Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La nébuleuse Hizbullah

 | 
Gilles Dorronsoro

Les interprétations

Texte intégral

1Nous avons retenu trois explications de niveaux différents qui peuvent contribuer à expliquer la trajectoire du mouvement : la manipulation par les États, la culture politique locale et les spéci­ficités de la ville de Batman.

Les limites de la connexion iranienne

2Dans les années 80 et 90, la Syrie instrumenta­lise le PKK pour déstabiliser la Turquie, alors que l’Iran a une position ambiguë à la fois par rapport au PKK et aux mouvements islamistes turcs. De plus, la plupart de ces États ont des politiques extérieures complexes qui font jouer des réseaux clientélistes et l’autonomie de certains secteurs de l’État. Pour la Turquie, le coup d’État en Azerbaïdjan, téléguidé par Tansu Çiller, peut difficilement être présenté comme une initiative engageant l’ensemble de l’appareil d’État.

3Les groupes Hizbullah, ce sera notre premier point, ont effectivement bénéficié d’une aide iranienne, mais jamais d’un sanctuaire comme le PKK en Syrie. Dès 1984, İrfan Çağırıcı et le responsable de l’aile militaire du İslami Hareket, Selim Gülcan, vont voir le consul général iranien à Istanbul, Muhammed Thari, pour se faire con­naître et demander de l’aide. Ils renouvellent la même démarche un an et demi après et passent en Iran, où ils sont en contact avec les Pasdaran, reçoivent de l’argent, mais reviennent sans les armes promises. İrfan Çağrıcı confessera après son arrestation qu’ils ont alors pris contact avec la Savama (les services secrets iraniens) et travailleront ensuite pour eux. Au İlim, les contacts datent à peu près de la même époque. Vers 1986, Hüseyin Velioğlu fait régulièrement des voyages en Iran, où il reçoit une formation militaire et politique des Gardiens de la révolu­tion (DGM 2000/143). En 1986-87, des militants sont envoyés en Iran avec Ekrem Baytap (Bulut et Faraç 1999 : 145). Selon Tunç, un repenti, le mouvement İlim a même une base à Téhé­ran, près de l’ambassade de Turquie, et ses militants sont entraînés par les Gardiens de la révolution. Tunç lui-même est envoyé par Veli- oğlu en Iran en 1988 avec les principaux cadres du mouvement, Edip Gümüş, Ahmet Seyitoğlu, İhsan Yeşilırmak, pour une formation militaire et politique auprès des Gardiens de la révolution (Faraç 2001 : 100). Enfin, le principal leader du Menzil mourra en Iran et il était introduit auprès de la hiérarchie religieuse chiite. En échange, tous ces mouvements semblent avoir opéré du travail de renseignement et des assas­sinats contre des opposants iraniens. Les liens avec l’État iranien, ou plutôt certaines institutions (Gardiens de la Révolution, Savama) ou réseaux clientélistes autour d’un ayatollah, expli­quent peut-être certaines actions ponctuelles, mais certainement pas la stratégie de ces mou­vements et leur évolution. De plus, signe de la faiblesse de ces liens, il semble que dans les affrontements entre groupes, l’Iran soit resté neutre ou en retrait.

4Par ailleurs, le Hizbullah turc était-il partie d’un réseau régional avec des objectifs communs ? Le Hizbullah turc, notamment le İlim, était en contact avec le Hezbollah libanais de cheikh Fadllulah et les mouvements islamistes présents en Irak. On a vu notamment le rôle des mouvements irakiens dans le cessez-le-feu entre le İlim et le PKK. Les différents mouvements religieux régionaux sont clairement en contact. Enfin, Velioğlu tentera sur la fin de se rapprocher du PKK par l’intermédiaire d’Ethem Talabani, chef du Kürdistan Hizbullah (Faraç 2001 : 59). Pour autant, on aurait du mal à voir se dessiner une stratégie commune ou même une collaboration suivie entre ces mouvements. Les contraintes locales sont probablement trop fortes pour que puisse se dessiner une véritable stratégie transnationale, problème connu de tous les mouvements kurdes.

L’hypothèse de la manipulation par l’État turc

“Devlet rutinin dışına çıkabilir” (L’État peut sor­tir de la routine), Président Demirel, Yenibinyil, 13 février 2000 .

  • 22 La commission parlementaire qui a circulé dans le Sud-Est en 1993 était présidée par Sadık Avundukl (...)

5La manipulation du Hizbullah par les forces de sécurité est une hypothèse avancée par la plupart des commentateurs (Bulut, Çakır, Çicek, Faraç etc.), mais son ampleur et les conséquences à en tirer sur la nature même du mouvement ne font pas l’unanimité. Le İlim et le İslami Hareket auraient été utilisés par les forces de sécurité pour lutter contre la guérilla du PKK, liquider un certain nombre de militants nationalistes kurdes, de journalistes, de membres d’autres organisations islamistes, d’observa­teurs engagés (association de défense des droits de l’Homme par exemple), d’où son surnom de Hizbul-Kontra par analogie avec la kontrgerilla. Le rapport de la TBMM (1995) aborde la question et retient l’hypothèse de la manipulation, au moins dans certains cas22. Les confessions d’anciens tueurs du İlim parues dans la presse vont dans ce sens.

6La vraie question tient à l’ampleur de la manipulation : le Hizbullah est-il une création policière comme le pensent certains interlo­cuteurs rencontrés à Batman ? Ce qu’on sait aujourd’hui du mouvement islamiste en Algé­rie, infiltré dès la fin des années 80 par la Sécurité, montre que des manipulations de grande ampleur ne sont pas à exclure a priori. De plus, ces organisations clandestines très cloisonnées où les prises de décisions sont opaques favorisent ce type de manipulation. Il semble pourtant que dans le cas du Hizbullah, la manipulation ait été réelle, mais limitée dans le temps. Sans vouloir trancher définitivement, on peut en premier lieu retracer rapidement l’évolution de la politique de contre-insurrec­tion du gouvernement, puis les cas de collabo­ration avérée et enfin la répression comme test de la volonté répressive du gouvernement.

  • 23 En mars 1992, Ahmet Cem Ersever (Jandarma İstihbarat Grup Komutanı Kıdemli Binbaşı) quitte l’armée (...)
  • 24 Le rapport de l’Atatürk Dil ve Tarih Yüksek Kurumu sur le Sud-Est, une commission dirigée par Suat (...)

7Peu après le début des actions armées du PKK (août 1984), un débat s’est installé au sein des institutions de sécurité et du gouvernement sur la stratégie à suivre23. Au début des années 80, quand la synthèse turco-islamique devient pratiquement le discours officiel (Evren et Özal), les autorités choisissent ouvertement d’appeler à un front commun des croyants contre le PKK athée24. La campagne anti-séparatiste comprend notamment des affiches écrites à la main citant les hadis etc. et le Diyanet relaie ce discours. C’est la période, par exemple où les Alévis subis­sent des pressions pour se convertir au sunnisme. Les cours d’éducation religieuse dans les écoles et la prière pour les mineurs dans les prisons deviennent obligatoires (voir l’article de Hayri Bolay dans Bakış du 7 septembre 1981). D’après Fikri Sağlar, député CHP et ministre de la cul­ture en 1992 du gouvernement DYP-SHP, la décision de renforcer le Hizbullah aurait été prise par le MGK dès 1985 (entretien dans Siyah-Beyaz, 18 août 1995, cité dans Bulut et Faraç 1999 : 70). Cette orientation se heurte pourtant à des réticences dans l’armée. Le Genelkurmay Başkanı Orgeneral Necdet Üruğ (chef d’état-major général de corps d’armée) fait une déclaration sans ambiguïté dans Milliyet (13 décembre 1986) exprimant son refus de la réac­tion (irtica), mais cette position reste alors minoritaire. Sur le terrain, on observe peu de modifications dans la stratégie de contre-insur­rection de l’État, qui est globalement inefficace. Rien n’indique alors que des liens puissent exister entre le Hizbullah et des institutions étatiques.

8En 1991, le Genelkurmay Başkanı Doğan Güreş fait une analyse de la menace séparatiste (Aydınlık, 12 juillet 1998), et promet « du neuf pour une menace nouvelle ». En pratique, on assiste au développement des milices et plus généralement des pratiques de contre-insurrec­tion copiées de l’Amérique du sud et du Vietnam. Un nombre important de villages sont détruits, entraînant le départ de centaines de milliers de personnes. Cette politique connaît son apogée lors du passage au pouvoir de Tansu Çiller, qui s’appuie sur le président Demirel, l’ancien leader du DYP, et un réseau de hauts fonction­naires et hommes politiques actifs dans le Sud- Est (İsmet Sezgin ministre de l’Intérieur, Mehmet Ağar, chef de l’Emniyet, Hayri Kozakcıoğlu et Ünal Erkan vali) qui sont au DYP ou le rejoin­dront. Ces personnages se retrouveront tous dans le scandale Susurluk (1996) qui a mis à jour les liens entre les mafias, les groupes ülkücü, les korucu et les institutions d’État. Il semble donc que les liens entre le Hizbullah et l’État sont particulièrement forts dans un contexte d’autonomisation des institutions de sécurité et de désordre marqué au sommet de l’État.

9La remise en ordre intervient à partir de 1995. Le 30 août 1994, le général İsmail Hakkı Karadayı devient Genelkurmay Başkanı en rem­placement de Güreş et Çiller perd son poste de premier ministre. La période Doğan Güreş-Çiller se termine et la lutte contre le PKK sera progres­sivement réorientée, d’autant que le scandale Susurluk favorisera une remise en question des méthodes adoptées jusque-là. Dès lors, la répression augmente contre le Hizbullah et d’autant plus après le 27 février 1997 quand le MGK (Conseil national de sécurité) prend une suite de décisions sur la lutte contre le mouve­ment islamiste.

  • 25 On peut ajouter des cas plus indirects de collaboration, ou au moins de tolérance. Ainsi, le propri (...)

10Quels sont les cas où il y a une aide avérée de l’État au Hizbullah ? On peut distinguer ici la collaboration avec les korucu et les infiltra­tions au sein du İlim25.

11On connaît le cas du vali de Batman, Salih Sarman (ancien kaymakam de Gerçüş), qui a fait acheter par son adjoint, Mithat Kuşadalı, pour 2,7 million de dollars d’armes en Bulgarie pour armer les milices de Batman. Ceci n’est pas un cas isolé car pendant la période où Mehmet Ağar était directeur de l’Emniyet, 25 millions de dollars ont été dépensés pour l’achat d’armes à l’étranger, dont la destination est restée jusque-là mystérieuse (Cumhuriyet, 16 février 2000). À Batman, ces armes étaient destinées à la milice du vali Salih Sarman, “Karma Özel Hareket Birliği”, surnommée “Bıyık­lar Ordusu” (Armée des moustaches) en raison de la présence de militants d’extrême droite dans ses rangs (Çiçek 2000 : 115). Cette milice d’un millier de personnes, travaillant hors de tout cadre légal, comprenait certains groupes Hizbullah qui travaillaient avec les korucu. Les armes données au İlim et aux İslami Hareket ont ensuite été tracées dans plusieurs affaires d’assassinat politique.

12Par ailleurs, la commission de la TBMM qui visite Batman le 27 juillet 1993 a indiqué comment dans les villages de Sekü, Gönüllü et Çiçekli des camps du Hizbullah bénéficiaient de l’aide de l’État (TMMB 1995 : 5). L’armée (Çelik Kuvvet) aurait ainsi entraîné ou aidé le Hizbullah İlim (2000’e doğru, 16 février 1992), ce qu’elle a toujours démenti. Le mouvement a par ailleurs des camps dans les villages de Yolaç (Suse) à Silvan, Seki à Batman, Hatuni (Diyarbakır), ce qui était certainement connu des autorités. Le İlim à Silvan est probablement le meilleur exemple de la coopération avec l’État et les korucu. Silvan, placé entre Diyarbakır, Batman et Bingöl, sert de plaque tournante au mouvement. Dans le village de Yolaç (Suse), le Hizbullah organise ouvertement des réunions, des prières au cimetière des Şehit, des entraîne­ments militaires (Bulut Faraç 127).

  • 26 Aydınlık juillet 1998, cité par Bulut et Faraç 1999 : 75. Voir aussi le rapport du MIT sur l’affair (...)

13Mahmut Yıldırım (Yeşil), un agent du MIT rendu célèbre par l’affaire Susurluk, aurait fourni de l’aide aux militants İlim, notamment à Solhan (Bingöl). Velioğlu lui aurait offert une arme ayant servi à tuer un militant du PKK (Faraç 2001 : 130). Par ailleurs, Mahmut Yıldırım serait mêlé à différents assassinats dont celui de Ubeydullah Dalar et Findan Güngör26, ce qui pour le premier renforce la thèse d’une provoca­tion pour déclencher les combats entre le Hizbullah et le PKK.

14La répression est une autre indication de l’attitude des autorités face au Hizbullah. Le rythme d’activité du İlim correspond à une activité maximale dans les années 1991-1995 (on sait que la plupart des actions sont alors dirigées contre le PKK). On peut reprendre ici le comptage effectué par Çakır (p. 77). Entre 1992 et septembre 2001, il y a eu 2547 opérations contre le Hizbullah, 8367 personnes placées en garde à vue, 3545 inculpées le reste étant libéré, alors qu’entre janvier et septembre 2001 seule­ment on compte 1226 inculpations (Faraç 2001 : 240). La répression progresse donc lentement et n’atteint une véritable efficacité qu’après 1996 et surtout 1999 avec la saisie des archives du İlim. La nature et surtout le rythme de la répres­sion va dans le sens au minimum d’une tolérance pour le mouvement jusqu’au milieu des années 90. Le gouvernement a lancé à partir de 1995-96 une série d’opérations qui ont démantelé le Hizbullah dont la présence devient dès lors plus discrète.

Les arrestations par année

Année

Arrestations

91

2

92

80

93

156

94

475

95

483

96

356

97

524

98

900

99

1527

(Yeni Şafak, 20 février 2000)

Le processus de radicalisation

15Une des questions centrales que pose le Hizbul­lah est celle du passage à la violence. On tient généralement pour acquis une relation prati­quement automatique entre l’idéologie de ces mouvements et les pratiques violentes. Or, on doit ici rappeler les conditions politiques pro­pres au Sud-Est et notamment la pratique générale de la violence politique dans les années 80 et 90. Certaines provinces du Sud-Est ont été sous état d’urgence entre 1978 et 2002 et, depuis le début de la République, les périodes d’administration normale ont été moins fréquentes que les états d’exception ou l’administration militaire. En conséquence, la violen­ce est le répertoire d’action le plus immédiate­ment envisagé.

16Il n’y a cependant pas de passage mécanique à la violence. À part quelques opérations crimi­nelles à Istanbul, le niveau de violence du Hizbullah est très faible jusqu’en 1991, au moment où le İlim pour les raisons expliquées plus haut lance des opérations contre le PKK et le Menzil. Le Hizbullah, groupe clandestin de discussion donne naissance à des organisations clandestines, qui développent une stratégie d’agression (particulièrement le İlim) qui reflète ses propres potentialités totalitaires mais aussi l’effondrement des institutions étatiques.

17Le Hizbullah est né dans un contexte social particulier, celui de la ville de Batman. Cette ville, à la fin des années 70, a des spécificités qui peuvent expliquer l’émergence et l’implantation du mouvement. Batman a d’ailleurs une image particulière dans le Sud-Est et dans en Turquie en général : voir la couverture médiati­que sur les suicides de jeunes femmes en 1999. Batman s’est très rapidement développée en raison du pétrole, qui génère un revenu impor­tant. La raffinerie locale (Petrol İş), la princi­pale industrie locale, a notamment assuré le développement du travail salarié.

18Du fait peut-être de son caractère récent et de l’origine villageoise des habitants, il n’y a pas de culture urbaine très marquée à Batman. Les lieux de sociabilité sont assez rares, et pratiquement inexistants pour les femmes. En com­paraison avec d’autres villes proches comme Diyarbakır, les relations de voisinages parais­sent limitées et la ville est relativement anonyme. Les syndicats et les associations existent (en tout cas aujourd’hui), mais c’est une ville où les indi­vidus participent peu à des actions collectives.

19La bourgeoisie de Batman n’existe pas vrai­ment comme groupe et n’a qu’un impact limité sur la vie sociale. Les 4 plus importantes familles (Hamidi, Özdemir, Haidiş, Nasıroğlu) ne forment pas un véritable groupe, parce qu’il ne semble pas y avoir de sociabilité très poussée entre elles. Par ailleurs, leur poids financier est rela­tivement modeste au niveau de la ville. Des clientèles se sont constituées sur le charisme héréditaire (Hamidi), sur les liens tribaux (Özdemir) ou simplement sur la fortune (Nasıroğlu et Haidiş), mais ils sont aujourd’hui assez faibles et le poids du HADEP ou de l’AKP lors des élections montre bien qu’ils sont relativement marginaux par rapport aux organisations politi­ques.

20Enfin, avec le développement de la guérilla dans les villages environnants, les institutions de l’État ont été en repli marqué depuis les années 80 avec notamment un déficit d’imams et d’instituteurs. De plus, les pratiques décrites plus haut ont entraîné une véritable crise de crédibilité des institutions.

21Ces différents éléments décrivent une ville qui nous paraît être le cadre d’une déstructuration particulièrement forte des rapports sociaux. Le premier point est le processus d’individuali­sation qui joue et se repère à deux niveaux. Premièrement, le recrutement, surtout dans la deuxième phase, est anonyme, urbain. Nous sommes à la naissance d’un mouvement urbain et individualiste, qui recrute dans un proléta­riat issu de l’exode rural souvent forcé en raison des combats. Batman avec ses quartiers relativement anonymes, son absence fréquente de liens de voisinage facilite ce type de recrute­ment. De plus, une organisation comme le Hizbullah est en phase avec l’individualisation du rapport au religieux, qui ne passe plus forcé­ment par l’intermédiaire du mollah de village ou du fonctionnaire du Diyanet. Ce contexte sociologique explique le recrutement d’une population relativement atomisée et en tout cas sans repères. Le Hizbullah, organisation totale, qui offre une vision cohérente et fermée du monde, peut alors être une option tentante pour certains individus.

Notes

22 La commission parlementaire qui a circulé dans le Sud-Est en 1993 était présidée par Sadık Avundukluoğlu (DYP), Hüsamettin Korkutata (Refah), Mustafa Yılmaz (SHP), Attila Hun (CHP). Ce dernier a révélé les nombreux obstacles auxquels elle s’est heurtée (interview de Hun, Turkish Daily News, 20 février 2000).

23 En mars 1992, Ahmet Cem Ersever (Jandarma İstihbarat Grup Komutanı Kıdemli Binbaşı) quitte l’armée avec un groupe d’officiers en protestant contre la politique gouvernementale dans le Sud-Est. Le 6, 7 et 8 juin 1993, il donne une série d’entretiens à Hikmet Çiçek pour Aydınlık. Il sera assassiné dans des conditions jamais éclaircies. Ce débat a fait resurgir des différences idéologiques, notamment au sein de la gendarmerie. Dans les années 70, des groupes se constituent notamment autour du Korgeneral Hulusi Sayın et du Korgeneral İsmail Selen. Ce dernier regroupe des officiers kémalistes de gauche. Le premier regroupe des officiers proches des ülkücü (extrême-droite nationaliste). Ces deux groupes ont des visions différentes de la stratégie à adopter dans le Sud- Est. Le JITEM, le service de renseignement de la gendarmerie, qui est à la fois opérationnel et renseignement, se range majoritairement du côté du groupe Sayın (ülkücü). Les deux généraux partent à la retraite après leur commandement et sont tués le 7 avril et le 23 mai 1991, assassinats revendiqués par Dev-Sol.

24 Le rapport de l’Atatürk Dil ve Tarih Yüksek Kurumu sur le Sud-Est, une commission dirigée par Suat İlhan, l’ancien Kolordu ve Sıkıyönetim Komutanı de Diyarbakır avant sa retraite. Les propositions des Aydınlık Ocakları présentées par Nevzat Yalçıntaş vont dans le même sens : faire de l’islam la base de la solidarité con­tre le PKK (Çiçek 2000 : 23).

25 On peut ajouter des cas plus indirects de collaboration, ou au moins de tolérance. Ainsi, le propriétaire du Diyarbakır Söz, Mehmet Ali Altınbaş, a été accusé d’avoir des liens avec le Hizbullah. Ancien imam du village d’Embel, écrivant sous le nom de plume de M. Embelioğlu, il était proche du vali de Diyarbakır, Ünal Erkan. En 1993, Altındaş-Embelioğu a des parts dans l’entreprise İntim İnşaat, avec notamment le frère de Rufai Yazgan (le frère d’un responsable du Hizbullah İlim, İsmail Yazgan). Par ailleurs, l’imprimerie AMİD Matbaacılık publie gratuitement Hira le magazine du Hizbullah. Semdin Sakık, le commandant du PKK, fera des déclarations dans le même sens après son arrestation (Bulut et Faraç 1999 : 77). Après le 28 février 1997, trois procès ont été ouverts contre Altındaş pour réaction (irtica) et prévarication.

26 Aydınlık juillet 1998, cité par Bulut et Faraç 1999 : 75. Voir aussi le rapport du MIT sur l’affaire Susurluk et Radikal du 11 février 1997.

© Institut français d’études anatoliennes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Acheter