Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les relations de la Turquie avec la Syrie

 | 
Uğur Kaya
, 
Dilek Yankaya

2) Les relations après la Deuxième Guerre mondiale

Texte intégral

1Avec la déclaration d’indépendance de la Syrie le 17 avril 1946, démarre une nouvelle période entre celle-ci et la Turquie, fortement caracté¬risée par des rapports antagoniques. Ankara, parallèlement à sa politique de statu quo, reconnaît immédiatement l’indépendance de la Syrie ainsi que celle du Liban. Néanmoins, les deux pays disposent de positions politiques profondément opposées dès cette époque. En premier lieu, vient l’aversion mutuelle alimen­tée par une mémoire plus ou moins recons­truite ; le dégoût pour « le traître » en Turquie trouve son écho en Syrie pour « l’héritière des tyrans ». Ensuite, des divergences idéologiques déterminent les rapports bilatéraux. Enfin, les intérêts sécuritaires et économiques accentuent davantage le décalage politique entre Ankara et Damas.

2La Turquie s’aligne après la Deuxième Guerre mondiale sur le camp occidental dans la logique des principes idéologiques de sa fon­dation. Cet alignement est accepté par presque toutes les composantes politiques et sociétales du pays dont, par ailleurs, les visions sur le Moyen-Orient sont assez consensuelles. Ainsi, s’il existe certaines différences au niveau natio­nal entre les deux grands partis politiques, le DP et le CHP, la politique étrangère représente largement un domaine de concorde, y compris en ce qui concerne Israël et le monde arabo- musulman. Le Moyen-Orient constitue ainsi pour tous les deux, un élément de l’équation de l’alliance avec l’Occident.

3L’alliance avec les États-Unis pendant la Guerre Froide se manifeste par l’influence américaine sur la perception des menaces en Turquie, ce qui se traduit dans les années 1950 par un « maccarthysme à la turque » très prégnant dans la politique nationale et étrangère du gouvernement. Ceci est facilité par l’aver­sion séculaire contre la Russie omniprésente dans la culture politique en Turquie, qui assi­mile dans le même esprit une violente répul­sion envers les mouvements de gauche. De même, les États ayant une inclination politique pour l’Union Soviétique paraissent maléfiques à Ankara.

4Dans cette atmosphère, les troubles au Moyen-Orient sont souvent qualifiés soit d’essais d’intrusion de l’Union Soviétique soit de provocations des milieux pro-soviétiques ou communistes. Cependant, cette vision domi­nante du monde arabe en Turquie ne prend souvent pas en compte les spécificités de ces pays, marqués par exemple par la décolonisation, les inégalités économiques, les moyens que les rentes pétrolières offrent aux pouvoirs étatiques et l’impuissance de ces pays face à Israël.

5Quant à la Syrie, elle fut l’un des sept pays fondateurs de la Ligue arabe en 1945. Elle participe à la guerre de 1948 qui oppose une coalition d’États arabes (Syrie, Égypte, Jordanie, Irak, et, partiellement, Liban) au nou­vel État d’Israël. La défaite arabe marque la pre­mière grande crise du jeune État. D’ailleurs, la période de l’après-guerre fut celle d’une grande instabilité politique. Ceci étant, malgré cette versatilité politique, la Syrie connaît un pluri­partisme dans les années quarante et cinquante, ce qui représente, avec le Liban, une exception dans l’espace politique arabe.

  • 33 Picard, Elisabeth, « Fin de Partis en Syrie », Revue du monde musulman et de la Méditerranée, 1996, (...)

6Quatre partis principaux dominent alors l’espace politique du pays : le Parti Communiste de Syrie et du Liban, le Parti Social Nationaliste Syrien, le Parti Ba’th de la Renaissance arabe syrien et l’organisation politique du Mouvement des Frères Musulmans. Leurs programmes sont inspirés par un étatisme corporatiste ou socia­liste, un nationalisme ethnique, ou encore par l’islamisme33. Dans cette atmosphère, aucun de ces mouvements n’éprouve la moindre sympathie pour la Turquie, et vice versa. Après la prise de pouvoir du Parti Ba’th en 1963, ce dernier a assimilé une grande partie de ces tendances, à l’exception de celle des Frères musulmans, tout en assimilant les regards cri­tiques de ces mouvements contre la Turquie. Les nécessités géopolitiques et les rapports de force, ainsi que l’ascension des partis de gauche ont amorcé la longue alliance avec l’URSS. Cet alignement n’a fait d’ailleurs qu’accentuer les différends avec la Turquie.

a) Les principaux éléments des conflits entre la Turquie et la Syrie

7Dans ce contexte, trois éléments fondamentaux de conflit régissent pendant longtemps les rap­ports entre la Turquie et la Syrie : le litige ter­ritorial autour d’Antioche et la non reconnaissance syrienne de son annexion à la Turquie ; les répercussions de la confrontation bipolaire globale sur les rapports de force régionaux, et enfin les postures des deux pays à l’égard de la question israélo-palestinienne. À cela s’ajou­tera à partir des années 1970, la question du partage des eaux des fleuves transfrontaliers.

i) Le litige territorial

8La façon dont l’affaire du Sandjak d’Alexandrette a été résolue constitue l’un des plus importants différends entre la Turquie et la Syrie. En dehors du litige proprement territorial, la question touche au noyau dur de l’identité politique de chacun des deux pays. Pour la Turquie, dont la formation territoriale et la construction de l’État-nation sont synchroniques, la remise en question de ses frontières s’oppose à son intégrité, à son unité et aux fon­dements mêmes de sa création. Cette remise en cause alimente également les angoisses consti­tutives du « syndrome de Sèvres », toujours omniprésentes dans la conscience collective en Turquie. Du côté syrien, il s’agit de répa­rer les préjudices commis par les puissances extérieures qui ont brisé l’union territoriale et nationale. L’indignation quant à ces préjudices marque dès le début divers mouvements et les partis qui les incorporent, et elle devient l’un des leitmotivs politiques les plus importants.

  • 34 Même si le mouvement d’al-Arsûzî n’a pas de suc­cès, il a une influence sur le mouvement politique (...)
  • 35 Chef du gouvernement syrien de 1966 jusqu’en 1970.

9Alors que la Turquie base sa politique régio­nale sur le principe d’inviolabilité des frontières et du statu quo régional, la Syrie, au lendemain de son indépendance, opte pour une politique révisionniste sur le plan territorial. Soulignons le rôle important des militants nationalistes originaires du Sandjak d’Alexandrette, princi­palement des Alaouites, dans la vie politique syrienne, d’autant plus que ceux-ci fournissent les premiers bataillons baathistes. Parmi eux, apparaissent des figures ayant marqué l’histoire de la Syrie comme Zakî al-Arsûzî. Celui-ci, après avoir mené pendant quelques temps la résistance contre les Turcs à Alexandrette, crée à Damas un mouvement appelé « al-Ba’th al-Arabi » (la résurrection Arabe)34. Il devient l’un des idéologues du nationalisme arabo-syrien. De même, Wahib al-Ghanem qui a également fui Alexandrette en même temps qu’al-Arsûzî, jouera un rôle important dans l’initiation aux idées baathistes de personnages comme Hafez al-Assad et Salah Jadid35.

  • 36 Benli Altunışık, Meliha & Tür, Özlem, op. cit., p. 231.
  • 37 Le Gac, Daniel, op. cit., p. 72-73.

10À travers la perte d’une partie de la patrie et de l’histoire des personnages emblématiques ayant quitté leur région natale à la suite du rat­tachement de la région du Sandjak à la Turquie, apparaît le ressentiment face à l’impuissance des Arabes, et aux « combines » des Turcs et des Occidentaux. Pour Damas, l’affaire du Sandjak est une preuve de l’expansionnisme turc en continuité avec « l’impérialisme otto­man » et en collaboration avec les impérialistes occidentaux, ce qui constitue une menace directe pour la Syrie36. Ainsi, le rêve de recon­quête de cette partie de la patrie séduit les milieux nationalistes arabes37.

  • 38 Armaoğlu, Fahir, Filistin Meselesi ve Arap-İsrail Savaşları 1948-1988, Ankara, İş Bankası Kültür Ya (...)
  • 39 Watenpaugh, Keith D., “‘Creating Phantoms’: Zaki al-Arsûzî, the Alexandretta Crisis, and the Format (...)

11En 1947, le programme préparé au premier congrès du Parti Ba’th prévoit d’intégrer à la « Patrie arabe » Antioche et d’autres parties du territoire sud-est de la Turquie en direction des chaînes du Taurus et de l’Anti-Taurus38. Même si la question palestinienne a plus d’importance qu’Antioche, al-Arsûzî lance dans ses écrits un appel à la formation d’une armée arabe pour récupérer cette ville39. Le pouvoir syrien change de main à la suite d’élections et de coups d’État pendant les décennies 1950 et 1960 ; mais ceci ne modifie pas pour autant la position du pouvoir en place à l’égard des « provinces amputées de la Syrie », dont la Palestine, une partie de la Jordanie et le Sandjak d’Alexandrette - comprenant, selon certains, la zone s’étendant jusqu’au massif du Taurus. La question ne perd donc pas de son actualité et reste à régler.

  • 40 Richard, Yılmaz, « Le sandjak d’Alexandrette, baromètre des relations entre la Turquie et la Syrie  (...)
  • 41 Milliyet, “Suriye’nin harita inadı bitmedi”, 19 janvier 2005 ; Hürriyet, “Suriye’den harita kri¬zi” (...)

12Le problème du Sandjak devient une véri­table hantise dans la presse nationale, surtout suite à la création de l’éphémère « République Arabe Unie » (associant la Syrie à l’Égypte de 1958 à 1961)40. L’arrivée au pouvoir du Parti Ba’th en 1963 et le poids de ses élites originaires du Sandjak d’Alexandrette ne font que renfor­cer la persistance du contentieux. La vision officielle se voit inscrite dans les manuels d’histoire édités par le ministère de l’Education nationale de la République arabe syrienne. Les cartes géographiques élaborées par les autorités syriennes incluent Hatay comme partie inté­grante de la République syrienne, y compris dans les années 2000 où les relations bilatérales connaissent une amélioration inédite41. Des générations de Syriens ont été ainsi éduquées dans ce sentiment d’injustice géopolitique et dans l’attente de sa réparation.

13Si la Syrie seule ne peut pas représenter une source de menace militaire sérieuse pendant ces années pour la Turquie, le problème pour Ankara est plus doctrinal. De plus, la capa­cité syrienne d’influencer le reste du monde arabe irrite Ankara. L’emprise culturelle de Damas dans le monde arabe dans les années 1950, ainsi que celle de Beyrouth et celle du Caire, permettent aux intellectuels nationa­listes syriens de diffuser vers tout le monde arabe leur vision de la Turquie, marquée par les litiges entre les deux pays. Pour autant, cette mauvaise image dans la région a peu gêné la diplomatie turque. En effet, celle-ci n’a guère porté d’intérêt au monde arabo-musulman.

  • 42 Mango, Andrew, “Turkey in the Middle East”, Journal of Contemporary History, Juillet 1968, Vol. 3, (...)

14Le litige territorial détermine la perception stratégique réciproque des deux pays. Dans ce contexte, Ankara craint alors que la réso­lution du problème de la Palestine en faveur des nationalistes arabes ne les encourage dans leur politique révisionniste qui remettrait en question le statut d’Antioche par les Syriens. Elle perçoit donc la récupération de la Palestine par les forces arabes comme faisant partie de la première étape d’une politique révisionniste et craint que l’aide aux nationalistes arabes pour regagner la Palestine favorise les revendica­tions syriennes sur Antioche42.

ii) Les répercussions de la Guerre Froide sur les rapports bilatéraux

15Les rapports bilatéraux entre la Turquie et la Syrie pendant la Guerre Froide ne peuvent être compris sans prendre en compte la posture des deux pays face à la configuration bipolaire. Dès la fin de la Deuxième Guerre mondiale, les deux pays commencent à subir les rapports de force et les rivalités des deux camps. Ceci étant, ils commencent à profiter d’une façon ou d’une autre de la politique des grandes puissances qui aspirent à protéger leurs intérêts dans la région, ce qui les conduit à développer une politique de rentes sécuritaires.

16La politique turque dans ce sens apparaît avant la fin de la guerre face à la réactivation de la menace séculaire venue du nord. Ankara s’ef­force d’entrer dans une coopération sécuritaire afin de contrecarrer les pressions russes. Après la guerre, les gouvernements turcs demandent à faire partie de l’alliance avec l’Occident. Si le voisinage turco-soviétique apparaît alors comme la raison fondamentale de l’alliance entre la Turquie et les États-Unis, ce n’est pas la seule motivation du côté américain. Par sa position géographique, la Turquie dispose en effet d’atouts certains pour le contrôle des richesses en hydrocarbures du Moyen-Orient.

  • 43 Gönlübol, Mehmet & Ülman, Halûk, “Blokların kuruluşu ve Türkiye”, dans Gönlübol, Mehmet [éd.), Olay (...)

17Ankara, qui s’efforçait de garder une dis­tance avec la région, se trouve obligé de réadap­ter radicalement sa politique régionale après son adhésion au camp occidental. Le ministre des Affaires étrangères turc, F. Köprülü, annon­çant le consentement de son gouvernement sur le rôle de la Turquie au Moyen-Orient, dit au Parlement le 20 juillet 1951 que la Turquie, une fois entrée dans l’OTAN, sera prête à prendre avec ses alliés les précautions néces­saires pour la défense du Moyen-Orient qui constitue une région stratégique clé pour la défense de l’Europe43. En contrepartie de son adhésion à l’OTAN, Ankara adopte donc une politique moyen-orientale quasi-exclusivement influencée et conditionnée pendant une grande partie de la Guerre Froide, non par ses propres enjeux régionaux, mais par ses relations avec les États-Unis.

18Ainsi, le Moyen-Orient, sans pouvoir offrir un enjeu économique direct pour la Turquie en terme d’échanges commerciaux par exemple, apparaît comme un élément géopolitique qui engendre pour Ankara dans un contexte parti­culier et au travers de l’alliance turco-occidentale, un revenu ou « rente stratégique », tant au sens propre financier qu’au sens métaphorique d’un bénéfice indirect sous forme de sécurité et de soutien politique. Dans cette configura­tion, les crises moyen-orientales favorisent la position de la Turquie au sein de l’OTAN et particulièrement auprès de l’administration américaine. En conséquence, les rapports liti­gieux de la Turquie avec la Syrie dérivant de la politique irrédentiste de cette dernière et de ses liens avec l’Union Soviétique, se présentent pour Ankara comme un effet secondaire accep­table, voire désiré selon la conjoncture, de ce mécanisme de rente stratégique.

19En effet, malgré un activisme inédit des dirigeants turcs au Moyen-Orient, la poli­tique d’Ankara est concentrée sur ses rapports avec l’alliance occidentale. Pour la Turquie, le contexte du voisinage est un outil lui per­mettant d’asseoir sa place stratégique parmi ses alliés et d’augmenter ainsi ses chances d’obtenir leur soutien politique, économique et militaire. Elle se positionne dans un contexte conflictuel de telle sorte qu’elle puisse garantir sa sécurité et en extraire une rente stratégique, sans que ce positionnement lui vaille des risques supérieurs au bénéfice retiré. Ce qui peut paraître paradoxal est le fait que, malgré son rapport avec la conflictualité, la politique étrangère turque repose sur le non engagement dans les conflits. Au contraire, elle se démarque de la logique de violence et repose sur une poli­tique qui cherche à tirer des avantages d’un état de conflit international stable, structurel voire structurant. D’ailleurs, l’adhésion de la Turquie à l’OTAN ne la protège pas seulement des accrochages régionaux par un effet d’immu­nité sécuritaire, mais lui interdit également de s’immiscer dans un conflit armé avec un autre État de la région, ce qui risquerait d’amener une surenchère offensive entre les deux blocs.

20Quant à la Syrie, ayant été témoin du pro­cessus de décolonisation et faisant partie des pays arabes dits progressistes, elle se situe très souvent contre le front qu’Ankara défend. À l’instar de la Turquie, les positionnements de la Syrie dans un monde bipolaire se font pour des intérêts politico-économiques prag­matiques et/ou par des obligations de rapports de force. La Syrie est prise entre deux alliés de l’Occident, la Turquie au nord et Israël au sud, lesquels sont accusés par Damas d’envahir ses territoires, et par son frère ennemi, l’Irak à l’est. Elle dispose donc de peu de latitude en dehors d’un rapprochement avec l’Union Soviétique et d’une adoption des tactiques du faible : instrumentaliser les problèmes de ses adversaires. Damas profite également et copieusement des aides soviétiques et plus tard des pays arabes riches en hydrocarbures au travers des logiques de conflits régionaux.

  • 44 Castleberry, H. Paul, “The Arabs’ View of Postwar American Foreign Policy”, The Western Political Q (...)

21Malgré les critiques d’Ankara concernant le rapprochement syrien vers l’Union Soviétique, la Syrie représente avec le Liban, l’un des systèmes politiques les plus libéraux dans le monde arabo-moyen-oriental dans les années 1950, avec une presse et des partis politiques libres44. Le parti communiste a certes un cer­tain poids dans ce système, mais est loin de le contrôler.

  • 45 Ibid.
  • 46 Peretz, Don, “Nonalignment in the Arab World”Annals of the American Academy of Political and Social (...)
  • 47 Ramazani, R. K., Soviet Military Assistance to the Uncommitted Countries, Midwest Journal of Poli (...)
  • 48 Book review par O.M. Smolansky, Syrian Politics and the Military, 1945-1958 (Gordon H. Torrey, Colu (...)

22Sur le plan de la politique étrangère, la position syrienne se forme plutôt en réac­tion aux événements. Face aux sujets comme la création d’Israël ou l’établissement d’un pacte pro-occidental au Moyen-Orient, elle ne diverge pas vraiment de celle de la plupart des pays arabes, y compris ceux qui n’ont aucune inclination vers l’Union Soviétique comme l’Arabie Saoudite ou l’Égypte du roi Farouk. Ces projets, pour les pays arabes, constituent de la part des pays colonialistes une nou­velle tentative pour continuer d’occuper ces territoires. En novembre 1951, le secrétaire général de la Ligue Arabe annonce que tous les États arabes s’opposeraient à cette propo­sition des puissances occidentales45. Le Pacte de Bagdad est fortement contesté par le monde arabe, notamment l’Égypte, la Syrie et l’Arabie Saoudite. L’Égypte, s’opposant à un tel projet de pacte dès le début, soit bien avant le coup d’État de 1952, accuse la Turquie d’être un instrument du colonialisme et de l’impéria­lisme occidental46. Quant aux échanges syro-soviétiques en armement, ils se développent surtout après l’affaire du lac de Tibériade en 1955 lorsque les forces israéliennes entrent en territoire syrien, et face au refus de la France concernant la vente d’armes47. Parallèlement, les divergences entre la Syrie et le camp occi­dental s’accentuent après la crise de Suez48.

iii) La question israélo-palestinienne et les relations turco-syriennes

23Le baromètre des relations turco-israéliennes détermine largement le baromètre des rapports turco-syriens et apparaît comme un révélateur de la politique moyen-orientale de la Turquie depuis la création de ce pays. Le processus de reconnaissance d’Israël préfigure l’aspect ambivalent de la politique turque vis-à-vis de la région. Cette ambivalence sera d’ailleurs très manifeste à partir du milieu des années 1960 quand Ankara commencera à chercher des échanges avec les pays arabes pour ses propres objectifs tout en essayant de préserver ses relations avec Israël. La fluctuation des liens entre Israël et la Turquie peut conduire à croire que leur relation dépend de l’évolution du contexte israélo-palestinien. Cependant, les parfois spectaculaires fluctuations épidermiques ne doivent pas éclipser le fond d’une entente stratégique turco-israélienne dès la fondation de l’État israélien.

24De ce fait, il serait erroné de considérer le rapprochement turco-israélien des années 1990 comme une alliance nouvelle notamment contre la Syrie. Dans la même idée, les change­ments de la position turque face à ce pays du début des années 2000 ne peuvent être saisis correctement sans comprendre les enjeux fon­damentaux régissant les liens entre les deux pays, et surtout pas simplement par l’arrivée d’un gouvernement souvent qualifié d’isla­miste.

  • 49 La résolution 181 de l’ONU du 29 novembre 1947. Argentine, Chili, Chine, Colombie, El Salvador, Éth (...)
  • 50 Muslih, Muhammad, “Syria and Turkey”, dans (ed.) Barkey, Henri J., Reluctant Neighbor, Washington D (...)

25En 1947, la Turquie, à l’instar de la Grèce, Cuba, l’Inde, le Pakistan, l’Afghanistan et l’Iran ainsi que les pays arabes, s’oppose au plan de partage de la Palestine49. Pendant la guerre de l’année suivante, l’État turc apporte une aide humanitaire aux réfugiés palestiniens en Syrie50. Ankara défend, avec les pays arabes, la création d’un État palestinien. Cette position pro-palestinienne lui vaut même une sym­pathie des peuples arabes. Or, c’est encore cette question qui a jeté peu après un froid entre l’État turc et les États arabes. En effet, la Turquie devient le premier pays du Moyen- Orient de population majoritairement musul­mane à reconnaître Israël. Les zigzags, calculs et raisonnements de la Turquie à ce moment fondateur préfigurent ses positions ambiguës à l’égard des affaires régionales jusqu’à la fin du siècle.

  • 51 Kut, Şule, “Filistin Sorunu ve Türkiye”, dans Ulman, Haluk (ed.), Ortadoğu Sorunları ve Türkiye, Is (...)
  • 52 Washington qui ne prenait pas au sérieux « la menace russe » dans cette affaire. Pour exemple : Sel (...)

26Le vote de la Turquie à l’ONU contre le par­tage de la Palestine, est souvent d’abord expliqué par sa peur d’une possible intrusion de la Russie au Moyen-Orient par l’intermédiaire de ce nouvel État d’Israël51. Il est vrai que la diplo­matie d’Ankara, ainsi que les médias turcs de l’époque, soupçonnent au début les leaders sio­nistes d’être proches de l’Union Soviétique52.

27Du moins, c’est l’un des arguments principaux d’Ankara, même si certaines des conduites politiques de la Turquie exigent de nuancer ce raisonnement. Toutefois, ce qui est signifi­catif est le fait que le fondement de l’objection turque ne se fait pas sur la question palesti­nienne ou sur la « cause arabe ».

  • 53 Bölükbaşı, Süha, “Behind the Turkish-Israeli Alliance: A Turkish View”, Journal of Palestine Studie (...)

28Par ailleurs, contrairement à l’idée selon laquelle la question israélo-palestinienne constitue un sujet fondamental pour Ankara à l’époque suivant la Seconde Guerre mondiale53, celle-ci reste presque insignifiante pendant longtemps, surtout par rapport aux propres enjeux sécuritaires, politiques et économiques de la Turquie.

29La politique étrangère d’Ankara repose depuis la fondation de la République sur le principe d’inaltérabilité des frontières. Chaque modification d’une frontière peut en provoquer une autre. Donc la création d’Israël est incompatible avec les principes de sa politique étrangère. La politique consistant à garder le statu quo et l’application du principe de l’inviolabilité des frontières, que la Turquie respecte depuis sa fondation, ont dû jouer sur les réserves d’Ankara vis-à-vis de la création d’Israël qui modifie les frontières régionales.

  • 54 À la 186e séance du 11 décembre 1948 de l’Assemblée Générale ; résolution 194 (III).
  • 55 Aktar, Ayhan & Özel, Soli, “Turkish Attitudes vis- à-vis the Zionist Project”, dans CEMOTI, No. 28, (...)

30Néanmoins, malgré son opposition devant l’ONU, à la différence des pays arabes la Turquie n’est pas catégoriquement opposée à la création d’Israël, en tous cas pas très ardemment et surtout pas suffisamment pour s’opposer aux États-Unis. En novembre 1947, le ministre des Affaires étrangères, Necmettin Sadak, déclare que la Turquie ne pourrait se dissocier des décisions de l’ONU malgré son vote défavorable à la création d’Israël, ce qui prédit que l’attitude turque face à Israël ne sera pas rude. Ensuite, Ankara conclut malgré les protestations des pays arabes, un accord d’échanges postaux (30 juin 1948) juste après la création d’Israël, donc bien avant la reconnaissance officielle par la Turquie. La même année, en participant avec les États-Unis et la France à la Commission de conciliation des Nations Unies, choix encore plus fortement contesté par les pays arabes, elle reconnaît de facto l’existence de l’État israélien54. Peu après le vote de l’ONU, Ankara permet la migra­tion de la population juive de Turquie vers la Palestine toujours malgré les protestations des pays arabes55.

  • 56 Tavlas, Nezih, “Türk - İsrail Güvenlik ve İstihbarat İlişkileri”, Avrasya Dosyası, 1999, Vol. 5, No (...)
  • 57 Bölükbaşı, Süha, op. cit., p. 21-35.
  • 58 L’article de Jacob Tsur, ambassadeur d’Israël à Paris, donne un autre exemple montrant que les soi- (...)

31Un événement notable confirmant la pro­fondeur des relations turco-israéliennes se produit en août 1958, donc peu après la crise de Suez, avec la réunion secrète des dirigeants des deux pays à l’aéroport d’Ankara, dont le Premier ministre turc Adnan Menderes et le ministre des Affaires étrangères Fatin R. Zorlu d’un côté, et le Premier ministre israélien, Ben Gourion, la ministre des Affaires étrangères, Golda Meir, et le Chef de l’état-major israélien, Zvi Zur, de l’autre. Cette rencontre marquera le début de la collaboration active entre les deux pays notamment en matière de renseigne- ment56. L’établissement de cette alliance non avouée dévoile également que les reproches ou les réactions d’Ankara à l’égard de Tel-Aviv, comme la baisse du niveau de la représentation diplomatique de la Turquie en Israël après la campagne de Suez, ne sont que des manœuvres diplomatiques57. En outre, sous une dénomi­nation discrète, Ankara envoie dès le début à Tel-Aviv des diplomates expérimentés et du rang d’ambassadeur. De fait, jusqu’au début des années 2000, les réactions de la Turquie face aux problèmes arabo-israéliens, consistent surtout en des réponses diplomatiques sans vraiment changer la consistance et l’essence des relations stratégiques turco-israéliennes58.

  • 59 Les autres étaient les États-Unis, la Grande-Bretagne et la France. Efraim, Inbar, Türk - İsrail St (...)

32Quant à la position d’Israël envers la Turquie, elle est dès le début des années 1950, une dimension importante de la stratégie israélienne. Pour David Ben Gourion, les pays comme la Turquie, l’Iran et l’Ethiopie, entou­rant les voisins d’Israël, peuvent contribuer à diminuer la pression sur Israël. De bonnes rela­tions avec des pays musulmans peuvent aussi amoindrir la dimension religieuse du problème arabo-israélien. L’un des signes manifestes de l’intérêt qu’Israël porte à la Turquie est le fait que cette dernière fait partie des quatre pre­miers pays auprès desquels Israël envoie un attaché militaire59.

33Les États-Unis ont certainement joué un rôle dans l’établissement des relations entre la Turquie et Israël. Mais les rapports entre ces deux pays, en dehors d’être dérivés de l’alliance turco-américaine, présentent un inté­rêt géopolitique pour Ankara notamment pour deux raisons. En premier lieu, la Turquie pro­fite du litige entre Israël et la Syrie qui neutra­lise cette dernière et en conséquence l’empêche de se retourner vers la Turquie concernant la question de Hatay. Ensuite, l’état continu de guerre arabo-israélienne renforce la valeur géo­politique de la Turquie auprès de Washington. De ce fait, Israël constitue un pilier important de la stratégie régionale de la Turquie.

b) La Turquie et la Syrie face aux conflits régionaux : le cas de la crise de Suez

34La crise de Suez modifie profondément les rapports de forces au Moyen-Orient. Si cette affaire n’implique pas particulièrement la Turquie et la Syrie, elle permet d’analyser le positionnement politique de ces deux pays selon leurs camps respectifs. On peut égale­ment y observer le décalage entre le discours et la conduite de la Turquie en ce qui concerne Israël et le monde arabe.

35L’introduction de la Turquie dans cette affaire se fait après la décision de la Grande Bretagne, la France et les États-Unis d’organi­ser en août 1956, une réunion à Londres pour trouver une solution à la question, réunion à laquelle ont été invités les pays signataires du Traité d’Istanbul de 1888. Plusieurs pays protestent contre cette réunion en prétendant que la conférence serait une atteinte à la sou­veraineté égyptienne. Alors que la Grèce, l’un des pays invités, pourtant membre elle aussi de l’OTAN et bénéficiaire d’aides occidentales, refuse d’y assister. La Turquie, en participant à cette réunion, s’attire une nouvelle fois la ran­cune du monde arabe.

  • 60 Gönlübol, Mehmet & Ülman, Halûk, “Süveyş Bunalımı ve Türkiye”, dans [éd.) Gönlübol, Mehmet, Olaylar (...)

36L’intervention militaire de la Grande Bretagne, la France et Israël en octobre anéan­tit la crédibilité déjà presque inexistante aux yeux de l’opinion publique moyen-orientale du discours pro-occidental du Premier ministre turc, Adnan Menderes ; un discours qui insiste sur la stabilité apportée par la coopé­ration avec l’Occident. Si le gouvernement turc critique l’opération franco-britannique, il ne la condamne pas vraiment pour autant, alors même qu’Ankara adopte une posture plus dure à l’égard d’Israël pour des raisons diplomatiques et tactiques. Ankara annonce également que le niveau de représentation diplomatique ne sera pas relevé avant la résolu­tion de la question palestinienne. Le diplomate turc, Fenni İstinyeli, précise explicitement à l’État israélien avant de partir que cette attitude de la Turquie a pour but de préserver le Pacte de Bagdad et ne devrait pas être interprétée comme une hostilité à l’égard d’Israël60.

  • 61 Öztürk, Kazım, Cumhurbaşkanlarının Türkiye Büyük Millet Meclisini Açış Nutukları, İstanbul, Ak Yay. (...)
  • 62 Le ministre des Affaires étrangères F. R. Zorlu : « La sécurité des pays moyen-orientaux repose sur (...)

37Plus significatif est le reproche fait par le Président de la République turc, Celal Bayar, à Nasser d’être un aventurier61, semblable à celui de F. Zorlu, lorsqu’il critique le dirigeant égyptien lors de ses explications au Parlement62. La position de divers milieux politiques à l’égard de la crise et de son traitement par le gouvernement est aussi notable. Les différents courants politiques s’alignent quand il s’agit de la politique internationale et notamment de l’alliance avec l’Occident ou du Moyen-Orient. Par exemple, le quotidien Ulus, porte-parole officieux du CHP, affirme que le problème égyptien n’est pas un simple litige mais qu’il s’agit d’une menace bolchevique. Il ajoute alors :

  • 63 Yalçın, Hüseyin Cahit, “Batı medeniyeti tehlike­dedir” (La civilisation occidentale est en péril]) (...)

« devant cet événement, toute notre sympathie est avec le monde occidental »63.

  • 64 Kirk, George, Contemporary Arab Politics - A Concise History, N.Y., Frederick A. Praeger, 1961, p. (...)

38Pendant la crise, la Syrie et la Turquie se trouvent dans des camps opposés. Alors que la Turquie profite du conflit pour renforcer son importance auprès de ses alliés et en conséquence accroître ses gains politiques et écono­miques, la Syrie s’allie avec l’Égypte. Comme preuve de solidarité, elle coupe le pipeline de l’Irak Petroleum Company qui traverse ses ter­ritoires64 et stoppe alors l’essentiel de l’appro­visionnement de l’Europe en pétrole pendant la fermeture du canal de Suez. Cette intervention met en évidence l’importance de la multiplica­tion des débouchés des flux d’hydrocarbures et des produits entre les marchés internatio­naux et moyen-orientaux.

c) La crise turco-syrienne : une guerre manquée ou un jeu de tensions ?

39En 1957, une série de crises ébranle de nou­veau le Moyen-Orient. La polarisation régionale façonnée par la Guerre Froide s’aggrave en rendant davantage vulnérables certains régimes déjà fragiles. C’est dans cette conjoncture que la Turquie et la Syrie entrent dans une querelle à l’été 1957 qui s’est apaisée seulement au bout de quelques semaines. Ainsi, la Turquie qui n’avait pas été impliquée directement dans les crises précédentes, devient pour la première fois pendant cette période l’un des prota­gonistes principaux d’une crispation moyen- orientale. Pour certains, les deux pays ont alors frôlé une confrontation militaire. En tout cas, l’incident, loin d’être produit par un conflit d’intérêts direct entre les deux pays, intervient dans le cadre de la rivalité des blocs occiden­tal et soviétique, ce qui impose une analyse globale des rapports de forces changeants de la région.

40Au printemps 1957, la Jordanie entre dans un état de trouble à la suite de la dissidence des fractions de l’armée soutenues par Damas et Le Caire. Le pays sous pouvoir hachémite, pris en étau entre la Syrie, l’Égypte, les forces palesti­niennes et Israël, devient un terrain d’exacerbation de toutes les aspirations des puissances régionales. Le Roi Hussein Ben Talal, perturbé par la révélation d’un plan d’assassinat sur sa personne, suspend la Constitution et déclare la loi martiale en raison de « la subversion procommuniste » téléguidée, selon lui, depuis la Syrie. Ceci étant, les forces syriennes qui s’étaient déjà introduites en Jordanie conformé­ment aux accords précédents, prennent peu à peu le contrôle des moyens de communication au nord du pays. Même si les troupes syriennes se retirent en mai du territoire jordanien après des pourparlers, l’instabilité croissante dans la région accélère l’implication des États-Unis dont la sixième flotte fait une démonstration navale en Méditerranée orientale.

  • 65 Baş, Arda, “1957 Crisis in Syria and Turkey”, History Studies, 2012, Vol. 4, No 1, p. 97.

41La situation préoccupe fortement les Américains dont les rapports avec la Syrie étaient déjà crispés. Damas avait commencé à recevoir des aides militaires de l’Union Soviétique et les deux pays avaient conclu des accords de coopération technique et écono­mique. Ceux-ci sont suivis par d’autres comme celui conclu avec la Tchécoslovaquie sur la vente d’armes et l’installation d’une raffinerie à Homs65. Au début de l’été 1957, une nouvelle coalition du Parti National Libéral de Gauche et du Parti Ba’th, prend le pouvoir en Syrie avec le soutien du Parti communiste. Le Colonel al-Bizri, de tendance communiste, devient égale­ment le nouveau commandant en chef de l’état- major. De surcroît, Damas adopte une politique résolument opposée au Pacte de Bagdad et à la doctrine Eisenhower.

  • 66 Kirk, George, Contemporary Arab Politics - A Concise History, New York, Frederick A. Praeger, 1961, (...)
  • 67 Picard, Elisabeth, op. cit., p. 207-229.
  • 68 Le Gac, Daniel, op. cit., p. 88-89.

42L’atmosphère politique régionale devient plus critique avec l’expulsion de trois diplomates américains en raison de « leur impli­cation dans un complot pour renverser le régime ». L’Ambassadeur américain à Damas alerte le département d’État américain concer­nant la situation en Jordanie et en Syrie66. Ainsi l’évolution politique de Damas conduit Washington à lancer une campagne anti- syrienne67. Reporter du New York Times au Proche-Orient, Kenneth Love écrit même ouvertement que la CIA dirige les opérations68.

43C’est dans ce contexte que la turbulence politique régionale change de centre de gravité en septembre avec le déploiement de forces turques près de la frontière syrienne. L’Union Soviétique réagit même avant la Syrie qui ne tarde pas non plus à envoyer une note diplomatique à Ankara. La tension augmente avec l’envoi des forces armées égyptiennes en Syrie, la visite des navires soviétiques à Latakieh et celle des bâtiments américains en Turquie.

44Dans un entretien publié dans le New York Times du 7 octobre, Khrouchtchev avertit la Turquie :

« ...la Turquie se prépare à une guerre avec la Syrie et ce sont certaines personnalités aux États-Unis qui poussent la Turquie vers ce dangereux chemin. Après tout, les États-Unis sont loin de cette région, tandis que nous sommes limitrophes. Si l’on sort les armes, il sera difficile de s’arrêter, et il y aura de graves conséquences ».

  • 69 A select chronology and background documents relating to the Middle East, Committee on foreign rela (...)

45En contre­partie, J. Dulles déclare que les États-Unis défendraient la Turquie en cas d’agression69. Les déclarations de soutien des États-Unis et de l’Union Soviétique à la Turquie et à la Syrie, respectivement, et les préparatifs militaires de ces deux pays aggravent l’atmosphère d’insé­curité.

46Alors que l’Arabie Saoudite prend l’ini­tiative de jouer l’arbitre, l’affaire est portée devant l’ONU. Après quelques semaines de négociations, et bien avant la fin de l’année 1957, la tension s’est déjà relâchée. Par ailleurs, quelques mois plus tard, l’Égypte et la Syrie décident de former la « République Arabe Unie ». En contrepartie, l’Irak et la Jordanie forment une Fédération arabe d’Irak et de Jordanie.

  • 70 Uslu, Nasuh, Türk - Amerikan İlişkileri, Ankara, Yüzyıl, 2000, p. 126 ; Gönlübol, Mehmet & Ülman, H (...)
  • 71 Gürün, Kâmuran, Dış İlişkiler ve Türk Politikası, Ankara, Ankara Üniv. S.B.F. Yay., 1983, p. 358.
  • 72 Kocaoğlu, Mehmet, Ortadoğu – Parçalanmak istenen topraklar ve istismar edilen insanlar, Ankara, Gen (...)
  • 73 Sander, Oral, Türk - Amerikan İlişkileri 1947-1964, Ankara, Ankara Üniv. S.B.F. Yay., 1979, p. 158- (...)

47Selon plusieurs sources, la Turquie et la Syrie sont passées très près d’une guerre. L’incident est aussi perçu comme une réper­cussion de la rivalité entre les deux blocs, contraignant la Turquie à agir pour des raisons de sécurité contre la Syrie qui se rapprochait de plus en plus de l’URSS70. Même rétrospective­ment, certains analystes turcs issus ou proches des milieux bureaucratiques ou militaires trouvent que la politique syrienne et celle de l’Union Soviétique sont à l’origine de la crise. Pour l’ambassadeur Kâmuran Gürün, le rappro­chement de la Syrie avec l’Union Soviétique a suscité des inquiétudes à Ankara et le déploie­ment militaire de la Turquie près de la frontière n’était qu’une précaution71. Selon Mehmet Kocaoğlu, enseignant-chercheur au sein de l’institution militaire, cette crise n’est due qu’à la menace de l’Union Soviétique envers la Turquie72. Selon le professeur Oral Sander, le rapprochement entre l’Union Soviétique et la Syrie, après le Caucase et la Bulgarie, préparait l’encerclement de la Turquie par le sud73.

  • 74 Kemp, Geoffrey, “Strategy and Arms Levels, 1945¬1967”, Proceedings of the Academy of Political Scie (...)

48En revanche, il paraît invraisemblable que la réaction de la Turquie soit vraiment due à une menace directe ou immédiate de la part de la Syrie. Avant tout, la Syrie n’avait pas mené de préparatifs militaires à l’égard de la Turquie à la veille de la crise. Ensuite, l’argument de menace syrienne et d’encerclement soviétique par le sud n’apparaît pas convaincant. Le rapprochement de la Syrie avec l’URSS ne change pas radicalement la situation militaire régionale : le déséquilibre entre la Turquie et l’URSS et la logique nucléaire entre les deux blocs sont les éléments stables de la période, et la Turquie, s’étant assurée de l’aide améri­caine, dispose d’une force et d’un savoir-faire militaires considérables tandis que la Syrie manque à cette époque d’officiers et de soldats qualifiés capables d’exploiter les équipements soviétiques sophistiqués74.

  • 75 Kaya, Şükrü, “Suriye hadiseleri ve Türkiye” [Les événements de Syrie et la Turquie], Hürriyet, 28 a (...)

49En fait, une lecture plus approfondie des médias de l’époque et des propos des dirigeants révèle que la Turquie n’avait pas l’intention de s’engager réellement dans un conflit armé avec la Syrie. Pendant ladite crise, la presse écrite ne reflète guère une atmosphère de guerre. On ne perçoit pas non plus de préparation de l’opinion publique à un conflit armé par le gouvernement. Par exemple, Şükrü Kaya, ancien ministre des Affaires étrangères, écrivait alors qu’en raison des rapports de force et de la Guerre Froide, même si la Syrie devenait un satellite soviétique, ça ne changerait pas profondément la situation pour la Turquie75.

50Mahmut Dikerdem, alors ambassadeur en Jordanie, confie dans ses mémoires qu’il avait été informé au ministère pendant son séjour à Ankara, que

« la tension avec la Syrie n’était pas si grave qu’elle puisse provoquer un conflit armé ».

  • 76 Dikerdem, Mahmut, Ortadoğu’da Devrim Yılları, Istanbul, Cem Yay., 1990, p. 176.

51Avant son retour à Amman, le secré­taire général du ministère des Affaires étrangères lui confirme encore une fois qu’il n’y a pas de risque d’un conflit militaire. Selon Dikerdem, il ne s’agit que d’une manœuvre politique76.

  • 77 Milliyet, 30 octobre 1957.

52Du côté de l’Union soviétique, la situation n’est pas vraiment alarmante non plus. Après un premier avertissement à la Turquie de Nikita Khrouchtchev, Moscou adoucit rapi­dement son discours. La même année, Nikita Khrouchtchev, Boulganine alors président du Conseil des ministres et A. I. Mikoïan, vice- président du Conseil des ministres, participent à la réception de l’Ambassade de Turquie à Moscou en l’honneur de l’anniversaire de la République le 29 octobre 1957. Pendant la réception, Khrouchtchev annonce aux journa­listes qu’il n’y a pas de crise entre Ankara et Moscou et que la situation au Moyen-Orient s’apaise77.

53Il est impossible de savoir si Ankara est motivé par Washington pour diriger une opération de crise afin de réduire la pression sur la Jordanie ou pour rapprocher davantage la Syrie de l’Égypte. En tout cas, pour la Turquie, la conduite de cette politique de tension est intrinsèquement liée au paradigme stratégique de l’instrumentalisation des conflits en vue de stimuler l’alliance turco-américaine, de conso­lider le rôle stratégique de la Turquie et donc de renforcer les aides étrangères. Ces dernières sont d’autant plus importantes dans les années 1950 que le gouvernement du Parti Démocrate a des problèmes budgétaires.

  • 78 Gürün, Kâmuran, Dış İlişkiler ve Türk Politikası, Ankara Üniv. S.B.F. Yay., 1983, p. 359.
  • 79 Gönlübol, Mehmet, Olaylarla Türk Dış Politikası, Ankara, Alkım Yay., 1989, p. 299.

54Ceci étant, cette crise amplifie les diffé­rends entre les deux pays. La Syrie accentue sa revendication sur le sandjak d’Alexandrette. Le gouvernement syrien organise à la même époque de grandes manifestations concernant ce sujet78. Les journaux syriens comme Barada ou Al Baas publient des articles revendiquant l’attachement de cette province à la Syrie79.

d) Une paix froide pendant la période de la Détente

  • 80 Armée secrète arménienne de libération de l’Arménie.

55Après la crise de 1957, les relations turco- syriennes s’inscrivent dans une nouvelle phase qu’on peut qualifier de paix froide. Les litiges entre les deux pays se répercutent sur divers dossiers, comme le conflit arabo-israélien ou la question chypriote. Par ailleurs, une nouvelle source de litige apparaît avec la question du partage des eaux des cours d’eau qui irriguent les pays du croissant fertile. C’est dans ce contexte et face aux inégalités des rapports de force que la Syrie entame d’ailleurs sa politique de soutien logistique à des groupes dissidents, notamment les groupes armés de gauche et l’ASALA80, soulevés contre l’État turc, ses représentants et ses forces de sécurité.

56Les deux pays sont également le théâtre de secousses politiques pendant cette époque. 1957, année où les deux pays vivent leur première grande crise, est pour la Syrie la dernière année pendant laquelle le pays bénéficie d’une vie démocratique à peu près normale. C’est dans l’atmosphère de la crise avec la Turquie qu’une délégation égyptienne à Damas demande de conclure une « union fédérale », la République Arabe Unie (RAU), entre la Syrie et l’Égypte, qui est proclamée le 1er février

57Cette union cause la disparition des par­tis et leur soumission à un régime autoritaire. Elle s’est maintenue jusqu’au 13 octobre 1961, année où la Syrie a recouvré son statut d’État indépendant et repris son siège à l’Organisation des Nations Unies. À partir de cette date, le pays passe du pluripartisme à la dictature du Ba’th.

  • 81 Fernau, Friedrich-Wilhelm, « Constantes de la poli¬tique extérieure turque », Politique étrangère, (...)
  • 82 L’incident des missiles entre la Turquie et les États-Unis se produit à la suite de la crise de Cub (...)

58De son côté, la Turquie est secouée par un coup d’État en 1960. Pour certains, le gouvernement d’Ankara a modifié sa politique étran­gère après la première intervention militaire de l’ère républicaine81. On avance également que la crise des missiles en 1960 entraîne alors la Turquie à adopter une nouvelle dimension dans ses relations avec le Moyen-Orient82. Pour d’autres, le vrai revirement politique n’arrive qu’après la crise de Chypre. C’est dans ces circonstances que la Turquie aurait initié une nouvelle stratégie envers le Moyen-Orient.

59En effet, avec les années 1960 on observe une émancipation de la diplomatie de la Turquie par rapport à la ligne américaine. D’ailleurs, ce pays est loin d’être le seul pays à entamer de telles initiatives. La première motivation des efforts d’Ankara repose sur une mise à jour de sa politique étrangère selon la nouvelle conjoncture internationale marquée par la Détente. En effet, l’ancienne méthode consistant à traiter les sujets régionaux au travers des capitales occidentales n’est plus adaptée. C’est dans ce contexte qu’Ankara commence à développer une politique moyen-orientale propre. La seconde motivation de la diplomatie turque est de trouver des solutions à ses problèmes spécifiques, notamment à la question chypriote.

60L’ouverture diplomatique est souvent illus­trée par le soutien apporté par la Turquie à l’ONU concernant l’indépendance de l’Algé­rie. Effectivement, Selim Sarper, ministre des Affaires étrangères de la junte, annonce alors « la sympathie » de la Turquie pour les pays aspirant à l’indépendance, notamment en Afrique. Néanmoins, si Ankara entreprend une nouvelle approche sur le plan international, les perspectives et les méthodes restent très ambiguës, ce qui oblige à certains questionnements.

  • 83 Milliyet, les 22, 23, 24 et 31 juillet 1960

61Néanmoins, concernant le Moyen-Orient en général et la Syrie en particulier, la continuation des rapports litigieux se confirme dans cer­tains événements après l’intervention militaire du 27 mai 1960. Dès juillet 1960, une crise avec la RAU montre que l’équation politique entre la Turquie et la Syrie ne peut pas changer facile­ment. Le Parti de l’Union Nationale de la RAU adopte une résolution pendant sa réunion au Caire concernant le rattachement d’Antioche à la Syrie, ce qui provoque une vive réaction en Turquie. Plusieurs déclarations blâment cette requête du « monde arabe »83.

e) Le Moyen-Orient dans la perception stratégique en Turquie

  • 84 Il est même intéressant de noter que le reporter turc envoyé spécial pour la guerre (Hüseyin Kırcal (...)

62Pendant la décennie 1960 et au début des années 1970, le Moyen-Orient reste toujours un sujet mineur dans la presse turque, notamment par rapport à l’Occident, aux problèmes particuliers avec la Grèce, à la question chypriote et aux relations avec l’Union Soviétique. La façon de donner des informations sur les affaires moyen-orientales présente une forte continuité avec les années précédentes. Les belligérances arabo-israéliennes sont rapportées avec un langage passablement neutre, même sur des sujets comme la guerre arabo-israélienne de 1973 durant laquelle un rapprochement de la Turquie avec les pays arabes est évoqué84.

  • 85 Andrew Mango affirme que les relations cultu­relles et touristiques ont faiblement fonctionné et se (...)

63La rupture sociale, économique et culturelle entre la société turque et celle des pays moyen-orientaux persiste. Les acteurs non-étatiques et non-gouvernementaux n’apparaissent pratique­ment pas dans les débats sur le Moyen-Orient qui constituent un sujet traité exclusivement par les cercles restreints de l’État. Les rela­tions culturelles et touristiques sont restées très faibles85. Sur le plan des représentations sociales, comme l’occidentalisation équivaut à la modernisation dans l’idéologie de la République, l’Orient ne suscite toujours pas d’intérêt particulier.

  • 86 Résolution concernant la question chypriote du 18 décembre 1965, 1402e séance plénière, No. 2077, d (...)
  • 87 Calogeropoulos-Stratis, Spyros, « Le problème de Chypre », Politique étrangère, 1966, No. 4, p. 344 (...)
  • 88 Kassianides, Yoann, La politique étrangère américaine à Chypre (1960-67), Paris, L'Harmattan, 2005, (...)

64Les efforts diplomatiques de la Turquie se concentrent notamment autour de la question de Chypre et s’intensifient après la résolu­tion de l’ONU de 1965 adoptée à la suite de la demande de 23 pays non alignés dont la Syrie86. Celle-ci fait expressément mention de la Déclaration de la Conférence des non-alignés du 10 octobre 1964, tenue au Caire87. Ankara se voit isolée sur le plan international face à cette défaite diplomatique majeure, selon l’expression de l’ambassadeur américain en Turquie88, malgré le vote contre des États-Unis, l’abstention de plusieurs pays membres de l’OTAN et celle de l’URSS. La Turquie ne peut ni compter sur ses alliés pour cette question ni nouer des relations avec des pays non alignés en raison de sa politique quasi-unilatéralement pro-occidentale.

65La diplomatie turque se rend compte que le monde n’est désormais plus le même que celui où les problèmes n’étaient traités qu’avec quelques capitales occidentales. Elle découvre ainsi l’enjeu du soutien des pays moyen-orien­taux ou musulmans, avec lesquels elle n’a pas construit jusqu’alors de communication suffisante en raison du manque d’intérêt. C’est dans ce cadre que ces pays deviennent des cibles diplomatiques pour l’État turc. Ceci dit, Ankara est aussi consciente du fait que la réso­lution de l’ONU, tout en étant gênante, ne peut avoir d’effet concret sans le soutien des grandes puissances, notamment des États-Unis. De ce fait, en politique étrangère, une ouverture ne peut non plus se concevoir au détriment de ces derniers et seulement avec des objectifs limités.

66Les dilemmes d’Ankara se manifestent plus concrètement dans les positions turques face à la question arabo-israélienne. Ce sujet constitue une sorte d’antipode de la question chypriote. Face à l’accroissement des rapports diploma­tiques et aux requêtes turques concernant la question chypriote, les pays arabes demandent à la Turquie en contrepartie une attitude plus claire en leur faveur, notamment concernant le problème arabo-israélien.

67Par ailleurs, les enjeux qui brouillaient auparavant les relations de la Turquie avec le monde arabe persistent. Les relations avec le front égypto-syrien continuent d’être litigieuses dans les années 1960 et 1970. De surcroît, Le Caire, comme Damas, commence à octroyer un soutien diplomatique à Makarios qui menait une politique de non-alignement parallèle à celle de Nasser.

  • 89 Les mouvements kurdes entrent dans la passivité après l’écrasement de la République de Mahabad en I (...)

68Enfin, contrairement aux enjeux qu’il venait de représenter, le Moyen-Orient continue de constituer pour les élites turques une source de danger identitaire pour le projet républicain et pour l’occidentalisation du pays. Ce danger s’aggrave avec la réapparition des préoccupa­tions sécuritaires sur la question kurde. Cette dernière commence à prendre une nouvelle tournure dans la conjoncture régionale moyen- orientale avec la rébellion de Barzani en Irak en 1961, après une période de silence des mouvements kurdes depuis 194689. Dans le contexte régional qui facilite les interactions intra-régionales, Ankara craint une contagion du soulèvement chez les Kurdes de Turquie.

  • 90 Plusieurs dirigeants des mouvements de gauche, comme Mihri Belli, Deniz Gezmiş, etc. trouvent un re (...)

69La région devient aussi pour Ankara un lieu où se forment et se font assister « les organisations terroristes de gauche ». L’État turc soupçonne alors des organisations et des pays moyen-orientaux notamment la Syrie et l’OLP de soutenir les « groupes armés turcs »90. Selon le « Livre blanc - les réalités de la Turquie et le terrorisme » publié sur ordre du Premier ministre après le pronunciamiento de 1971,

  • 91 Beyaz Kitap - Les Réalités de la Turquie et le Terrorisme, préparé par un conseil interministériel (...)

« ...l’aide étrangère la plus impor­tante [aux groupes marxistes léninistes], en substance et en qualité, provient des organi­sations installées dans des États voisins au sud. Ces organisations sont fondées en fait sur leur [propre] cause nationale et régionale. En revanche, depuis 1969 leur activité contre la Turquie est devenue évidente... Les militants et les dirigeants des organisations en Turquie sont formés dans des organisations [dont on peut deviner l’identité] »91.

f) Les perplexités dans la politique moyen-orientale de la Turquie

70Si Ankara entreprend une ouverture diploma­tique à l’égard du Moyen-Orient, c’est surtout après l’aggravation du problème arabo-israélien que cette politique trouve un écho auprès des pays arabes. En effet, le conflit israélo-arabe sert dans un double sens les intérêts de la Turquie. En premier lieu, il facilite les tentatives d’An­kara auprès des capitales arabes comme Le Caire et Damas, pour améliorer le plus possible les relations. Ces deux capitales adoptent un discours plus accommodant envers la Turquie après la guerre de 1967.

  • 92 Paine, Chris, “The political economy of arms trans­fers to the Middle east”, MERIP Reports, Août 19 (...)
  • 93 Picard, Elisabeth, op.cit., p. 207-229.

71Ensuite, la dégradation du conflit arabo-israélien diminue la menace que pouvait représenter la Syrie en raison de la question d’Alexandrette à une époque où la Syrie et l’Égypte, comme le reste du Moyen-Orient, acquièrent une très grosse quantité d’armes92, sans pour autant pouvoir égaler la force israé­lienne. Durant cette période, il est aussi notable que la Syrie, qui jouissait de l’aide soviétique depuis 1955, commence à bénéficier du sou­tien diplomatique et financier de la part des monarchies riches en hydrocarbures pour son engagement militaire contre Israël. Ce soutien deviendra plus substantiel, notamment après la guerre d’octobre 197393. Cet apport a pour effet de renforcer le caractère rentier de l’État syrien, alimenté par les permanentes considérations de sécurité et les conflits.

72Enfin, Ankara tire aussi profit de l’opposi­tion arabo-israélienne en obtenant la « considération » des pays arabes, mais aussi de Washington, voire de Tel-Aviv, malgré son discours pro-arabe. En fait, la Turquie continue son paradigme stratégique instrumentalisant les conflits même à travers sa politique plus multilatérale et équilibrée.

  • 94 Ataöv, Türkkaya, “The Palestine Question and Turkey”, AÜSBF Dergisi, 1979, Vol. 34, No. 1, p. 15-31

73La guerre arabo-israélienne de 1967 donne à la Turquie l’occasion d’exposer sa nouvelle position diplomatique. Pendant les discussions à l’ONU fin juin 1967, le ministre des Affaires étrangères turc, İhsan Sabri Çağlayangil, affirme que la Turquie n’acceptera pas de gains territo­riaux résultant de l’usage de la force et qu’Israël doit se retirer des territoires occupés. Les réactions de la Turquie ont été moins timides en 1973 qu’en 1967. Ankara a même laissé les avions soviétiques traverser son espace aérien pour ravitailler les pays arabes. Durant ces deux crises arabo-israéliennes, elle a envoyé par l’intermédiaire du Croissant Rouge des aides alimentaires, des médicaments et des vêtements aux pays arabes94.

74Les décisions d’Ankara pour la région résultent d’un calcul des enjeux, dont les négociations avec les États-Unis font partie. La baisse des aides économiques américaines, le développement de l’économie turque, la multiplication des sources d’aide financière et les enjeux politiques de la région changent la donne pour les dirigeants turcs face aux demandes de Washington.

75En même temps, la multiplication des posi­tionnements des pays occidentaux concernant les questions moyen-orientales élargit les marges de manœuvre de la diplomatie turque. Pendant la guerre d’octobre 73, du fait que des pays européens comme la Grèce, l’Italie, l’Espagne ont refusé l’utilisation des bases sur leurs territoires, la décision similaire de la Turquie est moins visible et moins offensante pour les États-Unis.

  • 95 Kuniholm, Bruce R., “Turkey and the West Since World War II”, dans Mastiny, Vojtech & Nation, Craig (...)

76Face à la difficulté de maintenir un équilibre dans ses relations avec les États-Unis, les pays moyen-orientaux, Israël et l’Europe, Ankara est resté très prudent en agissant dans les limites de la démonstration et du discours politique envers les pays arabes. En fait, en dépit des divergences avec les États-Unis, l’essence de l’alliance est respectée par les deux parties. Par exemple, contrairement à son refus de l’uti­lisation des bases militaires pour l’envoi de matériels logistiques en 1967, le gouvernement turc n’empêche pas les États-Unis d’utiliser des bases de télécommunications en Turquie pen­dant les guerres arabo-israéliennes95. Il prône également après la guerre de 1967 le retrait israélien tout en évitant de condamner Israël comme « agresseur ».

77Les dilemmes de la diplomatie turque resur­gissent pendant la première réunion de l’Organisation de la Conférence Islamique (OCI) en 1969 à Rabat. Une des caractéristiques de cette conférence résulte du fait que les organisateurs sont des pays arabes conservateurs et que la conférence est une manœuvre contre le front Nassérien et les courants « révolutionnaires ». Or, à cette époque, la Turquie reprochait à ces derniers d’assister les groupes insurgés et armés turcs. Dans cette logique, la Turquie pré­fère alors l’emprise du front conservateur dans le monde arabe, avec lequel elle est déjà liée en raison de ses liens forts avec les États-Unis.

  • 96 Par exemple, voir les critiques de l’ancien chef d’état-major, Cemal Turan, Milliyet, 18 septembre (...)
  • 97 Yavuz, Hakan, “Türk-Arap İlişkileri ve Filistin Sorunu (1947-1994)”, dans Sönmezoğlu, Faruk (dir.), (...)
  • 98 Milliyet, 1er octobre 1969.
  • 99 Aykan, Mahmut Bali, “The Palestinian Question in Turkish Foreign Policy from the 1950s to the 1990s (...)

78À la fin de la Conférence, deux décisions principales sont annoncées : l’obligation du retrait d’Israël des territoires occupés et l’ins­tallation d’un secrétariat permanent pour l’organisation de réunions annuelles des pays musulmans ; ainsi est fondée l’Organisation de la Conférence Islamique. Par ailleurs, la motion concernant la rupture totale des relations avec Israël est refusée surtout suite aux réticences turques et iraniennes. Le ministre turc signale aussi que la Turquie soutiendrait les déclara­tions communes dans les limites et le cadre des résolutions de l’ONU. Alors que l’oppo­sition en Turquie critique la participation du gouvernement à une telle réunion contraire au caractère laïc du pays96, l’attitude à l’égard d’Israël attire les critiques des pays arabes. La Turquie est soupçonnée d’être le porte-parole de l’Occident. Ainsi pour Ankara les béné­fices de cette réunion furent mitigés sinon problématiques. La presse turque écrit que la Turquie a gagné à Rabat plus d’ennemis que d’amis97. Le correspondant de Milliyet au som­met de Rabat rapporte la remarque d’un des diplomates turcs selon lequel « se sortir de cette réunion avec peu de dégâts était une réussite »98. Ses répercussions sont surtout préjudiciables aux relations de la Turquie avec les pays arabes qualifiés de « progressistes », comme l’Égypte, l’Algérie, l’Irak ou la Syrie99.

Notes

33 Picard, Elisabeth, « Fin de Partis en Syrie », Revue du monde musulman et de la Méditerranée, 1996, Vol. 81, No. 81-82, p. 207-229.

34 Même si le mouvement d’al-Arsûzî n’a pas de suc­cès, il a une influence sur le mouvement politique analogue fondé par Michel Aflaq et Salaheddin Bitar. De nombreux disciples d’al-Arsûzî se rallient d’ailleurs à celui-ci.

35 Chef du gouvernement syrien de 1966 jusqu’en 1970.

36 Benli Altunışık, Meliha & Tür, Özlem, op. cit., p. 231.

37 Le Gac, Daniel, op. cit., p. 72-73.

38 Armaoğlu, Fahir, Filistin Meselesi ve Arap-İsrail Savaşları 1948-1988, Ankara, İş Bankası Kültür Yay., 1990, p. 208, cité dans Yılmaz, Türel, Türkiye’nin Ortadoğu’daki Sınır Komşuları ile İlişkileri 1970­1997, Thèse soutenue à l’Université de Gazi, Ankara, 1997.

39 Watenpaugh, Keith D., “‘Creating Phantoms’: Zaki al-Arsûzî, the Alexandretta Crisis, and the Formation of Modern Arab Nationalism in Syria”, InternationalJournal of Middle East Studies, Août 1996, Vol. 28, No. 3, p. 363-389 ; Muslih, Muhammad, “Syria and Turkey”, dans (ed.) Barkey, Henri J., Reluctant Neighbor, Washington D.C., United States Institute of Peace Press, 2005.

40 Richard, Yılmaz, « Le sandjak d’Alexandrette, baromètre des relations entre la Turquie et la Syrie », Outre-Terre, 2006, Vol. 1, No. 14, p. 112.

41 Milliyet, “Suriye’nin harita inadı bitmedi”, 19 janvier 2005 ; Hürriyet, “Suriye’den harita kri¬zi”, 21 juin 2007 ; Kanal Türk, “Suriye’den harita skandalı”, 22 mars 2010 ; Haber8, “Suriye yıllardır Hatay’ı kendisinin sanıyor”, 29 février 2012 ; Sabah, “Suriye’ye göre Hatay kendi sınırları içinde”, 21 juin 2012.

42 Mango, Andrew, “Turkey in the Middle East”, Journal of Contemporary History, Juillet 1968, Vol. 3, No. 3, p. 225-236.

43 Gönlübol, Mehmet & Ülman, Halûk, “Blokların kuruluşu ve Türkiye”, dans Gönlübol, Mehmet [éd.), Olaylarla Türk Dış Politikası, Ankara, Alkım

44 Castleberry, H. Paul, “The Arabs’ View of Postwar American Foreign Policy”, The Western Political Quarterly, Mars 1959, Vol. 12, No. 1, Part 1, p. 9-36.

45 Ibid.

46 Peretz, Don, “Nonalignment in the Arab World”Annals of the American Academy of Political and Social Science, November 1965, Vol. 362 Nonalignment in Foreign Affairs, p. 36-43.

47 Ramazani, R. K., Soviet Military Assistance to the Uncommitted Countries, Midwest Journal of Political Science, November 1959, Vol. 3, No. 4, p. 356-373.

48 Book review par O.M. Smolansky, Syrian Politics and the Military, 1945-1958 (Gordon H. Torrey, Columbus, Ohio State University Press, 1964), Political Science Quarterly, March 1966, Vol. 81, No. 1, p. 162-164.

49 La résolution 181 de l’ONU du 29 novembre 1947. Argentine, Chili, Chine, Colombie, El Salvador, Éthiopie, Honduras, Mexique, Angleterre, Yougos­lavie se sont abstenus.

50 Muslih, Muhammad, “Syria and Turkey”, dans (ed.) Barkey, Henri J., Reluctant Neighbor, Washington D.C., United States Institute of Peace Press, 2005.

51 Kut, Şule, “Filistin Sorunu ve Türkiye”, dans Ulman, Haluk (ed.), Ortadoğu Sorunları ve Türkiye, Istanbul, Türkiye Sosyal Ekonomik Araştırmalar Vakfı, 1991 ; Benli Altunışık, Meliha, “Soğuk savaş sonrası dönemde Türkiye - İsrail ilişkileri”, dans Benli Altunışık, Meliha (éd.) Türkiye ve Ortadoğu, Tarih, Kimlik, Güvenlik, Istanbul, Boyut Kitapları, 1999.

52 Washington qui ne prenait pas au sérieux « la menace russe » dans cette affaire. Pour exemple : Selim Sabit, “Filistin taksimi ve Rus-Amerikan muamması...” (le partage du Palestine et l’énigme américano-russe), Tasvir, 10 février 1948. Autres articles dans les quotidiens de l’époque : Ferik, M. Faik, “Filistin’de çarpışan menfaatler” (Les intérêts qui s’affrontent en Palestine), Vatan, 1er mai 1948 ; Doğrul, Ömer Rıza, “Gittikçe Büyüyen Tehlike” (La menace qui grandit au fur et à me¬sure), Cumhuriyet, 24 avril 1948.

53 Bölükbaşı, Süha, “Behind the Turkish-Israeli Alliance: A Turkish View”, Journal of Palestine Studies, Automne 1999, Vol. 29, No. 1, p. 21-35.

54 À la 186e séance du 11 décembre 1948 de l’Assemblée Générale ; résolution 194 (III).

55 Aktar, Ayhan & Özel, Soli, “Turkish Attitudes vis- à-vis the Zionist Project”, dans CEMOTI, No. 28, 1999. Les auteurs rapportent aussi que la Turquie a participé à la foire de Tel-Aviv en 1936 et que « l’Agence juive » était le premier participant à la foire internationale d’Izmir en 1938. Par ailleurs, nous pensons que la décision d’Ankara sur l’immi­gration juive de Turquie vers Israël était aussi liée à la politique d’homogénéisation identitaire de la société turque. Voir Rıfat Bali, Bir Türkleştirme Serüveni (1923-1945) (Cumhuriyet Yıllarında Türkiye Yahudileri), İstanbul, İletişim, 2010.

56 Tavlas, Nezih, “Türk - İsrail Güvenlik ve İstihbarat İlişkileri”, Avrasya Dosyası, 1999, Vol. 5, No. 1 ; Özkök, Ertuğrul, “40 Yıldır gizli kalan buluşma”, Hürriyet, 14 février 1998.

57 Bölükbaşı, Süha, op. cit., p. 21-35.

58 L’article de Jacob Tsur, ambassadeur d’Israël à Paris, donne un autre exemple montrant que les soi-disant réactions de la Turquie contre Israël en raison de la crise de Suez n’ont pas changé la perception des dirigeants israéliens sur la bonne entente des deux pays. Tsur, Jacob, « Les fondements de la politique étrangère d’Israël », Politique étrangère, 1957, No. 1, p. 27-38.

59 Les autres étaient les États-Unis, la Grande-Bretagne et la France. Efraim, Inbar, Türk - İsrail Stratejik Ortaklığı, Ankara, Avrasya Stratejik Araştırmalar Merkezi, 2001, p. 7.

60 Gönlübol, Mehmet & Ülman, Halûk, “Süveyş Bunalımı ve Türkiye”, dans [éd.) Gönlübol, Mehmet, Olaylarla Türk Dış Politikası, Ankara, Alkım Yay., 1989 ; Bölükbaşı, Süha, op.cit, p. 21-35.

61 Öztürk, Kazım, Cumhurbaşkanlarının Türkiye Büyük Millet Meclisini Açış Nutukları, İstanbul, Ak Yay., 1969, cité dans Pehlivan, Yavuz, Arap – İsrail Savaşlarının Türk Kamuoyuna Yansımaları 1948-1967, Thèse d’Histoire soutenue à l’Université d’Izmir, 9 septembre 2006.

62 Le ministre des Affaires étrangères F. R. Zorlu : « La sécurité des pays moyen-orientaux repose sur leur adhésion à des alliances comme l’OTAN ou le Pacte de Bagdad. S’ils l’avaient déjà fait, aujourd’hui, nous ne vivrions pas les événements actuels. Maintenant, les forces étrangères doivent quitter l’Égypte et la question doit être résolue par l’intermédiaire de l’ONU. Le président de l’Égypte, Nasser, a réagi uni­latéralement dans l’affaire de la nationalisation du [canal] de Suez. Il aurait mieux fait, s’il avait invité les pays concernés à une conférence. », Milliyet, 13 novembre 1956.

63 Yalçın, Hüseyin Cahit, “Batı medeniyeti tehlike­dedir” (La civilisation occidentale est en péril]) Ulus, 19 septembre 1958, “Durum Vahimdir” (La situation est grave), Ulus, 04 août 1956 ; Coşar, Ömer Sami, “Türkiye ve Süveyş...” (La Turquie et Suez), Cumhuriyet, 19 août 1956.

64 Kirk, George, Contemporary Arab Politics - A Concise History, N.Y., Frederick A. Praeger, 1961, p. 93.

65 Baş, Arda, “1957 Crisis in Syria and Turkey”, History Studies, 2012, Vol. 4, No 1, p. 97.

66 Kirk, George, Contemporary Arab Politics - A Concise History, New York, Frederick A. Praeger, 1961, p. 91-102.

67 Picard, Elisabeth, op. cit., p. 207-229.

68 Le Gac, Daniel, op. cit., p. 88-89.

69 A select chronology and background documents relating to the Middle East, Committee on foreign rela­tions, United States Senate, U.S. Government printing office (Second revised edition), Washington, 1975.

Dikerdem, Mahmut, Ortadoğu’da Devrim Yılları, Istanbul, Cem Yay., 1990, p. 176.

70 Uslu, Nasuh, Türk - Amerikan İlişkileri, Ankara, Yüzyıl, 2000, p. 126 ; Gönlübol, Mehmet & Ülman, Halûk, “ Ortadoğu bunalımları ve Türkiye ” dans Gönlübol, Mehmet (éd.), Olaylarla Türk Dış Politikası, Ankara, Alkım Yay., 1989, p. 290-294.
Kocaoğlu, Mehmet & Anderson, Philip, “‘Summer Madness’: The Crisis in Syria, August-Octobre 1957 ”,
British Journal of Middle Eastern Studies, 1995, Vol. 22, No. 1/2, p. 21-42.

71 Gürün, Kâmuran, Dış İlişkiler ve Türk Politikası, Ankara, Ankara Üniv. S.B.F. Yay., 1983, p. 358.

72 Kocaoğlu, Mehmet, Ortadoğu – Parçalanmak istenen topraklar ve istismar edilen insanlar, Ankara, Genelkurmay Yayınevi, 1995, p. 115-117.

73 Sander, Oral, Türk - Amerikan İlişkileri 1947-1964, Ankara, Ankara Üniv. S.B.F. Yay., 1979, p. 158-163.

74 Kemp, Geoffrey, “Strategy and Arms Levels, 1945¬1967”, Proceedings of the Academy of Political Science, Vol. 29, No. 3, Soviet-American Rivalry in the Middle East, Mars 1969, p. 21-36.

75 Kaya, Şükrü, “Suriye hadiseleri ve Türkiye” [Les événements de Syrie et la Turquie], Hürriyet, 28 août 1957.

76 Dikerdem, Mahmut, Ortadoğu’da Devrim Yılları, Istanbul, Cem Yay., 1990, p. 176.

77 Milliyet, 30 octobre 1957.

78 Gürün, Kâmuran, Dış İlişkiler ve Türk Politikası, Ankara Üniv. S.B.F. Yay., 1983, p. 359.

79 Gönlübol, Mehmet, Olaylarla Türk Dış Politikası, Ankara, Alkım Yay., 1989, p. 299.

80 Armée secrète arménienne de libération de l’Arménie.

81 Fernau, Friedrich-Wilhelm, « Constantes de la poli¬tique extérieure turque », Politique étrangère, No. 2-3, 1968, p. 181-187 ; Bağcı, Hüseyin, “Demokrat Parti’nin Ortadoğu politikası” dans Sönmezoğlu, Faruk (éd.), Türk Dış Politikasının Analizi, Istanbul, Der Yay. p. 89-120.

82 L’incident des missiles entre la Turquie et les États-Unis se produit à la suite de la crise de Cuba. Washington retire des missiles Jupiter basés en Turquie par une décision unilatérale, sans qu’An¬kara soit consultée. Ceci montre clairement que la Turquie pouvait être l’objet de négociations malgré son alliance ’stratégique’ avec les États-Unis.

83 Milliyet, les 22, 23, 24 et 31 juillet 1960

84 Il est même intéressant de noter que le reporter turc envoyé spécial pour la guerre (Hüseyin Kırcalı) communique d’Israël, incorporé dans un groupe de journalistes guidé par l’armée israélienne (Milliyet, novembre 1973) alors qu’une telle initiative journa­listique n’est pas entreprise du côté arabe.

85 Andrew Mango affirme que les relations cultu­relles et touristiques ont faiblement fonctionné et seulement en sens unique : « Seulement quelques étudiants arabes qui ne pouvaient pas payer les universités occidentales allaient en Turquie ; de même, quelques arabes riches fuyant le ’socialisme arabe’ visitaient ou déménageaient en Turquie. Mais il n’y avait pas d’étudiants turcs qui aillent dans des universités arabes ou de touristes turcs qui visitent les pays arabes. » Mango, Andrew, op. cit., p. 225­236. Ceci étant, Mahmut Dikerdem, diplomate dans des pays moyen-orientaux à cette époque, affirme à son tour que dans les années 1950, il y avait une centaine d’étudiants turcs à l’Université al-Azhar, financée par les Frères Musulmans. Dikerdem, Mahmut, Ortadoğu’da Devrim Yılları, Istanbul, Cem Yay., 1990, p. 36. Mais tous les deux confirment la quasi absence des échanges socio-politiques.

86 Résolution concernant la question chypriote du 18 décembre 1965, 1402e séance plénière, No. 2077, disponible sur http://www.un.org/french/documents/ga/res/20/fres20.shtml

87 Calogeropoulos-Stratis, Spyros, « Le problème de Chypre », Politique étrangère, 1966, No. 4, p. 344-361.

88 Kassianides, Yoann, La politique étrangère américaine à Chypre (1960-67), Paris, L'Harmattan, 2005, p. 180.

89 Les mouvements kurdes entrent dans la passivité après l’écrasement de la République de Mahabad en Iran en 1946.

90 Plusieurs dirigeants des mouvements de gauche, comme Mihri Belli, Deniz Gezmiş, etc. trouvent un refuge dans les camps de l’OLP au Moyen-Orient.

91 Beyaz Kitap - Les Réalités de la Turquie et le Terrorisme, préparé par un conseil interministériel sur l’ordre du Premier ministre, Ankara, Ajans-Türk Matbaacılık Sanayii, 1973, p. 117-118.

92 Paine, Chris, “The political economy of arms trans­fers to the Middle east”, MERIP Reports, Août 1974, No. 30, p. 3-26.

93 Picard, Elisabeth, op.cit., p. 207-229.

94 Ataöv, Türkkaya, “The Palestine Question and Turkey”, AÜSBF Dergisi, 1979, Vol. 34, No. 1, p. 15-31.

95 Kuniholm, Bruce R., “Turkey and the West Since World War II”, dans Mastiny, Vojtech & Nation, Craig (éd.), Turkey Between East and West, Colorado, Westview Press, 1996, p. 45-70 ; Uslu, Nasuh, Türk Amerikan İlişkileri, Ankara, 21.Yüzyıl yayınları, 2000, p. 183-202.

96 Par exemple, voir les critiques de l’ancien chef d’état-major, Cemal Turan, Milliyet, 18 septembre 1969

97 Yavuz, Hakan, “Türk-Arap İlişkileri ve Filistin Sorunu (1947-1994)”, dans Sönmezoğlu, Faruk (dir.), Türk Dış Politikası Analizi, Istanbul, Der yayınları, 1994.

98 Milliyet, 1er octobre 1969.

99 Aykan, Mahmut Bali, “The Palestinian Question in Turkish Foreign Policy from the 1950s to the 1990s”, International Journal of Middle East Studies, Février 1993, Vol. 25, No. 1, p. 91-110.

© Institut français d’études anatoliennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Acheter

Volume papier

amazon.fr