Version classiqueVersion mobile

Marchands de rue à Istanbul

 | 
Joël Meissonnier

Deuxième partie - Trajectoires de vies

Texte intégral

Profils socio-démographiques

1Il est évidemment très délicat de fournir une estimation réaliste du nombre de vendeurs ambulants à Istanbul. Une étude de la chambre de commerce d’Istanbul se risquait à l’estimer à 500 000 en 2002 (Radikal, 01-04-2002). Des sources journalistiques plus récentes esti­maient, de leur côté, à trois millions le nom­bre de vendeurs non enregistrés en Turquie (Birgün, 25-07-2004). Les sources officielles, quant à elles, considèrent que le secteur infor­mel emploie 12,9 % de la population active. [Akgeyik et alii, 2004]

  • 51 Nalan Türkeli vivant dans une maison de fortune (gecekondu) a fait mille métiers de rue pour nourri (...)
  • 52 Abu Ayyub, mort à Constantinople entre 670 et 672 lors de la première attaque arabe de la ville, ét (...)

2Revendiquant sa laïcité, la Turquie est un pays où la discrimination sexuelle n’est pas cautionnée par le code civil. Pourtant, la discrimination sexuelle normative est très présente. Contrairement à ce qu’on observe sur les trottoirs des villes amazoniennes de Belèm, Cayenne ou Saint-Laurent-du-Maroni où se croisent principalement des vendeuses de rue [Reginensi, 2005], ce sont des hommes qui sont en charge de la distribution sur le marché informel à Istanbul. En Turquie, la présence de femmes reste très anecdotique, tout particuliè­rement parmi les vendeurs de rue ambulants. Tous vendeurs de rue confondus, les femmes ne représenteraient, au plus, qu’1,7 % de la population (Birgün, 25-07-2004). Comme le montre le témoignage de Nalan Türkeli51, être une femme est une difficulté supplémentaire pour faire sa place parmi les vendeurs de rue. Toutefois, si l’on en croit certains témoignages, cette sous-représentation de la gent féminine n’est pas faite pour la desservir. Sur la place de la mosquée d’Eyüp, célèbre lieu de pèle­rinage musulman sur le tombeau attribué à Abu Ayyub52, les quelques femmes vendraient mieux que les hommes (Kentim, du 09 au 16­09-2004). Dans le parc de Maçka, à proximité immédiate des « beaux quartiers » de Teşvikiye, la vente de boulettes de viande grillées (köfte) est exclusivement assurée par des femmes que l’on suppose plus respectueuses de l’hygiène alimentaire. La vente de graines permettant au chaland de nourrir les pigeons aux plus grands carrefours touristiques est également une acti­vité féminine (photo 26).

Photo 26 : Vendeuse de graines pour pigeons. Eminönü

Photo 26 : Vendeuse de graines pour pigeons. Eminönü

Meilo, juillet 2006

3La répartition des rôles masculins et fémi­nins dans le cadre familial est souvent rigide. Elle engendre un enfermement relatif de la femme dans le milieu domestique :

Chez nous, dit Gökhan, on ne fait pas travailler les femmes. C’est honteux. Il faut vraiment une raison grave pour qu’une femme ait à faire des ménages.

4Si la présence urbaine des femmes se fait discrète, elles remplissent toutefois, dans l’ombre, un rôle indispensable pour plusieurs catégories vendeurs.

5Un vendeur de sahlep (boisson d’hiver à base de racine d’orchidée) parcourant les quartiers de Tünel, Galata et Şişhane se fait seconder par une femme qui lui prépare cette boisson chaude et la lui livre au rendez-vous qu’il lui fixe à l’aide de son téléphone portable (photo 27).

Photo 27 : Vendeur de sahlep. Tarlabaşı

Photo 27 : Vendeur de sahlep. Tarlabaşı

J. Meissonnier, mars 2005

C’est ma femme qui fait les brio­ches (poğaça) le matin, avant que je parte, dit aussi Devrim, elle se lève très tôt et fait tout à la main.

6À notre grande surprise, c’est aussi une femme que nous avons vu aider un vendeur à pousser sa lourde charrette dans les pentes de Tarlabaşı. Elle le laisse continuer seul au- delà du boulevard qui borne le quartier. Entre l’espace domestique et le boulevard au-delà duquel commence l’espace totalement public, existerait un espace intermédiaire mi-public, mi-privé, celui du quartier (lieu de l’entre soi caractérisé par une forte interconnaissance des résidents) où parfois, furtivement, le rôle des femmes devient visible. Le couple de marchands croisé dans la rue İstiklal vendant des sandwichs, ensemble, l’un servant, l’autre encaissant, fait figure d’exception.

7La vente ambulante se pratique sans dis­tinction d’âge. Elle peut constituer une activité adéquate pour les aînés, parce moins fatigante que d’autres. Toutefois, à première lecture des chiffres dont nous disposons, l’essentiel des marchands de rue paraissent jeunes. Ils appartiendraient à 43 % à la tranche d’âge 25-34 ans (Birgün, 25-07-2004). Mais, pour une interpréta­tion correcte, cette apparente jeunesse doit être rapportée à la pyramide des âges en Turquie. Sa base, singulièrement élargie, vient relativiser notre première lecture des chiffres et nuancer l’affirmation selon laquelle les vendeurs ambu­lants seraient « particulièrement » jeunes.

8Pour que son revenu journalier atteigne entre 20 et 40 millions de livres turques (de 2002, soit entre 13 et 27 €), le vendeur ambu­lant doit parvenir à réaliser un chiffre d’affaire 5 à 10 fois supérieur (Radikal, 01-04-2002). Il serait compris entre 100 et 500 millions de livres par jour (entre 65 et 330 €) si l’on en croit des déclarations recueillies en 2004 (Birgün, 25-07-2004). Bien que ces ordres de grandeur construits sur des moyennes parais­sent réalistes, les chiffres doivent être retenus avec circonspection. Les sommes déclarées par les vendeurs paraissent souvent arbitraires si l’on en juge par les chiffres que nous avons nous-mêmes recueillis. Elles sont fréquem­ment surestimées par fierté ou sous-estimées pour susciter une compassion.

La migration comme toile de fond

9En 1950, les ruraux étaient appelés à s’as­similer à l’intérieur de la société urbaine et moderne. La ville était le lieu approprié pour qu’une élite bureaucratique entreprenne le projet kémaliste de transformation de la société ’archaïque’ en une société de type occidental par ses valeurs et son mode de vie. Exode rural il y a eu, mais les migrants ont souvent recréé des communautés expatriées. Ce sont autant d’annexes de bourgs anatoliens, dont les modes de vie témoignent d’une certaine accul­turation au milieu urbain, mais laisse encore une large place aux modes de vie, de consom­mation, et de commerce caractéristiques des régions rurales [Erman, 1998]. Les zones d’ha­bitat autoconstruit (gecekondu) d’Istanbul, où nombre d’entre eux vivent, sont la plus belle illustration de ce syncrétisme culturel, de ce compromis entre ruralité et urbanité. Çà et là, des maisons basses, souvent encloses par de petits jardins permettant une modeste culture vivrière, tentent de résister aux pressions fon­cières et municipales au cœur d’Istanbul.

10Souvent venus d’Anatolie, plusieurs mar­chands de rues que l’on croise à Istanbul ont vécu l’épreuve de l’exode rural, mais rares sont ceux qui ont expérimenté la migration transnationale. Toutefois, le contraste culturel entre leurs régions d’origine et la mégalopole urbaine est si saisissant que le migrant, soudainement jeté sur les trottoirs stambouliotes, est autant désorienté - sinon déstabilisé - que pourrait l’être un migrant vers l’Europe. Ce contraste est d’autant plus fort que les marchands provien­nent principalement de régions kurdophones. Malatya est sans doute la ville qui a le plus contribuée à l’afflux de migrants vers Eminönü (encart 2). La présence à Tahtakale de grossis­tes en fruits secs dont les personnes originaires de Malatya font souvent le commerce n’y est sans doute pas étrangère. Mais d’autres régions est-anatoliennes sont également pourvoyeuses de main d’œuvre : Adana, Adıyaman, Ağrı ou Diyarbakır (Radikal, 28-07-2004).

11Le degré de dégradation de la situation économique des régions rurales est à l’ori­gine d’une propension à la mobilité de tra­vail saisonnière des hommes [Pérouse, 2002]. Toutefois, on ne saurait affirmer que l’origine des marchands est exclusivement paysanne. Au cours des trente dernières années, le pro­fil socio-démographique des marchands de rue a significativement changé, à l’image de l’évolution du profil moyen du migrant vers Istanbul qui est de plus en plus un urbain. Une étude du bureau municipal de planifica­tion urbaine rapporte qu’en 1977, 78 % des vendeurs étaient paysans à l’origine, mais qu’aujourd’hui, ils ne seraient plus que 41 % (Radikal, 21-08-2002). La migration liminaire des vendeurs ambulants peut, de moins en moins, être rapprochée du modèle classique de l’exode rural des campagnes vers les villes (Radikal, 28-07-2004). Désormais, elle entre plus vraisemblablement dans un modèle de migrations interurbaines.

Hemşehrilik : des liens créés par une origine commune

Encart n° 2 Préfectures des départements les plus souvent cités comme lieu de naissance par les vendeurs de rue exerçant dans la municipalité d’arrondissement d’Eminönü en 2001 (d’après Akgeylik et alii, 2004)

— De 15 à 20 % - Malatya

Gaziantep, Hatay, Kahramanmaraş, Kocaeli, Sakarya, Tekirdağ, Siirt

— De 5 à 10 % - İstanbul, Kayseri, Adıyaman

— Moins de 1 % - Bingöl, Bitlis, Çankırı, Edirne, Erzincan, Eskişehir, Giresun, Gümüşhane, Isparta, Kastamonu, Niğde, Ordu, Van, Ardahan, Iğdır, Osmaniye

— De 3 à 5 % - Sivas, Tokat, Adana, Kars, Konya, Trabzon, Tunceli

— De 2 à 3 % - Ağrı, Diyarbakır, Samsun, Şanlıurfa

— De 1 à 2 % - Aksaray, Ankara, Erzurum, Mardin, Sinop, Antalya, Çorum, Elazığ,

Photo 28 : Un vendeur d’objets récupérés devant une mosquée. Karaköy

Photo 28 : Un vendeur d’objets récupérés devant une mosquée. Karaköy

J. Meissonnier, mai 2004

  • 53 Faute d’équivalent en français, nous conservons le terme turc.

12La poursuite de ce flux et reflux de migrants est permise par des réseaux de solidarité familiaux mais aussi régionaux. Alors que Can est vendeur d’« antiquités » (photo 28), son frère et son père sont ses récupérateurs attitrés (eskici). Il les croise parfois, au détour d’un ter­ritoire qu’ensemble, ils se sont appropriés. Si l’entraide est ici stricto sensu familiale, elle est plus communément le fait de la fraternité que deux migrants d’une même origine régionale (hemşehri) doivent cultiver. Elle est postulée en préalable à l’interaction comme évidente ; un migrant récent n’arrive jamais dans une grande ville sans quelques « bonnes » adres­ses. Il peut escompter, avec plus ou moins d’il­lusions, qu’un « frère » ou un « oncle » l’aide gracieusement à se loger ou à trouver du travail car les liens créés par cette origine commune (hemşehrilik53) « obligent ». La communauté d’origine attend implicitement que l’ancien migrant, lorsqu’il a réussi, s’acquitte de la dette qu’il est supposé avoir envers elle.

13On distingue classiquement la notion de hemşehrilik, qui fait référence à une commu­ne origine géographique, de notions voisines comme celles d’akrabalık qui fait référence à la parentèle de sang, de sülale qui s’étend à un lignage plus vaste, de aşiret qu’il faut comprendre au sens ethnique de tribu, de taife qui fait référence à une clique, à un clan ou à une faction dont les activités se situent entre le licite et l’illicite. Dans la mesure où la dimen­sion collective l’emporte sur l’individuation, du moins jusqu’à aujourd’hui, ces réseaux complexes de solidarité restent performants [De Tapia, 2002].

14Cette relation entre gens du « pays », sou­vent, explique le choix d’une activité com­merciale plutôt qu’une autre. Barlas dit :

Mes « oncles » faisaient ça, alors je fais comme eux. C’est un de mes « oncles » qui m’a montré le travail. Lui, il l’a fait pendant des années. Ici, je vis avec mes « oncles ».

15Davut dit aussi :

C’est un « neveu » qui venait à cet endroit avant moi.

16En effet, c’est souvent une forme ou une autre de hemşehrilik qui permet d’entrer dans le métier.

  • 54 En effet, la pratique de dissoudre une association (ou un parti politique) est courante en Turquie (...)

17Outre la ressource que représentent les contacts interindividuels, le migrant récent dispose d’un accès à des collectifs. À Istanbul, il existe de nombreuses « associations de pays » dont il peut espérer une aide. Ce sont des lieux où se retrouvent d’anciens migrants d’une même origine (souvent du même village d’origine) qui entretiennent le souvenir du passé et la nostalgie du pays autour d’un thé. L’association de village prend d’ailleurs sou­vent la forme d’un simple local fonctionnant essentiellement comme une ’maison de thé’ (çayhane) plus souvent dénommée kıraathane [Pérouse, 2005]. Les années 1990 ont été une période d’essor significatif du nombre des « associations de pays » à la faveur d’un contexte politique plus permissif54. Mais de telles associations, impulsées par des migrants ayant réussi à s’installer durablement à force d’accumulations à la fois en termes de capi­tal immobilier, social et politique, ne prêtent qu’une oreille distraite aux doléances des migrants « du village » qui se succèdent mais ne font souvent que passer sans s’installer. Même si l’entraide communautaire est la rai­son initialement invoquée pour la justifier, la genèse d’une association dépasse largement le cadre du service de proximité à l’adresse de migrants récents effrayés par la « grande ville ». Par exemple, l’une des missions d’une association de hemşehri est de participer au développement local de la commune rura­le d’origine.

À Sarıyer, il y a beaucoup de hemşehri, explique Alp, originaire de Sivas. Mais je ne suis pas inscrit à l’association. Parce que nous on est de la ville, on est du centre de Sivas. Les associations, c’est pour les paysans qui ont besoin de développer le village.

18Outre la différence de statut, une différence générationnelle peut créer un fossé entre un migrant récent jeune et son “association de pays” tenue, souvent, par des anciens.

J’ai peu, très peu de contact avec mes hemşehri, dit Davut. Ils me méprisent parce que je ne jeûne pas. Eux, ils sont vieux et conservateurs. Je ne participe pas aux associations. Ils sont trop extrémistes. Moi, je suis démocrate.

19Les vendeurs entretiennent donc des rela­tions avec des membres de leur famille plus ou moins éloignés ainsi qu’avec de nombreux hemşehri issus d’une même ville ou contrée anatolienne. Ces liens ont souvent permis au marchand de s’installer à Istanbul et de prendre ses premières marques (logement, achat de la charrette, premières tournées). Hakan dit :

Quand je croise les autres [vendeurs] de Siirt, on boit du thé, on discute. J’aime bien. Par exemple, là, je me suis arrêté ici parce que le vendeur de thé est de Siirt. Emre explique : Je laisse ma charrette en dépôt à 100 m d’ici, au bout de la rue. Il y a un ferronnier. Il est de Konya lui aussi. Il me laisse la mettre dans son garage pour la nuit. Emre continue : J’habite dans une chambre avec d’autres hemşehri. On partage la chambre à 6, parfois à 7. Ils sont aussi vendeurs ambulants.

20Toutefois, Emre ajoute immédiatement :

Mais je garde toujours mon argent sur moi.

  • 55 Grand prix et double prix d’interprétation masculine au festival de Cannes – 2003.

21En effet, entre hemşehri, confiance et mutuelle compréhension sont limitées. Le migrant récemment issu d’Anatolie centrale ou orientale, lorsqu’il pose ses valises dans l’univers urbain, ne passe pas inaperçu. Il charrie avec lui un lot d’illusions, de prati­ques et de représentations qui crée un déca­lage culturel rapidement rendu insupportable pour les hemşehri déjà acculturés au mode de vie urbain. C’est ce que montre fort bien le film Uzak réalisé par Nuri Bilge Ceylan55consacré à l’exode d’un paysan vers Istanbul en quête de travail. Ses pratiques, aux yeux d’un hemşehri établi à Istanbul et acculturé au mode de vie urbain, apparaissent rapidement répugnantes ou rustres. On perçoit parfaite­ment que le lien qui unit deux hemşehri est un lien faible. Mais conformément à ce qu’a pu montrer Granovetter [1973], cette faiblesse dissimule une force, notamment pour mettre en place une entraide mutuelle dans le cadre d’activités économiques.

22Du point de vue des marchands, toutefois, la notion de hemşehrilik admet des acceptions approximatives [Hersant, Toumarkine, 2005]. Nous avons rencontré Ahmet, originaire de Mardin et vendeur de riz pilaf aux pois chiches surmonté de poulet et accompagné de yaourt salé à Karaköy (Perşembe Pazarı) en 2004. Deux ans plus tard, en 2006, nous avons croisé Metin, avec une charrette étrange­ment similaire, vendeur de riz pilaf aux pois chiches surmonté de poulet et accompagné de yaourt salé à moins de 20 mètres de l’endroit où nous avions rencontré Ahmet deux ans plus tôt. Toutefois, Metin n’est pas originaire de Mardin mais de Batman. L’entretien révéla cependant qu’à ses débuts Metin avait été aidé par des personnes qu’il qualifiait lui-même de hemşehri et qui venaient... de Mardin. Mardin et Batman étant éloignées l’une de l’autre de plusieurs centaines de kilomètres, il faut donc parfois comprendre la notion de hemşehrilik dans une acception souple. Les vendeurs attribuent parfois à cette notion le simple « partage de points communs » - être kurde ou être alévi par exemple.

23Avec le temps, le recours à l’entraide entre hemşehri est de moins en moins privilégié. Une relation fondée sur le souvenir du passé est nécessairement en sursis. Le renouvellement des générations n’est pas étranger à l’étiolement de la teneur de cette relation sociale. Elle se mue en une simple interconnaissance qui reste toutefois une ressource potentielle, une solution de repli en cas de crise grave.

24Gökhan n’a pas vécu d’exode. Il est un vendeur de rue de seconde génération, né à Istanbul. C’est son père qui est venu de la région de Balıkesir pour gagner sa vie et entreprendre une activité commerciale ambulante, mais Gökhan, lui, n’y retourne jamais.

D’ailleurs, tout seul, je ne saurais pas retrouver le village, dit-il.

25Son père lui-même, aujourd’hui grave­ment malade et à sa charge, n’est jamais rentré y vivre. Le large sourire que Gökhan affiche ne saurait cacher une certaine amertume lors­qu’il dit combien les relations de hemşehrilik peuvent devenir pesantes bien qu’incontour­nables :

Oui... je fais partie de l’association villageoise des originaires de Balıkesir. Mais je n’y connais pas grand monde. C’est juste que, quand quelqu’un du village meurt, il faut col­lecter de l’argent pour l’envoyer à la famille. Pour faire tourner l’association, on doit payer chaque année l’adhésion. Les hemşehri, c’est bien pour les liens associatifs.

26Hakan Yücel [2005] confirme que les secon­des générations de migrants peuvent adopter des stratégies identitaires différentes de celles de leurs parents. Si les premières généra­tions s’impliquent activement dans les réseaux et associations de hemşehri, certains jeunes, socialisés dans un quartier d’Istanbul depuis leur enfance, montrent des signes d’éloignement des réseaux de hemşehri et même une relative diminution de l’identification au pays d’origine (memleket).

Le village ne me manque pas dit Dilan dont le père a quitté Karabük quarante ans plus tôt. Ça fait bien longtemps que je n’y suis pas retourné. De toute façon, notre famille ne nous envoie rien comme fruits ou légumes.

27La désaffection du lien social entre hemşehri est une tendance, mais elle ne doit pas faire oublier que de nombreux jeunes, issus pour­tant de la seconde ou troisième génération post-migratoire, entretiennent encore des liens forts avec le « pays » d’origine. Si 28 % des vendeurs d’Eminönü déclarent avoir rompu leurs liens avec celui-ci, 72 % les maintien­draient [Akgeyik et alii, 2004].

Quelle histoire professionnelle ?

Expériences antérieures

Tableau n° 3 - Mobilité sociale des vendeurs d’Eminönü

Avez-vous exercé une autre activité rémunérée avant d’être vendeur de rue ? (en %)

Pensez-vous que vous resterez vendeur de rue durablement ? (en % des réponses à la première question)

Oui

Non

Aucune

63,89

47,1

52,9

Ouvrier

27,78

40

60

Artisan - commerçant

5,56

50

50

Fonctionnaire

2,22

0

100

Retraité

0,55

46,1

53,9

Total

100

D’après Akgeyik et alii [2004]

  • 56 Les catégories ne se sont pas exclusives l'une de l'autre. Rien n'interdit, par exemple, d'être ret (...)

28Les seuls véritables métiers auxquels les ven­deurs de rue ont pu avoir accès dans le passé sont ceux du bâtiment ou ceux des petits services (par exemple, commis dans la restau­ration ou porteur aux halles) s’ils n’ont pas fait d’étude et sont issus de l’exode rural. Dans le cas où ils sont issus d’une famille urbaine et plus aisée, ils ont pu exercer un métier de commerçant (éventuellement de transporteur) avant qu’une faillite, un licenciement ou une tragédie les contraignent à travailler dans la rue. Enfin, ils peuvent être retraités de la fonc­tion publique mais ne pas recevoir une pen­sion suffisante pour vivre. L’enquête réalisée auprès des vendeurs de rue d’Eminönü (tab. 3), malgré ses imperfections56, quantifie nos caté­gories.

29Mais à choisir entre être ouvrier sur un chantier ou porteur aux halles et être vendeur de rue, plusieurs vendeurs ne s’y sont pas trompés. En effet, le commerce de rue n’est pas nécessairement un mauvais compromis entre l’effort produit et le gain tiré :

On m’a proposé du boulot aux halles. Alors j’y suis allé. Mais c’est trop dur. Donc je suis revenu dans la rue, explique İrfan.

Les salaires d’ouvriers sont misérables. Alors j’ai laissé tomber. Je me suis mis vendeur de riz, conclut Metin.

30Quant à Murat, il a été apprenti soudeur. Il envisageait de devenir artisan soudeur comme son père.

Mais d’une part son patron ne lui donnait pas l’argent qu’[il] méritait. Et d’autre part, selon Murat, on ne valorise plus à sa juste valeur le véritable artisan (zanaatkâr) et le prix de son labeur.

31Le fait d’avoir antérieurement exercé une autre activité professionnelle qu’artisan-commerçant semble rendre les vendeurs un peu plus enclins à espérer un avenir différent, à rêver d’un quotidien meilleur que celui qui est le leur. Mais globalement, c’est plus de la moitié des vendeurs qui ne s’imagine pas poursuivre durablement cette activité. C’est ce qui ressort de l’enquête réalisée auprès des vendeurs d’Eminönü. Elle révèle aussi, si l’on en croit les chiffres, que dans plus de 60 % des cas les vendeurs n’auraient pas connu d’autre activité professionnelle.

32Il nous semble indispensable de nuancer ce dernier résultat. Il faut très vraisemblablement comprendre que 63 % des vendeurs n’ont exer­cé aucune autre activité rémunérée que celle de paysan. Cette omission reflète le mépris qui entoure les activités d’auto subsistance (agriculture, élevage). En effet, le vendeur est souvent victime de stigmatisation de la part de citadins qui le traitent péjorativement de « péquenot » (köylü).

Aziz dit : Mon père est fermier-agriculteur, comme tout le monde. Il sourit de ce statut peu enviable. Mais il avait trop peu de terres, alors... voilà.

  • 57 Communication personnelle de Hakan Yücel.

33Pourtant, le migrant tire de ses expériences rurales des souvenirs utiles pour survivre dans l’anonymat urbain. Par exemple, le migrant n’est pas sans avoir déjà vu les pratiques du métier de vendeur ambulant en milieu rural ; car la vente ambulante n’est pas une exclusi­vité urbaine. Aux yeux du migrant rural, un commerçant ambulant constitue une figure bien connue du colporteur, souvent gitan, qui passe de village en village mais qui ne s’enra­cine jamais. Jusqu’à la démocratisation récente des outils de télécommunication, ce colporteur des chemins (çerçi) était autant un bonimenteur qu’un livreur de nouvelles et un propaga­teur de rumeurs. Il vivait d’échanges, au sens large, car il acceptait parfaitement le troc faute de monnaie57. Dans des lieux où la banque n’est pas parvenue à se forger l’image d’une institution de proximité digne de confiance notamment, les produits manufacturés étaient volontiers échangés contre des produits de la ferme jusque dans les années 1980.

34Initialement, le choix de l’activité est sou­vent induit par l’expérience accumulée et le réseau activé. On connaît un voisin qui a fait fortune en vendant des jouets ; on a entendu dire que la vente de sandwich à Istanbul per­mettait d’amasser des fortunes ; ou tel cousin vend déjà des fruits secs à Kasımpaşa, autant d’explications à l’origine de l’activité des ven­deurs.

35Bien que son père soit lui-même vendeur ambulant, c’est d’un cousin que Gökhan a appris le métier. Le principal problème qu’af­fronte un vendeur à ses débuts provient de sa vulnérabilité.

Mon cousin, il donnait un bakchich régulièrement à la police munici­pale d’arrondissement. Alors, moi, avec lui, j’étais protégé. Et puis ensuite, je me suis débrouillé par moi-même.

36C’est parce qu’un novice est vulnérable que l’entrée dans le métier se fait principalement par cooptation. On retiendra donc qu’un vendeur ambulant est le produit d’une longue expérience capitalisée par des réseaux familiaux, claniques, ethni­ques et/ou religieux.

37Être vendeur de rue peut résulter d’une mobilité sociale descendante, tel ce vendeur croisé à Eminönü qui est devenu vendeur ambulant de fruits secs deux mois par an suite à la faillite de la petite boulangerie qu’il avait tenté de créer à Ataköy, ou Alp, qui vend des tee-shirts à la sauvette après avoir tenté, en vain, d’ouvrir une librairie à Sivas. Toutefois, être vendeur de rue peut également résulter d’une mobilité sociale ascendante. Même si celle-ci est souvent minime et limitée par un parcours scolaire court, elle n’est jamais complètement impossible. C’est ce que sem­ble nous dire Deniz, vendeur de sandwichs, dont le père a été employé à la municipalité d’Ankara comme livreur de thé (çaycı) puis comme porteur.

Mes conditions sont bien meilleures que les siennes, juge-t-il, car lui, est parvenu à scolariser ses propres enfants.

Quel parcours scolaire ?

38Jusqu’à une époque récente, la plupart des personnes condamnées à n’exercer qu’une activité marchande informelle étaient anal­phabètes. Les résultats de l’enquête réalisée à Konya58 concluant que 100 % des marchands ambulants auraient été scolarisés paraissent donc suspects (50 % seraient allés à l’école primaire, 29 % à l’école secondaire, 19 % au lycée et 2 % à l’université). Ces résultats sont pourtant confirmés par l’enquête réalisée parmi les vendeurs d’Eminönü (tab. 4). Seuls 1,67 % des vendeurs déclarent ne savoir ni lire ni écrire. Des proportions similaires émanent d’une étude du bureau municipal de planifica­tion urbaine : seuls 6,4 % des vendeurs ambu­lants ne seraient jamais allés à l’école. Et 54 % seraient allés à l’école primaire. (Radikal, 21-08-2002). Ce recul de l’analphabétisme constitue une surprise allant à l’encontre de toutes les représentations communément par­tagées par la clientèle et la presse notamment.

Niveau scolaire déclaré par les vendeurs de rue d’Eminönü (en %) [Akgeyik et alii, 2004]

Ne sait pas lire ni écrire

1,67

Sait lire et écrire

2,78

Est allé à l’école primaire

35

Est allé au collège

26,10

Est allé au lycée

28,89

Est allé en lycée professionnel

1,11

Est allé en école supérieure

1,67

Est allé à l’université

2,78

TOTAL

100

39En Turquie, l’alphabétisation gagne incon­testablement du terrain. L’illettrisme ne touche plus qu’une petite minorité de vendeurs de rue. Et parmi eux, on constate une forte prise de conscience de l’importance de la lecture et de l’écriture.

Hakan explique : J’ai eu sept enfants par ignorance. Et maintenant, je me dois de les élever. Moi, je veux que mes enfants aillent à l’école. Même s’ils ne deviennent pas médecin, je veux qu’ils aient un vrai métier. Les métiers de rue comptent même un certain nombre de personnes qui cultivent leur acquis.

Erol déclare : Mon père vendait du yogourt avec une palanche. Et ensuite, il a ouvert une épicerie. Il avait sa petite sécurité. Moi, j’ai trois enfants. L’un est à l’université. Un autre est dans l’administration. Tous ont fait des études. Moi, je suis allé à l’école jusqu’au col­lège. Je parle quelques mots d’anglais, pour les clients étrangers.

Pourquoi entrer dans le métier ?

40Un certain nombre de raisons d’entrer dans le métier sont tout à fait indépendantes du niveau d’éducation. En l’occurrence, l’un des vendeurs rencontrés est entré dans la vente ambulante parce qu’à un moment donné, il lui fallait rom­pre des liens familiaux ou communautaires oppressants. Ce métier a constitué pour lui une échappatoire.

Emre raconte : Je suis diplômé de lycée. Je pouvais même aller à l’université. J’étais accepté. Mais à l’époque, je me suis dit « Qu’est-ce que je vais faire à l’école ? Il faut que j’aille travailler ». Mon père m’a dit : « Si tu fais tes études, je t’ouvre un magasin ». Mais je n’ai pas voulu faire d’études. Et voilà... la punition de mon père, c’est qu’il ne m’a jamais aidé financièrement.

41La vente ambulante constitue, en outre, un appoint indispensable à certains âges de la vie. Ainsi s’explique la présence de vendeurs âgés, parfois éduqués, mais dans l’incapa­cité physique d’exercer leur métier antérieur. L’insuffisance de la pension civile contraint ces personnes âgées à s’engager dans le com­merce de rue tant qu’elles sont valides :

J’ai été chauffeur de taxi, puis ouvrier du bâtiment. Mais à 66 ans, il me fallait trouver un métier qui me convenait mieux, dit Isa.

42L’atténuation de tensions familiales, exa­cerbées par un environnement où le crime d’honneur est toujours d’actualité, passe sou­vent par l’exode :

J’ai dû quitter Siirt pour une histoire familiale d’honneur, précise Hakan, j’étais très heureux de mon métier à Siirt et jamais je ne serais parti s’il n’y avait pas eu cette histoire...

43Ainsi, le vendeur ambu­lant peut se prévaloir d’une forme de liberté retrouvée, tant spatiale que comportementale.

Je suis devenu ambulant parce que quand on est jeune, on ne veut pas d’un métier où il faut être soumis à un patron. Je voulais être libre. Oui, c’est un choix, explique Mehmet.

Je suis arrivé à Istanbul à l’âge de sept ans après avoir fugué de chez moi, dit aussi Deniz.

44Le commerce de rue peut également per­mettre une forme de réinsertion après une période de réclusion.

  • 59 Kuru ekmek zamanı.

J’ai été condamné à six mois de prison pour avoir blessé un homme, dit Murat. En mon absence, ma famille a vécu une période de vache maigre59. À mon retour, j’ai dû vite trouver de l’argent.

45Plutôt que d’essayer de se reconstituer une clientèle en tant que soudeur, une gageure sans garantie, Murat a abandonné son ancien métier pour se reconvertir dans un commerce de rue facile et immédiatement rémunérateur.

46Enfin, nous avons constaté que l’exercice du métier peut traduire un choix volontaire idéologiquement motivé. C’est le cas d’un ven­deur se définissant comme « révolutionnaire » que nous avons rencontré. Il a refusé l’entre­tien que nous lui proposions en expliquant qu’il était un vendeur ambulant atypique. Un livre en main, il nous a déclaré avoir choisi ce métier pour pouvoir prendre le temps de lire.

Diversification des origines

  • 60 Certains auteurs ont saisi l'occasion de dénoncer une politique migratoire à caractère raciste, il (...)

47Ne voir en la Turquie qu’un pays d’émigration est un eurocentrisme. La Turquie républicaine (depuis 1923) est d’abord un pays d’immigra­tion qui s’est même largement construit grâce à celle-ci. Si les politiques migratoires conduites par la Turquie tendent à s’aligner depuis peu sur les pratiques internationales bannissant la discrimination, elles se sont fondées jus­qu’alors sur une préférence ethnico-religieuse affichée. La loi n° 2007 du 11 juin 1932 interdit par exemple aux non-Turcs d’exercer une liste de métier au premier rang desquels figure celui de vendeur ambulant [Marmara, 2003]. La poli­tique migratoire turque s’est donc appuyée sur des accords bilatéraux avec les principaux pays fournisseurs de « frères de race » turcophones60. Entre 1925 et 1968, on en compte plu­sieurs avec la Bulgarie [Danış, Pérouse, 2005].

48Aksel est le produit de cette politique migra­toire sélective. Il est issu d’une famille bulgare turcophone.

Mes parents avaient un restau­rant en Bulgarie explique-t-il. Ils ont immigré à cause du socialisme.

  • 61 Nous regrettons de ne pas disposer de l'intégralité de la source de certaines coupures de journaux (...)

49Toutefois, il y aurait parmi les vendeurs de rue des ressortissants des pays arabes, des Géorgiens, des Azéris, des Bulgares, des Albanais et des Russes (Radikal, 28-07-2004). Si la présence d’étrangers dans les réseaux de vendeurs de rue ne constitue donc pas un fait ni récent ni massif, la visibili­té phénotypique de la migration internationale est tout à fait nouvelle. Lors d’une opération de police à Eminönü contre des vendeurs de cas­settes de contrefaçon en 2000, cinq des onze personnes interpellées étaient de nationalité sénégalaise, s’étonne la presse ( ?61, 05-07­2000). En effet, des noirs Africains ont récem­ment fait leur apparition sur le pont de Galata. Ils écoulent une marchandise vendue à la sau­vette et issue du commerce à la valise [Öcal, 2005]. Plus récemment encore, nos proses observations ont mis en évidence la présence d’Asiatiques dans les rues de Beyoğlu, Şişli et Kadıköy. Ainsi, le métier de vendeur de rue est entré dans un processus de lent métissage. Mais il s’agit encore d’un phénomène marginal et vraisemblablement limité à Istanbul.

Réseaux d’approvisionnement

50Si l’on reprend la catégorisation pyramidale des besoins qu’on doit à Abraham Maslow, on peut dire que les aspirations d’un mar­chand de rue demeurent élémentaires. Elles font prioritairement référence à des besoins d’ordre économique et sécuritaire qu’on peut rapprocher de celles qui caractérisent des formes de « survie ». Le marchand poursuit généralement trois objectifs s’inscrivant dans trois calendriers de vie.

51Dans l’instant présent, l’objectif consiste à écouler le plus rapidement possible une marchandise acquise et pour laquelle un risque financier a été pris. Cet objectif place le mar­chand dans une ambition commerciale à très court terme, spécialement prégnante chez les vendeurs de produits périssables : récupérer les sommes investies. On « écoule » ainsi une marchandise qu’on s’est procurée parfois aux halles ou chez un grossiste, parfois par l’en­tremise de réseaux de parenté et de connais­sance à caractères régionaux, ethniques et/ou religieux.

52Ces réseaux produisent une spécialisation professionnelle relative mais pas absolue. Par exemple, à Eminönü, 43,8 % des vendeurs originaires de Malatya sont spécialisés dans l’alimentaire (fruits et fruits secs principale­ment) alors que ce n’est le cas que de 17 % de ceux originaires de Kayseri. En revanche, 32 % des vendeurs originaires de Kayseri sont spécialisés dans la vente d’objets électroniques (montres, piles, petit électroménager) alors que ce n’est le cas que de 8 % de ceux originaires de Malatya [Akgeyik et alii, 2004].

5367 % des vendeurs feraient le commerce de produits provenant de leurs régions d’ori­gine (Radikal, 21-08-2002). Les fruits secs, tels les pistaches d’Antep, sont distribués dans la rue par un réseau trans-régional de vendeurs en étant originaires. Toutefois, plusieurs ven­deurs rencontrés nous avouent s’approvision­ner auprès du grossiste le mieux disant.

On va au moins cher, dit Kaya.

Photo 29 : Vendeur de drapeaux. Eminönü

Photo 29 : Vendeur de drapeaux. Eminönü

Meilo, juillet 2006

54Par ailleurs, un réseau local peut parfai­tement s’attacher à distribuer une marchan­dise sans rapport avec la région d’origine ; par exemple, des Roms originaires de Kayseri ren­contrés dans le quartier de Gültepe sont spé­cialisés dans la vente de drapeaux turcs et de cartes de Turquie de grand format (photo 29). Rapportée à l’origine culturelle et ethnique du vendeur, la marchandise distribuée peut même être parfaitement paradoxale. Le commerce des moules farcies, par exemple, est détenu à Istanbul par un réseau local de vendeurs origi­naires de Mardin, Siirt et Ağrı [Pérouse, 2002] des villes fort éloignées de la mer.

55Au-delà d’une préférence communautaire pour faire le commerce de tel ou tel produit, l’entraide communautaire est prégnante dans les pratiques d’achat en gros et de transport.

56Nous avons rencontré deux vendeurs d’agru­mes Rums orthodoxes. Ils ont la particularité d’utiliser encore une charrette attelée. Même si chaque attelage effectue son propre circuit, les achats sont réalisés en commun :

Vers 4h/4h30 du matin, on part aux halles de Bayrampaşa, tous les matins.

57Ces six collègues, tous Rums, laissant leurs chevaux, la nuit, au haras infor­mel de Kasımpaşa, partent ensemble faire leurs achats.

On part en camionnette pour aller chercher les citrons.

58Hakan, vendeur de légu­mes, dit aussi :

Je loue une voiture avec quatre autres vendeurs pour aller chercher tout ça.

Thésaurisation

59À l’échelle mensuelle, l’objectif d’un vendeur célibataire est de constituer une réserve finan­cière soigneusement économisée qui, réguliè­rement, est envoyée à la famille par virement postal ou par l’intermédiaire d’un proche retournant dans la région d’origine. Un ven­deur ambulant vivant seul à Istanbul peut faire vivre une famille de neuf ou dix personnes à Van ou Diyarbakır. A contrario, lorsqu’il a fait venir sa famille à Istanbul, le vendeur est rarement en mesure d’épargner pour envoyer de l’argent au pays. Le coût de la vie locale ne le lui permet pas. Ses frais de logement, par exemple, augmentent sensiblement dans la mesure où il doit trouver un véritable apparte­ment et ne peut se contenter de partager avec d’autres célibataires la chambre d’un hôtel meublé (bekarhane).

60Vêtu de guenilles, édenté, mal rasé et les cheveux en bataille, Gökhan prétend avoir 34 ans mais il en paraît dix de plus. Cet homme est « usé » par un travail ingrat qu’il exerce sans relâche, même le dimanche. Pourtant, l’accumulation doit se poursuivre pour soi, comme pour tous ceux à qui on doit d’être là.

Cet hiver, il y avait de la neige. Ma femme me disait de ne pas sortir mais j’y suis quand même allé. Il faut de l’argent pour mon père qui est malade.

61Istanbul, ce lieu éloigné du pays natal (gurbet), n’est pas une sinécure ni un voyage d’agrément. Le séjour dans la mégapole ne s’apparente guère à une fascination pour la grande ville ou à un souhait de découverte. Le marchand de rue n’a d’autre ambition que de faire de son exode rural un « passage » temporaire. Il doit permettre d’aller chercher l’argent là où il est et de l’accumuler.

Si j’avais beaucoup d’argent, dit Hamdi, c’est sûr, je ne resterais pas là. J’ouvrirais une épicerie au village pour pouvoir laisser quelque chose à mes enfants. D’être loin de ma famille, ça me fait mal. Je suis fiancé et je veux rentrer pour me marier. Ma fiancée, elle est restée là-bas. Mais là-bas, à Ağrı, on ne peut pas travailler. Il y a des gens riches, ce sont des épiciers qui ont des contacts avec l’Iran. Mais sinon, il n’y a rien à faire pour travailler.

62Lorsque avec l’âge, le vendeur de rue par­vient à éduquer ses enfants, à les scolariser, leur admission à l’université ou leur entrée dans un métier reconnu le réjouit et le comble de fierté. Il s’agit là d’une victoire et d’une récompense pour les sacrifices et l’argent épargné pendant plusieurs années souvent.

Mon fils est coiffeur, dit Besim. C’est bien. Lui, au moins, il ne se mouille pas quand il est au travail.

63Dilan ajoute fièrement que tous ses enfants vont à l’école.

Et en plus, ils bénéfi­cient du taxi collectif scolaire (servis) !

Un projet de retour ?

64Bien qu’elle fasse référence à un avenir souvent lointain, l’ambition ultime du marchand est souvent de se constituer un capital suffisant pour rentrer exercer un « métier digne » dans sa région d’origine.

Avant, j’étais fonctionnaire à Siirt, dit Kaya. J’étais garde forestier. On avait des biens à Siirt... Des champs, des élevages. J’ai eu mes six premiers enfants là-bas. Et puis, en 1995, un groupe du PKK est venu au village. Ils ont demandé de la nourriture et on n’a pas pu refuser de leur en donner. Ensuite, quand le gouvernement l’a appris, il a détruit tout le vil­lage. Tout a été incendié. Il n’y a plus personne aujourd’hui. Mais mon projet, c’est de retourner à Siirt. Il me faudrait dix milliards et je recons­truirais une maison là-bas. J’ai fait un procès à l’État pour m’avoir expulsé. Si je gagne, si j’ob­tiens de l’argent, on repart immédiatement.

65Le projet de retour que formule le migrant relève souvent d’un paradoxe : ceux qui dési­rent le plus repartir ne le peuvent pas ; et ceux qui le pourraient ne le souhaitent plus. Comme l’ont bien montré Jean-Pierre Simon et Ida Simon-Barouh [1990], un projet de retour au « pays » est généralement construit par le migrant parce qu’il l’aide à vivre son « long voyage dans l’inconnu exotique ». Mais celui-ci demeure souvent à l’état de projet dès lors qu’il accède à un niveau de vie un peu supérieur.

66Originaire de Bulgarie, la famille d’Aksel a réussi à Istanbul. Aujourd’hui, Aksel, son père et ses trois frères possèdent cinq charrettes et ne font plus aucun projet migratoire :

On a fui le socialisme et on ne souhaite pas retourner en Bulgarie.

67Plutôt que de vivre dans une chambre pour célibataire à Istanbul et d’aider sa mère, veuve, à distance, Metin a préféré s’installer à Istanbul et faire venir sa mère.

Quand je suis arrivé, j’étais en chambre pour célibataires. Maintenant j’ai un appartement avec des placards, la télévision et même la machine à laver. J’ai aussi une voiture.

68Sur le point de s’extraire de sa condition initiale, Metin peut rêver à des projets d’avenir qui, toutefois, ne sont pas imaginés ailleurs qu’à Istanbul.

J’ai commencé avec une charrette mais j’ai l’intention d’ouvrir un restaurant. Regardez l’immeuble en face. Son propriétaire, il a commencé comme vendeur ambulant en arrivant à Istanbul.

69Si la plupart des vendeurs se considèrent à mi-parcours d’une migration-voyage qui comporte un « aller » hier et un « retour » demain, quelques-uns n’ont toutefois pas encore achevé leur trajet « aller », ils sont dans l’attente d’un « passage » dans le cadre d’une migration transnationale. Leur présence à Istanbul relève alors du transit temporaire dans l’attente de trouver le bon « passeur ». Ils s’inscrivent dans les filières classiques qui mènent les travailleurs clandestins à franchir les frontières des pays occidentaux. Davut, par exemple, ne pense pas à faire venir sa famille à Istanbul car il n’a pas encore atteint sa destination. Il aimerait partir en Europe et faire venir sa famille ensuite. Ce Kurde de Malatya aspire à des droits sociaux et culturels qu’il ne trouve pas en Turquie. Il n’en est pas à son coup d’essai :

j’ai déjà été bûche­ron dans l’est de la France.

70La manière dont l’entretien avec Davut se termine traduit une grande détresse :

S’il te plaît, aide-moi... donne-moi une adresse en France. Invite-moi pour que je puisse partir d’ici.

71La tristesse de Davut est à la mesure des épreuves qui l’attendent avant d’atteindre l’objectif qu’il s’est donné.

72Les mises en perspectives diachroniques que nous avons faites des vendeurs de rue dans cette seconde partie donnent de nom­breuses clés de lecture à notre première par­tie. On comprend maintenant le temps de la vente ambulante comme une période dans un itinéraire de vie. C’est un moment donné dans une histoire familiale, dans une histoire communautaire, dans une histoire migratoi­re, dans l’histoire d’une accumulation pécu­niaire, donc dans l’histoire d’une mobilité sociale plus ou moins ascendante. Il convient maintenant d’organiser l’ensemble des don­nées collectées. L’exercice auquel nous nous soumettons dans la troisième partie est une opération mentale qu’on a coutume de qua­lifier d’induction en anthropologie. Il s’agit de tirer de nos entretiens disparates certaines lignes directrices ou formes « organisantes ». Ce travail à partir d’un matériau qualitatif est à l’opposé d’une approche hypothético-déductive. Nous ne testons ni ne tentons de valider aucune hypothèse en particulier. Les grandes formes « organisantes » que nous repérons se « dégagent » simplement de l’accumulation de nos expériences de terrain.

Notes

51 Nalan Türkeli vivant dans une maison de fortune (gecekondu) a fait mille métiers de rue pour nourrir sa famille, au gré des saisons et de l'embauche. Elle a écrit un livre paru en 1994 pour dénoncer, outre la pau­vreté, le machisme dont elle est victime. C'est habillé en pantalon « comme les hommes » qu'elle tente de briser normes et préjugés. Ce témoignage a fait l'objet d'un reportage réalisé par Evelyne Ragot (coproduction : Neyrac Films, ARTE France).

52 Abu Ayyub, mort à Constantinople entre 670 et 672 lors de la première attaque arabe de la ville, était un compagnon du prophète Mahomet. Un cheikh proche de Mehmet II a eu, dit-on, la révélation de l'endroit où seraient ensevelis ses restes. [Mantran, 1996] La mosquée dédiée à Abu Ayyub (Eyüp) est aujourd'hui devenue le lieu de rendez-vous quotidien de nombreux « vendeurs du temple ».

53 Faute d’équivalent en français, nous conservons le terme turc.

54 En effet, la pratique de dissoudre une association (ou un parti politique) est courante en Turquie lorsque ses activités sont suspectées de subversion par le pouvoir politique en place.

55 Grand prix et double prix d’interprétation masculine au festival de Cannes – 2003.

56 Les catégories ne se sont pas exclusives l'une de l'autre. Rien n'interdit, par exemple, d'être retraité et d'avoir été fonctionnaire

57 Communication personnelle de Hakan Yücel.

58 http://www.konya-bld.gov.tr/detail.php?id=984 – (nov. 2005).

59 Kuru ekmek zamanı.

60 Certains auteurs ont saisi l'occasion de dénoncer une politique migratoire à caractère raciste, il serait pour­tant judicieux, comme le fait Kemal Kirişci [1995], de replacer l'expression dans le contexte historique. Sous l'Empire Ottoman, « être turc » signifiait simplement « être musulman ». De surcroît, si les textes législatifs semblent restrictifs, en pratique, ce sont tous les sujets musulmans de l'Empire Ottoman (pas nécessairement turcs ni turcophones) qui ont pu bénéficier de cet accueil.

61 Nous regrettons de ne pas disposer de l'intégralité de la source de certaines coupures de journaux que nous avons consultées à l'Observatoire Urbain de l'IFÉA (mai 2005).

Table des illustrations

Titre Photo 26 : Vendeuse de graines pour pigeons. Eminönü
Crédits Meilo, juillet 2006
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/706/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Photo 27 : Vendeur de sahlep. Tarlabaşı
Crédits J. Meissonnier, mars 2005
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/706/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre Photo 28 : Un vendeur d’objets récupérés devant une mosquée. Karaköy
Crédits J. Meissonnier, mai 2004
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/706/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Photo 29 : Vendeur de drapeaux. Eminönü
Crédits Meilo, juillet 2006
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/706/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 41k

© Institut français d’études anatoliennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search