rive asiatique par les deux ponts sur le Bosphore. Les grands axes peuvent donner une impression de circulation en étoile, mais si l’on considère l’ensemble du réseau urbain, la situation est plus compliquée, du fait de l’urbanisation chaotique. Quoiqu’il en soit, cinq gros pôles d’échangeurs « dispatchent » la circulation automobile le long de la muraille.

8Ces cinq grands passages sont, du sud au nord : la Kennedy Caddesi à l’emplacement de la Mermerkule kapısı, la trouée de Topkapı, la trouée d’Ulubatlı, la trouée d’Edirnekapı, et enfin l’Ayvansaray Caddesi sur les bords de la Corne d’Or. Des passages plus petits fonction­nent, six à l’emplacement de portes (très étroites), un à l’emplacement d’une petite trouée près d’Edirnekapı. Nous avons fait des comptages voitures et piétons pour deux passages des­tinés aux deux usages : à Eğrikapı, 80 voitures pour 60 piétons à l’heure. À la petite trouée intermédiaire près d’Edirnekapı, 300 voitures pour 90 piétons à l’heure, aux heures de grande circulation. L’automobile chasse peu à peu le piéton de partout. Les accidents sont nombreux à Istanbul, où l’automobiliste a d’ailleurs à la fois priorité et gain de cause, du moins sur le terrain et de facto. La circulation humaine, sur laquelle nous reviendrons dans le chapitre suivant, est pourtant dense elle aussi autour de la muraille. De nombreux piétons courent aux feux et aux passages cloutés (purement symbo­liques et nullement sécurisants) sur les carrefours extérieurs. Ils empruntent aussi les petites portes historiques dont la taille conviendrait mieux à un usage piétonnier mais qui sont ouvertes aux voitures qui passent en perma­nence. Des kâhya autoproclamés y font la circu­lation armés d’un sifflet. Marginaux souvent affublés d’une casquette au sigle municipal, ils vivent des pourboires des automobilistes et se font fréquemment remplacer par des enfants des rues le temps du repas ou de la prière.

9Mais le domaine exclusif du piéton, c’est la muraille et par endroits la bande verte qui la borde. Éboulis, chemins et sentiers, et même parfois échelles créent un véritable micro-réseau touffu de circulation piétonne. Les tracés de ce réseau se situent au croisement du travail de l’homme et de la nature. Les séismes ont grandement contribué à ouvrir des brèches, comme les dégradations naturelles et l’absence d’entretien. Mais parfois, des passages ont été volontairement creusés. En d’autres endroits, c’est la rénovation de portions du rempart qui a modifié ou induit certains passages. Les buts des trajets sont variés : courses, déambulations, planques. Peu de trajets domicile-travail, et de toute façon peu de trajets purement « utilitaires » pour les simples passants. La chose est bien évidemment différente pour les personnes qui travaillent et/ou habitent dans la muraille.

Passages officieux et officiels à travers la muraille

Passages officieux et officiels à travers la muraille

10Prenons maintenant le problème dans l’autre sens et évoquons les obstacles à la circulation et aux passages, tout aussi révélateurs dans notre perspective. Ce qui se donne à voir avec le plus d’évidence, c’est la matérialité brute du bâti. Sa taille, dans les portions en bon état, en fait encore un rempart massif. L’absence de la moindre brèche ou porte, par exemple entre Edirnekapı et Eğrikapı, rend tout franchisse­ment impossible. Notons à titre de remarque que cette impression peut parfois être trompeuse : l’absence de passage visible ne signifie pas qu’il n’y en ait pas, cachés ou gardés. Ces pas­sages aboutissent alors en général à des lieux très reculés où il peut se passer en fait beaucoup de choses : campements tziganes, trafics, toxi­comanies, pratiques sexuelles. Ceci mis à part, le bâti conditionne encore largement la circulation piétonne.

11Lors de nos sorties sur le terrain, en parti­culier dans les phases de relevés et pendant les observations postées, nous avons cherché quels pouvaient être les obstacles et modificateurs de parcours autres que le bâti de la muraille elle- même. Nous avons relevé la présence de grilles à Ayvansaray (certaines mises en place par la Mairie, d’autres par des occupants du rempart), l’eau, voire les inondations en hiver et par temps de pluie, toujours à Ayvansaray, des gril­lages et des barbelés posés par la Mairie à Topkapı, et des chantiers temporaires, de voirie ou de rénovation de la muraille. Peu de choses, en réalité. Un obstacle autrement plus con­séquent est l’obstacle humain ! En effet, cer­taines zones de la muraille jouissent d’une réputation assez terrifiante, ce sont des zones où « il ne faut pas aller ». Ces conseils s’appliquent parfois à des moments : « il ne faut pas y aller la nuit », ou encore « dès six-sept heures, c’est dangereux ». Les campements de tziganes ne sont pas les seuls visés : les zones de rési­dence des hurdacı (récupérateurs) et certaines zones connues pour être des zones de « déprava­tion » (Mevlânakapı, Edirnekapı...) sont aussi concernées. À d’autres endroits, des squatters ou des bandes d’enfants défendent des terri­toires appropriés. Enfin, l’errance de nombreux chiens semi sauvages et parfois agressifs vient s’ajouter à tout cela, entre Yedikulekapısı et Topkapı.

12La notion même de frontière physique semble donc se complexifier, en tout cas se décliner de plusieurs façons. Le bâti seul perd son caractère exclusif. Nous pouvons parler également de double barrière si nous regardons la muraille et la rocade qui lui est accolée. Elles se suivent, on l’a dit, sur presque sept kilomètres. La circula­tion sur cette rocade est toujours dense, rapide, bruyante. Elle détermine les trajets des voitures, leur « dispatching » aux échangeurs, leurs entrées et sorties entre vieille ville et quartiers extérieurs. Elle est pour les piétons un obstacle réel et dangereux et sa traversée demande du temps et de vrais efforts. Cette rocade au dessin engendré par celui de la muraille serait-elle aujourd’hui la vraie frontière physique ? Lors d’un entretien, l’urbaniste Güzin Kaya compare la muraille et la rocade. Avec la muraille, nous avons les trois dimensions : longueur, largeur et hauteur. Physiquement, la rocade n’en propose que deux : longueur (sept kilomètres) et largeur (20 mètres). Et la troisième dimension ? Prenons les mots de l’interviewée :

« je trouve que la route... d’une certaine largeur, à partir d’une certaine largeur, devient la nouvelle muraille, hein, il n’y a pas de troisième dimension, mais la troisi­ème dimension est constituée par la vitesse des voitures ».

13Sur le plan matériel, la frontière est donc réelle, mais c’est un ensemble complexe formé de plusieurs éléments. La muraille elle-même y perd son primat. La muraille frontière est-elle plus à chercher dans sa dimension symbolique ?

14Intéressons-nous donc maintenant aux dis­cours et aux pratiques qui véhiculent fortement cette vision de frontière pour caractériser la muraille. Le phénomène majeur reste le développement des opérations de rénovation qui s’est systématisé à partir de 1986. La muraille est alors sortie de son relatif anonymat pour devenir un enjeu urbain et historique. L’acteur principal de ce scénario est la Municipalité métropolitaine d’Istanbul qui nous intéressera dans ce chapitre, car c’est elle qui propose nous semble-t-il la mise en scène de la muraille fron­tière.

Le metteur en scène

15La rénovation de la muraille ne date pas de l’inscription d’Istanbul au patrimoine mondial de l’humanité par l’Unesco. Les premières rénovations ont débuté dès l’empire byzantin, après les séismes ou les attaques de la ville. Il y avait d’ailleurs à cette époque des rénovations comme des modifications. À partir du XIXe siè­cle, cependant, la muraille perd sa fonction mili­taire défensive avec l’augmentation de la puis­sance des canons navals. Une période de lente agonie commence. Les dégradations, dues aux tremblements de terre, à la pollution, aux utili­sations inadaptées, augmentent dans les années 1950, lors de la première explosion urbaine. Quelques timides opérations de rénovation commencent à la fin des années 1950, très localisées. En fait, seule la forteresse de Yedikule, en grande partie de construction ottomane, sera réellement rénovée. Ailleurs, la muraille est couverte d’un réseau dense de gecekondus (lit­téralement « posé la nuit », nom donné en Turquie à l’habitat spontané, construit sans autorisation) et de petits ateliers.

16En 1986, les premières opérations systéma­tiques de dégagement et de rénovation commencent. Entreprises à la va-vite et sans consul­tations archéologiques, elles aboutissent à un résultat clinquant et étrange qui est l’objet de vives critiques relayées par les médias. Une tentative de restauration archéologique est alors menée avec deux architectes spécialisés sur une toute petite portion près de Yedikule. Depuis, la rénovation continue, mais sur l’ancien mode. Les parties rénovées donnent ainsi une impression de patchwork anarchique. Les parties privilégiées ont été les portes : portes de la conquête par Mehmet le conquérant d’abord, puis certaines autres. Quelques tronçons çà et là ont également subi des travaux. L’ensemble donne donc une impression de vaste mise en scène, bien visible, grandiloquente, mais bancale.

17Nous avons rencontré les services de l’IBB (İstanbul Büyükşehir Belediyesi, Mairie du Grand Istanbul), qui est le propriétaire et le maître d’ouvrage de tout cela. Concrètement, l’IBB commande des opérations de rénovation sur de petites portions de murs. Elle est aidée financièrement par des organismes interna­tionaux, dont la Banque Mondiale. Elle fait un appel d’offres puis choisit le projet d’une entre­prise. Dix entreprises différentes se sont succédé depuis 1992, qui ont donné autant de versions différentes des tronçons rénovés. C’est actuellement une seule et même entreprise qui réalise les chantiers. Cette entreprise n’est pas spécialisée dans ce type de travail. Nous avons rencontré un ingénieur et un chef de chantier, ainsi que des ouvriers, à des endroits et des moments différents. L’un d’entre eux, le premier, a été plus bavard que les autres. D’après lui, l’İBB fournit d’abord un cahier des charges très strict. La priorité est donnée aux endroits dangereux. Ainsi, la rénovation de la portion de Silivrikapı a-t-elle fait suite à une mort causée par un écroulement. Après avoir dans un premier temps vanté son entreprise, il déclare par la suite être conscient du gâchis de ces travaux, réalisés sans étude préalable et sans savoir-faire spécifique à ce type de chantier. Il finira par déclarer « je sais bien, on fait de la merde, mais c’est comme ça ». Par ailleurs, des voix ont mis en cause le principe actuel d’attri­bution de ce marché à une même entreprise.

Travaux de « restauration » en 2001

Travaux de « restauration » en 2001

18À la Mairie, nous rencontrons deux services, celui de la Direction de la construction des bâtiments, et celui de la Direction de la pro­tection de l’environnement des monuments historiques. Ces deux services sont censés être les principaux responsables de la gestion du dossier muraille. Ils confirment le mode de program­mation des opérations de rénovation : il s’agit uniquement des priorités en termes de sécurité. Ainsi, depuis le tremblement de terre du 17 août 1999, y a-t-il en continu un chantier en cours. Mais un premier constat s’impose alors que nous sommes reçus dans les bureaux, avant même de s’intéresser au discours. Lorsque nous demandons des informations ou des dossiers sur la muraille, il y a d’abord un petit vent de confusion. Quelques subalternes partent cherc­her des dossiers dans d’autres pièces, ne trouvent rien, repartent. Les recherches aboutissent enfin : le service officiellement chargé de la rénovation de la muraille ne trouve qu’un petit dossier de quelques pages sur la rénovation de deux tours entre 1991 et 1993. Nos interlocuteurs ne pourront nous en dire plus. Il ne semble pas que nous ayons eu affaire à du secret ou de la dissimulation d’information, car plus tard dans l’entretien nous serons confrontés à cela en cherchant à nous procurer un énorme et pas­sionnant atlas à usage interne de photos aérien­nes de tout Istanbul. Les attitudes différentes ne laisseront pas de doute.

19Qu’en conclure ? Tout d’abord, il n’y a pas de coordination entre les différents services chargés du dossier, qui s’ignorent. Cette carac­téristique de l’administration pléthorique et chaotique est peut-être héritée de l’administra­tion ottomane, mais pour la muraille cela se double d’un autre problème : il n’existe pas de plan d’ensemble pour la muraille, au niveau de sa rénovation, de projets à moyen terme, de son inscription dans un schéma directeur. Rien. Donc le flou règne qui autorise à bien d’impro­visations. Le réseau décisionnel se perd dans les hautes sphères. Un système s’est mis en place, en fait, et fonctionne de lui-même : une entreprise plus ou moins liée à la Mairie réalise des travaux (et s’arrête quand la Mairie ne paie plus) sur les portions qui ont souffert du dernier tremblement de terre.

20De ce fait, les discours que nous avons pu recueillir sur la muraille sont courts ou inexistants. Au pire, il ne s’agit que d’un site touristique parmi d’autres. Au mieux, on nous a dit que des opérations de « nettoyage » seraient réalisées pour chasser les jardiniers (de Yedikule à Mevlânakapı). Rien sur l’histoire ou la conservation, rien sur le patrimoine, rien non plus sur l’occupation humaine actuelle, hormis le projet de détruire les jardins pour les remplacer par des espaces verts, rien sur la circulation automobile ou piétonne (cette absence de discours est à comparer avec les rares discours des « spécialistes » du patrimoine, qui sont presque exclusivement des architectes, avec un discours uniquement architectural sur la muraille. Quant à l’évocation de la muraille dans les médias, elle joue presque exclusivement sur le registre de la décrépitude).

21Piètre mise en scène, alors. Pourtant, un événement vient tous les ans contredire tout ceci. Le 29 mai, chaque année, est commémorée la « libération (ou conquête) d’Istanbul » (que l’on appelle la « conquête de Constantinople » en Europe) par le sultan Fatih Mehmet II, Mehmet le conquérant. Ce jour-là, à l’issue d’un long siège, cinquante janissaires profitant d’une erreur des Byzantins purent s’introduire dans la muraille et planter leur drapeau en haut d’une tour. Ce geste galvanisa les troupes et les Turcs déferlèrent dans la ville. Chaque année, le 29 mai, une cérémonie de reconstitution a lieu sur la muraille. Une porte est choisie (sans souci de vérité historique) et toute la matinée, discours, défilés d’enfants, reconstitution historique et parades militaires se succèdent. C’est le moment fort de la vie de la muraille dans l’imaginaire collectif des Stambouliotes. Sur le site, la muraille est parée de drapeaux turcs et ottomans, la télévision est là, et un public sans doute aussi nombreux que les participants et figurants. Les accès routiers sont bloqués et la rocade fourmille de policiers et de militaires. Les personnes que nous avons rencontrées lors de la cérémonie du 29 mai 2001 étaient galvanisées par un sentiment guerrier, sur lequel joue facilement le pouvoir politique, surtout certaines factions de celui-ci. Nous avons été saisis par la tension que faisait naître cette ambiance belliqueuse. Par ailleurs, deux portes, Edirnekapı et Topkapı, sont ornées d’une grosse plaque de marbre gravée, d’un mètre sur deux, qui rappelle ce jour de la conquête et l’entrée dans la ville de Mehmet II.

22Ainsi la mise en scène de la muraille fron­tière ne s’opère-t-elle qu’en référence à la conquête de la ville. La rénovation de parties de la muraille a bien eu lieu, mais d’abord pour répondre aux exigences, par ailleurs intéres­santes, du classement de la ville par l’Unesco, puis pour répondre aux impératifs touristiques des années 90, enfin pour des raisons de sécu­rité. On ne note aucun investissement sym­bolique du bâtiment dans son intégralité physique ou dans son épaisseur historique, tout restant polarisé sur le moment sacralisé de la conquête. Le processus de patrimonialisation semble ainsi inachevé, et de toute façon incom­plet. Cela d’autant plus que l’acteur principal, l’İBB, qui dispose des ressources matérielles et symboliques pour faire aboutir le processus, ne semble pas vouloir modifier son approche. Ce ne sont pas les quelques minorités ethniques ou les touristes cultivés (la muraille est quasiment absente des circuits de groupe) qui peuvent avoir aujourd’hui un poids sur le processus, pas plus dirait-on que les organismes interna­tionaux ou les éventuels financeurs européens.

23Bien, mais pourquoi cette polarisation exclusive sur la conquête ? C’est ici qu’il nous faut relier le local au global, et considérer d’une part le travail de la mémoire qui s’opère sur l’épaisseur historique d’Istanbul, et d’autre part certains aspects de la problématique identitaire turque.

La gestion du refoulé

  • 4 Les cadres sociaux de la mémoire, Paris : Albin Michel, 1994.

24La polarisation sur la conquête joue sur le registre belliqueux, mais surtout elle est excluante. Référence unique au milieu d’un foison­nement de faits historiques, sa présence exclu­sive est suspecte. Autrement dit, si l’on ne montre que la conquête, c’est que l’on veut cacher le reste. De manière consciente ou inconsciente. C’est un véritable travail de la mémoire qui s’ef­fectue ici, dans le sens de M. Halbwachs4. Tant les pratiques de rénovation que la remémoration de la conquête expriment les cadres collec­tifs de la mémoire et le projet sociétal à l’œuvre ici. Les premiers sultans ont été confrontés au problème des traces de leurs prédécesseurs. Les attitudes ont été diverses pour résoudre le prob­lème, mais toujours il a fallu imposer l’identité ottomane et le marquage de l’espace sur un sol où de multiples cultures ont laissé leur empreinte. Le fait que le prédécesseur direct ait été l’Empire byzantin, l’adversaire de la conquête, construc­teur de tant de bâtiments et de signes a encore accentué le problème. Ce problème identitaire se retrouve dans la Turquie d’aujourd’hui. L’avè­nement de la République en 1923 a voulu tourner le pays vers l’occident, mais les Turcs sont aujourd’hui encore déchirés entre des référents identitaires complexes et divergents. Le balance­ment entre plusieurs modèles de « faire commu­nauté politique » et les difficultés pour affirmer clairement une identité ont généré des tensions, qui ont elles-mêmes donné naissance à un sentiment nationaliste fort dans l’imaginaire collectif, comme une réponse rassurante aux indécisions face à l’extérieur... et au passé (alors que la question de l’antériorité est obsédante).

25Arrivés sur un sol « après d’autres », (alors que la question de l’antériorité est obsédante) en mal d’identité, il faut donc sur-affirmer les signes du groupe. Ainsi, les sultans ont con­struit des mosquées plus hautes que les églis­es, transformé ou rasé les bâtiments byzantins, et bien sûr bâti leurs propres constructions. Ce sont là des faits somme toute assez universels. Mais l’Empire ottoman disposait au moment de la conquête d’une puissance que n’a pas la République turque, et la nature des tensions y était différente. Nous n’écrirons pas ici l’his­toire de l’Empire ottoman et de la Turquie. Simplement, le passé pose problème aujourd’hui, car, d’une part, le malaise identitaire se fait crûment ressentir, notamment dans les villes avec la cohabitation d’élites occidentalisées et de paysans anatoliens, et d’autre part parce que malgré le travail de l’histoire et de la mémoire, de nombreux éléments du passé non-turc sont encore visibles et perçus comme problématiques.

  • 5 Dans son ouvrage sur Les trois monothéismes.

26Ces restes sont autant de « refoulé » que la quête identitaire veut taire. Jusque dans les années 1970, les restaurations concernaient presque exclusivement les sites ottomans. C’est l’époque où les autorités déclaraient à propos des sites byzantins ou plus généralement « non ottomans » « ça ne nous concerne pas, ce n’est pas notre culture ». L’avènement du tourisme de masse, et dans une moindre mesure l’action de quelques élites universitaires, ont changé les choses. Mais ces rénovations se situent d’une certaine manière hors du champ de la mise en scène officielle de la « prestigieuse histoire d’Istanbul ». L’élection d’une municipalité islamiste en 1994 et la montée en puissance du parti nationaliste d’extrême droite a renforcé le phénomène (au sujet de l’islam, on pourrait peut-être évoquer l’analyse de D. Sibony5 du mode d’affirmation de l’islam, qui arrive en troisième position dans la même généalogie monothéiste, et qui doit s’affirmer en référence-opposition aux deux religions précédentes). À l’opposition turc/byzantin s’ajoute une oppo­sition musulman/chrétien (on citera pour exem­ple les projets récents mais finalement aban­donnés de refaire de Sainte Sophie une mosquée). Le byzantin-chrétien est ainsi un refoulé, qui doit rester enfoui, ou tout au moins discret, si ce n’est dans les mises en scène touristiques.

27Le travail de mémoire s’opère donc dans ce projet, celui d’une société amnésique, pourrait-on dire. La muraille n’est de cette façon que le lieu qui rappelle, célèbre, met en scène la conquête de la ville, la victoire de la nation turque et de l’islam, l’affirmation de l’identité turque sur un espace à s’approprier matérielle­ment et symboliquement. Mais ce projet bute sur des difficultés. En effet, les signes du passé non-turc surgissent ou affleurent partout, parfois sur des objets ambivalents (turcs et non-turcs). Remparts, églises, colonnes, inscriptions, bâtiments divers sont nombreux, sans cesse rappelés par la présence de touristes ou d’archéologues. Nous retrouvons ici le poids de la matérialité de l’espace, le rôle de l’axe spatial dans la dialectique espace/social. Le combat symbolique donne ainsi lieu à une véritable gestion du refoulé, exprimant la tension entre la quête identitaire et un espace physique visible qui impose un rappel constant de ce refoulé.

28C’est nous semble-t-il dans ce sens qu’il faut interpréter la mise en scène partielle et très sélective de la muraille par le pouvoir politique, ainsi que les pratiques et les discours officiels qui touchent cet édifice. L’espace devient ici une ressource symbolique, une ressource pour construire la mémoire.

Notes

4 Les cadres sociaux de la mémoire, Paris : Albin Michel, 1994.

5 Dans son ouvrage sur Les trois monothéismes.