Version classiqueVersion mobile

Une mémoire pour la Ville

 | 
Paul Dumont
, 
Méropi Anastassiadou

Les Grecs d’Istanbul (1923-2003) : chronologie

Texte intégral

1923

30 janvier : la Grèce et la Turquie signent à Lausanne une convention par laquelle elles s’en­gagent mutuellement à procéder à l’échange obligatoire des minorités chrétienne et musul­mane vivant dans leurs territoires respectifs.

24 juillet : Traité de Lausanne.

29 octobre : proclamation de la République de Turquie.

1924

Suite au vote d’une loi réglementant la profession d’avocat, des Grecs sont exclus du bar­reau d’Istanbul.

Papa Eftym, fondateur de l’église turque orthodoxe, prend possession de la principale église grecque de Galata, la Panayia Kafatiani.

1925

À tour de rôle les trois principales minorités non-musulmanes de Turquie renoncent par écrit à leurs droits découlant de l’article 42 du Traité de Lausanne. Pour le Grecs, cet épisode a lieu le 27 novembre.

Fermeture de l’École nationale des Langues et du Commerce, qui fonctionnait depuis 1909 à Galata.

Création de l’Apogevmatini, quotidien en langue grecque qui existe encore aujourd’hui.

1926

Les sociétés étrangères installées en Turquie sont désormais obligées de tenir leur corres­pondance en langue turque.

1927

Recensement. 100 214 Grecs orthodoxes sont dénombrés dans le département d’Istanbul.

1928

Fondation à Athènes du Syllogos Konstantinopoliton qui se fixe comme objectif la préser­vation du patrimoine culturel et intellectuel des Grecs d’Istanbul. Cette association reste particulièrement active de nos jours.

1930

Visite d’Eleftherios Venizelos, premier ministre grec, à Istanbul. Les relations gréco-turques sont au beau fixe. Les deux pays signent plusieurs accords, dont un texte permettant le retour en Turquie de citoyens hellènes. À cette date, environ 27 000 citoyens du Royaume vivent sur les rives du Bosphore.

1932

L’exercice d’un certain nombre de métiers de l’artisanat et des services est interdit aux étrangers.

1935

Recensement. 95 956 Grecs orthodoxes sont dénombrés dans le département d’Istanbul.

La Grande Assemblée nationale de Turquie vote la loi n° 2762 fixant les modalités de créa­tion et de fonctionnement des fondations pieuses (vakıf). Ce texte reconnaît explicitement l’existence des « vakıf communautaires » (cemaat vakfı).

1939

Attribution à la Turquie du sandjak d’Alexandrette.

1941

Mobilisation militaire. Vingt classes d’âge sont appelées sous les drapeaux. Les non-musul­mans ayant entre 24 et 44 ans sont tenus à l’écart de l’armée régulière et se voient employés dans des travaux d’intérêt public, notamment la construction des routes (mai-juin).

1942

Impôt sur la fortune (varlık vergisi). Exécutoire de suite, cet impôt a mis sur les routes de l’exil environ 2000 minoritaires (novembre).

1944

La loi instituant l’impôt sur la fortune est abrogée. L’État turc renonce aux impôts non perçus jusque- là (mars).

1945

Recensement. 76 844 Grecs orthodoxes sont dénombrés dans le département d’Istanbul.

1946

Fondation du « Cercle d’aide aux malades sans ressources et aux internes de l’asile des vieil­lards de l’hôpital de Balıklı » (Syndesmos voitheias aporon asthenon kai girokomoumenon ton nosokomeion Balıklı).

Les relations entre le Patriarcat et le gouvernement d’Ankara se signalent par leur cordialité.

1948

L’école de garçons Zografeion, située à Beyoğlu (Péra), se dote d’une section commerciale qui tente de combler la lacune laissée par la fermeture, en 1925, de l’École nationale des Langues et du Commerce.

1951

Accord culturel entre la Grèce et la Turquie. Nouvelle période d’« amitié gréco-turque », malgré le différend qui oppose les deux pays s’agissant du statut de Chypre.

La Turquie intègre l’OTAN.

1952

Le couple royal grec, le roi Paul et la reine Frédérique, en visite officielle en Turquie (juin).

1955

Recensement. 67 550 Grecs orthodoxes sont dénombrés dans le département d’Istanbul.

6/7 septembre : due à la question de Chypre, la tension gréco-turque débouche sur de graves émeutes à Istanbul et Izmir.

1960

Coup d’État en Turquie.

1962

Le Zografeion, une des principales écoles grecques d’Istanbul, fait l’objet de travaux d’agrandissement. Deux étages supplémentaires sont ajoutés au bâtiment existant. Une directive ministérielle institue la fonction de directeur adjoint dans les écoles minori­taires.

1964

Les autorisations de séjour des Hellènes en Turquie ne sont pas renouvelées. Accusés de « haute trahison », 10 000 Grecs de citoyenneté hellénique sont expulsés du territoire turc et leurs comptes bancaires sont bloqués. Les départs s’étalent sur plusieurs mois. À compter du mois de mars, il est interdit aux personnels des écoles de conduire les élèves à l’église dans le cadre scolaire.

Les autorités turques ferment l’orphelinat de Büyük Ada, vaste édifice en bois, inauguré en 1904 grâce à une donation de Eleni Zarifi.

1965

Recensement. 47 207 Grecs orthodoxes sont dénombrés dans le département d’Istanbul.

1966

À compter de juillet, aucun livre scolaire ne peut être utilisé sans l’autorisation préalable du ministère de l’Éducation nationale turc. L’interdiction sera levée en 1968.

1967

Inspection des écoles. Toutes les inscriptions en caractères grecs doivent être retirées, en particulier lorsqu’elles sont visibles de l’extérieur (mars).

Coup d’État militaire en Grèce (avril). Relance de la crise gréco-turque concernant Chypre.

1968

Les écoles grecques n’ont plus le droit d’inclure le 25 mars (fête nationale grecque, mais aussi fête religieuse de l’Annonciation) parmi leurs jours fériés. Décès de Papa Eftym.

20 décembre : la Grèce et la Turquie signent un nouvel accord culturel.

Désormais, seuls les enfants appartenant à la minorité grecque orthodoxe peuvent être

inscrits dans les écoles grecques.

1969

Les metaklitoi (enseignants venus de Grèce) n’ont plus le droit de travailler dans plusieurs établissements, leur service étant strictement lié à une seule école quel que soit le nombre d’heures qu’ils y fournissent.

1971

Fermeture de l’école théologique de Halki fondée en 1844 pour former les cadres de la haute hiérarchie orthodoxe.

1972

Le directeur de l’école Ioakeimeion est démis de ses fonctions.

1973

La Grèce fait parvenir des livres scolaires aux écoles grecques d’Istanbul. Les envois se pour­suivent jusqu’en 1981-1982, date à laquelle ils s’arrêtent pour ne reprendre qu’en octobre 1994.

1974

Intervention de l’armée turque dans la partie nord de Chypre ; l’île est coupée en deux ; chute de la junte et rétablissement de la démocratie en Grèce (juillet).

La Cour de Cassation, en assemblée plénière, estime que les biens immobiliers acquis par les communautés non-musulmanes après 1936 constituent des acquisitions illégales. Réduction du nombre d’heures hebdomadaires consacrées à l’enseignement de la langue et la littérature grecques.

1976

Le directeur de la Megali tou Genous Scholi, I. Karayannis, est atteint par la limite d’âge. Son poste reste vacant jusqu’en 1992.

Départ du directeur du lycée de l’École théologique de Halki. Le poste reste vacant jusqu’en 1984-85, date de la fermeture définitive de l’école.

1977

Première parution de l’Iho, quotidien en langue grecque.

1978

La Grèce devient membre du marché commun.

1979

À compter de novembre, les metaklitoi sont tenus de dispenser des cours dans le domaine de leur spécialité stricto sensu.

Rencontre entre le Pape Jean-Paul II et le Patriarche Dimitrios à Istanbul.

1980

Coup d’État militaire en Turquie.

1981

Rauf Denktaş, soutenu par la Turquie, proclame la République turque de Chypre du Nord.

1984

Les mesures de blocage pesant sur les biens immobiliers des Hellènes, mis sous séquestre en 1964, sont levées.

Les citoyens grecs désirant se rendre en Turquie sont désormais dispensés de solliciter un visa (mars).

1985

Le lycée de l’école théologique de Halki n’enregistre plus aucune inscription et ses respon­sables cherchent à fermer l’établissement. Leur demande sera rejetée par les autorités.

1987

Le gouvernement turc autorise le Patriarcat à restaurer ses bâtiments, endommagés par un incendie en 1941.

1988

Rencontre de Davos entre Andreas Papandreou, premier ministre grec, et son homologue turc, Turgut Özal : réchauffement sensible des relations gréco-turques (31 janvier). Fermeture de l’école de filles Ioakeimeion. « Inactive », elle « fonctionne » désormais sous la responsabilité d’un directeur adjoint.

École de garçons, la Megali tou Genous Scholi accueille, à partir de cette année, des élèves des deux sexes.

1989

A. Lambrinou, directrice du Kentriko Parthenagogeio, est démise de ses fonctions. Fondation du « Cercle éducatif et artistique Feriköy ». Environ 200 membres. Inauguration des nouveaux bâtiments du Patriarcat (décembre).

1990

Les budgets des écoles minoritaires sont désormais soumis à la signature des directeurs adjoints.

1991

Élections au sein de la minorité pour désigner les membres des organes communautaires. Depuis cette date, les mandats n’ont pas été renouvelés, faute de pouvoir organiser de nou­velles élections.

Un déséquilibré incendie un autocar chargé de touristes grecs, faisant de nombreuses vic­times. Les agences de voyage grecques décident de ne plus organiser des excursions touris­tiques en direction de la Turquie (avril).

Élection au trône du Patriarcat œcuménique de Constantinople de Bartholomaios Ier (novembre).

1992

Le nouveau Patriarche demande aux autorités turques la réouverture de l’école théologique de Halki (février).

Le Patriarcat œcuménique de Constantinople organise, dans les locaux de l’école théologique de Halki, une première réunion sur la protection de l’environnement.

1993

Les enseignants que la Grèce envoie dans le cadre de l’accord culturel de 1950 sont empêchés de se rendre en Turquie. Les familles sont exaspérées. Le lycée Zografeion fête le centenaire de sa fondation.

1994

Aux termes de la loi grecque n° 2079/1992, les Grecs d’Istanbul âgés de plus de 65 ans et ayant travaillé dans le secteur privé en Turquie bénéficient désormais d’une aide de la Sécurité sociale hellénique (IKA).

Symposium organisé à Istanbul à l’initiative du Patriarcat œcuménique sur le thème de Paix et tolérance. Y sont réunis des représentants du christianisme, du judaïsme et de l’islam (février).

1995

Le Patriarcat continue de s’intéresser à la protection de l’environnement. Consacré au thème Révélation et environnement, un congrès itinérant conduit les participants du Pirée à Istanbul, Kuşadası et Patmos (septembre).

1996

L’association turque des Droits de l’Homme organise une exposition sur un sujet sensible : les événements du 6/7 septembre 1955 (septembre).

1997

Embrasement d’un contentieux durable : la Grèce et la Turquie se disputent les gisements pétroliers de la mer Égée.

Patriarcat œcuménique et environnement. 400 personnes participent aux travaux d’un troisième congrès (Questions d’environnement dans la mer Noire) à bord d’un navire sur la mer Noire.

1998

Les autorités révoquent tous les membres laïcs du conseil d’administration de l’école de Halki (octobre).

1999

Désormais, l’école Zografeion accueille aussi des filles.

Le Kentriko Parthenagogeio rejoint la catégorie des écoles « inactives ».

La ville de Passau accueille la quatrième manifestation du cycle « environnement ». Celle-ci est consacrée au Danube (Danube-Fleuve de vie).

17 août : le tremblement de terre d’Izmit fait plusieurs milliers de victimes. La Grèce envoie des secours. Il s’en suit une période d’euphorie dans les relations entre les deux pays. Bill Clinton, président des États-Unis, en visite au Phanar (novembre).

2000

Éducation : le Zappeion devient mixte.

Le Patriarcat œcuménique ouvre une représentation à Athènes.

2001

La Turquie connaît une grave crise économique.

2002

Le Patriarcat poursuit sur l’Adriatique son effort concernant les questions d’environnement.

Le congrès flottant se termine à Venise avec une rencontre entre Bartholomaios Ier et Jean- Paul II (juin).

Dans le cadre du processus d’intégration de la Turquie à l’Europe, le parlement turc vote un « paquet » de lois visant à la mise en conformité de la législation nationale avec les principes de l’Union européenne. Les minorités voient ainsi certaines de leurs revendications satis­faites (août).

Élections législatives en Turquie. Arrivée au pouvoir du « Parti de la justice et du développement » (AK parti), de la mouvance islamiste (novembre).

2003

23 mars : Bartholomaios Ier célèbre, après des travaux de rénovation qui ont duré deux ans, la réouverture de l’église de Aya-Triada (Sainte-Trinité), située à proximité de la place de Taksim.

Le congrès du Patriarcat sur l’environnement se déroule, cette année, à bord d’un navire sur la mer Baltique (juin).

17 juin : la nonciature apostolique à Istanbul organise, à l’occasion du 25e anniversaire du pontificat du Pape Jean-Paul II, une conférence intitulée « Jean-Paul II et le service de la Paix ». L’orateur invité pour rendre hommage ainsi à Sa Sainteté est le Patriarche œcuménique Bartholomaios Ier.

Bartholomaios Ier remet au ministre turc des Affaires étrangères, Abdullah Gül un dossier de doléances qui aborde notamment la question de la réouverture de l’école de Halki. Au cours de l’entretien, il est fait reproche au Patriarche de continuer à accoler l’adjectif « œcuménique » à son titre (août).

© Institut français d’études anatoliennes, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search