Version classiqueVersion mobile

La nébuleuse Hizbullah

 | 
Gilles Dorronsoro

Biographies

Texte intégral

1Ces biographies sont une compilation des différentes sources mentionnées en bibliographie, notamment les réquisitoires devant la DGM, ainsi que la littératu­re disponible et quelques entretiens. En plus de la biographie des principaux leaders, nous avons ajouté les biographies de cadres et de militants qui nous ont paru typiques.

Isa Altsoy

2Né dans l’ilçe de Gercüş, il appartient à la première génération de militants. Il démissionne de son poste d’instituteur pour se consacrer à plein temps au Hizbullah (İlim) et devient membre de la Şura. Après la mort de Velioğlu, il s’enfuit à l’étranger et serait l’un des leaders du parti.

Mehmet Ali Bilici (Abdullah Yiğit)

3Né à Gercüş, d’un père travaillant dans l’usine de pétrole de Batman, il devient un proche de Velioğlu quand il est lycéen, puis se sépare de lui et devient un leader du İslami Hareket avec Yaşar Polat, son beau-frère.

4Yunus Avcı (Rıdvan, Gürsel). Recruté en 1992, il reçoit un entraînement militaire pour la lutte contre le PKK et agira à Antalya et à Mersin. Détenu puis relâché par la police, il revient à Batman où il participe à des actions armées dans le quartier d’İpragaz. En 1994, il se marie au sein du İlim (de façon non officielle). En février 1996, il est à Batman puis part pour Izmir puis Antalya car les opérations de police se font plus dangereuses. Il fait notamment du renseignement sur des cibles potentielles : l’armée, les hommes d’affaire etc. Fuat Balca (Fadil Aslan). Recruté à la mosquée İskenderpaşa (Diyarbakır), il devient un ders elemanı de cette mosquée puis de la mosquée Hanzade. Jusqu’en 1992, il donne des cours de Coran aux enfants. En 1992, au moment des affrontements entre le Menzil et le PKK, il devient responsable d’une équipe de l’aile mili­taire. En 1992-1993, il participe à de nombreu­ses opérations militaires à Diyarbakır. Sur le point d’être découvert, il s’enfuit à Gaziantep en 1994 où il participe à d’autres opérations.

Ekrem Baytap

5Propriétaire de la Cem kitabevi à Batman, ouverte vers 78. Il est un des premiers membres du Hizbullah. Actuellement en pri­son.

Mehmet Feysel Bozkuş (Kadir, Abdullah)

6Recruté en 1992 à la mosquée Kaynartepe de Diyarbakır, il est en liaison avec un membre du İlim, Fuat Balca dont il reçoit un entraînement militaire. En 1992-1993, dans la province de Diyarbakır, il participe à de nombreuses actions armées et fait du renseignement. En 1994, sur le point d’être découvert, il s’enfuit à Gaziantep où il continue l’action armée, puis il est arrêté en 2000.

Lezgin Cangir

7Rejoint l’organisation à 14 ans. Il est responsable de l’équipe sorgu ve infaz (interrogatoire et exécution) de Diyarbakır. Il est res­ponsable de 15 morts et de 5 blessés entre 1992 et 1997.

Mahmut Demir (Bülent, Metin, Celal, Zülküf Ödemiş)

8Recruté à la mosquée Aydınlıkevler de Batman, il reçoit un entraînement militaire et participe à des opérations militaires sous l’autorité de Kemal Gülsen. En 1994, sur le point d’être découvert, il part de la province de Bat­man pour İzmir et Denizli. Il s’inscrit à la faculté en formation permanente (Açıköğretim Fakül­tesi). Fin 1994, il part 6 mois à Izmir travailler avec Kemal Gülsen puis revient à Denizli et pré­pare ses examens. Il organise de la propagande à Denizli dans les mosquées notamment. En 1997, il est reçu à la faculté de Konya et s’y installe. En mars 1998, il vit dans la même maison que d’autres militants de la branche militai­re et participe à différentes actions armées sous la direction de Mustafa İpek, responsable de l’aile militaire d’Ankara. Arrêté le 19 janvier 2000, il devient repenti.

Edip Gümüş (Beşir, Kemal, Hasan)

9Né en 1958 à Hasankeyf, marié, cinq enfants. En 1976, il est embauché comme employé au Diyarbakır Sana­yi ve Ticaret İl Müdürlüğü (Direction départe­mentale du commerce et de l’industrie de Diyar­bakır). Entre 1977 et 1979, il fait son service militaire, puis s’installe à Batman. En 1980, il part à Diyarbakır avec Hüseyin Velioğlu et reprend le même travail de fonctionnaire. La même année, il est dans le milieu proche de la librairie Menzil où on trouve aussi Velioğlu, Findan Güngör, Mansur Güzelsoy, Ubeydullah Dalar. Il participe en 1980 au groupe de la librairie Akra -Velioğlu, Altsoy, Yeşirlırmak, Seyitoğlu- qui sont actifs dans l’Akıncılar Derneği. Pour Faraç (2001 : 118), il rencontre Velioğlu au MTTB. En 1980, il part à Diyarbakır avec Velioğlu et reprend le même travail de fonctionnaire. Jusqu’en 1988, il multiplie les activités de prédication dans les cafés, les maisons, les librairies. Après 1988, il quitte son poste de fonctionnaire et se lance dans le com­merce du fer. La même année, avec d’autres membres du Hizbullah (Ahmet Seyitoğlu, İhsan Yeşilırmak, Osman Uslu, Hamit Yazgan, Nuret­tin Güzel, İsa Ay, Abdülaziz Tunç) il va en Iran suivre un entraînement militaire et politique auprès des Gardiens de la révolution. Il ira ensuite 3 fois de nouveau en Iran avec Hüseyin Velioğlu pour de l’aide et des contacts. Il réside à Adana, Konya, et finalement à Istanbul. Il est fait prisonnier à Istanbul en janvier 2000 dans l’opération de Beykoz et devient repenti.

Findan Güngör

10Né dans le district d’Hazro (Diyarba­kır), il est la personnalité centrale du mouvement Menzil. Il n’a pas fait d’études universi­taires. Il est membre du MTTB jusqu’en 1978. Entre 1974 et 1980 il travaille à la TRT (télévi­sion turque). Il participe aux premières réu­nions du Hizbullah à Diyarbakır, il est tué par le İlim le 12 septembre 1994.

Mansur Güzelsoy

11Leader religieux du Menzil, il est né en 1948 dans le village de Zozınç (Başpınar). Il suit les cours de l’école coranique locale comme tous les enfants. À 18 ans, il se marie, puis part continuer ses études religieuses dans différents villages autour de Diyarbakır. Il reçoit un enseignement du père de Ubeydullah Dalar dans le village de Misuri (Yalımköy). Il restera fahri imam, imam non officiel, dans son village après quelques années et n’aura jamais de poste officiel. Il soutient la révolution iranienne et souhaite le rapprochement des chiites et des sunnites. Influencé par Sayyed Qtub, il écrit différents articles dans les années 80 qui seront publiés en livre. Il meurt d’un cancer le 15 janvier 1995 en Iran et sera enterré dans son village.

Mustafa İpek (Mehmet Tahir, Esvet, Erkan, Erhan, Salman İpek)

12Il est recruté dans la mosquée du village Cumhuriyet de Diyarbakır. Il devient membre d’une équipe militaire sous la respon­sabilité de Seyfettin Kınay et participe à de nombreuses actions armées à Diyarbakır en 1993-94. En août 1994, il est découvert et sur le point d’être arrêté, il part à Ankara.

Mehmet Nurettin Karabulut (Eşref, Orhan)

13En 1992, il est recruté par Osman Yıldırım, et participe à des réunions dans la mosquée de Hacı Şirin à Batman pendant 4 ou 5 mois. Il fait des rapports sur les militants du PKK du quartier et participe aux équipes qui prélèvent la zekat. Il part ensuite pour Izmir où il continue ses activités militantes. Il est marié religieusement dans l’organisation.

Abdülkerim Kaya (Kutbettin, Mehmet)

14Recruté à la mosquée de Kaynartepe (Diyarbakır). Il donne des cours de Coran à la mosquée de Kudüs jusqu’au printemps de 1993. Il reçoit ensuite une formation militaire de Fuat Balca et fait du renseignement. En 1993, il participe à de nombreuses actions armées sous la responsabilité de Fuat Balca. En janvier 1994, il part à Gaziantep et se marie l’année d’après avec la fille d’un militant.

Yaşar Polat

15Famille originaire de Hirro. Né à Kayseri en 1960, il est proche des ülkücü. Beau-frère de Mehmet Ali Bilici, il a un rôle leader au sein du İslami Hareket.

16Şefik Polat, le frère du précédent, est le fondateur de la revue Yeryüzü. Diplômé du Sanaat Endüstri Meslek Lisesi (lycée professionnel des arts industriels). Il part à Istanbul vers 91 ou 92 pour fuir le İlim.

Bahrettin Özdemir (Mecit, Abdulakim Şimşek)

17Il participe une année au Milli Türk Talebe Birliği (MTTB). En 1985, il rejoint le Hizbullah sur la suggestion de Ahmet Seyitoğlu. Ce dernier lui donne des livres et il participe aux réunions dans les maisons. En 1988, sous la responsabili­té du propriétaire de la librairie Selam, Melle İhsan, il participe à des réunions politiques. En 1993, il appartient à l’aile militaire du İlim avec Abdülaziz Tunç, M. Sait Ketme, Cevdet Soysal. C’est le moment des affrontements avec le PKK. Il fabrique des bombes avec Abdülaziz Tunç. Il donne en parallèle des leçons d’arabe à la mosquée Aydınlıkevler pour faire du recrute­ment. En 1997, il est détenu 4 mois pour ses activités militantes puis relâché. La même année, il part à Istanbul puis revient à Batman. Abdülaziz Tunç ayant été arrêté par les forces de sécurité, il le dénonce et la police trouve un cadavre dans son garage (mars 1999). Il s’enfuit vers Istanbul et sera finalement arrêté à Gaziantep avec Mehmet Varol.

Abdülaziz Tunç (Ali, Fuat, Abdullah)

18Né dans le village de Yalıntavak, ilçe de Beşiri en 1960. 8 enfants, niveau secondaire, travaille jusqu’en 1987 à la TPAO (Türk Petrol Anonim Ortaklığı) comme agent de sécurité. Entre 1976 et 1979, il appartient MTTB et a des relations avec cheikh Muhammad Reşat Erol, dans le village de Menzil (Adıyaman). En 1980, il adhère au Hizbullah. Arrêté en 1999 et repenti.

Mehmet Beşir Varol (Melle Sait, Hayrettin, Hasan, Hoca, Mehmet Şefik Bulut)

19En 1987-88, son frère aîné, Beşir, travaille à la Okul Kitabevi de Silvan, et participe à des réunions militantes dans les maisons et autour de la librairie. Il fait lui-même de la propagande en 1994 à Silvan, en 1995 à Bismil, en 1996 à Çınar. Il est en parallèle membre d’une équipe d’interrogatoire et d’exécution (sorgu ve infaz) à Diyarbakır. Sous différents noms de code, il participe à de nombreuses opérations armées, interrogatoires et exécutions. En 1997, il déménage sur ordre à Gaziantep et serait devenu depuis le leader du İlim.

Cemal Tutar (Vedat, Şahin)

20Né en 1972, dans l’ilçe de Çınar, village d’Ovabağ, il est marié, quatre enfants. Ses premiers contacts politiques sont noués à la mosquée Sümer (Diyarbakır) et dans le café Şafak. En 1989-90, il est étudiant à la faculté d’İnşaat d’Urfa (dépendante de l’Université de Dicle à Diyarbakır). Il poursuit son travail de propagande et gagne de nombreux adhérents. En 1992, pendant les vacances, il donne des cours de Coran aux enfants, et il poursuit son travail d’organisation à Urfa. La même année, il est repéré par le PKK et doit abandonner l’enseignement. Il devient membre de l’équipe militaire sous le nom de code de Vedat et participe à la lutte contre le Menzil et le PKK, notamment à Diyarbakır sous la direc­tion du responsable provincial, İsa Altsoy. En 1992-1993, il est coresponsable du secteur militaire avec Mahmut Kaya et dirige 5 équipes militaires (de 5 personnes) (DGM 2000/143 : 72 et s.).

Hüseyin Velioğlu (Abi)

21Né en 1952 dans la province de Batman (village d’Hirro, ilçe de Gercüş), de la tribu Habizbin. Il prend le nom de Velioğlu en 1981, (MGK 2000/143 : 27). Le nom de Velioğlu est celui de son grand-père, qui était “veli”. Sa famille n’a pas de propriété foncière importante, mais surtout des vergers. Sa famille est religieuse, respectée, et différents témoignages le décrivent comme une personnalité effacée. Un de ses oncles et un de ses frères deviendront muhtar (maire de quartier) à Batman. Il suit l’école primaire à Devrim ilkokulu, puis le lycée à Batman. Il est fait mention de lui uniquement en 1972 quand il est puni pour avoir fumé. Étudiant à l’Ankara Siyasal Bilgiler Fakültesi Maliye Bölümü, il obtient de bons résultats scolaires. Il est alors condisciple d’Öcalan. Il est membre de l’organisation Milli Türk Talebe Birliği et des jeunes du Milli Selamet Partisi, les Akıncılar. Il est également connu dans les milieux ülkücü (Bulut et Faraç 1999 : 79). Il s’impose dans les groupes de discussion à Bat­man notamment parce qu’il a plus d’expérience et d’éducation que ses camarades. En février 1978, il fonde une revue islamiste à Ankara dont il devient directeur, The Ummah. An independant Monthly Muslim Critique. En 1979, il rate l’examen pour devenir kaymakam (sous-préfet) et revient à Batman. Il se présente pour la première et la dernière fois à une élection le 17 mai 1980 pour la présidence de la branche locale de Petrol-İş. La gauche gagne avec 1600 voix contre 1100 pour lui. Il part alors pour Diyarbakır, s’installe dans le quartier de Kaynartepe et participe au groupe qui se constitue autour de la librairie Menzil. Il rencontre un Frère Musulman syrien, échappé du massacre de Hama de 1982 et réfugié à Kızıltepe, Molla Ahmet (tué en 86 par les services syriens), ce qui renforce sa proximité avec ce courant (DGM 2000/143/27). Il ouvre la librairie İlim dans la province de Diyarbakır avec son compagnon İsa Altsoy. En 1986, il ouvre une nouvelle librairie à Diyarbakır (avec Yasin Ekinci, fils de Abdülvahap Ekinci). Il est devenu un islamiste locale­ment connu et construit un réseau islamiste à partir notamment de sa librairie İlim kitabevi. Velioğlu est mentionné dans la presse pour la première fois en 1992 (16 février 2000’e Doğru) et sa photo publiée dans le même magazine un an après. Il vit à Mardin pour l’essentiel jus­qu’en 1996, puis part s’installer dans le quartier de Beykoz à Istanbul où il trouvera la mort lors d’une opération de police en janvier 2000.

Sinan Yakut (Bişar, Şevket)

22En 1991, recruté par Emin Bozkurt dans des discussions à la Selam Kitabevi et dans le café Şafak. Il prend parti pour le İlim au moment des affrontements entre les groupes et reçoit un entraînement militaire. En 1991 et 1992 il participe à des agressions et des enlèvements. Il est ensuite envoyé à Konya pour échapper aux opérations de police.

Abdülkuddus Yersiz (Abdullah)

23Recruté en 1985, par ses voisins, dans le quartier de Mazıdağı Karşıyaka de Mardin. Jusqu’en 1989, il participe à des réunions notamment à Kızıltepe. Il lit les livres donnés par Mahmut Gündüz et donne des leçons dans la mosquée du quartier Cumhuriyet à Diyarbakır. Il organise des réunions dans les maisons avec Melle Şeymus Aktaş. En septembre 1992, son frère, Abdülvahap Yersiz, est tué par le PKK. En 1994-95, il est imam à la mos­quée de Ergani Hatuni. Il donne des cours dans les mosquées jusqu’en 1997 et collecte de l’argent pour le mouvement (zekat et fitre).

© Institut français d’études anatoliennes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search