Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les relations de la Turquie avec la Syrie

 | 
Uğur Kaya
, 
Dilek Yankaya

5) La Syrie, nouvelle terre d’investissement

Texte intégral

1Le développement des relations économiques est donc la clé du rapprochement entre la Syrie et la Turquie. Ce rapprochement économique s’explique par l’ouverture économique de la Syrie mais également par le redressement éco­nomique survenu en Turquie après la crise économique de 2001.

  • 167 Öniş, Ziya, “Beyond the 2001 Financial Crisis: The Political Economy of The New Phase of Neo-libera (...)
  • 168 Mustafa Kutlay, “Economy as the ’Practical Hand’ of ’New Turkish Foreign Policy’: a Political Econo (...)
  • 169 Suriye-Türkiye İlişkileri, İHH İnsani Yardım Vakfı, disponible sur http://suriye.ihh.org.tr/turkiye (...)

2En février 2001, la Turquie a vécu la plus profonde crise de toute son histoire économique167. Surgie en novembre 2000 suite aux déboires de la neuvième banque du pays, elle s’est approfondie en une crise économique générale à partir du février 2001. Elle a causé l’évasion fiscale, une crise des liquidités, une flambée des taux d’intérêt, une augmentation de l’inflation, une chute brutale de la bourse et une dépréciation de la livre turque. Après la crise, les entreprises profitant des subven­tions étatiques et engagées dans des activités rentières ont laissé leur place à des entreprises dynamiques, notamment des PME dans les hinterlands des grandes métropoles comme Istanbul et Izmir aussi bien qu’en Anatolie. Ces entreprises industrielles et commerçantes qui bénéficiaient d’une forte compétitivité au Moyen-Orient, en Afrique et en Asie centrale ont été agressives dans l’acquisition de ces nou­veaux marchés168. Les intérêts économiques ont fortement influencé la transformation de la perception sécuritaire de l’État turc pour sa région en faveur de celle d’un splendide marché à conquérir par les entreprises turques. L’arrivée d’Assad au pouvoir a commencé à satisfaire cette attente : la valeur des échanges commerciaux, de 750 millions de dollars en 2000 a dépassé un milliard de dollars en 2001169.

  • 170 Hürriyet, 30 mai 2004.

3Les gestes politiques et les alliances en matière de sécurité se poursuivirent après le « changement » de souverain de Syrie en vue d’éliminer tous les obstacles politiques ou juridiques au développement des relations com­merciales dans la région. Lors de sa visite en Turquie en 2004, les premiers gestes d’Assad ont été une demande d’excuse pour « avoir fait des erreurs pendant la Guerre Froide » et la livraison par la Syrie de 59 militants du PKK. En 2004, la porte douanière de Nusaybin que la Syrie avait unilatéralement fermée pour des raisons de sécurité a été rouverte afin de facili­ter la circulation des commerçants. En mars, le ministre turc en charge du commerce extérieur, Kürşat Tüzmen s’est rendu pour la première fois en Syrie avec 250 hommes d’affaires pour exploiter les premières possibilités de collaboration et d’investissement. En mai, il y est retourné, accompagné d’une délégation de plus de 400 personnes, dont 33 députés, 6 préfets et plus de 300 hommes d’affaires, de présidents de chambre de commerce et d’industrie170. En juillet 2004, le Premier ministre syrien, Mohammed Naji al-Otari, s’est rendu à Ankara avec des ministres, des responsables de l’admi­nistration syrienne, le président de l’Union des Chambres de Syrie, les Présidents des

  • 171 Milliyet, 13 juillet 2004.

4Chambres de commerce de Damas et d’Alep. Les deux parties ont signé un accord sur le transport aérien dans et au-delà de leurs fron­tières et ont conclu un traité de coopération pour les autoroutes et les points de contrôle en Turquie et en Syrie171. Lors des visites officielles, l’objectif du développement des liens commerciaux encourageait les responsables économiques et politiques à redécouvrir les liens culturels, historiques, religieux et géographiques entre les deux pays. Les paroles de fraternité et l’évocation des « liens de sang » unissant les deux nations ont alors alimenté les discours des responsables d’État.

  • 172 Başbakanlık, Anadolu’nun Sesi, Décembre 2004
  • 173 La «  Fondation du Groupe Marmara » est issue d’une institution stambouliote (proche de la Chambre (...)

5Le rapprochement économique entre la Turquie et la Syrie s’est doublé de la collaboration des sociétés civiles et des universi­tés. Özel Çukurova Göz Hastanesi, un hôpital ophtalmologique privé à Adana, a entrepris une collaboration avec la Syrie en matière de traitement et de formation. L’hôpital a ouvert une clinique à Damas et a lancé un processus pour recevoir les patients syriens à Adana. Il a également accueilli un groupe d’ophtalmologues syriens pour une formation en Turquie en octobre 2004172. L’Université de Damas et la Fondation d’Etudes stratégiques et sociales du Groupe Marmara ont collaboré pour orga­niser des réunions sur « l’avenir des relations Turquie-Syrie » du 19 au 24 février 2005. Les responsables de la Fondation du Groupe Marmara173, du Groupe d’Amitié interparle­mentaire Turquie-Syrie, des députés de l’AKP, du CHP ont constitué la délégation turque lors de ces réunions. Ce type de collaboration per­mettait d’approfondir le rapprochement entre les deux pays au niveau des sociétés et des personnes.

6L’intégration économique s’est approfon­die avec les initiatives locales de coopération commerciale. En octobre 2004, une délégation de la Chambre de commerce de Gaziantep pré­sidée par le gouverneur de Gaziantep Lütfullah Bilgin, s’est rendue en Syrie et au Liban dans le cadre d’une visite commerciale. L’objectif de la délégation reçue au niveau du Premier ministre syrien Mohammed Naji al-Otari était d’accroître le commerce avec la Syrie pour ensuite investir dans cette région représentant un potentiel commercial de l’ordre de 15 mil­liards de dollars. L’accord de libre-échange signé lors de la visite d’Erdoğan à Damas en décembre 2004 et entré en vigueur en janvier 2007 fut l’instrument principal de l’intégration économique entre les deux pays. Cet accord a aboli les interdictions imposées sur les exporta­tions syriennes et a réduit les droits de douane de 50 %.

L’évolution du commerce entre la Turquie et la Syrie

Année

Volume du commerce (millions de dollars)

2000

729

2001

744

2002

773

2003

824

2004

752

2005

823

2006

795

2007

1174

2008

1751

2009

1753

2010

2511

Source: Tür, Özlem, “The Political Economy of the Turkish-Syrian Relations in 2000s”, Ortadoğu Analiz, Juillet-août 2011, vol. 3, No. 31-32, p. 35.

7En 2007, le commerce turco-syrien, qui était en 2000 de l’ordre de 720 millions de dollars a atteint une valeur de 1,174 milliards de dol­lars. Cette croissance résulte en grande partie du volontarisme politique du gouvernement d’Erdoğan pour lequel l’intégration commer­ciale dans la région moyen-orientale constituait une priorité et dont les responsables ont affirmé à plusieurs reprises l’objectif d’atteindre 5 mil­liards de dollars de commerce avec la Syrie.

  • 174 NTV, 24 août 2004
  • 175 Kibaroğlu, Ayşegül, “Socioeconomic Development and Benefit Sharing in the Euphrates–Tigris River Ba (...)

8La perspective d’intégration socio-écono­mique a porté également ses fruits sur la résolution du problème des eaux. Août 2004 a représenté un tournant dans l’histoire du conflit sur les eaux : le ministre turc des Travaux publics, Zeki Ergezen, s’est rendu en visite en Syrie pour discuter du projet de construction d’un barrage sur l’Oronte et des autoroutes entre les deux pays174. Erdoğan a annoncé, lors de sa visite en décembre 2004, que la Syrie pourrait désormais tirer plus d’eau et a proposé un soutien technique en vue de cet objectif. Pour lutter contre la désertification, il a été convenu d’attribuer l’eau du Tigre à l’agri­culture en Syrie et d’augmenter les quantités d’eau de l’Euphrate au-delà de l’accord conclu entre les deux pays en 1987 (qui prévoyait un débit d’eau de l’Euphrate de la Turquie vers la Syrie à hauteur de 500 m3/seconde). En fait, les accords de 1987 et 1993 sur l’Euphrate ont été revus. Ce compromis sur le partage des eaux témoigne d’un changement d’approche radical dans le conflit des eaux, de la perception d’une menace pour la souveraineté nationale à une nouvelle gestion intergouvernementale dans une logique de gagnant-gagnant175.

Notes

167 Öniş, Ziya, “Beyond the 2001 Financial Crisis: The Political Economy of The New Phase of Neo-liberal Restructuring in Turkey”, Review of International Political Economy, 2006, Vol. 16, No. 3, p. 409-432

168 Mustafa Kutlay, “Economy as the ’Practical Hand’ of ’New Turkish Foreign Policy’: a Political Economy Explanation”, Insight Turkey, 2011, Vo. 13, No. 1, p. 67-88.

169 Suriye-Türkiye İlişkileri, İHH İnsani Yardım Vakfı, disponible sur http://suriye.ihh.org.tr/turkiye/turkiye.html

170 Hürriyet, 30 mai 2004.

171 Milliyet, 13 juillet 2004.

172 Başbakanlık, Anadolu’nun Sesi, Décembre 2004

173 La «  Fondation du Groupe Marmara » est issue d’une institution stambouliote (proche de la Chambre de Commerce d’Istanbul) créée en 1985, transformée en fondation en 1995. Elle fut pionnière dans l’exaltation de l’Eurasie, le dialogue des civilisations et la réflexion sur la redéfinition de la vocation internationale de la Turquie. Voir : http://buyukkulupdergisi.com/roportaj/sivil-toplumdan-daha-fazlasi%E2%80%A6-marmara-grubu-vakfi/ (dernière consultation : 1er octobre 2013).

174 NTV, 24 août 2004

175 Kibaroğlu, Ayşegül, “Socioeconomic Development and Benefit Sharing in the Euphrates–Tigris River Basin ”, communication présentée à la Second Israeli–Palestinian International Conference, Ankara, Turkey, 10–14 Octobre 2004, disponible sur http://www.ipcri.org/watconf/papers/aysegul.pdf

© Institut français d’études anatoliennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access