Version classiqueVersion mobile

Une mémoire pour la Ville

 | 
Paul Dumont
, 
Méropi Anastassiadou

10. Perspectives

Texte intégral

1Quel avenir pour la communauté grecque d’Istanbul ? Au point où en sont les choses, on peut légitimement se demander si elle a encore quelque futur devant elle. Les optimistes, il y en a, espèrent que le maigre noyau d’aujour­d’hui continuera à vivoter, quitte à s’accom­moder de métissages. Les pessimistes croient à une disparition proche et pensent que le relais sera pris par les Rum ortodoks arabophones.

2Toutes les personnes consultées lors de cette enquête estiment que seule l’adhésion de la Turquie à l’Union européenne pourrait déboucher sur un troisième scénario, celui d’un rebond. Fervents défenseurs de l’entrée de ce pays en Europe, les Grecs d’Istanbul le sont parce qu’ils sont persuadés que leur sort en dépend. La suppression des frontières, l’élar­gissement économique et la mise aux normes européennes de l’appareil juridique turc entraî­neront forcément, disent-ils, un afflux de Grecs venus de la Grèce voisine. Certes, ceux-ci ne seront pas des Rum, mais des citoyens de l’État grec désireux de tirer le meilleur parti d’un marché dynamique offrant une main-d’œuvre abondante et peu coûteuse. Au XIXe siècle, rappellent-ils, une bonne partie de l’orthodoxie constantinopolitaine était constituée d’immi­grés et c’est cette population venue d’ailleurs qui fut pour beaucoup à l’origine de la prospé­rité et de l’épanouissement culturel de la commu­nauté. Les nouvelles conditions créées par une éventuelle intégration de la Turquie à l’Union européenne —en particulier la simplification des procédures administratives— pourraient fort bien inciter de nombreux Grecs à s’installer sur les rives du Bosphore. Mais ceux-là mêmes qui appellent un tel avenir de leurs vœux reconnaissent que l’adhésion « n’est pas pour demain », qu’Ankara « a encore du chemin à parcourir » et que l’attente pourrait être longue.

  • 22 Les données chiffrées figurant dans ces paragraphes consacrés à la présence économique hellénique à (...)

3Dans la conjoncture actuelle, cet espoir d’un retour ne paraît pas totalement utopique. De fait, les hommes d’affaires grecs sont déjà à Istanbul, marquant leur territoire22.

  • 23 Selon Har. Kounalakis, les investissements grecs en Albanie s’élèvent aujourd’hui à 300 millions de (...)

4Depuis 1990 et l’écroulement du système soviétique, ceux-ci n’ont pas manqué de relever le défi de la mondialisation et d’essaimer dans les Balkans et au-delà. De nombreuses entre­prises helléniques ont été délocalisées en Bulgarie, Roumanie, Macédoine et plus récem­ment en Albanie23. La Turquie, en plein décol­lage économique et liée à l’Union européenne par un accord d’union douanière, fait, elle aussi, partie de ces nouveaux marchés à conquérir. Depuis le rapprochement gréco-turc de 1999, les échanges commerciaux entre les deux pays ont connu un développement notable, malgré le remarquable dispositif d’expédients protection­nistes mis en œuvre par les autorités turques. Ces quatre dernières années ont été riches en traités, accords, protocoles. Les deux parties s’appuient sur de nombreux textes réglemen­tant leur coopération.

5Au début de l’année 2003, 70 sociétés grecques étaient enregistrées en Turquie, totalisant 3,2 % de l’ensemble des investissements étrangers dans ce pays. Une partie importante des capitaux investis concernent l’informatique et le secteur bancaire. La Banque nationale de Grèce, organisme dynamique, dispose déjà d’une antenne à Istanbul. Une nouvelle banque, l’Europabank, dotée d’une douzaine d’agences, est née en 2003 de l’absorption de la Sitebank, établissement turc, par la Novabank, enseigne grecque. On évalue les investissements hellé­niques à plus de 60 millions de dollars, montant encore très modeste, alors que les emprunts contractés par les banques turques auprès des banques helléniques ont dépassé les 250 millions de dollars.

6Les hommes d’affaires des deux pays envisa­gent aussi des joint ventures dans une large gamme de domaines : construction, tourisme, énergie, transports, environnement, télécommu­nications, assurances, banque, emballages, pisciculture, modernisation des services portu­aires, applications agricoles.

7Pour les entrepreneurs grecs, le marché turc est indéniablement plus attractif que ceux des autres pays de la région. Celui-ci comprend plusieurs dizaines de millions de consomma­teurs, avec un pouvoir d’achat bien supérieur à celui des Albanais, Macédoniens, Bulgares ou Roumains auxquels ont été consacrés tous les efforts jusqu’à présent.

8Cependant, l’euphorie va de pair avec une bonne dose de scepticisme. La crise écono­mique qui a frappé la Turquie en 2001 et l’in­certitude face à l’avenir freinent sérieusement ceux qui envisagent de s’y établir. Les milieux d’affaires attendent, pour agir, que la nouvelle loi sur les investissements étrangers (2003) soit testée.

9Sur le papier, celle-ci est très prometteuse. Elle prévoit notamment une simplification considérable des procédures administratives, la libéralisation des mouvements des capitaux, bénéfices, actions, rémunérations, le recours à des instances internationales en cas de diffé­rend, le versement d’indemnités confortables en cas de nationalisation ou expropriation, et surtout une égalité de traitement avec les investisseurs turcs.

10Naturellement, la question qui se pose est de savoir si la présence économique hellénique, que les récentes dispositions législatives pour­raient doper, est susceptible d’avoir quelque impact sur la minorité grecque d’Istanbul.

11La communauté espère surtout des emplois pour ses jeunes. En effet, les entreprises hellé­niques, confrontées à de réelles difficultés administratives lorsqu’elles sollicitent, auprès des autorités locales, des permis de travail pour leur personnel non turc, sont obligées de recru­ter sur place. Bilingues, les Grecs d’Istanbul sont bien placés pour occuper les postes ainsi créés. Toutefois, les patrons hellènes soulignent leurs lacunes. Ils auraient besoin d’un person­nel bien formé, maîtrisant des savoirs spéciali­sés, tels que la comptabilité, le marketing, la programmation, l’informatique, les relations publiques, le secrétariat de direction. Or, la plupart des Rum ne disposent pas de telles formations. La faute en est, tranchent certains, à l’enseignement fourni par les écoles minori­taires, trop classique et n’accordant qu’une place limitée aux besoins du monde du travail. Quoi qu’on puisse penser d’une telle apprécia­tion, il est évident que si les entreprises helléniques devaient développer leur présence en Turquie, la communauté aurait tout intérêt à faire en sorte que ses jeunes soient en mesure de remplir avec toute la compétence voulue les emplois proposés.

12Cette pénétration économique —encore potentielle— s’accompagne d’un volet culturel ne mobilisant, pour l’heure, que des moyens limités mais susceptible de jouer un rôle impor­tant dans le rapprochement gréco-turc. Héritiers d’une même histoire, faite il est vrai autant de conflits et d’affrontements violents que de cohabitation pacifique, les deux peuples ont, en matière de culture, le dialogue facile, chargé même parfois d’émotivité. C’est dire que ce patrimoine partagé peut utilement contribuer à l’amélioration de leurs relations.

Figure 17 : Derrière cette protection, le Sismanogleion en cours de restauration

Figure 17 : Derrière cette protection, le Sismanogleion en cours de restauration

Alexis Petridis

13Au cours des deux dernières années, plu­sieurs expositions, concerts, cycles cinémato­graphiques, colloques ont donné la possibilité au public turc de se familiariser avec la production artistique grecque. La création d’un centre cul­turel hellénique à Istanbul est un projet auquel Athènes semble tenir. Le bâtiment qui lui serait attribué, le Sismanogleion, est en restaura­tion depuis deux ans et trône au milieu de l’avenue İstiklâl, artère piétonnière de Beyoğlu, quartier qui abrite une bonne partie de la vie culturelle stambouliote. Cependant, à l’heure où ces lignes sont écrites, l’utilisation de cet immeuble, propriété de l’État hellénique, et dont l’inauguration est annoncée pour l’automne 2003, demeure incertaine : abritera-t-il un centre culturel ou servira-t-il de résidence consulaire ?

14Autre manifestation du climat de rapproche­ment : le nombre croissant des étudiants venus de Grèce pour poursuivre leurs études dans des universités turques. Il s’agit d’un phénomène très récent puisque les inscriptions n’ont com­mencé à se multiplier qu’à partir de l’an 2000. Bénéficiant de programmes d’échanges entre les établissements des deux pays, ces étudiants effectuent des longs séjours à Istanbul, souvent intégrés dans une faculté de sciences humaines (histoire, politologie, anthropologie), avec comme principal objectif l’apprentissage du turc. Inscrits généralement en troisième cycle, ils consacrent leurs études doctorales à la Turquie ou à quel­que thème turco-grec, et considèrent le contact prolongé avec le monde universitaire local comme un élément indispensable de leur formation. Dans un ordre d’idées voisin, il convient aussi de mentionner les étudiants grecs non licenciés qui viennent à Istanbul pour y suivre des cours de langue. En 2003, ils seraient plus de cinquante à s’être inscrits à des cycles d’été dans les différents centres dispen­sant un enseignement de turc aux étrangers.

15Cet afflux d’étudiants, qui devrait à très court terme permettre aux élites grecques de mieux connaître la Turquie, est un des signes les plus éloquents de la détente qui caractérise désormais les rapports entre Athènes et Ankara, nonobstant les multiples incidents de parcours que les presses des deux pays n’hésitent pas à exploiter. Reste à savoir si cette détente s’inscrit dans la durée ou s’il ne s’agit que d’un de ces flirts passagers auxquels, de temps à autre, les peuples de la région s’abandonnent.

16Les Grecs d’Istanbul ont connu, au cours du XXe siècle, plusieurs périodes d’« amitié gréco- turque » et accueillent donc avec prudence toute manifestation d’euphorie. Les déclarations de principe des hommes politiques et les gestes symboliques ne leur suffisent plus. Ce qu’ils appellent de leurs vœux est un véritable changement des mentalités et la mise en œuvre de mesures concrètes pour lutter contre les préjugés et toutes les formes de discrimination. Les polémiques —largement relayées par la presse turque— que le vote d’une loi censée garantir les droits des minorités en matière de propriété immobilière a suscitées en 2002 donnent à penser qu’il y a effectivement encore un long chemin à parcourir avant de parvenir à la confiance mutuelle.

17Après avoir été tant de fois déçues dans leurs espoirs, les élites de la communauté veulent bien croire cependant que cette fois est la bonne et que Grecs et Turcs finiront par résoudre leurs différends. Dans cette perspec­tive, elles comptent beaucoup sur l’Union européenne, dont les « critères », auxquels la Turquie doit se soumettre pour que sa candida­ture à l’adhésion puisse être examinée, ont précisément pour fonction de créer un climat propice au rapprochement entre les peuples.

18L’installation d’entreprises helléniques en Turquie contribue à leur faire penser que, la lune de miel passée, l’euphorie pourrait néan­moins durer. L’ouverture d’un bureau de la Banque nationale de Grèce à Istanbul constitue, à cet égard, un geste d’une forte portée symbo­lique. Quatre-vingt-quatre ans plus tôt, le même établissement avait inauguré une agence à Smyrne, quelques semaines après l’occupation de l’Asie mineure par les troupes du roi de Grèce. Mais dès 1922, son personnel avait dû quitter précipitamment la ville dans des circons­tances dramatiques. Si huit décennies après un tel désastre le même organisme bancaire a décidé de remettre les pieds en Turquie, c’est qu’il a probablement des bonnes raisons d’estimer que le moment est venu de passer outre aux anciens contentieux.

Notes

22 Les données chiffrées figurant dans ces paragraphes consacrés à la présence économique hellénique à Istanbul proviennent de la conférence donnée par Har. Kounalakis, conseiller commercial de Grèce à Istanbul, le 16 avril 2003.

23 Selon Har. Kounalakis, les investissements grecs en Albanie s’élèvent aujourd’hui à 300 millions de dollars ; en Macédoine à 370 millions de dollars ; en Bulgarie à un milliard et demi de dollars ; en Roumanie à 1,2 milliard de dollars.

Table des illustrations

Titre Figure 17 : Derrière cette protection, le Sismanogleion en cours de restauration
Crédits Alexis Petridis
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/674/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 46k

© Institut français d’études anatoliennes, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search