Version classiqueVersion mobile

Une mémoire pour la Ville

 | 
Paul Dumont
, 
Méropi Anastassiadou

7. La vie sociale de la communauté : orthodoxie, philanthropie, presse

Texte intégral

1Il arrive fréquemment que les minorités, surtout lorsqu’elles sont en voie d’extinction, s’agrippent à leurs repères identitaires. La petite communauté grecque d’Istanbul n’échappe pas à la règle. Elle se signale par une vie sociale hypertrophique, reflet lointain d’un passé prospère. La vie quotidienne de ses quelque 2 000 résidents permanents s’articule autour des fêtes religieuses, des activités de bienfaisance, des œuvres éducatives. Malgré les mutations profondes dont la Turquie a été le théâtre au XXe siècle, malgré les crises qu’ils ont dû eux-mêmes affronter, les Grecs d’Istanbul restent obstinément attachés aux structures administratives, coutumes, modes de sociabi­lité que leur ont légués leurs grands-parents.

  • 1 L’archevêché de Constantinople comprend 36 communautés (koinotites) distinctes. Mais pour embrasser (...)

2Ils se répartissent encore, en ce début du XXIe siècle, à travers 55 communautés1 et quelque 70 paroisses. Dessinée en 1876, la carte administrative de l’orthodoxie constantinopolitaine n’a guère bougé. Cependant, vers 1900, lorsque la population grecque d’Istanbul comp­tait plus de 160 000 âmes, chacune des commu­nautés gérait 3000 personnes en moyenne. Aujourd’hui, cette moyenne ne dépasse pas la cinquantaine de paroissiens, près de la moitié d’entre eux étant contraints, bon gré mal gré, d’assumer des fastidieuses tâches de gestion.

3Cette fidélité à un modèle administratif surdimensionné ne traduit-elle pas la crainte que tout changement peut entraîner des consé­quences imprévisibles ? Depuis le tremblement de terre du 17 août 1999, date qui signale le début d’un réchauffement des rapports gréco- turcs, les esprits osent se projeter dans l’avenir. Des voix s’élèvent pour réclamer la fusion des 55 communautés en un seul corps. Ceux qui plaident en faveur de cette solution soulignent que la gestion des affaires communautaires —notamment celle du patrimoine immobilier— aura tout à y gagner : les responsabilités seront beaucoup moins diffuses, la concertation entre les divers organes minoritaires sera forcément simplifiée. Naturellement, un tel pas ne pour­rait être franchi qu’avec l’aval des autorités turques.

4D’une manière générale, les choses ne peu­vent changer, dans quelque domaine que ce soit, qu’avec l’accord et la participation du gouvernement. Le récent rapprochement entre Athènes et Ankara a soulevé, à cet égard, de grands espoirs. Mais aux yeux des Grecs d’Istanbul, il faut encore que ce rapprochement, pour être effectif, se traduise par des gestes concrets. L’école de Halki sera-t-elle rouverte ? Les écoles grecques seront-elles autorisées à recevoir des élèves n’appartenant pas à la minorité ? Attendues depuis 1991, les élections pour désigner de nouveaux représentants des instances minoritaires seront-elles enfin orga­nisées ? Le maintien du statu quo donnerait raison aux plus méfiants et aux plus pessi­mistes qui affirment, sur le ton de la confi­dence, que les cercles politiques turcs sont loin d’être disposés à lâcher du lest.

Figure 8 : Église de Panaghia (Eisodion tis Theotokou) à Beyoğlu (Péra)

Figure 8 : Église de Panaghia (Eisodion tis Theotokou) à Beyoğlu (Péra)

Alexis Petridis

7.1. Orthodoxie

5En attendant une éventuelle nouvelle donne, la communauté fait de son mieux pour garder vivante la flamme de la romiosyni constantinopolitaine, malgré les revers encaissés. Dans cette perspective, elle se range volontiers sous le drapeau de l’orthodoxie qui représente un de ses principaux repères. Rythmant sa vie, les fêtes et cérémonies religieuses constituent non seulement des occasions de sociabilité, mais aussi des moments forts de l’affirmation identitaire.

6Début janvier, le nouvel an est accueilli, dans chaque paroisse, par le traditionnel partage de la vasilopita (sorte de pain brioché rond, tirant son nom de la fête de Saint-Basile de Césarée commémorée chez les orthodoxes le 1er janvier) qui réunit les fidèles autour du clergé de leur paroisse. Pour l’Épiphanie, les Grecs d’Istanbul, accompagnés d’une foule de curieux, perpétuent un ancien rituel, la bénédiction des flots marins. Lorsque le prêtre lance la Croix dans la mer, les jeunes gens qui participent à la cérémonie plongent dans les eaux froides du Bosphore ou de la Marmara pour découvrir et rapporter l’objet sacré, spectacle singulier dont les médias turcs ne manquent pas chaque année de rendre compte.

Figure 9 : Nef centrale de l’église de Panaghia à Beyoğlu (Péra)

Figure 9 : Nef centrale de l’église de Panaghia à Beyoğlu (Péra)

Alexis Petridis

7Le carême et la semaine sainte se déroulent dans un climat de piété, sensiblement différent de la fièvre de consommation qui s’empare des fidèles en Grèce où le christianisme est religion officielle. Le taux de fréquentation des églises augmente considérablement au cours de cette période. Si elle étonne les observateurs exté­rieurs, la présence de personnes qui n’ont aucun rapport avec la religion —en privé, certaines d’entre elles se déclarent même athées— va de soi aux yeux des membres de la communauté. Aller à l’église, afficher la gestuelle liée au culte orthodoxe —allumer un cierge, embrasser les icônes, faire le signe de la croix, se lever lors de la lecture de l’évangile, baisser la tête pendant la préparation de la communion— sont des signes d’appartenance dont nul ne songerait à faire l’économie.

8Pratiquants et non-pratiquants se pressent de même aux cérémonies que chacune des nombreuses églises d’Istanbul organise à l’occa­sion de la fête du Saint dont elle porte le nom. Lorsque le Patriarche et ses évêques officient, il ne peut être question de manquer l’événement. Un exemple parmi d’autres. Le 21 novembre a lieu, selon le calendrier orthodoxe, la fête de la Présentation de la Vierge au Temple. À cette date, tous les ans, l’affluence est grande à l’église de Notre-Dame de Péra (Eisodion tis Theotokou), à Beyoğlu. Les gens viennent de secteurs souvent très éloignés, en pleine journée de travail, pour assister à cette messe célébrée, depuis 1804, année de la fondation de l’église, par le patriarche en personne. La durée du service ne semble pas les dissuader : plusieurs d’entre eux arrivent dès 9 heures et tous restent jusqu’à la fin —vers 13h00 !— afin de pouvoir baiser la main du Patriarche et recevoir sa bénédiction. Ceux qui habitent dans les environs sont invités, à la sortie de l’église, à partager une tasse de thé et quelques gâteaux avec les prêtres de la paroisse, le Patriarche et ceux qui l’accompagnent. À quelques détails près, les choses se déroulent de la même manière, avec une foule tout aussi drue, chaque fois qu’une église fête son saint patron.

9Les réunions informelles entre les fidèles et le clergé après le service religieux constituent une occasion de sociabilité appréciée, surtout lorsque l’église est dotée de locaux attenants ou d’un jardin. À l’arrivée de la belle saison, ceux qui assistent à la messe dominicale dans les églises de Kadıköy, sur la rive asiatique de la Marmara, à Sainte-Euphémie ou à celle de la Sainte-Trinité, s’y rendent aussi pour le plaisir de quelques instants de conversation autour d’une table sous les arbres chargée de boissons et de biscuits secs. Pour les personnes isolées dans les quartiers qu’elles habitent —tel est par exemple le cas d’Üsküdar, secteur à forte popu­lation musulmane, déserté depuis longtemps par les Grecs—, ces rencontres sont des moments privilégiés et représentent un réel soutien moral.

10Reste à savoir pourquoi la religion —et d’une manière générale les nombreuses manifestations liées au culte— occupe, en ce début du XXIe siècle, une place aussi importante dans la vie de la communauté. La question se pose d’autant plus que la bourgeoisie grecque, sous l’impulsion des Tanzimat, s’est employée, dès le milieu du XIXe siècle, à laïciser aussi bien les structures administratives de la « nation » que ses institutions culturelles et éducatives. Pourtant, cent-cinquante ans plus tard, l’Église apparaît encore comme un pôle de convergence pour tous les Grecs d’Istanbul, quel que soit leur rapport à la religion.

11Il suffit d’un simple regard sur l’histoire récente de la romiosyni pour constater que l’orthodoxie n’a jamais cessé d’être un des piliers fondamentaux de son identité. Vers le milieu du XIXe siècle, la communauté grecque, comme les autres communautés non-musulmanes de l’Empire, a été le théâtre d’un mouve­ment de sécularisation qui s’est traduit par un grignotage des pouvoirs de l’Église. Les désac­cords, voire les frictions entre le clergé —Patriar­cat en tête— et les laïcs ont été inévitablement nombreux. La mémoire de l’orthodoxie constantinopolitaine en conserve encore les traces. Cependant, à aucun moment, la confrontation des points de vue n’a abouti à une rupture, ni même à une fronde ouverte : la « nation » grecque d’Istanbul a toujours offert au monde extérieur l’image d’un corps relativement uni, respectueux des décisions et des actes de l’autorité religieuse. Dans le contexte de l’Empire des Tanzimat, où la religion consti­tuait aux yeux de la Sublime Porte, comme à ceux des populations assujetties au sultan, le fondement même de toute identité « nationale », il ne pouvait pas en aller autrement et les dirigeants de la communauté, les laïcs tout autant que le clergé, étaient bien obligés de s’accommoder de la primauté de l’Église.

12De nos jours, les choses n’ont guère changé. Aux yeux des élites de la minorité, il apparaît inconcevable de mettre sur la place publique, à la disposition de la presse turque, leurs éventuelles divergences par rapport à la poli­tique et aux décisions du Patriarcat. Toute contestation ouverte ne peut valoir à son auteur que réprobation ou même, dans les cas les plus sérieux, mise à l’index. Et pour cause. S’en prendre au Patriarcat, c’est nuire à la commu­nauté, dans la mesure où celle-ci pourrait donner l’impression d’être en proie à des conflits internes, porte ouverte à la déstabilisation. Gardant un tel risque constamment en vue, les notables préfèrent donc faire bloc derrière leur chef religieux même lorsqu’ils désapprouvent ses choix.

7.2. Philanthropie

13Quand ils ne se rassemblent pas autour de quelque événement religieux, les Grecs d’Istanbul s’adonnent, avec tout autant de zèle, aux activités philanthropiques. Là encore il s’agit d’un ensemble de pratiques et de comporte­ments légués aux Rum d’aujourd’hui par les générations des dernières décennies de l’Empire. La philanthropie constantinopolitaine du XIXe siècle visait, comme les philanthropies euro­péennes de la même époque, à améliorer le sort des couches les plus défavorisées tout en neu­tralisant les éventuels risques liés à l’ignorance et à la misère. Parallèlement, découlant de la réalité ottomane, un autre objectif était également affiché, de manière plus ou moins explicite : souder les plus démunis autour de l’orthodoxie, afin de réduire les « pertes », notamment les conversions à l’islam ou au catholicisme. De nos jours, le dispositif philanthropique répond à des besoins comparables. Comme par le passé, il s’agit de contribuer au bien-être de la collectivité ; comme par le passé aussi, le but implicite est de préserver l’identité grecque et d’éviter la turquisation. Cette philanthropie militante offre des profils variés. Elle se présente surtout sous la forme de sociétés de bienfaisance, nombre desquelles ont déjà une longue histoire derrière elles.

Tableau 6 : Les treize sociétés de bienfaisance

Cercle d’aide aux malades sans ressources et aux internes de l’asile des vieillards de l’hôpital de Balıklı (Syndesmos voitheias aporon asthenon kai girokomoumenon ton nosokomeion Baloukli)

Camp de vacances pour les enfants et les jeunes travailleuses (Syndesmos paidoupoleos kai therinis stegis ergazomenon neanidon)

Syllogue éducatif et philanthropique d’Imvros (Morfotikos kai filanthropikos syllogos Imvrion)

Dix sociétés de charité : Agiou Stefanou (Yeşilköy) ; Balata (Balat) ; Vlanga (Langa, Aksaray) ; Vlahernon (Ayvansaray) ; Makrohoriou (Bakırköy) ; Megalou Revmatos (Arnavutköy) ; Peran (Beyoğlu) ; Tatavla (Kurtuluş) ; Feriköy ; Halkidon (Kadıköy).

  • 2 Ath. Palaiologos, Calendrier de l’Orient. Politique et philologique de l’année 1883 (en grec), 2e a (...)

14Parmi celles-ci, la société des « Dames de Charité de Péra » (Filoptohos Adelfotis Kyrion Peran), fondée en 1860, occupe une place parti­culièrement marquante dans la mémoire de l’orthodoxie constantinopolitaine. Pour se faire une idée de l’ampleur de son action à l’époque ottomane, qu’il suffise de noter que vingt ans après sa création, au début des années 1880, elle disposait, outre une section générale, d’un atelier de couture qui donnait du travail à 200 femmes, d’un atelier de lavage-repassage (250 personnes employées), d’une école d’infirmières (15 infirmières formées par an), d’une section médicale qui proposait des consulta­tions gratuites, procurait les médicaments, la viande et le lait aux plus démunis, et d’un comité chargé de la surveillance des enfants abandonnés. Le nombre des nécessiteux bénéfi­ciant de cette activité était considérable. Durant la seule année 1882, les « Dames de Charité » avaient pu venir en aide à environ 10 500 personnes et avaient géré un budget de plus de 700 000 piastres2. Aujourd’hui, le rythme est naturellement tout autre. Si l’association existe toujours, elle ne porte plus secours qu’à environ soixante-dix personnes, mais continue d’être un des lieux phares de la philanthropie grecque.

15Alors que les « Dames de Charité » se présen­tent surtout comme un patrimoine mémoriel, le « Cercle d’aide aux malades sans ressources et aux internes de l’asile des vieillards de l’hôpital de Balıklı » (Syndesmos voitheias aporon asthenon kai girokomoumenon ton nosokomeion Balıklı) apparaît par contraste comme une société de bienfaisance pleine de dynamisme, dotée d’un grand nombre d’adhérents, soit 450 membres. Fondé en 1946, il a comme objectif, ainsi que l’indique son nom, de secourir les malades sans ressources et les pensionnaires de l’asile des vieillards rattaché à l’hôpital grec de Balıklı. Il va de soi, mais le règlement fondateur le précise aussi, que seuls les Grecs orthodoxes (de quelque nationalité qu’ils soient) ont droit à cette assistance. Deux ans après sa création, le Cercle a été reconnu par les autorités turques comme un organisme d’utilité publique. Sur le plan juridique, ce statut s’accompagne d’une exemption fiscale totale, qui permet entre autres l’importation d’appareils médicaux de dernière technologie pour le compte de l’hôpi­tal sans avoir à acquitter les taxes douanières.

Figure 10 : Un des pavillons de l’hôpital de Balıklı

Figure 10 : Un des pavillons de l’hôpital de Balıklı

Alexis Petridis

16Le Cercle ne dispose pas de revenus stables et réguliers. Il s’appuie exclusivement sur les dons des particuliers ou de ses membres. Ces dons sont fréquents et souvent importants. Ainsi par exemple, au début de l’année 2003, une donation du groupe Ferrari a permis le renouvellement de toute la literie des pension­naires. Le nombre de ces derniers s’élève à 110 personnes. Le Cercle porte aussi secours aux quelque 45 hommes et femmes internés dans la clinique psychiatrique de l’hôpital ainsi qu’à tout malade faisant la preuve, au moyen d’un certificat d’indigence délivré par sa paroisse, qu’il n’est pas en mesure de subvenir à ses besoins.

17L’asile des vieillards de Balıklı n’est pas une maison de retraite, mais un établissement gériatrique assurant un suivi médical. Outre les médecins, 22 infirmiers et hommes de service composent son personnel. Les pensionnaires les plus riches y occupent des chambres individuelles ; les « indigents » se retrouvent dans des dortoirs de dix à douze lits ; ceux qui se situent dans une tranche intermédiaire sont accueillis dans des espaces comportant quatre lits. Mais repas, vêtements, divertissements sont identiques pour tout le monde.

Autre volet de la machine de bienfaisance qui mérite d’être signalé : les cinq soupes popu­laires. Tableau 7 : Les soupes populaires

Aya-Triada (Beyoğlu, centre-ville)

95 élèves ; 100 portions. Réservée aux écoliers, fer­mée lors des vacances scolaires.

Evangelistria (Dolapdere, centre-ville)

20 portions et autant d’inscrits. Fermée en août.

Tatavla (Kurtuluş, centre-ville)

50 portions ; 38 inscrits. Fermée en août.

Vlanga (Aksaray, centre-ville)

30 portions dont 16 réservées aux écoliers.

Mega Revma (Arnavutköy, sur la rive européenne du Bosphore)

60 portions dont 12 réservées aux écoliers.

Ayo-Konstantino (Beyoğlu, centre-ville)

Avant sa fermeture en 1999, suite au tremblement de terre du 17 août, on y servait quotidiennement 32 repas.

18Ainsi qu’il ressort du tableau 7, la commu­nauté offre tous les jours un repas chaud à plus de 250 personnes dont près de la moitié sont des écoliers. La prise en charge de l’alimenta­tion de la population scolaire est une mesure qui date de l’époque ottomane. Dans les années 1870, à la recherche de moyens pour généraliser l’instruction et en faire bénéficier toutes les couches sociales, les comités scolaires avaient décidé de nourrir gratuitement, à l’école, les élèves les plus pauvres. L’initiative n’avait pas tardé à donner des fruits, débouchant sur une croissance en flèche du nombre des enfants scolarisés.

19Les treize sociétés de bienfaisance et les cinq soupes populaires dont bénéficient les Rum ne s’adressent qu’à une population de quelques centaines d’âmes. C’est dire qu’ici aussi, comme dans le cas des équipements religieux et éducatifs, le dispositif est largement surdimensionné. Vu leur nombre, les Grecs orthodoxes d’Istanbul ont trop d’écoles, trop d’églises, trop d’œuvres de charité.

20La situation est la même lorsque l’on regarde du côté des autres structures à caractère associatif. En 2003, la communauté comptait, paral­lèlement à ses œuvres caritatives, au moins treize associations couvrant des domaines aussi variés que les sports, la musique, le théâtre, les arts plastiques, la littérature, l’histoire de la romiosyni, etc... La franc-maçonnerie grecque, présente à Istanbul depuis le milieu du XIXe siècle, poursuit, elle aussi, ses travaux, désor­mais intégrée dans des obédiences turques. La plupart des associations figurant au tableau 8 sont très actives.

Tableau 8 : Les associations éducatives et culturelles grecques d’Istanbul en 2003

Club sportif de Beyoğlu (Athlitikos syllogos Pera)

Club sportif de Tatavla (Athlitikos syllogos Tataoulon)

Quatre associations d’anciens élèves : Megali tou Genous Scholi ; Zografeion ; Zappeion ; Ioakeimeion

Cercle des amis de la musique (Syndesmos mousikofilon)

Cercle éducatif et artistique de Feriköy

(Morfotikos kai kallitehnikos syndesmos Feriköy)

Cercle éducatif de Psomatheia (Samatya) (Morfotikos syndesmos Psomatheion)

Cercle éducatif de jeunes de Chalcédoine-Moda (Morfotikos syndesmos neon Halkidonos-Modiou)

Trois associations de parents d’élèves (Megali tou Genous Scholi ; Zografeion ; Zappeion)

  • 3 Pour un bref aperçu de l’histoire de l’AEK, voir www.aek.com

21Soupçonnées d’agissements anti-turcs, les grandes associations culturelles du XIXe siècle ont disparu avec la République. Tel est le cas, en particulier, du célèbre « Syllogue littéraire grec de Constantinople » (Ellinikos Filologikos Syllogos Konstantinoupoleos), créé en 1860 et dont les biens furent saisis en 1923. Ses riches archives, désormais inaccessibles, seraient conservées à Ankara, parmi les fonds de la Fondation turque d’histoire (Türk Tarih Kuru­mu). Une partie de la vie associative d’antan a par ailleurs émigré en Grèce. C’est ainsi qu’une des plus grandes équipes de football de ce pays porte le nom évocateur d’« Union sportive de Constantinople » (Athlitiki Enosis Konstantinou­poleos, AEK) et doit son existence à la fusion, en son sein, de plusieurs anciens clubs stam- bouliotes3. Les associations éducatives et culturelles grecques qui subsistent aujourd’hui à Istanbul ne peuvent naturellement pas pré­tendre au même prestige que celui dont jouis­saient leurs aînés. Il s’agit de structures modestes répondant aux besoins d’une population très réduite. Toutefois, leur objectif reste bien, comme par le passé, d’encadrer la « nation », de fournir aux plus jeunes la possibilité de s’épanouir sans avoir à franchir les limites de la communauté et, par là même, de maintenir en vie l’hellénisme sur les rives du Bosphore.

Le cercle éducatif et artistique Feriköy année de fondation : 1989
Le cercle de Feriköy a pour point de départ un groupe d’acteurs amateurs (Erasitechnikos Theatrikos Omilos) né en 1984. Formée de gens jeunes, enthousiastes et dynamiques, la troupe donne plusieurs représentations de pièces comiques du répertoire grec et remporte des nombreux succès. Régulièrement invités à l’étranger, ses membres iront, en 1987, jusqu’à traverser l’Atlantique. Ils se constituent en association en novembre 1989 pour se doter d’une existence juridique et simplifier leurs rapports avec l’administration turque.
À partir de cette date, le cercle étend ses activités, mettant à son actif une quarantaine de manifestations annuelles : concerts, spec­tacles de danse, expositions de peinture, sans compter les conférences, les pique-niques écologiques, les journées dédiées à la lutte contre le SIDA ou la toxicomanie.
Créée par des jeunes, ce groupe s’adresse, dès l’origine, prioritairement à la jeunesse minoritaire. Il se démarque des autres struc­tures associatives grecques d’Istanbul par sa création tardive, à une époque d’une grande morosité pour la minorité. « Alors que tous fermaient et partaient, nous, nous annoncions un nouveau départ. » Toutes les autres associations sont des reliques de l’âge d’or de la romiosyni. Aucune d’entre elles n’affiche une date de fondation postérieure à 1970.
Aujourd’hui, installé dans des locaux con­fortables, au cœur d’un quartier de l’ancienne périphérie urbaine qui a encore conservé une partie de sa population grecque, le cercle de Feriköy compte environ 200 membres. Mais une cinquantaine seulement d’entre eux sont réellement actifs.

7.3. Presse

22Ce combat passe, en partie, par des activités visant, de manière explicite ou accessoire, à préserver une bonne connaissance de la langue grecque : représentations théâtrales, conférences, débats, sorties éducatives... Reste à souligner qu’associations et écoles ne sont pas les seules à se battre ainsi pour la défense du patrimoine linguistique, un patrimoine chaque jour plus menacé. Aussi extravagant que cela puisse paraître, compte tenu de l’état d’épuisement de la communauté, les Rum disposent encore d’une presse écrite dont une des raisons d’être est de contribuer à la survie de la langue.

23Deux quotidiens grecs paraissent aujour­d’hui à Istanbul : Apogevmatini (« Le journal de l’après-midi ») et Iho (« L’écho »). Ni l’un ni l’autre ne peuvent envisager un tirage supérieur à 800 exemplaires. Fortement entravée par la diminu­tion des points de vente et la dispersion des lecteurs potentiels à travers la ville, la diffusion réelle oscille, elle, entre 150 et 400 exemplaires.

24Créé le 1er avril 1977 par Haralambos Rombopoulos, Iho paraît à ses débuts une fois par semaine et ne devient un quotidien que deux ans après son lancement. La principale innovation de ce périodique est la langue : dans la presse constantinopolitaine des années 1970, résolument rangée derrière les adeptes de la katharevousa (grec « purifié » des érudits), Rombopoulos fait intrusion avec une publi­cation en grec démotique, alors qu’à l’époque, même en Grèce, la katharevousa n’a pas encore rendu les armes.

25L’Iho se signale, comme Y Apogevmatini, par une présentation modeste et un contenu chétif. Les deux journaux ne comptent que quatre feuillets qui se singularisent par une mise en page rudimentaire. Y sont reprises quelques nouvelles de l’actualité turque et internationale commentées avec toute la circonspection nécessaire. On n’y trouve ni informations sur la vie communautaire, ni analyses touchant à des thèmes « brûlants » du moment. Impossible, à travers ces quotidiens, d’entrer dans l’intimité de la communauté. Sauf à exploiter d’infimes indices : annonces de messes, décès, dîners, excursions, conférences, etc. Ce sont ces encadrés, auxquels ils doivent leur survie, qui constituent la raison d’être de l’Iho, mais surtout de Y Apogevmatini.

Figure 11 : Le « passage de Syrie », siège du journal Apogevmatini (Beyoğlu/Péra)

Figure 11 : Le « passage de Syrie », siège du journal Apogevmatini (Beyoğlu/Péra)

Alexis Petridis

26Ce dernier titre paraît depuis 1925 et représente une véritable institution. Au début des années 1930, l’Apogevmatini avait, à lui seul, soutiennent d’aucuns nostalgiques, une diffusion bien supérieure à celle de l’ensemble de la presse écrite turque (en oubliant de préciser que le passage de l’alphabet arabe aux caractères latins en 1928 avait probablement déstabilisé le lectorat turc). Jusqu’à la mort de son fondateur, Gr. Giaveridis, dans les années 1970, il emploie une dizaine de journalistes et pénètre dans tous les foyers. Vient ensuite une période de déclin. L’Apogevmatini du dernier quart du XXe siècle ne publie plus que des annonces et des informations relatives à l’agenda ecclésiastique. Cependant, même durant cette période sombre, il parvient à vendre plus de 200 exemplaires. Les Grecs d’Istanbul achètent le journal par habitude, mais aussi parce que les menues nouvelles qu’il donne leur permettent de prendre leur part de la vie communautaire.

27En janvier 2003, changement de cap. Assu­rée depuis 1977 par un médecin, la direction du journal est désormais confiée à un profes­sionnel de la presse. Le nouveau patron, M. Vasileiadis, se dit résolu à faire un quotidien de qualité et à réintroduire l’Apogevmatini dans toutes les maisons grecques d’Istanbul. L’objec­tif est d’informer mais aussi d’éduquer : sans renoncer aux annonces, il s’agit de proposer quelques articles de bonne tenue portant sur des questions susceptibles d’intéresser la communauté et rédigés dans une langue à la fois simple et soignée afin de contribuer à la défense du grec, notamment au profit des jeunes.

28Pour l’Apogevmatini, mais cette façon de voir est pleinement partagée par l’Iho, le journal ne peut être, dans la conjoncture stambouliote, qu’un outil pédagogique, la préservation de la langue étant une priorité vitale. C’est la raison pour laquelle les deux quotidiens ne sont aucunement tentés, dans l’immédiat tout au moins, de s’inscrire dans le sillage d’autres journaux minoritaires qui paraissent, eux, en turc. À cet égard, le cas d’Agos, hebdomadaire arménien rédigé intégralement en turc, est sou­vent cité comme un exemple à ne pas suivre. De création récente (1996), tirant à 5000 exem­plaires, cet organe a conquis en peu de temps plusieurs milliers de lecteurs, autant parmi les Arméniens que parmi les Turcs, contribuant ainsi à l’exorcisation des incompréhensions intercommunautaires. Mais les milieux grecs perçoivent ce choix comme une défaite : les Arméniens, nous dit-on, ont déjà perdu la bataille linguistique ; ils sont peu nombreux à savoir lire l’arménien ; la preuve en est que la plupart de leurs journaux sont bilingues. Si l’Apogevmatini ou l’Iho, dans l’espoir d’attirer quelques lecteurs supplémentaires, ouvraient leurs colonnes à la langue turque, la commu­nauté serait immanquablement soupçonnée de renoncer à l’un des éléments constitutifs de son identité. Pour l’heure, un tel virage apparaît proprement inconcevable.

Les monuments du patrimoine mémoriel

29Tantôt originaires d’Istanbul, tantôt sortis du fond de la Grèce profonde, d’autres fois encore arborant un accent américain à couper au couteau, les excursionnistes grecs qui affluent vers la ville par milliers —à l’occasion notamment des fêtes prolongées dont la Grèce est richement pourvue— n’y viennent pas seulement pour le shopping, les spécialités culinaires locales ou des promenades cultu­relles. Pour la plupart d’entre eux, c’est d’un véritable pèlerinage qu’il s’agit, nourri de références religieuses et historiques, aux sources de la grécité. Istanbul fascine parce qu’avant d’être la capitale de l’Empire ottoman, elle fut la deuxième Rome ; aussi parce que, à partir du XVIIe siècle, y furent jetées les bases de la renaissance nationale grecque.

30Le pèlerinage débute généralement par Sainte-Sophie, symbole de la splendeur et de la puissance byzantines. Même livré aux hordes des touristes, le monument conserve toute sa force d’évocation et aucun Grec ne voudrait manquer son rendez-vous mystique avec la vierge « la plus ample des cieux » (i platitera ton ouranon) qui y scintille dans la pénombre. Pas question, non plus, de ne pas s’abandonner à la contemplation du Christ Pantocrator gratifiant de sa bénédiction l’empe­reur prosterné à ses pieds.

31Autre halte incontournable : le Patriarcat, assez modeste complexe dont les éléments les plus anciens datent du XVIIe siècle. Dominé par la masse écrasante de la « Grande École de la Nation », vaste édifice aux allures de Capitole construit en 1882, le siège du Patriarcat œcuménique voisine, dans le quartier du Phanar où il est installé, avec la pauvreté des populations immigrées qui ont su investir les anciennes demeures du secteur, bâties sur les ruines des palais phanariotes. C’est peut-être la raison pour laquelle la pompe patriarcale ne s’affiche, ici, que dans les grandes occasions. Le visiteur des jours ordinaires doit se contenter d’échanger quelques paroles avec les religieux qu’il peut voir traverser la cour d’un pas pressé et d’allumer un cierge dans l’église, après avoir effleuré de ses lèvres les saintes icônes et jeté un coup d’œil à la porte —désormais close— devant laquelle fut pendu, en 1821, le Patriarche Grégoire V pour complicité avec les Phanariotes impliqués dans la lutte d’Indépen­dance grecque. Mais lors des grandes fêtes, nombreuses en orthodoxie, le pèlerin en a incontestablement pour sa peine : cliquettements des ostensoirs, volutes d’encens, psalmo­dies venues du fond des temps, chasubles ruisselant d’or et de moirures, tiares, icônes cérémonielles et, dans l’assemblée des fidèles, notables communautaires et célébrités du moment... Les caméras de télévision sont là, pour rendre compte de l’événement. L’espace de quelques heures, Byzance revit.

32À quelques encablures du Patriarcat, pra­tiquement adossée à la muraille de Théodose, la petite église des Blachernes fait également partie du circuit de la mémoire nationale. C’est dans ce secteur qu’apparut, en 626, revêtue d’une armure, la Vierge Marie pour redonner du courage aux soldats byzantins qui s’em­ployaient à repousser l’assaut des forces arabes assiégeant la ville. Détruit lors des « événements » de septembre 1955, le monastère byzantin a été remplacé par une construction moderne où continuent cependant de couler des eaux bienfaisantes et où flotte toujours le parfum du souvenir. Par dessus les robinets d’eau sainte, le visiteur retrouve une vieille inscription, la même que celle qui ornait, sous Justinien, la fontaine monumentale de Sainte-Sophie, NIΨON ANOMHMATA MH MONAN OΨIN, formule lisible à l’endroit comme à rebours : « Lave tes péchés et pas seulement ton visage ».

33Après s’être rafraîchi à l’eau des Blachernes, il ne reste plus au pèlerin de la grécité, surtout s’il voyage en groupe —ce qui est souvent le cas— qu’à longer la muraille pour se rendre au monastère de Balıklı (le monastère « aux poissons »), perdu au milieu d’un enche­vêtrement de cimetières, surprenante mégapole des morts. Des religieuses orthodoxes venues des quatre coins du monde y veillent sur un patrimoine dérisoire, pourtant porteur d’une immense attente : un bassin aux eaux glauques où nagent quelques poissons rouges. Dans les jours où le sultan Mehmed II assiégeait Constantinople, un moine était occupé en ces lieux à faire frire quelques poissons, tout en devisant des événements du moment. « Impos­sible », affirmait-il, « que le Turc prenne notre ville ; aussi impossible qu’il serait pour ces poissons de retrouver la vie. » Et les poissons, aussitôt, de sauter hors de la poêle et de regagner les eaux du bassin, frits sur une face, rouges encore sur l’autre. Et la légende d’ajouter : le jour où les poissons retrouveront leur place dans la poêle, Constantinople sera à nouveau grecque.

Figure 12 : L’église des Blachernes

Figure 12 : L’église des Blachernes

Alexis Petridis

Figure 13 : « Lave tes péchés... » église des Blachernes

Figure 13 : « Lave tes péchés... » église des Blachernes

Alexis Petridis

Figure 14 : Cour du monastère de Balıklı (Zoodohos Pigi)

Figure 14 : Cour du monastère de Balıklı (Zoodohos Pigi)

Alexis Petridis

Figure 15 : Tombes patriarcales à Balıklı

Figure 15 : Tombes patriarcales à Balıklı

Alexis Petridis

Figure 16 : İstiklâl caddesi, ex-Grande Rue de Péra

Figure 16 : İstiklâl caddesi, ex-Grande Rue de Péra

Alexis Petridis

34Du monastère byzantin, ici encore, il ne reste pas grand-chose, depuis qu’en septembre 1955 des manifestants ont tout saccagé. Mais entouré du silence de la mort, Balıklı attend la résurrection. C’est peut-être pour cela que les derniers patriarches et quelques notables de la renaissance hellénique ont choisi de s’y faire enterrer. Ainsi transformé en mémorial de la Nation, la petite cour qui jouxte l’église rap­pelle au voyageur qu’au-delà de la putréfaction des corps il y a l’immortalité.

35De retour au centre-ville, il ne reste plus au visiteur, s’il est de ceux qui sont nés à Istanbul, qu’à rechercher les traces de son enfance : sa maison, souvent encore debout ; l’église du quartier ; son école ; les marchands de confise­ries orientales et autres douceurs. À Beyoğlu (Péra), ville grecque dans la ville, l’église de la Sainte-Vierge (Panaghia), épaisse construction du début du XIXe siècle, retrouve les jours de fête une partie de ses ouailles d’antan, cachant mal leur trouble. De même, l’église de la Sainte-

36Trinité (Aya-Triada), récemment restaurée, sorte de Sacré-Cœur stambouliote, continue d’ac­cueillir, l’espace d’une cérémonie, la bourgeoisie endimanchée comme au bon vieux temps. Dans les rues adjacentes, le Zappeion, ancienne école de filles dont les sorties étaient jadis fort courues, et le Zografeion, lycée de garçons, ne man­quent pas d’attirer eux aussi les nostalgiques.

37Il convient d’ajouter que ces derniers n’ont pas à faire beaucoup d’efforts pour retrouver les saveurs, les parfums, les bruits de leur enfance. Le passé, avec ses spécialités pâtis­sières, ses tramways rouges et verts, ses flots de chansons grecques, est devenu, entre les mains des marchands de Beyoğlu, un fonds de commerce d’une rentabilité inestimable.

38Pour parcourir Istanbul « à la grecque », un guide touristique aux allures de vade-mecum du pèlerin : Konstantinoupoli kai Marmaras (Constantinople et Marmara), collection : Taxidiotikoi Odigoi (Guides de voyages)/3, Athènes, Infognomon, 2002.

Notes

1 L’archevêché de Constantinople comprend 36 communautés (koinotites) distinctes. Mais pour embrasser l’ensemble de l’agglomération stambouliote, il convient aussi de tenir compte des secteurs couverts par les évêchés de Chalcédoine (Kadıköy) (10 communautés), Derkon (5) et Îles des Princes (4).

2 Ath. Palaiologos, Calendrier de l’Orient. Politique et philologique de l’année 1883 (en grec), 2e année, Constantinople, impr. Thraki, 1882, 276.

3 Pour un bref aperçu de l’histoire de l’AEK, voir www.aek.com

Table des illustrations

Titre Figure 8 : Église de Panaghia (Eisodion tis Theotokou) à Beyoğlu (Péra)
Crédits Alexis Petridis
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/671/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Titre Figure 9 : Nef centrale de l’église de Panaghia à Beyoğlu (Péra)
Crédits Alexis Petridis
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/671/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Figure 10 : Un des pavillons de l’hôpital de Balıklı
Crédits Alexis Petridis
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/671/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Titre Figure 11 : Le « passage de Syrie », siège du journal Apogevmatini (Beyoğlu/Péra)
Crédits Alexis Petridis
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/671/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Figure 12 : L’église des Blachernes
Crédits Alexis Petridis
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/671/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Titre Figure 13 : « Lave tes péchés... » église des Blachernes
Crédits Alexis Petridis
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/671/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Figure 14 : Cour du monastère de Balıklı (Zoodohos Pigi)
Crédits Alexis Petridis
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/671/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Titre Figure 15 : Tombes patriarcales à Balıklı
Crédits Alexis Petridis
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/671/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre Figure 16 : İstiklâl caddesi, ex-Grande Rue de Péra
Crédits Alexis Petridis
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/671/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 63k

© Institut français d’études anatoliennes, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search