Version classiqueVersion mobile

Une mémoire pour la Ville

 | 
Paul Dumont
, 
Méropi Anastassiadou

8. Les mariages mixtes

Texte intégral

1En dépit du dispositif mis en place pour assurer la survie de la romiosyni et empêcher les jeunes générations de passer outre aux liens commu­nautaires, il est évident que les quelques centaines de familles grecques d’Istanbul ne peuvent plus vivre en vase clos. Se pose dès lors avec acuité, pour ceux qui sont en âge de se marier, la question de la recherche du conjoint approprié. Compte tenu du profil démographique de la communauté, il devient de plus en plus malaisé d’échapper à l’exogamie.

2Il est aujourd’hui impossible de connaître avec précision le nombre des mariages mixtes au sein de la communauté grecque. Dépourvues de tout pouvoir juridique sur leurs membres, les paroisses ne conservent pas les traces des mariages civils célébrés devant une autorité turque où à l’étranger. Au demeurant, méfiante à l’égard des statistiques, la communauté ne semble pas souhaiter prendre la mesure du phénomène. Compter en effet ceux qui se sont détachés du tronc de l’orthodoxie grecque pour partager leur vie avec un homme ou une femme parlant une autre langue et appartenant à une autre religion pourrait constituer une opération douloureuse pour l’équilibre moral du nucleus communautaire. Mieux vaut encore rester dans l’ignorance.

3Est considéré comme mixte tout mariage contracté avec un non-Grec orthodoxe. L’union avec un Grec de Grèce n’est évidemment pas appréhendée comme tel, malgré les différences culturelles qui peuvent exister entre les Rum et les citoyens de la République hellénique.

4L’attitude de la communauté à l’égard des mariages mixtes varie en fonction de l’appartenance religieuse du conjoint. Ainsi, les unions entre Grecs orthodoxes et Arméniens ou entre Grecs et catholiques ne posent pas de problème particulier, même si les familles trouvent à y redire. En revanche, les mariages avec les musul­mans continuent de rencontrer des réticences.

5À vrai dire, les réactions diffèrent d’un milieu à l’autre. Dans les familles les moins touchées par le militantisme communautaire —tel est le cas par exemple de celles qui ont choisi de ne pas envoyer leurs enfants à l’école grecque—, les alliances matrimoniales avec des Turcs ne conduisent pas forcément à l’ostracisme. Il en va tout autrement parmi les gardiens du temple : enseignants, hommes de religion, membres des éphories, notables de tout poil. Ces défenseurs de l’identité Rum ne peuvent que rester opposés aux mariages en dehors de la communauté.

6Jusqu’à une date récente, les unions mixtes suscitaient fréquemment une condamnation sans appel, surtout lorsqu’il s’agissait, pour les Grecs, de perdre une femme. La communauté faisait d’emblée le vide autour de celle qui, s’étant laissé séduire, était allée jusqu’à épouser un musulman. Mentalement, celle-ci n’existait plus pour les siens et vivait une sorte de « mise à mort » que bien peu de ses coreligion­naires osaient transgresser. Même si personne n’en parle volontiers, la mémoire collective est capable de citer de nombreux cas de femmes maintenues pendant des longues années dans l’isolement absolu sans que leur « péché de jeunesse » ne puisse leur être pardonné.

7Aujourd’hui, les choses semblent cependant différentes. Les mariages mixtes étant de plus en plus nombreux, la réprobation systématique a progressivement cédé la place, au cours de ces dernières années, à une tolérance parfois sincère. Les couples mixtes peuvent désormais tabler sur une certaine compréhension, ce qui les conduit à prendre même le risque de s’afficher en public lors des circonstances mondaines.

8Toutefois, ceux qui se sentent responsables de la survie de la communauté campent sur leurs positions. Ils expliquent leur intransi­geance en faisant valoir qu’en Turquie la transmission du patrimoine identitaire passe par le père. L’enfant né d’un mariage entre une Grecque et un allogène prend non seulement le nom de son père, mais hérite aussi de sa religion et, d’une manière générale, de son appartenance « nationale » et culturelle, les autorités veillant à ce que cette règle soit scrupuleusement respectée. Ainsi marqué, il perd, en théorie tout au moins, tout contact avec l’orthodoxie grecque. Il lui sera en particu­lier impossible de fréquenter une des écoles de la communauté, la loi turque l’interdisant explicitement. Tolérer, pour les femmes grecques, les unions mixtes équivaut donc à accepter que les enfants nés de telles unions ne puissent pas être comptabilisés au profit de la romiosyni.

9D’après ces adeptes de l’endogamie commu­nautaire, si la minorité n’avait pas systématiquement condamné les alliances avec les musulmans, elle aurait disparu depuis longtemps. À leurs yeux, même les unions avec des chrétiens d’autres confessions —notamment des Arméniens— sont aujourd’hui problé­matiques, compte tenu de la menace d’extinc­tion qui pèse sur la communauté.

10Les mariages mixtes sont d’autant plus décriés que ce sont surtout les femmes qui quit­tent le cocon communautaire, contribuant ainsi à l’étiolement du maigre capital démographique de la minorité. Nettement plus rares, les cas d’hommes prenant femme ailleurs ne soulèvent pas les mêmes objections. De fait, au regard de la réglementation turque, leurs enfants, quelle que soit l’appartenance de la mère, sont consi­dérés comme Rum ortodoks, ont le droit de fréquenter les écoles de la minorité et trouvent tout naturellement leur place dans l’orthodoxie constantinopolitaine. En 2001-2002, sur un total de 259 élèves inscrits dans les établisse­ments scolaires grecs, 21 —soit 8,10 % de l’ensemble des effectifs— étaient de père grec et de mère allogène. Ce nombre, partiel puisqu’il n’inclut pas les enfants scolarisés à l’extérieur du dispositif communautaire, constitue la seule donnée chiffrée que nous ayons sur ce type d’unions.

11Reste à dire que même de tels mariages peu­vent déranger. Quand l’épouse est de religion musulmane, nul, dans la communauté, ne l’ignore. Encore moins lorsque l’intéressée participe voilée aux mondanités. Il peut certes arriver qu’un mariage soit précédé d’une discrète conversion au christianisme. Peine perdue : le baptême ne suffit pas à dissiper la suspicion.

12Si les statistiques scolaires permettent de se faire une idée —très approximative— du nombre des unions mixtes dont l’élément masculin est grec, il est en revanche impossible d’évaluer la proportion des femmes ayant opté pour un mariage à l’extérieur de la communauté. Il y a cependant tout lieu de penser que celles-ci sont relativement nombreuses. Il suffit, à cet égard, de se rappeler que la plupart des familles levantines installées sur le pourtour de la Méditerranée orientale sont fondées sur des unions entre Européens venus chercher fortune dans l’Empire ottoman et des femmes autochtones, généralement des grecques ortho­doxes. Cette « tradition » se perpétue aujour­d’hui, qu’il s’agisse de nouer des alliances avec des étrangers ou, plus fréquemment, de s’apparenter à des familles appartenant à d’autres confessions chrétiennes du cru (arméniens grégoriens, arméniens apostoliques, syriaques, catholiques...). Mais si les Grecs, faisant taire leurs réticences, acceptent de donner leurs filles à d’autres chrétiens, il faut bien reconnaître que les mariages avec des musulmans demeurent autrement problématiques. Rares dans le passé, ceux-ci ont gagné en visibilité au cours de ces dernières années. Il n’empêche que les familles s’emploient bien souvent à les éviter. Lors­qu’une jeune fille est en âge de se marier, son entourage redouble de vigilance, tant peuvent être nombreuses, dans une ville débordante de jeunesse comme Istanbul, les tentations.

13Admonestations paternelles, discours léni­fiants des leaders communautaires, reproches fraternels, rien n’y fait. Si les unions mixtes se multiplient, c’est probablement que ni la famille, ni la communauté ne disposent désor­mais d’arguments sérieux pour les empêcher. Il faut bien se rendre à l’évidence : messes, céré­monies patriarcales, activités de bienfaisance permettent certes la préservation du patrimoine identitaire ; mais la vraie vie, celle de tous les jours, se déroule, pour l’essentiel, à l’extérieur de la communauté. Même ostracisés, les couples mixtes ont leur place dans la grande ville, leurs amis, leur environnement professionnel, et peuvent mener une existence normale sans avoir à se préoccuper du qu’en dira-t-on.

© Institut français d’études anatoliennes, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search