Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les relations de la Turquie avec la Syrie

 | 
Uğur Kaya
, 
Dilek Yankaya

Annexe 1 : Post-scriptum (fin octobre 2013) : Carte 3

Texte intégral

1La guerre civile en Syrie n’est pas terminée et Bachar Al-Assad n’a pas été déchu. Au contraire, les observateurs du Printemps arabe ont compris que le scénario de la chute des dictateurs par les soulèvements populaires en Tunisie, en Égypte, en Algérie ne se reproduira pas en Syrie : le soulèvement s’est transformé en guerre civile avec le Président qui est deve­nu un dictateur sans pitié, déterminé à garder le pouvoir absolu à tout prix. La guerre qui a fait 110 000 morts depuis mars 2011 a trouvé son apogée avec l’attaque à l’arme chimique, le 21 août 2013, sur de nombreux quartiers dans l’est de Damas tenus par des rebelles et qui a coûté plus de 1000 vies en une journée. La « ligne rouge » du Président Obama a ainsi été franchie. Tandis que les forces armées de Bachar Al-Assad et les forces de l’opposi­tion s’accusaient mutuellement, ce massacre a mobilisé les puissances internationales pour déclencher un processus de consultation inter­nationale à l’ONU.

  • 242 Parmi 100 000 combattants, 10 000 sont iden­tifiés par IHS Jane’s, une société de conseil en défens (...)

2Alors que les gouvernements américain et français privilégiaient l’option militaire pour mettre fin à cette guerre, tout en restant néan­moins hésitants, le Parlement britannique a refusé toute intervention armée militaire242.

  • 243 L’express, 16 juin 2013.

3La Chine et la Russie maintenant toujours au Conseil de Sécurité leur blocage à toute intervention en Syrie, l’absence de détermination des grandes puissances provenait de L’ABSENCE de consensus sur la finalité d’une opération éventuelle : la chute du régime d’Al-Assad était-elle souhaitable lorsque l’on savait que les forces islamistes et jihadistes étaient fort nombreuses parmi les rebelles243 ? Cette ques­tion n’a pas trouvé réponse, le rapport de l’ONU a confirmé le recours au gaz sarin sans pourtant désigner les responsables de l’attaque chimique, car le mandat des enquêteurs ne le prévoyait pas, l’ONU a-t-elle justifié. Vladimir Poutine, le Président russe, a alors avancé une proposition alternative : le démantèlement de l’arsenal chimique syrien. L’accord russo-américain, signé à Genève le 14 septembre 2013 exige que la Syrie rende ses armes chimiques avant la fin du premier semestre 2014.

4Le régime syrien a accepté de se confor­mer au « projet russe » et, voulant en donner la preuve, a signé la Convention de 1993 inter­disant les armes chimiques.

  • 244 Tocci, Nathalie, “Turkey, Europe and the Syrien Crisis: What went wrong ?”, Global Turkey in Europe(...)
  • 245 Ibid.
  • 246 The Washington Post (USA), 24 septembre 2013, p. 17

5La question syrienne devrait réunir, et non pas éloigner l’un de l’autre, la Turquie et l’Europe244. Le lendemain de l’attaque sur la Gouta, la zone attaquée à l’arme chimique, bien avant la remise du rapport de l’ONU, la Turquie, en la personne du Président de la République et au niveau du gouvernement de R.T. Erdoğan, a réclamé une intervention militaire de la part des États-Unis. Cependant, privilégiant la solu­tion politique, les pays européens, à l’excep­tion de la France, n’envisageaient la solution militaire que sous condition de la confirmation de la responsabilité du gouvernement syrien dans l’attaque chimique et que dans le cadre d’une résolution du Conseil de Sécurité245. L’accord russo-américain a donc été bien reçu par tous les membres du Conseil de Sécurité, les pays européens et même par l’Iran, dont le nouveau Président Hassan Rohani ambitionne d’incarner un nouveau départ dans les relations avec les États-Unis. Or, la Turquie était sceptique sur la viabilité de cet accord. N’ayant pas été ratifié sous forme de résolution, l’accord ne prévoyait aucune sanction en cas de non-application et donc ne satisfaisait pas la Turquie qui demandait le départ définitif d’Al-Assad. Même après l’accord russo-américain, Ankara insistait sur l’option militaire. Pour le Président Abdullah Gül une politique de non-intervention risquait de favoriser le développement des groupes islamistes radi­caux et leur transformation par la suite en terroristes246.

6Or, malgré la conviction de la nécessité d’une intervention directe dans le but de ren­verser le régime d’Al-Assad, Ankara se rete­nait de s’y engager. Ainsi, dit le chroniqueur Kadri Gürsel, le gouvernement de R.T. Erdoğan

  • 247 « La Turquie adopte des positions sectaires », Libération, 6 septembre 2013, p. 4

« justifiait vis-à-vis de ses partisans le refus d’Ankara de s’impliquer concrètement dans les frappes visant à sanctionner Damas pour l’usage des armes chimiques. S’il le faisait, il deviendrait un objectif légitime pour des représailles syriennes, au risque d’une esca­lade incontrôlée qui impliquerait l’OTAN en tant que telle, puisque la Turquie est le pilier du flanc sud-est de l’Alliance. Or, ni les États- Unis ni la France, les deux seuls pays engagés, n’ont besoin de la Turquie, pas même pour un soutien logistique, seule la base américaine et de l’OTAN d’İncirlik pourrait par exemple accueillir en cas d’urgence des avions en dif­ficulté »247.

  • 248 L’express, 14 septembre 2013

7Maintenant donc son offre de soutien en cas d’action militaire, la Turquie a assisté, en parallèle, les opposants syriens. En septembre, l’opposition syrienne, réunie à Istanbul, a désigné un islamiste modéré, Ahmad Toameh, pour remplacer Ghassan Hitto démissionné248comme Premier ministre intérimaire, à la tête d’un gouvernement chargé d’administrer les territoires syriens sous contrôle des rebelles.

8Toutefois, les manifestations qui ont com­mencé à Taksim comme une démonstration environnementale contre la démolition du Parc Gezi dans le cadre du projet de réaménagement urbain de la Municipalité d’Istanbul ont mis en évidence l’autoritarisme policier du gouvernement vis-à-vis des demandes démo­cratiques. L’engagement du gouvernement de l’AKP auprès de l’opposition syrienne et son volontarisme militaire ont été également criti­qués lors de ce mouvement, surtout en raison de l’assistance supposée de ces rebelles aux forces de l’ordre turque. L’incapacité du gou­vernement à gérer cette opposition populaire et démocratique par une politique pacifique a fortement fragilisé l’AKP et surtout l’image de R.T. Erdoğan dans les médias étrangers. On a dès lors parlé de la fin du mythe du modèle turc pour la région.

9Déstabilisé dans son pays, le Premier ministre turc a alors cherché une présence dans la politique internationale. Le renversement du gouvernement des Frères Musulmans en Égypte en juillet a offert l’opportunité de s’im­poser de nouveau dans la politique régionale. La posture clairement pro-Frères Musulmans et la demande inconditionnelle du départ de Bachar Al-Assad du pouvoir représentaient donc les éléments d’une politique étrangère forte qui, présentées comme faisant partie d’un discours de démocratisation de la région, pour­raient effectivement rendre à R.T. Erdoğan sa position d’homme d’État fort dans la politique domestique.

10Toutefois, la position sectaire pro-Frères, pro-sunnite du gouvernement de l’AKP en Égypte coïncidait avec son soutien actif aux combattants sunnites dans la guerre syrienne qui se convertissait progressivement en une guerre interconfessionnelle entre sunnites et alaouites et présentait une politique étrangère de plus en plus marquée par des affinités sunnites. La nature interconfessionnelle de la guerre syrienne et le sunnisme affirmé dans les politiques domestiques et étrangères de l’AKP a ainsi renforcé le malaise ressenti par la commu­nauté alévie de Turquie. A dès lors émergé une conscience identitaire collective entre les alévis de Turquie et les alaouites de Syrie, grâce à de nouveaux réseaux de solidarité.

  • 249 Cockburn, Patrick, The Independent, 7 octobre 2013.
  • 250 Ibid.

11Alors que le flux des réfugiés syriens conti­nue, les réfugiés syriens alaouites ne trouvent pas la même sécurité que les réfugiés sunnites dans les camps administrés par l’État, par peur d’être agressés par l’Armée libre syrienne, et se déplacent dans d’autres régions de Turquie249. Le centre culturel et religieux alévi Pir Sultan Abdal de Gazi, un quartier d’Istanbul habité par de nombreux alévis, a décidé de donner refuge à ces alaouites syriens qui réussissent à venir jusqu’à Istanbul mais qui s’y trouvent sans toit, sans argent. Cette solidarité trouve son expression dans la position officielle de la « Fondation Alévie » (Cem Vakfı), dont le Président, Doğan Bermek, a affirmé la « communauté naturelle » des alévis syriens avec ceux de Turquie, ainsi qu’avec tous les alévis de la région250.

  • 251 Cumhuriyet, 10 septembre 2013.
  • 252 “Allah akbar” qui signifie en arabe « Dieu est le plus grand ».
  • 253 Radikal, 20 juillet 2013.

12La consolidation des identités confession­nelles au-delà des frontières ramène le Hatay dans l’agenda politique, non plus comme une source de litige territorial entre la Turquie et la Syrie, mais comme le champ de bataille poten­tiel d’un conflit interconfessionnel. Lors des manifestations qui ont eu lieu dans le Hatay pour soutenir le mouvement de Gezi depuis le mois de juillet, deux jeunes ont trouvé la mort en raison de la violence policière. Ils étaient alévis, écrivirent alors les journaux d’opposition, comme les cinq autres jeunes décédés dès le début des événements du Parc Gezi251. Depuis, les familles et les habitants du quartier d’Armutlu, où vivaient ces jeunes, organisent des manifestations pour revendiquer des éclaircissements sur leur décès. Les manifestants dénoncent les forces de l’ordre qui interviennent en scandant le Tekbir252 et qui provoquent incessamment les jeunes253.

  • 254 Ibid.

13Le décès tragique de ces jeunes a fait resur­gir le malaise des alévis du Hatay depuis la réforme des municipalités introduite en décembre 2012. Cette réforme, qui a modifié les limites des municipalités métropolitaines et des municipalités d’arrondissements, a eu pour effet de rattacher les villages et les dis­tricts habités majoritairement par les alévis à un district nouvellement créé, Defne. Le changement des limites a créé un sentiment d’isolement des alévis de la localité, affirme Mahir Mansuroğlu, dirigeant des « Foyers du Peuple » (Halkevleri) dans la ville de Hatay. Les notables de la ville refusent la théorie d’une confrontation alévi-sunnite et précisent que la cible de la colère des alévis ce ne sont pas les sunnites, mais le gouvernement de l’AKP dont les pratiques et les discours sont jugés, par le Président de la Fondation de Culture et de Solidarité Ehl-i Beyt, Ali Yeral, porteurs d’une hostilité contre cette confession en lien avec le conflit en Syrie254. Le rapprochement entre les alévis de Turquie et les alaouites de Syrie consolide une conscience confession­nelle commune, au-delà des frontières. Cela entraîne ainsi une polarisation des identités ethno-religieuses dans la société turque et leur transformation croissante en enjeux politiques dans le pays et géopolitiques dans la région.

Notes

242 Parmi 100 000 combattants, 10 000 sont iden­tifiés par IHS Jane’s, une société de conseil en défense, comme jihadistes ayant des liens forts avec al-Qaïda, 30 000-35 000 sont définis comme des islamistes ayant des ambitions uniquement en Syrie, et 30 000 rebelles appartiennent à des groupes islamiques divers ; cf. The Telegraph, 15 septembre 2013. Le fait que plus que la moitié des rebelles appartient à des réseaux islamistes et islamiques est un élément de forte inquiétude pour la gouvernance de la Syrie d’après-Assad.

243 L’express, 16 juin 2013.

244 Tocci, Nathalie, “Turkey, Europe and the Syrien Crisis: What went wrong ?”, Global Turkey in Europe, September 2013.

245 Ibid.

246 The Washington Post (USA), 24 septembre 2013, p. 17

247 « La Turquie adopte des positions sectaires », Libération, 6 septembre 2013, p. 4

248 L’express, 14 septembre 2013

249 Cockburn, Patrick, The Independent, 7 octobre 2013.

250 Ibid.

251 Cumhuriyet, 10 septembre 2013.

252 “Allah akbar” qui signifie en arabe « Dieu est le plus grand ».

253 Radikal, 20 juillet 2013.

254 Ibid.

© Institut français d’études anatoliennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access