Version classiqueVersion mobile

Le Néolithique en Anatolie, un patrimoine archéologique aux origines de nos sociétés actuelles

 | 
Martin Godon

IV : Un patrimoine archéologique hors du commun face aux mutations de la société : comment le préserver ?

Texte intégral

1Sachant que patrimoine préhistorique de la Turquie est particulièrement riche et, encore aujourd'hui, extrêmement bien conservé, sachant que nous commençons seulement à comprendre les termes culturels de ce patrimoine, l'in­suffisance des travaux dans la région empêche l'approfondissement des connaissances sur l'évolution culturelle de l'Anatolie centrale aux périodes préhistoriques.

2Or, le temps presse, car si la recherche préhistorique en Turquie est relativement jeune, le patrimoine, lui, fait l'objet de dégradations et de destructions qui ne font que s'accroître.

IV.1 La prise en considération du patrimoine par les sociétés actuelles : une nécessité pour sa protection

3La recherche préhistorique en Europe a donc été marquée par des préconçus et des idéologies d'ordre religieux, identitaire voire nationaliste. Dépasser ces préjugés idéologiques ne fut pas chose facile et reconnaître que les racines de l'humanité, l'histoire commune, trouvent leurs origines bien au-delà des murs de la cité sumérienne d'Ur et des remparts d'Uruk en Mésopo­tamie ne fait, encore aujourd'hui, pas l'unani­mité et heurte certaines croyances. Nier la Préhistoire de l'homme revient à nier le fait archéologique même, son existence. Il est des cas où le préhistorien se trouve dans l'incapacité d'effectuer ses recherches car elles vont à l'encontre de préceptes idéologiques réfutant l'his­toire de l'humanité telle que la délivre le fait archéologique. Ces exemples, aussi extrêmes qu'ils soient, sont bien réels et les préhistoriens d'Algérie, par exemple, confrontés à certaines crispations identitaires et religieuses de certains groupes radicaux, mènent leurs travaux dans la crainte de représailles. Ces cas sont rares ; mais ils montrent néanmoins à quel point l'archéolo­gie, et plus particulièrement la recherche en Préhistoire, sont intimement liées à l'image que les sociétés humaines cherchent à se renvoyer. Réfuter ce passé, conduit à nier jusqu'à l'exis­tence des sites archéologiques ; les nier peut conduire à les détruire dans l'indifférence générale. Les acteurs de l'archéologie, y compris les chercheurs, sont en quelque sorte comman­dités par la société à laquelle ils appartiennent. Que les recherches soient financées par l'État, par le biais d'universités ou de laboratoires de recherche, ou soutenues par des financements privés, l'objectif premier est l'approfondisse­ment des connaissances sur le passé des socié­tés actuelles. Pourquoi financer ces recherches, pourquoi s'encombrer de sites quand ils sont un frein au développement urbain, pourquoi les prendre en compte et les étudier ? Les actions de préservation d'un patrimoine, quel qu'il soit, dépendent de l'intérêt que celui-ci présente pour ses contemporains. La perception qu'ont les sociétés actuelles de l'archéologie, et du patrimoine préhistorique en particulier, est marquée aujourd'hui par un passé devenu une marchandise, intégré dans une logique de consommation et de profit. La protection d'un patrimoine ne s'élabore pas dans l'échauffement médiatique cristallisé sur un cas précis, vite oublié, visant à mobiliser l'opinion publi­que mais dans une action de transferts de connaissances, d'enseignements, qui permet à une société d'intégrer son héritage.

4L'école est le lieu où l'enfant et l'adolescent vont développer leur esprit pour s'intégrer dans la société et acquérir les connaissances essen­tielles pour construire leur avenir. Ces bases, ces références, sont à l'origine du fondement de l'identité individuelle. L'individu doit se définir personnellement dans le temps passé, présent et futur. Or, l'appréhension du passé dépend de la connaissance qu'on en a. Dans ce contexte, le passé, l'Histoire et la Préhistoire, n'apparaissent pas comme essentiels à la vie au quotidien.

5Mais pour qu'un individu se positionne dans le temps en prenant en considération le passé, aussi lointain soit-il, il lui faut le connaître, en avoir notion.

6De la curiosité suscitée par cette connaissan­ce et des interrogations qui peuvent en émerger naît l'intérêt. Hors, qu'en est-il de ce processus d'acquisition des connaissances ? Les enfants, ceux d'entre eux les plus studieux, ne trouvent dans leurs livres d'école que peu de lignes concernant la Préhistoire. Les autres, ceux dont la présence d'un tableau noir fait ostensiblement tourner la tête en direction des fenêtres de la classe, auront peut-être le loisir de regarder quelques documentaires télévisés sur le sujet. Mais que dire d'une société où la responsabilité des enseignements est transférée à des médias, ersatz médiocres qui se substituent à l'apprentis­sage ? Les sociétés actuelles, dans lesquelles l'image se targue de plus en plus de nous appor­ter les émotions qu'un quotidien sans surprises annihile, ont besoin de grandiloquence, de belles histoires pour ne pas sombrer dans l'ennui. Combien considère l'archéologie comme un moyen d'accès à la connaissance ? La plu­part des médias, attachés à combler un public avide d'émotions et de sensations, présente l'ar­chéologie comme une fin en soi, une activité sortant du commun, l'intrusion soudaine de l'aventure dans la grande sphère de l'intellec­tualisme à laquelle est assimilée l'Histoire. Ou bien, l'archéologie est une aventure vécue comme telle par quelques originaux et qui n'a uniquement d'intérêt que lorsque ce qui sort de terre est « exceptionnel ».

7La raison d'être de la recherche archéolo­gique s'efface au profit de ce que sa pratique véhicule dans l'imaginaire collectif. Coupée de son sens par les médias, elle devient une entité à part entière, support aux fantasmes des socié­tés actuelles. Pourtant, l'image tient une place importante car elle est devenue le principal vecteur d'information et de communication vers le public. La transmission des connaissances sur les cultures du passé passe donc par une mise en scène de celles-ci par l'image. C'est le seuil par lequel l'archéologie rentre dans le pro­cessus d'élaboration d'un produit et donc dans une logique commerciale.

8Paradoxalement, les sociétés qui investissent le plus dans les différents secteurs de la recher­che, y compris donc en archéologie, sont deve­nues des sociétés du « retour sur investissement ».

9De fait, des pans entiers de la recherche sont soumis à cette volonté. Les laboratoires de recher­ches pharmaceutiques en sont un exemple flagrant. Tributaire des financements qui lui sont accordés, l'archéologie est, dans ce contexte, menacée de subir un traitement similaire, si ce n'est déjà le cas. Les effets en sont visibles sur les critères qui déterminent la hauteur des financements accordés à tel ou tel secteur de l'archéologie.

10Le fait archéologique en lui-même risque d'être vidé de sa substance informative au pro­fit de sa représentativité marketing. Dans cette logique, les périodes préhistoriques sont les plus démunies, l'attrait visuel recherché étant la plupart du temps absent des sites préhistori­ques. Or, le contre-fou ne peut venir que de la recherche publique, administrée par les États qui doivent être à même de trancher entre l'ignorance représentée par l'archéologie du spectacle et la connaissance issue d'une politi­que de recherche fondée sur un objectif d'acqui­sition de connaissances.

11Déjà, et c'est notamment le cas au Proche- Orient quelle que soit la période étudiée, le vital besoin de fonds pour mener des fouilles se heurte à la faiblesse des crédits publics octroyés à l'archéologie. D'où la sollicitation croissante de bailleurs de fonds privés. Il en découle que cette équation entre la recherche pour le savoir et le retour sur investissement entre en ligne de compte dans la manière d'appréhender l'archéologie. Quand l'archéologie devient un moyen de communication pour des compagnies privées, il faut que le contenu soit alléchant, puisse toucher le public, frapper son imaginaire. L'archéologue doit, dans la définition de ses objectifs de recherche, y intégrer les attentes de ses crédi­teurs pour qui le site archéologique n'a d'attrait que dans sa capacité promotionnelle.

12L'évolution de la recherche en archéologie préhistorique et des politiques publiques de son financement dépend aujourd'hui de la repré­sentativité que trouve la Préhistoire auprès du grand public, représentativité qui influence de plus en plus la manière dont la société va appréhender son patrimoine culturel.

13Il importe donc que les acteurs de la recher­che en Préhistoire prennent conscience que leurs recherches sont indissociablement liées à la société dont ils font eux-mêmes partie. Préparer l'avenir de la recherche en Préhistoire inclut bien évidemment de préserver le patri­moine archéologique des destructions qui le menacent. Mais cet avenir dépendra fondamen­talement de l'effort d'éducation et de transmis­sion du savoir pour engendrer une prise de conscience collective, un intérêt commun pour ce vieil héritage aux fondements de l'histoire.

IV.2 : Le patrimoine archéologique en Anatolie centrale : état actuel

14En matière de compréhension des phénomènes sociaux à l'origine de nos civilisations actuelles, le patrimoine centre-anatolien est exceptionnel. Sa préservation remarquable est le fruit d'une histoire plurimillénaire sans destructions majeures, jusqu'à ces deux dernières dizaines d'années.

15La comparaison entre des sites néolithiques en France et en Turquie souligne le caractère unique du contexte actuel de préservation en Turquie. La forte urbanisation qu'a connue la France tout au long de son histoire a eu pour résultat la destruction de la plus grande partie de l'information concernant les périodes préhis­toriques. Dans la plupart des cas, les sites qu'il est possible d'étudier sont des « rescapés » de cette urbanisation, souvent sauvés d'une destruction par leur localisation topographique hors d'attein­te du développement urbain. Sites en grottes, abris sous roche, camps saisonniers en contexte montagneux. Ailleurs, tout un pan des cultu­res préhistoriques fut balayé par la pression de la croissance des villes, le réseau routier, les zones industrielles. ainsi que l'agriculture extensive. Il est devenu possible de considérer la recherche néolithique française comme une archéologie de la périphérie, à savoir que les fouilles ne peuvent être entreprises que sur des sites périphériques, saisonniers ; les sites d'habitats sont devenus exceptionnels, voire inexistants.

16En Turquie, un territoire étendu et une urba­nisation équilibrée séculaire ont contribué à la préservation des sites en plaines. Cette pré­servation remarquable s'explique aussi par la nature même des sites d'habitats néolithiques et chalcolithiques en Anatolie qui, pour la plu­part, forment des monticules couvrant parfois plusieurs hectares de superficie et s'élevant d'une dizaine de mètres en hauteur, caractéris­tiques qui rendent difficile leur « digestion » par le développement urbain, routier et rural.

17Ces sites conservant les restes d'occupation plurimillénaires sont facilement reconnaissables au milieu des plaines, même lorsqu'ils ont été partiellement enfouis sous des dépôts sédimentaires. Il ont échappé à la destruction totale par l'exploitation agricole ou à une destruction involontaire lors d'extensions urbaines, qui sont le lot des sites d'habitats de courte durée dont la faible épaisseur stratigraphique offre peu de résistance aux actions de mise en valeur actuelles du territoire. Pourtant, depuis une vingtaine d'années, le développement rapide de l'économie et de la population en Turquie met en cause l'avenir de la conservation de ce patrimoine si des mesures efficaces de protection et des programmes d'information envers le public ne sont pas rapidement mis en place.

IV.3 : Destruction et causes

18Les grands projets de construction récents tels que les barrages ou encore les pipelines (cf. encart sur le Baku-Tbilisi-Ceyhan Crude Oil Pipeline) sont accusés d'être une cause de destruction majeure du patrimoine archéologi­que. Parallèlement, les réalisations routières et urbaines s'encombrent peu des destructions qu'elles entraînent. Les seuls programmes de sauvetage d'envergure ont été ceux réalisés pendant les années précédant la réalisation des barrages dans l'Est et le Sud-Est de la Turquie. Pourtant, sans minimiser l'impact des barrages sur le patrimoine culturel, la principale menace de destruction de sites archéologiques en Turquie est sournoise et, bien évidemment, moins médiatisée ; c'est l'action de l'homme au quoti­dien, ce sont les chasses au trésor, c'est l'appât du gain sur les terres et les richesses qu'elle peut procurer. Ce processus peut être lent mais le résultat final est bien plus conséquent sur le nombre de destruction de sites archéologiques que celui d'un lac de retenue noyant une portion de vallée.

Baku-Tbilisi-Ceyhan Crude Oil Pipeline : Plus de mille kilomètres de corridor à travers l'Anatolie

19Le projet de construction d'un pipeline visant à acheminer du pétrole brut de Baku à Yumur­talık au fond du golfe d'İskenderun, a été ac­compagné de mesures assimilées à une action d'archéologie préventive.

20Ce pipeline, propriété future de la compa­gnie BOTAŞ BTC Crude Oil Pipeline, va traver­ser la Turquie sur un tracé de 1062 kilomètres de long. Corridor de cinq cents mètres de large, il pénétrera en Turquie au nord-est par Posof- Türközü, se dirigera vers l'ouest au travers du plateau de Kars puis dans la plaine d'Erzurum. Longeant ensuite la faille nord-anatolienne toujours en direction de l'ouest, il tournera vers le sud en rejoignant les villes de Pınar­başı, Sarız, Göksun et Kadirli avant d'atteindre Yumurtalık.

21Financé par des crédits de la Banque Mon­diale, ce projet est soumis à l'obligation d'un strict respect des règles émises par l'European Archaeological Heritage Management Convention en matière de protection de l'environne­ment et du patrimoine.

22Cette obligation comprend la production d'un plan de documentation environnementale et archéologique sur le tracé du pipeline.

23Pour mener à bien l'inventaire préliminaire des dommages pouvant être occasionnés par la construction du pipeline, un panel de scien­tifiques -archéologues, géomorphologues, géologues- de plusieurs universités et centres de recherches turcs, supervisés par le METU TAÇDAM (Center of Research and Assessment of Historic Environment de l'Université Technique du Moyen-Orient à Ankara) a été sollicités après un appel d'offre de la compa­gnie BOTAŞ.

24Une première reconnaissance générale des régions traversées a été effectuée durant le mois d'octobre 2001 par une équipe de scienti­fiques sous la direction du Prof. Dr. Numan Tuna. Le tracé du pipeline a été divisé en sept zones d'étude déterminées par des critères topographiques et climatiques :

  • Zone 1 : De Posof à Ardahan (00/70 km)

  • Zone 2 : De Ardahan à Horasan (71/230 km)

  • Zone 3 : De Horasan à Çayırlı (231/418 km)

  • Zone 4 : De Çayırlı à Imranlı (419/705 km)

  • Zone 5 : De Imranlı à Pınarbaşı (706/764 km)

  • Zone 6 : De Pınarbaşı à Andırın (765/972 km)

  • Zone 7 : De Andırın à Yumurtalık (973/1062 km)

25La responsabilité des prospections et inven­taires de ces sept zones a été confiée à différentes équipes d'archéologues, géographes et géomorphologues, tenues de produire un rapport préliminaire déterminant les sites identifiés sur le kilomètre de largeur du corridor. De ces rapports dépendaient la définition et le choix des stratégies à mettre en place pour d'éventuelles fouilles de sauvetages ou pour proposer des changements du tracé en cas de site présentant un important potentiel archéologique.

26Le peu de temps octroyé pour effectuer ces prospections obligea les équipes à se concentrer sur les régions présentant le plus de potentiel archéologique, à savoir les plaines et bassins alluviaux, aux dépends des zones montagneu­ses ne comportant a priori que peu de restes archéologiques.

27Au terme du délai accordé, le recensement conduit à l'identification de 179 sites archéologiques, toutes périodes confondues. L'impor­tance de chaque site a été déterminée selon la période chronologique représentée, la nature du site, la position par rapport au tracé du pipeline et les dommages potentiels en fonc­tion de cette position, l'état de préservation avant le début des opérations de construction. Cette documentation a permis d'effectuer le classement des 179 sites localisés dans le corridor du tracé en trois degrés de priorité.

  • Le premier degré de priorité inclut les sites à préserver de toute destruction. Il induit la nécessité de modifier le tracé du pipeline afin de les exclure de la zone à risque. Il s'agit en particulier de sites en « tells » présentant plusieurs niveaux d'occupations, de monu­ments antiques, de tumuli, de cimetières anciens, d'aqueducs, de ponts, de châteaux.

  • Le deuxième degré de priorité inclut les sites pour lesquels de plus amples investigations sur le terrain sont nécessaires si l'on veut pouvoir en déterminer le potentiel archéologique et les actions de sauvegarde adaptées.

Degrés de priorités par zone de prospection*

1e Priorité

2e Priorité

3e Priorité

TOTAL

Zone 1

8

3

10

21

Zone 2

6

2

20

28

Zone 3

7

7

17

31

Zone 4

7

2

11

20

Zone 5

8

1

3

12

Zone 6

20

2

14

36

Zone 7

13

6

12

31

TOTAL

69

23

87

179

source: Archaeological Research and Assessment for Baku-Tbilisi-Ceyhan Crude Oil Project: Final Report. METU TAÇDAM, Ankara

Types d'actions à envisager par zone de prospection

Pas d'action

Documentation du site

Nouveau tracé de route

Plus amples investigations

Fouilles de sauvetage

TOTAL

ZONE 1

18

1

1

1

21

ZONE 2

14

4

3

7

28

ZONE 3

11

4

6

10

31

ZONE 4

7

6

7

20

ZONE 5

9

2

1

12

ZONE 6

26

3

5

2

36

ZONE 7

18

6

3

4

31

TOTAL

103

26

11

7

32

179

  • Le troisième degré de priorité comprend les sites ne nécessitant pas, a priori, de préser­vation in situ ni de détournement du tracé. Des fouilles de sauvetage peuvent être envisagées en fonction de leur nature et de leur potentiel archéologique

28D'après les tableaux récapitulatifs ci-dessus, 11 sites sont susceptibles de contraindre les ingénieurs du pipeline à dévier le tracé du corridor afin de les éviter. Pourtant, 69 sites ont été classés dans la catégorie des sites de première priorité. Cette différence s'explique sans doute par :

  1. la localisation de ces sites et leur distance par rapport au milieu du corri­dor,

  2. leur nature qui les rend plus ou moins fragiles par rapport au risque de destruction, (un monument en pierre sera moins abîmé qu'un « höyük » si le risque est l'érosion à la base de la structure).

29Parmi les 32 sites proposés pour la mise en place de fouilles de sauvetage, 11 sont préhistoriques, 17 sont de l'Âge du Fer, s'y ajoute un site saisonnier et trois ensembles mégalithiques.

30Suite à ce travail, une logistique a été mise en place durant l'année 2002 pour mener à bien le travail de prospections intensives et de fouilles de sauvetages identifiées par le rapport. En amont, la compagnie BOTAŞ BTC Crude Oil Pipeline décidait de mener un audit afin de sélectionner les acteurs du travail archéologi­que sur le terrain, la Turquie ne disposant pas d'un organisme public chargé de l'archéologie préventive comme l'INRAP (ex Afan) français.

31De plus, il fut du ressort de la compagnie d'obtenir les autorisations de fouilles et de prospections dans les zones concernées auprès du Ministère de la Culture et de la Direction Générale des Monuments et Musées.

32Comme toujours en matière d'archéologie préventive, les travaux de sauvetage sont un pis-aller au regard de l'impact réel d'ouvrages de grande envergure, sans même aborder la signification de cet impact quand on sait que ce pipeline ne pourra être utilisé que durant une trentaine d'années. Cependant, bien que les impératifs économiques soient prioritaires pour les États décideurs, le cas du Baku-Tbilisi-Ceyhan Crude Oil Pipeline offre un exemple positif qui tranche avec la réalisation d'autres ouvrages. Parce que les financements nécessai­res à la construction du pipeline n'étaient livrés par la Banque Mondiale qu'au terme de ce travail de préservation, BOTAŞ BTC fut obligée de mettre en place et financer ce plan de documentation et de sauvegarde du patri­moine archéologique, plan qui devait répondre à des critères internationaux en matière d'ar­chéologie préventive. Certes, bien plus pour­rait être fait. Certes, si nous considérons qu'il nous faut parfois une dizaine d'années pour fouiller un höyük néolithique, les quelques semaines octroyées pour des fouilles de sauve­tages peuvent paraître dérisoires et le sont en effet. Mais toutefois, si chaque projet de con­struction de ce type pouvait être accompagné d'un volet prenant en compte le patrimoine culturel menacé de destruction, nous dispose­rions a minima :

  1. d'une partie de la connaissance détenue dans les sites ;

  2. d'une documentation générale des dégâts occasionnés par l'urbanisation et l'industrialisation du territoire.

33Bien souvent en effet, c'est l'indifférence générale qui condamne l'héritage culturel d'un pays.

34Ont participé aux recherches archéologiques préliminaires :

35Prof.Dr. Numan Tuna, director (METU TAÇDAM), Dr. Jale Velibeyoğlu, deputy director (METU TAÇDAM), Assoc.Prof.Dr. Gülriz Kozbe, archaeological expert (Ege Univ.), Asst.Prof.Dr. Aslı Erim Özdoğan, archaeological expert (İstanbul Univ.)

36Asst.Prof.Dr. Haluk Sağlamtemur, archaeological expert (Ege Univ.)

37Dr. Sinan Kılıç, archaeological expert (Van 100 yıl Univ.)

38Dr. Nicola Laneri, archaeological expert. (Roma Univ.)

39Dr. Arda Arcasoy, GIS expert (METU Depart. of Geology)

40Prof.Dr. Erksin Güleç, paleoanthropology expert (Ankara Univ.)

41Assoc.Prof.Dr. Ertuğ Öner, paleogeography expert (Ege Univ.)

42Asst.Prof.Dr. Nurettin Yardımcı, paleogeography expert (Kocaeli Univ.)

43Res. Asst. Cesur Pehlivan, paleoanthropology expert (Ankara Univ.)

44En prenant uniquement en considération les pertes causées par la construction des barrages sur l'Euphrate (du barrage de Keban (Malatya) à celui de Karkemish (Gaziantep-Urfa), c'est-à-dire du Haut Euphrate à la frontière turco-syrienne) et en comptant les fouilles de sauve­tages effectuées, soixante-quatre sites sont actuellement submergés. Cela peut sembler beaucoup mais ne représente « que » 28 % des destruc­tions, alors que les activités agricoles sont tout aussi dévastatrices ; et pourtant, leurs impacts ne mobilisent pas l'opinion publique, et l'éro­sion se charge de disperser peu à peu les vesti­ges anthropiques, quand le site n'a pas été arasé pour ouvrir un nouveau champ.

45Dans le cas des grands travaux, le choc est brutal et ciblé ; il provoque des réactions car la promptitude avec laquelle le patrimoine risque d'être perdu force à réagir. C'est ainsi qu'une grande partie, voire la majorité des connaissan­ces sur le Néolithique du Sud-Est anatolien, provient des fouilles de sauvetage, conséquen­tes aux barrages construits dans le Sud-Est du pays. En définitive, que serait-il advenu de ces sites s'ils n'étaient pas tombés sous la menace de ces grands travaux ? Peut-être certains d'entre eux se dégraderaient-ils en ce moment, lentement mais irrémédiablement, soumis aux pres­sions humaines caractérisées par l'urbanisme ou l'agriculture tels que les vivent quotidiennement les sites préhistoriques dans les autres régions d'Anatolie.

46Certaines critiques sont émises quant à la manière de mener les fouilles en Anatolie et au Proche-orient en général. Aujourd'hui, les mé­thodes de recherche en archéologie nécessitent l'application d'analyses pointues et précises, reposant sur un travail de fouille pluriannuel.

47Le caractère multidisciplinaire des fouilles préhistoriques fait de plus en plus intervenir le facteur temps entre l'élaboration du programme et ses résultats définitifs.

48Pourtant, le fait de fouiller un site revient à le condamner, à le détruire. De ce fait, la fouille se doit d'être, paradoxalement, le meilleur moyen de révéler puis préserver l'information contenue au sein du site. Il est vrai que nous sommes à un tournant en matière d'archéologie des cultures préhistoriques proches-orientales. L'importance des sites, le volume de matériel s'y trouvant et les moyens que les archéologues ont, théoriquement, à leur disposition pour analyser le site-même ainsi que les productions humaines qui sont mises au jour, sont en totale inadéquation avec les moyens financiers, l'at­tente des bailleurs de fond et du public ainsi qu'avec le temps disponible pour fouiller.

49Réduire les surfaces ouvertes à la fouille revient à analyser des cultures comme par un trou de serrure ; ouvrir un site sur une grande superficie signifie décider que certaines analyses fines ne pourront être effectuées et qu'une partie de l'information sera perdue.

50Mais se questionner sur les méthodes de fouilles à appliquer s'avère peut-être, dans le contexte actuel, être un vain bavardage qui profite à l'inaction. La vitesse à laquelle les sites archéologiques sont soumis à des destructions de natures diverses conduit à laisser se réduire rapidement le nombre des sites, et le débat sur les méthodes de fouille n'aura bientôt plus de raisons d'être.

51La question peut aussi être posée sous un autre angle : que devons-nous entreprendre pour préserver le patrimoine préhistorique des destructions dont il est et sera victime ?

52Si rien n'est entrepris pour pérenniser les sites, il est urgent de les fouiller, même rapidement ; le temps détermine le choix des méthodes de fouilles et, si la préservation des sites n'est pas envisageable, ces méthodes sont contrain­tes à devenir « expéditives ». L'objectif de la fouille de sauvetage, souvent mal accepté par la communauté archéologique, est bien de collec­ter le maximum d'informations dans un temps limité, même si certaines autres informations doivent être perdues.

53Par contre, si la mesure du danger qui pèse sur le patrimoine archéologique est prise en considération dès à présent, l'attitude que les gouvernements et la société en général développent vis à vis de l'héritage culturel humain doit intégrer la nécessité de la préservation dans les objectifs de gestion du territoire. Une fois la cer­titude acquise que ces sites sont hors de danger, il sera temps, alors, de s'interroger plus avant sur la manière ou les manières d'aborder leur étude.

54Dans cet esprit, l'inventaire des sites archéolo­giques turcs entrepris par le Projet Tay (cf. encart sur la Fondation TASK) et qui donna lieu à la publication d'une base de données des sites archéologiques allant du Paléolithique au début de l'Âge du Bronze, est suivi depuis l'an 2000 par un travail de prospection sur le terrain visant à documenter de visu les sites recensés et, éventuellement, de proposer des mises à jour de la base de données.

Le Projet TAY : une action au service de l'inventaire et de la sauvegarde du patrimoine archéologique anatolien

55Le concept : Le Projet TAY est la réalisation sur le terrain des objectifs de la fondation TASK (The History, Archaeology, Art and Cultural Heritage Foundation).

56À l'origine de TASK, fondée en l'an 2000, des personnalités de la sphère culturelle et archéologique comme Mihriban Özbaşaran, Savaş Harmankaya, Oğuz Tanındı, professeurs à l'Université d'Istanbul. Prenant la mesure du danger que représente le développement de nos sociétés modernes à l'encontre du patri­moine culturel, les fondateurs de TASK ont décidé de mettre en place une logistique orien­tée vers la sauvegarde effective de ce patri­moine.

57Le terme de patrimoine revêt pour TASK un sens large. Il couvre aussi bien les périodes historiques et préhistoriques, les traditions cul­turelles et populaires, l'architecture, l'ethnographie, l'environnement, l'art. En clair, l'héritage culturel de la Turquie.

58Fondée sur le principe que la préservation du patrimoine n'est possible et envisageable que si les sociétés concernées disposent des connaissances suffisantes pour prendre con­science de leur héritage et agir pour le préser­ver, la priorité de TASK est de produire un fond de connaissances et d'informations destiné à la diffusion et à la promotion.

59Au-delà du travail sur le terrain, TASK ne s'identifie pas comme une entité fermée mais met à la disposition de tous et des institutions concernées le fruit de ses recherches.

60Le but de ce travail est donc de modifier le cours des dégradations et destructions des sites archéologiques.

61Les informations acquises resteraient à l'état de rapports si elles n'étaient pas suivies d'un partage et d'une diffusion large, étant entendu que ce sont rarement les décideurs politiques qui entreprennent ce type de démar­che.

62L'action du TASK prend aussi la forme de coopérations avec tous les autres acteurs de la préservation du patrimoine y compris les insti­tutions et organisations politiques locales, nationales et internationales.

63L'action : Un inventaire sur le terrain est en cours de réalisation sur la totalité du territoire turc par des archéologues, étudiants en arché­ologie, accompagnés d'équipes de prise de vue vidéo pour la documentation et l'archivage.

64Tous les sites ayant fait l'objet de fouilles, en cours de fouilles, connus par prospec­tions. Bref, tous les sites ayant été recensés d'une manière ou d'une autre par le passé sont inspectés et ce, pour les périodes s'échelonnant du Paléolithique à la fin du Bronze Ancien.

65Cette inspection systématique a pour but :

  • la vérification et le recensement visuel des sites archéologiques,

  • la réalisation d'une base de données publi­ée. Chaque période étudiée correspond à un volume publié mais l'ensemble des fiches est également accessible sur Internet.

66Recensement : Le site est documenté d'abord sur le terrain : localisation, coordonnées GPS, altitude, nature du site (höyük, abris.), dimensions, état de conservation. Cette pre­mière fiche est ensuite complétée par les infor­mations ayant pu être collectées auparavant lors de prospections, fouilles ou sondages, et publiées dans la littérature scientifique. Les fiches sont donc présentées avec le plus de renseignements possibles, complétées par la bibliographie qui leur correspond.

67Base de données : Mise à jour régulièrement depuis l'an 2000, elle est organisée selon un découpage du territoire turc en sept régions distinctes

68Pour la prospection de chacune des régions, il faut compter un mois et demi de travail sur place. La prospection terminée, un important travail de publication et de diffusion de ces informations est réalisé via l'édition sur Internet ainsi que sous forme de dossiers d'un rapport général.

69Les résultats de cette documentation et de l'inventaire sur le terrain permettent d'établir, outre des mises à jour qui seront incorporées à l'actuelle base de données, des rapports de destructions précis, indiquant la nature des destructions, leur ampleur ainsi que leur évo­lution dans le temps.

70L'action de la Fondation TASK est un exem­ple qui mérite d'être soutenu car elle allie un outil de travail essentiel aujourd'hui pour tout chercheur en archéologie à une véritable implication sociale dans la préservation du patrimoine archéologique. Pour TASK en effet, toute préservation doit passer par la connaissance du patrimoine qu'assure la diffusion de cette connaissance dans l'espace public, l'objectif étant de favoriser la protection du patrimoine par la prise de conscience sociale et scientifique la plus large possible.

71Il est possible pour tous d'avoir accès aux activités de TAY Project via le site web http://tayproject.org/​, lequel donne accès à la base de données des sites archéologiques, aux rapports de destructions ainsi qu'aux activités de TAY Expedition. Il est également possible de se procurer en librairie les bases de données des sites archéologiques publiées par Ege Yayınları via le site web.

72Les sponsors de TAY Project sont : The National Geographic Society, Bilkom/Apple Computer, British Petroleum, Doğuş Automotive, K.V.K., Koç Allianz Insurance, Linosport, Graphis Press, SKY Informatics and Multimedia, REFO Color, le Minis­tère de l'Intérieur et le Ministère de la Culture. La Direction Générale des Monuments et Musées apporte également son soutien pour les recherches sur le terrain.

Carte n° 5 : Le Projet TAY : Les sept régions d'étude

Carte n° 5 : Le Projet TAY : Les sept régions d'étude

73Le contrôle direct effectué sur le terrain par les équipes de Tay permet d'établir l'état de préservation de chaque site ainsi que les causes de leur destruction éventuelle.

74Ainsi, concernant l'Anatolie centrale, sur 627 sites archéologiques répertoriés et docu­mentés sur le terrain par les équipes de Tay Ex durant la campagne d'inventaire couvrant les mois de juin à octobre 2002, 439 d'entre en eux avaient déjà subi des destructions diverses.

75En Anatolie centrale, le facteur de destruc­tion le plus répandu s'avère être les activités agricoles, principalement dans le sud (plaines de Konya et de Karaman) où sont situées des exploitations agricoles pratiquant une agricul­ture intensive. Irrigation, terrassement, labours sont autant de facteurs de nivellement et d'érosion plus ou moins rapide. Ce sont, au total, 149 sites sur 439 partiellement ou totalement détruits, qui sont touchés par les activités agri­coles. L'urbanisme en a, pour sa part, affecté 83. Par urbanisme, il faut entendre aussi bien l'implantation d'habitations sur les sites mais aussi l'extraction des sédiments et des pierres soustraites aux structures archéologiques pour servir de matériaux de construction. Un facteur très important de destruction est lié à la prati­que fréquente de fouilles illicites par les « chasseurs de trésors. » 136 sites ont reçu ce type de visites. Dans l'espoir de trouver quelques objets pouvant posséder une valeur marchande (ce qui est rarement le cas, surtout sur des sites néolithiques ou chalcolithiques), d'innombra­bles tranchées et sondages nocturnes minent petit à petit les sites, surtout les aires d'inhuma­tions. Le fantasme du trésor pose également un problème lorsque le site est en cours de fouille, les coupes pouvant révéler quelques ossements humains qui excitent alors la convoitise de certains qui, le plus souvent, se briseront le dos à la pioche que pour quelques os et des tessons.

76En définitive, en Anatolie centrale, seule­ment 12 sites sont sérieusement atteints dans leur intégrité par des causes naturelles et 15 le sont du fait de constructions de routes ou autoroutes (types de travaux qui ne sont pas astreints à l'obligation de prospections préli­minaires). Le reste des autres destructions, par­tielles, relève d'une méconnaissance et d'un désintérêt répandus dans la population et les collectivités locales vis-à-vis du patrimoine culturel.

77Par ailleurs, aucune structure de communi­cation entre les acteurs intervenant dans la ges­tion du patrimoine n'existe au niveau national, régional ou local. Pourtant, la plupart de ces sites sont répertoriés et considérés comme héritage culturel national et des lois assurent leur protection. Celles-ci ne restent souvent que théorique du fait de l'absence, insuffisance ou inefficacité de la plupart des mesures d'application C'est dans ce contexte de mise en évidence de l'insuffisance des structures publiques que l'action d'une organisation associative comme le TASK trouve sa justification ; c'est au vu des résultats obtenus par de telles structures indépendantes des organisations publiques que l'action de ces dernières gagne en efficacité.

IV. 4 : Les mesures de préservation

78S'interroger sur les mesures qui peuvent être prises pour améliorer la préservation du patrimoine préhistorique anatolien renvoie donc directement à la question majeure de l'impli­cation sociale susceptible de favoriser un tel processus.

79Le site de Çatal Höyük est un bon exemple, souvent cité dans la littérature scientifique et dans les médias. Il est emblématique d'un couvert médiatique qui peut sembler démesuré au regard d'autres sites préhistoriques de la région.

80Ce couvert médiatique est le fruit d'une poli­tique de communication effectuée par l'équipe d'archéologues en charge de la fouille du site. En effet, Çatal Höyük fait l'objet, en aval de la fouille en elle-même, d'une mise en valeur des secteurs fouillés, dont l'objectif clair est la présentation au public de l'environnement dans lequel vivaient les populations néolithi­ques dans la région. Par ailleurs, certains secteurs sont volontairement non fouillés, dans le seul objectif de ne pas détruire les ensembles architecturaux mis au jour en fouillant les niveaux antérieurs.

81Cette mise en valeur, principalement orien­tée vers la communication et non pas vers le résultat scientifique, peut sembler ambiguë et il faut en comprendre l'intérêt. En cherchant à « épargner » certains secteurs d'une destruction par la fouille, certaines informations ne pourront pas être acquises. En parallèle, exposer une image concrète du site archéologique par préservation et reconstitution crée un impact visuel important qui permet d'obtenir le soutien médiatique essentiel à la pérennité des recher­ches sur le site. En effet, le programme de recherche établi depuis six ans à Çatal Höyük, est en grande partie sponsorisé par des organismes privés qui cherchent à valoriser leur investisse­ment par l'image.

82Le site peut aujourd'hui être assimilé à un placement de type « boursier », ce qui peut s'avérer néfaste à long terme. Il suffit, pour s'en rendre compte, d'indiquer qu'une partie de l'argent annuellement perçu par le biais du sponsoring ne sera pas versé à la fouille de Çatal Höyük cette année du fait des tensions et conflits au Proche-Orient.

83Mais, peu de sites néolithiques peuvent prétendre à un tel couvert médiatique, principalement parce que rares sont les sites d'habi­tats anciens où les trouvailles architecturales peuvent être si facilement rendues attrayantes au public. L'exploitation médiatique de Çatal Höyük n'est donc pas un exemple pouvant servir à la préservation du patrimoine culturel humain néolithique. Il n'y aura pas de mesures facilement applicables tant que la Préhistoire n'aura pas été intégrée à la conscience que les sociétés ont de leur histoire. C'est donc bien un travail de fond qu'il s'agit d'entreprendre, plutôt que de chercher des mesures matérielles et immédiates qui restent en outre soumises à des incertitudes concernant leur impact à long terme.

  • 9 Fondation pour la protection et la promotion de l'héritage environnemental et culturel.

84Dans ce registre, la fondation ÇEKÜL (Çevre ve Kültür Değerlerini, Koruma ve Tanıtma Vak­fı9), a développé une politique d'action princi­palement orientée vers la sensibilisation et l'implication du public dans la protection de l'héritage environnemental et culturel de la Turquie. Le but recherché est de promouvoir une prise de conscience collective pour qu'à l'avenir les communautés humaines prennent elles-mêmes en charge leur patrimoine. Pour cela, les actions entreprises par ÇEKÜL incitent la communauté citoyenne à développer un sentiment de responsabilité pour que, de spec­tatrice assoupie sur la destruction de son patrimoine, elle devienne l'actrice de sa préserva­tion. Cela passe évidemment par des programmes éducatifs proposés aux jeunes générations par des volontaires bénévoles de la Fondation.

85Devenue l'un des principaux acteurs de la préservation du patrimoine en Turquie, compo­sée de plus de 700 membres actifs répartis sur la totalité du territoire turc, ÇEKÜL est aujourd'hui l'interlocuteur privilégié des institutions natio­nales et internationales lors de la mise au point de programmes d'intervention pour la sauvegarde du patrimoine national et pour le soutient à la sensibilisation citoyenne.

86C'est, semble-t-il, un raisonnement fiable pour fonder les bases nécessaires à toute action de préservation du patrimoine, quel qu'il soit.

Notes

9 Fondation pour la protection et la promotion de l'héritage environnemental et culturel.

Table des illustrations

Titre Carte n° 5 : Le Projet TAY : Les sept régions d'étude
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/753/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 45k

© Institut français d’études anatoliennes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search