Version classiqueVersion mobile

La nébuleuse Hizbullah

 | 
Gilles Dorronsoro

L’idéologie

Texte intégral

1L’idéologie de ces mouvements, assez peu origi­nale, est relativement bien connue en raison de l’abondance des sources disponibles. En pre­mier lieu, certains dirigeants ont eu une activité de publication, notamment Mansur Güzelsoy, et leurs textes permettent de saisir les fondements idéologiques de leur action. En second lieu, ces mouvements ont publié des revues, Hira et Tevhid, qui donnent des éléments importants sur l’univers intellectuel de ce courant. Enfin, le matériel de propagande (Çitlioğlu 2001 : 234 et sq.) et les textes internes sont révélateurs, même si leur utilisation doit être prudente.

  • 10 Çiçek (2000 : 147), citant un rapport du Jandarma Genel Komutanlığı de septembre 1997 : Mevdudi, Se (...)

2Les influences majeures sont sans surprise et communes à tous les groupes. Le İlim recommande à ses militants une liste de livres10 qui mêle les classiques de l’idéologie islamiste -Sayyed Qtub, Ali Shariati, Maududi, etc.- et quelques authentiques chercheurs (Hamid Halgar par exemple). La revue Hira reprend les grands débats du courant islamiste des années 80 et 90. Dans la revue Tevhid, on trouve un entretien avec le leader idéologique du Hezbollah libanais, cheikh Fadlallah. Enfin, on a au moins un cas où le contact personnel a eu une importance. Hüseyin Velioğlu a en effet connu un Frère Musulman syrien, échappé du massacre de Hama de 1982 et réfugié à Kızıltepe, Mollah Ahmet, qui sera tué en 86 par les services syriens (DGM 2000/143/27). De plus ces revues publient des articles élogieux sur la résistance afghane. Trois éléments permettent de décrire l’idéologie de ces mouvements : l’État islamique, la revendication kurde et la question du takfir.

3Tous les groupes souhaitent l’instauration d’un État islamique respectant la shariat. Le modèle Taliban de cléricalisation de la vie poli­tique par la domination des oulémas n’est pas celui du Hizbullah qui envisage d’abord la domination de son organisation dans le champ politique institutionnel moderne, sur le modèle iranien. Bien que recrutant d’abord des sunnites chaféites, affiliation de la majorité des Kurdes, tous ces mouvements montrent une volonté d’ouverture aux chiites.

4Quelle est la dimension proprement kurde du mouvement ? Contrairement au Kürdistan İslam Partisi (Partiya İslamiya Kürdistani) et au Kürdistan İslami Hareket, le projet d’un État islamique kurde n’est pas mis en avant, comme le confirment les dires d’un repenti (Çakır 2000 : 144 et sq.). La réalité est cependant complexe, notamment parce que l’identité kurde est de facto importante dans le mouvement qui ne recrute que marginalement en dehors du Sud-Est. En particulier, le kurde est utilisé dans la propagande (notamment les cassettes) et les références à cheikh Saïd sont nombreuses, ce qui confirme son rôle central dans l’idéologie de tous les mouvements kurdes, en raison notamment de son ambivalence (nationaliste et religieux).

  • 11 Sur la pensée de Sayyed Qutb, qui inspire largement les islamistes, voir Olivier Carré, Mystique et (...)

5Comme dans tous les mouvements islamistes, la question du takfir est centrale : un musulman peut-il être déclaré infidèle du fait de sa partici­pation à un État non islamique, alors qu’il continue à s’acquitter des devoirs extérieurs d’un musulman (prière, jeûne etc.) ? Dans les années 60, Sayyed Qutb11 a réintroduit cette notion présente chez Ibn Taymiyya (1263-1328). Pour Qutb, le takfir est général, c’est une rupture par rapport à la société et non une excommunica­tion individuelle. Sayyed Qutb est sur ce point marginal chez les Frères musulmans égyptiens et seuls quelques groupes extrémistes (Tahrir, Takfir, Jihad) feront du takfir, en durcissant encore la pensée de Sayyed Qutb, l’axe de leur stratégie. Certains partis pratiquent le takfir individuel, c’est-à-dire qu’ils se donnent le droit de déclarer apostat un musulman pratiquant, ce qui peut entraîner sa condamnation à mort, mais refusent de déclarer impie l’ensemble de la société.

  • 12 L’approche de Güzelsoy est essentiellement casuiste concernant les méthodes à employer pour réforme (...)

6En déclarant la Turquie Dar-ül harp (région incroyante, ouverte à la guerre), le İlim, le Menzil et le İslami Hareket déclarent un takfir généra­lisé contre la Turquie, ce qui permet notam­ment d’éviter le reproche de fitna (division de l’umma) et autorise le recours à l’assassinat et au vol. Le Menzil considère en principe que les mosquées du gouvernement sont impropres à la prière (mais il tentera cependant de les infil­trer). Cette volonté de rupture avec un ordre social corrompu (cahili sistem) s’exprime par le concept d’hicret, mais ce retrait de la société ne justifie pas ipso facto le passage à une violence généralisée. Au sein du Menzil, des textes de Güngör expliquent le devoir de revenir à l’ordre de la shariat surtout par des moyens de persua­sion : “davet ve tebliğ usûldür” (l’invitation et la prédication sont la méthode) (Güngör, in Bulut et Faraç 1999 : 21). Mansur Güzelsoy (1996) semble aussi refuser la violence systématique pour réformer une société tombée dans l’igno­rance (cahil) et met l’accent sur la propagande et la formation des cadres12. Pour le İlim, au contraire, l’action armée est à la fois légitime et possible. Si le takfir généralisé est donc un point commun de ces mouvements, les consé­quences pratiques qu’ils en tirent, décisives pour l’évolution du mouvement, sont donc net­tement opposées.

Notes

10 Çiçek (2000 : 147), citant un rapport du Jandarma Genel Komutanlığı de septembre 1997 : Mevdudi, Seyyid Kutub, Ali Şariati, Abdulkader Udeh, Yusuf el Kardavi Hampher, İrecai Faruki, Mutahhari, Fethi Yelken, M Meşur, Beşir İslamoğlu, Said Nursi, M Ali Haşemi, M Göktaş, Hamid Halgar.

11 Sur la pensée de Sayyed Qutb, qui inspire largement les islamistes, voir Olivier Carré, Mystique et politique. Une lecture révolutionnaire du Coran par Sayyid Qutb, Frère musulman radical, Paris, Presses de la Fondation nationale des sciences politiques, 1984. Sur le takfir, pp. 15 sq.

12 L’approche de Güzelsoy est essentiellement casuiste concernant les méthodes à employer pour réformer la société. “Demokratik metod çok hassas bir metoddur. Ülke ve hakim rejimin şartlarına göre uygulanabilir. Türkiye’nin şu anki şartlarında (1995) bu metodu ihtiyatla karşılamak lâzımdır.” (1996 : 122). (Les pratiques démocratiques sont des pratiques très délicates (à employer). Elles peuvent convenir selon les pays et les régimes politiques. Dans les conditions de la Turquie actuelle (1995), elles doivent être accueillies avec prudence.)

© Institut français d’études anatoliennes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search