Introduction

  • 1 Pain rond aux graines de sésame (simit).

1Ils sont vendeurs de fruits, de légumes, de sandwichs, de fruits secs ou de pains au sésame1, d’articles ménagers, de jouets ou d’articles de bricolage, revendeurs de CD/cassettes/DVD ou fleuristes. Selon la saison, ils peuvent également proposer au chaland des châtaignes grillées, du maïs bouilli, des chaus­settes, bonnets, parapluies ou casquettes. La plupart d’entre eux travaillent tous les jours de la semaine, dimanche compris. Ils ne déli­vrent pas de factures et ne sont mentionnés sur aucun registre du commerce. Nous sommes en 2006, en Turquie, dans les rues d’Istanbul plus précisément. Les acteurs de ces métiers de rue sont les héritiers contemporains de pratiques commerciales anciennes.

  • 2 Avant le XVIIe siècle et depuis l'entrée en vigueur du premier recueil de règlements relatifs au fo (...)
  • 3 Une mise en perspective historique moins réductrice est faite dans la première partie, au chapitre (...)

2L’historien Robert Mantran [1996] fait remonter à l’aube du XVIIe siècle, à partir de l’avènement du sultan Ahmed Ier en 1603 plus précisément, la présence à Istanbul de vendeurs de rue non reconnus par une cor­poration officielle, donc socialement exclus. Ils représentent les premières figures de ceux que l’on qualifie communément aujourd’hui de vendeurs « informels »2. À cette époque, les janissaires en rupture de service mili­taire, mais aussi une importante population de célibataires provinciaux sans ressources, cherchant fortune dans la capitale, viennent grossir le rang des marginaux. Ils affluent au gré d’événements tragiques (tremblements de terre, incendies, disettes, guerres...). Les sources historiques relatent de nombreuses émeutes à Istanbul à cette époque et laissent penser que le gouvernement a procédé à des expulsions de mendiants, de vagabonds ou simplement, de tous ces hommes récemment arrivés pour permettre un retour au calme3.

3Les témoignages dont nous disposons de la vie dans le quartier de Balat (au sud de la Corne d’Or) à la fin du XIXe et pendant la première moitié du XXe siècle relatent une omniprésence des marchands de rue à toute heure du jour, constituant ainsi le petit peuple du quartier [Gomengil, 2003]. Leur intégration et leur contribution à la vie quotidienne du quartier était réelle puisque nombre d’en­tre eux s’improvisaient pompier au moindre départ de feu, un fléau fréquent.

Photo 1 : Figurine de Karagöz - Le livreur d’abats

Photo 1 : Figurine de Karagöz - Le livreur d’abats

www.turkiye.net, déc. 2005

Photo 2 : Carte postale - Marchand de börek (lasagnes turques).

Photo 2 : Carte postale - Marchand de börek (lasagnes turques).

J. Meissonnier, début XXe s.

Photo 3 : Carte postale - Marchand de poğaça.

Photo 3 : Carte postale - Marchand de poğaça.

J. Meissonnier, début XXe s.

  • 4 Comme les cartes postales de 1890 à 1914 en témoignent.

4Ainsi, depuis le XVIIe siècle, les boutiquiers patentés d’Istanbul se voient concurrencés par des marchands ambulants, nullement organisés en corporation, qui arpen­tent les rues, la hotte sur le dos, le panier sur la tête, la palan­che sur l’épaule ou la charrette à la main. La présence urbaine des vendeurs de rue a mar­qué l’imaginaire popu­laire et a fait l’objet de gravures ou de carica­tures burlesques dans le théâtre populaire de marionnettes ottomanes (karagöz) (photo 1). Le vendeur ambulant a une place importante dans l’iconographie turque et orientaliste4 (photo 2 et 3). Pourtant, cet « animateur de rue » est aussi une image bien réelle du présent. Malgré un contexte de globalisation et de massification des échanges économiques, malgré l’évolution contemporaine des pratiques de consommation liées à la métropolisation des grandes agglomérations, malgré les injonctions européennes à « formaliser » les pratiques commerciales, les pratiques de ventes ambulantes se perpétuent. Elles s’accommodent de ces nouveaux contextes plutôt qu’elles ne les subissent, impuissantes.

  • 5 Exemple cité par Guénola Capron [2005].
  • 6 La thèse de la domination d'une « classe sociale » sur une autre est relativement délaissée par les (...)

5Si les Cassandres ne donnent pas long feu à ces métiers de rues que les « rouleaux compresseurs » réunis de l’économie mondialisée et de l’intégration européenne lamineraient chaque jour davantage, les nostalgiques arguent de l’urgence de mesures de préservation de cette activité professionnelle menacée et de soutien aux activités économiques de petite échelle. À l’évidence, l’avenir du marchand de rue est en demi-teinte, quelque part entre le pes­simisme des uns et l’optimisme des autres. Lorsque la proximité d’un grand centre com­mercial fourmille de vendeurs ambulants5, on comprend qu’il n’y a probablement pas une absolue contradiction entre ces deux symbo­les archétypaux du commerce « moderne » et « traditionnel », mais que des ajustements se produisent6.

  • 7 Les prénoms des vendeurs dont nous rapportons les témoignages ont tous été changés. Toutefois, leur (...)

6Bedri7 arpente le quartier de Kasımpaşa depuis 30 ans :

Je répare les baleines de parapluie, dit-il. Dans la rue, je crie « parapluiiiie ».

7Bien entendu, ladite « société de consommation » qui produit des biens « jeta­bles » le prive de nombreux clients aujourd’hui. Pourtant, s’il peut poursuivre son activité à temps partiel, c’est grâce à un marchand de pièces détachées pour téléphone portable qui l’emploie régulièrement comme vendeur.

  • 8 Dans l'attente d'une publication en Français, un entretien avec Jérôme Monnet est disponible sur : (...)
  • 9 D'une part la vente ambulante met en adaptation des services urbains à la métropolisation (c'est-à- (...)

8À l’instar de Jérôme Monnet8, on peut ana­lyser la pérennité de pratiques « d’ambulantage » comme le résultat d’une adaptation aux évolutions du monde d’aujourd’hui, comme une réponse opportune à des pratiques de consommation devenant impulsives et sans délai9. L’ambition de ce dossier est de déceler ces petits arrangements du quotidien permet­tant à des pratiques commerciales séculaires de s’accommoder des contraintes de l’économie contemporaine. Notre travail vise à comprendre la mutation qu’opèrent les acteurs stambouliotes du commerce de rue pour faire évoluer cette activité, eu égard aux contraintes et aux oppor­tunités contemporaines. Quels sont les jeux sociaux (territoriaux, commerciaux, familiaux) auxquels les vendeurs de rue participent ? Quelles sont leurs règles et leurs stratégies d’ajustement ? Comment s’articulent et se négo­cient les limites du permis, du proscrit et du prescrit dans l’exercice de l’activité commercia­le à une époque mouvementée où les échanges économiques locaux sont bien souvent régis par des déterminants transnationaux qui les dépas­sent ? Telle sera la problématique générale autour de laquelle s’organise ce travail.

État de l’art

9Les travaux universitaires relatifs au commerce ambulant stambouliote sont peu nombreux. C’est la raison pour laquelle nous ferons volon­tiers appel à diverses sources journalistiques10. Toutefois, nous utiliserons à plusieurs reprises un ouvrage collectif [Akgeyik et alii, 2004] qui présente les résultats d’une recherche quanti­tative récente (2001) s’appuyant sur un corpus de 180 questionnaires recueillis auprès des vendeurs de rue rencontrés dans l’arrondisse­ment d’Eminönü voisin de celui de Beyoğlu. Nous utiliserons une enquête qui, bien qu’elle émane de la police municipale de la ville de Konya11, sera citée à titre de comparaison. On bénéficie également du précieux témoignage de Nalan Türkeli [1994] qui raconte, « de l’in­térieur », sa vie de vendeuse ambulante et sa vie dans un quartier « autoconstruit ». Nous disposons d’une thèse rédigée par Fadime Deli [2004] consacrée à la migration vers Istanbul de Kurdes originaires de Mardin et se livrant géné­ralement à des activités de vente ambulante. Enfin, la publication de travaux réalisés par le département de sociologie de l’Université Mimar Sinan et consacrés aux récupérateurs de rue et « recycleurs » informels, faisant suite aux recherches de Neşe Özgen [2001], est atten­due avec impatience.

10En sciences sociales, il y a plusieurs appro­ches possibles pour traiter du commerce de rue. Bien que les auteurs ne soient pas prison­niers de déterminismes disciplinaires, chaque angle d’approche contribue plus ou moins significativement à la compréhension de cette pratique commerciale.

11La perspective socio-économique voit géné­ralement le commerce de rue comme une activité informelle. Mais à trop vouloir définir le champ de leur recherche, plusieurs auteurs se noient dans des catégorisations occidento-centrées qui ne peuvent convenir à l’analyse du commerce informel dans un pays en dévelop­pement [Charmes, 2000]. Localement, « for­mel » et « informel » ne sont que des concepts abstraits forgés par des normes occidentales. D’autre part, la réflexion s’intéresse presque exclusivement à l’articulation du secteur infor­mel avec le secteur formel pour en conclure, souvent, qu’une juste évaluation de la part relative de chacun est délicate. Toutefois, les études socio-économiques montrent bien comment le commerce informel représente un volant d’ajustement de l’emploi à des varia­tions macroéconomiques parfois erratiques, à l’instar des programmes de recherches consa­crés à l’Asie du Sud-est et réalisés à la fin des années 1990 après la crise financière qui a tou­ché la région (1996-1998) [Bhowmik, 2005].

12La science politique opte pour une pers­pective souvent liée à celle des économistes en ce qu’elle adhère, elle aussi, à la dichotomie classique entre secteurs formel et informel, à cette différence près qu’il s’agit de comprendre les effets des politiques publiques à l’égard des vendeurs de rue [Cross, 1998] ; ou au contraire, les effets des tentatives de mobilisation revendicatrices des vendeurs en vue de peser sur les choix politiques et d’obtenir une légitimité, sinon une reconnaissance, de la part des insti­tutions [Nesvag, 2000].

13Les sociologues et géographes spécialistes des migrations s’intéressent aux grands mouvements migratoires d’échelles internationales. Leurs travaux mettent clairement en évidence le « savoir ne rien voir » des politiques intégratrices à l’égard de migrants qui n’ont pas néces­sairement le projet de rester. La vente ambu­lante y est considérée, de manière relativement marginale, comme une source de revenus tem­poraires, comme une étape à un endroit donné dans un territoire circulatoire beaucoup plus large [Tarrius, 1989, 1993, 1995]. Certes, les auteurs analysent le mouvement de « traversée des frontières » (politiques ou territoriales) comme source de sens, mais cette perspective néglige deux points cruciaux pour notre étude. D’une part, cette approche sous-estime le fait que, bien qu’issus de la migration, de nom­breux vendeurs de rue sont devenus parfaite­ment sédentaires. D’autre part, cette approche néglige les micro-mobilités de l’échelle locale qui constituent, pourtant, le quotidien d’un vendeur de rue. Toutefois, on doit à ce courant un apport significatif : il montre que l’action économique des migrants est « encastrée » au sein des réseaux de relations personnelles qui placent les individus en contact les uns avec les autres [Granovetter, 2000].

14La perspective ethnologique nous offre un panel de monographies de vendeurs de rue mais, trop souvent, ces travaux ne parviennent pas à quitter le « terrain » pour modéliser l’observation de peur de trahir les propos des « indigènes ». Par conséquent, la contribution de ces travaux demeure limitée et ne permet que d’exemplifier un propos nécessairement localisé. Si les meilleurs travaux ethnologi­ques parviennent à se défaire d’une dérive « nostalgisante », ils se bornent néanmoins à constater la « très grande diversité de cas » et trahissent une culpabilité de ne pouvoir « pré­tendre à l’exhaustivité » [Husson, 1994].

  • 12 Leurs terrains de recherche se situent en Amérique (du sud et du nord) et plus particulièrement à M (...)

15L’approche des urbanistes et géographes des territoires et des mobilités est féconde. Nous pouvons compter sur les travaux entre­pris par l’équipe de chercheurs réunis par Jérôme Monnet12. Leur approche tente de remettre la relation client-vendeur au cœur de la réflexion pour comprendre les logiques de consommation, les logiques commerciales et les modalités de participation des vendeurs à la construction de centralités dans l’es­pace urbain. Ces travaux prolongent ceux de Jean-Samuel Bordreuil [1987] sur la produc­tion sociale de centralité ; les centres n’étant jamais que de fragiles équilibres, fruits d’effets temporaires, de polarisations des flux qui convergent à tel moment sur tel nœud d’un réseau. L’auteur montre également qu’il n’y a pas une contradiction absolue entre mobilité et ancrage. Les lieux d’arrêt sont souvent des lieux où l’on s’immobilise pour mieux s’expo­ser à la mobilité des autres. On ne bouge pas mais autour, « ça défile ». L’important, c’est la mobilité relative. S’arrêter est alors une façon d’être dans le mouvement. Si on compte cela comme arrêt, même au motif de la sociabilité, on passe à côté de la détermination essentiel­lement mobile de ces sociabilités. [Bordreuil, 1997] Dans les pays développés, cette appro­che débouche sur une conception pragmatique des espaces publics. Prenant en compte toutes les populations qui les « habitent temporaire­ment » ou les traversent en empruntant des modes de transport, on appréhende l’ensemble des corps, objets et véhicules en mouvement et on parvient à renouveler une approche urbanistique classique qui était jusque-là purement fonctionnelle [Bailly, Heurgon, 2001].

16C’est dans le volet socio-anthropologique de cette cinquième voie que s’inscrit notre recherche. Tout en entrant concrètement dans la réalité de la vie quotidienne des vendeurs de rue par l’emprunt des méthodes et des prin­cipes à l’ethnologie, notre socio-anthropologie, centrée sur l’acteur et ses déplacements dans la ville, au-delà d’une description des faits observés, tente de comprendre des logiques (spatiales, commerciales, communautaires.). À l’issue de notre travail d’investigation, nous serons à même de construire des typologies dont la pertinence peut dépasser le seul cadre du terrain étudié.

17Cette recherche opte ainsi pour une appro­che qualitative de type interactionniste. Elle s’inscrit dans la tradition sociologique de l’éco­le de Chicago et à l’instar des travaux d’Erving Goffman [1959], la métaphore théâtrale nous aidera souvent à donner une image saisissante des changements qui s’opèrent au cours du « drame » social perpétuel. L’appréhension du comportement d’un acteur mobile qui traverse des univers sociaux disparates se prête particu­lièrement bien à cette formalisation théorique de la « mise en représentation ». D’une scène à l’autre, on observe le vendeur « jouer » son rôle. En retour, il est différemment considéré par les autochtones : ici comme un « premier rôle », là comme un simple « figurant ».

18Notre travail s’organise en quatre parties. Dans un premier temps, nous donnerons au lecteur un aperçu complet des pratiques, des rythmes et des rituels de la vente ambulante à Istanbul. Sans prétention analytique cette première partie est descriptive. Étayée par de nombreux extraits d’entretiens elle doit permettre de « comprendre » la réalité quoti­dienne d’un vendeur de rue.

19La seconde partie replace le vendeur dans une perspective diachronique. Il s’agit de comprendre, historiquement, comment on en est arrivé à l’état des lieux dressé en première par­tie. Cette seconde partie se focalise donc sur les histoires de vie des marchands de manière à mettre le présent en perspective avec le passé et à saisir les projets dont les vendeurs sont animés lorsqu’ils se tournent vers le futur.

20La troisième partie, analytique, propose une synthèse obtenue par induction et se ramenant à une modélisation idéal-typique simple. Elle montre que la clé de compréhension des pratiques de déplacement ou de stationnement dans l’espace urbain est la construction d’une légitimité sociale.

21Cette étude s’achève avec une réflexion sur l’avenir des marchands de rue à Istanbul dans la perspective d’une analyse stratégique. A l’aune de nos observations anthropologiques et de nos recherches bibliographiques, nous sommes en mesure de montrer que le ven­deur de rue n’est pas démuni de cartes pour « jouer » son jeu. Il n’est pas sans ressources stratégiques pour orienter son futur. Toutefois, une tendance semble se dessiner, celle d’un inquiétant « sous-salariat » susceptible de sou­mettre le vendeur de rue à des formes contem­poraines d’exploitation.

Méthodologie

Des données de première main : l’enquête de terrain

22Les « approches globales » postulent le plus souvent qu’il est possible d’aborder l’ensemble de la réalité par agrégation de toutes les infor­mations connues, qu’elles soient recueillies sur un mode analytique selon une procé­dure formalisée ou par intuition synthétique (comme une « bonne forme » pour reprendre l’expression tirée de la théorie de la Gestalt qui postule que le tout a une forme propre dif­férente de la somme des parties). En guise de métaphore l’approche globale est acceptable, notamment pour signifier que l’on cherche à comprendre le contexte ou à acquérir une vue plus large. Mais elle paraît peu appropriée à une recherche de terrain du fait de la nécessité de « découper » dans la réalité sociale pour l’observer à l’échelle macro-sociale, micro­sociale ou micro-individuelle. Nous soutenons, avec Dominique Desjeux [1996, 1998], que le chercheur doit avoir la modestie de choisir une « échelle d’observation » et de s’y tenir. Ses conclusions ne valent qu’à l’échelle qui est la sienne. Les résultats de nos travaux d’en­quête sont contingents. Ils n’ont de valeur qu’à l’échelle micro-sociale que nous avons choisie. Il nous est impossible de généraliser nos obser­vations, ni d’en tirer des conclusions en terme de fréquences. Nous ne saurions dire si les pro­cessus observés sont représentatifs. Toutefois, nous pouvons assurer qu’ils sont bien réels et, à ce titre, dignes d’intérêt. Leur mention suffit pour invalider certaines propositions et formu­ler de nouvelles hypothèses.

23L’approche des vendeurs de rue s’est faite de manière compréhensive. L’adjectif « compréhensif » signifie en sociologie « chercher à comprendre les acteurs en partant de leur logique propre, sans porter de jugement de valeur ». Nous optons pour une approche sen­sible des comportements étudiés que les scien­ces humaines anglophones qualifient simple­ment d’emic - par opposition à l’approche d’un observateur cherchant à rester extérieur à la situation qu’on qualifie d’etic.

Les formes de la population étudiée

24La rue stambouliote est le théâtre d’une ani­mation intense. Une foule d’acteurs, par leur présence, permanente ou temporaire mais récurrente, produit cette animation quoti­dienne. La maison de thé (kıraathane) est un fumoir et un centre de la sociabilité masculine où convergent les itinéraires des retraités et des hommes d’âge mur. De là partent générale­ment les trajets d’un commis chargé de livrer le thé (çaycı) aux boutiquiers de la rue et à leur clientèle. En chemin, il croise d’autres livreurs (livreur de gaz en bouteille ou livreur de colis). La rue est aussi l’espace où circulent les divers acteurs du recyclage non institution­nalisé : collecteurs d’emballages en carton ou plastique (toplayıcı), ferrailleurs à la recherche d’objets métalliques (demirci), récupérateurs d’objets d’occasion (eskici), d’objets usagés ou encombrants (hurdacı) ou simples sans logis vivant de ce qu’ils trouvent dans les poubel­les. Par endroit, des sans-emploi se réunissent et improvisent une « bourse à l’emploi » où les artisans du bâtiment trouvent une main d’œuvre corvéable et bon marché. À défaut, ils peuvent également s’improviser portefaix ou porteurs (hamal). Cette description réaliste de la rue stambouliote fait comprendre qu’il est délicat de délimiter les contours de la popula­tion des « vendeurs de rue ». En l’occurrence, chacun des mots de la langue turque utilisés pour les nommer introduit une nuance. On parle de işportacı pour désigner la vente sur un plateau dans la rue, donc pour insister sur le caractère informel de l’activité profession­nelle. On parle de seyyar satıcı pour mention­ner la vente et le déplacement simultanés. On parle de çerci lorsqu’on préfère désigner l’ac­tivité de colportage de villes en villages et de bohçacı lorsque qu’on insiste sur la présence d’un baluchon.

25C’est donc un peu arbitrairement que nous « découpons » dans une réalité sociale pour isoler une population de vendeurs de rue, cer­tains faisant commerce d’un service, d’autres de produits. Nous excluons de notre popula­tion les enfants des rues dont l’activité est ou bien dictée, voire téléguidée, par la logique d’adultes exploitant leur travail [Bediz, 2000], ou bien improvisée selon les logiques difficile­ment saisissables de l’errance qui caractérisent les bandes de jeunes garçons. Nous excluons également les porteurs et portefaix qui vendent leur force de travail mais ne proposent pas un service bien précis à un endroit donné de leur déambulation à la différence des « plastifieurs » de documents officiels ou des cireurs de chaussures. Nous excluons aussi tous les récupérateurs qui, s’ils déambulent dans l’es­pace urbain, ne le font pas dans l’objectif d’al­ler à la rencontre de clients. Nous excluons, enfin, tous les boutiquiers patentés qui détour­nent l’espace public pour faire de la rue une extension de leur boutique.

Les formes de l’espace d’étude

  • 13 Les halles de Bayrampaşa pour les fruits et légumes ; le quartier de Tahtakale à Eminönü pour l'ess (...)

26Notre observation des vendeurs de rue s’est faite dans les arrondissements de Şişli, Beşiktaş, Beyoğlu, Fatih et Eminönü. Nous les avons choisis parce qu’ils nous sont fami­liers et qu’une bonne connaissance du tissu urbain est indispensable à la compréhension des logiques qui organisent les déambulations urbaines commerciales. Nos entretiens, plus particulièrement, se sont déroulés dans les zones de prédilection des vendeurs situées au sud des arrondissements de Şişli et Beşiktaş et à l’est de celui de Beyoğlu. D’une part, elles offrent une assez bonne accessibilité [mais un éloignement suffisant) aux lieux d’appro­visionnement en gros13 et, d’autre part, elles présentent une forte densité urbaine et abritent les classes sociales les plus diverses.

27Par-delà leurs spécificités, les quartiers d’Istanbul (encart 1) entrant dans l’espace d’étude (carte 1) présentent une morphologie spatiale commune, intrinsèquement liée à la topologie de la ville : les sommets de collines sont souvent des places animées, crêtes et fonds de vaux sont des rues commerçantes et demeurent des voies de communication routières principales. Souvent engorgés, ces axes dégagent une atmosphère tumultueuse si l’on en juge par l’usage récurrent des klaxons des véhicules. Les flancs de coteaux, plus cal­mes, sont principalement résidentiels, parfois dédiés aux activités économiques tertiaires. Ils présentent un maillage de ruelles en pente (yokuş) moins accessibles, rarement desservi par les transports en commun.

Recueil des données

  • 14 Nous remercions tous des étudiants ou anciens étudiants de l'université Galatasaray qui nous ont ac (...)

28Nous avons recueilli des témoignages par entretiens en face-à-face semi-directifs. Le protocole d’enquête a dû être adapté à des conditions de recueil délicates (exclusivement en extérieur) auprès d’interlocuteurs hésitants, souvent farouches (se sachant stigmatisés par leur accent ou leur analphabétisme) ou traqués par les forces de l’ordre. La solution a consisté à n’utiliser ni note ni magnétophone et à nous présenter comme « écrivain » (le terme de chercheur risquant d’effrayer ou de susciter la méfiance). Les entretiens, en Turc, ont été immédiatement retranscris de mémoire. Ils ont été menés par deux enquêteurs, l’un turc14, l’autre français. Cette double « oreille » a permis une fidélité plus grande dans la retranscription des propos et une traduction immédiate du turc vers le français.

Carte 1 : L’espace d’étude : carte de situation

Carte 1 : L’espace d’étude : carte de situation

Encart n° 1 Les quartiers d’Istanbul entrant dans l’espace d’étude
Nous utilisons la notion de quartier pour désigner des lieux-dits sans réalité administrative approximativement situés par nos soins. Ils n’ont pas la taille d’un arrondisse­ment (ilçe) - même si, parfois, ils peuvent en prendre le nom (Beşiktaş, Şişli) - et corres­pondent très rarement à un canton (mahalle). Parmi les « beaux quartiers » on compte ceux de Cihangir, réputé pour sa vue imprenable sur le Bosphore, recherchée par de nombreux expatriés étrangers notamment, de Nişantaşı et Teşvikiye, de longue date dotés d’aménités urbaines aux standards européens (trottoirs larges, éclairage public de qualité...). Ils offrent aux marchands l’accès à une clientèle aisée. Les quartiers de Karaköy et Arap Camii ainsi que celui de Fındıklı permettent de répondre à l’attente des employés de bureaux et de banques. Les quartiers de Kurtuluş, Feriköy et Kasımpaşa sont plus résidentiels, ils permettent l’accès à une clientèle séden­taire issue de la classe moyenne. Les quartiers historiques de Tünel et Galata font l’objet d’une « gentrification » rapide où la pré­sence de vendeurs ambulants participe à la création d’une atmosphère dite authentique. Les abords de la place Taksim et de l’avenue piétonne İstiklal la reliant à Tünel sont des haut-lieux touristiques, une aubaine pour un vendeur de souvenirs de pacotilles. Les quartiers de Şişhane et Dolapdere comportent encore quelques ateliers (garage, petite industrie) qui génèrent une clientèle ouvrière. Les quartiers très escarpés de Tarlabaşı et de Tepebaşı et dans une moindre mesure celui de Pangaltı sont victimes d’un opprobre. Qualifiés de sales et mal fréquentés par les populations n’y vivant pas, ils sont négligés par les institutions municipales. Pourtant, ils représentent une chance pour marginaux, clandestins et migrants issus de l’exode rural, de trouver un squat ou un logement peu onéreux à proximité, sinon au cœur, d’un espace urbain où le prix de l’immobilier est largement dissuasif. De nombreux vendeurs ambulants y résident.

Notes

1 Pain rond aux graines de sésame (simit).

2 Avant le XVIIe siècle et depuis l'entrée en vigueur du premier recueil de règlements relatifs au fonc­tionnement des corporations, à la police des marchés et à la fixation des prix daté de 1501, les vendeurs de rue étaient nécessairement liés à une corporation. Il y avait un véritable effort gouvernemental pour contrôler l'approvisionnement de la capitale et empêcher la spéculation, afin de fournir à la population les meilleures conditions de vie possibles et éviter les troubles de l'ordre public. Aucune corporation n'échappait à l'État. Tous les habitants mâles et adultes de la capitale étaient obligatoirement inscrits dans une corporation de sorte que le Stambouliote, qu'il soit musulman, chrétien ou juif, se définit par une double identité, d'une part ethnique ou religieuse, d'autre part professionnelle. [Mantran, 1996]

3 Une mise en perspective historique moins réductrice est faite dans la première partie, au chapitre intitulé « une répression croissante ? ».

4 Comme les cartes postales de 1890 à 1914 en témoignent.

5 Exemple cité par Guénola Capron [2005].

6 La thèse de la domination d'une « classe sociale » sur une autre est relativement délaissée par les sociologues au profit de la thèse qui pointe la coproduction mutuelle des déterminants sociaux malgré de fortes inégalités comme en témoigne le récent ouvrage de Christian Zlolniski [2006] consacré aux vendeurs de rue de la Silicon Valley issus de l'immigration mexicaine. Le site Internet http://www.streetnet.org.za/index.htm (juin 2006) présente un bel exemple de mobilisation internationale sous le signe de l'altermondialisation. Ce site, publié en Anglais, en Français et en Espagnol, lutte pour une reconnaissance légale des vendeurs de rue. Initialement imaginé par et conçu pour des vendeurs sud-africains, il s'adresse maintenant à la communauté mondiale des vendeurs de rue. Les vendeurs sont invités à y témoigner par des photos et des récits de mésaventures.

7 Les prénoms des vendeurs dont nous rapportons les témoignages ont tous été changés. Toutefois, leurs profils sont consignés dans un tableau placé en annexe.

8 Dans l'attente d'une publication en Français, un entretien avec Jérôme Monnet est disponible sur : www.lepetitjournal.com (mai 2006) ainsi qu'un CD-ROM distribué par le CEMCA (cemca.lib@francia.org.mx) et une publication en espagnol. [Monnet, Bonnafé, 2005].

9 D'une part la vente ambulante met en adaptation des services urbains à la métropolisation (c'est-à-dire à l'intensification des mobilités et à l'hétérogénéisation des pratiques citadines). D'autre part, elle se révèle être en adéquation avec le capitalisme flexible, à travers le rôle croissant de la logistique, de la sous-traitance et la précarisation de l'emploi.

10 L'Observatoire Urbain d'Istanbul (OUI) est un centre de ressources cartographiques, statistiques, pho­tographiques et livresques de l'IFÉA. L'archivage systématique de coupures de presses thématiques réalisé par Jean-François Pérouse nous a offert un accès privilégié à l'actualité du commerce ambulant au cours des quinze dernières années.

11 http://www.konya-bld.gov.tr/detail.php?id=984 – (nov. 2005).

12 Leurs terrains de recherche se situent en Amérique (du sud et du nord) et plus particulièrement à Mexico sous l'égide du CEMCA mais l'ambition du réseau de chercheurs « Ambulantage entre local et global » a vocation internationale. Dans l'attente d'une publication en Français, un entretien avec Jérôme Monnet est disponible sur : www.lepetitjournal.com [mai 2006) ainsi qu'un CD-ROM distribué par le CEMCA (cemca.lib@francia.org.mx) et une publication en espagnol [Monnet, Bonnafé, 2005].

13 Les halles de Bayrampaşa pour les fruits et légumes ; le quartier de Tahtakale à Eminönü pour l'essentiel des produits non périssables.

14 Nous remercions tous des étudiants ou anciens étudiants de l'université Galatasaray qui nous ont accompag­nés.