Version classiqueVersion mobile

Le Néolithique en Anatolie, un patrimoine archéologique aux origines de nos sociétés actuelles

 | 
Martin Godon

Conclusion

Texte intégral

1À l'heure actuelle, il semble de plus en plus évi­dent que le développement de nos sociétés d'une part, et la recherche archéologique d'au­tre part, deviennent antagonistes, suivant deux chemins qui divergent l'un de l'autre. D'un côté, des structures économiques et sociales acquièrent une dynamique recherchant l'intérêt à court terme. Sociétés du confort, elles ne portent que peu d'attention à leur passé. De l'autre côté, la recherche archéologique, dont les méthodes et les objectifs appartiennent en propre aux chercheurs qui la pratiquent, se trouve intime­ment dépendante de l'argent que cette société « productiviste » consent à lui accorder.

2Bien sûr, plus nos sociétés se développent, plus les sciences s'affinent et plus l'archéolo­gue dispose d'outils pour mener à bien ses recherches. Mais les relations entre ces deux développements parallèles sont complexes et maintiennent l'archéologie dans une relation de dépendance vis-à-vis des règles du profit. En parallèle, se produit une pression inexorable­ment croissante sur l'environnement et le patri­moine culturel qui s'y trouve intégré, pression qui aboutit à la dégradation continuelle de ce patrimoine.

3Le patrimoine préhistorique turc conserve des atouts fondamentaux pour la connaissance des origines de nos civilisations historiques. Il importe donc de l'exploiter pour le connaître, avant qu'il ne subisse le sort qui fut réservé aux patrimoines d'autres régions du monde, et notamment d'Europe de l'Ouest, doucement étranglés par la pression continue de l'urbanisa­tion et la domestication des territoires.

© Institut français d’études anatoliennes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search