Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les relations de la Turquie avec la Syrie

 | 
Uğur Kaya
, 
Dilek Yankaya

4) Après la crise, le rapprochement

Texte intégral

  • 129 Benli Altunışık, Meliha & Tür, Özlem, op.cit., p. 238.

1L’accord d’Adana a marqué le début d’une nou­velle ère de coopération intense et d’alliance entre la Turquie et la Syrie. En signant l’accord d’Adana le 20 octobre 1998, cette dernière a officiellement déclaré retirer son soutien au PKK et ne plus ouvrir son territoire à la forma­tion de militants du PKK. Öcalan a été expulsé du sol syrien la même année. La sécurité étant la première préoccupation pour la Turquie, la coopération dans ce domaine a aussitôt com­mencé : une ligne téléphonique directe a été installée entre les deux pays, des représentants spéciaux ont été désignés en missions diplo­matiques nationales, la mise en marche d’un système de « surveillance des mesures de consolidation de la sécurité et de leur effica­cité » a été décidée129.

2La période de 1998 à 2000 est celle de l’éta­blissement de la confiance réciproque grâce à des visites diplomatiques régulières et des réunions du Comité de Sécurité. En novembre 2000, le Vice-Président de la République de Syrie, Abdel Halim Haddam et le Secrétaire général des armées Hassan Turkmeni se sont rendus en Turquie. En retour, le Commandant général de la gendarmerie, Aytaç Yalman et le ministre d’État Mustafa Yılmaz se sont rendus à Damas. Ces visites portèrent sur la coopé­ration contre le terrorisme et l’extraction des mines sur la frontière. La coopération mili­taire prévoyait également la formation d’offi­ciers syriens au sein des diverses institutions des Forces Armées Turques. La présence du Président de la République de Turquie, Ahmet Necdet Sezer, à la cérémonie d’enterrement de Hafez el-Assad en juin 2000 fut le couronne­ment de ce rapprochement politique.

  • 130 Ibid., p. 239.

3Alors qu’un consensus existait dès le départ chez les élites syriennes en faveur de ce rapprochement, les élites turques l’appréciaient de manières différentes. Le Ministère des Affaires étrangères favorisait la résolution des pro­blèmes de l’eau et des frontières alors que le Conseil de sécurité nationale (CSN) privilégiait la coopération sécuritaire. Afin de rassurer le CSN, le Ministère des Affaires étrangères a demandé au côté syrien de signer une déclara­tion de principe sur le respect de l’intégrité ter­ritoriale et la souveraineté nationale des deux pays comme condition préalable au dévelop­pement des relations. Réticentes à signer une telle déclaration, les autorités syriennes ont néanmoins assuré la Turquie de leur volonté de résoudre le conflit territorial et demandé du temps pour faire accepter à l’opinion publique syrienne ce changement de politique territoriale130.

4Avec la nouvelle décennie, l’arrivée de Bachar al-Assad au pouvoir en Syrie en 2000, l’arrivée du Parti de la Justice et du Développement au pouvoir en Turquie en 2002 et la guerre en Irak en 2003 ont conduit à l’approfondissement des rapports d’alliance. L’alliance turco-syrienne se consolidait au fur et à mesure que la Syrie se trouvait être la cible de critiques de l’UE et des États-Unis, les prin­cipaux alliés de la Turquie.

a) L’arrivée de Bachar al-Assad au pouvoir et l’ouverture de la Syrie

5L’année 2000 a été marquée par des mutations dans la politique intérieure de la Syrie ainsi que dans les dynamiques régionales. En 1999­2000, le processus de paix israélo-syrien a été interrompu. Les attaques du 11 septembre 2001 ont déstabilisé le Moyen-Orient, le régime d’Assad est devenu la cible de la réprobation du gouvernement de George W. Bush en raison de son soutien au Hezbollah et aux groupes palestiniens. Après le décès de son père le 10 juin 2000, Bachar al-Assad, arrivé au pouvoir, a entamé en Syrie une période de réformes économiques et politiques.

6Lors de la cérémonie de serment, il a promis « la clarté et la transparence ». Des prisonniers politiques ont été relâchés, la première revue de caricatures syrienne a vu le jour, des réu­nions politiques ont été organisées pour récla­mer plus de libertés politiques, des réformes économiques ont été entreprises. Cette période d’ouverture a été qualifiée de « Printemps de Damas ». Les rapports avec la Turquie ont été revisités.

7À l’international, Assad, dans l’objectif de consolider sa place face au camp israélo-américain, s’est engagé à renforcer ses relations régio­nales, notamment son alliance avec l’Égypte, l’Arabie Saoudite et l’Iran aussi bien qu’avec la Jordanie et le régime de Saddam Hussein en Irak. Damas a également opté pour une ouver­ture vers l’Europe. Depuis 1995, la Syrie était déjà intégrée dans le processus de Barcelone, le cadre de coopération Euro-méditerranéenne. Étant le seul pays de la région à ne pas avoir conclu un accord d’association avec l’UE, cette intégration était importante et valait comme indicateur de sa volonté d’engager un rapprochement avec l’UE.

  • 131 Charles, Olivier, “Coming from the cold”, Euromoney, London, nd., No. 378, p. 22.

8Cet engagement s’inscrivait dans une poli­tique plus large d’ouverture et d’intégration dans le système économique international car la Syrie a également, en 2001, posé sa candidature pour adhérer à l’Organisation Mondiale du Commerce, candidature suspendue par le veto américain jusqu’en 2010. Dans le cadre de la libéralisation économique, la loi interdisant aux citoyens syriens de disposer de dollars américains a été abolie, les taux de change des devises ont été harmonisés, l’impôt rétroactif sur les retraits des comptes bancaires a été supprimé131.

9En 2000, la Syrie a autorisé l’entrée des banques étrangères dans son secteur bancaire nationalisé depuis 1960. La nationalisation du secteur bancaire avait mis fin aux prêts internationaux. Cela pesait lourdement sur les perspectives de développement économique. Depuis l’initiative de libéralisation du sec­teur bancaire, British Arab Commercial Bank, Bank of Beyrouth and the Arab Countries, Banque Crédit Libanais et British Bank of the Middle East ont candidaté pour émettre les licences bancaires. Les relations avec la Banque Mondiale ont repris depuis 1998 lorsque la Syrie a décidé de payer les 500 millions de dol­lars de prêt qu’elle avait reçus dans les années 1960.

  • 132 Middle East Intelligence Bulletin, Février 2002.

10Fin 2000, la Syrie a signé un accord avec l’Allemagne pour reconduire le remboursement de ses dettes et la Banque Européenne d’Inves­tissement a débloqué trois prêts de l’ordre de 210 millions d’euros pour la mise en place des projets en matière d’électricité. En 2002, elle lui a accordé un prêt de 165 millions d’euros pour l’approvisionnement en équipements médi­caux. D’autres prêts de l’ordre de 45 millions d’euros pour l’aménagement du port de Tartous et de 20-25 millions d’euros pour le développe­ment des PME commerciales ont été également accordés132.

  • 133 Syria Business opportunities & territorial marketing, Avril 2004.
  • 134 En revanche, cette libéralisation était loin de rassurer les investisseurs occidentaux en raison de (...)

11L’ouverture de l’économie syrienne portait surtout sur les secteurs des infrastructures, de la finance et du tourisme. Les opportunités dans l’infrastructure concernaient les projets de grande envergure tels que la modernisation des transports, des routes, des systèmes ferroviaires et des ports. Avec le secteur bancaire, le mar­ché des assurances, qui était sous le monopole d’État, a été ouvert aux investisseurs étran­gers en juin 2005. Des investissements étaient nécessaires dans les réseaux de télécommu­nication, surtout pour Internet. Le secteur du tourisme attirait les investissements en matière de construction d’hôtels, de centres de loisir et surtout de modernisation des dispositifs d’hô­tellerie qui s’adressaient aux classes moyennes. L’agriculture qui constituait 35 % de l’écono­mie syrienne, surtout les systèmes d’irrigation, était également à moderniser133. En 2007, une nouvelle loi d’investissement est entrée en vigueur pour permettre la création d’entreprise sans partenaire syrien et de rapatrier ses dividendes ou les capitaux investis en cas de vente. Une Agence nationale d’investissement (SIA) a été créée sous l’autorité du Premier ministre. L’attribution de concessions et l’ouverture au privé de nombreux secteurs non stratégiques, le développement de zones franches et de cités industrielles étaient destinés à attirer les entre­prises étrangères134.

12Afin de mener à bien ce train de réformes économiques, Assad a incité Gassan El Refai, ministre de l’Economie et du commerce étran­ger syrien, à quitter ses fonctions à la Banque Mondiale (BM) et à revenir dans son pays, à l’instar de Kemal Derviş à qui le Premier ministre de l’époque, Bülent Ecevit, avait demandé de quitter ses fonctions à la BM après la plus grande crise économique de l’histoire de la Turquie en 2001 afin de conduire des réformes économiques. El Refai a défini ses objectifs comme la libéralisation de l’économie syrienne et son ouverture à la concurrence mon­diale. Il attribuait à la Turquie un rôle essentiel dans l’évolution de l’économie syrienne :

  • 135 Ferai Tınç, Hürriyet, 17 mai 2002.

« La Turquie est pour nous la clé de la porte de l’Europe. Les relations turco-syriennes vont consolider le potentiel d’une région qui lie l’Europe, en passant par la Turquie, au Liban et à la Jordanie »135.

  • 136 Parti Démocrate de Gauche (DSP), Parti d’Ac­tion Nationaliste (MHP), Parti de la Mère Patrie (ANAP)
  • 137 Benli Altunışık, Meliha & Tür, Özlem, op. cit, p. 240.

13Le rapprochement entre la Turquie et la Syrie prend donc son sens dans la perspective de Bachar al-Assad d’intégrer le système inter­national. C’est dans ce contexte de libéralisa­tion économique et d’ouverture au monde que les élites syriennes ont décidé de changer de perspective vis-à-vis de la Turquie en faveur d’une réconciliation. Les élites militaires et politiques turques ont bien reçu cette initiative parce qu’elles y voyaient surtout une opportunité de coopération en matière de sécurité, qui était encore la priorité de l’État turc au Moyen-Orient en 2000. Le développement des relations avec la Syrie correspondait à la politique régionale du gouvernement de Bülent Ecevit (1999-2002). Le ministre des Affaires étrangères du gouvernement de coalition DSP- MHP-ANAP136, İsmail Cem, prônait le dévelop­pement des relations avec les pays voisins en revalorisant l’identité eurasienne de la Turquie. Le rapprochement avec la Syrie a également été envisagé comme une étape propice pour renouer les liens avec les pays arabes et pour accentuer le rôle de la Turquie au Moyen- Orient137.

b) La guerre en Irak et les inquiétudes communes

  • 138 C’est une réunion de pourparlers égypto-syriens afin de définir une position commune du monde arabe (...)
  • 139 Hürriyet, 17 octobre 2003.

14Après les attaques du 11 septembre 2001, la Syrie a été désignée par les États-Unis comme un des pays soutenant le terrorisme sur la liste des « pays du mal », mais ceux-là n’en ont pas moins continué à collaborer en coulisses avec le régime d’Assad. La Syrie était soupçonnée, selon les sources israéliennes, de donner son appui au Hamas, au Hezbollah et au Jihad islamique. La participation de Bachar al-Assad au sommet de la Paix à Charm-El-Cheikh en 2002138 témoignait pour l’administration de Bush de ce soutien. Le Parlement américain avait voté des sanctions contre la Syrie en raison de son soutien aux groupes terroristes et avait interdit les exportations vers la Syrie, à l’exception de celles de médicaments et de nourriture, ainsi que toute importation en provenance de Syrie. Les activités des entreprises américaines en Syrie étaient interdites et les avions syriens n’étaient plus autorisés à traver­ser la zone aérienne américaine. Les États-Unis demandaient comme condition pour annuler les sanctions, le retrait des 20 000 soldats syriens du Liban, l’interdiction du passage illégal d’hommes et d’armes vers l’Irak et la fin des efforts de développement d’armes de des­truction massive139.

15La politique américaine au Moyen-Orient a porté atteinte à la politique d’ouverture syrienne de la Turquie. Le début de la guerre en Irak en 2003 et la seconde intifada, qui a éclaté en 2004, ont eu pour effet d’interrompre le processus de libéralisation en Syrie. Des restrictions ont été imposées sur la presse et les libertés civiles. La loi sur les banques privées, promise comme une priorité, n’a pas été mise en vigueur : Assad a radicalement changé de discours et a jugé les banques privées comme nuisibles à l’économie nationale. Il a adopté une position anti-israélienne plus intransi­geante et radicale que celle de son père.

  • 140 Le Monde, 15 mars 2004.

16À la veille de la guerre en Irak, la Syrie, alors membre temporaire du Conseil de Sécurité, a voté pour la résolution 1441 de l’ONU (du 8 novembre 2002) qui exigeait le désarmement de l’Irak. Toutefois, elle ne voulait pas des États- Unis comme voisin après l’invasion de l’Irak et se méfiait du gouvernement de Bush désireux de changer les régimes au Moyen-Orient. Le démantèlement territorial de l’Irak qui ouvrait la porte à la création d’un État kurde autonome inquiétait le pouvoir syrien peu réconcilié avec sa propre population kurde (environ 9 % de la population syrienne). L’hypothèse de déman­tèlement de l’Irak n’enchantait pas non plus le pouvoir turc, non pacifié avec une partie de sa population kurde. La guerre en Irak donc a fait émerger des intérêts communs turco-syriens pour l’unité territoriale de l’Irak et la stabilité territoriale de la région. D’ailleurs ces inquié­tudes ont été confirmées en mars 2004 lorsque des violences intercommunautaires turco-arabes - qui ont fait au moins 14 morts, tous Kurdes, et des dizaines de blessés - sont surve­nues dans la province de Kameshli, en Syrie, à l’occasion d’un match de football. La situation en Irak a été considérée comme le détonateur de ce conflit qui a créé une vive tension dans plusieurs villes du nord-est du pays140. Le risque de débordement des événements sur le sol turc a aussitôt été anticipé par Ankara, et des précautions en matière de sécurité ont été renforcées dans les postes de sécurité de la zone frontalière.

  • 141 Orhan, Oytun, “Kuruyunca Sula, Uzayınca Buda: Suriye’nin Kuzey Irak ve Kürt Politikası”, Stratejik (...)

17La Syrie soupçonnait Israël de vouloir encourager la fondation d’un État kurde au nord de l’Irak et redoutait qu’il y achète des terres pour conduire des activités de renseignement sur Damas et Téhéran141. Du côté de la Turquie, à partir de 2004 R.T. Erdoğan a formulé des critiques vis-à-vis de l’État israélien, suite à l’assassinat du Cheikh Yasin, leader du Hamas, par Israël le 21 décembre 2004 et à l’incendie des maisons de 200 Palestiniens en Cisjordanie et à Raffa. R.T. Erdoğan a même qualifié ces événements de « terrorisme d’État ». De plus, en février 2006 la Turquie a accueilli le président du Hamas, Khaled Mechaal. Ce dernier était recherché par Israël comme « terroriste », car il ne reconnaissait plus les accords passés avec Israël et lui refusait tout droit d’exister comme État. Malgré les tentatives de la Turquie de justifier cette visite comme une occasion de « transmettre les exigences de la communauté internationale » au Hamas, parti victorieux aux élections pour le Conseil législatif palesti­nien du 26 janvier 2006, cette visite a placé la Turquie au centre des critiques émanant non seulement d’Israël mais aussi des pays occidentaux. Cet événement qui a refroidi les relations turco-israéliennes a renforcé le rapprochement de la Turquie avec les pays arabes et notam­ment avec la Syrie.

18La politique ferme des États-Unis devenus le voisin irakien de la Syrie à partir de 2003 a créé un sentiment d’encerclement par l’alliance américano-israélienne. Le rapprochement avec Ankara s’est donc présenté comme une straté­gie opportune pour sortir de cet isolement. Du 6 au 8 janvier 2004, Bachar al-Assad a été le premier Président syrien à se rendre en visite officielle en Turquie. Cette visite, mal perçue par l’administration Bush, manifestait l’opposition des politiques turque et américaine vis- à-vis de la Syrie après les attaques du 11 septembre : alors que la Turquie, ayant résolu son problème principal avec la Syrie - le PKK -, promouvait un rapprochement politique avec le régime d’Assad et l’approfondissement des rapports économiques, l’administration Bush suivait une politique rigide et cherchait un changement de régime en Syrie.

L’assassinat de Rafik Hariri et l’isolement de la Syrie

19L’assassinat de Rafik Hariri le 14 février 2005 a accentué l’isolement de la Syrie par rapport à la communauté internationale. Cet événement a entraîné une vague de contestation inédite contre l’influence de Damas au Liban, héritage de la guerre civile (1975-1990). En effet, 17 000 soldats syriens étaient stationnés au Liban depuis la fin de cette guerre civile. Saad Hariri, qui a repris l’héritage politique de son père au lendemain de sa mort, a ainsi publiquement mis en cause, avec l’appui par les États-Unis et la France, l’implication de la Syrie dans l’atten­tat du 14 février. Les États-Unis et l’UE criti­quaient les efforts de Damas pour faire recon­duire le Président Émile Lahoud pour trois ans à la tête du pays, au prix d’une modification de la Constitution libanaise, qui ne permettait pas un nouveau mandat.

20Dès le lendemain de cet assassinat, le Conseil de Sécurité de l’ONU a demandé au Secrétaire Général Kofi Annan un rapport sur les circonstances de la mort de Hariri et a voté pour le retrait des troupes syriennes du Liban. La résolution du Conseil s’inscrivait dans le cadre d’un bras de fer qui opposait Washington et l’Union européenne à la Syrie au sujet du maintien au pouvoir du président libanais, Lahoud.

21Le rapport d’investigation Mehlis comman­dé par l’ONU et publié en décembre 2005 a confirmé l’implication de la Syrie dans l’assassinat de Hariri pour des motifs poli­tiques. L’assassinat de Rafik Hariri, un protégé de l’Arabie Saoudite où il avait fait fortune, a également produit une crise dans les relations saoudo-syriennes. La Syrie s’est donc trouvée être la cible des critiques à la fois de l’Occident et des pays arabes qui avaient des liens avec la famille Hariri et favorisaient les Sunnites au Liban. Elle a alors adopté une politique d’apaisement en direction de l’Occident et une politique de rapprochement avec les pays de sa région. À partir de début 2006, Damas a engagé une politique de retrait systématique de son armée du territoire libanais, de ses soldats laissés à Beyrouth et dans la vallée de la Bekaa. Le retrait de son armée du Liban, le blocage des insurgés aux frontières syro-irakiennes et la reconsidération des pourparlers avec Israël fai­saient partie de cette tentative pour réacquérir la confiance des pays occidentaux.

  • 142 Benli Altunışık, Meliha & Tür, Özlem , op. cit, p. 244.
  • 143 Oytun, Orhan, “Cumhurbaşkanı Abdullah Gül’ün Şam ziyareti ışığında Türkiye-Suriye İlişkileri”, Orta (...)
  • 144 La carte des investissements en Méditerranée, op. cit., p. 134.

22D’autre part, la Syrie a cherché à développer ses alliances régionales. Pour Assad, perturbé par son encombrant voisin en Irak, et pour l’Europe, le rapprochement avec la Turquie présentait un choix rationnel142 pour deux rai­sons. La Turquie proposait un appui précieux pour entamer un dialogue avec les États-Unis et l’Europe. Ce rapprochement apportait égale­ment des avantages économiques à la Syrie qui avait perdu son marché irakien après la guerre, une partie de ses revenus après la fermeture du pipeline de Kerkouk-Banyas ainsi que ses revenus en provenance de l’Occident suite à l’embargo américain en vigueur depuis 2003. Enfin, l’assassinat de Hariri avait coupé le flux de capital provenant des pays du Golfe143. La survie économique de la Syrie était donc très fortement dépendante du capital iranien. Le pays s’est trouvé confronté à une forte croissance démographique, au déclin des ressources pétrolières et donc à la nécessité de trouver de nouveaux produits d’exportation remplaçant le pétrole. La balance commerciale est même devenue négative à partir de 2007144. Aussi, la coopération économique avec la Turquie signifiait-elle donc une issue de secours pour la Syrie.

23En revanche, la candidature de la Turquie à l’UE, son affiliation à l’OTAN et son alliance privilégiée de longue date avec les États-Unis étaient des sources d’inquiétude pour la Syrie qui savait que la Turquie s’allierait sûrement avec l’Occident en cas de confrontation entre la Syrie et les États-Unis.

24Par contre, le refus par l’Assemblée Nationale de Turquie de la motion du 1er mars 2003 autorisant le passage des troupes améri­caines sur le sol turc en vue d’une éventuelle attaque en Irak, les orientations religieuses du gouvernement de l’AKP, la volonté de se rapprocher des pays du Moyen-Orient et les critiques vis-à-vis d’Israël avaient contribué à rassurer les autorités syriennes et à améliorer l’image de la Turquie dans l’opinion publique syrienne.

25Les opinions publiques turque et syrienne étaient fortement opposées à l’invasion de l’Irak par les troupes américaines et ce senti­ment anti-américain rapprochait la Turquie de la Syrie. Après la chute de Saddam, cette der­nière a soutenu le mouvement de résistance ira­kien et a donc davantage attiré les foudres amé­ricaines. En décembre 2003, le Congrès améri­cain a promulgué une loi anti-syrienne (Syria accountability act) en raison de son soutien au terrorisme, de son occupation au Liban, de son programme de développement d’armes de destruction massive et de son importation illégale de pétrole irakien. La politique anti-syrienne des États-Unis se manifestait également en rap­port avec la démocratisation du Moyen-Orient. La ministre des Affaires étrangères américaine, Condoleezza Rice, a défini la Syrie, le 15 février 2005, comme « une des dernières forteresses de la tyrannie au monde ». Face à cette pres­sion sur la Syrie, certains intellectuels turcs se sont mobilisés pour organiser « l’initiative de Conférence de l’Orient », le 1er mars 2005, jour- anniversaire du vote du Parlement turc contre la politique américaine au Moyen-Orient,

  • 145 Hürriyet, 25 février 2005.

« en vue d’affirmer, dit Nuray Mert, journaliste et intellectuelle turque, notre solidarité avec le peuple syrien et pour refuser toute tentative d’occupation »145.

26Ce soutien a été confirmé au plus haut niveau grâce à la visite du Président de la République, Ahmet Necdet Sezer à Damas en avril 2005. Assad y a vu une preuve de solidarité vis-à-vis des États-Unis et ses doutes concernant le rapprochement avec la Turquie se sont estompés.

c) L’arrivée de l’AKP au pouvoir et l’intégration au Moyen-Orient

27Le processus de rapprochement inauguré par la participation du Président de la République turc, Ahmet Necdet Sezer, à la cérémonie d’enterrement d’Hafez al-Assad le 13 juin 2000 s’est confirmé grâce à une intensité de visites des délégations économiques et politiques et à la signature de multiples accords.

  • 146 Turkish daily news, 20 juin 2002.

28Les premières visites ont indiqué les domaines de coopération prioritaires : la sécuri­té et le commerce. Lors de la visite à Ankara du Secrétaire Général des forces armées syriennes, Hasan Turkmani, un accord sur la coopéra­tion technique et scientifique et en matière de formation militaire a été signé le 19 juin 2002146. La volonté de coopération en matière de défense a été un tournant dans les relations entre les deux pays. Elle témoignait du changement d’approche et de perspective entre deux États : les relations turco-syriennes n’étaient plus perçues en termes de conflit et de menace mais en tant que ressources stratégiques et opportunités de coopération. Cette perspective a trouvé l’appui de l’opinion publique des deux pays.

« La Turquie permettra à la Syrie de se rapprocher des États-Unis et la Syrie permettra à la Turquie de nouer davantage des relations avec les pays arabes »,

29disait le journaliste Mohammad Elamavut dans un article publié le 30 mai 2002 dans le quotidien londonien pro­saoudien Al-Hayat. Le pragmatisme et la prise en compte prioritaire des intérêts politiques et économiques semblaient dès lors devoir réguler les relations.

30Le développement du commerce a été dès le départ une priorité. Pour relancer les échanges entre les deux économies, un « salon des pro­duits d’exportation turcs » a été organisé en juin 2002 à Alep. Une délégation importante y était présente : des membres du conseil d’administration de l’Union des Chambres et des Bourses de Turquie (TOBB), des présidents de 50 chambres de commerce et d’industrie et de bourses, 170 hommes d’affaires, des députés de Gaziantep, des maires, des scientifiques et des bureaucrates. Pour le Président de TOBB, Rıfat Hisarcıklıoğlu, ce salon était

« le symbole de la paix entre la Turquie et ses voisins car le commerce est l’instrument principal de la paix durable. »

31En conformité avec l’accord d’Adana de 1998, la Turquie a entamé en 2002 un lourd programme (formation du personnel, déblocage de fonds de l’ordre de 17 000 milliards de livres turques) en vue de déminer le territoire à la frontière syrienne. Cette décision marque la fin de relations conflictuelles très anciennes. En 1952, la Turquie avait nationalisé, vidé les terres agricoles et miné un territoire de 3,5 millions d’hectares à des fins sécuritaires et pour empêcher le passage de la contrebande provenant de la Syrie. Les responsables ont été convaincus de l’inutilité de ces mines, désor­mais perçues comme un obstacle au rapprochement comme le gouverneur de Kilis, Tevfik Başakar, l’affirmait : « Je ne vois pas d’inté­rêt à exclure ce territoire de l’économie ». L’apaisement relatif du côté de la guérilla kurde du PKK a par ailleurs joué dans la reconsidé­ration du dossier des mines anti-personnelles.

  • 147 Aras, Bülent & Karakaya Polat, Rabia, From Conflict to Cooperation: Securitization of Turkey’s Rel (...)

32En effet, ces propos résument le change­ment de perspective de la conduite turque des relations avec la Syrie : les intérêts éco­nomiques étaient désormais le leitmotiv de la collaboration. Il s’agissait alors d’une « désé­curisation » des relations avec la Syrie, les questions qui étaient auparavant perçues dans une optique sécuritaire étaient désormais transférées dans l’espace politique « normal » et assujetties au débat public147. Cette transition s’est clairement manifestée dans les discours des responsables politiques : alors que jusqu’à l’Accord d’Adana, les propos concernant les relations avec la Syrie soulignaient les menaces pour la sécurité nationale comme les revendi­cations territoriales sur le Hatay ou le soutien du régime syrien au PKK, les discours d’après 2000 ont systématiquement renvoyé aux affini­tés culturelles entre les deux États, à l’amitié et aux liens de famille entre les deux peuples, tout autant qu’à l’importance stratégique de cette alliance pour la paix dans la région.

33La désécurisation de la diplomatie turque s’explique également par la perspective d’adhé­sion à l’Union Européenne.

L’effet Union Européenne

34La transformation de l’approche d’Ankara vis- à-vis de la Syrie - d’une logique sécuritaire vers une logique commerciale - est fortement influencée par le processus d’adhésion de la Turquie à l’Union Européenne. L’adoption des critères de démocratisation de 1999 à 2004 pour l’ouverture des négociations d’adhésion a considérablement changé le rôle de l’armée dans la prise de décision politique et l’importance des considérations sécuritaires a été reconsidérée dans la formulation de la diplomatie turque. La perspective turque d’adhésion a fortement contribué à l’amélioration des relations également du point de vue syrien. Engagée dans un processus de rapprochement institutionnel avec l’UE, la Turquie, semblait pouvoir promettre à la Syrie des pistes de coo­pération économique avec l’UE et des voies de rapprochement politique avec les pays euro­péens. La Turquie, appuyée par l’UE, devenait un acteur vis-à-vis duquel aucun pays de la région ne pouvait rester indifférent. Désormais, les élites turques comme les élites syriennes soulignaient la prééminence de la collaboration économique et exaltaient les affinités socio­culturelles entre les deux peuples.

L’influence de la nouvelle diplomatie turque

  • 148 Davutoğlu, Ahmet, Stratejik Derinlik, Istanbul, Küre Yay. 2001.
  • 149 Pour une analyse de cette politique étrangère voir Groc, Gérard, « Une nouvelle diplomatie turque. (...)

35La politique turque de réintégration au Moyen- Orient s’institutionnalise après l’arrivée au pou­voir du Parti de la Justice et du Développement le 3 novembre 2002, sous forme d’une diplo­matie de « zéro problème avec les voisins », théorisée par le conseiller au gouvernement d’Erdoğan et ministre des Affaires étrangères depuis 2009, Ahmet Davutoğlu. Cette approche diplomatique s’inscrit dans une nouvelle vision de la politique étrangère fondée sur le concept de « profondeur stratégique »148. Celui-ci repose sur l’élargissement des para­mètres du positionnement de la Turquie et l’approfondissement des diverses possibilités d’engagement dans un monde globalisé149.

  • 150 Parlar Dal, Emel, « Entre précaution et ambi­tion : le « néo-ottomanisme » de la nouvelle politique (...)

36À partir de son arrivée au pouvoir et sur­tout après la deuxième victoire législative en 2007, la Turquie de l’AKP s’est lancée dans un activisme diplomatique au Moyen-Orient, dans les Balkans et en Afrique, au niveau des gouvernements aussi bien que de la « société civile ». Ainsi, sur le dossier du conflit israé­lo-palestinien, elle s’est proposée de jouer l’intermédiaire entre la Syrie et Israël ; elle s’est aussi proposée comme médiatrice entre l’Iran et l’Europe ou les États-Unis ; elle a envoyé des troupes en mission pour l’OTAN en Afghanistan ; elle a contribué aux forces de l’ONU au Liban et elle a resserré les liens diplomatiques et économiques avec les pays arabo-musulmans et particulièrement l’Iran, l’Irak et la Syrie150.

37Par-là, elle s’est donc créé un « bassin géo­politique », au sein duquel elle a développé cet activisme très volontariste. Celui-ci a été inter­prété, étant donné la tendance islamique du gouvernement de l’AKP, comme une volonté de revivalisme de l’hégémonie ottomane, en vue de consolider la place de la Turquie en tant que puissance régionale ; l’influence recherchée sur les anciens territoires de l’Empire ottoman ne s’exerçant pas en dépit de ses alliances occidentales.

  • 151 Ibid., p.37

38Or cette politique extérieure se présente en parfaite continuité avec l’ambition kémaliste de consolider la place internationale de la Turquie comme un « pont entre l’Orient et l’Occident », en valorisant sa place géostratégique151. L’activisme régional du gouvernement de R.T. Erdoğan apparaît en outre comme le prolongement de la diplomatie de l’ancien Président de la République Turgut Özal au

  • 152 Ibid., p. 44.
  • 153 Ibid.

39Moyen-Orient. Ce dernier en effet avait su tenir compte des rapports de force régionaux boule­versés après la Guerre de Golfe en 1990 pour réintroduire la Turquie dans le jeu régional, une diplomatie qui avait déjà alors été catégori­sée comme « néo-ottomane »152. En revanche, force est de constater la différence entre cette diplomatie et l’activisme régional de l’administration Erdoğan : alors que l’activisme régional d’Özal était en réalité orienté essentiellement vers la consolidation des relations d’Ankara avec les États-Unis, l’administration Erdoğan a mis en œuvre une politique moyen-orientale à part entière qui a ses propres objectifs et dynamiques153.

  • 154 Hale, William, “Turkey and the Middle East in the ”New Era“”, Insight Turkey, 2009, Vol.11, No. 3, (...)

40Cette diplomatie, souvent qualifiée de néo- ottomanisme, consiste à revaloriser les élé­ments historiques, culturels et religieux que la Turquie pense avoir en commun avec les pays de sa région. Les progrès économiques et l’affirmation du complexe militaro-industriel turc tout au long des années 1990, le déclin économique et militaire observé chez ses voisins, tels que la Syrie, l’Iran, l’Irak et la Russie154, l’établissement de la Région auto­nome du Kurdistan au nord de l’Irak en 2005 ont stimulé et donc expliquent l’implication plus active de la Turquie dans son bassin géo­politique.

41L’administration Erdoğan a privilégié le développement des relations avec les pays arabo-musulmans et dans cette perspective les affinités islamiques ont été revalorisées dans les engagements, dans les discours et dans le sens attribué aux actions, ce qui alimente l’hypothèse d’une islamisation de la politique étrangère turque. Or, les faits témoignent de l’influence du pragmatisme politique au ser­vice d’intérêts socio-économiques.

iii) La coopération économique d’abord

  • 155 Kirişci, Kemal, “The EU, Turkey, and the Arab Spring: Challenges and Opportunities for Regional Int (...)
  • 156 Renda, K. Kaan, “Turkey’s Neighbourhood Policy: Developing a World Complex Interdependence”, Insigh (...)

42Selon l’approche de la « profondeur straté­gique », l’amélioration des relations avec la Syrie signifie la normalisation des relations de voisinage. Ce changement de paradigme s’est produit lorsque la Turquie a commencé à se conduire en « État commerçant » (trading state), c’est-à-dire quand elle a commencé à construire sa politique étrangère en fonction de considérations économiques155. En 1975, le commerce extérieur constituait 9 % du PIB turc, soit 6,1 milliards de dollars en valeur absolue, alors qu’en 2011 ce taux s’élevait à 49 %, soit 376 milliards de dollars. L’économie turque fait dès lors figure d’économie stable et développée dans l’ensemble afro-eurasien. Le PIB turc est plus important que la totalité des PIB des autres pays du Moyen-Orient156 et les produits turcs disposent d’une forte compétitivité dans les pays voisins, surtout dans ceux avec lesquels elle a conclu des accords de libre-échange.

43Les investissements turcs dans des pays voisins comme la Russie, la Géorgie, l’Irak et la Syrie se sont considérablement développés : ils sont passés de 900 millions de dollars en 2001 à 6,258 milliards de dollars en 2011157. Les entreprises turques participent activement à des appels d’offres pour la modernisation des infrastructures - aéroports, autoroutes, ponts, tunnels, hôtels, centres commerciaux, logements - dans les pays voisins. La Turquie a relancé, avant l’éclatement des « printemps arabes », ses relations économiques avec les pays du sud et de l’est de la Méditerranée, en vue de diversifier ses partenaires commer­ciaux et ses produits d’exportation158. Ainsi, avant la fin des années 1990, la Syrie importait de Turquie surtout des biens intermédiaires, notamment des huiles végétales, des fils syn­thétiques, du fer, de l’acier et du ciment. Après le réchauffement des années 2000, l’importa­tion des produits chimiques et des machines a progressé en valeur.

44Lors de sa première visite en Turquie les 7-8 janvier 2004, Bachar al-Assad a mis en avant le développement de la collaboration économique entre les deux pays. Le conflit historique sur la province de Hatay semblait même avoir été résolu dans le cadre des accords économiques. Assad en signant les accords économiques avait comme implicitement reconnu l’appartenance du Hatay à la Turquie. Ainsi le département, qui a été depuis les années 1930 une terre de conflit, s’est transformé en une zone de com­merce. Les deux parties ont décidé d’établir une zone de libre-échange près des postes- frontières. Les accords ont prévu l’abolition de la double imposition et l’encouragement réciproque des investissements. Cette visite a été présentée dans les médias syriens et turcs comme une « visite historique ». Assad étant accompagné par sa femme et ses enfants, cette visite officielle a été également interprétée comme une rencontre amicale entre les gouver­nants des deux pays. Lors de cette visite Assad a rencontré les acteurs de l’économie turque, le ministre d’État chargé de l’Economie, Kürşat Tüzmen, les responsables du DEİK, du TOBB, du MÜSİAD et une quarantaine d’hommes d’affaires. Ces rencontres ont donné naissance au « Forum des Affaires du Levant » avec la participation des représentants libanais, jorda­niens et syriens dans l’objectif de consolider l’intégration économique régionale. Assad a déclaré les portes de la Syrie grandes ouvertes aux investisseurs et hommes d’affaires turcs en autorisant la délivrance de visas d’un an aux postes frontières. Ceci a été mis en pratique le 13 janvier 2004 sur présentation de l’attestation de la Chambre de commerce et d’industrie à laquelle ils sont affiliés. La coopération économique dans la région s’est accompagnée d’une politique d’assouplissement des frontières. Cette ouverture des frontières a considérable­ment intensifié la circulation des personnes, des services et des biens. La circulation a même été entièrement libéralisée avec la Syrie en 2009.

iv) La promotion de la démocratie

45La diplomatie de « zéro problème avec les voisins » appuyée par la politique d’investissement économique s’accompagne d’un troi­sième élément : la promotion de la démo­cratie et du développement dans la région moyen-orientale. À partir des attaques du 11 septembre, la Turquie a été proposée par les États-Unis aux régimes autoritaires arabes comme un modèle de démocratisation et de développement économique en concordance avec la religion islamique. L’administration Erdoğan, en tant que porteuse de la formule islam-développement économique-modernisa­tion a pleinement orchestré ce rôle de « grand frère » dans le Moyen-Orient et s’y est donc engagée au niveau gouvernemental et par les organisations d’aide et de solidarité. L’Agence Turque pour la Coopération et la Coordination (TİKA) qui existe depuis 1992 - organisme officiel destiné à créer et conduire des projets de développement dans les domaines de l’éco­nomie, de la santé et de l’éducation, de l’habitat et des infrastructures - a été réactivée. La large communication publique de ces aides a permis d’améliorer fortement l’image de la Turquie comme pays ami et pourvoyeur d’aide.

d) La reconfiguration des alliances politiques en Méditerranée orientale

  • 159 NTV, 14 février 2004..
  • 160 Le Monde, 13 juin 2008.

46La politique d’ouverture d’Assad et la politique de « zéro problème avec les voisins » d’Erdoğan se rejoignaient sur l’objectif de consolider leurs alliances régionales. Le rapprochement écono­mique régional a offert à la Turquie de nou­velles opportunités pour prendre place dans la gouvernance des conflits régionaux. Ainsi, les pourparlers entre la Syrie et Israël, qui étaient suspendus en janvier 2000, ont fait objet de débats lors de la visite d’Assad en 2004. Le réchauffement turco-syrien a permis à Assad de reprendre ces négociations et à la Turquie de se proposer de jouer un rôle d’intermédiation avec Israël. Assad ainsi que le ministre des Affaires étrangères israélien, Silvan Shalom ont reçu positivement cette proposition. Le ministre de la Défense israélien, Saul Mofaz a été néanmoins plus réticent à un tel rapprochement en raison de l’appui de la Syrie au Hezbollah libanais et aux militants palestiniens159. Les États-Unis ont pourtant positivement accueilli l’intermédiation de la Turquie, avec toutefois des réserves en rappelant à la Syrie ses obligations de respecter les résolutions des Nations unies n° 1559 (adoptée en 2004, sur le retrait de toutes les forces étrangères du Liban) et 1701 (en 2006, sur le conflit libano-israélien), de reconnaître le tracé de sa frontière avec le Liban, de nommer un ambassadeur à Beyrouth et de ne pas interférer dans les affaires libanaises160. Toutefois, l’évolution des relations turco-israéliennes vers une tension visible à travers les critiques d’Erdoğan adressées à l’État juif en la personne de Shimon Peres au sommet de Davos en février 2009 et l’assaut d’Israël sur le navire turc, Mavi Marmara, qui transportait de l’aide humanitaire à Gaza, ont interrompu le projet de rapprochement triangulaire turco- syrio-israélien.

  • 161 Sana, 12 janvier 2008.
  • 162 Sana, 15 février 2009

47En parallèle, la Syrie s’est alliée à la Turquie sur la question chypriote. En octobre 2007, la Syrie a contribué à rompre l’isolement de la République Turque du Chypre du Nord (KKTC). Cette dernière s’est ouverte aux lignes maritimes syriennes : comme preuve de bonne volonté, un ferry est parti du port de Magosa en RTCN pour arriver au port de Lazkiye en Syrie. Selon l’accord signé entre deux États, la Syrie a reconnu le passeport de RTCN en tant que titre de voyage valide et s’est engagée à ne pas demander de visa aux citoyens chypriotes du Nord. Cette voie maritime a ouvert une brèche dans l’isolement de la RTCN qui envisageait d’attirer les touristes arabes dans ses casinos. Le comité syro-chypriote du transport maritime fondé à l’occasion a appelé à la poursuite d’une étroite coopération entre les deux parties dans le domaine du transport maritime. Ce comité a été à l’initiative de la signature de l’accord de coopération bilatérale dans les domaines de la lutte contre la pollution maritime, de la formation, de la recherche et du sauvetage. La pos­sibilité de jumelage entre des ports syriens et chypriotes et la coordination des positions des deux parties au sein de l’Organisation maritime internationale ont été débattues161. Cette initia­tive de coopération s’est concrétisée sous forme de coopération scientifique sur l’environne­ment maritime, la pollution et le stock piscicole entre la Turquie, la Syrie, le Liban et la RTCN à partir de 2008. Les navires turcs ont mené une série de recherches le long des littoraux syriens. L’équipe était constituée de chercheurs et techniciens turcs et syriens. La Turquie, en tant que tuteur économique, a assumé le coût du voyage maritime scientifique, de l’ordre de 250 000 dollars162.

  • 163 www.syrie.net, 9 mai 2009. La Syrie se positionne aux côtés de l’Iran depuis la guerre Iran-Irak éc (...)
  • 164 Ibid., p. 20.

48L’Iran, qui considérait les relations entre Téhéran, Damas et Ankara comme un jeu à somme nulle, a suivi de près le rapprochement entre Ankara et Damas depuis 2000. Pour Téhéran, l’alliance avec Damas était stratégique pour équilibrer le camp turco-israélien. Le rapprochement turco-syrien l’inquiétait car il ne voulait pas se trouver seul face à l’alliance turco-israélienne. En parallèle, la Syrie pour­suivait sa stratégie de rapprochement avec ses voisins. Pour assurer sa place dans l’équilibre régional, elle a signé en 2006 un Accord de sécurité commune avec l’Iran. En 2008, la société syrienne du gaz et la société nationale iranienne d’exportation du gaz ont signé à Damas un accord comportant les principes essentiels de l’élaboration d’un contrat pour l’achat par la Syrie de gaz à l’Iran en transitant par la Turquie. L’accord signé par le directeur de la société syrienne du gaz, Ali Abbas, et le vice-ministre iranien du Pétrole, Hussein Chirazi, a fixé à la fin 2009 le début de l’exportation du gaz iranien à la Syrie. À cette date furent achevées la mise en place du tronçon du gazoduc Alep-Cilicie et la connexion avec le réseau turc. En mai 2009, un mémorandum d’entente a été signé pour développer des projets communs dans le secteur de l’énergie, qui précisait que le gaz serait employé pour l’alimentation des usines et autres installations productives. Les quantités de gaz qui parvien­draient à la Syrie contribueraient à soutenir les ressources énergétiques du pays. Ces projets étaient la concrétisation, selon les sources syriennes, de la volonté des deux pays de renforcer leurs liens économiques considérés comme « beaucoup moins développés que les relations politiques »163. L’alliance stratégique perso-syrienne s’est renforcée depuis l’invasion de l’Irak en 2003 et surtout depuis la guerre entre Israël et le Hezbollah en raison d’une alliance chiite dans la région et a mis à mal les relations de la Syrie avec les pays sunnites164.

  • 165 « Syrie : l’Iran vient au secours pour lutter contre une pénurie de pain », Leblogfinance, 30 décem (...)
  • 166 « La Syrie, centre de la guerre du gaz au Proche- Orient », Égalité et réconciliation, 17 mai 2012.

49En juillet 2011, afin de consolider sa place dans cet espace énergétique et politique, la Syrie a signé divers accords avec l’Iran, notamment un mémorandum d’entente pour la construc­tion d’un gazoduc qui devrait relier, en 2016, le gisement iranien South Pars, le plus grand du monde, à la Syrie et à la Méditerranée165. La Syrie est ainsi devenue le principal centre de stockage et de production en lien avec les réserves du Liban166.

Notes

129 Benli Altunışık, Meliha & Tür, Özlem, op.cit., p. 238.

130 Ibid., p. 239.

Syria Business opportunities & territorial marke­ting, Avril 2004.

131 Charles, Olivier, “Coming from the cold”, Euromoney, London, nd., No. 378, p. 22.

132 Middle East Intelligence Bulletin, Février 2002.

133 Syria Business opportunities & territorial marketing, Avril 2004.

134 En revanche, cette libéralisation était loin de rassurer les investisseurs occidentaux en raison de l’absence d’une politique de libéralisation cohérente et clairement définie. Elle se heurtait à une culture d’État assez bureaucratique et centralisée et à l’absence d’un environnement adapté aux besoins des entreprises modernes, comme par exemple l’accès à l’Internet rapide. La Carte des investissements en Méditerranée, Invest in Med, Étude n°7, Octobre 2009, disponible sur www.invest-in-med.eu

135 Ferai Tınç, Hürriyet, 17 mai 2002.

136 Parti Démocrate de Gauche (DSP), Parti d’Ac­tion Nationaliste (MHP), Parti de la Mère Patrie (ANAP).

137 Benli Altunışık, Meliha & Tür, Özlem, op. cit, p. 240.

138 C’est une réunion de pourparlers égypto-syriens afin de définir une position commune du monde arabe sur le conflit israélo-palestinien. Le prince héritier saoudien, Abdullah ben Abdel Aziz a rejoint par la suite le Président Hosni Moubarak et le Président Bachar al-Assad qui ont demandé le retrait des forces israéliennes des territoires palestiniens et des hauteurs du Golan Syrien et du sec¬teur libanais des Fermes de Sheba. Ils ont appelé G. W. Bush à « arrêter la volonté des Israéliens de lancer des actions militaires dans la bande de Gaza ».

139 Hürriyet, 17 octobre 2003.

140 Le Monde, 15 mars 2004.

141 Orhan, Oytun, “Kuruyunca Sula, Uzayınca Buda: Suriye’nin Kuzey Irak ve Kürt Politikası”, Stratejik Analiz Dergisi, 2007, No 86, p. 58.

142 Benli Altunışık, Meliha & Tür, Özlem , op. cit, p. 244.

143 Oytun, Orhan, “Cumhurbaşkanı Abdullah Gül’ün Şam ziyareti ışığında Türkiye-Suriye İlişkileri”, Ortadoğu Analiz, Juin 2009, Vol. 1, No. 6, p. 44.

144 La carte des investissements en Méditerranée, op. cit., p. 134.

145 Hürriyet, 25 février 2005.

146 Turkish daily news, 20 juin 2002.

147 Aras, Bülent & Karakaya Polat, Rabia, From Conflict to Cooperation: Securitization of Turkey’s Relations with Syria and Iran, Security Dialogue, 2008, Vol. 39, p. 498.

148 Davutoğlu, Ahmet, Stratejik Derinlik, Istanbul, Küre Yay. 2001.

149 Pour une analyse de cette politique étrangère voir Groc, Gérard, « Une nouvelle diplomatie turque. Présentation critique de la doctrine Davutoğlu à partir de son livre, Profondeur stratégique, et de quelques autres textes », Observatoire de la Turquie et de son environnement géopolitique, IRIS, 8 décembre 2011.

150 Parlar Dal, Emel, « Entre précaution et ambi­tion : le « néo-ottomanisme » de la nouvelle politique extérieure de l’AKP en question », dans Kaya, Uğur (dir.), Dynamiques contemporaines en Turquie - Ruptures, Continuités, Eurorient hors série, Paris, l’Harmattan, 2010, p. 43.

151 Ibid., p.37

152 Ibid., p. 44.

153 Ibid.

154 Hale, William, “Turkey and the Middle East in the ”New Era“”, Insight Turkey, 2009, Vol.11, No. 3, p. 145.

155 Kirişci, Kemal, “The EU, Turkey, and the Arab Spring: Challenges and Opportunities for Regional Integration”, Global Turkey in Europe, Working Paper 1, nd., p. 3.

156 Renda, K. Kaan, “Turkey’s Neighbourhood Policy: Developing a World Complex Interdependence”, Insight Turkey, 2011, Vol.13, No. 1, p. 106.

157 Central Bank of the Republic of Turkey Statistics, disponible sur : http://evds.tcmb.gov.tr/yeni/cbt-uk.html

158 Kirişci, Kemal, op. cit., p. 6.

159 NTV, 14 février 2004..

160 Le Monde, 13 juin 2008.

161 Sana, 12 janvier 2008.

162 Sana, 15 février 2009

163 www.syrie.net, 9 mai 2009. La Syrie se positionne aux côtés de l’Iran depuis la guerre Iran-Irak écla­tée de 1980. L’anti-occidentalisme, l’adversité avec l’Irak, la politique anti-israélienne, l’intérêt pour les chiites du Liban ont assuré la pérennité de cette alliance stratégique. Cette alliance se manifeste dans leur appui aux groupes comme le Hezbollah, le Hamas et le Jihad islamique. Ataman, Muhittin, “Suriye’de iktidar mücadelesi: Baas rejimi, Toplumsal talepler ve Uluslarası Toplum”, SETA Rapor, Nisan 2012, p. 19-20.

164 Ibid., p. 20.

165 « Syrie : l’Iran vient au secours pour lutter contre une pénurie de pain », Leblogfinance, 30 décembre 2012.

166 « La Syrie, centre de la guerre du gaz au Proche- Orient », Égalité et réconciliation, 17 mai 2012.

© Institut français d’études anatoliennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access