Version classiqueVersion mobile

La nébuleuse Hizbullah

 | 
Gilles Dorronsoro

Le milieu initial et les scissions

Texte intégral

1Malgré différentes contraintes légales qui limi­tent l'expression politique, le contexte politique de la fin des années 70 est marqué par une poli­tisation croissante du Sud-Est. Cette politisa­tion touche d'abord les lycées et les universités, beaucoup moins les villages, qui bien souvent n'abritent aucun militant politique jusqu'au début des années 90. La polarisation entre les groupes politiques crée une atmosphère de surenchère idéologique qu'on retrouve partout en Turquie à cette époque. La différence tient au fait que la scène politique étudiante est très largement dominée par les nationalistes kurdes marxistes, regroupés dans des associations culturelles (DHKD Devrimci Halk Kültür Derneği, DDKO Devrimci Doğu Kültür Ocakları, DDKD Devrimci Demokratik Kültür Derneği) ou des partis illégaux (PSK, Kawa, Rızgari, KUK, PKK). Il n’y a aucune organisation étudiante compara­ble chez les islamistes et le mouvement ülkücü, fondé sur une vision raciale de la nation, est à peu près inexistant, en dehors de quelques militants recrutés chez des fonctionnaires venus du reste de la Turquie. Par ailleurs, l’impact de la révolution iranienne dans l’ensemble du monde musulman, et pas uniquement chez les chiites, ne peut pas être sous-estimé. Par son aspect ambigu, à la fois anti-impérialiste et religieux, elle servira de référence ou d’objet d’analyse à beaucoup d’intellectuels. Enfin, contrairement à une idée reçue, la violence n’est pas plus marquée dans le Sud-Est que dans d’autres régions, au moins jusqu’en 1980.

2Il est difficile de décrire précisément les groupes peu formalisés à l’origine du Hizbullah, mais le cadre géographique et social du mouve­ment est bien connu. À la fin des années 70, des jeunes de la ville de Batman ont progressivement donné une forme plus structurée à leur engage­ment politique. D’un point de vue sociologique, le recrutement de cette mouvance est très homogène : essentiellement des hommes jeunes (15 à 25 ans), passés par le lycée, mais pas l’université à l’exception de Velioğlu, venus de familles des classes moyennes récemment implantées en ville. D’après différents témoignages, quelques dizaines de jeunes participent alors régulièrement à des réunions dans les cafés ou des domiciles privés. Celles-ci se tiennent une ou deux fois par semaine, regroupent dix ou quinze personnes en moyenne et s’organi­sent librement autour de la discussion des écrits de Sayyed Qutb, Abdul Kader Udeh ou d’autres auteurs islamistes. Un des groupes de discussion les plus actifs est animé par Ekrem Baytap, vendeur à la Cem Kitapevi. À ce moment, il n’y a pas d’organisation, de leader, ni de nom pour désigner ces groupes. Par leur fonctionne­ment, ceux-ci ne semblent pas radicalement différents de ceux des nationalistes kurdes, mais paraissent beaucoup moins organisés. Un des premiers groupes dont on trouve mention, Selam-Tevhid (Paix - Unicité de Dieu), est organisé en 1978 pour soutenir les opposants au Shah d’Iran. Les militants -notamment Hüseyin Velioğlu, Mehmet Ali Tekin, Yusuf Karakuş, que l’on retrouvera à un titre ou à un autre dans le mouvement Hizbullah- font alors du porte à porte et diffusent des textes traduits du persan sur la révolution khomeyniste (Faraç 2001 : 255).

3Après le coup d’État du 12 septembre 1980, toute activité politique est interdite pendant plusieurs années et la clandestinité devient la règle. Cependant, la répression vise en priorité les nationalistes kurdes et la police montre une certaine tolérance pour les activités des islamis­tes. L’état d’urgence, qui interdit les réunions, explique que le mouvement n’aura jamais d’expression légale (association par exemple) et que les librairies vont avoir un rôle central dans la formation du Hizbullah au début des années 80. Après la librairie Cem (Multitude) (1978), les librairies Vahdet (Unicité divine), Fecir (Aurore), İslam, Menzil (Étape), İlim (Savoir), Selam (Paix), serviront de lieux de discussion et de recrutement, en particulier à Batman et à Diyarbakır. Par ailleurs, un petit groupe écrit dans Yeryüzü (Le monde), une revue (illégale) animée par Yaşar et Şefik Polat.

  • 4 Certaines sources indiquent que le nom de “Hizbullah” aurait en fait été donné par les forces de sé (...)
  • 5 Dans Cumhuriyet du 24 avril 1998, on trouve un récit de la première réunion du Hizbullah.

4Au début des années 80, deux phénomènes changent la nature du mouvement initial. Celui-ci commence à se structurer autour d’un petit noyau de personnalités : Findan Güngör, Hüseyin Velioğlu, Ubeydullah Dalar, Abdullah Yiğit, Mehmet Ali Bilici, Mansur Güzelsoy, Edip Gümüş, İsa Altsoy, İhsan Yeşilırmak, Süleyman Direk, Hasan Dalgıç (voir les biographies en annexe). C’est probablement à ce moment qu’une organisation apparaît avec deux personnalités dominantes, Findan Güngör et Hüseyin Velioğlu, qui s’imposent comme leaders. En particulier, une réunion en 1981, à la librairie Vahdet aurait constitué la première Şura (assemblée) formelle du mouvement (Çitlioğlu 2001 : 307). Le groupe se nomme lui- même Cemaat (société) et n’adoptera le nom de Hizbullah (parti de Dieu) que vers 19924. En second lieu, le groupe, jusque-là uniquement présent à Batman, décide de faire de Diyarbakır, la principale ville du Sud-Est, son centre de gravité5.

  • 6 Le groupe Menzil se nomme aussi Fecir Cemaati, Menzil Cemaat ou Tevhidci Grup. En 1993, il utilise (...)
  • 7 Par ailleurs, un petit groupe, Vahdet, du nom d’une troisième librairie, se constitue alors mais di (...)
  • 8 Une rencontre, qui fut un échec, a eu lieu en 1992 à Yolaç (Silvan) (Bulut et Faraç 1999 : 120) ent (...)
  • 9 Publié par Aydınlık du 19 octobre 1997 “Hizbullahi Grupların Son Durumu” (La situation récente des (...)

5Le Hizbullah se divise progressivement entre la tendance Menzil6 (Findan Güngör) et la tendance İlim (Hüseyin Velioğlu), du nom des librairies qui servent de base aux deux courants7. À partir de 1987, les deux groupes sont clairement distincts8. À la fin des années 80, le İlim commence à s’organiser à grande échelle, notamment à partir son réseau de librairies. À partir de 1991, il est en lutte contre le PKK et à partir de 1992 contre le Menzil (DGM 2000/143 : 34). Le İlim, devenu le plus impor­tant, voire le seul significatif, poursuit ses activités malgré une pression policière croissante. Le niveau maximal d’activité est atteint autour de 1993-94, puis la répression commence à limiter son action. L’organisation extrêmement centra­lisée du mouvement explique l’importance des arrestations effectuées après la saisie de ses archives en 1999 et 2000. Le mouvement survit aujourd’hui mais reste relativement discret. Le groupe Menzil, victime d’attaques répétées de lÀ part du İlim à partir de 1992, se disperse au début des années 90. Un rapport du MIT de 19979 indique que le groupe n’a plus de leader et que les responsables régionaux sont autonomes.

6Parallèlement à ces évolutions, de façon largement indépendante, un groupe d’une dizaine de personnes s’était constitué en 1981, sous le nom de İslami Hareket, à la suite d’une réunion à Kasımpaşa (Istanbul). İrfan Çağırıcı est le leader de ce groupe qui multiplie les actions à partir de 1982. En dehors de la prédi­cation, mais les sources n’indiquent rien de pré­cis dans ce domaine, le İslami Hareket a com­mis une série de 19 attaques à main armée et vols au début des années 80. En 1983, des vols de voitures entraînent l’arrestation de certains militants. Le premier décembre 1984, l’attaque d’une bijouterie en face de l’Emniyet (Sécurité) de Fatih, conduit à l’arrestation de 13 militants (Çiçek 2000 : 40). À la suite de cette opération de police, le mouvement naissant est pratique­ment démantelé (TBMM 1995 : 121), mais une partie des membres seront inexplicablement relâchés (Bulut et Faraç 1999 : 64). Le groupe renaît au début des années 90 après la libéra­tion de son leader, İrfan Çağırıcı, mais connaît une certaine marginalisation. Le İslami Hareket qui renaît entre Batman et Istanbul (Yalova), à la suite d’une réunion à Batman en 1986 - ou vers 89 d’après certaines sources - ne semble qu’indirectement lié au groupe d’Istanbul (Bulut et Faraç 1999 : 62), même si les deux leaders, Mehmet Ali Bilici et Yaşar Polat, ont des contacts avec Çağırıcı. Au début des années 90, ils se réfugient à Istanbul en raison des attaques du Hizbullah İlim. Une partie des cadres du mouvement sont arrêtés après la mort d’Uğur Mumcu. En 1996, İrfan Çağırıcı est de nouveau emprisonné, ce qui semble marquer la fin du mouvement.

Notes

4 Certaines sources indiquent que le nom de “Hizbullah” aurait en fait été donné par les forces de sécurité après les premières actions violentes contre des personnalités publiques en 1992 (Çiçek 2000 : 11). Il serait donc plus correct d’employer le terme de Cemaat.

5 Dans Cumhuriyet du 24 avril 1998, on trouve un récit de la première réunion du Hizbullah.

6 Le groupe Menzil se nomme aussi Fecir Cemaati, Menzil Cemaat ou Tevhidci Grup. En 1993, il utilise également le nom de “İslami Hareket” à Diyarbakır.

7 Par ailleurs, un petit groupe, Vahdet, du nom d’une troisième librairie, se constitue alors mais disparaîtra rapide­ment dans les conflits entre le Menzil et le İlim.

8 Une rencontre, qui fut un échec, a eu lieu en 1992 à Yolaç (Silvan) (Bulut et Faraç 1999 : 120) entre les deux lead­ers pour tenter de régler les différends entre les groupes.

9 Publié par Aydınlık du 19 octobre 1997 “Hizbullahi Grupların Son Durumu” (La situation récente des groupes Hizbullah).

© Institut français d’études anatoliennes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search