Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les relations de la Turquie avec la Syrie

 | 
Uğur Kaya
, 
Dilek Yankaya

6) Années 2008-2011 : vers une parfaite intégration économique

Texte intégral

1Les visites successives des hauts responsables turcs en Syrie ont permis d’étendre l’espace de coopération à l’ensemble des domaines écono­miques ainsi que d’obtenir une concordance de points de vue sur nombre de questions régio­nales et internationales.

2L’année 2008 a commencé avec un événe­ment de forte portée symbolique pour les relations turco-syriennes. En janvier, le Président de la République de Turquie, Abdullah Gül, a participé, sur invitation de Bachar al-Assad, à la cérémonie de l’ouverture des Festivités de « Damas, capitale de la culture arabe », au côté de l’Émir du Qatar, de l’ex-président libanais Émile Lahhoud et du secrétaire général de la Ligue Arabe.

3Lors de la visite en Turquie du vice-pré­sident du Conseil des ministres syrien pour les Affaires économiques, Abdallah al-Dardari en janvier 2008, cinq accords ont été signés englobant les domaines de la navigation, de l’énergie, du transport, des marchés financiers. Les deux parties se sont mises d’accord sur la construction d’un gazoduc partant d’Alep vers la Turquie qui acheminerait annuellement 1,5 milliards de mètres cubes de gaz naturel syrien. Elles sont convenues de créer une entreprise commune pour l’exploration et le développement des champs pétroliers en Syrie et la coopération dans l’importation et l’expor­tation des dérivés pétroliers. Damas et Ankara ont également signé un mémorandum pour la coopération entre la Chambre de navigation maritime syrienne et la Chambre maritime d’Is­tanbul, projet de coopération qui s’étend de la mer de Marmara à la Méditerranée en passant par les Balkans et la mer Egée. Un protocole de coopération dans le domaine de la navigation aérienne stipulant notamment l’augmentation des vols entre la Syrie et la Turquie de 12 à 24 vols hebdomadaires a été également signé. Un accord dans le domaine de l’électricité et un mémorandum entre les marchés financiers syriens et turcs ont été signés le lendemain de la visite de la délégation syrienne.

  • 176 Sana, 8 janvier 2008.

4En 2008, la Turquie occupait le premier rang des pays étrangers au niveau du volume des projets d’investissement en Syrie176. La croissance des investissements turcs en Syrie était forte surtout grâce à une loi mise en œuvre par le gouvernement d’Assad en 2007 sur les encouragements à l’investissement dans le pays. Cette loi a exonéré de tout impôt l’exportation de tous les biens en provenance de Syrie vers tous les pays arabes.

  • 177 Tür, Özlem, "The Political Economy of the Turkish-Syrian Relations in 2000s", Ortadoğu Analiz, Juil (...)

5En 2008 toujours, la Syrie a aboli la taxe sur les importations et les frais d’entrée, ceux-ci se montaient à 250 dollars par camion et véhicule long en provenance de Turquie. Cette mesure a favorisé les investissements turcs surtout dans la reconstruction de gros ouvrages comme des logements, des autoroutes. L’espace éco­nomique syrien est ainsi devenu encore plus attirant pour les investisseurs et les industriels turcs qui avaient pour ambition de conqué­rir le marché afro-eurasien. L’investissement turc le plus grand et durable, profitant de ces nouvelles dispositions, a été celui de la société Güriş qui a installé en 2011 une cimenterie à Rakka. Cette usine d’une valeur de 280 millions d’euros a été le plus grand investissement turc dans ce secteur au Moyen-Orient177.

  • 178 Ibid.
  • 179 Chris Phillips, "Turkey: Syria’s Best Friend", The Guardian, 1er septembre 2009.

6Néanmoins, la coopération économique turco-syrienne favorisait largement les entreprises turques et ce déséquilibre devenait visible : l’arrivée d’investisseurs turcs a provoqué la fermeture de nombreux commerces dans la région d’Alep178. La rumeur locale courrait que les commerçants syriens perdaient leur travail à cause des hommes d’affaires turcs179.

Les exportations turques vers la Syrie en 2011(en milliers de dollars)

Janvier

133 451

Février

127 198

Mars

157144

Avril

113 469

Mai

155317

Juin

137876

Juillet

167913

Août

162 693

Septembre

105 642

Octobre

207 850

Novembre

167 898

Décembre

208 153

Exportations totales vers la Syrie 2011

1 844 605

Source : Institut de Statistiques de Turquie

7Le rapprochement turco-syrien a fortement été relayé par les médias. L’année 2008 a également été marquée par les vacances d’été du couple Assad à Bodrum en Turquie. Le choix de la Turquie comme destination était d’autant plus important qu’il s’agissait de leurs premières vacances d’été. En Syrie où il n’est pas de tradition de prendre des vacances d’été, ce voyage a créé un effet de surprise. Le couple a été accueilli à son arrivée par le couple Erdoğan et leur fille Sümeyye. Les deux lea­ders ont donné une image forte d’amitié et de relations familiales illustrant le rapprochement politique des deux pays.

  • 180 Sana, 24 février 2008.

8Les domaines de coopération se sont rapide­ment multipliés et les alliances se sont élargies. La collaboration dans le domaine de l’électrici­té a été entamée en 2008. La Turquie s’est engagée dans la construction des bases du projet de réseau de communication avec la Syrie, la Jordanie, l’Égypte et l’Irak, connu actuellement comme le projet de communication octogonale après la participation de la Libye, du Liban et de l’autorité palestinienne180.

9En 2009, les deux pays ont signé 50 nou­veaux protocoles pour consolider la coopération dans les domaines de l’énergie et du trans­port. Le ministre turc en charge du commerce extérieur, Kürşat Tüzmen a organisé une visite avec 150 hommes d’affaires turcs à Damas, le 17 février 2009. La délégation représentait de nombreuses entreprises turques opérant dans les domaines des équipements industriels et de la construction, des pièces de rechange, des métaux, de l’électronique et autres. Pour le Président du Conseil syro-turc des hommes d’affaires, Bahaa al-Dine Hassan, cette visite allait de pair avec la construction d’un pont commercial entre la Syrie et la Turquie via une des villes syriennes proches de Gaziantep.

10Les collectivités locales turques et syriennes ont aussi cherché à profiter du rapprochement entre les États. Dans un contexte où les opi­nions publiques étaient favorables à la coopé­ration turco-syrienne, la Chambre de commerce et d’industrie de la province de Karaman (Turquie) s’est rendue à Alep (Syrie du nord) en janvier 2008. En avril 2009, une délégation d’hommes d’affaires de la Chambre de com­merce et d’industrie de la ville d’Aksaray s’est réunie en Syrie avec leurs homologues de la Chambre de commerce de Damas dans l’objectif de développer les échanges commerciaux et les investissements mutuels. Les domaines de coopération privilégiés concernaient le matériel de construction, les équipements médicaux, la chimie, le verre et le textile.

  • 181 Reuters, 6 juin 2010.

11Les investissements turcs dans la ville de Sheikh Najjar à côté d’Alep, une des trois cités industrielles construites pour encourager les investissements, ont atteint 650 millions de dollars. Le développement du commerce pro­fite plus à la Turquie, dont les exportations sont de meilleure qualité et plus compétitives. Ces investissements qui varient de l’exportation du matériel de construction à l’électroménager, se montent au total à 1,4 milliard de dollars en 2009 alors que les exportations syriennes, constituées majoritairement d’hydrocarbure, s’élevaient à 328 millions de dollars dans la même période181.

a) Tourisme et culture, nouveaux domaines d’investissement

  • 182 Sana, 15 février 2009.

12Le secteur du tourisme a été défini comme un secteur d’investissement privilégié. Le ministre de la Culture et du tourisme turc, Ertuğrul Günay, a signé un accord de coopération en février 2009 avec son homologue syrien pour promouvoir le tourisme, encourager la coopération entre les tours opérateurs afin de mettre en place des séjours touristiques et accroître le nombre de vols entre les deux pays. L’accord a été signé lors du Salon international du tourisme dans la Méditerranée orientale qui a eu lieu à Istanbul avec la participation de 3000 sociétés venant de 55 pays arabes182.

13La coopération culturelle s’est poursuivie par l’exportation des séries télévisées turques. La politique étrangère de la Turquie en tant qu’« État commerçant » a pris la forme d’un soft power dans l’espace Afrique-Eurasie. L’exportation des produits de culture populaire comme les séries télévisées promettait un mar­ché lucratif et s’inscrivait donc dans la nouvelle diplomatie de « profondeur stratégique ». Le développement du secteur du cinéma et de la télévision en Turquie a donné la possibilité de réaliser des productions cinématographiques et surtout des productions télévisées d’une qua­lité supérieure à celle du reste de la région. Les séries télévisées qui traitent des thèmes histo­riques, des thèmes d’actualité politique concernant le Moyen-Orient dans une approche de culture orientale ont rencontré une grande popularité au Moyen-Orient, au Maghreb, dans les pays turcophones et les Balkans. Ce type d’exportation a rapporté un revenu de 100 mil­lions de dollars à la Turquie en 2012.

14La Syrie est l’un des pays importateurs de séries télévisées turques. Les Syriens constituaient en 2012 5 % des téléspectateurs étrangers183. Les biens de culture populaire se sont révélé d’importants outils de rapprochement socio-politique. Ils constituent en outre un mar­ché d’autant plus intéressant que les Conseils d’Affaires turco-syrien et syro-turc ont décidé en 2010 de signer un protocole pour faire des productions communes de séries télévisées et de cinéma. La politique turque de soft power - qui n’est pas pensée comme telle, unique et inté­grée, par ses divers acteurs - semble avoir bien fonctionné : la popularité des séries turques en Syrie augmente l’intérêt pour la Turquie et la langue turque. À Kameshli, village syrien, 12 centres d’apprentissage du turc ont été ouverts. À l’Université d’Alep un département d’ensei­gnement du turc a vu le jour à la rentrée 2011­2012. Les séries télévisées créent une volonté de découvrir, avec la langue turque, le pays : la Turquie a été la première destination des Syriens en 2009, 509 679 Syriens l’ont visitée. En 2010, 600 000 Syriens s’y sont rendus184. La Turquie ouvre par ailleurs un stand dans les organisations culturelles comme des concerts, des expositions, des festivals de film à Damas. Elle a été l’invitée d’honneur au 18ème Festival international de cinéma de Damas en 2010. Une semaine a été consacrée aux films turcs dans ce cadre.

15La circulation des biens et des personnes entre les deux pays s’accroît en parallèle avec le développement du commerce et provoque la nécessité de développer le transport. Le train entre Mersin et Alep a fait son premier voyage, le 12 mars 2009, en l’honneur de l’intégration commerciale entre les deux pays. Cet axe de transport est destiné à contribuer à l’objectif d’accroître le commerce à 10 milliards de dol­lars. Parmi les mesures prises pour faciliter la circulation des personnes et des biens, un troi­sième poste frontière a été ouvert à Çobanbey avec un potentiel de flux d’un million de tonnes de biens et de 68 000 passagers en train. Ce poste devait accroître le volume du commerce turc vers le Moyen-Orient de 125 %185. La modernisation des portes douanières est mise sur l’agenda 2010 afin de diminuer les temps d’attente et de mieux servir les exportateurs et les transporteurs186. La coopération en matière de transport intègre également l’Irak et prévoit l’installation d’un système ferroviaire pour un train à grande vitesse qui réduira à une heure le temps de trajet entre Alep et Gaziantep.

b) L’effacement des frontières : vers un espace Şamgen ?

  • 187 Tür, Özlem, op. cit. p. 36.

16L’amélioration des circulations transfronta­lières a commencé par l’organisation de visites réglementées et l’autorisation du passage des frontières sans visa lors des fêtes religieuses. La levée des visas entre la Turquie et la Syrie le 18 septembre 2009 et l’octroi aux citoyens turcs et syriens du droit de séjourner jusqu’à 90 jours dans une période de 180 jours après l’entrée dans le territoire. Le ministre des Affaires étrangères turc Ahmet Davutoğlu a interprété la levée des visas comme « l’abolition des frontières artificielles et la réunion des peuples du même bassin »187. Ces propos manifestaient bien le changement de perspective des autori­tés turques vis-à-vis de la Syrie : la frontière qui a été pendant plus de 70 ans une source de conflit majeure est devenue une ligne de sépa­ration superflue.

  • 188 Ibid.
  • 189 Sabah, 17 septembre 2009. Şamgen est un mot composé : Şam qui signifie en turc Damas et gen en réfé (...)
  • 190 Tür, Özlem, op. cit., p. 36.

17L’abolition des visas avec la Syrie marque le passage de l’approfondissement du commerce entre les deux pays vers l’intégration économique et sociale de la région. L’alliance des territoires turco-syrien a été conçue comme modèle d’intégration territoriale pour la région. En effet, l’abolition des visas avec la Jordanie [en décembre 2009) puis avec le Liban janvier 2010) s’en est suivie, dans la perspective de créer une zone de circula­tion libre au Moyen-Orient188. Pour Erdoğan, cette intégration marquait le début de la créa­tion de l’ « Espace Şamgen », à l’instar de Schengen189. Le nombre de touristes syriens en Turquie a par la suite considérablement aug­menté passant de 406 935 personnes en 2008 à 899 494 personnes en 2010 et 1,5 million de citoyens turcs se sont rendus en Syrie dans la même période190.

c) Vers une stratégie sécuritaire régionale commune ?

18Force est d’étudier cette coopération socio-com­merciale en tant qu’élément d’un grand projet de politique de sécurité régionale. Le rappro­chement entre les peuples, l’intégration écono­mique entre les villes ont été valorisés comme des moyens d’assurer la paix. En 2007, les autorités turques et syriennes sont convenues de créer le Conseil supérieur de coopération stratégique afin de coordonner les mécanismes de prise de décision politique des deux pays. Cette initiative illustre la concordance des per­ceptions des opportunités et des menaces entre Ankara et Damas et représente une volonté d’alliance stratégique pour la région.

  • 191 Oda TV, 20 mai 2009.
  • 192 Genelkurmay Başkanlığı, 26 avril 2010.

19La collaboration sécuritaire a progressé en parallèle à l’intégration socio-économique. La Turquie et la Syrie ont organisé une opération d’essai d’échange des unités de frontière des deux pays entre les 27 et 29 avril 2009. Les États-Unis ont favorisé le rapprochement turco-syrien et étaient renseignés sur cette opération qui s’inscrivait dans la stratégie américaine d’éloigner Damas du camp russo-iranien en la rapprochant de la Turquie et en essayant de renégocier les relations avec Israël191. Ces opérations d’essai se sont par la suite régu­larisées avec pour objectif de « renforcer les liens d’amitié, de coopération et la confiance entre les deux pays et d’augmenter la capacité de collaboration »192. Mais cette collaboration militaire et surtout la possibilité que la Turquie partage avec la Syrie la technologie militaire qu’elle achète en Israël semait le doute chez les responsables israéliens.

20En 2010, les relations turco-syriennes sont devenues parfaitement pacifiques. Pour les autorités turques et syriennes, la signature d’ac­cords de coopération, les visites réciproques de responsables de haut rang ainsi que les discussions régulières sur les questions régio­nales comme l’avenir de l’Irak ou le pro­gramme nucléaire de l’Iran, les relations libano-syriennes et le conflit israélo-palestinien, étaient désormais des activités diplomatiques courantes. La Turquie faisait désormais partie de toutes les réunions concernant la région, notamment les problèmes en rapport avec la Syrie, en tant qu’allié et intermédiaire.

d) Vers une intégration régionale

  • 193 Hürriyet, 4 octobre 2010.

21L’année 2010 a été l’année de l’élargissement de l’intégration turco-syrienne dans la région de la Méditerranée orientale. Douze ministres turcs et douze ministres syriens se sont réu­nis à Lattaquié en octobre 2010. Lors de cette visite, le ministre des Affaires étrangères turc, Ahmet Davutoğlu, a défini l’objectif de la Turquie comme étant la création d’une zone économique avec la Syrie, la Jordanie, l’Irak et le Liban sous le nom de « réunification de la Mésopotamie et du Levant »193. Ce projet illustre le début de l’intégration des économies de la région et de la coopération en matière de culture et d’éducation.

22La Syrie, comme la Turquie, envisageait d’élargir cette zone de coopération en renouant les liens avec la Russie. En 2010, Dimitri Medvedev a été le premier Chef d’État russe à se rendre en Syrie depuis cent ans. L’objet de cette visite au cours de laquelle il était accompagné de nombreux hommes d’affaires, a été de signer des accords de coopération économique et de progresser sur le projet syrien d’installer une base maritime multifonction près de Tartous en Syrie. Ce projet a eu les faveurs de la Russie car cette base lui permettrait de « descendre en Méditerranée ». La Syrie a été l’un des rares pays à avoir soutenu la Russie lors de la guerre en Géorgie en 2008. L’ouverture économique et politique de la Syrie sous le pouvoir de Bachar al-Assad en a fait un acteur important dans la région et un allié préférentiel pour la Russie qui souhaitait consolider sa place dans le Moyen-Orient. Cette alliance a été renforcée avec la participation de la Turquie qui a accueilli par la suite Medvedev et Assad.

  • 194 Radikal, 6 février 2011.

23En 2011, la coopération turco-syrienne était même ambitieuse et les objectifs nombreux : des projets à réaliser jusqu’à fin 2011 concer­naient la modernisation du poste frontière de Nusaybin-Kameshli, la création d’une banque commune entre la Syrie et la Turquie, la mise en place du train à grande vitesse entre Gaziantep et Alep, l’intégration des réseaux de gaz naturel des deux pays, l’octroi de crédits de l’Eximbank turque au gouvernement syrien et la construction du barrage de l’amitié sur l’Oronte194 . La coopération sur le partage des eaux se poursuivait également grâce à la visite du ministre syrien chargé de l’Irrigation à Ankara en août 2011.

24Toutefois, ce calendrier ambitieux a été suspendu et la courbe de croissance du commerce turco-syrien a été interrompue par les soulèvements populaires qui ont commencé en Syrie le 15 mars 2011, trois mois après le début des mouvements révolutionnaires appe­lés « Printemps arabe ». Ceux-ci marquaient en effet le début d’une longue guerre civile qui couperait l’élan coopératif dans la région et qui ferait s’effondrer le volontarisme politique vers l’intégration régionale.

Notes

176 Sana, 8 janvier 2008.

177 Tür, Özlem, "The Political Economy of the Turkish-Syrian Relations in 2000s", Ortadoğu Analiz, Juillet-août 2011, Vol. 3, No. 31-32, p. 38-39.

178 Ibid.

179 Chris Phillips, "Turkey: Syria’s Best Friend", The Guardian, 1er septembre 2009.

180 Sana, 24 février 2008.

181 Reuters, 6 juin 2010.

182 Sana, 15 février 2009.

183 Sarıyer News Times, 2012, disponible sur http://sariyertimes.com/suriye-ve-iran-turk-dizilerini-internetten-izliyor

184 Nethaberci, 25 octobre 2010.

185 TCDD, Mars 2009, http://www.tcdd.gov.tr/Yeni/userfiles/file/6yil60proje.pdf, p 50.

186 IHA, 26 Février 2011.

187 Tür, Özlem, op. cit. p. 36.

188 Ibid.

189 Sabah, 17 septembre 2009. Şamgen est un mot composé : Şam qui signifie en turc Damas et gen en référence à l’espace Schengen dans l’UE.

190 Tür, Özlem, op. cit., p. 36.

191 Oda TV, 20 mai 2009.

192 Genelkurmay Başkanlığı, 26 avril 2010.

193 Hürriyet, 4 octobre 2010.

194 Radikal, 6 février 2011.

© Institut français d’études anatoliennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access