Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Marchands de rue à Istanbul

 | 
Joël Meissonnier

Troisième partie - La construction d’une légitimité sociale : un enjeu

Texte intégral

Entre mobilités et ancrages dans l’espace urbain, l’accès à une légitimité sociale

1Si d’apparence tous les vendeurs de rue se ressemblent, on notera qu’un vendeur ambulant à la sortie de la bouche de métro Dördüncü Levent a un téléphone portable en main, quand d’autres, officiant à quelques rues de là sur le flanc de la colline de Gültepe, ne parviennent même pas, mensuellement, à réaliser une marge bénéficiaire suffisante pour se l’offrir.

2Si certains vendeurs sillonnent la ville à la recherche de maigres revenus, d’autres s’assurent des revenus substantiels presque sans se déplacer. Là comme dans d’autres contextes sociaux, on observe des hiérarchies sociales et des stratégies présidant aux préséances. Tous les emplacements ne se valent pas, tous les itinéraires non plus. Tous les vendeurs ne peuvent prétendre accéder aux meilleurs.

3Aucune raison apparente ne contraint le vendeur à se déplacer plutôt qu’à attendre, à emprunter de grandes artères plutôt que des ruelles, à stationner cinq minutes plutôt que trois heures. L’enquête récente dans la ville de Konya62 montrait que les marchands ne choisissent pas l’un ou l’autre de ces comportements unanimement. 24 % des vendeurs de Konya font l’effort de se déplacer alors que 74 % peuvent s’en passer. Laurence Husson [1994] observe aussi, en Indonésie, sur les trottoirs de Surabaya, que la population des vendeurs de rue se subdivise en deux caté­gories : les stationnaires, qui attendent à un endroit fixe le client ou qui stationnent dans différents lieux au cours de la semaine, et les ambulants, qui couvrent un quartier défini de jour en jour ou effectuent de plus vastes par­cours. Toutefois, peu de propositions ont été avancées pour expliquer cette segmentation caractéristique. La marchandise commercia­lisée ou le service rendu sont des variables qui, bien entendu, favorisent plus ou moins la mobilité et oriente plus ou moins la fréquen­tation d’un quartier. Le réparateur de baleines de parapluies n’a aucun espoir de gagner sa vie de façon sédentaire. L’animateur de manè­ge pour enfants (photo 30) ne fréquente que des quartiers populaires, les moins dotés en infrastructures de jeux pour enfants.

Photo 30 : Animateur de manège pour enfant. Fatih

Photo 30 : Animateur de manège pour enfant. Fatih

Meilo, juillet 2006

Photo 31 : Vendeur de fruits et légumes frais. Cihangir

Photo 31 : Vendeur de fruits et légumes frais. Cihangir

J. Meissonnier, déc. 2004

4Pourtant, ces variables ne sont pas suffisamment expli­catives. Comment expliquer que l’on puisse croiser deux vendeurs de fruits frais dans la rue, l’un parfaitement stationnaire et l’autre inlassablement itinérant (photo 31) ?

5Nous induisons que la diversité des rap­ports à l’espace tient à une hétérogénéité des niveaux de légitimité acquis. Contrairement au vendeur patenté, le vendeur ambulant n’a pas pignon sur rue. Stigmatisé, il est souvent déconsidéré. Parfois, il se laisse même abuser, comme le montre l’attitude indélicate de cer­tains clients, dans un quartier où le vendeur n’a pas encore acquis une véritable légitimité.

Hakan se souvient : Une fois, il y a une femme qui est venue, qui a fait des achats et elle m’a dit qu’elle partait retirer de l’argent. Je lui avais pourtant demandé de laisser tous ses achats là, mais elle n’a pas voulu. Elle n’est jamais revenue. Une autre fois, c’était un monsieur très bien habillé qui m’a dit qu’il allait chercher de l’argent dans son magasin, il y en avait pour 8,5 millions (5 €) ! Mais il n’est jamais revenu. C’est le genre de chose qui arrive souvent.

6Faute de légitimité légale, le vendeur de rue doit donc se forger une légitimité sociale. Celle-ci est obtenue grâce à une longue quête étonnamment contradictoire. Dans les lignes qui suivent nous montrerons comment cette légitimité sociale se construit d’abord dans une quête « d’accès à la mobilité » qui se mute en une quête de « retour à la sédentarité » en fin de compte.

Une mobilité salvatrice

7Les routes que suivent les vendeurs ambulants dans l’espace urbain dessinent les contours des espaces connus qu’ils fréquentent régu­lièrement. Nous n’avons jamais croisé aucun vendeur manifestement perdu. Le vendeur ambulant ne s’aventure pas sur des chemins improbables sans y être guidé. Confirmant le proverbe, la déambulation des vendeurs est caractéristique d’une représentation sociale prégnante :

  • 63 Bildiğiniz yol en kısasıdır.

la route la plus courte est celle que vous connaissez63. İrfan dit : [Ailleurs, ce serait mieux] mais moi, je ne connais que le quartier de Karaköy ! Alors je reste là.

8Il attend. Vendeur de châtaignes depuis quelques jours seulement, İrfan attend de croi­ser un autre vendeur ou de nouer une relation de confiance avec un hemşehri qui puisse le guider dans l’espace urbain. Pourtant, İrfan sait qu’il ne peut espérer de salut sans déambulation.

Les châtaignes, on les mange pour le plaisir. C’est une nourriture de luxe. Celui qui n’a pas d’ar­gent ne pensera pas à manger des châtaignes. C’est sûr, les quartiers de riches seraient mieux pour moi [qui vends des châtaignes].

9Mais faute de pouvoir accéder à cette clientèle aisée, İrfan circule dans un espace très restreint ; restreint aux seuls lieux qu’il connaisse pour y avoir déjà travaillé plusieurs années auparavant, mais qu’il ne « reconnaît » plus comme territoire.

  • 64 Le marché américain est situé à proximité des quais du terminal maritime de Karaköy. Il est réputé (...)

Oui... je connais des gens dans le quartier, mais tous ceux que je connaissais quand je vendais des pistaches ne sont plus là. Alors, je vais et je viens entre l’embarcadère, le quartier des banques et le marché américain64. Mais je ne quitte jamais Karaköy.

10İrfan reste à Karaköy parce que c’est de là que son histoire de vendeur de châtaignes est partie, faisant suite à son histoire de vendeur de pistaches. C’est donc là qu’elle restera tant qu’une personne-ressource ne l’invitera pas à élargir son horizon.

Je n’oserais pas aller à Eminönü. Je viens juste de commencer à vendre des châtai­gnes et je ne veux pas perdre ma charrette toute neuve. Jusqu’à présent, personne ne m’a vraiment aidé. C’est en discutant avec d’autres vendeurs de châtaignes que l’idée m’est venue. En fait, la seule personne que je connaisse bien, c’est un autre vendeur de châtaignes qui est dans le quartier.

11S’il est suffisamment sociable, İrfan par­viendra à étoffer son réseau de relations par l’intermédiaire de « personnes-ressources » mobiles (d’autres vendeurs ambulants, sou­vent hemşehri) et sédentaires (un cafetier, un boutiquier ou un vieux résident dont la pré­sence dans le quartier est visible, récurrente et incontestable). Les mobiles l’amèneront à élargir spatialement l’horizon de son capital social et les sédentaires lui permettront de thésauriser ce capital social, c’est-à-dire de pérenniser sa présence en son absence.

12Toutefois, cette émancipation d’un quar­tier pour aller à la découverte de nouveaux quartiers n’est pas sans risque. Comme le font remarquer de nombreux vendeurs, sortir, c’est s’exposer. S’exposer au risque de croiser la police municipale d’arrondissement.

Il m’a fallu tout essayer : le long des quais, sur les ponts, monter à Tünel, tenter ma chan­ce à Eminönü, explique Metin. Et parfois... c’est trop interdit. On m’a déjà pris cinq fois ma charrette ! Alors dans ces endroits, on n’y revient pas. Regardez même sur le boulevard, juste là, il ne faut pas s’y aventurer. Les gran­des avenues, c’est un problème.

La déambulation ou la recherche d’une légitimité sociale

Les marchands ambulants sont rarement isolés dans l’espace urbain. Entre eux, ils se connais­sent ou se reconnaissent et se rendent les menus services qui facilitent le quotidien. Si je veux aller aux toilettes, j’ai toujours un copain pour m’aider et me garder ma charrette, dit Emre. J’en croise plusieurs dans la journée. Avec certains, on finit par avoir nos petites habitudes, on va boire un thé ensemble.

13Le marchand se représente l’espace urbain comme un ensemble de « lieux-ressources » et de « personnes-ressources » où il sait pouvoir trouver une forme d’entraide, éventuellement une assistance, au moins une présence rassu­rante ; car parcourir un espace urbain inconnu ou stationner sur une nouvelle place expose le marchand aux regards ignorants sinon mépri­sants des passants. La personne-ressource sédentaire le protège d’un conflit, garantit sa bonne moralité et justifie sa présence. Ensemble, ces personnes-ressources forment un archipel d’îlots de quiétude au milieu de zones mal maîtrisées voire hostiles.

14Mustafa est marchand d’accessoires pour téléphone portable. À l’occasion, il vend aussi des téléphones d’occasion (très vraisemblable­ment volés mais pas nécessairement par lui). Il stationne en face du restaurant détenu par une personne de sa connaissance chez qui il sait pouvoir rapidement rapatrier la marchandise en cas de soucis. Sezen et Cem, quant à eux, sont Rum (orthodoxes).

Sezen dit : J’ai beau­coup de membres de ma famille à Kurtuluş. Il y a pas mal de Rum là-bas. Alors c’est vrai qu’on s’y sent un peu chez nous. On y passe plus de temps et on a beaucoup de clients qui nous connaissent bien. Certains nous attendent.

15Un long travail relationnel permet au mar­chand de se construire une légitimité sociale, à force de ténacité, de politesse, de jovialité et de régularité.

Serdar explique que lorsqu’on connaît un commerçant, c’est facile de lui demander de faire de la monnaie. Si on ne le connaît pas, il refuse.

16Pour Sezen et Cem qui circulent à cheval, il est indispensable de disposer de personnes-ressources devant cha­cun des emplacements (suffisamment larges pour recevoir cheval et remorque) où ils sta­tionnent.

Sezen explique : Au début, on prend un thé. Deux ou trois jours plus tard, quand on repasse, on en reprend. Et puis le dialo­gue s’installe. Et par la suite, on peut laisser notre charrette devant le café.

17Les réseaux de hemşehri, nous l’avons dit, sont fort utiles pour justifier l’entraide et pour trouver les premières personnes-ressources sur qui compter. Dilan, vendeur de pains au sésame, dit :

La première fois qu’on m’a mon­tré le travail, c’est quelqu’un de ma famille qui m’a expliqué, ajoutant que le patron de la boulangerie est aussi de sa famille.

18A contra­rio lorsque le vendeur s’exclut de ces réseaux de hemşehri, il peut souffrir d’isolement et avoir plus de difficultés pour trouver ces personnes-ressources.

Dans la rue, c’est la guerre (düşmanlık), dit Alp. Bien sûr il y a des Kurdes qui sont solidaires même s’ils ne sont pas toujours réglo. Mais je ne crois pas qu’il y ait d’association de vendeurs. En fait je ne connais pas les autres vendeurs ambulants. Mon père est retraité des chemins de fer. Dans ma famille, on est plutôt fonctionnaire ou boutiquier.

19Il y a donc d’un côté ceux qui ne peuvent pas compter sur une tradition familiale de vendeur de rue et ceux qui en bénéficient de fait ; ceux qui se construisent un réseau à force d’endurance pour disposer de person­nes-ressources et ceux à qui le réseau, préa­lablement constitué, est « offert » sans effort. Ainsi, qu’elles soient héritées ou méritées, le marchand de rue a besoin que sa déambulation journalière croise un certain nombre de ces « personnes-ressources », une part non négligeable est constituée de hemşehri. Mais nous avons préalablement montré la faiblesse et l’ambiguïté du lien entre hemşehri. Il serait abusif de considérer que les personnes res­sources sont nécessairement des hemşehri.

20La part des liens entre hemşehri tend à décroître avec le temps, pour laisser la place à une sociabilité plus élective, car des liens plus forts se nouent au fil des rencontres. Une soli­de amitié peut générer une solidarité étrangère aux relations entre hemşehri. Si Emre a su faire bon usage de ses liens avec des hemşehri pour obtenir un logement en arrivant à Istanbul, il dit aujourd’hui :

Maintenant, je me place devant cette pâtisserie parce que je suis ami avec le propriétaire. Ce n’est pas un gars de Konya mais c’est un ami. Un jour, on a discuté ensemble, on a sympathisé et il m’a autorisé à prendre la place tout juste laissée libre par un autre vendeur devant sa devanture. Je lui fais totalement confiance. Il peut même vendre à ma place quand je vais à la mosquée !

Kaya dit aussi : Je dois beaucoup au gérant du gara­ge couvert. Au début, quand je me déplaçais, c’était un client. Et puis c’est devenu un ami, il m’a proposé de venir me placer à l’entrée de son garage. Finalement, maintenant, je suis comme un membre de sa famille. Pourtant, ce n’est pas un hemşehri, lui il vient de Kilis.

21Outre le collègue lui aussi « ambulant » régulièrement rencontré au détour d’un che­min, les personnes-ressources peuvent être un client fidèle, un commerçant établi exerçant un droit de contrôle sur l’usage qui est fait de la portion de trottoir au pied de sa devanture, un gardien d’immeuble (kapıcı) ou un vigile (nöbetçi ou görevli) inévitablement diverti par l’animation de la rue. Ces personnes-ressour­ces partagent un thé avec le marchand, gardent un œil sur sa charrette lorsqu’il s’absente, lui louent ou lui offrent un garage où laisser sa charrette pendant la nuit et, parfois, le secon­dent dans la vente. Il n’est pas rare qu’une bande d’enfants aide le marchand à pousser sa charrette lorsqu’elle est trop lourde ou lorsque la pente de la rue est raide.

22À ses débuts, un vendeur de rue doit faire preuve de compétences relationnelles pour multiplier les personnes-ressources mobiles comme sédentaires. Les premières le guident dans l’espace urbain quand les seconds peu­vent témoigner de l’antériorité de son passage. Les premiers l’introduisent souvent auprès des seconds, lui assurant ainsi l’opportunité de revenir. Le marchand ambulant intègre, ainsi, un territoire circulatoire d’échelle locale et se forge une légitimité sociale.

  • 65 Un territoire est une construction consubstantielle de la formation puis de la visibilité sociale d (...)

23Si Alain Tarrius [2000] fait appel à la notion de territoire circulatoire65 dans sa seule dimension transnationale, nos travaux nous invitent à considérer les territoires circulatoi­res à l’échelle locale. À l’instar des migrants transnationaux étudiés par Alain Tarrius, lors­que les vendeurs de rue d’Istanbul se dépla­cent dans l’espace, ils « accrochent » tous les lieux qu’ils parcourent (ou que d’autres que l’on reconnaît comme identiques parcourent), à une mémoire. Mémoire qui, devenue collec­tive, réalise une entité territoriale. À Istanbul, nous observons aussi des circulations le long des lignes reliant des « points-repères » consti­tuant autant de haltes où l’acteur mobile peut trouver repos et refuge et faisant « réseaux ». Il est fort intéressant de voir que les mêmes comportements socio-spatiaux se manifestent et « produisent » du territoire à une échelle intra-urbaine comme ils peuvent en produire à l’échelle transnationale.

24Comment le marchand ambulant parvient- il à se forger une légitimité sociale qui lui permette de pérenniser son activité commerciale ? La mobilité permet cela. Aller et venir, c’est faire ce travail « d’usure » qui permet d’être là sans y être tout à fait, d’arriver, tout en s’apprêtant à partir. La légitimité de l’occupation spatiale du milieu urbain est le produit de la visibilité. Elle s’acquiert par l’occupation des deux dimensions que sont l’espace et le temps.

Hakan dit : Au début, quand j’ai com­mencé, je me suis promené à Sarıyer et jus­qu’à Bahçeşehir. Mais aujourd’hui, je reste à Tophane, Kurtuluş, Cihangir, Çukurcuma (Galatasaray).

Volkan ajoute : Quand on est vendeur ambulant, on fait des kilomè­tres. Surtout au début. Je descendais jusqu’à Tophane, et je passais dans beaucoup de quartiers. Un jour, je me suis aperçu, ici, que les clients me reconnaissaient, qu’ils savaient que je passais tous les jours. Au début, ce n’était qu’une halte dans mon trajet. Je venais me reposer ici parce qu’il y a la place. Et puis, j’ai découvert qu’à ce carrefour, je vendais bien. J’ai donc décidé de venir plus souvent là. Ici, maintenant, je connais tout le monde. Vous par exemple, je sais à quelle heure vous partez, je sais que vous avez deux petites filles et dans quel immeuble vous habitez...

L’ancrage, concomitant de la consécration que représente l’acquisition d’une légitimité sociale

25Lorsqu’on débute dans le métier, la mobilité est en quelque sorte inéluctable car elle permet d’apprivoiser l’espace et de se laisser adopter par ses locataires (encart 3). Concrètement, elle permet d’identifier les terrains vagues, les recoins abrités et les pas-de-porte délaissés par le commerce patenté. À cette période de grande mobilité fait souvent suite un ancrage qui va conforter le vendeur dans sa légitimité sociale sur un territoire donné.

Kaya dit : Avant je tournais. Je faisais beau­coup plus de sport qu’aujourd’hui. À partir du moment où je me suis installé là [grâce à son ami gérant d’un garage couvert], je suis passé de 65 kg à 90 kg ! Mais je ne veux pas recom­mencer à tourner, un emplacement acquis doit être occupé chaque jour.

26Si les vendeurs évoluent dans l’espace urbain (et sont, à ce titre, qualifiés d’ambu­lants), il faut reconnaître que la mobilité n’est pas synonyme de facilité. La plupart d’entre eux, quand ils sont parvenus à participer activement au maintien d’un « territoire cir­culatoire » légitimant, souhaiteraient n’avoir à se mouvoir que le moins possible. En réalité, la mobilité est souvent l’instrument paradoxal permettant l’accès à une forme d’immobilité. Curieusement, la mobilité est vectrice d’un ancrage. Cet ancrage serein, sans craindre à toute minute l’arrivée de la police municipale d’arrondissement, est réservé à des vendeurs qui ont su se forger leur légitimité sociale territorialisée. Le réseau de relations établies leur permet, notamment, de tenir tête à une équipe de policiers sans craindre trop de représailles.

Kaya poursuit : Quand j’étais ambulant, je n’avais pas de client régulier. Mais maintenant je n’ai presque que ça.

27En effet, en l’espace de vingt minutes, Kaya salue cinq passants qu’il reconnaît être des clients. Et la dernière fois qu’une équipe de la police municipale d’ar­rondissement lui a intimé l’ordre de partir, il aurait répondu : « Moi, ça fait huit ans que je suis ici. Devant ce garage. Et je resterai là ! »

28Un espace conquis ne doit être abandonné sous aucun prétexte. C’est la raison pour laquelle Dilan, en 16 ans, n’a jamais manqué un seul jour de venir à l’emplacement straté­gique qu’il occupe (à la sortie du funiculaire de Tünel, l’un des principaux accès à l’avenue İstiklal). C’est aussi dans le but de maintenir dans le temps une présence de l’offre commer­ciale au sein d’un espace urbain où la clientèle est acquise, qu’Ahmet remplace son cousin parti au service militaire.

  • 66 À mi-chemin entre Galatasaray et Tophane.

29À la vue de la charrette d’un vendeur de köfte grillées sur brasero dont les pneus dégonflés et la cheminée scellée à une bico­que de parpaings compromet presque irrémé­diablement la mobilité, nous appréhendons l’inexorable processus temporel de sédimen­tation que génèrent les habitudes (photo 32). Ailleurs, dans le quartier de Çukurcuma66, c’est tout juste si on devine encore l’origine de la toiture métallique qui abrite le vendeur de fruits et légumes. Le père de celui-ci avait dis­posé en bord de rue une caravane hors d’usage pour s’en faire un lieu de vente. Lorsque les employés de la voirie ont procédé à des réno­vations, la caravane est demeurée en place mais son essieu a été aux trois quarts enseveli dans le bitume. Comme fossilisée, on doit admettre qu’elle fait indubitablement partie du paysage urbain.

Photo 32 : Un vendeur de simit peu ambulant. Taksim

Photo 32 : Un vendeur de simit peu ambulant. Taksim

J. Meissonnier, juillet 2004

Encart n° 3 « Apprivoiser » l’espace : un exemple
Nous avons vécu à Istanbul de septembre 2002 à août 2005 dans le quartier aisé de Cihangir et depuis cette date dans le quartier populaire de Tarlabaşı. Ces lieux de résiden­ce ont bien évidemment été, pour nous, des postes d’observation privilégiés de la déambulation urbaine des vendeurs de rue. En avril 2004, nous observions sur la place de la mosquée Firuz Ağa le passage d’un nouveau vendeur, proposant oignons, persil ou citrons selon les jours. Cet événement a particuliè­rement retenu notre attention et, bien que celui-ci ait toujours refusé de nous accorder un entretien, nous avons suivi sa stratégie « d’apprivoisement » de l’espace :
28 avril 2004 - 10h30 : Il se sent perdu au carrefour de la mosquée Firuz Ağa. Ses yeux craintifs balayent l’espace de toutes parts. Le temps menace de pleuvoir et il semble être à la recherche d’un abri. Il ne parvient pas à trouver un espace appro­prié pour garer sa charrette. Celle-ci gêne les automobilistes qui klaxonnent. De toute évidence, il connaît mal les recoins et refuges du quartier et assez probable­ment, c’est une des premières fois qu’il exerce cette activité, comme son pimpant tablier bleu, sa salopette rouge vif et sa charrette neuve peuvent le laisser penser. Nous croiserons dans la même journée ce vendeur à trois endroits différents, preuve qu’il n’a pas d’attache territoriale fixe.
15 mai 2004 - 12h : De nouveau sur la place, notre vendeur semble moins hési­tant pour trouver une place. Avec une évi­dente assurance, il a décoré de roses rou­ges sa charrette d’oignons. Cette attention esthétique sera renouvelée chaque jour. On peut interpréter ce geste comme le signe d’une tentative de sortir de l’anonymat, de laisser une trace dans la mémoire de ses clients.
10 juin 2004 - 13h : Cette fois, le vendeur étudié vend des prunes vertes. Il partage un pique-nique avec deux autres vendeurs devant la fontaine aux ablutions de la mos­quée. L’un est vendeur de fromage frais, l’autre de concombres et poivrons. Ils se sont installés et partagent leurs marchandi­ses respectives en guise de repas, debout, en discutant. Il leur a suffi d’acheter du pain et du thé. Cette sociabilité est un signe d’intégration évidente parmi les ven­deurs fréquentant la place plus ou moins occasionnellement. D’autre part, elle ne manque pas de créer sur cette place un effet « marché ». Il y a, semble-t-il, un effet démultiplicateur de leur présence à un même endroit dans la mesure où plusieurs clients passent d’une charrette à l’autre pour acheter la marchandise de chacun.
22 juin 2004 - 21 h : Le vendeur a choisi de s’installer à proximité immédiate d’une pâtisserie de renom, à 50 mètres de la place ; c’est un emplacement laissé libre quelques jours plus tôt par un autre ven­deur. Le nôtre n’a plus rien d’un novice. Il est capable de comprendre les limites spatiales des territoires qu’il est en droit d’occuper ou non.
24 octobre 2005 - 18h : Plus d’un an après, il effectue toujours des tournées et ne s’est pas définitivement sédenta­risé. Toutefois, ses haltes sont clairement définies et moins nombreuses. Son aire de chalandise s’étend sur le kilomètre qui sépare les versants de deux colli­nes (de Tarlabaşı à Tophane en passant par Cihangir ou en passant par Galata) bornés par deux grands boulevards. Il a perdu la pratique de décorer sa charrette. Désormais, il vend des fruits mais cette fois, il ne présente aucune hésitation dans le choix de ses emplacements. Ceux où il fait halte sont ceux où il sait pouvoir trou­ver au moins une personne-ressource.

30Le détournement de « mor­ceaux » de l’espace urbain marque une appro­priation difficilement contestable d’une por­tion de territoire. Comme le montrent Isabelle Berry-Chikhaoui et Agnès Deboulet [2000], tous les citadins façonnent, à leur manière, le paysage urbain (photo 33). À Osmanbey, un vendeur de cigarettes utilise une bâche pour protéger ses marchandises de la pluie. Celle-ci est fixée au mur, entre deux boutiques. Sur la largeur d’un mètre, il s’est créé un petit espace commercial qui lui est propre en scellant son abri au mur.

Photo 33 : Détournement d’un véhicule stationné pour en faire un présentoir. Beşiktaş

Photo 33 : Détournement d’un véhicule stationné pour en faire un présentoir. Beşiktaş

J. Meissonnier, mars 2003

31Il apparaît, en somme, que le processus d’apprivoisement territorial s’effectue en trois temps. Dans un premier temps, le vendeur doit rapidement trouver les personnes-res­sources qui l’introduiront dans un territoire circulatoire. Dans un second temps, ce réseau socio-spatial formé de personnes-ressources représentant des « points de repères » et de voies réputées sécurisées pour être fréquentées par des pairs permet au marchand d’apprivoi­ser l’espace social et de se familiariser avec l’espace physique. Enfin, le fait de parvenir à se faire admettre, à se faire reconnaître, consti­tue une forme d’adoubement. Il confère au marchand de rue la liberté de l’ancrage.

Moi, dit Özgür, je suis un vendeur ambulant qui ne se déplace pas parce que je recherche la qualité. Les gens du quartier me connaissent et me font confiance. Ils savent que j’achète ma viande chez le boucher. Mais ce n’est pas le cas des ambulants. Eux ils achètent leur viande en gros ou en supermarché.

32La relation entre niveau de légitimité et niveau de mobilité n’est pas simplement proportionnelle mais complexe. Le lien étroit entre mobilité et légitimité est compliqué de paramètres « risques », clés de compréhension des logiques spatiales de déplacement ou d’ar­rêt. À ses débuts, un vendeur est en recherche de légitimité par sa mobilité, au risque d’être sérieusement contrarié dans ses projets par la police municipale d’arrondissement. Confirmé dans son rôle de vendeur ambulant, il peut rechercher davantage de sédentarité. Mais cette sédentarisation du commerce ambulant induit un risque, celui de voir les réseaux qui constituent son territoire circulatoire s’étioler. En effet, si la sédentarisation se produit au profit d’une légitimité territoriale ancrée ; elle se fait au détriment de la légitimité qu’il était parvenu à acquérir à l’échelle d’un territoire circulatoire. C’est pourquoi cette option, bien qu’unanimement reconnue comme théorique­ment préférable, n’est pas systématiquement choisie en pratique. Certains maintiennent une légitimité diffuse mais élargie à l’échelle du territoire circulatoire par sécurité.

Encart n° 4 Un lien entre mobilité et légitimité
En Turquie, l’âge et l’ancienneté sont des vecteurs culturels de préséances hautement codifiées. Dans toutes les classes sociales, leur non-respect relève de l’affront et justifie des formes de réprobation sociale. L’anecdote ci- dessous permet de comprendre qu’il existe un lien entre mobilité et légitimité.
À Cihangir, deux vendeurs stationnent côte à côte au croisement de deux rues assez passantes. Le premier est âgé, il vend des fruits et légumes. Le second est plus jeune, en retrait, et propose des lunettes de soleil. Arrive un jeune vendeur proposant exactement les mêmes fruits et légumes que le vendeur âgé. Son attitude est hésitante pendant quelques centièmes de seconde. Pour cause, il sait qu’il entre en concurrence directe avec le vendeur âgé. Le code de préséance réclame que le jeune vendeur s’efface au profit du plus âgé. Mais par chance, il connaît le jeune vendeur de lunettes. D’un pas décidé, le jeune vendeur de fruits et légumes s’en approche, profitant de l’inattention du vendeur âgé pour ne pas croiser son regard. Immédiatement s’entame une discussion entre les deux jeunes vendeurs pour mieux masquer la gêne d’avoir enfreint le code de préséance. Lorsque le vendeur âgé prend connaissance de la présence du jeune vendeur de fruits et légumes, il le fixe pen­dant une dizaine de secondes, d’un air vexé, montrant sa réprobation. Mais celui-ci l’ignore d’autant plus facilement qu’il discute et qu’il lui tourne le dos.
D’un point de vue stratégique, le vendeur âgé a le choix entre,
l’altercation :
c’est un affrontement dans lequel la pré­séance de l’âge lui donne un avantage mais comportant un risque de mise à jour publique de sa présence urbaine, donc de mise en ques­tion de sa légitimité.
la fuite :
partir, c’est jouer le « jeu » du jeune ven­deur de fruits et légumes. Mais faisant mine de ne pas avoir vu, lui non plus, son concurrent, il ne subit qu’un affront mineur (vis-à-vis de ses pairs) et se garantit de ne pas perdre la face publiquement.
Finalement, il choisit la fuite. L’arrêt est le privilège du vainqueur. L’errance est le lot du perdant.

33La présence urbaine des vendeurs (et leurs pratiques de déambulation ou de stationnement qui en résulte) est le résultat de la construction d’une « légitimité sociale » produite dans l’inte­raction sociale quotidienne (encart 4). Toutefois, ce lien entre légitimité et mobilité est compli­qué de facteurs « risques » que représentent par exemple une trop grande exposition de soi à la critique des pairs ou à la vigilance policière.

La présence urbaine des vendeurs ambulants

Le pilier, le livreur, l’attentiste et la girouette ; quatre figures idéal-typiques67

  • 67 Cette partie est partiellement tirée d'une précédente publication : Meissonnier Joël, (à paraître), (...)

34C’est parce qu’il se sait légitime que Deniz peut dire :

Bien sûr, d’autres vendeurs de sandwichs peuvent passer par ici. Rien ne les en empêche. Mais moi, tout le monde me connaît ici. Alors c’est à moi qu’on vient acheter des sandwichs !

35En asseyant notre analyse socio-anthropologi­que des pratiques commerciales ambulantes sur les notions de mobilité et de légitimité sociale à la fois, il nous semble possible de comprendre le rapport que le commerçant entretient avec l’espace urbain d’une part, avec ses usagers d’autre part.

36Lorsque le degré de légitimité est :

  • maximal ; il permet d’« apprivoiser » sym­boliquement un espace,

  • minimal ; il suffit juste à traverser le terri­toire d’autrui sans s’arrêter.

37Lorsque le degré de mobilité est :

  • maximal ; le marchand va vers le client,

  • minimal ; le client vient au marchand.

  • 68 Selon Max Weber [1917], l'idéal-type est un tableau de pensée, il n'est pas la réalité historique n (...)

38Nous utilisons le modèle wéberien de l’idéal-type68 pour présenter les résultats d’une modélisation synthétique. Les vendeurs ambu­lants peuvent se répartir sur deux axes croisés et discriminants : l’un faisant état de leurs degrés de mobilité et l’autre faisant état de leurs degrés de légitimité sociale. L’axe hori­zontal oppose les vendeurs qui se déplacent fréquemment à ceux qui se déplacent rare­ment. L’axe vertical oppose ceux qui disposent d’une reconnaissance sociale les rendant légi­times dans l’espace urbain qu’ils occupent à ceux qui ne sont pas parvenus à se forger cette légitimité. Les axes délimitent l’espace de la modélisation sur lesquels sont positionnées quatre figures idéal-typiques, fruits de nos inductions (schéma 2).

Schéma n° 2 - Les figures idéal-typiques.

Schéma n° 2 - Les figures idéal-typiques.

39Le pilier ne se déplace guère ; pour aller à « son » emplacement le matin et regagner le lieu où il abrite sa charrette le soir. De par son expérience généralement longue, il parvient à fidéliser une clientèle dans un territoire res­treint qu’il fait sien. Disposant de plusieurs personnes-ressources en un lieu donné, il tire parti d’une place stratégique, de préférence aux croisements des flux piétons.

  • 69 Kimsenin ekmeğiyle oynamak istemiyorum!

Davut dit : Personne ne peut venir se mettre à ma place. Bien sûr, je n’ai pas de titre de propriété, mais quand même, c’est moi qui ai l’autorité. C’est un neveu qui avant moi venait à cet emplacement. Par exemple, le « plastifieur » de documents qui est passé tout à l’heu­re ; si je veux, je peux lui interdire de se mettre à côté de ma charrette. Mais je ne veux pas jouer avec le pain des autres69.

40Hakan, encore jeune dans le métier, a parfaitement intériorisé la préséance que détiennent les piliers. Il dit :

Je ne vais pas à Kuledibi (Galata), parce qu’il y a d’autres vendeurs là-bas.

41Le pilier a conscience que sa légitimité acquise localement est peu contestable. Elle lui permet d’exercer son activité commerciale « au grand jour », sans craindre avec trop d’an­xiété le passage des agents de la municipalité.

Erol dit : Pour être tranquille, c’est pas compli­qué. Il faut aller à la mairie. Tu te présentes et tu fais des rencontres. Ensuite, on t’explique que ce serait bien plus facile d’exercer ton métier si tu versais 60 millions (35 €) sur un numéro de compte. En contrepartie, on te donne un papier qu’il te suffit de montrer en cas de contrôle.

42Nous pensons qu’il a obtenu une licence commerciale :

Non ! répond Erol, c’est du bakchich puisque c’est le numéro d’un compte personnel.

43Parfois, le pilier accorde des facilités de paiement à ses clients (crédits) sans craindre de ne pas être remboursé. C’est un bon indi­cateur montrant que sa place dans l’espace urbain est incontestée.

44Le livreur sillonne la ville. Il tire sa légi­timité de la régularité de ses tournées en se donnant une « identité » visuelle et/ou sonore originale. Les marchands les plus mobiles sont souvent les plus présents dans l’environnement sonore. Ils disposent d’un cri distinctif, rigou­reusement identique d’un jour sur l’autre, d’une corne inimitable ou d’un véhicule ne passant pas inaperçu tel que l’attelage d’une charrette à un cheval. Ces particularités lui garantissent de laisser un souvenir dans la mémoire des habi­tants de quartiers résidentiels à l’écart des flux principaux. À son approche, ceux-ci sortent de leurs immeubles ou souvent, demandent le prix des marchandises en criant par la fenêtre. Un panier suspendu à une corde permettra parfois au client de hisser la marchandise jusque chez lui. Le marchand ambulant met au point ses tournées de manière stratégique. Il tire un béné­fice des lieux peu accessibles (rues en pente) et peu passantes pour se créer des opportunités commerciales aux moments de la journée ou de la semaine les plus propices.

Je fais toujours le même trajet, dit Ali.

Certains clients me connaissent et m’attendent, dit Hamdi, surtout le matin. Alors j’essaye d’être tous les jours à la même heure au même endroit.

45Hakan adapte d’un jour sur l’autre son circuit :

[il] change en fonction des jours de marché. Ce n’est pas la peine d’aller vendre dans les quartiers un jour de marché.

46Mais Kenan, parce que les chapelets qu’il commer­cialise ne constituent une concurrence pour personne, a intérêt à traverser les marchés qui se trouvent sur son chemin.

Souvent, je modi­fie mon itinéraire selon les jours de marché. J’essaye toujours au moins d’y passer.

47Un vendeur de maïs bouilli saupoudré de sel marche à vive allure en criant. En passant, il salue sans s’arrêter un vendeur plus statique que lui et deux commerçants patentés sédentai­res. En ce lieu, sa légitimité sociale ne semble pas en doute et pourtant, son pas demeure pressé. Il semble avoir un trajet en tête et un certain nombre de clients à satisfaire. À l’ap­proche de la vitrine d’un photographe, le ven­deur de maïs ralentit enfin. Le photographe sort de sa boutique et se dirige vers le vendeur de maïs qui le salue et s’arrête. Il le sert. Le pho­tographe aperçoit la fille du quincaillier à qui il offre un maïs, puis le quincaillier lui-même à qui il en offre également un. Le vendeur et le photographe passent une dizaine de minutes à discuter ensemble. Puis le photographe va chercher 3 YTL qu’il donne au vendeur de maïs. Celui-ci repart aussi rapidement qu’il est arrivé, ne semblant pas du tout se soucier du simple passant (à moins que l’un d’eux ne l’interpelle) mais bien plus des habitants du quartier (résidents, commerçants ambulants sédentaires, boutiquiers.), gens connus ou reconnus, de la part de qui il attend a priori d’être sollicité. Son activité commerciale relève de l’idéal type du « livreur ».

  • 70 L'augmentation du nombre de chalands et du nombre de passages afférent est appréciable pour l'étran (...)

48L’attentiste est la figure d’un marchand peu mobile et peu légitime. Souvent victime de répressions l’attentiste est en recherche « d’in­visibilité ». Sa stratégie consiste à tirer profit d’un flux piéton intense et de l’hospitalité para­doxale des lieux sans hôtes70 [Bordreuil, 2000]. Il s’installe à la sortie d’une bouche de métro, dans une rue piétonne commerciale très pas­sante ou à l’entrée d’un pôle d’échange mufti-modal (gare routière ou ferroviaire). Il commer­cialise quelques menus articles susceptibles de provoquer un achat impulsif. S’il en a, son véhicule est très maniable et son stand portatif peut être replié et replacé sur son épaule en un temps record. Cette capacité à « disparaître » dans le flux fait de l’attentiste l’archétype du vendeur « à la sauvette ». Sa capacité à ne pas se faire remarquer lui garantit sa survie dans des lieux extrêmement sujets aux contrôles de la police municipale d’arrondissement. Pour l’attentiste, anonymat et fuite garantissent sa survie dans ces lieux. La force des attentistes réside souvent dans leur capacité à stationner en nombre au même endroit. Si l’un est « sacri­fié », les chances des autres d’échapper aux agents de la municipalité sont plus grandes.

Quand on vient faire un problème à l’un d’entre nous, comme on est ensemble, on peut se soutenir et se défendre, dit Hakan.

49Les expressions employées par les vendeurs sont particulièrement imagées. Elles illustrent la condition à laquelle est réduite l’attentiste.

Vivre, de toute façon, c’est résister.

50Ou encore :

  • 71 Yaşamak direnmektir; ekmek arslanın ağzında.

Le pain est dans la gueule du lion71.

  • 72 On doit la notion de « lieu faible » à J. Levy [2000] venant nuancer celle de « non lieu » proposée (...)

51L’attentiste n’est vraiment à son aise que dans des lieux que personne ne « tient » ni ne revendique ; les « lieux faibles72 » que sont les terre-pleins centraux de boulevards ou d’autoroutes à l’heure des embouteillages par exemple. Ces lieux de forte chalandise se prêtent à une vente aux automobilistes : bouquet de roses ou gad­gets électroniques hétéroclites à brancher sur l’allume-cigare de voiture.

52La girouette se déplace en tous sens, sans suivre une logique claire. D’un point de vue spatial, l’itinéraire n’est jamais le même. D’un point de vue temporel, l’alternance des déplacements et des stationnements n’a aucune régularité. Certaines girouettes cherchent leurs marques dans l’espace urbain. Procédant par essai-erreur, elles tentent de construire une légitimité qu’elles n’ont pas encore. Mais plu­sieurs ne cherchent plus à acquérir cette légi­timité. Elles se résignent à ne pas en avoir et font de leurs déplacements une chasse quoti­dienne. À l’affût d’emplacements ou de quartiers accueillants, la girouette se déplace un jour dans un quartier, un jour dans un autre. Peut-être trouvera-t-elle à terme des person­nes-ressources qui l’inviteront à routiniser ses déplacements. Mais pour l’heure, elle tourne librement. Si la labilité de certains commer­çants tient d’une mobilité efficace, stratégi­que ou produisant du changement, celle de la girouette tient de l’errance, c’est-à-dire du déplacement dans « l’ailleurs et plus tard » faute de client dans l’« ici et maintenant » [Lautier, 2000].

53Mehmet s’est arrêté dans une rue piétonne de Kasımpaşa parce qu’il y avait de la place. Il vend des fruits secs.

Il dit : Mes clients ne sont pas des habitués. Ce sont seulement des gens qui veulent un coupe-faim. Ils passent à côté de la charrette et ça leur donne envie de grignoter. Moi, si je repère un quartier où je vends bien, j’y reviens. Si dans un quartier je ne vends pas, je repars. Je ne passe jamais dans les petites rues, les clients ne sont pas dans les maisons. Je vais dans les avenues où il y a des gens qui passent.

54Mais est-ce qu’il vaut mieux marcher ou rester sur place ?... on ne peut jamais savoir ! Cem a son avis sur la question :

Si personne n’achète rien pendant 10 minutes, alors on s’en va.

55Si les profils idéal-typiques sont évidem­ment des abstractions, ils correspondent à des comportements observés ponctuellement mais réellement. Les acteurs du commerce ambu­lant stambouliote se rapprochent généralement davantage de l’un ou de l’autre de ces profils. Ces profils mettent en évidence une correspon­dance entre la forme du lieu urbain fréquenté et le type de lien social requis (schéma 3).

Schéma n° 3 - Quatre profils idéal-typiques.

Schéma n° 3 - Quatre profils idéal-typiques.

56La teneur des échanges sociaux est distinc­te d’un profil idéal-typique à l’autre. Le pilier affectionne les échanges verbaux et les échan­ges de services entretenus et systématisés avec les clients. Il accorde un crédit d’un jour sur l’autre à un « bon client » au même titre qu’un vendeur patenté. Souvent d’ailleurs, il se place sur un pied d’égalité avec les commerçants du voisinage. Ils peuvent mutuellement compter les uns sur les autres pour « faire » de la mon­naie par exemple. Le pilier participe à part entière à un territoire.

57Le livreur dispose également d’une légiti­mité sociale suffisante pour ne pas avoir à fuir l’échange verbal. Toutefois, la relation sociale se centre sur le client. Le lien est « routinisé » et a une fonction de « scanseur » du temps quotidien. La qualité de l’échange avec ses clients dissimule l’ambivalence de sa relation avec les boutiquiers patentés. Si certains lui accordent une forme de protection dont il a besoin pour s’immobiliser quelques minutes devant le pas de porte, nombreux sont ceux qui entretiennent sa stigmatisation sociale. Le territoire auquel participe le livreur est mal saisissable donc incertain, c’est un territoire fluide ou circulatoire.

58Restant ouverte aux opportunités et à la multiplicité des rencontres d’un quartier à l’autre, la girouette ne présume pas du type de lien social qu’elle participe à créer. Entre condescendance et pitié, la girouette s’adapte à toutes les configurations d’échanges sociaux qu’on l’invite à entretenir car, se sentant vulnérable, elle tente de « jouer le rôle » qu’on attend d’elle. Elle donne le change dans l’échange verbal que le client suscite, elle accorde un rabais au client qui s’estime lésé et elle se garde de commenter une réflexion désobligeante de sa part. La girouette se met à l’épreuve des territoires.

59Quant à l’attentiste, souvent victime de stigmatisation et de répression, il est en quête d’une relation sociale « de transit ». Il sou­haite ne pas avoir à se dévoiler ou à mettre en danger sa face (Goffman, 1974). Pour ce faire, il minimise l’échange verbal. La plupart des ventes se font sans autre interaction que gestuelle : un paquet de mouchoir donné en échange d’une pièce tendue. Pour l’attentiste il est même délicat de soutenir le regard du client. Il privilégie l’anonymat auquel coo­pèrent les clients-passants lors de la micro­interaction sociale en un lieu « sans hôtes », qui, paradoxalement, lui apparaît hospitalier. L’attentiste fuit les territoires que d’autres se sont trop clairement appropriés.

D’un idéal type à l’autre..

60Nous parvenons à identifier clairement deux mobilités « sociales » au sein de notre espace modélisé. Une trajectoire ascendante caracté­rise des vendeurs qui quittent l’idéal-type de la girouette pour rejoindre celui du pilier en jouant, un temps, le rôle du livreur. Une trajec­toire descendante caractérise des vendeurs qui quittent également l’idéal-type de la girouette pour rejoindre celui de l’attentiste.

Trajectoire ascendante

61Bayram est bouquiniste. Bien habillé, assis au soleil à côté de sa charrette, il téléphone à l’aide d’un des modèles les plus récents et sophistiqués de téléphone portable. Les quelques livres négligemment disposés sur sa charrette contrastent avec le niveau de vie que son apparence laisse deviner. Lorsque nous lui adressons la parole, il nous invite à le suivre quelques mètres plus loin dans une ruelle beaucoup moins passante que l’artère commerciale principale où il laisse sa char­rette. Là, Bayram nous fait entrer dans un local minuscule de 4 m2 : sa librairie de livres d’occasion. La littérature est principalement destinée à une clientèle estudiantine en quête de manuels d’occasion, mais pas exclusive­ment : une cliente âgée, une habituée nous dit Bayram, entre dans la boutique au même moment que nous.

62Arrivé à Istanbul à l’âge de 14 ans, Bayram a interrompu sa scolarité en collège (ortaokul) pour apprendre le métier de confiseur qu’il pratiquait chez un oncle.

J’ai été commis pen­dant cinq ans et vendeur pendant cinq ans. Mais c’était trop ennuyeux, dit-il. Je travaillais le soir. J’ai laissé le job à un cousin [de Niğde]. Je m’ennuyais et aussi, je voulais être libre.

63Étant placés en situation d’exploitation et de forte dépendance, le métier de vendeur de rue peut représenter une perspective attrac­tive pour de jeunes gens loin de chez eux :

L’avantage d’être ambulant, c’est qu’il n’y a pas d’impôt, pas d’horaire fixe et pas de patron. On maîtrise son travail.

64Fort de ce pro­jet, Bayram sollicite ses réseaux pour monter une affaire.

65Il achète une charrette avec laquelle il part récupérer des manuels scolaires pour les revendre. Au bout d’un an, il parvient à ouvrir une petite boutique :

C’est un seul pas-de-porte qu’on a divisé en deux avec un ami. Lui vend des meubles et de l’électroménager d’occasion. En fait, avant, on s’intéressait tous les deux aux meubles ou à l’électroménager. Mais on avait besoin de revenus complémen­taires, alors on a divisé la boutique en deux et j’ai commencé à faire des livres. Les livres, c’est plus facile.

66Le pas-de-porte est loué à une association sans but lucratif, ce qui permet de le payer moins cher. L’aide est indispensable pour sortir du commerce de rue :

Pour ouvrir une boutique, il faut mettre au moins cinq ou six milliards sur la table [d’anciennes livres turques soit 2 à 3000 €].

67Les « amis » sur les­quels il a pu compter sont en fait des membres de sa famille élargie. Outre son associé, l’un est antiquaire, l’autre agent immobilier, tous sont installés dans la même rue à Beşiktaş.

68La mobilité de Bayram n’a pas totalement disparue avec son entrée dans le commerce sédentaire mais elle est devenue moins indis­pensable :

Tous les jours, je me balade dans Beşiktaş avec ma charrette le matin. En été il y a moins de clients. Les étudiants partent en vacances. Alors je me balade davantage. En hiver, je n’ai plus besoin de me balader. Je me déplace seulement le matin pendant 2 à 3 heures. En fait, si je me déplace, c’est pour récupérer des livres chez les particuliers et pour en vendre quelques-uns mais surtout, c’est pour distribuer ma carte de visite aux gens qui s’intéressent aux livres et leur dire de venir à la boutique, il y a plus de choix.

69Aujourd’hui, Bayram est l’illustration archétypale d’un vendeur de rue s’étant construit un capital économique grâce à la fiabilité de son capital social. Il peut fièrement poser devant sa boutique lorsqu’on le prend en photo ; il peut se permettre de venir tous les jours en voiture et il peut espérer un avenir ambitieux :

j’aimerais bien ouvrir un café. Ou j’aimerais être antiquaire, comme mon ami en face [il montre une boutique un peu plus haut dans la rue]. Les meubles, c’est mieux encore : on s’y connaît tous dans la famille. Moi, je « com­prends » les meubles.

70Le projet d’un retour dans sa région d’origine semble totalement enterré :

J’aime Istanbul. Je préfère à Niğde. Je n’ai pas envie de rentrer.

71Bayram est donc sur le point de sortir de l’espace de notre modélisation « par le haut ». S’il a été un temps « girouette », Bayram est rapidement devenu « livreur » sur un territoire limité :

Je circule entre Beşiktaş et Ortaköy parce qu’en dehors, on pourrait me faire des problèmes.

Photo 34 : Quand la charrette se mute en une boutique... Tarlabaşı

Photo 34 : Quand la charrette se mute en une boutique... Tarlabaşı

Meilo, déc. 2004

72Sa boutique n’ayant pas encore de statut formel et sa charrette étant de plus en plus souvent immobile, il peut être assimilé à un « pilier » (photo 34). Dans un avenir pro­che, on peut s’attendre à ce qu’il quitte com­plètement le commerce ambulant pour vivre ses rêves (schéma 4).

Schéma n° 4 - Mobilité sociale ascendante.

Schéma n° 4 - Mobilité sociale ascendante.

Photo 35 : Vendeur de glaces (avec une imitation de charrette officielle). Karaköy

Photo 35 : Vendeur de glaces (avec une imitation de charrette officielle). Karaköy

J. Meissonnier, juin 2006

73Aksel paraît également accéder à une issue « par le haut » du système de vente informel. La famille détient un petit restaurant dont la mère est gérante. Les trois frères et le père d’Aksel sont glaciers ambulants en été et aident la mère l’hiver. Leur activité est située à mi-chemin entre l’économie « formelle » et l’économie « informelle ». Désormais, la vente ambulante permet seulement d’arrondir les fins de mois d’été. Leur expérience montre qu’ils ont su comprendre et utiliser à leur profit les règles du jeu. Leurs cinq charrettes flambant neuves, toutes identiques, sont de couleur rouge et portent en lettres dorées la mention Glacier Yıldız, comme si la glace provenait d’un glacier patenté (photo 35). La forme et la qualité de la charrette ressemble à s’y méprendre à celles fournies par la munici­palité d’arrondissement et acquises fort cher. En réalité, Yıldız n’est que le nom de famille d’Aksel ; la police municipale d’arrondisse­ment n’en est pas dupe. Pourtant, les agents se laissent vraisemblablement impressionner par cette organisation quasi-microentrepreneuriale puisque, d’après Aksel, les contrôles se soldent généralement par de simples aver­tissements.

Si les policiers me demandent de partir, je change de place, c’est tout.

Trajectoire descendante

Schéma n° 5 - Mobilité sociale descendante.

Schéma n° 5 - Mobilité sociale descendante.

74Nous n’avons pas à proprement parlé observé de trajectoire descendante. Il est fort délicat d’entrer en contact avec des vendeurs qui relèvent de l’idéal-type de l’« attentiste ». Ceci tient en grande partie au fait qu’un vendeur acceptant de nous adresser la parole dispose nécessairement d’une confiance minimale en lui-même. Or l’attentiste est en voie de marginalisation totale, en voie d’exclusion sociale, nécessairement en perte de confiance. C’est donc sur la foi de nos observations que nous induisons l’existence d’une forme de mobilité sociale descendante (schéma 5). Elle est le fait de « girouettes » n’étant pas parvenues à se faire une place ni dans l’espace urbain ni dans l’espace social. Cet échec se traduit par une mobilité vaine d’abord, puis par une immo­bilité « d’attentiste » qu’un défaitisme permet d’expliquer.

75Il ne cesse de scruter l’horizon de la rue à Kurtuluş de peur de voir arriver la police municipale d’arrondissement. À la moindre alerte, Alp est prêt à prendre la fuite. Traumatisé par plusieurs interpellations lorsqu’il déambulait telle une girouette, il a acquis la conviction qu’il n’y avait plus que dans cette rue qu’il pouvait espérer un salut. Il ne propose que cinq tee-shirts de contrefaçon à vendre, posés sur un morceau de carton usagé. Alp se rapproche d’une certaine façon de ce parcours descen­dant.

À Sivas, j’étais libraire, dit-il. Mais j’ai fait faillite et j’ai dû partir à Istanbul. Chaque jour, je dois ramener au moins 50 millions pour qu’on vive tous, qu’on paye les dettes et les factures. Mais je n’y arrive pas. Lorsque nous lui demandons s’il envoie de l’argent aux siens restés à Sivas, il répond, au bord des larmes : Mais comment pourrais-je faire cela ? J’ai déjà trois milliards de dettes chez mes fournisseurs [d’anciennes livres, soit 1600 €]. Bientôt on ne va plus vouloir me faire crédit... je ne sais pas ce qu’on va devenir.

Notes

62 http://www.konya-bld.gov.tr/detail.php?id=984 – (nov. 2005).

63 Bildiğiniz yol en kısasıdır.

64 Le marché américain est situé à proximité des quais du terminal maritime de Karaköy. Il est réputé pour les échanges peu licites qui s'y produisent (drogues, contrefaçons). Il s'agit d'un environnement fort différent du « quartier de riches » qu'İrfan aspire à sillonner.

65 Un territoire est une construction consubstantielle de la formation puis de la visibilité sociale d'un groupe ou d'une communauté ou de tout autre collectif dont les membres peuvent employer un 'nous' identifiant. Le territoire est mémoire, il est le marquage spatial de la conscience d'être ensemble et de partager une condition commune. Mais comme l'induit Alain Tarrius par l'usage de la notion de territoire circulatoire, cet ancrage spa­tial n'est pas fondamental. L'identité du groupe peut s'inscrire dans le flux, le passage, la circulation. On s'en aperçoit lorsqu'on envisage la ville non pas comme lieu des sédentarités mais comme carrefour des mobilités.

66 À mi-chemin entre Galatasaray et Tophane.

67 Cette partie est partiellement tirée d'une précédente publication : Meissonnier Joël, (à paraître), « Territoires commerciaux des vendeurs ambulants à Istanbul : entre détention d'une portion d'espace urbain et circulation d'une forme spatiale à l'autre... quel équilibre pour quelle relation à autrui ? », in Espaces et sociétés, Paris, Érès, n° 127.

68 Selon Max Weber [1917], l'idéal-type est un tableau de pensée, il n'est pas la réalité historique ni surtout la réalité authentique. Il n'a d'autre ambition que d'être un concept limite, purement idéal, auquel on mesure la réalité pour clarifier le contenu empirique de certains de ses éléments importants, et avec lequel on la compare. Le modèle idéal-typique est un moyen de rendre intelligible et de clarifier la diversité des données empiriques que nous avons recueillies. On obtient un idéal-type, dit Weber, en accentuant unilatéralement un ou plusieurs points de vue et en enchaînant une multitude de phénomènes donnés isolément, diffus et discrets, que l'on trouve tantôt en grand nombre, tantôt en petit nombre et par endroits pas du tout, qu'on ordonne selon les précédents points de vue choisis unilatéralement, pour former un tableau de pensée homogène. On ne trouvera nulle part empiriquement un pareil tableau dans sa pureté conceptuelle : il est une utopie.

69 Kimsenin ekmeğiyle oynamak istemiyorum!

70 L'augmentation du nombre de chalands et du nombre de passages afférent est appréciable pour l'étranger. Le flux se renouvelant et personne ne « tenant » le lieu, ils dispensent de se soucier de la manière dont on peut être accueilli. On peut parler d'une hospitalité paradoxale des lieux sans hôtes

71 Yaşamak direnmektir; ekmek arslanın ağzında.

72 On doit la notion de « lieu faible » à J. Levy [2000] venant nuancer celle de « non lieu » proposée par M. Augé [1992].

Table des illustrations

Titre Photo 30 : Animateur de manège pour enfant. Fatih
Crédits Meilo, juillet 2006
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/707/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Photo 31 : Vendeur de fruits et légumes frais. Cihangir
Crédits J. Meissonnier, déc. 2004
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/707/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre Photo 32 : Un vendeur de simit peu ambulant. Taksim
Crédits J. Meissonnier, juillet 2004
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/707/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Photo 33 : Détournement d’un véhicule stationné pour en faire un présentoir. Beşiktaş
Crédits J. Meissonnier, mars 2003
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/707/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre Schéma n° 2 - Les figures idéal-typiques.
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/707/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Titre Schéma n° 3 - Quatre profils idéal-typiques.
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/707/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre Photo 34 : Quand la charrette se mute en une boutique... Tarlabaşı
Crédits Meilo, déc. 2004
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/707/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Titre Schéma n° 4 - Mobilité sociale ascendante.
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/707/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Titre Photo 35 : Vendeur de glaces (avec une imitation de charrette officielle). Karaköy
Crédits J. Meissonnier, juin 2006
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/707/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Schéma n° 5 - Mobilité sociale descendante.
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/707/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 17k

© Institut français d’études anatoliennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Acheter