Version classiqueVersion mobile

Marchands de rue à Istanbul

 | 
Joël Meissonnier

Conclusion

Texte intégral

  • 78 Par exemple, les vendeurs de rue ne sont pas « acculés » au « fond » comme peuvent l'être les « sni (...)

1L’accès à une population mal délimitée, pré­caire, stigmatisée, dont la présence est relativement mouvante et parfois saisonnière, comme celle des vendeurs de rue d’Istanbul, est laborieux. Mais à l’issue de cette recherche, il nous faut nuancer la position de faiblesse qu’occupent les acteurs du commerce ambu­lant sur l’échiquier social78. Loin de manquer de ressources, les vendeurs de rue, de par leur activité, conservent généralement leur dignité, leur honneur et assurent à leurs enfants une forme d’éducation ; comme leur surprenant niveau d’alphabétisation semble le confirmer.

2Cette recherche a tenté de brosser un tableau d’abord descriptif, puis analytique dans une optique compréhensive. Il s’est agi d’appré­hender la manière dont cette population, pres­que exclusivement masculine, actrice d’un commerce souvent qualifié « d’informel », participe à la vie sociale.

3Pour une vision synthétique, on peut décri­re le parcours de vie d’un vendeur imaginaire. Prenons-le novice dans le métier. Au cours d’une migration ou d’un exode, il est arrivé assez récemment à Istanbul en provenance d’un bourg du plateau anatolien. Mais rien ne dit qu’il ne soit pas arrivé quelques années plus tôt pour travailler comme ouvrier sur un chantier, un métier qui l’a rapidement exté­nué ou dans lequel il a eu le sentiment d’être exploité. À ses débuts, il doit se « faire une place » parmi les vendeurs déjà en place. Un cousin, un frère ou un hemşehri est souvent nécessaire pour être introduit. Ensuite, il doit trouver sa place parmi les autres usagers de l’espace urbain (gardiens de parking, vendeurs patentés.) en minimisant les affrontements. Cet « apprivoisement » n’est possible qu’à force de passages. La déambulation minimise le sentiment d’importuner. Aguerri, il pourra peu à peu commencer à « jouer » avec l’inter­dit, pour mieux vendre, au risque de faire la douloureuse expérience d’une rencontre avec la police municipale d’arrondissement. Selon les consignes données aux agents, cette rencontre se soldera parfois par un simple aver­tissement ou un petit « cadeau », et parfois par la saisie de la balance, de la marchandise et / ou de la charrette. S’il parvient à se relever de cette mauvaise expérience, notre vendeur de rue sera plus méfiant et cherchera davantage de sécurité. Il renforcera son réseau de « per­sonnes ressources » en veillant à entretenir des relations privilégiées avec ces individus incontournables qui « font » et « défont » la vie de quartier : les vendeurs de thé, les chefs de quartier, les commerçants. S’il persévère, il parviendra à nouer une relation particulière qui l’amènera à s’enraciner à un endroit donné, perdant alors l’habitude de déambuler. À ce moment, il peut envisager de faire venir fem­mes et enfants à Istanbul, ou bien préférer s’en tenir à une activité saisonnière lui permettant de repartir régulièrement chez lui. Si la pres­sion de la police municipale d’arrondissement s’accroît, notre vendeur sera mis en demeure de partir, ou bien, de se soumettre à des règles draconiennes édictées par la municipalité dans le cadre d’une récente politique de « folklorisation ». Face à ce dilemme, il choisira peut-être d’associer son destin à un commerçant patenté dans le contexte d’un « pseudo salariat ». La stratégie a pour but de rétablir à son avantage un équilibre dans les forces en présence.

4L’activité marchande informelle se love dans la diversité des espaces et des temps urbains. Un vendeur doit constamment arbi­trer entre partir et rester car aucune attitude n’est idéale. Savoir « lire » l’espace urbain et l’espace social est primordial pour mieux échapper à la police comme pour mieux s’as­surer une clientèle.

5Au croisement des flux piétons et routiers, la place convient particulièrement à un vendeur pilier se sentant soutenu par des per­sonnes-ressources dont il peut escompter une protection. Lors d’un contrôle, il peut espérer créer une coalition populaire favorable à son endroit, voire, réclamer une dérogation à la loi que l’antériorité de sa présence justifie.

6Des impasses ou ruelles difficiles d’accès et/ou en pentes constituent le cadre idéal pour un livreur. Mettant en place une relation de service routinière, celui-ci vient apporter ses marchandises à des client(e)s âgé(e)s, peu véloces ou guère rassuré(e)s à l’idée de sortir du quartier. Cette livraison à domicile est sans grand risque de croiser les forces de l’ordre.

7Les zones d’interconnexion des réseaux de transports, les pôles d’échanges où se croisent les flux piétons ainsi que les voies routières embouteillées où la circulation se fait au pas, constituent les cadres spatiaux recherchés par l’attentiste. Ces lieux « faibles » constituent des espaces hospitaliers à ses yeux, de par « l’invisibilité » qu’induit l’anonymat qui y règne. Mais l’attentiste s’expose. Pour survi­vre, il doit apprendre à s’associer à d’autres et surtout, à courir peu mais vite.

8La girouette, quant à elle, ère d’un lieu à un autre, incapable qu’elle est de faire une lecture de l’espace urbain et de l’espace social. Cette errance est souvent le fait de marchands débutants qui procèdent par tâtonnements à l’affût d’une légitimité sociale territorialisée.

9Ces profils idéal-typiques de vendeurs de rue ne sont évidemment pas figés. Ils n’ont d’intérêt que dans la mesure où ils nous aident à comprendre la mobilité sociale des acteurs. À la trajectoire ascendante permettant au marchand d’espérer, à terme, formaliser son activité commerciale, s’oppose la trajectoire descendante qui voit celui-ci s’enfoncer peu à peu dans la précarité. Nous avons donc été amenés à établir un lien fort entre mobilité dans l’espace et légitimité sociale. Mais ce rap­port, plutôt que linéairement proportionnel, est complexe : on peut tirer parti du dépla­cement pour accroître une légitimité sociale et de l’arrêt pour l’asseoir ; on peut tirer parti de l’arrêt pour accroître l’anonymat et du dépla­cement pour fuir la répression.

  • 79 Dans l'attente d'une publication en Français, un entretien avec Jérôme Monnet est disponible sur : (...)

10Bien que l’un des vocables les plus usités soit celui de vendeur ambulant (seyyar satıcı), les vendeurs ne déambulent pas tous ni tout le temps. Nous avons tenté de montrer que cette déambulation relative se comprend à la lecture de l’espace urbain d’une part, de l’espace social d’autre part. Bien évidemment, l’espace urbain donne forme à l’ambulantage. On peut également se demander, comme le fait le groupe des chercheurs réunis autour de Jérôme Monnet79, dans quelle mesure les pratiques d’ambulantage, en retour, « produisent », transforment ou informent l’espace urbain elles aussi ; car, comme le note le géographe, « l’espace est une production permanente ».

11Le contexte contemporain nous amène, d’abord, à poser cette question en « creux ». Que deviennent les espaces urbains dont les vendeurs ont été exclus dans le cadre de la poli­tique d’éradication menée par la Municipalité du Grand Istanbul et relayée par certaines municipalités d’arrondissements ? Faute de vendeurs de rue, quelle « urbanité » n’est plus produite aujourd’hui ? Ces lieux font-il toujours « centralité » de la même manière ? Les immenses places d’Eminönü (Beyazıt, par­vis de la mosquée Yeni Camii), uniformément pavées de dalles de granit, tels des parvis sovié­tiques, sont désormais désertes. Le passant se demande inévitablement le sens de cet espace demeuré vide, au cœur de la ville, ne laissant pas même la place à un arbre, à un banc ou à des jeux pour enfants. L’observation des trajets piétonniers est révélatrice : les zigzags caracté­ristiques des chalands ont fait place à la ligne droite des passants qui franchissent l’espace d’un pas pressé. On fuit aujourd’hui ces lieux où l’on s’attardait volontiers autrefois, tant les marchands de rue les animaient de leur pré­sence et de leurs boniments. Finalement, ces « centralités » d’hier, à la façon dont beaucoup préfèrent les contourner plutôt que les traver­ser, ressemblent étrangement à des « coupures urbaines » psychologiques aujourd’hui.

Photo 39 : Devant les vitrines de commerces patentés... passer son chemin. Fatih

Photo 39 : Devant les vitrines de commerces patentés... passer son chemin. Fatih

Meilo, juillet 2006

  • 80 L'adjectif anglais smooth rend mieux compte de ce dont nous parlons.
  • 81 Le terme anglais affordances, une fois encore, est plus synthétique. Il a été proposé comme concept (...)

12La question de la production urbaine par la pratique commerciale ambulante peut maintenant être posée « en plein ». Si l’absence de vendeurs passe moins inaperçue que leur pré­sence, c’est qu’ils jouent un rôle discret mais subtil dans la construction de l’urbanité stambouliote. En effet, les vendeurs de rue se fon­dent dans l’espace urbain. À Istanbul, les ven­deurs de rue intègrent très vite l’importance de ne pas faire obstacle : ni au piétons, ni aux commerçants, ni aux automobilistes. il en va de leur survie (photo 39). Tous mettent leur labilité au service des fluidités80 qu’exigent les modes de vie contemporains reposant sur une multitude de services à portée de main81. Illustrons notre propos par un dernier exem­ple. En Turquie, il est possible de récupérer partiellement la TVA en conservant les factu­res et en remplissant un imprimé administra­tif. Sous d’autres latitudes, se procurer un tel imprimé administratif serait long, fastidieux et générerait nécessairement une charge men­tale. À Istanbul, en fin d’année, on réalise que le temps de remplir son formulaire est venu parce que des marchands de rue proposent lesdits imprimés en échange de quelques sous. Ces marchands « rendent service ». Ils ren­dent disponibles des produits dont l’achat est impulsif (sandwich, friandise, paquet de mouchoir), ils évitent aux ménagères d’avoir à quit­ter leur logement, ils se postent plus volontiers devant un pas de porte désaffecté pour moins gêner le passant. L’offre commerciale ambu­lante « prolonge » les lieux plutôt qu’elle ne les « obstrue », les affectant le moins possible. La contribution des commerçants de rue à la production urbaine est donc réelle, bien que discrète. Si cette contribution n’est pas d’une évidence frappante, c’est seulement qu’elle facilite le bon déroulement de l’urbanité quo­tidienne, parce qu’elle répond intelligemment aux plus petites des attentes, très contemporai­nes, des Stambouliotes.

13Dans cette recherche, nous avons pris le parti de traiter exclusivement le « point de vue » des vendeurs ambulants. À l’avenir, il serait judicieux de compléter le tableau brossé par des témoignages émanant d’acteurs jouant un rôle significatif dans l’animation quotidienne de la rue stambouliote. Nous pensons bien évidemment aux clients, les principaux interlocuteurs des vendeurs, mais aussi aux chefs de quartiers (muhtar), aux représen­tants des forces de l’ordre, aux commerçants patentés et à toutes les personnes-ressources identifiées. Notre recherche n’est donc pas exhaustive, un évident prolongement est sou­haitable afin de donner une vision élargie du système d’action.

Notes

78 Par exemple, les vendeurs de rue ne sont pas « acculés » au « fond » comme peuvent l'être les « sniffeurs de colle en situation d'errance.

79 Dans l'attente d'une publication en Français, un entretien avec Jérôme Monnet est disponible sur : www.lepetitjournal.com (mai 2006) ainsi qu'un CD-ROM distribué par le CEMCA (cemca.lib@francia.org.mx) et une publication en espagnol [Monnet, Bonnafé, 2005].

80 L'adjectif anglais smooth rend mieux compte de ce dont nous parlons.

81 Le terme anglais affordances, une fois encore, est plus synthétique. Il a été proposé comme concept par Stéphane Chevrier et Stéphane Juguet [2003].

Table des illustrations

Titre Photo 39 : Devant les vitrines de commerces patentés... passer son chemin. Fatih
Crédits Meilo, juillet 2006
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/709/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 41k

© Institut français d’études anatoliennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search