Version classiqueVersion mobile

Marchands de rue à Istanbul

 | 
Joël Meissonnier

Première partie - Le quotidien du vendeur de rue

Texte intégral

Dans la rue : les vendeurs à la rencontre des clients

  • 15 Nous utilisons la notion de territoire dans la perspective de la géographie sociale. Il peut être c (...)

1Le paysage urbain est partiellement animé par le passage ou la halte de vendeurs ambulants. De par leur omniprésence sur la voie publi­que, ils participent activement à construire ce paysage. Ils impriment à la ville leur « vision » des territoires15 et occupent en retour une place importante dans la « vision » que les citadins ont de leur ville. Ils offrent un spectacle sensible : visible, mais sonore également. Le rémouleur est identifiable de loin au son qu’émettent les lames des couteaux qu’il aigui­se sur sa meule. Certains d’entre eux entament une comptine pour enfant pour s’annoncer, d’autres crient à la cantonade une promotion, un article, un service.

2L’interaction entre vendeurs et clients n’est sans doute pas aussi anodine qu’elle y paraît et il serait fort réducteur de n’y voir qu’une pra­tique conventionnelle. Perçu comme venant d’un ailleurs improbable et partant vers un ailleurs inconnu, le marchand itinérant tente d’établir une relation de confiance avec ses clients. À cet effet, il doit donner les « gages de confiance » relatifs à la provenance ou la qualité de sa marchandise. Simmel [1991] a montré que la confiance repose sur des conditions d’établis­sement préalables : « la confiance mène à une forme postérieure du savoir sur un être humain, dans la mesure où une forme antérieure de ce savoir lui préexiste ». Les produits vendus sont moins chers qu’en boutique, mais sont-ils frais ?

Photo 4 : L’interaction entre vendeur et client. Gülhane Parkı

Photo 4 : L’interaction entre vendeur et client. Gülhane Parkı

Meilo, juin 2004.

3Sont-ils d’origine ? Sont-ils neufs ? Questions que le client se pose avec acuité d’autant qu’il n’est pas sûr de croiser le marchand à nouveau. Il tente d’y répondre en se livrant à une chasse aux signes qui suscitent confiance ou méfiance.

« Entre cynisme et sincérité, il y a des positions intermédiaires », nous dit Isaac Joseph [1969], l’interaction sociale présente « de mystérieuses plages où se rencontrent dupes et non-dupes ».

4Indispensable, celle-ci s’engage différemment face à un client ou une cliente.

5La ferveur partisane et l’intérêt unanime que remporte le football se traduisent par l’exis­tence de conventions culturelles préalables à l’échange masculin. Le commentaire des derniers matchs est presque incontournable pour introduire l’interaction. En Turquie, cha­que match de l’équipe nationale donne lieu à des manifestations où le drapeau est exhibé. Chaque défaite est un deuil pour la nation [Pérouse, 2004]. Les marchands trouvent ici un terrain opportun pour engager la conversation avec un client (photo 4). Pour les nombreux marchands kurdes, placer l’interaction sur ce terrain est idéal pour trois raisons : le sujet est convenu (aucun risque de blesser ou d’abor­der un sujet « honteux ») ; il est suffisamment polémique (soutenir deux équipes différentes stimule l’échange) ; il est intégrateur (puisqu’il déplace la possible polarisation de la tension ethnique sur un terrain sportif).

6En présence de ses clientes, le marchand (presque toujours un homme) est moins prolixe et le sujet de conversation est principalement commercial. On s’attarde parfois à venter un produit ou une offre promotionnelle. Mais le respect de l’honneur (namus), contraint le marchand à garder une distance suffisante dans sa relation avec une femme ; distance sexuelle qui se traduit paradoxalement par l’usage de termes d’adresse dévoyés. Le terme yenge peut se traduire par belle-sœur et, utilisé à l’adresse d’une cliente, permet à la fois d’insister sur le fait qu’il s’agit de la « dame » d’un autre et sur le fait qu’aucune ambiguïté d’ordre sexuel n’est possible - puisqu’elle serait incestueuse. Selon son âge, il l’interpelle également par le terme de tante (teyze) ou sœur aînée (abla), conformé­ment aux pratiques en vigueur dans les contex­tes sociaux de forte interconnaissance (quar­tiers, villages) où il vécut antérieurement. Ceci contribue à susciter une atmosphère conviviale autour du plateau (tezgah) de la charrette. Les voisins, ainsi réunis, prennent des nouvelles les uns des autres et, rapidement, la rue devient cet espace propice à la discussion (sohbet) et éventuellement aux commérages (dedikodu). Si la fonction manifeste du vendeur ambulant est de distribuer une marchandise dans l’es­pace urbain, sa fonction latente est d’y colporter rumeurs et nouvelles.

Photo 5 : Charrette d’ail. Çukurcuma

Photo 5 : Charrette d’ail. Çukurcuma

J. Meissonnier, juillet 2004

  • 16 À cet égard, l'Albanie semble pour le moment faire figure d'exception. La vente à domicile de lait (...)

7Les commerçants ambulants sont souvent mis en concurrence par une offre commerciale de plus en plus agressive de la part de la grande distribution. Alors qu’ils étaient fort nom­breux voici vingt ans, les vendeurs de lait frais ont aujourd’hui quasiment disparu de l’espace urbain par exemple. Dans notre espace d’étu­de, en trois années d’observation, nous n’en avons croisé qu’un seul à Kurtuluş16. Serdar, depuis 25 ans vendeur de pain au sésame en forme d’anneau (simit) en hiver et lui-même fils de vendeur de pain au sésame, ne man­que pas de dénoncer cette situation de forte concurrence. Il se plaint du développement à tous les coins de rue des enseignes franchisées de pâtisseries industrielles (Simit Sarayı). Leur principe commercial de vente à emporter de produits standardisés est calqué sur le modèle américain dont Mc Donald’s est l’archétype.

Modes de déplacement

Photo 6 : Vendeur d’eau. Taksim

Photo 6 : Vendeur d’eau. Taksim

Meilo, juillet 2006.

Photo 7 : Vendeur de barbe à papa. Fatih

Photo 7 : Vendeur de barbe à papa. Fatih

Meilo, juillet 2006.

8Chaque matin, à l’aube, la gare de Sirkeci à Eminönü est assaillie par une noria de ven­deurs qui descendent du train de banlieue, sacs sur l’épaule, pour rejoindre charrette et quartier de prédilection. La plupart des ven­deurs dispose d’une charrette à bras en plan­ches montées sur châssis (photo 5 et 6) mais selon leurs moyens17 ou leurs marchandises, ils peuvent choisir divers autres véhicules. Les vendeurs de jouets, colifichets ou barba papa disposent de mâts (photo 7 et 8), faciles à porter une fois posés sur l’épaule. Les ven­deurs de sandwichs ou de moules portent un panier souvent sur la tête et disposent d’un trépied pour le poser (photo 9). Quelques rares vendeurs utilisent encore le cheval et son atte­lage. S’ils en avaient les moyens, les vendeurs ambulants préféreraient souvent utiliser un véhicule à moteur. Mais c’est encore un privi­lège ne concernant que peu d’entre eux. Une enquête réalisée récemment dans la ville de Konya18 révélait que seuls 1 % des vendeurs utilise un véhicule motorisé.

Photo 8 : Vendeur de ballons. Kasımpaşa

Photo 8 : Vendeur de ballons. Kasımpaşa

Meilo, mai 2006

Photo 9 : Déambuler avec un plateau de moules farcies. Gülhane Parkı

Photo 9 : Déambuler avec un plateau de moules farcies. Gülhane Parkı

Meilo, juillet 2006

  • 19 Il faut comprendre voiture et camionnette principalement car les deux roues - motorisés ou non - so (...)

9Si 12 % des vendeurs d’Eminönü déclarent posséder un véhicule à moteur19 (photo 10), c’est donc qu’une grande majorité (88 %) n’en possède pas [Akgeyik et alii, 2004] ; ou au mieux, tel Murat, en emprunt[ent] à un ami.

Photo 10 : Vente ambulante en voiture (conserves). Gültepe

Photo 10 : Vente ambulante en voiture (conserves). Gültepe

J. Meissonnier, mars 2003

10Il semble que le passage au véhicule moto­risé constitue une limite tacite que l’on ne franchit pas impunément comme le témoigna­ge de Volkan semble le confirmer.

Au début, j’ai vendu dans mon camion directement. Il y avait plus de choix en fruits et légumes. Mais la municipalité n’a pas permis que je continue. Pourtant, je ne me déplaçais même pas. Donc je suis repassé à la charrette.

  • 20 Acronyme de akıllı bilet pour « ticket intelligent ».

11Toutefois, les vendeurs ont une bonne connaissance du réseau de transports en commun et sa fréquentation est certaine, comme en témoigne la pratique de Kenan qui est déten­teur d’un akbil20, billet électronique prépayé permettant de s’acquitter des trajets sur l’en­semble des réseaux de transport : métro, bus, bateaux, funiculaires, train de banlieue...

12À Istanbul, les usagers des transports en commun sont fréquemment témoins des complications que rencontre tel ou tel vendeur souhaitant les emprunter : ici un chauffeur de bus refuse l’accès à un vendeur dont les marchandises sont très volumineuses à l’approche d’une heure de forte affluence, ailleurs un rémouleur monte par la porte arrière d’un bus faute de pouvoir faire entrer sa meule sur pied par la porte avant (photo 11).

Photo 11 : Rémouleur. Galatasaray

Photo 11 : Rémouleur. Galatasaray

Meilo, mars 2005

Photo 12 : Quelques chaussons pour quelques sous. Beşiktaş

Photo 12 : Quelques chaussons pour quelques sous. Beşiktaş

J. Meissonnier, mars 2003

13Un certain nombre de vendeurs de rue n’ont aucun moyen de déplacement. Ils disposent généralement d’un sac plastique sur lequel ils étalent leur marchandise à même le sol (photo 12). Mais ils s’en dispensent, parfois, lorsqu’il s’agit de brader en quelques minutes des marchandises à un prix défiant toute concurrence (photo 13).

Photo 13 : Braderie de couettes (posées à même le sol). Cihangir

Photo 13 : Braderie de couettes (posées à même le sol). Cihangir

J. Meissonnier, juin 2004

Production de valeur et principes économiques paradoxaux

14Pour accroître son autonomie, le vendeur ambulant tente parfois de maîtriser la chaîne commerciale complète, de la production à la vente. C’est assez aisé à entreprendre dans le commerce de produit alimentaire. Devrim, Ahmet et Metin préparent leur riz au pois chiche ou leurs brioches à domicile, en famille ; İlhan cuit ses maïs lui-même sur sa charrette ; Haluk prépare ses sandwichs en compagnie des amis avec qui il achète les ingrédients en gros. Ces vendeurs réduisent ainsi leur dépen­dance à l’égard des fournisseurs.

Photo 14 : Quand l’avenir est « lu » par un lapin... Ortaköy

Photo 14 : Quand l’avenir est « lu » par un lapin... Ortaköy

Meilo, mai 2005

15La teneur de la valeur ajoutée issue de la vente ambulante ou du service rendu dans la rue est parfois difficile à appréhender ou très faible. On le réalise lorsqu’on croise le détenteur d’un pèse-personne mis à dispo­sition sur un trottoir ou le propriétaire d’un lapin « diseur d’avenir » (photo 14). Pour la plupart des vendeurs de rue, la valeur ajoutée provient de la distribution d’une marchandise. Au même titre qu’un autre commerçant, elle provient du service que représente la disponi­bilité de la marchandise à même la rue et de l’éventuelle « livraison » à domicile ou sur le lieu de travail. Toutefois, il nous a été donné d’observer un vendeur d’agrumes ensacher ses citrons en sac d’un kilo (photo 15), un ven­deur de fruits secs décortiquer le pédoncule des noisettes ou casser des noix. Cette forme de production de valeur demeure cependant anecdotique.

Photo 15 : Charrette attelée d’agrumes. Le vendeur ensache des oranges. Cihangir

Photo 15 : Charrette attelée d’agrumes. Le vendeur ensache des oranges. Cihangir

J. Meissonnier, mars 2005

16La livraison à domicile peut prendre des formes originales. Bien que la pratique tende à disparaître, aujourd’hui encore, les client(e)s intéressé(e)s par la marchandise d’un vendeur dans la rue font descendre de leur fenêtre un panier suspendu à une corde contenant de l’argent. Le commerçant n’a plus qu’à garnir le panier et à rendre la monnaie. Ainsi s’effectue une livraison à domicile sans qu’il y ait péné­tration du vendeur à l’intérieur de l’espace privé du domicile et, bien sûr, sans qu’il faille péniblement descendre et monter les étages des immeubles.

17Certains des comportements commerciaux des vendeurs suivent des logiques dont la rationalité surprendrait l’économiste. La valeur ajoutée paraît, à première vue, totalement inexistante. Aziz, par exemple, vend du petit outillage et du matériel de bricolage à Karaköy. Mais pourquoi se contente-t-il de vendre dans le quartier des grossistes en bricolage (alors que ces derniers refusent rarement la vente au détail) ? Aziz explique :

C’est le quartier des grossistes en bricolage ici ! Les gens le savent et viennent ici pour acheter des outils.

18Nous insistons. Si c’est le quartier des grossis­tes, comment peut-on gagner de l’argent si on se fournit soi-même chez des grossistes ? Et Aziz de répondre qu’il ne se fournit pas chez les mêmes. La valeur ajoutée d’Aziz consiste donc à distribuer les petits outillages « made in China » à prix défiant toute concurrence dans un quartier où les grossistes distribuent une marchandise de qualité à l’attention des professionnels. C’est ainsi qu’Aziz parvient à occuper une niche commerciale. Il capte une clientèle de particuliers sensibles à la variable prix et qui escomptait acheter au détail chez des grossistes.

19De nos jours, la plupart des marchands de rue ont parfaitement compris que le commerce mobile peut, par sa labilité, tirer avantage sur le commerce sédentaire grâce à sa capacité à atteindre des zones moins bien desservies. Généralement, les commerçants ambulants vont chercher la clientèle là où elle se trouve, chez elle, au travail, dans la rue ou dans d’autres espaces publics21. Pourtant, certains vendeurs préfèrent paradoxalement limiter leur déambulation à un quartier dédié à la catégorie de produit qu’ils revendent. Ces mar­chands s’inscrivent en réalité dans une longue tradition commerciale, celle du bazar.

20Le bazar ottoman était un marché marqué par une forte spécialisation professionnelle et une forte concentration spatiale. Mêlant les activités commerciales d’échanges et les acti­vités artisanales, le bazar était le cœur de la vie sociale des membres d’une corporation (lonca) autour de laquelle s’organisait généralement un quartier résidentiel. Traditionnellement, autour du bazar se situaient une mosquée, ainsi qu’un hammam et parfois une école coranique, érigés par de généreux donateurs, souvent de riches marchands. Défiant les logiques écono­miques qui instituaient des seuils au-delà des­quels la concurrence devenait insupportable, le bazar se présentait souvent comme un ali­gnement de boutiques de part et d’autre d’une rue, parfois couverte, proposant, en apparence, les mêmes produits aux mêmes prix. Comme la toponymie l’indique encore aujourd’hui, chaque corporation de métier ou type de commerce occupait une rue donnée dans la cité, rendue fameuse pour cette spécialisation. L’individu qui entrait dans une corporation était intégré à un milieu de travail, mais aussi à un groupe social qui, moyennant le versement d’une cotisation, pouvait lui apporter une aide en cas de besoin. Le sentiment de solidarité et d’unité entre les membres de la corporation était renforcé par la proximité des boutiques [Mantran, 1996].

21Il nous est possible de comprendre la pratique paradoxale de certains vendeurs de rue - évoquée plus haut - en réalisant que jusqu’au XIXe siècle les commerçants ambu­lants étaient le plus souvent affiliés à une corporation. Ils travaillaient généralement à la solde d’un grossiste « donneur d’ordre ». Ainsi s’explique que la présence de certains ven­deurs sur le « bazar » se soit perpétuée jusqu’à nos jours, bien qu’ils n’aient aujourd’hui plus de lien explicite avec les associations profes­sionnelles ayant succédé aux corporations ; notamment depuis l’afflux massif de migrants anatoliens s’improvisant marchands au milieu du XXe siècle.

22Le principe commercial du « bazar » repose donc sur l’idée que la garantie de trouver ce que l’on cherche est plus importante que l’ac­cessibilité immédiate de l’offre. C’est ce principe que les grandes « zones commerciales » sises en lointaines périphéries ont finalement remis au goût du jour à notre époque, parve­nant à élargir leur zone de chalandise de par la garantie qu’elles offrent pour le client de satisfaire son attente.

Une vie au jour le jour

23Les crises économiques successives du mois de novembre 2001 et de février 2002 ont contraint une frange de la population éduquée à s’improviser marchands. Ces victimes des variations erratiques de l’économie turque à cette époque sont des salariés licenciés, des spéculateurs ayant réalisé de mauvais place­ments ou des propriétaires dont le niveau de vie s’effondre.

24Un vendeur de rue s’inscrit dans une lutte plus ou moins perpétuelle contre la précarité qui le menace au quotidien. Gökhan avait une voiture. Il l’utilisait comme outil de travail pour se rendre sur les marchés. Mais pour pouvoir payer les traites de son appartement, il fut contraint de la vendre. L’appartement, c’est pour mes enfants, dit-il. Et si Gökhan s’est séparé de son téléphone portable, c’est aussi qu’il a fallu le vendre. Gökhan bénéfi­cie heureusement de la rente de sa femme, une rente qui leur permet de survivre encore quelque temps :

  • 15

Je suis marié depuis 1991, mais ce n’est pas un mariage officiel. C’est à cause de la rente... ma femme est orpheline. Tant qu’elle n’est pas mariée officiellement, elle touche sa rente mensuelle. Là, on doit encore toucher un ou deux milliards22 et puis ce sera fini. Alors on se mariera officielle­ment.

25La roublardise dont fait preuve Gökhan n’a d’égale que sa générosité un peu naïve.

Vous savez, je suis croyant. C’est écrit dans le Coran qu’il faut aider son prochain. Alors si je gagnais beaucoup d’argent, j’irais acheter plein de vêtements pour enfants à Tahtakale (Eminönü) et j’irais les donner à des enfants orphelins.

26Évidemment, en attendant de gagner au loto, Gökhan doit travailler d’arrache-pied : Je sors tous les jours même le dimanche. Si toutefois Gökhan en avait les moyens, ce qu’il souhaiterait s’offrir, c’est l’accès aux services d’une caisse de sécurité sociale. Comme en témoignent ses dents terriblement cariées, il y a fort longtemps qu’il n’a pas rencontré un médecin :

Pour les enfants, l’assurance, c’est bien. Normalement, on devrait avoir droit à la carte verte [carte d’assuré social destinée aux plus démunis]. Mais comme les riches la veulent aussi, ils ne l’accordent pas à tout le monde.

27Volkan dit aussi :

Je préférerais avoir un boulot avec sécurité sociale pour avoir une retraite.

28Un vendeur de rue vit au jour le jour et son quotidien est fait d’une multitude de bonnes ou mauvaises surprises dont seul le destin (kısmet) est responsable et face auxquelles on n’envisage pas d’autre modalité de gestion qu’improvisée.

29Même le plus prévisible des incidents est géré dans l’instant. On s’en étonne autant que de l’incident imprévisible et on trouve un arran­gement ad hoc souvent pour s’en accommoder plus que pour résoudre le problème originel et y remédier définitivement.

Autrefois, j’ai été propriétaire de trois mini­bus, explique Özgür. Ils circulaient sur la ligne de taxi collectif (dolmuş) Taksim-Sarıyer. Et puis j’ai acheté une boutique, à Hisar Üstü. J’étais déjà vendeur de sandwichs de grillades (photo 16). Ma boutique fonctionnait 24h/24. Et puis un jour, sans prévenir, l’immeuble a été rasé [faute de titre de propriété]. Alors je suis devenu vendeur ambulant. C’est un ami d’Erzincan, un humaniste, qui m’a sorti d’affaire.

Photo 16 : La charrette d’un vendeur de grillades. Taksim

Photo 16 : La charrette d’un vendeur de grillades. Taksim

Meilo, mars 2005

Rituels commerciaux

30On ne saurait expliquer la présence urbaine du vendeur ambulant par le seul jeu des rythmes sociaux ou des variations météorologiques. En d’autres termes, il est illusoire d’espé­rer développer un modèle mathématiquement rationnel qui puisse simuler la déambulation et la répartition spatiale des vendeurs de rue à Istanbul. Une simulation d’autant plus illu­soire que plusieurs de leurs comportements font une large place aux croyances.

31Lorsque Dilan doit s’absenter quelques minutes, il laisse sa charrette en place, bien qu’elle soit neuve et qu’elle ait coûté cher. Il aurait pourtant moyen de la cadenasser et de réserver ses pains au sésame mais il n’y a pas intérêt :

Non, il ne faut surtout pas faire cela. Les gens qui veulent un pain se servent et laissent l’argent.

32En effet, la relation de confiance n’est pas le seul fait d’un contrôle social efficace. En Turquie, elle est une ques­tion d’honneur, qui relève de la dignité morale individuelle et de la croyance religieuse.

De toute façon, si quelqu’un commet un vol, c’est un péché (günah) dont il sera redevable devant Dieu.

  • 23 Nous remarquons que ces expressions idiomatiques s'emploient exclusivement à la deuxième personne d (...)

33Si l’entrée dans le métier, faute de recon­naissance institutionnelle et corporative, ne donne pas naissance à un dispositif symboli­que institutionnel, au même titre qu’un rituel de passage comprenant des rites de séparation, de marge et d’agrégation bien définis et desti­nés à « faire sens » [Van Gennep, 1981], cer­tains gestes et de nombreuses expressions du quotidien comportent pourtant un caractère cérémoniel. Comme les nomme Dominique Desjeux [1998], ces micro-rites du quotidien sont des rites « performatifs » qui permettent le bon déroulement de l’action. Ils sont sou­vent empreints de significations religieuses. En « bon commerçant » et en « bon croyant », un vendeur de rue exprime rituellement sa reconnaissance au client en souhaitant que sa bourse (après l’avoir soulagée de quelques piè­ces) se garnisse à nouveau rapidement par la grâce de Dieu (Bereket versin ou Allah bere­ket versin). Le client peut, à son tour, retour­ner ce vœu au marchand (Bereketini gör23). L’appropriation de l’argent d’autrui en début de journée fait également l’objet d’une gestuel­le ritualisée. Les premiers billets reçus (siftah) en récompense de son travail, sont portés au visage par le vendeur. Celui-ci balaye joues et menton à trois reprises en accompagnant par­fois ce geste d’une prière (siftah yapmak).

  • 24 Les gestes et expressions rituelles évoqués sont utilisés dans de multiples contextes commerciaux. (...)

34Ces rites d’interaction peuvent être considé­rés comme des marqueurs, comme des « signes de ponctuation » des étapes de l’action. Les micro-rituels de la vente ambulante24 ont pour fonction de marquer l’avant et l’après, que ce soit sur le plan spatial, entre l’ancien et le nou­vel emplacement, sur le plan relationnel, entre le client précédent et le client suivant ou sur le plan temporel, entre l’ancienne et la nouvelle journée que Dieu donne.

35Les micro-rites apparaissent comme la cristallisation culturelle de pratiques sociales incorporées par les acteurs. Ils sont faits d’ac­cords sociaux antérieurs qui préexistent aux intentions des acteurs. C’est l’aspect codifié et routinier de la vie sociale qui permet de créer des points de repères, des signes. Lorsqu’il y a « passage » d’un avant à un après, ils structurent l’incertitude [Desjeux, Monjaret, Taponier, 1998]. Sans les supprimer, ils atté­nuent l’angoisse, les tensions ou les conflits souvent associés aux changements. Or l’« ambulantage », impliquant d’inhérents change­ments spatio-temporels, redouble l’importance du respect de ces micro-rites.

Les rythmes du commerce ambulant

36L’espace d’une minute, d’une demi-heure ou de quelques heures, les marchands ambulants tentent leur chance en un lieu et puis repartent vers d’autres horizons. Ils génèrent ainsi une lente mutation spatiale de l’offre commerciale. Cette offre fluctuante convient davantage au passant chez qui le besoin est suscité à la seule vue du chariot garni ou au sédentaire peu actif et/ou peu mobile (ménagère, personne âgée ou commerçant patenté du quartier) qui attend les passages des commerçants comme autant de rencontres routinières. Elle convient moins au client souhaitant avoir la garantie de pouvoir se procurer un bien particulier en un lieu donné et à une période convenue de la journée. Les passages lents et presque caden­cés des vendeurs ambulants constituent des micro-événements qui rythment la vie quoti­dienne des quartiers stambouliotes. Cette offre commerciale fluctuante s’adresse à quiconque sait en saisir l’opportunité dans l’instant pré­sent. Toutefois, l’observateur immobile attentif identifie sans mal des formes de régularités, même si les acteurs de ce ballet changent d’un jour à l’autre.

La temporalité quotidienne

37Le matin est peu propice à l’exercice d’une activité commerciale ambulante ; à l’exception, notable, du vendeur de lait frais et de la myria­de de vendeurs de pains au sésame (simit) et de brioches (açma, çatal, örgü ou poğaça selon la forme). À midi, entrent en scène les ven­deurs de sandwichs. Les vendeurs de fruits et légumes n’officient généralement qu’à partir de 14 h. Les vendeurs de petits jouets et de colifi­chets se postent à la sortie des écoles. L’après- midi, la vente ambulante bat son plein. Les vendeurs se succèdent, se croisent ou s’évitent. Le vendeur de balais et de bassines en plasti­que (photo 17) succède au vendeur d’outils, le poissonnier ne fait que passer et le vendeur de fruits secs vient s’installer le long du trottoir.

Photo 17 : Tout pour l’entretien ménager… Kumkapı

Photo 17 : Tout pour l’entretien ménager… Kumkapı

D. Hennion, avril 2006

  • 25 boza : boisson d’hiver à base de millet fermenté.

38La plupart des vendeurs poursuivent leur activité jusqu’à une heure tardive, en quête de flux. Mais leur présence nocturne est plus tardive en été qu’en hiver ; elle est fonction des conditions météorologiques, de la durée du jour, mais surtout des rythmes circadiens de la vie sociale. Les marchands quittent les zones commerciales à l’heure de la ferme­ture et rejoignent qui les bords de mer qui les rues animées, où la déambulation piétonne des noctambules commence. La nuit, l’espace urbain accueille plus volontiers les activités commerciales informelles et laisse une place à la commercialisation de produits moins licites. Le vendeur de CD et de DVD de contrefaçon s’installe. Le revendeur d’accessoires pour téléphones portables peut présenter des téléphones volés. Le plus souvent, on observe un arrêt des déplacements et une contraction des vendeurs autour de faibles sources lumi­neuses ; un lampadaire, la vitrine d’un maga­sin par exemple. Pourtant, de temps en temps, le vendeur de boza25 s’annonce en venant rompre le calme des ruelles endormies aux alentours de minuit. Pour les noctambules, les vendeurs de sandwichs, de moules farcies ou de châtaignes grillées veilleront sans doute jusqu’à 1 h ou 2 h du matin en s’approchant autant que possible des lieux de divertisse­ment nocturne (photo 18).

Photo 18 : Plateau de moules farcies sur trépieds, la nuit. Karaköy

Photo 18 : Plateau de moules farcies sur trépieds, la nuit. Karaköy

Meilo, fév. 2005

La temporalité hebdomadaire

39Nous avons présenté la rue stambouliote comme le théâtre d’une animation intense. Cette animation n’est toutefois ni permanente, ni identique chaque jour. Au rythme des jours de marchés ou des jours d’arrivages, des jours d’école, des vendredis saints ou des diman­ches fériés ensommeillés, la position des ven­deurs de rue dans l’espace urbain se compose et se recompose selon une temporalité heb­domadaire cyclique. Isa, vendeur d’articles ménagers, dit :

le lundi, je vais à Taksim puis à Dolapdere ; le mardi, je viens à Kuledibi, et je descends à Tophane ; le mercredi : c’est Elmadağ, Kurtuluş et Feriköy ; le jeudi : Şişli, Osmanbey et Mecidiyeköy ; le vendredi, je vais à Çağlayan, Hürriyet, Okmeydanı ; le samedi, je reste à Kasımpaşa et le dimanche, c’est repos (carte 2).

Carte 2 : Les déambulations hebdomadaires d’Ali.

Carte 2 : Les déambulations hebdomadaires d’Ali.
  • 26 Le cas d'Eminönü abonde dans le sens de Wirth [1982] dont la théorie, controversée, considère le zo (...)

40Si les abords du grand bazar à Eminönü constituent le rendez-vous obligé d’une armée de vendeurs en semaine, aucun quartier n’est plus désert que celui-ci le dimanche. Il existe donc un certain nombre de rythmes hebdoma­daires contraignants26.

La temporalité saisonnière

41À la lecture des résultats du sondage réa­lisé auprès des vendeurs d’Eminönü, l’activité commerciale ambulante compte principale­ment des vendeurs de longue date (tab. 1). Sans contester les chiffres, il convient de faire preuve de beaucoup de circonspection à leur égard. Il ne s’agit pas de nier que de nombreux vendeurs s’installent durablement dans leur condition et en font un mode de subsistance malgré son caractère officiellement illicite. Mais les chiffres ne permettent pas d’appré­hender la forte fluidité (temporelle, spatiale, commerciale) qui caractérise cette activité. Nous avons repéré au moins cinq situations échappant à la rationalité statistique.

Tableau n° 1 - Antériorité de la présence des vendeurs d’Eminönü

Parmi les vendeurs d’Eminönü, antériorité déclarée (en %) :

De la présence à Istanbul

De l’exercice d’une activité commerciale ambulante

- d’un an

2,23

3,89

1 - 5 ans

3,89

9,44

5 - 10 ans

12,22

11,67

10 - 15 ans

28,33

24,44

15 ans et plus

53,33

50,56

Totaux

100

100

D’après Akgeyik et alii [2004].

42Premièrement, on peut être vendeur de rue depuis fort longtemps, mais ne pas avoir toujours exercé le même métier car la trajec­toire professionnelle des vendeurs de rue est rarement linéaire. Deniz dit :

Avant de vendre des sandwichs, j’ai été vendeur de pain au sésame, de döner-kebab et de pizza (lahma­cun) et même cireur de chaussures. Toujours en « ambulant ».

43Par ailleurs, un marchand de rue peut être un boutiquier patenté à la recherche d’un revenu annexe pour faire face à une période de baisse d’activité. Le fils de Korcan explique pourquoi et comment son père en est arrivé à faire du commerce ambulant :

  • 27 Ce caractère honteux est fondamental dans les perceptions de l'ambulantage. Nous aurons l'occasion (...)

En fait, on avait un peu honte27 de faire de la vente ambu­lante. Nous, on a une boutique pour vendre nos brioches. Mais l’été, vraiment, il n’y a pas assez de clients. Oui, parce qu’on est juste à côté d’une école. Alors les élèves, c’est une clientèle importante pour nous. Il nous fallait trouver une solution en dehors des périodes scolaires. Et puis on paye 650 millions [420 €] pour le loyer de la maison. Mes frères et moi, on fait des études. Moi, je suis à l’Université d’Istanbul. On peut aider à la boutique pen­dant les vacances. Alors à ce moment, mon père va vendre à l’extérieur.

44Troisièmement, l’activité commerçante ambulante peut ne se faire qu’à certaines sai­sons. Certes, Serdar est depuis 25 ans vendeur de pain au sésame et lui-même fils de vendeur de pain au sésame, mais en hiver seulement. Serdar n’habite pas à Istanbul. Du printemps à l’automne, Serdar se consacre aux travaux agricoles dans la région de Tokat. Avoir une activité saisonnière permet de ne venir à Istanbul que quelques mois dans l’année et de vivre au pays le reste du temps.

45Quatrièmement, si un vendeur déclare être présent depuis fort longtemps sur un emplacement, il peut omettre certaines périodes d’ab­sence pendant lesquelles il a été remplacé par un proche ou par un pair. Seule la charrette est restée omniprésente dans l’espace urbain. Ahmet, par exemple, vient de prendre le travail de [son] cousin. Il est parti au service militaire.

46Venu le remplacer, Ahmet permet une forme de « présence ubiquitaire » de son cousin. Quant à Ahmet, il est clairement de passage. Sa présence est limitée dans le temps :

Dans trois ou quatre mois, je rentrerai à Mardin pour travailler avec ma famille. On a un minibus là-bas. Pour l’instant, je ne peux pas encore conduire parce que je n’ai pas encore 18 ans.

47Enfin, s’ils ne sont pas aisément comptabilisables, bon nombre de personnes ne sont vendeurs qu’épisodiquement et de manière irrégulière, à certaines occasions très ponc­tuelles par exemple. La vente ambulante peut n’être qu’un moyen occasionnel de rembourser une dette ou de se constituer un complément financier.

Je me suis marié il y a un mois et demi et je dois travailler pour payer mes trai­tes, dit un marchand (Radikal, 14-11-2004).

48Selon une enquête de la police municipale de Konya28 sur le niveau de vie des vendeurs ambulants à Konya, on apprend que deux vendeurs sur trois font de la vente ambulante un métier à part entière alors que cette activité ne constitue pour les autres qu’une activité complémentaire. Par exemple, à Konya, un vendeur sur cinq serait étudiant.

Des temporalités plus aléatoires

49Un certain nombre de marchands savent tirer parti de temporalités aléatoires. Ils font évoluer l’offre commerciale en fonction du lieu d’un match de football, en fonction de l’heure de la sortie d’un concert ou d’un meeting politique. Ils suivent l’agenda des événements, manifestations diverses, et festivals culturels publiés dans la presse. Ces marchands d’un soir portent une écharpe ou une casquette blanche et noire un jour, jaune et rouge le lendemain selon l’équipe (Beşiktaş J.K. ou Galatasaray S.K.) qu’il convient de soutenir. Cet opportunisme réclame des compétences supplémentaires pour parvenir à s’informer des événements, pour se mouvoir dans des espaces urbains parfois fort éloignés les uns des autres, pour s’adapter à des horaires précis et, surtout, pour parvenir à rendre légitime, en quelques minutes, l’appropriation d’un espace « cher ». En effet, dans ce genre de manifes­tation, les territoires sont à construire dans l’instant. Et si le plus souvent les vendeurs se contentent des espaces les moins territorialisés (photo 19), en ces occasions, la concurrence pour détenir une portion d’espace public fait rage. Elle est exacerbée par des boutiquiers patentés qui souhaitent profiter de l’occasion ou par des gardiens de parking qui s’octroient le moindre recoin pour y laisser un véhicule.

Photo 19 : Utilisation de terrains vagues, d’espaces peu territorialisés. Topkapı

Photo 19 : Utilisation de terrains vagues, d’espaces peu territorialisés. Topkapı

J.-F. Pérouse, déc. 2005

Une stigmatisation convenue

50Comme nous l’avons précédemment mention­né, le métier de vendeur de rue est estampillé « honteux » car ce métier n’en est pas vérita­blement un. C’est, du moins, la représentation communément partagée par les vendeurs eux- mêmes lorsqu’ils se savent ou se pensent capa­ble d’en exercer un autre. À leurs yeux, c’est une activité de survie, une activité annexe, secondaire, temporaire ou saisonnière qui s’op­pose en tout à un métier fixe (sabit). Ce n’est pas un métier que l’on apprend d’un maître- artisan (usta). Il n’y a donc guère de transmis­sion d’un savoir-faire, d’un capital relationnel et/ou matériel de père en fils. Si Serdar est vendeur de pains au sésame lui-même fils de vendeur de pains au sésame, il n’en tire pas la fierté propre aux petits entrepreneurs qui leur permet habituellement de venter la qualité de leurs services. Serdar est d’abord paysan, comme son père. La vente ambulante n’est qu’une activité saisonnière qui vient améliorer l’ordinaire à la ferme. Et pour la plupart des vendeurs, il est préférable que leurs enfants parviennent à exercer un autre métier. Les ven­deurs d’Eminönü, par exemple, sont presque unanimement défavorables (95 %) à l’idée que leurs enfants exercent la même activité qu’eux- mêmes [Akgeyik et alii, 2004]. Le métier de vendeur de rue est stigmatisé.

51La population des vendeurs de rue n’est qu’assez rarement accueillie à bras ouverts. Davut, un vendeur kurde, dit :

Vous savez ce que ça veut dire d’être vendeur ambulant ? C’est méprisé par tout le monde !

52Lorsque nous croisons Barlas à Kasımpaşa, un auto­mobiliste l’interpelle agressivement en ces termes : « Pousse-toi de là, tu vois bien que tu gênes les voitures ! » Les vendeurs de rue sont couramment taxés de voleurs, de roublards ou d’animaux sales. Ils subissent une stigmatisation relativement convenue de la part de certains résidents à l’instar de cette représen­tante d’une association de femmes du quartier aisé de Teşvikiye avec qui nous nous sommes entretenus :

Oh, il y a une thèse à faire sur les vendeurs ambulants. Vous savez, il faudrait se débarrasser de tous ces vendeurs. Ils ont les mains sales et vous servent de la nourri­ture dans la rue. Vraiment, dans le quartier, on fait tout pour les faire fuir.

53Là où la stigmatisation « bourgeoise » est méprisante, la stigmatisation « populaire » renvoie davantage à la compétence. Utilisateurs des services de rémouleurs ambulants pour leurs couteaux, restaurateurs et bouchers ne font pas tous confiance à ceux-ci. Voici un extrait d’une conversation que nous avons eue avec un boucher patenté de Kasımpaşa :

L’enquêteur - J’ai des couteaux à aiguiser, quel jour passe le rémouleur ambulant dans le quartier... ?
Le boucher - Oh ! Il en passe, surtout en ce moment, à l’approche de la fête du sacrifice.
- Pourquoi ?
-Comme vous le savez, on sacrifie le mou­ton. Et chacun fait un peu ça à sa manière. Alors il y a des tas d’ambulants qui s’impro­visent rémouleurs pour l’occasion. Mais moi je ne fais pas appel à leurs services. Moi je vous le dis... pour vos couteaux, allez... (le boucher indique l’adresse d’un collègue artisan patenté). Là, ils font du bon travail.

54La place des vendeurs de rue est égale­ment contestée par les forains détenteurs de stands sur les marchés [Varcin, 2000]. Dans un contexte tendu lié à une crise économique sans précédent à la fin de l’année 2001 et au début de l’année 2002, les ressentiments des forains à l’égard des vendeurs ambulants leur faisant une concurrence jugée « déloyale » se sont accrus. Épisodiquement, des affrontements ont pu se produire comme ce fut le cas sur le mar­ché du dimanche à Mahmutpaşa (Radikal, 27­11-2001). « Sans verser un centime d’impôt, les vendeurs informels de fruits secs nous empêchent de vivre ! », se plaignait le direc­teur de la corporation des vendeurs patentés de fruits secs (S.I. 07-02-2001).

55Enfin, la stigmatisation ethnique à l’égard des Kurdes ou des Tziganes n’est pas le seul fait de la clientèle ; entre vendeurs ambulants, il n’est pas rare d’observer du mépris. Deniz, par exemple, vendeur originaire d’Ankara, méprise ouvertement les vendeurs qui vien­nent de l’Est :

Ils ne parlent pas bien turc. On comprend tout juste ce qu’ils disent.

56Toutefois, l’argument ethnique n’est pas avancé de maniè­re systématique. Il n’apparaît qu’en situation de concurrence. En somme, l’ethnicité n’est problématique que lorsqu’elle est instrumentalisée. C’est la situation de concurrence qui conduit à produire de l’altérité.

57Affecté d’une image dégradante, le ven­deur ambulant effraye. Stigmatisé, il se sait différent. Pour parvenir à gommer cette image négative, il doit donner des gages de bonne conduite. Sans importuner, il doit parvenir à rassurer pour gagner la confiance.

Conflits avec les autres usagers de l’espace urbain

58En cas de conflit grave avec un autre usager de l’espace urbain, le marchand peut recevoir l’in­jonction de quitter l’espace qu’il revendique. Parfois il rejoint des lieux plus accueillants parfois il se contente, tout simplement, de reve­nir tenter sa chance quelques heures plus tard. Un gardien de parking souhaitant récupérer l’espace de trottoir qu’occupait İlhan s’adresse à lui en criant :

  • 29 Le terme « municipalité » est ici une métonymie désignant la police municipale d'arrondissement.

« Attention, la municipalité29arrive ! Cours ! ».

59Résigné et nonchalant, mais pas dupe, İlhan change de trottoir. Sezen et Cem, vendeurs d’agrumes, disent quant à eux éviter de se placer devant les primeurs et les supermarchés pour ne pas avoir d’ennuis. C’est aussi l’attitude d’Aziz :

En fait, soit je me mets là, soit un peu plus loin, mais toujours à l’endroit où ça gêne le moins. Là par exemple, je suis devant un magasin qui a fermé ses portes depuis un an. L’emplacement est libre. Personne ne me dit rien. J’y reste jusqu’à ce qu’il soit loué.

60Généralement admise comme une fatalité, la précarité de la légitimité du vendeur ambu­lant semble assez souvent intériorisée par les individus.

Avant, il n’y avait que deux grosses pierres ici, derrière lesquelles je pouvais met­tre ma charrette, dit Erol. Maintenant, c’est fini, il y a des plots aux normes européennes. Alors je suis à moitié sur la route. On ne peut pas se faufiler entre ces plots. Avant, derrière mes pierres, c’était peinard : comme si j’avais eu ma boutique ! Personne ne m’embêtait et je n’embêtais personne. Mais comme on est des commerçants ambulants, c’est toujours à nous de bouger, d’aller voir ailleurs...

Une répression croissante ?

61Au début du XVIIe siècle le gouvernement ottoman a été dépassé par l’afflux important de migrants s’improvisant marchands. Si à cette époque la Sublime Porte eut recours à des expulsions massives pour faire face à une situation devenue incontrôlable, le commerce de rue, à travers l’histoire de l’Empire otto­man, n’a guère été informel. Si les vendeurs n’étaient pas pris en charge par le système de corporation, comme c’était généralement le cas au XVIe siècle, ils travaillaient pour le compte de janissaires qui leur avançaient argent ou produits moyennant un partage des bénéfices, au XVIIe, et plus encore au XVIIIe siècle [Mantran, 1996].

62L’organisation des places commerciales, destinés aussi bien à la consommation quo­tidienne qu’à la fourniture de marchandises ou de matériaux pour l’artisanat et l’indus­trie locale, fut généralement contrôlée d’une main de fer par le kadı d’Istanbul à l’époque ottomane. Le kadı, délégué du gouvernement, aidé d’un subordonné, le muhtesib, intervenait de façon autoritaire pour contrôler la police des marchés et les corporations. Le muhtesib répartissait entre les corporations, selon les règlements, les denrées et produits importés. En outre, il édictait, en accord avec leurs repré­sentants, des prix plafonds, protégeant ainsi la population stambouliote contre toute tenta­tive de spéculation. Les vendeurs ambulants, comme d’innombrables petits détaillants et boutiquiers, relais indispensables du commer­ce, dépendaient de négociants et de grossistes.

63Il nous faut donc invalider l’idée reçue qui présente un commerce de rue autrefois « libre » et aujourd’hui « contrarié » par la police municipale. Contrôlés à la fois par le muhtesib et par les instances de leur corporation, ou bien par un janissaire usurier, les marchands ambulants stambouliotes de l’épo­que ottomane étaient soumis à une pression forte et arbitraire pour ne pas dire à une forme d’exploitation. Ils ne pouvaient guère espérer mieux qu’assurer leur survie.

64Aujourd’hui, la police municipale d’arron­dissement (zabıta) en charge du contrôle des activités commerciales est légalement fondée à procéder à des contrôles, à verbaliser et confisquer les marchandises et/ou charrettes utilisées pour le commerce. Elle doit être accompagnée des forces armées (police municipale armée ou gendarmerie nationale) lorsqu’elle procède à des arrestations. Les opérations de maintien de l’ordre commercial, souvent médiatisées, sont montées de manière aléatoire et ponc­tuelle. Elles consistent à interpeller quelques vendeurs « pour l’exemple ».

65Emre dit :

Un jour, des policiers en civil sont venus me voir en me demandant le prix de mes fruits. Et à la fin, ils m’ont confisqué ma charrette. J’ai tout essayé pour réussir à la récupérer mais j’ai dû en racheter une autre deux semaines après.

66Mehmet ajoute :

À Mustafapaşa, une fois, je me suis fait renverser toute ma marchandise sur le trottoir et ils m’ont confisqué ma charrette. Mais c’est la vie... attendre le client, marcher, courir quand on aperçoit les policiers et recommencer. C’est notre boulot, on est des ambulants.

67Le marchand ambulant s’expose à des ris­ques de brimades (expulsion à coups de matra­que) ou, plus grave, de confiscations (au mieux de la balance ou de la recette du jour, au pire de la charrette et de son chargement). Le prix d’une charrette pouvant équivaloir à une recette de quinze jours de travail, il va sans dire qu’agents de la municipalité et marchands ambulants « jouent » au chat et à la souris dans l’espace urbain.

Je préfère ne pas avoir de charrette, dit Kenan. C’est plus facile pour se déplacer. Si un client m’arrête quand je marche, il arrive qu’un autre s’approche pour voir ce que je vends. Alors là, je n’aime pas trop ça. Quand ça fait un attroupement, même si ce n’est que deux ou trois personnes autour de moi, je ne suis pas rassuré.

68Le marchand n’adopte pas le même com­portement face à l’une ou l’autre des polices. Il ajuste son attitude (fuite, scandale public, joute orale, négociation...) selon que son interlocuteur appartient au corps de la police muni­cipale d’arrondissement ou à celui de la police municipale armée. Recrutés dans un vivier de jeunes gens sans emploi souvent pour des périodes de courtes durées, les membres de la police municipale d’arrondissement sont peu diplômés et modestement rémunérés. Ils sont souvent enclins à profiter de l’autorité qui leur est conférée pour « arrondir » leurs fins de mois. Les membres de la police municipale armée sont plus intègres mais peuvent être plus répressifs lorsqu’ils en ont reçu l’ordre. Les marchands craignent donc la violence des uns et l’iniquité des autres.

69Chaque vendeur s’est construit une repré­sentation spatiale du risque de croiser la police municipale d’arrondissement mais il n’y a aucune unanimité autour d’une représentation commune à deux exceptions près. D’une part, il semble clair qu’une ruelle peu passante est moins exposée aux contrôle qu’une place ou un boulevard fréquenté. D’autre part, l’arrondissement d’Eminönü est plus particulière­ment conçu comme une zone à risque, réputée pour les expéditions punitives de sa police. De nombreux vendeurs n’y font que des appari­tions furtives pour s’y approvisionner.

70Comme le montre l’enquête réalisée auprès des vendeurs d’Eminönü (tab. 2), la pression exercée par les forces de l’ordre est au pre­mier rang des sources d’angoisses. Toutefois, au quotidien, ces angoisses ne se situent pas nécessairement là où on les imagine. Il nous est arrivé, à plusieurs reprises, de constater qu’un agent de police en uniforme, s’il n’est pas en charge de la lutte contre l’économie informelle, peut-être un client tout à fait ordi­naire dont la présence ne génère ni tension ni suspicion ni appréhension.

Tableau n° 2 - Entraves ressenties par les vendeurs d’Eminönü

Quels sont vos problèmes les plus importants ? [D’après Akgeyik et alii, 2004]

Problèmes

En %

La pression de la police armée

27,21

La pression de la police municipale d’arrondissement

21,16

Le fait de ne pas avoir un travail durable

14,88

Le fait de devoir « courir après le travail »

10,46

La baisse des revenus

9,30

Le fait de ne pas avoir de sécurité sociale

8,61

La pression des services fiscaux

4,42

La pression des corporations d’artisans commerçants patentés

2,79

Autres

1,17

Total

100

71A contrario, le risque qu’un individu prend en exerçant une activité commerciale infor­melle qui contourne la loi est, sans doute, de ne pas pouvoir prétendre aux droits et à la protection que cette même loi prévoit. Dans cet État policé où la société conserve la mémoire et les stigmates de coups d’État liberticides (le plus récent ne remontant qu’à 1980) l’évitement des forces de l’ordre s’avère être une gageure tant elles sont omniprésentes. Il convient d’être absolument irréprochable si l’on souhaite être traité par elles selon les conventions humanistes de l’État dit « de droit » car en Turquie, les forces de l’ordre se considèrent implicitement garantes de la morale. À ce titre, lorsqu’on déroge à la loi, il n’est pas rare de voir celles-ci s’octroyer des pouvoirs discrétionnaires, notamment celui d’infliger des « corrections ».

Hakan dit : Un jour, il y a un policier qui est venu me demander trois bananes et au moment de payer, il me dit : « tu sais que tu n’as pas le droit d’être ici ». Alors j’ai dû m’excuser. Et parfois, il ne suffit pas de faire un cadeau, il faut en plus donner de l’argent.

  • 30 Nous regrettons de ne pas disposer de l'intégralité de la source de certaines coupures de journaux (...)

72Périodiquement, la presse rapporte des brima­des dont les marchands ambulants sont victimes. En 1994, par exemple, la municipalité d’Eminönü aurait demandé à des vendeurs trois fois le montant légal de l’amende pour récupérer leurs biens et aurait instauré des pré­séances permettant à des personnes de Kayseri ou de Giresun d’être prioritaires sur les autres ( ?30, 30-06-1994). En 1997, la tension entre vendeurs et polices municipales d’arrondis­sements a été exacerbée par un projet de loi proposant de confier des armes à cette police municipale. Hésitant entre misérabilisme et condamnation, la presse a publié de nombreux témoignages à cette époque.

  • 31 Cf. note précédente.

On vit déjà à chaque minute dans l’in­quiétude de la venue de la police municipale. Désormais, la mort pourra s’en suivre. (...) Ce métier est peut-être interdit. Mais nous avons faim et sommes sans emploi. Les armes sont-elles une solution au chômage ? (...) Tous les jours des poursuites, des injures, des humilia­tions et des coups. Notre métier est suffisam­ment difficile pour ne pas y ajouter la pression supplémentaire des armes ( ?31, 21-01-1997).

73Pourtant, nous soutenons qu’on ne peut dis­tinguer un autrefois permissif d’un aujourd’hui répressif. Le vendeur de rue de l’époque otto­mane n’avait pas une latitude complète. Le vendeur de rue contemporain, quant à lui, n’est pas dépourvu de marges de liberté. Sans nier le fait qu’il est parfois pourchassé et stig­matisé, sans contester la répression policière récurrente et tout en reconnaissant que son statut social contemporain est précaire, nous montrerons plus loin qu’il conserve une maî­trise relative de sa situation (photo 20).

Photo 20 : Après avoir été réprimandé par la police... partir plus loin. Kurtuluş

Photo 20 : Après avoir été réprimandé par la police... partir plus loin. Kurtuluş

J. Meissonnier, juin 2006

Un jeu avec l’interdit

  • 32 Exception faite des vendeurs autorisés dont nous parlerons plus loin.

74Observons un lieu où la présence de ven­deurs est rigoureusement interdite32. La rue de l’Indépendance (İstiklal caddesi), est une rue-symbole s’apparentant à une version pié­tonne des Champs-Élysées parisiens. Comment l’interdit est-il interprété ?

75L’interdiction qui est faite aux vendeurs ambulants d’investir cette rue est globalement très bien respectée. Seuls s’y aventurent le matin quelques rares récupérateurs d’encom­brants et vendeurs sans charrettes (vendeurs de balais, de mouchoirs qui promènent leur marchandises sur l’épaule ou dans un sac) dont la présence est furtive (quelques pas suffisent pour disparaître dans une rue per­pendiculaire).

  • 33 Estimation personnelle

76S’ils ne peuvent l’investir, il est pourtant très intéressant pour les vendeurs ambulants d’approcher cette rue piétonne dont la fré­quentation est extrêmement importante (jus­qu’à 300 passants à la minute en période d’affluence33). Dès le début de l’après-midi, on constate l’arrivée des marchands ambulants le long des rues perpendiculaires. Ils profitent des flux afférents. À partir de 16 h, on constate qu’ils parviennent à « remonter » jusqu’aux limites d’İstiklal caddesi et à se placer paral­lèlement au flux principal comme le schéma situant la charrette d’un vendeur de parfums contrefaits l’indique (schéma 1).

77Il y a une sorte de « danse » du vendeur ambulant qui contourne l’interdit au sens propre comme au figuré. Il passe, s’approche, puis s’installe à la limite de l’interdit. Par ses efforts d’approche, par ses incursions succes­sives, le vendeur parvient à s’introduire dans l’espace sans offusquer, il se fait « petit » pour mieux se faire accepter, pour mieux construire sa légitimité de marchand. Ce jeu avec le feu n’est pas une exclusivité stambouliote. Une manière similaire de flirter avec l’interdit a été remarquée à Sao Paulo où certaines rues très fréquentées par les piétons sont interdites aux camelots, qui, comme aimantés par cet inter­dit, s’agglutinent à leurs abords [Denoncourt, 2002].

78Dans les situations les plus tangentes (cel­les où il est exposé à un important risque de sanction), le vendeur est rarement isolé. Il peut compter sur le soutien des nombreux autres vendeurs du quartier qui, comme lui, bravent l’interdit. Ils font équipe de manière très organisée. L’un des leurs, qui ne vend rien, prend le poste de vigie. Les autres peuvent vendre en toute tranquillité. À l’arrivée d’une équipe de policiers, l’alerte est donnée par des siffle­ments stridents. Les uns et les autres introdui­sent leurs marchandises dans de grands sacs plastiques en quelques secondes et prennent la fuite. Ils viennent généralement les déballer et reprendre leurs postes respectifs un quart d’heure plus tard, lorsque le risque s’est éloi­gné. La possession de téléphones portables est souvent salvatrice dans des environnements très bruyants tels les marchés. Ils suppléent utilement le sifflement pour donner l’alerte à distance.

Entre commerce non déclaré et pratiques délictueuses..

Schéma n° 1 - Jeu avec l’interdit.

Quand je vends des tee-shirts pour enfants, je me les procure à Merter. Mais ces sanda­les, ne me demandez pas d’où je les tiens, je ne peux pas vous le dire, prévient Murat.

79Il revend des sandalettes en plastique à un prix élevé parce qu’elles sont « made in Italie ». Mais il dissimule, non sans gêne, qu’elles ont été déclassées parce qu’elles comportent des défauts.

Je sais bien, c’est un peu de l’escro­querie. Mais je n’ai pas le choix. Et puis c’est à chacun de contrôler ce qu’il achète. Moi, je ne peux pas m’en sortir autrement. Le problème de Murat, c’est que dans les rues de Kurtuluş, on commence à le traiter de charlatan.

J’ai un ami qui est « directeur » d’une usine chez Paşabahce (célèbre verrerie tur­que), explique Isa (photo 21). C’est lui qui m’expédie la marchandise. Et puis, je n’ai qu’à aller la chercher au service de messagerie.

Photo 21 : La charrette d’İsa, vendeur d’articles ménagers en verre. Galata

Photo 21 : La charrette d’İsa, vendeur d’articles ménagers en verre. Galata

J. Meissonnier, nov. 2004

80Il est vraisemblable que ce « directeur » ne le soit pas tout à fait. En effet, une part signifi­cative du commerce ambulant s’inscrit dans un réseau international de distribution de produits de contrebande et de produits contre­faits. Ces « entrepreneurs sans entreprise » [Granovetter, Swedberg, 2001] animent des filières marchandes informelles en commer­cialisant des produits d’usage licite et illicite indifféremment. Si l’Asie (Chine, Corée du Sud, Hong-Kong, Taiwan, Thaïlande) demeure l’origine principale des produits de contrefa­çon, « la Turquie s’affirme également comme un pays de production majeur », constataient les douanes françaises dans leur bilan annuel de 1999 (photo 22).

Photo 22 : Charrette de chaussures (notamment de contrefaçon). Gültepe

Photo 22 : Charrette de chaussures (notamment de contrefaçon). Gültepe

J. Meissonnier, mars 2003

81À l’heure où l’écart entre les économies et les niveaux de développement des nations continue à se creuser, dans des nations comme la Turquie dotées d’un savoir-faire manufactu­rier et confrontées à des difficultés économi­ques chroniques, la protection que confèrent les brevets et les garanties que devraient fournir les certificats d’origine sont mises à rude épreuve. Le respect de la propriété intel­lectuelle relève d’une éthique qui suppose un fair-play dans le « jeu » commercial et le res­pect de règles de bonne conduite auxquelles seuls les pays qui en ont les moyens écono­miques, les pouvoirs juridiques et la volonté politique, peuvent se conformer. Parce qu’elle est une norme commerciale qui concerne des partenaires solvables aux niveaux de déve­loppement comparables, la frontière entre des fabrications industrielles licites et illicites s’estompe dès lors qu’un déséquilibre écono­mique trop important se creuse.

  • 34 Meissonnier Joël, 2003, Comprendre la présence de contrefaçons dans les réseaux commerciaux informe (...)
  • 35 En effet, il n'y a guère de stigmatisation sociale du contrefacteur, si l'on en croit la biographie (...)

82À Istanbul, il n’est pas pertinent d’étudier la contrefaçon comme une catégorie de marchan­dise particulière34. Se lovant dans les réseaux de distribution licites préexistants, la contre­façon n’utilise pas un réseau de distribution parallèle stricto sensu. Produits contrefaits ou non se retrouvent indifféremment sur les charrettes des marchands ambulants, sur les étals des marchés ou dans des boutiques les plus chics. L’innocence de nombreux ven­deurs de produits contrefaits quant à leur acti­vité frauduleuse, nous amène à la qualifier de pratique commerciale objectivement illégale mais pratiquement légitime. La contrefaçon ne « fait » pas problème35. Elle n’en est un que pour l’observateur occidental. Il nous a été donné d’observer un vendeur à la sauvette pro­posant quelques dizaines de copies de CD et DVD à Ortaköy. Un agent de police chargé de la circulation routière s’est approché pour véri­fier si le vendeur disposait de nouveaux films ou non. Puis, il est retourné à sa tâche. Cette interaction anodine n’a présenté aucun signe apparent de tension, d’appréhension ou de suspicion de la part du vendeur (photo 23).

Photo 23 : Le policier (à moto) discute, un vendeur passe, sans être inquiété. Fatih

Photo 23 : Le policier (à moto) discute, un vendeur passe, sans être inquiété. Fatih

Meilo, mai 2005

83Il n’est pas rare de voir l’activité commer­ciale informelle qualifiée de mafieuse par la presse. Le commerce de rue serait opportun pour blanchir de l’argent, pour occuper des territoires urbains contrôlés par des groupes d’intérêt faisant volontiers appel au crime pour « régler » leurs comptes. Nos enquêtes de ter­rain ne valident en rien cette thèse qui, vrai­semblablement, prend sa source tant dans une stigmatisation sociale du commerçant ambulant que dans une propension culturelle à suspecter des complots. En aucune manière nos entre­tiens ne permettent d’identifier une tension, de révéler un non-dit ou de témoigner d’une prise de risque vital, qui puisse laisser penser à une implication mafieuse des vendeurs de rue.

84Bien entendu, des groupes de vendeurs prennent le contrôle de portions de l’espace en affichant une hostilité à l’égard des vendeurs étrangers au groupe dans le but de délimiter un territoire « exclusif ». Mais cette concurrence pour le contrôle d’espaces urbains demeure globalement pacifique. Le contrôle social suffit à lui seul pour encadrer sans heurt cette lutte territoriale. Dilan, par exemple, explique :

À Karaköy, ils soutiennent un parti politique qui n’est pas le mien. Alors je suis parti et venu ici.

  • 36 Selon le Bureau International du Travail, l'économie informelle inclut toute activité productive de (...)

85Certes, le commerce ambulant échappe tota­lement à la taxe sur la valeur ajoutée et le chiffre d’affaire réalisé n’est pas déclaré aux services de l’État en charge de la collecte des impôts. À ce titre, l’activité est délictueuse parce qu’in­formelle. La notion « d’économie informelle », rappelons-le, caractérise des unités économi­ques produisant des biens et des services en vue de créer principalement des emplois et des revenus, bien qu’elles échappent à l’enregistre­ment réglementaire36 [Charmes, 2000]. À l’évi­dence, la transaction commerciale dite « infor­melle » ne suit pas les normes conventionnel­les du commerce. Mais selon Michel Péraldi, placer l’État comme seul garant des échanges économiques est une fiction politique. Fiction dans laquelle il n’y aurait d’économie qu’aux conditions fixées par l’État dans les limites de sa compétence organisationnelle, normative et financière ; et qu’il y aurait sinon des univers socio-économiques séparés, affranchis de tout devoir moral, n’acceptant aucune compromis­sion ni relation avec le reste du monde dans lequel ils vivent. On peut alors considérer que l’économie informelle est une manière « autre » de participer à la vie économique de nos sociétés, dans des cadres sociaux et selon des modalités qui excèdent, contournent ou ignorent les limites fixées par des appareils de normes [Péraldi, 2001 et 2002]. Mais cet écart à la norme doit clairement être distingué d’acti­vités criminelles, la transgression, n’ayant pas pour finalité de nuire.

  • 37 Nous regrettons de ne pas disposer de l'intégralité de la source de certaines coupures de journaux (...)

Si je suis au fond du fond et que je ren­contre un grossiste en chaussettes, que je lui en prends pour les vendre... eh bien quoi ? Maintenant viens, viens me prendre mon pain des mains au nom de la loi. Si vous appelez ça « mafia » alors nous sommes les rois des mafieux ( ?37, Ankara, 2004).

  • 38 Faute de soutien dans les rangs de la police. A contrario, les gardiens de parkings (otoparkçı) son (...)
  • 39 Nous reviendrons sur les critères de légitimité qui fondent l'autorité que les uns exercent sur les (...)

86Lorsqu’un vendeur souhaite s’installer en un lieu donné, il peut se voir refuser ce droit par une clique de vendeurs déjà installée loca­lement. Cette interdiction entraîne rarement des affrontements violents parce que personne n’a intérêt à éveiller la vigilance policière38, mais elle peut se muer en une autorisation sou­mise à des conditions de préséance. La crainte d’une criminalité organisée qui se cristallise autour des marchands de rue n’est fondée, en fin de compte, que sur la pratique d’un racket des plus « faibles » par les plus « forts » pour l’occupation des meilleurs emplacements39(Radikal, 21-08-2002).

  • 40 Si l'on croise des vendeurs de rue dans tous les quartiers d'Istanbul, on note, toutefois, une conc (...)

87Nous soutenons, toutefois, que les terri­toires ne sont pas verrouillés. Les vendeurs refusant de se soumettre à l’autorité de fait de quelques-uns peuvent parfaitement choisir d’autres emplacements « libres de droits » car le nombre de marchands de rue serait plutôt en régression alors que, simultanément, l’offre spatiale urbaine tendrait à s’accroître en rai­son de l’étalement urbain dont la mégapole d’Istanbul fait l’objet40. Sans tenter d’ériger les vendeurs ambulants en chantres de l’éthi­que commerciale, mais sans les assimiler à des bandits, on parvient à les situer dans cet entre-deux qu’est le marché informel. Les mar­chands de rue font bon usage des interstices juridiques et spatiaux qui s’offrent à eux.

88Le cas exemplaire du pont de Şirinevler illustre cette position marginale-sécante. Ce pont relie, de part et d’autre du périphérique, les municipalités d’arrondissements de Bakırköy et de Bahçelievler. Sur le pont, c’est la municipalité du Grand Istanbul qui a auto­rité. Lorsque la présence d’une police munici­pale d’arrondissement se fait menaçante d’un côté, les vendeurs ont l’habitude de se réfugier dans la circonscription municipale opposée. En l’absence de coordination des polices, le contrôle de l’activité commerciale informelle est rendu plus ardu et les marchands ont le sentiment d’exercer plus librement leur acti­vité (Radikal, 18-04-2004).

89Il existe de nombreux cas d’occupation des espaces interstitiels peu ou mal réglementés. Citons encore la coutume qui consiste à aller se faire connaître du chef de quartier (muhtar), l’élu local le plus proche de la population, avant d’entreprendre une tournée régulière dans un quartier. Le vendeur ambulant n’a pas de légitimité commerciale légale, mais à défaut, il se forge une plus ou moins grande légitimité sociale. Elle lui est conférée par défaut lorsque, dans un quartier, il n’a pas essuyé de jugements réprobateurs ni d’une partie de la population ni du chef de quartier. En contrepartie du respect dont le vendeur a bien voulu faire montre envers le chef de quar­tier, la tolérance de celui-ci entérine cette légi­timité sociale et vaut pour caution ni légale, ni illégale mais officielle.

Une volonté d’éradication qui se change en une folklorisation contrôlée

90À partir de 2002, à Istanbul, les interdictions à l’égard des vendeurs prononcées par les municipalités d’arrondissements ont été assor­ties de justifications environnementales. Sur décret préfectoral, les commerçants ambulants ont dû quitter un certain nombre de lieux, au nom d’une mystérieuse politique d’embel­lissement de l’environnement (Cumhuriyet, 14-04-2002). Cet étrange argument environ­nemental a pris tout son sens dans les années 2003 et 2004. À cette époque, la Municipalité du Grand Istanbul dévoile avec succès son projet de « ville monde » qui, toutefois, avait été précédé par plusieurs tentatives moins réussies (1991 ; 1994 ; 1995).

  • 41 Dans une interview accordée au journal francophone Aujourd'hui la Turquie [n°11-12 - Mars/avril 200 (...)

91Le projet consiste à hisser la ville-dépar­tement d’Istanbul au niveau des standards internationaux des mégapoles de la planète pour l’inscrire résolument dans un réseau transnational. Par-delà les clivages culturels et les distances qui les séparent, les mégapoles que compte ce réseau participent significativement au développement archipélagique de l’économie contemporaine. Dans cette perspective, la disparition des vendeurs de rue entre plus ou moins explicitement dans l’agenda municipal. La présence de cette population précaire, incontrôlable, mal vêtue et peu soucieuse de son image, n’est guère opportune pour « vendre » le nouveau visage qu’Istanbul souhaite donner au monde en faisant des abords des quartiers historiques les vitrines de sa « modernisation ». C’est ainsi qu’au motif d’un « embellissement » urbain, les vendeurs qui l’« entachent » par leur présence, sont priés de disparaître41. En dénonçant une criminalité des vendeurs, que seule la roublardise de certains peut expliquer, la municipalité d’Eminönü est parvenue à vider la place située devant le Bazar Égyptien et la mosquée Yeni Camii. Sa métamorphose est à l’image de la prétention municipale. Cet espace, particulièrement fréquenté par les touristes, était autrefois un grand déballage improvisé où chacun disposait librement sa marchandise à même le sol. En tant que pôle d’interconnexion actif et densément fréquenté, à l’articulation entre mer, route et maintenant tramway, la place d’Eminönü était un territoire-transit stra­tégique devenu le rendez-vous dominical des marchands de rue. Elle est aujourd’hui déser­tée. Dans la littérature et le cinéma turcs, ainsi que dans la chanson populaire, elle était pour­tant indissociable du grouillement des ven­deurs, premier terrain d’activité des migrants récemment arrivés à Istanbul [Pérouse, 2006]. Si l’espace a été initialement dégagé pour per­mettre des travaux de rénovation du mobilier urbain (dallage de granit, éclairage de qualité et surveillance sécurisée par caméra vidéo) et de mise en conformité avec les standards esthéti­ques internationaux, la mise à l’écart dont les vendeurs avait fait l’objet fut ensuite entéri­née. « Nous voulons nettoyer Eminönü » décla­raient les forces de l’ordre en août 2004 (Öteki İstanbul, du 01 au 15-08-2004).

  • 42 Les autorisations peuvent également s'obtenir auprès de fonctionnaires de la Chambre de Commerce d' (...)
  • 43 İstanbul Elektrik Tramvay ve Tünel.

92Si ce nettoyage a été fort efficace, il n’a pas été absolu. D’une part, une poignée de marchands sans stand ni plateau se risque toujours à vendre à la sauvette les trois rasoirs qu’ils ont dans la main. D’autre part, la place d’Eminönü admet curieusement deux vendeurs de gla­ces en été et cinq vendeurs de graines pour pigeons vêtus de curieux accoutrements. Ces « privilégiés » subsistent sur la place sans être inquiétés de par une autorisation expres­se de la municipalité d’arrondissement42. L’obtention d’une dérogation officieuse de la part d’une institution pour vendre ou revendre un produit n’est pas un phénomène inédit. Par exemple, la compagnie des transports en com­mun publics (İETT43) utilise de longue date les services de vendeurs de rue pour distribuer à l’unité des billets aux arrêts de bus. Ce qui est nouveau, c’est la tentative de réinvention de traditions dont elle témoigne.

93En effet, les municipalités d’Istanbul, celles de Beyoğlu, de Şişli et d’Eminönü en tête, se sont engagées dans une démarche de folklorisation de l’activité commerçante des rues. Les principales centralités historiques byzantines et ottomanes étant aujourd’hui devenues des centralités touristiques, la Mairie du Grand Istanbul a récemment saisi tout l’intérêt d’impliquer certaines catégories de vendeurs de rue dans sa politique de valorisation du patrimoi­ne. Les municipalités des arrondissements de Beyoğlu et d’Eminönü se sont engagées dans la reconstitution d’un « décor urbain », celui de l’ancienne capitale de l’Empire ottoman, sans craindre l’anachronisme ou l’approximation des faits historiques. Qu’importe ce que fut le passé, les rénovations sont d’abord des façades destinées à répondre à l’attente présumée d’un tourisme de masse en mal d’images, dont le rapport à l’histoire repose principalement sur la nostalgie d’un passé idéalisé.

  • 44 Simultanément, on voit réapparaître nombre de métiers costumés que l'industrie touristique promeut. (...)
  • 45 Mais une carte postale colorisée... comme le sont aujourd'hui les nombreuses rééditions de cartes p (...)

94C’est à ce titre que la municipalité d’ar­rondissement de Beyoğlu a nuancé le rapport conflictuel qu’elle entretenait à l’égard des vendeurs de pains au sésame jusqu’en 2005, en réalisant qu’elle pouvait reprendre à son compte cette activité « traditionnelle ». En tant que figure emblématique du vendeur de rue, le vendeur de pains au sésame est une pièce maîtresse de l’animation nécessaire à la reconstitution « historique » recherchée44. Dans cette théâtralisation, voulue « vivante », il joue le rôle d’un poulbot évoluant dans un Istanbul réifié à l’image de ce que Paris a fait de Montmartre : une carte postale45.

  • 46 Les formes arrondies de cette charrette ainsi que les couleurs choisies font volontairement référen (...)
  • 47 En été la casquette en feutre est remplacée par une casquette plus classique.
  • 48 Toutefois, le vendeur n'est pas complètement prisonnier de son rôle. De nombreux vendeurs prennent (...)

95Ainsi, depuis février 2006, les vendeurs stationnés aux emplacements dotés d’une excellente chalandise tant locale que tou­ristique (approximativement sur la ligne de crête qui relie Harbiye, Taksim, Tünel, Galata et Karaköy) sont contraints d’acquérir une charrette couverte, reproduction d’un modèle présenté comme « authentique »46, de couleur rouge et arborant les armoiries de la munici­palité. Lorsque ladite charrette est livrée au vendeur, elle est accompagnée d’un uniforme et d’une casquette en feutre bouffante47. Dans son nouvel accoutrement48, le vendeur pro­pose un pain au sésame s’alignant sur le prix maximal conseillé par la Municipalité du Grand Istanbul - alors que d’autres vendeurs de rue le proposent à un prix inférieur. Il est parfois ensaché, parfois servi avec des gants « stériles », ou encore accompagné d’une ser­viette et non plus d’un papier journal de récu­pération (photos 24 et 25).

Photo 24 : Le costume fourni par la municipalité au vendeur de châtaigne. Tepebaşı

Photo 24 : Le costume fourni par la municipalité au vendeur de châtaigne. Tepebaşı

J. Meissonnier, sept. 2006

Photo 25 : Charrette fournie par la municipalité de Beyoğlu. Tünel

Photo 25 : Charrette fournie par la municipalité de Beyoğlu. Tünel

J. Meissonnier, juin 2006

  • 49 À d'autres endroits dans le texte, il se peut que le taux indiqué soit différent. En effet, nous av (...)

96Cette charrette aux lignes arrondies est offerte par la municipalité d’arrondissement pour la bagatelle de 3000 YTL (soit 1500 € en mai 200649) à des vendeurs qui n’ont, en fait, pas d’autre alternative s’ils veulent rester sur place. Sachant également que cette « officiali­sation » du commerce de rue s’accompagne du paiement d’une taxe mensuelle fixe se montant entre 75 et 100 YTL (40 à 50 €) selon les ven­deurs interrogés, la plupart d’entre eux sont découragés. Seuls subsistent ceux qui ne sont pas propriétaires de la charrette et qui sont employés par une boulangerie / pâtisserie.

97C’est le cas de Dilan.

C’est le boulanger qui paye la charrette. Nous, on ne pourrait pas. Mais si on nous la vole, c’est nous qui devons rembourser, dit-il.

98S’il fait figure de privilégié parmi les vendeurs pour être reconnu, respecté et officiellement légitime, son discours laisse penser qu’il se passerait de ce privilège :

La mairie a voulu qu’on soit officiel. D’abord il faut payer trois milliards pour la charrette ! Plus soixante-quinze millions tous les mois de taxes. Et puis il faut payer aussi le costume. Moi j’ai l’ancien [de moins d’un an, pourtant], je n’ai pas encore le nouveau avec la casquette bordeaux. Mais ils demandent six cent millions pour le costume [300 € en mai 2006] !

99Bien évi­demment, cette évolution du métier comporte des avantages : Les menaces, les problèmes avec la police municipale d’arrondissement, oui, c’est fini maintenant. Mais Dilan n’est pas satisfait :

Avant c’était mieux. Je gagne moins d’argent. Et je ne peux plus revenir en arrière. Avant, je pouvais mettre ma charrette chez le boulanger. Mais avec ces nouvelles charrettes, trop hautes, ce n’est pas possible. Alors je dois louer un emplacement : c’est cinquante millions par mois [25 €] ! D’autre part, la char­rette fournie par la municipalité ne convient guère à Dilan : Peut-être que les clients pensent qu’avec la charrette fermée c’est plus propre... que c’est plus joli, mais moi je vais vous dire... nous les Turcs, on a besoin de toucher. Et cette charrette fermée, ça empêche de toucher. Et puis moi j’étais habitué à mon ancienne char­rette avec un petit tiroir, là, en-bas. Celle-ci, y a même pas de tiroir pour mettre l’argent. Alors on pose l’argent sur les pains au sésame parfois... ce n’est pas plus propre du tout ! Et puis on n’a pas la place de mettre les papiers pour servir les pains.

  • 50 On observe cette même « instrumentalisation » des vendeurs de rue à des fins commerciales ailleurs (...)

100Vêtus de costumes ou de blouses censés attester de la qualité de la nourriture et de la légalité du commerce, les vendeurs « autori­sés » sortent de l’ordinaire. Ils ont la pénible et paradoxale mission d’être les témoins de l’atmosphère « authentique » et tumultueuse d’antan50. Pourtant, leur présence est expli­citement le fruit de la politique « d’aseptisation » des places commerciales orchestrée par la Municipalité du Grand Istanbul et relayée diversement par chaque arrondisse­ment. L’« embellissement » recherché s’est tra­duit par la mise à l’écart d’une grande majorité de vendeurs et par l’instrumentalisation d’une minorité.

101Les témoignages des vendeurs sont une aide précieuse pour « comprendre » leurs peti­tes « aventures » du quotidien. On retiendra de cette première partie que les adjectifs « incertain » et « vulnérable » semblent les plus appropriés pour qualifier la contingence et les aléas qui caractérisent la diversité des expériences et contextes urbains traversés cha­que jour par les vendeurs. Les réactions d’hos­tilité à leur égard, les expéditions punitives de la police municipale d’arrondissement ou le vote de nouvelles réglementations municipales régissant le commerce de rue sont totalement imprévisibles. Etre vendeur de rue, c’est gérer une angoisse plus ou moins forte selon l’enjeu. Pourtant, les vendeurs se donnent de « bonnes raisons » d’être là où ils sont et d’agir comme ils le font. C’est là le postulat de toute appro­che socio-anthropologique. Pour comprendre ces bonnes raisons, il convient maintenant de dérouler le fil de la trame historique qui tisse la vie des vendeurs de rue.

Notes

15 Nous utilisons la notion de territoire dans la perspective de la géographie sociale. Il peut être considéré comme un espace défini en référence à un groupe d'acteurs. À l'origine de cette notion, il y a une allusion implicite à la relation qu'établit un être vivant (animal ou être humain, seul ou en groupe) avec l'espace dans lequel il vit et qui lui permet de « survivre » en assurant sa subsistance et sa reproduction [Plassard, 2003]. Un territoire renvoie donc nécessairement à un ensemble de comportements spatialisés et il n'y a pas de territoire dans l'absolu. Aussi longtemps que l'espace concerné n'est pas approprié, la notion de territoire n'a pas de sens. François Plassard fait justement remarquer qu'un même espace peut être le support de plusieurs territoires. Un même espace peut être approprié successivement ou simultanément par des groupes différents selon des péri­odes historiques ou géocycliques variables. À une logique spatiale se superpose donc une logique temporelle : certains quartiers relèvent de territoires différents selon les heures du jour et de la nuit.

16 À cet égard, l'Albanie semble pour le moment faire figure d'exception. La vente à domicile de lait frais effec­tuée par les paysans eux-mêmes y est encore très présente [Nicholson, 2003].

17 Car le prix de 200 YTL (100 €) reste dissuasif pour plusieurs d'entre eux.

18 http://www.konya-bld.gov.tr/detail.php?id=984 – (nov. 2005).

19 Il faut comprendre voiture et camionnette principalement car les deux roues - motorisés ou non - sont très peu nombreux à Istanbul.

20 Acronyme de akıllı bilet pour « ticket intelligent ».

21 Propos de J. Monnet recueillis par www.lepetitjournal.com (mai 2006). Dans l'attente d'une publication en français, voir : Monnet, Bonnafé, [2005].

22

23 Nous remarquons que ces expressions idiomatiques s'emploient exclusivement à la deuxième personne du singulier. Ceci renforce le sentiment de proximité et de fraternité entre les acteurs. Certains individus aisés préféreraient les boutiques chics au petit commerce de rue pour limiter strictement la relation commerciale à un échange et ne pas risquer de voir cette fraternité se changer en familiarité (communication personnelle d'Alexandre Toumarkine).

24 Les gestes et expressions rituelles évoqués sont utilisés dans de multiples contextes commerciaux. Il convient de préciser qu'il ne s'agit pas d'une exclusivité du commerce de rue.

25 boza : boisson d’hiver à base de millet fermenté.

26 Le cas d'Eminönü abonde dans le sens de Wirth [1982] dont la théorie, controversée, considère le zoning, cette séparation très marquée des fonctions économiques et des fonctions résidentielles, comme une spécificité de la « ville musulmane ». Toutefois, cette séparation étant contemporaine (elle ne date pas de l'époque ottomane), il est vraisemblablement abusif de faire un quelconque rapprochement entre Istanbul et le modèle « de la ville musulmane » évoqué.

27 Ce caractère honteux est fondamental dans les perceptions de l'ambulantage. Nous aurons l'occasion d'y revenir.

28 http://www.konya-bld.gov.tr/detail.php?id=984 – (nov. 2005).

29 Le terme « municipalité » est ici une métonymie désignant la police municipale d'arrondissement.

30 Nous regrettons de ne pas disposer de l'intégralité de la source de certaines coupures de journaux que nous avons consultées à l'Observatoire Urbain de l'IFÉA (mai 2005).

31 Cf. note précédente.

32 Exception faite des vendeurs autorisés dont nous parlerons plus loin.

33 Estimation personnelle

34 Meissonnier Joël, 2003, Comprendre la présence de contrefaçons dans les réseaux commerciaux informels à Istanbul, Intervention au séminaire de l'Observatoire Urbain d'Istanbul, IFÉA, juin 2003.

35 En effet, il n'y a guère de stigmatisation sociale du contrefacteur, si l'on en croit la biographie de M. Eczacıbaşı, l'une des plus grandes fortunes du pays. S'appuyant sur une expérience solide dans l'industrie chimique et pharmaceutique, il fut à l'origine de l'entreprise familiale qui porte son nom et qui est aujourd'hui l'un des quatre principaux empires commerciaux en Turquie. Eczacıbaşı se met en scène en annonçant qu'il est entré dans les affaires en fabriquant de l'huile de foie de morue dans une cave d'Istanbul, de l'huile contrefaite, précise-t-il [cité par Dumont, 1991]. Ici, c'est le statut de contrefacteur, par son habilité à déjouer les règlements formels, qui confère un certain prestige social.

36 Selon le Bureau International du Travail, l'économie informelle inclut toute activité productive de ressources qui n'est pas régulée par l'État dans un environnement social où des activités similaires le sont [Portes, Haller, Guarnizo, 2001].

37 Nous regrettons de ne pas disposer de l'intégralité de la source de certaines coupures de journaux que nous avons consultées à l'Observatoire Urbain de l'IFÉA (mai 2005).

38 Faute de soutien dans les rangs de la police. A contrario, les gardiens de parkings (otoparkçı) sont bien plus enclins à susciter des scandales publics, se sachant protégés par des policiers soudoyés.

39 Nous reviendrons sur les critères de légitimité qui fondent l'autorité que les uns exercent sur les autres dans la troisième partie.

40 Si l'on croise des vendeurs de rue dans tous les quartiers d'Istanbul, on note, toutefois, une concentration de ceux-ci dans les quartiers centraux. D'après nos propres observations, ils semblent plus nombreux et leurs activ­ités paraissent plus variées dans les arrondissements d'Eminönü, Beyoğlu, Şişli, Beşiktaş, Üsküdar et Kadıköy.

41 Dans une interview accordée au journal francophone Aujourd'hui la Turquie [n°11-12 - Mars/avril 2006), l'actuel maire d'Eminönü déclarait : « La présence des comptoirs de vente ambulante dérangeait le panorama environnant. C'était devenu une zone de non-droit. Les gens n'arrivaient pas à se déplacer, à moins de se faire importuner, voire de se faire voler leur sac. Nous devions réagir face à une telle situation. Il faut nettoyer la ville et restaurer un climat de sécurité. Il fallait rétablir un environnement sain. À présent, tout le monde se doit d'obéir à la loi et les commerçants doivent être fiscalement irréprochables. Les gens ne doivent pas acheter de marchandises dans la rue. Des commerces sont en train de s'ouvrir, de belles choses sont en train de naître. Environ 30000 délinquants, vivant du commerce parallèle, pourrissent le quartier. Ils vendent des parfums, des tee-shirts, ils cirent des chaussures. Ils crient à tue-tête et perturbent l'espace environnant. Nous menons une bataille contre eux, avec l'appui de la police ».

42 Les autorisations peuvent également s'obtenir auprès de fonctionnaires de la Chambre de Commerce d'Istanbul (CCI) dont le siège est à quelques dizaines de mètres de la place. En l'occurrence, les vendeuses de graines et les cireurs de chaussures sont abritées dans de petites cahutes de bois leur ayant été fournies par la CCI comme un écriteau ne manquait pas de le rappeler en 2005.

43 İstanbul Elektrik Tramvay ve Tünel.

44 Simultanément, on voit réapparaître nombre de métiers costumés que l'industrie touristique promeut. Chez certains restaurateurs, le préparateur de café et de thé (çaycı) revêt une livrée colorée, la femme qui étale la pâte à crêpe turque (gözleme) est ostensiblement assise en tailleur dans la vitrine du restaurant et revêt un accou­trement de paysanne. Par cette mise en scène interprétée par de véritables mannequins vivants, l'industrie touristique tente de figer une culture dans l'espace et le temps.

45 Mais une carte postale colorisée... comme le sont aujourd'hui les nombreuses rééditions de cartes postales anciennes (début du XXe siècle) de métiers des rues.

46 Les formes arrondies de cette charrette ainsi que les couleurs choisies font volontairement référence aux voi­tures du tramway dit « nostalgique » qui circule encore au milieu de l'avenue İstiklal (communication person­nelle d'Aksel Tibet).

47 En été la casquette en feutre est remplacée par une casquette plus classique.

48 Toutefois, le vendeur n'est pas complètement prisonnier de son rôle. De nombreux vendeurs prennent des libertés avec leur accoutrement.

49 À d'autres endroits dans le texte, il se peut que le taux indiqué soit différent. En effet, nous avons utilisé le taux du moment où l'entretien a été réalisé.

50 On observe cette même « instrumentalisation » des vendeurs de rue à des fins commerciales ailleurs dans le monde. À Mexico par exemple, c'est un groupe de presse qui a récemment remis au goût du jour la tradition des voceadores - vendeurs de journaux à la criée -, qui s'était perdue depuis longtemps [Monnet, Bonnafé, 2005].

Table des illustrations

Titre Photo 4 : L’interaction entre vendeur et client. Gülhane Parkı
Crédits Meilo, juin 2004.
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/705/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre Photo 5 : Charrette d’ail. Çukurcuma
Crédits J. Meissonnier, juillet 2004
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/705/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Titre Photo 6 : Vendeur d’eau. Taksim
Crédits Meilo, juillet 2006.
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/705/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Photo 7 : Vendeur de barbe à papa. Fatih
Crédits Meilo, juillet 2006.
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/705/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre Photo 8 : Vendeur de ballons. Kasımpaşa
Crédits Meilo, mai 2006
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/705/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Photo 9 : Déambuler avec un plateau de moules farcies. Gülhane Parkı
Crédits Meilo, juillet 2006
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/705/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Photo 10 : Vente ambulante en voiture (conserves). Gültepe
Crédits J. Meissonnier, mars 2003
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/705/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Photo 11 : Rémouleur. Galatasaray
Crédits Meilo, mars 2005
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/705/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Photo 12 : Quelques chaussons pour quelques sous. Beşiktaş
Crédits J. Meissonnier, mars 2003
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/705/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Photo 13 : Braderie de couettes (posées à même le sol). Cihangir
Crédits J. Meissonnier, juin 2004
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/705/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre Photo 14 : Quand l’avenir est « lu » par un lapin... Ortaköy
Crédits Meilo, mai 2005
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/705/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Photo 15 : Charrette attelée d’agrumes. Le vendeur ensache des oranges. Cihangir
Crédits J. Meissonnier, mars 2005
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/705/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Photo 16 : La charrette d’un vendeur de grillades. Taksim
Crédits Meilo, mars 2005
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/705/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Photo 17 : Tout pour l’entretien ménager… Kumkapı
Crédits D. Hennion, avril 2006
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/705/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre Photo 18 : Plateau de moules farcies sur trépieds, la nuit. Karaköy
Crédits Meilo, fév. 2005
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/705/img-15.png
Fichier image/png, 77k
Titre Carte 2 : Les déambulations hebdomadaires d’Ali.
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/705/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 300k
Titre Photo 19 : Utilisation de terrains vagues, d’espaces peu territorialisés. Topkapı
Crédits J.-F. Pérouse, déc. 2005
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/705/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre Photo 20 : Après avoir été réprimandé par la police... partir plus loin. Kurtuluş
Crédits J. Meissonnier, juin 2006
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/705/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/705/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Titre Photo 21 : La charrette d’İsa, vendeur d’articles ménagers en verre. Galata
Crédits J. Meissonnier, nov. 2004
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/705/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Titre Photo 22 : Charrette de chaussures (notamment de contrefaçon). Gültepe
Crédits J. Meissonnier, mars 2003
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/705/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Photo 23 : Le policier (à moto) discute, un vendeur passe, sans être inquiété. Fatih
Crédits Meilo, mai 2005
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/705/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre Photo 24 : Le costume fourni par la municipalité au vendeur de châtaigne. Tepebaşı
Crédits J. Meissonnier, sept. 2006
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/705/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre Photo 25 : Charrette fournie par la municipalité de Beyoğlu. Tünel
Crédits J. Meissonnier, juin 2006
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/705/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 62k

© Institut français d’études anatoliennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search