Version classiqueVersion mobile

La nébuleuse Hizbullah

 | 
Gilles Dorronsoro

Les activités du Hizbullah

Texte intégral

Tableau récapitulatif des types d’action

Contrôle des quartiers (İlim, Menzil)

Menaces, passage à tabac, assassinat des déviants. Jets d’acide contre les femmes. Racket au nom de la zekat.

Enlèvement, torture et assassinat (İlim et İslami Hareket)

Assassinat après torture et interrogatoire (75 cadavres retrouvés en 2000 pour le İlim). (Faraç 2001 : 137 et 140). Purges internes au İlim.

Assassinat dans la rue (İlim essentiellement)

484 morts et 386 blessés attribués par la police au İlim début 2000.

Action militaire (İlim)

Une embuscade contre les korucu du village de Hatuni en 1996

Propagande et recrutement (tous les groupes)

Dans les mosquées, cours pour les enfants notamment. Réunion dans les maisons. Différentes publications, cassettes, tracts.

Enlèvement pour rançon (İlim)

Depuis 1993 surtout. Certains sont détenus pendant 1,5 ans (muhtar, instituteurs, hommes d’affaires). En 1996 pendant le ramadan la police libère 25 personnes à Batman. (İlim)

Vols, attaques à main armée, contrebande

Attaques et vols à Istanbul entre 1992 et 1994 (İslami Hareket) principalement, contrebande avec l’Iran (tous les mouvements).

1Le tableau récapitulatif donné plus loin montre que le répertoire d’action collective du Hizbul­lah doit être distingué selon les groupes, mais que quelques constantes apparaissent. D’après une enquête de l’Emniyet (Faraç 2001 : 38), pratiquement toutes les actions (97,5 %) ont lieu en ville. Ce caractère urbain va de pair avec l’absence d’implantation rurale soulignée plus haut. Le Hizbullah paraît de plus, largement étranger aux actions collectives dans l’espace public. La police n’a comptabilisé que de rares manifestations organisées par le Hizbullah. Le sabotage de la grève des commerçants organisée par le PKK à Batman (29 décembre 1991) est probablement la principale action publique à mettre au compte de l’organisation, mais mobi­lise essentiellement des militants qui ouvrent de force les boutiques. Au printemps 1998, le Hizbullah organise également une manifesta­tion contre l’interdiction du voile, qui a entraî­né de nombreuses interpellations. On peut finalement citer l’enterrement de Velioğlu en présence d’un millier de personnes, qui pren­nent à partie les journalistes. Par contre, il n’y a pas de preuve certaine que les protestations liées au port du voile à Batman en 2000 aient été organisées par le Hizbullah.

2Le parti est clandestin et, contrairement au mouvement national kurde, n’a pas de relais légal. On a ici probablement une indication de la rupture avec la société, contrairement à la thèse plus ou moins explicitement soutenue par certains auteurs d’une continuité entre le Hizbullah et les organisations islamistes légales. Ceci n’empêche pas, nous y reviendrons, une implantation ou une tolérance assez large du mouvement à Batman au début des années 90.

3Globalement, on se trouve devant deux modalités majeures : la propagande (traitée plus haut avec le recrutement) et une violence ciblée contre des individus. La violence a un rôle majeur dans le répertoire d’action du İlim qui l’utilise pour éliminer les groupes concurrents, terroriser la population et assurer la cohérence de son organisation. Par contre, le Menzil semble y avoir eu recours de manière limitée, surtout pour se défendre du İlim. Enfin, le İslami Hareket pratique une violence essentiellement dirigée contre des personnalités publiques.

4La violence s’exerce sur des individus, rarement sur des groupes (peu d’attaques de village par exemple ou d’institutions). Il y a peu relativement d’attentats à la bombe ou de cock­tail Molotov et ceux-ci sont toujours ciblés. Malgré quelques déclarations dans la presse (Yeniyüzyıl, 11 mai 1998), où un ancien militant parle d’un groupe de militants préparés aux attaques suicide, il n’y a jamais eu de passage à l’action, confirmant que les mouvements religieux pratiquent moins souvent ces opérations que les mouvements laïques. La modalité la plus fréquente est l’assassinat dans la rue par arme automatique.

5Enfin, il est fascinant de constater que l’État n’est pratiquement jamais une cible des groupes Hizbullah, sauf de façon défensive, quand la répression policière s’accroît à partir de 1995­96. Par exemple, 1995 marque le début des tensions entre korucu et Hizbullah. Ce dernier coupe la route qui va à Yolaç (Silvan) (Bulut et Faraç 1999 : 172). En 1996, pour la première fois, des militants du Hizbullah ouvrent le feu contre la police, lors d’une opération dans le village de Hatuni et quelques mois plus tard, une embuscade du Hizbullah contre les korucu de ce village fait trois morts. Les grandes opéra­tions contre le Hizbullah début 2000 provoquent les premiers morts du côté de la police (5 policiers tués à Van en février). De même, l’assassinat du directeur de l’Emniyet de Diyar­bakır, Gaffar Okkan, le 20 février 2001, est probablement une vengeance après les opérations contre le mouvement et la mort de Velioğlu juste un an avant (certains observateurs ne sont d’ailleurs pas convaincus de la responsabilité du Hizbullah dans cette affaire). On verra plus loin que cette stratégie a laissé supposer une connivence entre le Hizbullah et l’État. On peut cependant rappeler que le PKK a également dirigé ses premiers coups contre les autres mouvements kurdes avant le coup d’État de 1980 et n’attaquait pas non plus l’État.

  • 20 Rappelons que plus de 15 000 faili meçhul (assassinats par inconnus) ont été recensés depuis le déb (...)

Nombre et répartition par année des assassinats attribués au Hizbullah20

1991

4

1992

65

1993

180

1994

182

1995

8

1996

3

1997

9

1998

5

1999

22

Les affrontements entre groupes armés

6Au début des années 90, le Sud-Est a été le théâtre d’une double guerre entre le gouvernement le PKK d’une part, entre les mouvements illégaux d’autre part.

7Les attaques du İlim contre le PKK commen­cent en 1991. Le conflit commence par l’assassinat d’un responsable du Hizbullah, Mollah Sabri Karaaslan et de sa femme par le PKK. Ce dernier niera l’accusation et accuse le gouver­nement d’être responsable d’une provocation. En représailles, le İlim tue Mihail Bayro, un cadre du PKK du district d’İdil. À partir de là, les assassinats se succèdent : à Nusaybin, le responsable du Hizbullah, Hayrettin Çetin, est tué par le PKK. Abdulsamet Sakik (le frère de Şemdin Sakik) est tué en représailles, le 3 décembre 92. L’incident le plus meurtrier aura lieu dans le district de Silvan Yolaç (Susa) avec l’assassinat d’une dizaine de personnes du İlim par le PKK (25 avril 1992). De plus, ce dernier fait fuir et parfois assassine les militants repérés dans les mosquées. À Batman, le İlim pratique les assassinats dans la rue contre des personnes soupçonnées d’être proches du PKK. Ces vagues d’assassinats, dont une partie seulement est attribuable au Hizbullah, font régner la terreur dans la ville principalement en 1992 et 1993. On estime le nombre de morts à 500 du côté du PKK, 200 du côté du İlim. Un accord serait intervenu en 1995 et les affrontements ont effec­tivement cessé après cette date. Le conflit entre le PKK et le Menzil a été relativement limité et un cessez le feu a été signé dès 1993 entre les deux organisations qui ont négocié par l’inter­médiaire du Kürdistan İslami Hareketi de cheikh Osman et du Kürdistan Hizbullah d’Ethem Barzani (Çakır 2000 : 58).

8Par ailleurs, les groupes Hizbullah ont été en conflit entre 1992 et 1994, à l’initiative du İlim qui cherche à écarter les concurrents. À partir de 1992, quand le Menzil a choisi la neutralité dans les affrontements avec le PKK, le İlim entreprend contre son concurrent une véritable campagne d’assassinats qui entraînera la disparition de celui-ci. D’après la DGM, le İlim serait responsable de 66 assassinats et blessés contre le Menzil entre 92 et 94 (90 personnes si l’on compte les blessés et morts du İlim) et il y aurait eu 200 morts au total dans les affronte­ments (DGM 2000/143). L’assassinat de Ubeydullah Dalar, imam d’une mosquée du quartier de Şehitlik à Diyarbakır, le 21 décembre 1992 semble avoir été le point de départ d’une campagne contre les imams du Menzil. Par la suite, différents imams proches du Menzil seront assassinés par le İlim (6 imams tués en 1994 et 1995 à Diyarbakır) (Çiçek 2000 : 81). Par ailleurs, le İlim entreprend la liquidation du noyau dirigeant du Menzil. Le 24 octobre 1993, le İlim organise une double attaque contre les centres du mouvement : la librairie Menzil et Findan Ticaret, une entreprise appartenant à Güngör. Les fils de Güngör sont blessés, un militant est tué. Le 6 décembre 1993, une nouvelle attaque contre « Güngör Ticaret » qui appartient égale­ment à Findan Güngör, fait deux morts et qua­tre blessés. L’année d’après, le leader du groupe Fecir de Batman, İhsan Yeşilırmak est assassiné par le groupe İlim. Findan Güngör se réfugie alors à Istanbul et se voit proposer une négo­ciation par le İlim. En fait, Findan Güngör et Sabahattin Talayhan, qui l’accueillait, sont torturés, puis exécutés par les tueurs du İlim. Par ailleurs, Mansur Güzelsoy a pu s’enfuir en Iran où il mourra de maladie le 15 janvier 1996, mais à ce moment, le Menzil a disparu comme organisation structurée.

Le contrôle des quartiers

9La violence change de forme quand le mouve­ment a cherché à contrôler des quartiers et à y faire régner un « ordre islamique », notamment dans les quartiers à forte population immigrée, par exemple Bağlar (Diyarbakır). Les vendeurs d’alcool, les prostituées, les ivrognes et les blas­phémateurs sont menacés, chassés, parfois tués ou victimes de jets d’acide (pour les femmes). À Batman notamment, les femmes qui ne por­taient pas le voile ont été régulièrement attaquées dans les années 90, de même que les restau­rants qui ne respectent pas le ramadan.

Les attaques contre des personnalités publiques

10Les attaques contre les personnalités publiques correspondent à deux schémas distincts. D’un côté, le İslami Hareket vise des personnalités nationales critiques de l’islam politique ou de l’Iran. Le İslami Hareket est responsable d’une série d’assassinats de personnalités publiques. Entre 1990 et 1993, le İslami Hareket assassine Muammer Aksoy et Bahriye Üçok (deux intel­lectuels), Çetin Emeç (cadre du journal Hürriyet), Turan Dursun (journaliste de Cumhuriyet spé­cialiste de questions religieuses), Ali Ekber Gorbani (un opposant iranien). Le groupe est également impliqué dans la mort d’Uğur Mumcu, le célèbre journaliste du quotidien Cumhuriyet dont la disparition avait entraîné des manifesta­tions d’ampleur nationale. İrfan Çağırıcı a recon­nu avoir fait l’opération pour 10 000 dollars (Bulut et Faraç 1999 : 150). Par ailleurs, le grou­pe a commis des tentatives d’assassinat contre un royaliste iranien, Abbas Golizade, et contre Jack Kamhi, un homme d’affaire juif. Ils seraient également responsables de la destruction de la tombe de Sedat Simavi.

  • 21 Le correspondant de 2000’e Doğru Halit Güngen a notamment été assassiné le 18 février 1992.

11D’un autre côté, le İlim assassine des per­sonnalités du Sud-Est, liées au mouvement national kurde et critiques du Hizbullah. Le İlim a concentré ses opérations sur les journa­listes proches des nationalistes kurdes qui dénonçaient ses liens avec le gouvernement. En 1992, le Hizbullah a assassiné 18 journalistes, dont la majorité travaillait pour les journaux, notamment Özgür Gündem21. En 1992, l’assassinat de Mehmet Ali Sincar, député DEP de Mardin, a été également attribué au İlim. Par ailleurs, la féministe islamiste Konca Kuriş a également été enlevée, puis assassinée, par le Hizbullah, son corps a été retrouvé à Konya en janvier 2000.

Notes

20 Rappelons que plus de 15 000 faili meçhul (assassinats par inconnus) ont été recensés depuis le début des années 80 dans le Sud-Est.

21 Le correspondant de 2000’e Doğru Halit Güngen a notamment été assassiné le 18 février 1992.

© Institut français d’études anatoliennes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search