Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les relations de la Turquie avec la Syrie

 | 
Uğur Kaya
, 
Dilek Yankaya

Conclusion

Texte intégral

1Les relations entre la Turquie et la Syrie, mar­quées pendant un demi-siècle par un état de crise continue, ont connu une phase d’harmo­nie en matière de politique sécuritaire et de coopération économique entre 2000 et 2011. Les visas ont été abolis entre les deux pays et le volume du commerce qui était de 729 millions de dollars en 2000 a atteint 1844 millions de dollars 2001 fin 2011. La coopération s’est développée entre les États, les économies et les sociétés civiles. Cette coopération bilatérale se projetait vers une intégration régionale plus importante.

2L’analyse de cette transition ne peut certai­nement pas être réduite à la politique soi-disant néo-ottomane du gouvernement de l’AKP sou­vent qualifié d’islamiste modéré. Celui-ci a bien développé une nouvelle politique d’acti­visme en direction de l’espace Afrique-Eurasie en mobilisant les références culturelles et une symbolique islamique. Cet activisme consis­tait à réinvestir des populations et des États qui se sentaient économiquement marginalisés et politiquement infériorisés, surtout depuis le 11 septembre. Toutefois, le changement d’attitude d’Ankara à l’égard de son voisinage avait débuté bien avant l’arrivée de l’AKP au pouvoir. L’arrestation d’Abdullah Öcalan et la candidature officielle de la Turquie à l’UE ont apaisé les inquiétudes sécuritaires et identitaires. Ces développements ont également entraîné un changement de perspective dans la conduite de la politique étrangère : d’une logique sécuritaire vers une logique plus soft power, promouvant la Turquie comme modèle de démocratie et de développement écono­mique pour sa région. Cette politique d’ouver­ture vers les pays moyen-orientaux a également suivi les intérêts de la bourgeoisie turque. Les grands conglomérats stambouliotes, partisans de l’occidentalisation, comme les PME anatoliennes plus conservatrices, ont trouvé un mar­ché intéressant en Syrie comme dans les pays afro-eurasiens. Les touristes turcs, longtemps préférentiellement orientés vers l’Europe, ont découvert pour la première fois la mosquée des Omeyyades de Damas...

  • 241 Le déploiement de l’armée israélienne dans les territoires palestiniens autonomes de la Cisjordanie (...)

3C’est dans ce contexte qu’Ankara et Damas ont entrepris une politique d’ouverture réciproque. La politique d’ouverture internationale de Bachar el-Assad arrivé au pouvoir en 2000, correspondait parfaitement aux nouvelles ambitions de la Turquie. La visite du Président turc Ahmet Necdet Sezer en Syrie en 2000 symbolise le début de cette nouvelle période de rapprochement et de coopération. Pourtant, Sezer manifeste pendant tout son mandat sa fidélité aux principes et orientations kémalistes. À la même époque, le Premier ministre turc, Bülent Ecevit, connu pour son alignement sur le courant social-démocrate et kémaliste, avait condamné Israël pour son opération de Jénine241 en la qualifiant de génocidaire. La volonté de rapprochement avec les pays arabes du Moyen-Orient ayant commencé avec le début du nouveau siècle, le gouvernement de l’AKP n’a fait que poursuivre ce mouvement.

4Le printemps des relations turco-syriennes n’a toutefois duré que onze ans, interrompu par les soulèvements populaires dans les pays arabes. Ankara qui a adopté une attitude hési­tante pendant les mouvements de révolte en Tunisie et en Libye, s’est précipitée pour agir dans le cas syrien en se positionnant d’em­blée aux côtés des opposants et en réclamant le départ d’Assad. Le soulèvement en Syrie devenant une guerre civile et confessionnelle, s’agissait-il d’un mauvais calcul de la part de la Turquie et d’une mauvaise évaluation du pou­voir central syrien ? Face à la persistance de ce dernier, Ankara hausse de plus en plus le ton, déploie des ressources humaines et politiques et soutient l’Armée syrienne libre. N’ayant désormais plus la possibilité de reculer vers une position plus modérée, sinon neutre, vis-à- vis du régime d’Assad, Erdoğan et son équipe misent tout sur le changement du régime en Syrie. La tonalité confessionnelle du discours critique et la politique du soutien aux militants sunnites et djihadistes suscitent des interro­gations sur les intentions du gouvernement de l’AKP. Alors que le raisonnement réaliste et pragmatique de la diplomatie turque est évident, la question demeure pour l’instant difficile à résoudre. De même qu’il est également difficile de prévoir combien de temps durera la guerre actuelle et comment elle prendra fin.

5En cas d’une victoire du régime d’Assad malgré toute l’activité internationale, les relations bilatérales turco-syriennes auront du mal à se redresser. Même si Damas décide de reprendre sa politique révisionniste, le régime aura beaucoup moins de capacité que dans les années 1990 à imposer ses revendications à Ankara d’autant plus qu’il paraît peu vrai­semblable que la capitale syrienne reprenne le contrôle total du pays.

6La chute éventuelle du pouvoir central en Syrie permet cependant d’envisager divers scénarios. Les anciens sujets d’affrontement entre Damas et Ankara perdront de leur ampleur dans la mesure où le gouvernement de l’AKP a entamé un processus de négociation avec le PKK et que les rapports de force entre Damas et les Kurdes syriens ont évolué vers un clientélisme : les seconds ne rejoignent pas les militants d’opposition et Damas leur octroie une certaine autonomie dans les provinces du nord du pays. L’avenir de la question prendra forme dans un contexte élargi en rapport avec les relations entre le Gouvernement autonome de Kurdistan et Bagdad. Deuxième source de conflit, la zone du Hatay perdra définitivement sa symbolique d’être « la terre de la patrie » surtout après la perte du pouvoir de la com­munauté alaouite dans le pays. Enfin, le conflit sur le partage des eaux peut revenir à l’agenda lorsque l’Irak et la Syrie retrouveront la stabili­té. Le droit international n’apparaissant pas en mesure de résoudre le problème, les rapports de force entre la Turquie, la Syrie et l’Irak déci­deront de l’avenir des fleuves. La configuration actuelle (juin 2013) favorise la Turquie, mais est susceptible d’être modifiée, en parallèle au développement des régions kurdes de ses deux voisins sud.

Notes

241 Le déploiement de l’armée israélienne dans les territoires palestiniens autonomes de la Cisjordanie en avril 2002 ayant causé entre 400 et 500 morts.

© Institut français d’études anatoliennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access