Version classiqueVersion mobile

La nébuleuse Hizbullah

 | 
Gilles Dorronsoro

Les cadres et les militants

Texte intégral

1Le recrutement du Hizbullah est difficile à cerner car les seules sources dont nous disposons à cet effet sont les biographies des Şahid (martyrs) du mouvement, parues dans la revue Hira (pour les numéros que nous avons pu con­sulter), les informations limitées des actes d’accusation devant la DGM (cour de sûreté de l’État) de Diyarbakır -par exemple les procès de 1994 et de 2000 fournissent plusieurs dizaine de biographies pour le Menzil et le İlim- et quelques statistiques de l’Emniyet réalisées à partir des individus arrêtés (Faraç 2001 ; Çakır 2000). Pour compliquer les choses, le recrute­ment a varié de façon significative dans le temps et les différences régionales et entre groupes ne sont pas négligeables.

2La question préalable du nombre de mili­tants est difficile à éclaircir. Les rapports offi­ciels repris dans la presse donnent des chiffres variables au cours des années. Ainsi, en 1998, les sympathisants du mouvement étaient estimés à environ 10 000 par la police (Yeniyüzyıl, 24 juillet 1998). Deux ans plus tard, le MGK (Con­seil de sécurité national) estime les militants et sympathisants à 20 000, dont 5 000 armés (Turkish Daily News, 20 février 2000), se basant peut-être sur les déclarations d’un repenti, Abülaziz Tunç, qui parle d’une liste de 20 000 membres et sympathisants (Milliyet 18 juin 1999 ; Çiçek 2000 : 91).

  • 13 Il est difficile par exemple de rattacher directement au Hizbullah les nombreuses personnes arrêtée (...)

3On peut se tourner pour plus de certitude vers les chiffres des arrestations. Cependant, les procès ne sont pas tous finis, il est donc difficile de passer sans précaution de l’arrestation à l’appartenance au mouvement, d’autant que les erreurs judiciaires ne sont probablement pas rares. Ainsi, il y a actuellement plusieurs centaines de prisonniers Hizbullah dans les pri­sons de Bingöl et de Batman, où sont regroupés la plupart des militants islamistes. Or, de façon significative, alors que la police regroupe les politiques par affiliation politique pour éviter les troubles, il y a une cellule des Hizbullah et une cellule de ceux condamnés comme tels mais qui contestent leur appartenance au mouve­ment. Par ailleurs, certains petits groupes régionaux, comptabilisés comme Hizbullah par la police, n’appartiennent probablement pas au mouvement13. Enfin, entre le militant clandestin et le sympathisant il existe des degrés d’engage­ment, codifiés au sein de l’organisation très mili­taire du İlim ou plus informels au sein du Menzil. Quel est par exemple le statut des familles, sou­vent au courant des activités des militants ?

4Quoi qu’il en soit, jusqu’en 2000, 4 500 mili­tants ont été arrêtés par la police (Yeni Şafak, 13 février 2000). Une chose apparaît en tout cas probable, le İslami Hareket est resté groupusculaire, quelques dizaines de personnes, et le Menzil n’a jamais eu plus de quelques cen­taines de militants/sympathisants. Par con­tre, le İlim semble effectivement avoir compté des milliers de militants et de sympathisants, même si le chiffre de 20 000 paraît très impor­tant pour une organisation aussi fermée.

Des solidarités préexistantes au recrutement anonyme

5Le recrutement des militants se fait de deux façons distinctes : la mobilisation de solidarités préexistantes et le contact individualisé et anonyme dans certains lieux publics, notam­ment les cafés traditionnels (kıraathane) et surtout les mosquées. Le premier type de recru­tement est typique de la première génération Hizbullah, quand l’interconnaissance est la règle. Il est d’ailleurs notable que les leaders tendent à cumuler les appartenances aux différents groupes ou solidarités primaires, ce qui leur donne probablement une audience supérieure. Le deuxième type de recrutement est typique des années 90, quand les individus souvent isolés sont pris en charge par une organisation déjà clandestine et dont ils ne connaissent généralement qu’une petite partie.

a) L’analyse du recrutement fait apparaître qu’un certain nombre de solidarités préexistantes sont mises en jeu : les solidarités familiales, de lieu (au niveau du district ou de la province) et le passage dans certaines associations.

6Il n’est pas rare de compter plusieurs mem­bres d’une même famille qui militent au Hizbullah, par exemple Çağırıcı, Polat, Varol, Mehmet Ali Bilici et Yaşar Polat sont beaux- frères etc. Le İlim tend d’ailleurs à encoura­ger les mariages entre militants pour fermer un peu plus le groupe. Par ailleurs, la même origine géographique est une constante dans les premières années. Beaucoup de diri­geants ou de militants de la première géné­ration sont de l’ilçe (district) de Gercüş : Velioğlu, Mehmet Ali Bilici, Süleyman Dilek, Şefik Polat, et pratiquement tous sont de la province de Batman, y compris les militants basés à Istanbul (pour le İslami Hareket). Si la plupart des militants de Batman et notam­ment de Gercüş appartiennent aux tribus locales (Şehinan, Kejan etc.) rien n’indique une adhésion collective.

7Un certain nombre d’organisations consti­tuent le milieu commun de formation des premiers cadres du Hizbullah. À partir des années 50, différentes organisations, comme les Komünizmle Mücadele Dernekleri par exemple, réunissent à la fois des ülkücü et des islamistes. Pour le Hizbullah, deux organisations jouent un rôle central dans la formation des réseaux à l’origine du mouve­ment, le Milli Türk Talebe Birliği et les Akıncılar Derneği (AK-DER, Association des éclaireurs), la branche jeunesse du Milli Selamet Partisi, formée en 1976 et fermée en 1979 par les militaires. Ces deux organisa­tions ne sont pas véritablement structurées à Batman et, pour les Akıncılar notamment, Istanbul est parfois le lieu véritable des contacts. Les biographies de la plupart des cadres de la première génération du Hizbullah sont représentatives de cette socialisation conservatrice et anti-communiste. Une partie des premiers militants se sont connus au MTTB : Hüseyin Velioğlu, Findan Güngör, Edip Gümüş, Bahrettin Özdemir, Abdülaziz Tunç (Faraç 2001 : 118 ; Bulut et Faraç 1999 : 79). Les Akıncılar sont également un point de passage commun à beaucoup de futurs militants Hizbullah dans les années 70. Sept ou huit personnes issues des Akıncılar ont formé le İslami Hareket d’Istanbul en 1981. Par ailleurs, Velioğlu, Altsoy, Yeşilırmak, Seyitoğlu, Hasan Dalgıç, Süleyman Dilek, Mehmet Ali Bilici ont tous été actifs dans l’Akıncılar Derneği. Cette association four­nit notamment, dans le contexte de violence des années 70, une formation paramilitaire aux militants.

8Existe-t-il des organisations religieuses pré­sentes comme telles au sein du Hizbullah ou qui auraient fourni un milieu favorable au recrutement ? En fait, il ne semble pas que des tarikat ou des cemaat comme les Nurcu aient servi de vivier au militantisme Hizbullah, et encore moins qu’il y ait eu des relations d’organisation à organisation. À Batman, le mouvement Nurcu était plutôt de la tendance Yeni Asya -même s’il y a eu ensuite une scission au moment du coup d’État (et à partir de l’appréciation à porter sur celui-ci)- et entretenait des relations distantes avec les groupes de discussion islamistes de la fin des années 70, très criti­ques par rapport aux mouvements nurcu, qu’ils accusaient de consolider l’ordre en place.

9Par ailleurs, il y a parfois une confusion entre le groupe Hizbullah Menzil et le groupe religieux Menzil Cemaat du village de Menzil (ilçe de Kahta, province d’Adıyaman), formé autour de Muhammad Raşit Erol, cheikh de la Naqshbandiyya et qui publie la revue Bizim Dergah (Bulut 1993 : 666). Bien que kurde, ce groupe a eu des relations suivi avec les ülkücü et le MHP de Türkeş, puis le BBP (Büyük Birlik Partisi) de Muhsin Yazıcıoğlu, quand ce dernier fait scission (le député local a été BBP). La biographie d’Abdülaziz Tunç indique que ce dernier a eu des contacts avec cheikh Erol, mais rien ne prouve qu’on se trouve en présence d’un réseau constitué. À Urfa et dans les environs, le Hizbullah n’existe pas avant 1994, ce qui va contre l’idée de la mobilisation d’un réseau déjà existant. Par ailleurs, Çiçek (2000 : 24) indique qu’Hüseyin Velioğlu aurait été lié aux cheikhs de Norşin, mais ne cite pas de faits précis et paraît, à ma connaissance, seule à faire cette hypothèse. Par contre, nous y reviendrons, le passage par les imam-hatip est fréquent chez les militants, ce qui explique en retour l’importance des recrute­ments dans les mosquées.

b) Le deuxième mode est le recrutement d’individus hors des réseaux de solidarité.

10Le Hizbullah (İlim et Menzil) a beaucoup d’activi­tés de prêche (tebliğ) dans les librairies, les cafés, les écoles professionnelles, etc. L’action dans les mosquées permet d’avoir accès aux défavorisés, aux familles par le biais des enfants et sous prétexte de collecter des dons et opère une première sélection en permettant le repérage des individus pratiquants.

  • 14 Le groupe Menzil recrutait principalement dans une soixantaine de mosquées, notamment Behrampaşa et (...)

11L’importance du travail dans les mosquées renvoie à la politique gouvernementale au début des années 90 et notamment l’effondrement des services publics dans le Sud-Est. Le rapport du Parlement de 1995 donne par exemple des chiffres intéressants sur le manque d’imams et la pénétration du Hizbullah, notamment à Batman. Dans cette ville, on estime en effet que sur 60 mosquées, 40 sont sous influence du Hizbullah au début des années 90 (TBMM 1995 : 113). D’après une déclaration du vali de Diyarbakır, en 1994-96, le İlim recrutait dans soixante ou soixante-dix mosquées à Diyarbakır (Çitlioğlu 2001 : 176)14.

12Le noyautage des mosquées passe générale­ment par de bonnes relations avec les imams officiels, ou l’installation d’imam officieux quand les postes sont vacants, ce qui permet l’organisation de réunions politiques après la prière du soir. Les militants infiltrés s’occupent de l’organisation des cours, des pique-niques, des visites de cimetières, des activités sportives. De plus, la plupart des cadres deviennent enseignants bénévoles pour donner des cours : cüz (étude de chacun des trente fascicules du Coran), tefsir (commentaire), langue arabe, tecvid (lecture du Coran), kültür elemanları (histoire religieuse). Ces cours en petits groupes favorisent la connaissance des individus et leur recrutement. Dans la deuxième génération de cadres, le recrutement dans les mosquées est fréquent. Cemal Tutar, Fuat Balca, Abdülkerim Kaya, Mustafa İpek etc. (voir les biographies en annexe) ont tous été recrutés dans des mosquées et y ont souvent assuré des cours par la suite.

Le profil social des cadres et des militants

13Le profil social des militants et l’implantation géographique nous sont connus essentiellement par les données de l’Emniyet et les réquisitoires. On dispose de deux enquêtes de l’Emniyet, la première sur un échantillon de 200 personnes (Faraç 2001 : 38), la seconde sur un échantillon plus large de plus de 3000 personnes (Çakır 2001 : 93). Ces deux enquêtes ont été effectuées à partir d’une population de détenus dont rien ne garantit qu’elle soit représentative du mouvement et sans contrôle sur le recueil des données. Dans ces limites et en s’appuyant sur d’autres biographies, sans valeur statistique mais cependant suggestives, on peut faire quel­ques hypothèses sur la composition sociolo­gique du mouvement.

a) Le mouvement est essentiellement jeune et masculin.

14Seulement 2,5 % de femmes dans l’enquête citée par Faraç (2001 : 38). Il faut cependant tenir compte du fait que les familles sont parfois de facto insérées dans les solidari­tés clandestines. On a en tout cas une différence majeure avec le PKK, qui mobilise les femmes, jeunes ou mères de famille, et aussi les nom­breux mouvements islamistes légaux qui ont une aile féminine.

15Sur les détenus en 2000, près de la majorité a moins de 25 ans et la quasi-totalité moins de 40. Les militants entre 10 et 14 ans ne sont pas rares (9 %). Par exemple, Lezgin Cangir rejoint l’organisation à 14 ans. Devenu en quelques années responsable de l’équipe sorgu ve infaz (interrogatoire et exécution) de Diyarbakır, il est tenu pour responsable de 15 assassinats et de 5 tentatives d’assassinats entre 1992 et 1997.

  • 15 Çakır 2001 : 93.

L’âge des militants15

11-14

9 %

15-20

14 %

21-24

19 %

25-28

21 %

29-34

20 %

35-41

17 %

b) La concentration géographique du mouvement est remarquable

16Essentiellement les provinces de Batman, Silvan, Bingöl, Mardin et Diyarbakır. La répartition géographique des opérations de police selon les provinces entre 1992 et 1999 confirme cette hypothèse : Diyarbakır (509 opérations), Batman (93), Bingöl (58), Urfa et Mardin (36), Van (16) et İçel (14). Les militants dans l’Ouest, Istanbul notamment, sont nés dans le Sud-Est et ont immigré récemment (ils étaient souvent déjà membres du mouvement).

c) Une partie significative des cadres sont des imams ou sont passés par les imam-hatip.

17On voit par exemple le nombre significatif d’étudiants de la faculté de théologie et d’imam-hatip dans les personnes interpellées (6,3 %). À Virhanşehir, les opérations de police ont ainsi montré que les responsables travaillaient dans les mosquées (Bulut et Faraç 1999 : 131). De plus, le mouvement s’appuie aussi sur les fahri molla (mollah dits « honoraires », c’est à dire officieux), qui sont nombreux car le Diyanet ne nomme pas assez d’imams chez les chaféites.

d) Le Hizbullah semble avoir un double recrutement, classes moyennes (salariés, esnaf, fonctionnaires) et prolétaires (paysans sans terre, récemment urbanisés).

18Pour Çakır (2001 : 93) qui tire ces chiffres d’un rapport de l’Emniyet, sur trois mille militants arrêtés en 2000, 42 % ont de revenus bas, 55 % dans la moyenne et 3 % ont des hauts revenus. D’après une autre enquête statistiquement moins significative (Faraç 2001 : 38), les militants viennent de familles pauvres ou des classes moyennes. On constate une totale absence de représentants des familles de notables.

19Les arrestations effectuées en janvier 2000 ont montré que le recrutement du Hizbullah dépassait largement les couches populaires. Les classes moyennes, et notamment les fonctionnaires, fournissent en effet un nombre impor­tant de cadres. Selon les chiffres de l’Emniyet, en 2000 et 2001, sur 4000 militants arrêtés, on trouve plus de 300 fonctionnaires, dont près de 70 instituteurs (Faraç 2001 : 171). Par exemple, le responsable d’Hakkari est un instituteur (Radikal, 18 février 2000). Une trajectoire fréquente chez les cadres est celle des étudiants de milieu modeste (villageois) passés par les universités, qui deviennent parfois fonctionnaires. On a là un profil qui n’est pas très différent de celui d’Öcalan, typique de ce qu’on pourrait appeler les déçus de l’État.

20Un recrutement dans le lumpen prolétariat fournit généralement les troupes chargées des opérations violentes. Le recrutement se fait notamment chez les paysans sans terre, parfois très jeunes, non éduqués, tous d’origine villageoise récente, pauvres et célibataires. (DGM 2000/143 : 65).

21Le cas de Silvan nous donne un bon exemple de ce double recrutement. Ce gros bourg est très majoritairement dominé par les nationalistes kurdes dès les années 70, comme le montre le résultat des élections, et le PKK a une solide implantation dans les villages alentours. Le recrutement local du Hizbullah est semble-t-il pour une large part le fait de paysans sans terre, soumis à des conditions de vie difficile et poussés à l’exode rural. Quand on regarde les quelques données biographiques disponibles, on constate que les cadres locaux sont issus de la petite bourgeoisie locale. Ainsi, le fils d’un fabricant de farine est le leader local et sa maison sert de base du parti. Parmi les autres militants : le propriétaire d’un magasin de mobilier, deux ouvriers dans une bonneterie, un ancien cais­sier de la Türk Ticaret Bankası, qui devient le comptable du parti, un vendeur d’İpragaz, un propriétaire d’un magasin à Silvan et le propriétaire de la Okul Kitabevi.

22En conclusion, on peut faire l’hypothèse d’un mouvement principalement en contact avec des individus isolés (il n’y a pas d’adhésion de groupe, segment tribal par exemple, comme au PKK), ce qui correspond au caractère urbain du mouvement et à son recrutement dans les classes moyennes ou pauvres.

  • 16 Nous avons calculé les pourcentages à partir des chiffres bruts fournis. On comparera avec Faraç : (...)

Le niveau d’éducation16

Illettré

4,02 %

(114)

Alphabétisé

3,38 %

(96)

Ecole primaire

24,10 %

(683)

Collège

12,27 %

(348)

Lycée religieux (imam-hatip)

7,05 %

(200)

Lycée professionnel

5,78 %

(164)

Lycée

22,15 %

(628)

Lycée anatolien

0,35 %

(10)

Ecole supérieure (yüksek okul)

6,10 %

(173)

Université

13,72 %

(389)

Faculté de théologie

1,02 %

(29)

Total

100,00 %(2834)

  • 17 Les chiffres fournis ne totalisent que 72 %. On comparera avec l’enquête citée par Faraç : 27 % d’é (...)

La profession17

travailleurs indépendants

20 %

(582)

travailleurs

16 %

étudiants

13 %

artisans (esnaf)

11 %

sans travail

6 %

instituteurs

6 %

(169)

Notes

13 Il est difficile par exemple de rattacher directement au Hizbullah les nombreuses personnes arrêtées pour avoir donné illégalement des cours de Coran à des enfants (Mersin, Muş). Différents petit groupes à Gaziantep et Mersin notamment ont une filiation peu claire avec le Hizbullah. À Gaziantep, un groupe se forme en 1996/97 autour de la revue Vasat (Moyen) et de l’ancien imam Şahmerdan Sarı. Ce groupe mène quelques actions violentes en janvier 97 avec notamment la destruction des machines automatiques de billets dans les endroits où l’on vend de l’alcool. Le 14 septembre 97, à la foire de Gaziantep, une bombe vise le stand Müjde Kitabevi (La bonne nouvelle), accusé de propagande chrétienne car des évangiles y sont vendus (un mort, 24 blessés). À la suite de la répression policière, le groupe est largement démantelé. D’après certains auteurs, Vasat serait une colonne avancée du İlim (Faraç 2001 : 80), mais cette affiliation est discutable, il s’agit plus probablement d’un groupe autonome notamment parce que leurs pratiques sont nettement distinctes de celle du İlim ou du Menzil. À Düzce, Recep Güler est le propriétaire de la librairie İM kitabevi (pour İran Müslümanlar) et İM radio. Il a fondé une école illégale, Tevhid ilkokulu, qui fonctionne depuis 1992. Le groupe, qui reconnaissait Ali Khamenei comme leader, se nommait Hizbullahi Müsülmanlar. Là aussi, le rattachement au İlim est très hypothétique.

14 Le groupe Menzil recrutait principalement dans une soixantaine de mosquées, notamment Behrampaşa et Hoca Ahmet Paşa (Batman), Başak Camii (Diyarbakır). Le İlim était présent notamment dans les mosquées İskenderpaşa, Şehitlik, Bağlar, 5 Nisan, Lalabey, Alipaşa. On trouve une liste non exhaustive chez Bulut et Faraç (1999 : 213).

15 Çakır 2001 : 93.

16 Nous avons calculé les pourcentages à partir des chiffres bruts fournis. On comparera avec Faraç : 40,5 % de baccalauréat, 1,5 % d’illettrés, 19 % d’éducation primaire, 14 % d’éducation secondaire.

17 Les chiffres fournis ne totalisent que 72 %. On comparera avec l’enquête citée par Faraç : 27 % d’étudiants, 28,5 % de travailleurs indépendants (serbest), 14 % de travailleurs, 1,1 % de paysans, 1 % de fonctionnaires. La majorité est au chômage ou étudiant.

© Institut français d’études anatoliennes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search