Version classiqueVersion mobile

La nébuleuse Hizbullah

 | 
Gilles Dorronsoro

L’organisation

Texte intégral

1L’organisation interne de ces mouvements a fait couler beaucoup d’encre en raison de son extrême militarisation, au moins en théorie, et son caractère fascinant de société secrète. Ces groupes Hizbullah ont constitué de véritables administrations alternatives, ce qui reflète l’importance du recrutement dans les classes moyennes, et notamment chez des fonctionnai­res. Il faut cependant être prudent car, malgré la similitude des textes, les pratiques varient de façon sensible entre les différents groupes. Pour décrire le fonctionnement interne des groupes, on analysera d’abord le modèle général d’organisation, puis le financement et enfin l’impor­tance des groupes régionaux dans les mouve­ments.

1) Tous les groupes paraissent avoir adopté un même type d’organisation, inspirée des Frères musulmans et du Jamaat-i islami pakis­tanais.

  • 18 Les huit membres de la şura du İlim : Hüseyin Velioğlu, İsa Altsoy, Cemal Tutar, Edip Gümüş, Haşim (...)

2Le leader nommé Emir, ou “Genel Emir” au İslami Hareket, prend les décisions importantes et son autorité est parfois absolue (au İlim). Au Menzil, il y a une distinction entre les leaders religieux (Güzelsoy) et politique (Gün­gör), alors que Velioğlu cumule les fonctions au İlim. Une Şura (assemblée) constitue le princi­pal centre de décision du mouvement18. Les décisions importantes, appelées des fetva (ou çözüm), sont prises soit par le dirigeant soit par la Şura. Au İlim, seul le leader, Velioğlu, peut édicter des fetva, bien qu’il ne soit pas ouléma et donc, en toute orthodoxie, pas habilité à pro­duire de tels textes. L’organisation est ensuite divisée en différentes branches, en général les mêmes d’une organisation à l’autre : tebliğ (prédication), içtimai (exécutif), istihbarat (renseignement), askeri (militaire), sorgu ve infaz (interrogatoire et exécution), archives. En prati­que, les militants fonctionnent par cellules de quelques personnes et utilisent des caches (emin evler) en dehors de leur habitation habi­tuelle. Au İlim, les opérations (généralement les assassinats) sont effectuées par des équipes de 5 personnes. Pour les mosquées, le İlim mobili­se différents militants : un responsable pour visiter les parents qui envoient leurs enfants au cours de Coran, des équipes pour collecter la zekat (parfois de façon violente).

  • 19 Çitlioğlu donne quelques extraits de ces rapports (2001 : 190 et sq.).

3Le mouvement, au moins au İlim, constitue une véritable bureaucratie avec des rapports -écrits sur du papier pelure pour les dissimuler plus facilement- régulièrement remis par les militants à la hiérarchie19. Des milliers de rapports, soit 150 000 pages de documents, ont effectivement été saisis par la police en 1999 et 2000 (Faraç 2001 : 123). D’après le responsable des archives, Cemal Tutar (un repenti), les archives représentaient un million de feuillets (DGM 2000/143 : 65). Ces rapports contiennent des renseignements sur les militants eux-mêmes, constituant un véritable système d’espionnage interne, et sur la société environnante (recrues et cibles potentielles notamment).

4La discipline est militaire et les sanctions vont jusqu’à la mort. Tout le monde a un nom de code et, au İlim, les militants et les sympa­thisants sont classés selon leur proximité à l’organisation par un système de code (C/38, ...C/42). Les purges internes sont fréquentes au İlim (pas dans les autres mouvements) et il règne dans ce mouvement une atmosphère de paranoïa et parfois de terreur. La torture des militants ou des ennemis du mouvement, parfois filmée en vidéo, est fréquente. Le Hizbullah tend à former une contre-société avec des mariages sanctionnés par le leader et l’embrigadement des familles. Au İlim, les militants sont même supposés se suicider en cas d’arrestation. En 1993, Abdülselam İrdem se tue après son arrestation et sera considéré comme şehid par le mouvement qui rappelle sa mémoire dans les cassettes de propagande. Au İslami Hareket, le règlement intérieur (cité par Bulut et Faraç : 93) décrit une organisation centralisée et cloisonnée, mais le groupe semble avoir fonctionné comme une bande armée.

5Il n’y a pas de drapeau ou de symbole du mouvement à proprement parler, mais la profession de foi (chahadat) sur fond vert comme le Hizbullah d’Iran. L’esthétique du mouvement présente un aspect morbide prononcé au İlim. La mémoire des şehid est essentielle dans l’entretien de la cohérence du groupe (ce qu’on retrouve au PKK et dans toute l’extrême-gauche turque).

2) Le financement du Hizbullah repose sur deux sources essentielles

6L’« impôt » islamique, en pratique une forme de racket et les différents trafics (drogue, contrebande avec l’Iran). L’éco­nomie illégale qui permet au Hizbullah de se financer est fondamentale dans le Sud-Est des années 90, en particulier, le trafic de drogue, qui fait intervenir les partis clandestins, les korucu et les mafias d’extrême-droite (Bovenkerk et Yeşilgöz 1999). Le groupe Polat-Bilici du İslami Hareket fait par exemple du trafic d’or et d’armes avec l’Iran. On peut ajouter l’argent donné par l’Iran (DGM procès de 1994 cité par Bulut et Faraç 1999 : 124), qui n’a probablement pas été significatif.

7Le mouvement se finance aussi sur la société locale. Il a cherché à lever la zekat au moment du Ramadan (Hürriyet, 30-1-1997). Les revenus de la vente des peaux des moutons abattus pen­dant le ramadan aurait été de 3,5 milliards de LT entre 1990 et 2000 et avec la zekat et le fitre (aumône qu’on donne à l’occasion du bayram), le revenu total serait de 6 trillions pour le mois de ramadan dans le Sud-Est en général (Faraç 2001 : 65). Les activités délinquantes (type atta­ques de banque) sont essentiellement le fait du İslami Hareket, les autres groupes paraissent avoir peu ou pas pratiqué ce type d’opérations. Le İlim pratiquait en outre les enlèvements con­tre rançon : il disposait de véritables cellules et certaines de ses victimes ont été détenues pendant un an et demi (DGM 2000/143 : 60).

8Les différents mouvements sont présents dans plusieurs villes sur une large partie du territoire. Dans certains cas, la centralisation du mouvement fait peu de doute, notamment au İlim, mais les autres mouvements sont plus décentralisés. Ainsi, le İslami Hareket constitue en fait deux mouvements assez peu coordonnés entre Istanbul et Batman. Au sein du mouve­ment Menzil deux ailes principales coexistent à Diyarbakır et à Batman, même si l’idéologie est la même et si la personnalité de Güngör est dominante, l’autonomie semble la règle.

Notes

18 Les huit membres de la şura du İlim : Hüseyin Velioğlu, İsa Altsoy, Cemal Tutar, Edip Gümüş, Haşim Alabalık, Ahmet Alabalık, Sülhattin Ülük, Hacı İnan.

19 Çitlioğlu donne quelques extraits de ces rapports (2001 : 190 et sq.).

© Institut français d’études anatoliennes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search