Version classiqueVersion mobile

Marchands de rue à Istanbul

 | 
Joël Meissonnier

Quatrième partie - Quel avenir pour les vendeurs de rue ?

Texte intégral

Misérabilisme et optimisme béat

1Les chercheurs travaillant sur des thémati­ques proches de la nôtre consacrées à une des figures de ces « autres inférieurs » (les sans domicile fixe, les pauvres, les migrants.) sont souvent tentés soit par la thèse misérabiliste, soit par la thèse résolument optimiste. Pour illustrer notre propos, on notera la divergen­ce des interprétations d’Alain Tarrius d’une part, de Laurence Roulleau-Berger et Shi Lu d’autre part, sur les mobilités géographiques de migrants (encart 5). L’analyse de leurs pratiques de déplacement mène ces auteurs à des conclusions radicalement contraires. On nous rétorquera sans doute que les terrains étudiés, l’un en Chine, l’autre sur le pourtour méditerranéen, sont radicalement différents donc incomparables. Pourtant, les propos des auteurs ne trahissent-ils pas une prise de posi­tion intellectuelle et politique ?

2Dans une certaine mesure, n’est-ce pas la sensibilité de l’auteur qui l’amène à présenter les mobilités des migrants ici comme un signe de faiblesse, là comme un signe de richesse ?

Encart n° 5 Interpréter la migration : deux approches divergentes
« Les populations maghrébines, toutes origines confondues (ce qui n’exclut pas les spécificités de savoir-circuler, de savoir- faire), se meuvent et se mobilisent en de nom­breux réseaux, principalement commerciaux, qui captent et créent de la richesse le long d’échanges locaux, nationaux et internatio­naux. Chaque place commerciale fait centre pour ces réseaux, décrivant un territoire superposé aux espaces des villes, dissimulé derrière la première forme de la présence maghrébine qui se donne à voir ; derrière la juxtaposition de la relégation, de la ségréga­tion de ceux désignés comme les plus pau­vres et les plus étrangers. L’entrée dans ce dispositif a été possible pour de nombreux migrants, qui ont payé cher le droit d’usage, mais en ont tiré un grand bénéfice. En effet [le territoire circulatoire] est captateur de richesse et de puissance » [Tarrius, 1993].
« La mobilité géographique [des migrants] n’apparaît pas toujours comme une ressource. Elle est parfois productrice de mises à distan­ce de plus en plus fortes des marchés du tra­vail et de perte progressive de contacts avec les réseaux familiaux et de solidarité (...). Les migrants stigmatisés en tant qu’étran­gers dans la ville, vivent quotidiennement l’épreuve du mépris et de la disqualification sociale dans un ordre de reconnaissance tou­jours plus individualisé. Ce mépris diminue les migrants de telle sorte qu’ils ne sont plus en mesure de manifester leur grandeur nulle part, ils deviennent si petits qu’ils se ren­dent eux-mêmes invisibles, niés en tant que sujets » [Roulleau-Berger, Shi, 2002].

3Tel est le doute qui nous envahit à la lecture de ces passages. Par conséquent, cette dernière partie a pour ambition de forger une image moins politique que stratégique du système de contrainte dans lequel évolue le vendeur de rue à Istanbul. Nous souhaitons nous départir et de la thèse misérabiliste et de la thèse « enchan­teresse » afin de situer les vendeurs dans un entre-deux beaucoup plus vraisemblable à nos yeux, résultat d’un équilibre stratégique.

4Dans un premier temps, nous montrerons qu’un contexte de forte pression de la part des municipalités d’arrondissements pousse les marchands à s’organiser en associations pour « aller à l’affrontement ». La seule issue au conflit passe, alors, par une soumission aux conditions draconiennes fixées par la munici­palité dans le cadre de sa politique de « folklorisation » d’une minorité, et par l’exclusion d’une majorité.

5Dans un second temps, nous montrerons qu’un contexte de faible pression de la part de la municipalité d’arrondissement tend à pré­server un statu quo dans l’activité informelle. Toutefois, les vendeurs sentent malgré tout l’étau se resserrer peu à peu autour d’eux et comprennent qu’il ne s’agit là que d’une issue provisoire.

6Dans un troisième temps, nous évoquerons l’émergence de pratiques de pseudo-salariat. Une analyse rapide pourrait conclure à une soumission des vendeurs à des « patrons » exploitant leur travail à bon compte, puis­qu’ils ne peuvent ni se syndiquer ni bénéficier des protections de la législation du travail. L’analyse stratégique permet toutefois de com­prendre qu’il s’agit là d’une option « rationnel­le » de leur point de vue. Elle vise à rééquili­brer les forces en présence. Sous la coupe d’un patron, le vendeur de rue n’est plus seul face à un pouvoir municipal fort sinon menaçant, mais toujours omniprésent.

Des marges de manœuvre

7Bien qu’ils n’aient aucune reconnaissance institutionnelle, les marchands ne doivent pas être irrémédiablement vus comme des victimes soumises à un joug. Une analyse stratégique de la situation laisse apparaître des « marges de liberté » que les vendeurs de rue contrôlent. Ils disposent d’une panoplie d’arguments pour convaincre le client. L’exemple le plus mar­quant est sans doute l’utilisation qui est faite du terme siftah. Ce terme ne désigne pas seu­lement la première vente de la journée. Pour tout commerçant, il représente aussi un signe de prospérité en affaires donné par Dieu. On peut donc considérer ce terme comme faisant partie d’un champ lexical propre à sacraliser le travail et à conférer à chacun un droit d’accé­der au niveau de vie qu’il mérite.

8Toutefois, d’un point de vue purement stratégique, on constate que le terme est aujourd’hui utilisé comme un argument de vente. En déclarant n’avoir pas encore fait une seule vente dans sa journée, le marchand place le client dans une relation de quasi-obligation. Le client est « obligé en sa qualité de musul­man ». Par compassion, il est invité à donner « de bon cœur » pour gagner une reconnais­sance d’ordre divin. En effet, il est « honteux » pour un marchand de ne pas pouvoir faire sa prière rituelle après la première vente de la journée (souffler sur les billets, les passer de droite à gauche sur le visage pour finalement incliner la tête devant Dieu en les lui présen­tant). Les vendeurs, particulièrement ceux qui s’approchent de l’idéal-type de l’attentiste, « jouent » sur la compassion du client. Entre commerce et aumône, il n’est pas rare de voir un vendeur de rue, en fin de journée, prétexter à tort qu’il n’a pas encore pu faire le siftah, dans le seul but de mieux convaincre le client : mieux toucher sa sensibilité et mieux l’obliger socialement à acheter.

9Le vendeur peut également « jouer » sur sa fonction latente de « gardien des lieux » comme l’anecdote qui suit le montre. Alors que nous avions laissé notre bicyclette dans la rue, une journée durant, à proximité d’un vendeur de pains au sésame, celui-ci nous interpelle à notre retour par ces mots :

-Il faut me donner quelque chose. Je suis resté là toute la journée pour te la surveiller.

- Mais elle était cadenassée !

-(Se faisant menaçant)... eh bien la pro­chaine fois, si tu ne retrouves pas ta bicyclette, il ne faudra pas t’en étonner.

  • 73 Un très bel exemple de « jeu » stratégique joué par les vendeurs ambulants officiant entre Vintimil (...)

10Bien qu’ils exercent un « petit » métier, il ne faudrait pas imaginer que les vendeurs de rue sont démunis pour faire face à leurs détrac­teurs ou pour mieux convaincre leurs clients73. Même faible, le vendeur de rue maîtrise une part d’incertitude, donc contrôle une part de pouvoir dans la relation sociale [Friedberg, 1993]. C’est ce que confirment, par exemple, les affrontements sérieux entre force de l’ordre et marchands de rue en 2004.

Faire face à une municipalité d’arrondissement exerçant une pression forte..

11Si la « chasse » aux vendeurs de rue est décla­rée dans un nombre croissant d’arrondissements, notamment depuis 2002 où les inter­dictions unilatérales du commerce ambulant se sont multipliées dans plusieurs municipali­tés d’arrondissements périphériques (Zaman, 26-03-2005), elle a été particulièrement sévère dans les arrondissements centraux (ceux de la péninsule historique et de Beyoğlu) depuis une petite dizaine d’années. À cet égard, la municipalité d’arrondissement d’Eminönü est archétypale. Elle est passée sans transition d’une politique permissive de laisser-faire à une politique autoritaire sans concession.

12Immanquablement, le commerce de rue fait recette au moment des fêtes religieuses musulmanes (fête du sacrifice et fête du sucre - şeker ve kurban bayramı). Il est de tradition de renouveler les garde-robes, d’offrir moult présents à son voisinage et d’adopter un mode de vie fastueux en ces temps de fête. Arife günü, nom donné à la veille du jour de fête, est un des jours de l’année où les commerçants atteignent des chiffres d’affaire substantiels. Et la coutume veut que la présence dans la rue de tous ceux qui s’improvisent vendeurs pour l’occasion fasse l’objet d’une tolérance [Pérouse, 2006]. Par conséquent, l’interdiction qui a été faite aux commerçants ambulants d’Eminönü de travailler à l’occasion de Arife günü en novembre 2004 fut très mal vécue (Zaman, 14-11-2004). L’intensification de la répression à l’égard des marchands de rue constatée au cours des cinq dernières années les a progressivement incités à revendiquer des droits et à tenter de défendre leurs intérêts.

13Face à une répression récurrente, les ven­deurs ambulants tentent de s’organiser. Entre 2002 et 2004, une association de défense de leurs intérêts se crée à Eminönü, une autre à Ankara. Dans les deux cas, le discours revendicatif argue d’une attente de formalisation, et de légalisation de l’activité pour pouvoir pré­tendre au maintien du commerce de rue. Il se cristallise autour de trois enjeux (Birgün, 25-07-2004) :

  • L’établissement d’une corporation de métier de vendeurs ambulants.

  • Le paiement de primes d’assurance de taxes et d’impôts comme n’importe quel corps de métier.

  • L’attribution de lieux de commerce fixes assurant aux vendeurs une sédentarisa­tion.

14Pris pour cible de la police municipale d’arrondissement, les vendeurs d’Eminönü s’organisent autour de l’un d’entre-eux devenu leader : İkbal Işık. Sous couvert d’un discours à connotation marxiste, ce dernier parvient à fédérer une foule de vendeurs de rue disparate et qui d’ordinaire se disperse à la moindre alerte (Zaman, 18-07-2004). L’action consiste à réaliser des « sit-in » ou des marches de protestation pacifiques.

  • 74 À Ankara, on voit émerger des revendications inédites plus constructives. On plaide notamment pour (...)

Aussi longtemps que notre souhait ne sera pas entendu, nous orga­niserons des manifestations tous les same­dis, déclarait İkbal Işık à la presse en 2004 (Cumhuriyet, 22-07-2004) car à ses yeux, il est temps que les vendeurs ambulants ne soient plus des citoyens de troisième zone (Cumhuriyet, 26-07-20 04)74. Il prétend que rien n’interdit d’exercer une forme ancienne de commerce dans les rues passantes tout en payant des impôts, des emplacements et des assurances (Öteki İstanbul, du 01 au 15-08­2004).

15Cette organisation sous forme associa­tive des vendeurs pour défendre leurs intérêts est le corollaire d’une prise de conscience identitaire. Pourquoi les vendeurs ambulants ne pourraient-ils pas dignement exercer leur métier ? En mai 2005, un marchand montrant sa carte d’identité aux officiers de police criait :

« Sommes-nous des terroristes ? Nous sommes citoyens de ce pays ! ».

16Mais peut-on parler de « mouvement émancipateur » ?

17Avec le temps, les interviews d’İkbal Işık se multiplient dans la presse mais son discours critique est nuancé. Sous la pression de menaces ou par crainte de représailles, celui-ci faisait évoluer légèrement ses revendications en août 2004 :

Je trouve l’ancien système (de commerce de rue) archaïque et je ne veux pas y revenir. Il encombrait les rues principales, il a bloqué l’accès au marché égyptien. Nous ne sommes pas de ceux (qui disent qu’il fau­drait revenir à l’ancien système). Nous parlons d’ouverture. Si les rues d’Eminönü devaient être encombrées comme autrefois, si le com­merce devait se faire sans règles, ce serait des raisons pour que le maire utilise les forces de l’ordre. La place devant le marché égyptien a légalement été débarrassée de ses centaines de charrettes. Les policiers n’en ont pas cru leurs yeux. Et maintenant, on cherche à utiliser cet événement contre nous ! (Öteki Istanbul, du 01 au 15-08-2004)

18Dans une certaine mesure, le discours muni­cipal est intégré et la stigmatisation dont le commerce de rue fait l’objet est implicitement acceptée. À cette même époque, Deniz, ven­deur de sandwich à Tophane nous déclarait :

L’opération « rendre la place aux touristes et aux piétons », j’y suis favorable. C’est bien. Les touristes viennent sur les places pour prendre des photos. Moi je respecte ça. J’ai pas envie qu’ils rentrent en disant, « La Turquie, c’est sale » ou « Les Turcs sont comme ça ». Non, moi, si on veut me prendre en photo, je refuse. Ou alors, je m’habille et je prendrais une toute autre pause. Pas celle d’un vendeur ambulant.

19Il apparaît finalement qu’à Eminönü, la mobilisation n’a guère abouti aux objectifs qu’elle se fixait initialement, si ce n’est à la tolérance d’une minorité impliquée dans la politique de folklorisation, sous le haut contrôle de la municipalité, et à l’exode de la majorité.

Face à une municipalité d’arrondissement exerçant une pression plus subtile..

20La majorité des autres municipalités se dis­tinguent de celle d’Eminönü en ce qu’elles n’exercent pas une pression unilatérale sur l’ensemble des vendeurs de rue. Les polices municipales optent pour une répression ciblée, ponctuelle, à l’égard d’un vendeur ça et là, mais créant une angoisse chez tous. Cette politique moins intransigeante mais plus subtile a eu pour conséquence de décourager l’émergence de collectifs ou d’associations de vendeurs.

21La plupart des vendeurs n’ont jamais entendu parler d’İkbal Işık. Quand bien même ils en auraient eu écho, nombre de vendeurs se reconnaîtraient mal dans les revendications de l’association des vendeurs d’Eminönü. À l’instar du paiement de taxes et d’impôts en échange d’une reconnaissance sociale et léga­le, plusieurs propositions ne font pas l’una­nimité. Selon une enquête de la police muni­cipale de la ville de Konya75, à la question « voudriez-vous exercer un métier (reconnu par une chambre des métiers) dans un lieu sta­ble ? », les réponses ne sont pas unanimes. Si 41 % des vendeurs le voudraient, 35 % restent indécis et 21 % ne le souhaiteraient pas.

Un vendeur dit : Celui qui travaille dans une rue vide (sans commerce) porte-t-il pré­judice à quelqu’un ? (Radikal, 14-11-2004)

Un autre ajoute : Je travaille ; pourtant, est- ce que je suis devenu propriétaire d’immeu­ble ? Mes moyens m’ont permis seulement de survivre. (...) Ils disent qu’on ne paye pas nos taxes... Mais regardez les boutiques d’Eminönü. Combien délivrent des tickets de caisse ? (Birgün, 25-07-2004)

22Notre hypothèse consiste à dire que les projecteurs de la presse se sont volontiers por­tés sur les vendeurs revendicatifs et progres­sistes d’Eminönü mais ont, par conséquent, laissé dans l’ombre la majorité silencieuse des vendeurs partisans d’une préservation de leur liberté de commerce en dehors de toute réglementation légale. Dans la mesure où la répression policière demeure un risque statistique acceptable, ils gèrent le risque de sanction pour l’infraction commerciale qu’ils commettent.

Ainsi, Kenan dit-il : Pour moi, [si la police municipale d’arrondissement arrive] c’est très facile. Je n’ai que 5 à 6 kg de chapelets à faire disparaître dans mon sac. Et c’est tout. C’est très vite fait.

23Faute de mettre en place une stra­tégie de dissimulation rapide, on peut aussi faire usage de la stratégie de « l’encombrement maximal ». Cem et Sezen se protègent derrière leur impressionnant attelage :

On n’a pas trop de problème avec la police. Que peuvent-ils faire ? Au pire, ils nous prennent la balance. Mais du cheval et de la charrette, que pourraient-ils en faire ?

24Ces tenants d’un statu quo plaident pour un maintien de l’actuelle situation d’illégitimité légale pouvant être compensée par une légitimité sociale. Ils trouvent un soutien parmi une fraction de leur clientèle habituelle éprise de compassion ou de nostalgie.

À ces bras sans travail qui déambulent dans notre pays, que proposez-vous ?, dit un client.

25« Où donc irons-nous maintenant acheter nos vête­ments ? » voit-on également écrit sur les murs d’Eminönü. (Öteki İstanbul, du 01 au 15-08­2004)

Une cliente ajoute « Il faut leur donner un lieu ou bien leur réserver un coin sur la place de Beyazıt. Sinon, c’est toute la cultu­re du commerce de rue qui disparaîtra. Ce commerce est un héritage ottoman » (Radikal, 14-11-2004).

26Toutefois, les vendeurs ne s’illusionnent pas sur l’avenir du commerce de rue sous sa forme actuelle. Le nombre important de ceux qui pensent que « être vendeur de rue, c’est fini ! » montre qu’ils intègrent, finalement, eux aussi, l’idée que le statu quo, s’il leur convient pour le moment, ne pourra durer indéfiniment. Si les gravures ou photographies de vendeurs de rue du siècle passé laissent l’impression d’une étonnante fierté d’exercer ce métier, la représentation communément partagée aujourd’hui est celle d’un métier de second rang. Pour nombre d’entre eux, le commerce de rue n’est d’ailleurs pas un « métier ». Il n’est pas digne d’être exercé.

Kaya dit : Ce que je fais là, ce n’est pas un travail. Malheureusement, c’est le seul qu’on m’ait montré en arrivant à Istanbul. J’ai appris le métier de gens que je connaissais. Mais j’aurais bien voulu apprendre un vrai métier.

27Selon l’enquête de la police municipale de la ville de Konya76, seuls 15 % des vendeurs considèrent cette activité comme un véritable métier.

28De nombreux vendeurs se contenteraient donc d’une tolérance de l’informalité, d’un statu quo. Mais c’est sans compter la déconsi­dération dont fait l’objet cette activité et l’accroissement progressif de la pression policière et juridique. Dans le contexte actuel, le pessimisme des vendeurs se mue en un doute sur la pérennité de l’activité. Un nombre important de lois votées en Turquie visent une harmo­nisation, à terme, avec les réglementations européennes dans la perspective d’une inté­gration à l’Union. D’un point de vue sanitaire, de nombreux vendeurs se savent en sursis (photo 36 et 37).

Photo 36 : Vente de conserves : un commerce en sursis. Eminönü

Photo 36 : Vente de conserves : un commerce en sursis. Eminönü

Meilo, juillet 2006

Photo 37 : Charrette d’un préparateur de décoctions pharmaceutiques en stationnement prolongé. Tophane

Photo 37 : Charrette d’un préparateur de décoctions pharmaceutiques en stationnement prolongé. Tophane

(Meilo, fév. 2005).

29Soumis à des pressions fortes, les vendeurs n’ont d’autre issue que la figure du marchand « folklorisé » que la municipalité propose à quelques-uns, au prix d’une soumission à des règles du jeu fort contraignantes. Soumis à des pressions plus subtiles, les vendeurs semblent désabusés et sans espoir d’une issue. L’avenir n’est-il fait que de « bons » marchands à la solde d’une municipalité d’un côté et de « mauvais » qui s’efforcent de survivre d’un commerce informel de plus en plus déconsi­déré ? Les vendeurs doivent-ils définitivement faire le deuil de la liberté dont plusieurs se prévalaient ? Doit-on s’attendre, à voir dispa­raître tout à fait le vendeur de rue ?

Un compromis au rabais... risque ou chance ?

30C’est à ce point de notre réflexion que les tentations misérabilistes ou démesurément enchanteresses doivent être écartées. L’analyse stratégique est d’un excellent recours. Elle permet de repérer les marges de manœuvre que le vendeur maîtrise encore et qu’il peut envisager utiliser à son profit.

31Une tendance semble se dessiner. Plusieurs vendeurs se mettent au service d’un « patron ». Cette tendance à l’instrumentalisation du métier de vendeur ambulant est marquée. Nous qualifions ainsi le processus par lequel des commerçants patentés emploient (de manière informelle) des vendeurs ambulants pour écou­ler une marchandise qu’ils ont du mal à vendre en boutique. Les vendeurs ainsi enrôlés pour le compte de « quasi-patrons » perdent une part significative de leur indépendance mais peuvent, plus ou moins discrètement, faire mention de leurs accointances et bénéficier de la réputation acquise par le commerçant. Le nombre de vendeurs de pains au sésame, de brioche, de millet fermenté, ou de glaces associés à une boulangerie, à une pâtisserie ou à un glacier nous semble croître et préfigurer assez vraisemblablement le statut du vendeur ambulant à l’avenir : pseudo-salarié.

Photo 38 : Pause déjeuner à base de riz pilav et de poulet. Le vendeur porte une toque. Tepebaşı

Photo 38 : Pause déjeuner à base de riz pilav et de poulet. Le vendeur porte une toque. Tepebaşı

Meilo, avril 2005

32Vêtu d’une blouse et d’une toque blanches en gage d’hygiène (photo 38), plusieurs vendeurs de nourriture, et notamment de millet fermenté (boza), officient pour un « patron ». Certains distribuent jusqu’aux petits sachets de cannelle (parfois même accompagnés d’une poignée de pois chiches séchés) portant le logo de maisons aussi réputées que Vefa. Serdar est vendeur de pains au sésame à Istanbul l’hiver, paysan l’été. Il est venu de Tokat pour la sai­son hivernale. Lorsqu’il vient, son séjour est pris en charge presque intégralement par son patron, un pâtissier industriel qui le fait venir, lui, ainsi que trois dizaines d’autres paysans de Tokat. Le patron fournit le logement : une maison-dortoir où ces hommes passent leurs nuits d’hiver dans une grande promiscuité. L’insalubrité du lieu ne donne guère envie de terminer la journée de travail tôt.

33À première lecture, on peut comprendre que le patron offre une protection à ses pseudo­salariés mais noter qu’il s’en tire à bon compte. En effet, cette main d’œuvre n’acquiert pas pour autant la protection que confère le statut de salarié et est privée du soutien de syndi­cats qui pourraient défendre ses intérêts. Une première analyse pointe le risque d’abus de la part de ces « patrons d’ambulants » qui sont par ailleurs artisans commerçants patentés.

  • 77 Centième de livre turque. À cette époque 1 YTL = 0,5 €.

34En effet, Serdar se voit contraint d’acheter à un prix non négociable de 29 YKr77 un pain au sésame vendu au prix de 50 YKr. Il ne termine sa journée de travail qu’après avoir dépassé un seuil de ventes de 100 YTL (50 €). Hamdi est lui aussi vendeur pour le compte d’une pâtisserie de Beşiktaş.

Dans cette pâtisserie, ils avaient besoin de quelqu’un pour vendre les pains au sésame. Alors on a commencé [lui et deux de ses compagnons issus du même village]. Au début, on paye 100 millions pour la charrette parce que le propriétaire ne nous connaissait pas. C’est dur. Maintenant, il a confiance en nous. Quand la charrette a un problème et qu’il faut la faire réparer, parfois c’est nous qui payons la réparation, mais parfois c’est le pâtissier.

35Exerçant un pouvoir discrétionnaire, le « patron » pourvoit à l’approvisionnement sur les lieux de vente et décide des tournées :

le jeudi, par exemple, on est autour du mar­ché d’Ulus. On part avec la camionnette de la pâtisserie, on y met les charrettes et on passe la journée là-bas.

36Mais la liberté du vendeur d’aller et venir est hautement contrariée. Alors que nous suivions les déambulations de Hamdi depuis 8 h du matin, nous avons assisté à 10 h à son réapprovisionnement en pains au sésame assuré par un commis de la pâtisserie au lieu de rendez-vous convenu dans le bas du mar­ché de Beşiktaş. Le commis exige de se faire payer la marchandise sur le champ et intime l’ordre à Hamdi de changer de place et de se diriger vers le haut du marché, conformément aux consignes du « patron ». On pourrait ne voir en Hamdi ou Serdar que les héritiers contemporains d’une tradition de servage, sinon d’esclavage, auquel les vendeurs de rue étaient soumis à l’époque ottomane, notam­ment par des janissaires et usuriers.

37Pourtant, à la lumière du système de contrainte évoqué plus haut, une approche stratégique nous permet de faire une toute autre analyse de cette tendance vers le « pseu­do-salariat ». Si le marchand parvient peu à peu à s’émanciper de la tutelle ethnico-religieuse créée par des relations entre hemşehri, l’angoisse que les pouvoirs publics font peser sur l’exercice du métier de façon indépen­dante génère une aspiration à devenir membre d’une organisation pour accéder à un véritable « statut » social. Il s’agit de ne pas sous-estimer l’intérêt que représente l’obtention d’une protection dans le contexte contemporain.

Évidemment, le patron s’arrange avec la police pour qu’on n’ait pas de problème, dit Serdar.

38Cette garantie rend plusieurs vendeurs enclins à préférer une relation salariale informelle, quitte à ce qu’elle soit déséquilibrée, plutôt qu’une pression municipale insoutenable.

39Faute d’être parvenus à créer un véritable contre-pouvoir par la création d’associations s’opposant à l’hégémonie d’une municipa­lité d’arrondissement devenant juge et partie (en maintenant la pression sur les uns tout en accordant des autorisations commerciales aux autres), les vendeurs se mettent au ser­vice d’un « pseudo-patron » en mesure d’exer­cer ce contre-pouvoir. Les vendeurs préfèrent « jouer » sur deux tableaux plutôt que sur un seul, ce qui se justifie parfaitement d’un point de vue stratégique. De plus en plus nombreux à être placés sous la coupe de la municipalité, les vendeurs de rue nous semblent aussi de plus ou plus nombreux à dépendre de com­merçants patentés. La seconde position n’est pas seulement l’alternative de la première. Plusieurs vendeurs cumulent les deux tutelles, se donnant ainsi la possibilité de suivre davan­tage l’une ou l’autre de ces affiliations concur­rentes. Fixant les règles du jeu arbitrairement faute de représentants élus qui défendent une corporation (règles de la répression, règles des dérogations...), les municipalités d’arrondisse­ments occupent une telle position de force que plusieurs vendeurs ont accepté de perdre leur statut d’indépendant. Mais paradoxalement, cette apparente perte de liberté est un moyen de préserver une « marge de liberté ».

40De surcroît, rien ne dit que le « pseudo salariat » ne fasse pas l’objet d’une réglementation dans l’avenir. Il se muterait alors en un véritable « salariat » qui redonnerait ses lettres de noblesse au métier de vendeur ambulant. En quelque sorte, en situation de grande pré­carité et de grande vulnérabilité, se mettre sous la protection informelle d’un « patron » permet d’envisager un avenir, de faire des pro­jets et de continuer à soumettre des doléances légitimement.

41Entre l’émergence d’un métier de vendeur de rue « folklorisé » espéré par les uns et le statu quo réclamé par les autres, l’avenir se situe plus vraisemblablement dans un entre­deux. Il s’agit, certes, d’un « plus petit dénomi­nateur commun » qualifiable de pseudo-sala­riat qui mettrait les vendeurs ambulants sous tutelle sans leur conférer de droit. Toutefois, il s’agit d’une excellente stratégie pour créer un contre-pouvoir face aux pouvoirs publics. On peut donc voir le pseudo-salariat autrement qu’un pis-aller et davantage comme un com­promis intelligent qui permet de se ménager des « marges de liberté » par le maintien d’un rapport de force. En effet, se placer sous la coupe d’un « pseudo-patron », c’est mettre à ses côtés un interlocuteur de taille, légitime, face aux pouvoirs publics.

Notes

73 Un très bel exemple de « jeu » stratégique joué par les vendeurs ambulants officiant entre Vintimille et Menton nous est donné par Marie-Antoinette Hily et Christian Rinaudo [2003]. Ils montrent comme un même vendeur peut passer d'une scène à l'autre et jouer un jeu différent. Portant jean, polo, baskets et casquette à l'américaine, il se présente sur le marché de Vintimille, le matin, en faisant preuve des savoir-faire d'un négociateur mod­erne (vendeur exercé, rusé, pressé, fixant les règles de la négociation) et il peut incarner le rôle du « goulou goulou » sur les plages de Menton l'après-midi en utilisant volontairement un parlé « petit nègre » (afin de laisser l'initiative au client qu'il nomme « patron » et de lui laisser croire avoir fait une bonne affaire). Les sandales de plages et le boubou sont alors de circonstance.

74 À Ankara, on voit émerger des revendications inédites plus constructives. On plaide notamment pour un changement de nom de « vendeur ambulant » par celui de « vendeur itinérant » pour traduire une évolution de son statut. L'association de vendeurs TÜMSEY (Tüm Seyyar Satıcılar Yardımlaşma ve Koruma Kalkındırma Dayanışma Derneği) voudrait qu'émerge une compétence propre à un métier organisé (en corporation) sous l'égide d'une confédération d'associations. Le but est d'enregistrer légalement les vendeurs ambulants pour normaliser leur activité et en finir avec la peur de la police municipale. La vente ambulante ne doit plus être un délit. Le projet est de légaliser et d'organiser la profession tout à fait comme on l'a fait pour celle de chauffeur de taxi, dit Ali İbiş.

75 http://www.konya-bld.gov.tr/detail.php?id=984 – (nov. 2005).

76 http://www.konya-bld.gov.tr/detail.php?id=984 – (nov. 2005).

77 Centième de livre turque. À cette époque 1 YTL = 0,5 €.

Table des illustrations

Titre Photo 36 : Vente de conserves : un commerce en sursis. Eminönü
Crédits Meilo, juillet 2006
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/708/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Photo 37 : Charrette d’un préparateur de décoctions pharmaceutiques en stationnement prolongé. Tophane
Crédits (Meilo, fév. 2005).
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/708/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Photo 38 : Pause déjeuner à base de riz pilav et de poulet. Le vendeur porte une toque. Tepebaşı
Crédits Meilo, avril 2005
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/708/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 35k

© Institut français d’études anatoliennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search