Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Un espace indécis au cœur d’Istanbul

 | 
Franck Dorso

La muraille frontière

Texte intégral

1La muraille de Théodose II fut construite en 413 par le préfet Anthémius pour protéger Constantinople. Elle faisait le tour de la ville, comme un gros triangle : un côté terrestre de la mer de Marmara à la Corne d’Or, deux côtés maritimes, le premier le long de la Corne d’Or jusqu’à la pointe du sérail, le second à partir de cette pointe et le long de la mer de Marmara. À l’époque, le rempart dépassait de beaucoup l’étalement de la ville. Mais au cours des siècles le cadre s’est rempli, sans toutefois dépasser les limites de la muraille. Ainsi, comme on le voit sur les cartes, et jusqu’en 1951, la muraille contenait toujours la ville à cette époque (il faut préciser que nous ne parlerons ici que de la zone de la ville « historique » de Stamboul. L’expansion urbaine a bien sûr aussi touché la zone de Beyoğlu —greffée sur l’ancienne cité de Galata, au nord, de l’autre côté de la Corne d’Or— ainsi que la partie asiatique de la ville, à partir d’Üsküdar et de Kadıköy).

  • 2 « Patrimoine historique et développement urbain, la muraille terrestre », Lettre de l’OUI, 1, Istan (...)

2Le relief a certes joué un rôle dans la construction de la muraille, comme l’écrivent E. Chazelle et H. Raymond2, et sur une partie de son tracé le rempart suit effectivement une ligne de crête. C’est cependant le bâti dans sa totalité qui s’impose comme construction posant une frontière. L’histoire de la muraille nous éclaire sur ce point. Différents moments se sont en effet succédé :

  • avant la construction ;

  • la construction [413] ;

  • la muraille remplit son rôle premier de rempart militaire [V-XVIIIe siècles] ;

  • la muraille forcée (événements histo­riques : 1204, 1453) ;

  • période intermédiaire (potentiel défensif, mais non utilisé) [XV- XVIIIe siècles] ;

  • décroissance de l’utilité de la fonction première (apparition de canons navals) [XIXe siècles] ;

  • développement de la ville à l’ouest hors de la muraille (à partir de 1950) ;

  • la muraille monument historique (dégrada­tion/restauration).

  • Quelles ont été, lors et depuis sa construc­tion, les fonctions de la muraille ?

  • protéger, objectif initial et avoué de l’édifice, fonction que la muraille remplira du Ve au XVIIIe siècle ;

  • séparer : le dehors du dedans, le vide du plein, la nature de la ville, le monde des vivants de celui des morts (cimetières adossés à la paroi extérieure) ;

  • cadrer le développement urbain, pour un long moment (hormis les extrémités maritimes, occupées par les villages côtiers, le mur a contenu cette partie de la ville du Ve siècle à la moitié du XXe) ;

  • créer une représentation de l’espace, en offrant une délimitation visible.

3Ces fonctions ont conféré à la muraille une dimension de frontière. Délimitation des territoires et frontière : les deux notions sont intime­ment liées, comme deux facettes d’une même question. Approcher la frontière c’est voir les deux ensembles qu’elle sépare.

4Concrètement, de quel espace parle-t-on aujourd’hui ? La frontière peut être une ligne ou une zone. La muraille en tant que bâti peut faire figure de ligne. On peut aussi considérer ce qui l’entoure, et qui forme avec elle un ensemble cohérent. Un premier outil d’analyse serait donc une définition variable de cet espace, avec trois niveaux à articuler entre eux pour chaque segment :

  • la muraille comme trait (le bâti seul) ;

  • la muraille comme bande (le bâti et les deux zones non-construites le bordant, 800 mètres à l’ouest, 10, 80 ou 100 à l’est) ;

  • les territoires de la muraille, zones cons­truites et vécues bordant la bande.

5La muraille terrestre d’Istanbul a eu une fonction de frontière qui a protégé, séparé, cadré le développement urbain et engendré une représentation de l’espace. On peut dire que la muraille a défini la ville, si nous prenons le mot ville dans son sens le plus étroit. La ville, c’est la Stamboul historique ; au-delà ce sera l’aire urbaine de l’Istanbul d’aujourd’hui. Allons au bout de cette idée : la muraille fait ville.

6Avec l’accroissement de l’expansion urbaine, qui commence au début du siècle, des faits nou­veaux se manifestent. L’occupation humaine de l’espace (habitat, unités de production, admi­nistration) commence à sortir des anciennes limites, mais ce mouvement va surtout prendre de l’ampleur pendant les années 1950, pour devenir frénétique dans les années 1970. Aujourd’hui, les limites de l’aire urbaine, par ailleurs difficilement cernables, sont bien loin de la muraille de Théodose. Trois faits majeurs nous intéressent, qui accompagnent cette évolution.

7D’abord, de ce côté-ci de la Corne d’Or, l’aire urbaine n’est plus limitée par la muraille. De nouveaux quartiers sont apparus, et l’extension urbaine se poursuit, loin vers l’ouest, comme d’ailleurs dans toutes les directions. Ces quartiers à l’ouest du mur forment aujourd’hui les arrondissements d’Eyüp et de Zeytinburnu. Ainsi, la muraille terrestre n’est plus une limite, elle se situe au contraire au cœur de l’aire urbaine.

8Dans le même temps, des voies de commu­nication ont été construites pour accompagner ce développement. Rocades concentriques autour du vieux centre et pénétrantes en étoile sillonnent le paysage urbain. La muraille a imprimé son tracé à certaines rocades, et le mur se trouve ainsi longé quasiment de bout en bout par de larges périphériques à quatre ou six voies. C’est un tracé classique, adapté à la struc­ture de la ville, mais on peut constater que la muraille, vaste bâti faisant frontière, a imposé ce tracé. De larges pénétrantes ont percé le mur à plusieurs endroits. Résultats des plans d’aménagement décidés entre les années 1930 et 1950, souvent par des urbanistes européens, ces artères ont profondément modifié le paysage interne de la vieille ville, mais également la muraille. La zone de la muraille devient ainsi un pôle autour duquel s’articulent la circu­lation automobile et les échanges entre vieille et nouvelle ville avec l’apparition de fonctions de redistribution, d’ouverture, de fermeture.

9Enfin, la muraille se noyant dans l’expan­sion urbaine, son état s’est dégradé. Plusieurs causes peuvent expliquer cette situation : soin moins marqué pour un élément du paysage urbain moins visible, augmentation de la pollu­tion, apparition de nouvelles fonctions et de nouvelles pratiques urbaines inadaptées à la structure du bâti (squat durable), absence d’in­térêt jusqu’aux années 1980 pour la conserva­tion des monuments historiques... Au milieu des années 1980, la campagne lancée par l’UNESCO pour la sauvegarde du rempart de Théodose amène une prise de conscience publique et aboutit à la mise en œuvre d’un programme de restauration dirigé par la Mairie et confié à des entreprises privées. Cela amène un nouvel acteur autour du mur, et cette opéra­tion de restauration fera entrer la muraille dans une nouvelle phase de son histoire : nouveaux enjeux, changements importants dans le bâti mais aussi sur la bande et les territoires du mur, ainsi que dans l’occupation humaine de l’espace et les interactions locales.

10La muraille terrestre et son environnement matériel et humain ont changé. Les pratiques et les représentations de cet espace ont changé également. Et ces éléments continuent d’évoluer, dans un contexte de changement social et de développement urbain accéléré. Pour autant, lorsque l’on approche de cette muraille, on est saisi par son aspect massif, et elle semble bien encore faire frontière, au moins au sens physique. On peut y voir un lieu de la con­frontation entre territoire et frontière en milieu urbain et nouvelles formes d’urbanisation. Aussi, plutôt que de nous demander seulement si la muraille avait encore une fonction de fron­tière, nous avons préféré élargir notre interroga­tion en posant la question : quelle est aujour­d’hui la fonction de la muraille terrestre à Istanbul ? Au final, cette formulation quelque peu fonctionnaliste ne nous satisfera pas non plus complètement, et nous préférerons ouvrir notre analyse sur un épisode particulier des changements sociaux qui affectent le processus d’urbanisation stambouliote.

11Pour tenter de répondre à ce questionne­ment, nous avons mené des explorations de terrain, des relevés et des enquêtes sociologiques au cours de douze sorties sur le terrain. Outre les outils et méthodes classiques (entretiens, recueil de discours, photos, questionnaires adaptés) nous avons largement utilisé les obser­vations anthropologiques, postées ou partici­pantes. Nous avons également interrogé des acteurs de la planification urbaine, de la réno­vation des monuments historiques et de la municipalité du Grand Istanbul. Sur la zone, nous sommes partis interroger :

  • le bâti ;

  • les pratiques humaines de la muraille ;

  • les représentations des différents groupes

  • ayant un rapport à la muraille.

  • Concrètement, cela a donné un échantillon hétérogène composé des groupes suivants :

  • résidents de la muraille ;

  • riverains habitant la « bande » et les terri­toires ;

  • les usagers réguliers et les usagers occasion­nels ;

  • les services de la municipalité concernés ;

  • les entreprises travaillant sur la muraille.

  • 3 Concernant le travail méthodologique qui a été mené pour réaliser les enquêtes de terrain, voir le (...)

12Cette liste n’est pas exhaustive, et d’autres catégories peuvent être aussi d’une manière ou d’une autre liées à la muraille. Mais les groupes que nous avons définis semblent être les plus impliqués dans la vie de la muraille aujour­d’hui, et les plus porteurs de discours sur ce lieu. De plus, ils représentent des groupes qui sont actuellement accessibles, même s’ils le sont à des degrés divers3.

13Nous avons formulé trois hypothèses, qui ont été nos trois angles d’attaque pour aller sur le terrain :

  1. Le bâti, par ses dimensions, conserve une fonction d’obstacle physique. Il sépare deux zones d’Istanbul qui n’ont pas de contacts directs entre elles. Cette qualité a d’ailleurs inspiré le tracé de la rocade qui ceinture la vieille ville. La muraille a ainsi aujourd’hui une fonction de régulation- distribution des flux de circulation entre la ville historique et l’extérieur. Les percées opérées pour le passage de grandes voies de circulation dans les années 1950 puis 1970 avaient donné lieu dans trois des cinq passages à des reconstructions ponctuelles grandioses. Après l’inscription de la ville au patrimoine de l’humanité en 1985, les opérations de rénovation décidées par la municipalité deviennent systématiques. Elles visent à mettre en scène la frontière de la ville his­torique, notamment l’entrée et la sortie, par la rénovation privilégiée des portes. La muraille devient l’enjeu d’un discours his­torique et urbanistique.
    La muraille qui se donne à voir de l’exté­rieur est le produit d’une mise en scène voulue.

  2. Cette frontière n’est cependant pas un no man’s land, elle est occupée, et même habitée par endroits. Il y a un contraste fort entre son mode d’occupation et le discours officiel sur la muraille, à tel point que nous pouvons parler de muraille « frontière détournée ». Il faut analyser cette occupation (passage, occupations, résidence) pour ten­ter de comprendre aussi si la muraille a, localement, une fonction de frontière.

  3. Enfin, nous pensons que la muraille est une frontière segmentée. Tant l’intervention publique que l’occupation illégale modifient cet espace. La muraille est ainsi constituée de segments différenciés, avec des fonctions également différentes. Plusieurs petites zones différenciées peuvent être identifiées, mais deux grandes zones se détachent : la zone concernée par les rénovations « en pointillé », la zone non encore touchée par les rénovations et le dégagement de l’édifice. C’est aujourd’hui un espace en recomposi­tion permanente. Nous analyserons les processus à l’œuvre dans cette recomposi­tion dont les acteurs sont multiples (pou­voirs publics, planificateurs de la circula­tion, populations riveraines, occupantes, ou d’usagers), autant que les enjeux.

Notes

2 « Patrimoine historique et développement urbain, la muraille terrestre », Lettre de l’OUI, 1, Istanbul, 1989.

3 Concernant le travail méthodologique qui a été mené pour réaliser les enquêtes de terrain, voir le mémoire « La muraille terrestre de Théodose II en 2001 : l’émergence d’une marge au cœur d’Istanbul » par F. Dorso.

© Institut français d’études anatoliennes, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Acheter