Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Considérer la mort: de la protection des tombes dans l’antiquité à leur conservation aujourd’hui

 | 
Olivier Henry

II. Le mort et sa tombe : analyse culturelle, phénomène identitaire

Texte intégral

1Dès l'Antiquité, la sépulture, par la qualité de son architecture ou par le statut du défunt qu'elle protégeait, était considérée comme l'expression de l'identité culturelle de son propriétaire. La tombe était alors tout à la fois symbole glorieux, témoin du passé, vecteur de continuité historique voire même politique. Aujourd'hui, on assiste à une déritualisation de la mort et des funérailles. En effet, la modernisation de notre société tend à nous couper d'avec ce monde autrefois intégré dans la vie sociale des cités. Dès lors, il n'est pas étonnant de constater l'absence de scrupule dont témoigne la profanation des tombes anciennes. De plus, les enjeux complexes et contradictoires qu'elles représentent poussent autant à les protéger qu'à les détruire.

Le rôle de la tombe dans l'Antiquité

Témoin de l'identité culturelle

  • 124 Bien entendu, ces zones géographiques suivent les courants culturels et ont, par conséquent, largem (...)
  • 125 Paton, W. R., Myres, J. L., “Karian sites and inscriptions”, JHS, XVI, 1896, pp. 188-271.

2La récurrence de certaines sépultures à l'architecture complexe dans des zones géographiques restreintes et parfaitement bornées permet d'associer cultures et structures funéraires124. Les études de typologie funéraire, initiées dès le siècle dernier125, ont confirmé la force des traditions culturelles dans la conception et la construction des sépultures.

  • 126 Voir pour ces types de tombes les études d'ensemble menées notamment par Hammer-Purgstall, J.Fr. vo (...)

3On rencontre en Lycie une grande diversité de tombes126. Outre les tombes-piliers et les sarcophages monumentaux à hyposorion et couvercle en ogive, les tombes-maisons, rupestres ou dégagées sont peut-être celles qui frappent le plus l'esprit par leur forme et leur mise en œuvre tout à fait uniques (fig. 18).

Figure 18 : Une tombe-maison lycienne dégagée,

Figure 18 : Une tombe-maison lycienne dégagée,

d'après Demargne, P., Fouilles de Xanthos V, Tombes-maisons, tombes rupestres et sarcophages, Paris : C. Klincksieck, 1974

  • 127 Benndorf, O., Niemann, G., Reisen in Lykien und Karien 1. Gesellschaft für Archaeologische Erforsch (...)
  • 128 À noter cependant une exception en Carie, voir Peschlow, A., “ Die Nekropolen von Latmos und Herakl (...)
  • 129 Plus de huit cents ont été répertoriées à ce jour.
  • 130 Dès c. 460 av. J.-C. et jusqu'au IIIe s. av. J.-C., voir Zahle, J., “Achaemenid Influence in Lycia” (...)

4La première analyse des tombes-maisons revient à Benndorf127. On considère que ce type de tombe lycienne est bâti sur le modele de l'habitation des vivants. Construits en pierre, ces bâtiments imitent toutefois parfaitement les constructions primitives qui devaient être en bois. En effet, les termes architecturaux propres au travail du bois —poutres, sablières, poteaux, chevilles et solives— sont utilisés pour décrire ces monuments. Le fait que l'étendue géographique de ces sépultures très particulières soit strictement bornée128 en Lycie, que leur nombre s'avère très élevé129 et leur période de construction limitée130, en ont fait des tombes « lyciennes » par excellence. Elles représentent donc un élément de l'identification culturelle d'une population dont elles permettent de définir le territoire et son extension à une époque donnée.

Figure 19 : Relevé d'une tombe macédonienne

Figure 19 : Relevé d'une tombe macédonienne

d'après Kinch, K.F., « Le tombeau de Niausta. Tombeau Macédonien », Mémoires de l'Académie Royale des Sciences et des Lettres de Danemark, VII° série, t. IV, n° 3, 1920, pl. I

  • 131 Platon, Lois, 947, § d-e.
  • 132 Gossel, B., Makedonische Kammergräber, Berlin : Monath's KopieDruck, 1980 ; Miller, S.G., Macedon (...)

5Autre exemple, les tombes dites « macédoniennes » (fig. 19) sont connues et identifiées depuis très longtemps. Platon, dès la fin du Ve s. av. J.-C., en a donné une première description131. Les études contemporaines, et notamment celles de Gossel et Miller132, ont confirmé et précisé la première analyse du philosophe grec. Ces tombes sont généralement construites sous le niveau du sol en creusant la terre ou en extrayant la roche. On peut trouver des tombes les unes à côtés des autres, disposant probablement chacune de leur propre tertre avant d'être réunies sous un même tumulus. Les tombes disposent d'un dromos, parfois à emmarchement, construit en pierres ou en briques de terre séchée et dont le plafond peut être plat ou voûté. D'autre dromoi sont simplement taillés dans la terre ou le rocher. Les structures sont maçonnées en pierre de taille (on trouve des exemples moitié taillés dans la roche/moitié construits), sans qu'un appareillage uniforme ne soit nécessaire puisque les surfaces visibles étaient recouvertes d'enduit peint. Sauf exception, on n'utilise ni mortier ni métal pour maintenir les blocs des murs ou de la voûte. Les chambres sont de tailles différentes, rectangulaires ou carrées. Elles sont souvent précédées d'une antichambre plus petite et dont la hauteur peut varier par rapport à celle de la chambre.

  • 133 Pour un très bel exemple de tombe macédonienne fouillée à Lefkadia en Macédoine voir Miller, S.G., (...)

6Les façades sont des éléments indépendants de la construction. La partie supérieure extérieure de la chambre semble toujours reprendre la courbure du plafond. Les portes sont souvent très simples, sans décor ; les entrées décorées étaient par contre fermées de doubles portes parfois en bois, souvent en pierre, qui pivotaient vers l'intérieur. L'entrée extérieure était fermée par de grands blocs de pierre. Outre les décors peints, et, parfois, les frises, on trouve presque systématiquement une ou plusieurs klinai en bois ou en pierre, simples blocs rectangulaires qui peuvent être également décorés. Ils sont disposés de manière à former un pi ou un gamma à l'intérieur de la chambre. Quant au sarcophage, il est souvent taillé de manière à ressembler à une kline133.

  • 134 Hadjisavvas, S., “Excavations at the 'Tombs of the Kings' - Kato Paphos”, in Archaeology in Cyprus, (...)

7Ces tombes ne se trouvent pas seulement en Macédoine, mais aussi en Thrace, en Asie Mineure et même jusqu'à Chypre134. Elles permettent ainsi de suivre pas à pas la progression de la culture macédonienne qui a suivi la conquête d'Alexandre. Ces structures funéraires deviennent dès lors le symbole d'une prise du pouvoir territorial par une autorité étrangère, qui influence et modifie les traditions culturelles des populations soumises.

Symbole d'occupation territoriale

8Si c'est à proximité des villes, ou des groupes d'habitat que l'on trouve la plus forte concen­tration de tombes, nombre d'entre elles sont situées loin de tout centre d'activité, ce qui a suscité de nombreuses interrogations. En effet, comment expliquer la présence d'une sépulture en pleine campagne, parfois sur des terrains difficiles d'accès, alors que le culte régulier qu'on devait lui rendre nécessitait une situation beaucoup plus commode ?

9Des études récentes ont souligné le symbo­lisme attaché à ce type d'implantation, dont l'étude se partage en deux courants d'interpré­tation complémentaires.

  • 135 Snodgrass, A.M., “Rural Burial in the world of Ancient Cities”, in Nécropoles et pouvoir - Théories (...)

10Snodgrass135 a conclu d'une étude systématique des tombes isolées de Béotie que l'implantation des sépultures était liée au cadastre ancien. Ainsi, ces tombes prenaient place en bordure de propriété rurale et leur architecture, ainsi que les matériels associés, montrent que les défunts appartenaient à une classe relativement aisée. L'inhumation sur des terres que l'on exploite marque alors la possession familiale d'un domaine. La sépulture semble donc matérialiser un lien indéfectible entre une terre et son propriétaire, symbolisant la pérennité de l'occupation et de la propriété.

  • 136 Henry, O., « Les tumuli de la confluence Méandre/Harpasos », op. cit.
  • 137 Saïd, S., « Tombes épiques, d'Homère à Apollonios », in Nécropoles et pouvoir - Théories de la nécr (...)

11L'isolement des tombes peut également revêtir, sous certaines conditions, une expression politique. Un examen des tumuli monumentaux de la confluence Harpasos - Méandre a soulevé des implications d'ordre géostratégique136. Les sépultures implantées ici aux limites de la chôra symbolisent non seulement la possession d'un territoire par une cité, mais aussi le pouvoir dirigeant de cette cité. Ces symboles d'occupation territoriale ne sont alors effectifs qu'au prix d'une reconnaissance culturelle de la structure funéraire. Culture à laquelle on associe directement une cité, une population, voire un mythe137.

Témoin historique

  • 138 idem.

12Dans l'Antiquité, la reconnaissance héroïque se manifestait principalement par le culte funéraire voué aux héros. Une étude comparée du symbolisme des tombes chez Homère et Apollonios de Rhodes, menée par S. Saïd138, montre clairement le poids historique de ces monuments.

  • 139 Voir les descriptions qu'il donne des funérailles de Patrocle, Iliade, 18. 314-23. 897 ou d'Hector, (...)
  • 140 Iliade, 7. 336-337.
  • 141 Voir Andronikos, M., “Totenkult”, Archeologia Homerica, III, Göttingen, 1968, p. 34.

13Ainsi chez Homère, la tombe est un soma, signe dont le but est d'identifier le propriétaire, mais aussi de se situer dans le temps et dans l'espace. Son érection s'achève par un rituel complexe et très précis rendu à la mémoire du défunt139. Le statut de la tombe dépend de celui de son propriétaire. Signe visible de la gloire du mort, la tombe fait partie des privilèges qu'on lui accorde. Aussi existe-t-il une hiérarchie des aspects extérieurs de la tombe et des modes d'inhumation. Différentes catégories de tombes coexistent, les héros ayant droit à une tombe individuelle, par exemple, alors que les morts ordinaires n'ont droit qu'à un tombeau collectif où les restes des individus ne peuvent être distingués les uns des autres140. De même, l'existence de cénotaphes montre que la tombe n'est pas tant destinée à cacher les restes du défunt qu'à manifester sa gloire141. Ainsi, qu'il soit plein ou vide, le tombeau est d'abord un signe qui proclame un kleos. Incarnant la pérennité de sa mémoire et les exploits passés du mort, il permet aux vivants et à leurs descendants de connaître et se remémorer les hauts faits du passé.

  • 142 A.R. 1. 842 et 1. 1060-62.

14Cette culture homérique perdure en partie à l'époque hellénistique. Chez Apollonios de Rhodes, par exemple, la tombe continue de se caractériser par sa visibilité tournée vers la postérité142. On note cependant un certain nombre d'écarts par rapport au modèle homérique. C'est désormais la tombe, et non plus le bûcher, qui sert de cadre aux sacrifices funéraires. En outre, les cultes héroïques sont directement liés à la tombe qui devient un centre de culte, témoin du passé dans le présent. Repères laissés à l'avenir chez Homère, les tombes deviennent, à l'époque hellénistique, la marque de la persistance et de la véracité des mythes dans le présent, donc de la continuité historique et culturelle.

  • 143 Voir l'article de Jeppesen, K., “Tot Operum Opus. Ergebnisse der dänischen Forschungen zum Mausolle (...)
  • 144 Adler, Fr., Das Mausoleum zu Halikarnass, Berlin : W. Ernst, 1900.
  • 145 Voir l'ouvrage complet de Hornblower, S., Mausolus, Londres, 1982.

15Les vestiges archéologiques montrent encore aujourd'hui de nombreux exemples de ce type de tombes monumentales. Qu'ils s'agissent d'heroa prenant place à l'intérieur même de la cité ou de structures aux dimensions telles qu'elles en modifient le paysage qui les accueille, toutes affichent cette volonté ostentatoire143. Le Mausolée d'Halicarnasse (fig. 20)144 en est un des exemples les plus frappants. Bien que ses vestiges soient aujourd'hui bien pauvres, les nombreuses restitutions proposées par les chercheurs montrent toutes un bâtiment aux proportions exceptionnelles. Il n'en fallait pas moins bien sûr pour rappeler la personne de Mausole, dirigeant carien philhellène nommé par le Grand Roi et qui modifia profondément l'histoire et la culture du sud-ouest de l'Asie Mineure145.

Figure 20 : Restitution du Mausolée d'Halicarnasse

Figure 20 : Restitution du Mausolée d'Halicarnasse

Adler, FR., Das Mausoleum zu Halikarnass, Berlin : W. Ernst, 1900, Bl. 1.

16Les vestiges et monuments funéraires deviennent ici le vecteur de l'analyse historique d'une cité, d'une région. Non seulement ils permettent d'appréhender la culture d'une population, mais aussi les troubles politiques ou économiques qui ont modifié cette culture.

17Souvenir d'un passé glorieux, marque laissée à la postérité, protection semi-divine, les morts se voyaient offrir, dans l'Antiquité, une place privilégiée dans le monde des vivants. Cette culture funéraire semble bien éloignée, voire opposée aux préoccupations actuelles. Or étudier la place qu'occupe la mort dans les sociétés actuelles peut permettre de comprendre le statut qu'elle accorde aux vestiges funéraires.

Monde des morts, monde des vivants

Déritualisation de la mort

  • 146 Entre autres : Le Bris, A., La mort et les conceptions de l'au-delà, Paris : L'Harmattan, 2001 ; Ga (...)
  • 147 Thomas, L.-V., Rites de mort, Paris : Fayard, 1985, pp. 57-79.

18De récents ouvrages sur les rituels d'inhumation à l'époque antique évaluent la complexité et la richesse du symbolisme attaché aux rituels funéraires à ces périodes146. On l'a vu, le rôle même de la tombe, ou soma était essentiel : elle offre d'abord une place aux morts dans l'univers des vivants ; elle établit un contact, ensuite, entre le mort et le vivant ; enfin elle transmet le souvenir du mort à la postérité et l'assure de ne pas tomber dans l'oubli, ce qui serait alors pour lui la véritable mort. Ainsi, la sépulture et les rituels d'ensevelissement et de commémoration sont des éléments capitaux qui consistent en une « socialisation » du trépas. Notre époque, au contraire, voit se développer une désocialisation de la mort, depuis le moment de la mort et jusqu'après les funérailles147.

19Aujourd'hui, on ne meurt plus à la maison mais à l'hôpital, notamment en milieu urbain. On évacue le mourant. C'est donc l'isolement, par une double mise à distance spatiale et affective, qui donne à la mort aujourd'hui sa principale tonalité. De même, après la mort, il devient rare que la toilette du corps, auparavant dévolue aux proches, soit l'occasion du dernier contact physique avec celui qui disparaît. On ne veille plus ou peu les défunts, ou alors dans un climat institutionnel, dans la limite des heures d'ouverture. Le cortège funèbre est inexistant et les obsèques se déroulent de plus en plus dans l'intimité familiale et ne sont plus ces grands rassemblements voués à célébrer le défunt.

20Les caractères de la modernisation de nos sociétés induisent de nouveaux réflexes, pragmatiques. Le corps du défunt est dévalorisé, instrumentalisé. Les rituels funéraires sont automatisés, entièrement pris en charge par des professionnels. On assiste à un rétrécissement de la place du mort dans nos sociétés.

Évolution des zones funéraires

21Du terme nécropole, systématiquement attribué au contexte antique, nous sommes passés à celui de cimetière. L'expression « nécropole » (littéralement la ville des morts) sous-tend l'idée d'espace, de zone mal limitée à la superficie étendue. Aussi est-il malaisé, lors de l'analyse d'un site antique, de déterminer à la fois le nombre mais aussi l'étendue de ces nécropoles.

22Par contraste, le cimetière, lui, se définit d'abord par un espace fermé, strictement borné, à l'extérieur duquel il est interdit d'ensevelir. Ici encore on rétrécit la place du mort même si, malgré tout, cette place paraît encore parfois trop importante. Cette place se voit, cependant, attribuer de moins en moins de valeur : il n'est pas rare de voir dans les sociétés industrialisées de nouveaux cimetières être inaugurés, non seulement en périphérie des habitats, mais encore à une distance de plus en plus grande des centres d'activité. De même, on déplace ou détruit les anciens cimetières qui étaient intégrés au centre de la ville ; ils s'en trouvent ainsi expulsés par l'expansion urbaine. Évacuant le mort, on tente de cacher la mort qui, de symbole de mémoire et d'éternité est devenu symbole de douleur et de peine.

23Il arrive cependant que pour des raisons politiques, économiques ou idéologiques, certaines zones funéraires soient protégées et conservées. Ainsi, les cimetières ottomans du quartier de Sultanahmet à Istanbul renferment les corps de hauts dignitaires religieux qu'on ne peut évacuer.

Continuité ou rupture

24On peut malgré tout tenter de repérer une certaine continuité dans le culte des morts. Ainsi, dans les différentes religions, des rituels périodiques, souvent annuels, sont destinés à célébrer la mémoire des défunts. Sur un plan laïc, des monuments à la mémoire de personnalités politiques turques, ou encore des bâtiments commémorant des guerres ou de grandes batailles, témoignent de la survivance du passé ; mais cette pratique, avérée dans l'Antiquité (par l'usage de cénotaphes), devient aujourd'hui exceptionnelle, et il n'est pas rare de voir tomber en décrépitude des structures commémoratives même récentes.

25En milieu rural, elles prennent la forme de türbe, constructions circulaires au toit conique ou en dôme, qui sont malheureusement aujourd'hui, et dans leur très grande majorité, délaissées, détruites ou réutilisées comme dépotoirs ou comme citernes. On assiste ainsi à l'effacement ou à la disparition de la mémoire collective ancienne au profit de la mémoire immédiate.

26Toutefois, cette évolution ne suffit pas à expliquer les réactions dont les structures funéraires antiques font l'objet. Les conditions socio-économiques, l'éloignement culturel et l'ancienneté des structures, ainsi que l'évolution des mentalités, tendent à supprimer tout scrupule face à des tombes antiques dont la profanation peut être source de richesse. Aussi sont-elles souvent au centre d'enjeux subtils et opposés, en dépit de l'oubli dans lequel elles semblent être tombées.

Les enjeux actuels du monde funéraire antique

Économiques

27Les enjeux économiques liés aux structures funéraires antiques sont pluriels et parfois antinomiques.

  • 148 Voir le catalogue publié par Özgen, I., Öztürk, J., The Lydian Treasure, op. cit., pp. 65-239.

28L'exploitation touristique par le musée de Bodrum de la salle de la princesse carienne illustre parfaitement les bénéfices économiques que la protection d'une structure est susceptible d'offrir. On peut également citer le matériel des tumuli de la région de Uşak (İkiztepe, Toptepe, Aktepe, etc.) qui fait du musée de cette ville un musée exceptionnel148.

29Les lois concernant la protection du patrimoine archéologique comportent une section consacrée à la « chasse au trésor ». Cette activité qui pourrait a priori paraître parfaitement illégale fait l'objet de tentatives de contrôle de la part des autorités turques, le ministère de la culture étant habilité à délivrer des autorisations à des personnes privées. Cependant, ces recherches sont strictement encadrées par le directeur du musée de la zone concernée qui peut y déléguer un représentant. La conscience collective associe malheureusement ces « trésors » potentiels aux structures funéraires antiques, et, ces dernières font, à n'en pas douter, les frais de ce type d'investigation.

  • 149 Boysal, Y., Archaeology in Asia Minor. Stratonikeia”, AJA, 92, 1988, p. 122.
  • 150 En 1997, il est précisé dans Boysal, Y., “Archaeology in Turkey”, AJA, 101, 1997, p. 283, que la to (...)

30Enfin, le monde funéraire peut parfois s'avérer être un frein au développement économique d'une région. L'exemple de la nécropole de Stratonicée, située à proximité de Yatağan, sur une zone riche en lignite, est frappant à cet égard. Lorsque l'implantation d'une mine d'exploitation de ce matériau a été décidée au début des années 1990, la présence de cette nécropole était déjà connue149. Le village de Eskihisar, construit sur les ruines de la cité antique a peu à peu été vidé de ses habitants et reconstruit à quelques kilomètres de là. À la différence des vestiges urbains, qui n'ont pas été très touchés par l'activité d'extraction minière, la nécropole, elle, a été quasiment détruite150.

31Enjeux contradictoires, réactions contradictoires. Le traitement réservé aux vestiges funéraires semble plus inspiré par les paramètres locaux que par une vision d'ensemble du potentiel qu'ils représentent. Ainsi lorsque des intérêts économiques sont en jeu, on n'hésite pas à évacuer la dimension culturelle de ces structures.

Culturels

32La liste des domaines de recherche s'intéressant aux faits funéraires antique est longue. Outre les historiens et les archéologues, les épigraphistes, architectes, sociologues ou ethnologues y trouvent de nombreux sujets de recherche. Cependant, ces spécialités ne sont pas les seules à pouvoir bénéficier de l'apport de l'art et de la culture funéraires. Certes, il s'agit là de vecteurs d'appréhension et de compréhension du monde ancien, mais il faut aussi à toute force tenter de réintégrer ce patrimoine dans un contexte local, de proximité.

33Témoins du passés ou héritage d'une culture oubliée, ces vestiges sont aussi la richesse d'une population dont les racines ont trop souvent été arrachées. La pérennité d'une occupation, la persistance de pratiques funéraires n'empêchent pas une déprédation systématique de ces tombes antiques, ce qui révèle la dichotomie qui s'est opérée au cours des siècles entre deux cultures dont les points communs ne sont pas rares. Ainsi, le manque d'information et la méconnaissance de ce patrimoine le réduisent souvent à un élément du paysage local sans qu'aucun lien ou rapprochement identitaire ne puisse s'effectuer.

Identitaires

34Néanmoins, le désintérêt dont souffrent les monuments funéraires antiques n'est pas général et, plutôt que de l'interpréter en termes de rejet, il convient de souligner les différences de traitement dont ces monuments font l'objet selon les populations.

35En effet, alors que les riverains et les autorités culturelles des zones urbaines (services publics, chercheurs) déploient des efforts considérables pour conserver et étudier les structures funéraires antiques, celles-ci souffrent, en milieu rural, d'un cruel désintérêt des locaux qui, loin de chercher à pérenniser leur existence, cherchent à les exploiter au maximum.

  • 151 On trouve sur le site internet du groupe deux liens dédiés l'un à l'archéologie, l'autre à l'histoi (...)

36Il semble en effet qu'en milieu urbain la conscience patrimoniale soit plus forte. L'évolution de l'habitat et des conditions socio-économiques, et une éducation développée favorisent une prise de conscience des richesses archéologiques et de leur signification culturelle pour l'individu qui les côtoie et se les approprie. L'exemple de la famille Koç, issue d'un milieu rural de condition tout à fait modeste, est révélateur. La troisième génération de cette famille développe et assume aujourd'hui une politique culturelle importante à travers l'ouverture de musées et la publication de nombreux ouvrages151.

  • 152 Ainsi à Arpas, Esenköy, un homme nous répond que le site antique est un bon endroit pour faire paît (...)
  • 153 Pr. Dr. Mübeccel B. Kiray.

37En milieu rural en revanche, les populations sont généralement pauvres et paraissent indifférentes à la notion de patrimoine culturel. Les personnes interrogées sur le sujet ne considèrent, la plupart du temps, la présence de vestiges qu'en termes économiques152. Pour elles, les structures antiques font partie du paysage, elles sont offertes ou acquises, au même titre que les éléments topographiques, et il est tout à fait normal, alors, de les exploiter. On doit s'attendre, dès lors, à ce que ces populations, dont la représentation du monde est extrêmement stable, n'appréhendent les phénomènes culturels qu'au prix d'une éventuelle et importante évolution de leurs conditions socio-économiques et culturelles, voire politiques153.

Notes

124 Bien entendu, ces zones géographiques suivent les courants culturels et ont, par conséquent, largement évolué au cours du temps.

125 Paton, W. R., Myres, J. L., “Karian sites and inscriptions”, JHS, XVI, 1896, pp. 188-271.

126 Voir pour ces types de tombes les études d'ensemble menées notamment par Hammer-Purgstall, J.Fr. von, Topographische Ansichten gesammelt auf eine Reise in die Levante, Wien : C. Schaumburg, 1811 ; Akurgal, E., Die Kunst Anatoliens von Homer bis Alexander, Berlin : W. de Gruyter und C°, 1961, pp. 122-149 ; Kjeldsen, K., Zahle, J., “Lykische Gräber. Ein Vorlaüfiger Bericht”, Archäologischer Anzeiger, 1975, pp. 312-350 ; Demargne, P., Fouilles de Xanthos V, Tombes maisons, tombes rupestres et sarcophages, Paris : C. Klincksieck, 1974 ; Schweyer, A.-V., Les Lyciens et la mort, op. cit., 2002.

127 Benndorf, O., Niemann, G., Reisen in Lykien und Karien 1. Gesellschaft für Archaeologische Erforschung Kleinasiens, Wien : C. Gerold's Sohn, 1884, pp. 97-103.

128 À noter cependant une exception en Carie, voir Peschlow, A., “ Die Nekropolen von Latmos und Herakleia am Latmos”, AST, VII, 1989, pp. 153-170.

129 Plus de huit cents ont été répertoriées à ce jour.

130 Dès c. 460 av. J.-C. et jusqu'au IIIe s. av. J.-C., voir Zahle, J., “Achaemenid Influence in Lycia”, Achaemenid History VI, 1991, p. 151 et Wörrle, M., Chiron, 1991, pp. 232-234

131 Platon, Lois, 947, § d-e.

132 Gossel, B., Makedonische Kammergräber, Berlin : Monath's KopieDruck, 1980 ; Miller, S.G., Macedonian tombs : Their Architecture and Architectural decoration, Macedonia and Greece in Late Classical and Early Hellenistic Times. in Studies in the history of art, vol. 10 (Barr-Sharrar, B. et Borza, E.N. edit.), National Gallery of Art, Washington, 1982, pp. 153-172.

133 Pour un très bel exemple de tombe macédonienne fouillée à Lefkadia en Macédoine voir Miller, S.G., The Tomb of Lyson and Kallikles : a Painted Makedonian Tomb, Mainz : Ph. von Zabern, 1992 ; ou encore celle publiée par Kinch, K.F., « Le tombeau de Niausta. Tombeau macédonien », Mémoires de l'Académie Royale des Sciences et des Lettres de Danemark, VIIe série, t. IV, n° 3, 1920, pp. 283-288.

134 Hadjisavvas, S., “Excavations at the 'Tombs of the Kings' - Kato Paphos”, in Archaeology in Cyprus, 1960-1985, Nicosia : A.G. Leventis Foundation, 1985, pp. 262-268.

135 Snodgrass, A.M., “Rural Burial in the world of Ancient Cities”, in Nécropoles et pouvoir - Théories de la nécropole antique, 1998, pp. 37-42.

136 Henry, O., « Les tumuli de la confluence Méandre/Harpasos », op. cit.

137 Saïd, S., « Tombes épiques, d'Homère à Apollonios », in Nécropoles et pouvoir - Théories de la nécropole antique, 1998, pp. 9-19.

138 idem.

139 Voir les descriptions qu'il donne des funérailles de Patrocle, Iliade, 18. 314-23. 897 ou d'Hector, Iliade, 24. 719-804.

140 Iliade, 7. 336-337.

141 Voir Andronikos, M., “Totenkult”, Archeologia Homerica, III, Göttingen, 1968, p. 34.

142 A.R. 1. 842 et 1. 1060-62.

143 Voir l'article de Jeppesen, K., “Tot Operum Opus. Ergebnisse der dänischen Forschungen zum Mausolleion von Halikarnass seit 1966”, Jahrbuch des Deutschen Archäologischen Instituts, 107, 1992, pp. 59-102, qui réunit les principales hypothèses de restitution ainsi qu'une complète bibliographie sur le sujet.

144 Adler, Fr., Das Mausoleum zu Halikarnass, Berlin : W. Ernst, 1900.

145 Voir l'ouvrage complet de Hornblower, S., Mausolus, Londres, 1982.

146 Entre autres : Le Bris, A., La mort et les conceptions de l'au-delà, Paris : L'Harmattan, 2001 ; Garland, R., The Greek Way of Death, London : Bristol Classical Press, 2001.

147 Thomas, L.-V., Rites de mort, Paris : Fayard, 1985, pp. 57-79.

148 Voir le catalogue publié par Özgen, I., Öztürk, J., The Lydian Treasure, op. cit., pp. 65-239.

149 Boysal, Y., Archaeology in Asia Minor. Stratonikeia”, AJA, 92, 1988, p. 122.

150 En 1997, il est précisé dans Boysal, Y., “Archaeology in Turkey”, AJA, 101, 1997, p. 283, que la tombe fouillée cette année est la seule tombe du secteur ayant survécu à cette activité industrielle.

151 On trouve sur le site internet du groupe deux liens dédiés l'un à l'archéologie, l'autre à l'histoire de l'art : http://www.sadberkhanimmuzesi.org.tr. Les publications se font le plus souvent sous la direction du Sadberk Hanım Museum (à consulter sur le même site).

152 Ainsi à Arpas, Esenköy, un homme nous répond que le site antique est un bon endroit pour faire paître ses chèvres, et qu'en cas de recherches archéologiques ou de mise en valeur du terrain, il craint de perdre une zone de pâturage privilégiée. De même, à une question mentionnant un possible développement touristique du site, il réplique que ce serait là le moyen de développer sa production fruitière.

153 Pr. Dr. Mübeccel B. Kiray.

Table des illustrations

Titre Figure 18 : Une tombe-maison lycienne dégagée,
Crédits d'après Demargne, P., Fouilles de Xanthos V, Tombes-maisons, tombes rupestres et sarcophages, Paris : C. Klincksieck, 1974
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/772/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre Figure 19 : Relevé d'une tombe macédonienne
Crédits d'après Kinch, K.F., « Le tombeau de Niausta. Tombeau Macédonien », Mémoires de l'Académie Royale des Sciences et des Lettres de Danemark, VII° série, t. IV, n° 3, 1920, pl. I
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/772/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Figure 20 : Restitution du Mausolée d'Halicarnasse
Crédits Adler, FR., Das Mausoleum zu Halikarnass, Berlin : W. Ernst, 1900, Bl. 1.
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/772/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 101k

© Institut français d’études anatoliennes, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Acheter

Volume papier

amazon.fr