Version classiqueVersion mobile

Une mémoire pour la Ville

 | 
Paul Dumont
, 
Méropi Anastassiadou

4. L’enseignement

Texte intégral

1Le secteur de l’éducation est un de ceux qui reflètent le plus fidèlement le processus de déclin qu’a connu la communauté depuis la « Catastrophe » de 1922. Pourtant les moyens mis en œuvre pour maintenir en vie le système éducatif sont considérables, la Grèce jouant en la matière un rôle décisif.

2Dans l’Istanbul d’avant 1923, le parc sco­laire grec est particulièrement fourni. Ayant fait de l’instruction généralisée —au bénéfice de toutes les couches de la population orthodoxe— leur cheval de bataille, plusieurs générations de notables grecs ont fondé des écoles à tour de bras à travers tout l’Empire ottoman et surtout dans la capitale. La période allant de 1875 à 1914 est également marquée par un effort d’uniformisation des programmes scolaires. Ceux-ci sont composés non seulement de matières susceptibles de modeler le sentiment identitaire des enfants grecs, mais veillent aussi à leur proposer une formation pratique qui puisse déboucher sur une insertion professionnelle.

Figure 2 : Phanar. La « Grande école de la Nation »

Figure 2 : Phanar. La « Grande école de la Nation »

Alexis Petridis

3Faire un état des lieux du réseau scolaire grec à la fin de l’époque ottomane n’entre pas dans le cadre de cette étude. On se contentera de présenter brièvement ici trois établissements du secondaire qui ont particulièrement marqué l’histoire culturelle des Grecs et qui sont toujours en activité aujourd’hui : la Megali tou Genous Scholi (Grande École de la Nation), le Zappeion et le Zografeion.

4La Megali tou Genous Scholi n’est autre que l’école patriarcale fondée en 1454, un an après la conquête de Constantinople. Depuis cette date, elle a fonctionné de manière ininter­rompue. Aujourd’hui, elle se trouve dans un imposant édifice construit en 1882 à Fener (Phanar), à quelques pas du Patriarcat œcumé­nique de Constantinople, par l’architecte Konstantinos Dimadis. Le Zappeion (fondé en 1885) et le Zografeion (1893) sont situés sur l’autre rive de la Corne d’Or, à Péra (Beyoğlu), secteur où battait, il y a un siècle, le cœur « européanisé » de la capitale ottomane et où se trouvait, jusqu’à une date encore récente, une importante communauté grecque. Ces deux derniers établissements tirent leur appellation du nom de leurs fondateurs, Konstantinos Zappas et Christakis Zografos, grands banquiers de la place d’Istanbul connus tous deux pour les nombreuses libéralités dont furent jalonnés leurs parcours respectifs.

  • 10 Appartiennent à cette catégorie les hôpitaux, les orphelinats, les écoles du Patriarcat (Megali Sch (...)

5À l’origine, le Zografeion était une œuvre paroissiale dépendant de la communauté grecque de Péra et gérée par celle-ci, alors que le Zappeion (Ethnikon Zappeion Parthenagogeion) et la Megali tou Genous Scholi étaient des institutions « nationales » d’importance majeure (meizona idrymata)10 dont l’administration relevait de l’ensemble de la « nation » grecque.

Figure 3 : Entrée du Zografeion

Figure 3 : Entrée du Zografeion

Alexis Petridis

6Importantes au XIXe siècle, ces différences de statut n’ont plus grand sens aujourd’hui. En effet, le vivier de ceux qui assurent la gestion des trois établissements est si restreint que l’on retrouve pratiquement les mêmes personnes dans leurs instances administratives. Au reste, ces dernières n’ont pu être renouvelées depuis 1991, les autorités turques repoussant sans cesse les élections qui devraient normalement avoir lieu tous les deux ans. La question de la ségrégation des sexes dans les écoles n’a, elle aussi, qu’un intérêt purement historique : initialement, et jusqu’en 1999-2000, le Zappeion est une école de filles, disposant même d’un internat accueillant des enfants venus de province ; entre 1893, date de sa fondation, et l’année scolaire 1998-1999, le Zografeion n’accueille que des garçons ; il en allait de même pour la Megali tou Genous Scholi jusqu’en 1987-1988. De nos jours, les quelque cent-cinquante élèves qui fréquentent ces insti­tutions appartiennent aux deux sexes.

Figure 4 : Vue latérale du Zappeion

Figure 4 : Vue latérale du Zappeion

Alexis Petridis

7Dans l’histoire de la romiosyni stambouliote, le Zografeion occupe une place singulière. Si l’année 1893 marque la construction du bâti­ment actuel, la communauté grecque de Péra disposait déjà depuis 85 ans d’une structure scolaire installée dans le même secteur (Ozil, 2001). Rudimentaire, celle-ci est créée en 1808, grâce à la générosité de la prospère corporation des fermeleci (fabricants de vestons brodés). D’emblée, elle est administrativement rattachée à l’église de Notre-Dame de Péra édifiée en 1804 et marquant la fondation de la communauté grecque orthodoxe dans cette partie de la ville. Après plusieurs années de péripéties et d’errances, cette première école se fixe, en 1847, rue Turnacıbaşı, à l’endroit où se trouve actuellement le Zografeion. À partir de cette date et jusqu’en 1893, il porte le nom de « École paroissiale de Notre-Dame de Péra » (Enoriaki Scholi tis Panaghias).

  • 11 Dans ce même bâtiment fonctionnait précédemment l’École germano-helvétique. Celui-ci a été acheté p (...)

8Christakis Zografos ne s’est pas contenté de financer la construction d’un nouvel édifice scolaire. Il a tenu à imposer son projet éducatif : la donation serait effective à la condition que l’établissement s’engage à assurer une forma­tion pratique, visant à faciliter l’insertion des jeunes dans les milieux florissants de la banque et du commerce. Cependant, le Patriarcat, qui à cette époque fait encore la pluie et le beau temps au sein de la « nation » orthodoxe, souhaite une éducation classique. Le désaccord entre les progressistes de Péra et les conserva­teurs du Phanar est persistant. Mais finalement un compromis sera trouvé : l’introduction de matières pratiques aussi bien dans les programmes du Zografeion que dans ceux de la Megali tou Genous Scholi. L’instruction proposée restait cependant insuffisante. Le dispositif allait être complété par une « École nationale des Langues et du Commerce » (Ethniki Scholi Glosson kai Emporiou)11, située à Galata. Dépendante du Patriarcat, mais entretenue essentiellement au moyen des écolages, celle-ci devait former quelques générations de futurs commerçants jusqu’à sa fermeture en 1924-1925. Pour combler le vide laissé par sa disparition, le Zografeion s’est doté d’une section commerciale en 1948.

4.1. L’enseignement minoritaire en 2002-2003

9Avant de présenter le réseau scolaire actuel, un regard sur les statistiques des écoles au cours de la seconde moitié du XXe siècle permettra d’identifier les grands tournants en matière d’enseignement.

10Ce qui frappe d’emblée, à la lecture du tableau 1, c’est que les événements de septembre 1955 n’ont eu aucune retombée sur la popula­tion scolaire. On y note au contraire une légère croissance du nombre des élèves. En 1956-57, le primaire enregistre 161 et le secondaire 138 inscriptions supplémentaires par rapport à l’année précédente, soit au total 299 nouveaux venus. Même si cette augmentation est limitée (4,34 %), elle mérite d’être soulignée, car elle survient à une époque où les esprits sont bouleversés et songent déjà au départ. Elle s’explique, mais en partie seulement, par une décision de l’administration militaire turque donnant automatiquement accès au corps des officiers à tout diplômé de lycée.

11Autre remarque : entre 1964 et 1975, 3260 élèves sont rayés des registres scolaires. Pour la plupart, il s’agit d’enfants appartenant à des familles qui ont quitté la ville. Mais à côté de ceux-ci, il y a aussi, à partir de 1968, les exclus des écoles parce qu’ils ne font pas partie de la minorité Rum ortodoks (voir infra, « accès réservé »).

Tableau 1 : Statistiques des écoles (1951-2003)

année scolaire

écoles élém. nombre

écoles élém. nombre d’élèves

écoles secondaires nombre

lycées nombre d’élèves

total

élèves

1951-52

44

4569

5

85

5424

1954-55

44

5350

6

1145

6495

1955-56

45

5380

6

1209

6589

1956-57

44

5541

6

1347

6888

1962-63

43

4910

6

1996

6906

1964-65

43

3876

6

1396

5272

1974-75

26

1150

6

862

2012

1980-81

14

433

6

378

811

1995-96

11

164

4

142

306

2000-01

10

122

3

136

258

2001-02

10

125

3

134

259

2002-03

9

121

3

126

247

Source : Archives de D. Frangopoulos.

12C’est néanmoins après 1975, et surtout après 1980, que la chute du nombre des élèves est sensible. En 1980, les écoles grecques d’Istan­bul ne totalisent plus que 811 enfants. Crise de Chypre ? Coup d’État militaire en Turquie ? Adhésion de la Grèce au Marché commun ? Quelle que soit la raison de cette vague de départs, les statistiques scolaires la situent dans la période allant de 1975 à 1995 —et plus intensément entre 1980 et 1990. Après cette date, on note une stabilité relative dans le nombre des recrutements annuels, le fond du puits ayant été atteint.

13En 2002-2003, le réseau scolaire ne compte plus que neuf écoles primaires et trois établis­sements d’enseignement secondaire totalisant 247 inscrits. 106 enseignants y travaillent.

Tableau 2 : Élèves et enseignants en 2002-2003

Écoles (primaire)

9

Élèves (primaire)

121

Enseignants (primaire)

41

Écoles (secondaire)

3

Élèves (secondaire)

126

Enseignants (secondaire)

65

Source : Archives de D. Frangopoulos.

14Il ressort d’un rapide calcul qu’il y a aujour­d’hui environ 20 enfants par école et qu’à chaque professeur correspondent, en moyenne, 2,3 élèves. L’hypertrophie du dispositif est flagrante, surtout dans le secondaire. Le tableau 2 montre que chaque instituteur travaille pour trois enfants en moyenne, alors qu’au collège et au lycée ce rapport est d’un enseignant pour deux élèves. Il y a un demi-siècle, au début des années 1950, la cinquantaine d’établissements alors en activité accueillaient en moyenne, chacun, de 110 à 130 élèves selon les années. Même à l’époque les classes étaient loin d’être bondées !

  • 12 400 à 500 pour la Megali tou Genous Scholi ; 700 à 750 pour le Zografeion et autant pour le Zappeio (...)

15De nos jours, ces écoles ont des allures de vaisseaux fantômes. Dans la Megali tou Genous Scholi, où la hauteur sous plafond dépasse les cinq mètres, il est rare de compter plus de trois à quatre pupitres par salle de cours. Les deux étages supérieurs du Zappeion (où se trouvaient jadis les dortoirs des filles) sont abandonnés et fermés depuis plusieurs années ; seule une partie du rez-de-chaussée est utilisée. Même impression de solitude au Zografeion bien que la disposition des salles y permette une meilleure utilisation de l’espace. Dans les trois cas, il s’agit d’édifices de belle taille, capables d’accueillir un nombre considérable d’élèves : à l’époque où ils ont été construits, l’orthodoxie constantinopolitaine vivait son âge d’or, du point de vue socio-économique et démographique. Mais si les fondateurs de ces établissements ont vu grand, ce n’est pas seulement parce qu’il fallait y loger des cohortes croissantes d’enfants. Il s’agissait aussi pour eux de souligner l’importance que les Grecs, engagés sur la voie de la régénération nationale, attachaient aux temples du savoir. Les trois bâtiments réunis ont une capacité d’accueil de 2000 élèves12. Un chiffre qui se situe bien au-delà des effectifs actuels, soit au total quelque 200.

16Conclusion ? Trop de locaux et trop de personnel pour une poignée d’élèves. Une éducation qui coûte cher à la communauté.

17La question se pose de savoir pourquoi celle-ci continue à entretenir à très grands frais un nombre si important d’écoles, alors qu’elle aurait pu se contenter d’un dispositif propor­tionnel à ses besoins. Tout le monde est d’accord pour estimer qu’il n’y a pas lieu, pour scolariser 247 enfants, d’assurer les frais de fonctionnement de 12 établissements et les salaires d’une cinquantaine d’enseignants. Du point de vue financier, ce choix est assurément déraisonnable. Mais la préservation de la mémoire historique, rétorque-t-on, n’a pas de prix.

18Les quelque 2000 résidents qui forment la communauté d’aujourd’hui —et surtout ceux qui détiennent des positions de leadership— se signalent par la conviction d’être les déposi­taires d’un riche patrimoine historique et culturel. C’est à travers leur histoire et leur mémoire collective qu’ils sont liés à la ville. Prendre l’initiative de mettre un cadenas à toutes les écoles et de n’en garder qu’une seule est synonyme, à leurs yeux, de démission, voire de désertion : ils sont là pour préserver et non pas pour brader.

19Au-delà des considérations psychologiques, la fermeture des écoles pourrait représenter un préjudice économique sérieux. Désaffectés, ces immeubles seraient condamnés tôt ou tard à la démolition : en effet, selon la législation turque les fondations pieuses des minorités ne peuvent pas être utilisées pour un but autre que celui pour lequel elles ont été initialement créées. Or, toutes les écoles grecques orthodoxes sont des biens vakıf (fondations pieuses).

20Paradoxalement, bien que soucieux de pro­téger leur héritage culturel, plusieurs membres de la communauté n’hésitent pas à se détour­ner de ces structures scolaires pour la survie desquelles ils se battent par ailleurs. Ce n’est un secret pour personne que ces écoles sont désertées par les Grecs eux-mêmes, qui n’y envoient plus leur progéniture, tant le niveau y est bas et les conditions de travail probléma­tiques. Les écoles étrangères ou celles de l’État absorbent une partie non négligeable de ces enfants.

21À une époque d’intense mobilité, carac­térisée par l’existence d’un marché de travail étendu à l’ensemble de la planète, les parents n’envisagent plus l’avenir de leur descendance dans les limites étroites de la communauté. Pour donner à leurs enfants toutes les chances d’avoir un jour un métier satisfaisant et de choisir librement le lieu où ils vivront, les plus riches optent pour une instruction multilingue —seule garantie, à leurs yeux, de compétitivité et de réussite— et les envoient dans les écoles étrangères (anglophones, francophones, germanophones ou italophones). Chez les moins aisés, ceux qui acceptent l’assimilation et ne rejettent pas l’éventualité d’une vie en Turquie se tournent volontiers vers les écoles publiques turques. Les institutions minoritaires ne reçoivent, en fin de compte, que ceux qui restent inconditionnellement accrochés à leur identité grecque ou ceux qui ont besoin de se sentir socialement entourés.

22Au cours des vingt dernières années, la baisse constante des effectifs, assortie d’une dégradation du dispositif pédagogique, a découragé plusieurs centaines de familles. Nombre de parents estiment que les écoles grecques, en raison de la multiplicité des pro­blèmes auxquels elles se trouvent confrontées (vétusté des manuels, obstacles administratifs chroniques retardant la rentrée d’une partie du personnel enseignant, nombre croissant d’élèves ignorant les langues d’enseignement), ne sont plus en mesure de proposer une formation satisfaisante. Comment être compétitif dans la recherche d’un emploi lorsqu’on a connu une scolarité semée en permanence d’embûches ? À quelle porte frapper lorsqu’on connaît et le grec et le turc, mais sans avoir atteint —au bout de douze années d’études— ni le niveau des Grecs de Grèce ni celui des Turcs de Turquie ?

4.2. Bilinguisme

23Les écoles grecques —le Traité de Lausanne reconnaît le même droit aux autres minorités non-musulmanes— offrent un enseignement bilingue. Histoire et civilisation, géographie, instruction civique, langue et littérature turques sont enseignées en turc ; toutes les autres matières sont proposées en grec (langue et littérature grecques, physique, chimie, mathématiques). Cependant, l’équilibre entre les deux langues demeure théorique.

24La population scolaire actuelle est incon­testablement plus à l’aise en turc qu’en grec. Mais cette prééminence du turc ne signifie pas pour autant que les élèves ont une connais­sance approfondie de cette langue : combien y en a-t-il qui ont lu les œuvres majeures de la littérature turque ? Combien d’entre eux sont- ils capables d’écrire en turc avec la même familiarité que leurs camarades des lycées de l’État ? Malgré sa forte progression, y compris dans l’intimité des foyers, le turc n’a pas encore totalement détrôné le grec.

25Ce dernier conserve son statut de langue maternelle, celle que les jeunes utilisent dans l’espace privé. Mais il s’agit de plus en plus d’un grec appauvri, hésitant, mêlé d’expres­sions turques. Ce recul est principalement dû à l’absence de tout stimulus grécophone en dehors du cadre scolaire. Il n’y a plus de librairies où acheter des livres en grec ; point de bibliothèque où l’on peut bouquiner et emprunter des ouvrages ; les manifestations culturelles en langue grecque —les troupes de théâtre venues de Grèce constituaient jadis un divertissement fort prisé— sont, de même, beaucoup moins nombreuses que par le passé.

26Le résultat ? Les jeunes gens reçoivent une éducation lacunaire que l’environnement familial n’a pas les moyens de compléter : ni l’his­toire, ni la géographie grecques ne leur sont enseignées, alors que langue et littérature sont réduites à la portion congrue. À la fin de leurs études secondaires, ils peuvent difficilement briguer des postes dans les entreprises athéniennes. On retrouve le même handicap en ce qui concerne leur connaissance du turc. L’école et l’environnement général (la rue, la presse, la télévision...) permettent l’acquisition d’un niveau suffisant pour la vie quotidienne. Mais la famille et l’espace communautaire restent frileux vis-à-vis d’un contact approfondi de leurs enfants avec cette langue (littérature, expression écrite...). Si les parents s’accommo­dent, parce qu’ils ne peuvent pas faire autre­ment, de l’enseignement —obligatoire— des réformes kémalistes (inkılap tarihi) ou de l’instruction civique (sosyal bilgiler), ils ne font aucun effort, hors du cadre scolaire, pour offrir à leur progéniture une véritable ouverture vers la culture turque. À cet égard, il est significatif que les cinq membres de la communauté occu­pant aujourd’hui un poste universitaire en Turquie soient, à une exception près, des spécialistes de domaines ne nécessitant pas une connaissance parfaite de la langue : physique, ingénierie, mathématiques. Paradoxalement, c’est à travers le grec que ces personnes ont eu leurs premiers contacts, lors de leur scolarité, avec ce qui allait devenir par la suite leur métier...

27Parents et enseignants sont unanimes à penser qu’il faut lutter contre cette déperdition de la langue maternelle. Une telle conviction ne repose pas seulement sur la certitude que celle-ci constitue, avec la religion, un marqueur identitaire fort qu’ils ont le devoir de sauvegar­der. Elle traduit aussi la crainte que le recul du grec rendrait une éventuelle insertion profes­sionnelle en Grèce encore plus difficile qu’elle ne l’est actuellement. Même si les Rum d’Istan­bul se disent aujourd’hui satisfaits de leur vie en Turquie, la nécessité psychologique de disposer d’une issue de secours « au cas où » est solidement ancrée dans le subconscient collectif.

28C’est dans le but de freiner le processus d’étiolement linguistique que les responsables des écoles multiplient les activités périscolaires en dehors des heures de cours : théâtre, chorales, repas en commun, sports... Dans la pratique, les élèves restent à l’école toute la journée.

4.3. Des enseignants soumis aux aléas des relations bilatérales

29Ce n’est pas seulement la médiocrité du niveau linguistique des élèves, aussi bien en grec qu’en turc, qui décourage les parents. Il y a plus sérieux. Depuis quelques années, il arrive trop fréquemment que des enseignants ne soient en mesure de commencer leurs cours qu’au milieu de l’année scolaire.

30Le personnel enseignant des écoles grecques se divise en trois catégories distinctes, chacune d’elles dotée d’un statut différent.

31Il y a, en premier lieu, les professeurs et instituteurs grecs de citoyenneté turque. Jusqu’à la fin de l’époque ottomane, ceux-ci étaient, dans le cadre des privilèges accordés au Patriar­cat, sélectionnés, recrutés et licenciés unique­ment par les instances communautaires. De nos jours, les comités scolaires n’ont qu’une fonction consultative. Ils donnent leur avis sur les recrutements, mais ceux-ci ne sont effectifs qu’après l’approbation du ministère de l’Éducation nationale turc et plus particu­lièrement de la direction de l’Éducation d’Istan­bul. C’est cette dernière structure qui nomme officiellement les enseignants appartenant à cette catégorie. Désignés par un organisme public, ceux-ci ne sont pas pour autant fonctionnaires de l’État auquel aucun rapport contractuel ne les lie. Leur salaire est versé par la communauté grecque. À l’heure actuelle, 48 individus de confession orthodoxe et dotés de la citoyenneté turque —formés pour la plupart en Grèce— travaillent dans les écoles de la minorité.

32Une deuxième catégorie est composée d’enseignants turcs. Il s’agit ici de fonctionnaires de l’État, agents de l’Éducation nationale détachés dans les établissements scolaires minoritaires afin d’y enseigner les « matières turques » : histoire, géographie, instruction civique, langue et littérature turques. Recrutés au moyen de concours d’accès à la fonction publique, ceux-ci —dont le nombre s’élève à 41— n’ont aucun rapport juridique avec la communauté grecque. Jusque vers 1955, ils étaient, comme leurs collègues grecs, recrutés et rémunérés par la minorité. Fortement éprou­vée par les événements du 6/7 septembre, cette dernière affirma ne plus être en mesure de s’acquitter de ses obligations financières vis-à-vis de ce personnel et demanda au ministère de prendre le relais. Cette requête fut acceptée sans discussion.

33Troisième groupe : les enseignants venus de Grèce (kontenjan öğretmenleri en turc ; metaklitoi en grec). Ils font leur entrée dans la vie de la communauté au début des années 1950, suite à un accord culturel signé entre Ankara et Athènes. 35 enseignants turcs devaient se rendre en Grèce pour travailler dans les écoles musulmanes de la Thrace occiden­tale ; parallèlement, 35 professeurs et institu­teurs grecs étaient envoyés à Istanbul pour enseigner dans les établissements de la minorité orthodoxe. À cette époque, cette dernière n’a aucun besoin de renforts, le personnel ensei­gnant local étant largement suffisant. L’échange se fait dans un climat de rapprochement entre les deux pays, mais aussi dans l’objectif de toni­fier le sentiment d’appartenance culturelle parmi les jeunes des deux minorités. Cepen­dant, très vite Athènes est prise d’inquiétude : l’idée que les professeurs turcs vont en Thrace pour y faire de la propagande et renforcer le nationalisme des jeunes musulmans s’empare des milieux politiques et les amène à revoir à la baisse le nombre des agents expatriés. Incontournable, le principe de la réciprocité contraint la Turquie à réduire le nombre de fonctionnaires envoyés en Thrace bien que, contrairement à la population grecque d’Istan­bul, celle des musulmans de Thrace soit, elle, restée stable (Akgönül, 1999 ; Dalègre, 1997).

34Aujourd’hui, la Grèce ne fournit plus que 14 enseignants dans le cadre de l’accord de 1951. Ce nombre qui peut paraître modeste est en réalité très élevé, compte tenu de la chétivité des effectifs scolaires. Cependant, Athènes ne peut ni arrêter, ni même réduire ces envois. La raison ? Désireux de continuer à alimenter le flux des enseignants turcs expédiés en Thrace occidentale, le gouvernement d’Ankara a besoin, pour que les ressorts de la réciprocité puissent jouer, qu’un flux équivalent soit maintenu dans l’autre sens. À cette fin, à partir de 1967-1968, les nominations des enseignants grecs (citoyens de Turquie) sont gelées. Ceux qui atteignent l’âge de la retraite s’en vont sans que d’autres membres de la minorité leur succèdent. Vacants, leurs postes sont attribués aux enseignants envoyés de Grèce. Afin d’empêcher le nombre de ceux-ci de baisser de manière excessive —vu le déclin démographique de la communauté—, Ankara multiplie les restrictions : depuis novembre 1969, les metaklitoi n’ont plus le droit de travailler dans plusieurs établisse­ments, leur service étant strictement lié à une seule école, quel que soit le nombre d’heures qu’ils y fournissent. Autre limitation : depuis novembre 1979, ils sont tenus de dispenser des cours dans le domaine de leur spécialité stricto sensu (un chimiste n’est pas autorisé à ensei­gner la physique ; il est interdit à un diplômé de lettres d’assurer des cours de religion).

35Toutefois, ce ne sont pas ces interdictions, aussi contraignantes soient-elles, qui exas­pèrent les parents, mais l’important retard avec lequel, année après année, ce personnel venu d’un pays voisin prend ses fonctions.

« Ils arrivent tard, vers le milieu de l’année scolaire. Une année, ils ne sont même pas venus du tout. »

36Dans la pratique, ce sont les enseignants grecs locaux qui comblent les vides afin que les enfants ne restent pas sans encadrement. Pour rattraper le retard, les écoles sont autorisées à organiser des cycles de cours intensifs au deuxième semestre, voire pendant l’été dans les cas ou les enseignants de Grèce ne sont toujours pas là au mois de mai.

37À ces problèmes, il convient d’ajouter aussi celui des manuels scolaires. Les livres destinés aux écoles grecques n’étant plus imprimés en Turquie depuis belle lurette, la Grèce reste le seul fournisseur possible. Mais avant de mettre ces ouvrages en circulation, il faut obtenir l’agrément des autorités turques compétentes. Les procédures sont si longues que les enseignants ont régulièrement recours à des notes, des photocopies, ou à d’anciens manuels vieillis mais munis des autorisations néces­saires. Quant aux bibliothèques scolaires — jadis très riches—, elles se sont fossilisées, tant les acquisitions s’y sont ralenties. À défaut de livres, les écoles proposent cependant aux élèves un substantiel parc informatique dont il est difficile de savoir s’il permet de contourner les limitations relatives à la diffusion des livres scolaires.

38Devenues chroniques, ces situations ont poussé de nombreux parents à retirer leurs enfants des écoles minoritaires. L’accès à celles- ci étant très strictement réglementé et de plus en plus restrictif, ces « déserteurs » mettent —et ils le savent— en péril la survie des institutions scolaires.

4.4. Accès réservé

  • 13 En 1991-1992, une école primaire avait été ouverte au sein du Consulat de Grèce pour les besoins de (...)

39À l’heure actuelle, seuls les enfants dont le père est Rum ortodoks et de nationalité turque sont autorisés à fréquenter les écoles grecques. La religion étant précisée sur les cartes d’identité en Turquie, il ne peut y avoir aucune ambiguïté quant à l’appartenance confessionnelle des individus. Celle-ci constitue un élément de leur état civil. N’ont pas le droit de s’inscrire tous les citoyens turcs qui ne sont pas identifiés comme Rum ortodoks (chrétiens catholiques, protestants, nestoriens, assyro-chaldéens, arméniens, juifs, musulmans...), ainsi que les étrangers, même lorsqu’ils sont porteurs d’un passeport hellénique. Les enfants des agents consulaires grecs à Istanbul sont contraints d’aller dans les établissements étrangers13. Réduite aux Rum ortodoks, la population scolaire est si rigoureusement circonscrite que les écoles sont tôt ou tard condamnées à la fermeture.

40Ces restrictions sont relativement récentes. Elles ont été progressivement mises en place après les années 1960. Jusqu’à cette époque, bien que le Traité de Lausanne ait prévu l’existence de ces écoles pour couvrir spécifique­ment les besoins éducatifs de la minorité grecque orthodoxe, des Turcs musulmans ainsi que d’autres chrétiens (notamment arméniens, catholiques, syriaques) étaient autorisés à s’y inscrire. En février 1968, les directeurs reçoivent l’ordre de ne plus accepter que des inscriptions d’enfants appartenant à la minorité grecque orthodoxe. Deux ans plus tard, ceux qui, parmi les non-rum, sont déjà inscrits doivent quitter les écoles. Outre les syriaques (suryani), cette mesure frappe aussi des familles albanaises chrétiennes, dont la carte d’identité précise qu’elles sont de confession arnavut ortodoks.

41Même si la cause première de la dramatique diminution de la population scolaire est l’étiolement démographique de la communauté, cette réglementation a largement contribué au dépeuplement des écoles.

42La question de la fermeture d’un des trois lycées se posera forcément dans un avenir relativement proche. Lequel des trois sera-t-il sacri­fié ? Jusqu’à présent la minorité n’a pas voulu admettre l’idée d’une fusion des écoles exis­tantes. Pourtant un tel scénario serait réaliste du point de vue financier. Lorsqu’on regarde les statistiques des deux dernières années (2001-2002 et 2002-2003), on constate que les collé­giens inscrits en 2001-2002 au Zappeion sont recensés l’année d’après au Zografeion.

Tableau 3 : Les trois dernières années du primaire ( =collège) et le secondaire ( =lycée) en 2001-2002 et 2002-2003. Nombre d’élèves

École

Collège 2001-02

Collège 2002-03

Lycée 2001-02

Lycée 2002-03

Megali tou Genous Scholi

21

23

32

30

Zappeion

9

19

13

Zografeion

21

32

29

28

Total

51

55

80

71

Source : Archives de D. Frangopoulos.

43Ce transfert doit peut-être être compris comme une première étape du processus devant conduire à la fermeture d’un des deux établissements. À l’heure actuelle, il ne semble pas que les comités scolaires aient pris une décision. Mais quelle que soit la voie emprun­tée, il est évident que maintenir les choses en l’état coûte cher à la communauté qui doit assurer les salaires des personnels des deux écoles et les frais d’entretien des locaux. En cas de fermeture de l’une des écoles, c’est le bâti­ment désaffecté qui sera perdu. Aux termes de la législation sur les fondations pieuses, l’immeuble ne pourra être éventuellement réutilisé que s’il est à nouveau destiné, par la même communauté, à des activités éducatives.

44Dans la situation actuelle, le couperet ne peut tomber que sur les deux établissements de Beyoğlu ; la Megali tou Genous Scholi semble, pour le moment, à l’abri. Sur le plan psychologique, mais aussi du point de vue strictement politique, la fermeture de l’école du Phanar, en activité depuis 1454, constituerait un traumatisme particulièrement grave. Outre le moral des quelques centaines de familles Rum qui vivent encore à Istanbul, le prestige et l’autorité du Patriarcat risqueraient d’être sérieusement atteints. C’est la raison pour laquelle une telle éventualité ne peut guère être envisagée.

Dimitris Frangopoulos, pédagogue
À l’âge de soixante-quinze ans, Dimitris Frangopoulos, ancien directeur du Zografeion, est animé d’une flamme qui n’a guère faibli. À tu et à toi avec ses élèves d’antan, il connaît tout le monde. Tout le monde le connaît. Qui veut en savoir plus sur la communauté grecque d’Istanbul, son histoire, sa situation actuelle, passe obligatoirement par lui. Il répond à toutes les demandes avec la même sollicitude, heureux de pouvoir, ainsi, continuer à servir sa communauté. Installé devant ses deux ordina­teurs —qu’il a appris à maîtriser à une époque de sa vie où d’autres ne songent qu’à réviser leurs souvenirs—, il engrange les informations, prépare des conférences, répond à des appels téléphoniques, continue à se battre pour ce en quoi il croit passionnément : un avenir meilleur pour la romiosyni.
Né en 1928 à Büyükada (que les Grecs nomment Prinkipo), il a fait toutes ses classes primaires et secondaires à Istanbul, avant de se retrouver, en 1948, sur les bancs de l’Uni­versité d’Athènes. De retour en Turquie en 1954, il enseigne durant une année à la Megali tou Genous Scholi, puis, après un intervalle consacré à ses obligations militaires, occupe divers postes d’enseignement. Dès 1958, cependant, il est nommé directeur d’une des écoles les plus prestigieuses de la commu­nauté : le Zografeion. Il restera 35 ans à la tête de cet établissement, surmontant toutes les difficultés d’une période particulièrement riche en péripéties.
Le titre de « grand maître de la Nation » (archon didaskalos tou Genous) dont le Patriarcat l’a gratifié n’est pas, pour lui, un simple témoignage de reconnaissance pour services rendus. Prenant cette distinction à la lettre, il continue, aujourd’hui, à jouer un rôle de pédagogue et de guide, ne mâchant pas ses opinions, mais sachant les enrober d’humour et de bonhomie.

4.5. Écoles « inactives »

45La décision de fermer une école revient à la communauté. Pour franchir le pas, celle-ci préfère avoir l’approbation de l’autorité religieuse, c’est-à-dire du patriarche qui tranche en sa qualité d’archevêque de Constantinople. Du point de vue de l’État turc, aucune école grecque n’a été juridiquement fermée depuis 1974. Dans la pratique cependant, au cours des trente dernières années, près de dix établisse­ments ont cessé leur activité. Fermées de facto mais non de jure, ceux-ci ont le droit —du point de vue du ministère turc de l’Éducation nationale— de rouvrir leurs portes à tout moment.

46Jusque vers le milieu des années 1980, conformément à la loi 625/1965, lorsqu’une école n’avait aucun élève pendant deux années consécutives, elle était automatiquement fermée et ce à l’initiative de la communauté, contrainte d’en informer la direction de l’Éducation d’Istanbul. L’attitude de cette dernière sur ce dossier a changé à partir de 1984-1985. À cette date, le lycée de l’école théologique de Halki n’enregistre plus aucune inscription (il y en avait onze l’année précédente) et ses respon­sables cherchent à fermer l’établissement. Leur demande sera rejetée par les autorités. Cinq ans plus tard (1989-1990), la requête des éphores d’une petite école paroissiale de Beyoğlu connaîtra le même sort. Désormais, les écoles vides « ne sont pas fermées, mais ne fonction­nent pas non plus ». Outre le lycée de l’école théologique de Halki, entrent dans cette catégorie des écoles « inactives » —telle est l’expres­sion utilisée par la minorité, ce qui implique que ces écoles puissent être théoriquement « réactivées »—, deux lycées de filles, le Kentriko de Beyoğlu et le Ioakeimeio dépendant du Patriarcat qui ont cessé de fonctionner en 1998-1999 et 1988-1989 respectivement.

Tableau 4 : Les écoles « inactives » en 2003

Année de « mise en sommeil »

École

1984-85

Lycée de l’école théologique de Heybeli (Halki)

1986-87

École primaire de Tarabya (Therapeia)

1988-89

Ioakeimeion Ethnikon Parthenagogeion (lycée)

1989-90

École primaire d’Ayos-Konstantinos

École primaire de Galata (N.B. : seule une section de maternelle fonctionne encore avec, au cours de l’année 2002-2003, 9 enfants, tous arabophones)

1995-96

Section primaire du Kentrikon Parthenagogeion

1998-99

Section lycée du Kentrikon Parthenagogeion

2002-03

École primaire de Feriköy

Source : Archives de D. Frangopoulos.

47Ne considérant pas qu’elles sont fermées, l’État y détache toujours un sous-directeur dont la mission est d’accueillir les élèves si ceux-ci se présentent. Ce fonctionnaire turc étant à son poste, les autorités estiment que les établisse­ments concernés sont toujours en activité. De fait, l’Institut national des statistiques —dont les données sont consultables sur la Toile— comptabilise ces écoles parmi celles apparais­sant comme actives. Il va sans dire qu’il appar­tient aux autorités scolaires d’assurer des con­ditions de travail décentes à ces fonctionnaires, en maintenant notamment l’alimentation en électricité, eau et chauffage des locaux qui leur sont affectés.

48À l’heure actuelle, huit établissements sco­laires sont ainsi fermés sans l’être. Cependant, il apparaît peu probable qu’ils puissent un jour fonctionner à nouveau normalement. Pourtant, depuis quelques années la minorité compte parmi ses membres des nouveaux venus qui contribuent à la stabilisation des effectifs sco­laires. Il s’agit de chrétiens de rite grec ortho­doxe originaires de la région d’Antioche (Hatay) dont l’exode vers Istanbul, déjà notable dans les années 1980, s’est intensifié au cours de la dernière décennie. Du sang neuf pour la communauté ? À cela près que ces Rum ortodoks venus de loin sont arabophones et ne connais­sent pas un mot de grec. La présence de leurs enfants dans les écoles donne certes du corps aux statistiques, mais pose par ailleurs de tels problèmes, liés pour l’essentiel à l’ignorance du grec, que bon nombre de parents préfèrent se tourner vers les écoles turques ou étrangères.

Les directeurs adjoints turcs des écoles minoritaires

49Instituée en 1962 (décret n° 1208 du 18.06.1962), la fonction de directeur adjoint répond à la volonté de la direction de l’Éduca­tion d’İstanbul (İstanbul Millî Eğitim Müdür­lüğü) d’exercer un contrôle permanent sur les écoles minoritaires régies par le Traité de Lausanne. À l’origine, ces directeurs adjoints, citoyens turcs de religion musulmane, n’avaient pour fonction que de surveiller le personnel enseignant musulman affecté à ces établisse­ments. Mais, très vite, ils avaient vu leur champ de compétences s’élargir au détriment des pouvoirs exercés jusque-là par les seuls directeurs minoritaires. La chronologie ci-dessous permet de suivre l’évolution du processus de mainmise.

  • 1964 désormais, le directeur et les directeurs adjoints rédigent et signent ensemble la feuille de notation des enseignants musulmans. Avant cette date, seul le directeur grec signait ces docu­ments.

  • 1967 à compter de novembre 1967, le directeur est obligatoirement représenté, en cas d’absence, par le directeur adjoint, alors qu’auparavant il avait la faculté de se faire remplacer par un agent de son choix.

  • 1970 toute la correspondance administrative des écoles doit désormais être soumise à la signature du directeur adjoint.

  • 1977 à partir de cette date, seuls les direc­teurs adjoints ont compétence pour évaluer le personnel turc (musulman) et remplir les feuilles de notation.

  • 1987 aux termes de la loi 6581/1987, les directeurs adjoints sont désormais responsables du fonctionnement de l’établissement au même titre que le directeur. Ils deviennent donc codirecteurs.

  • 1990 les directeurs adjoints cosignent désor­mais les budgets des écoles.

Notes

10 Appartiennent à cette catégorie les hôpitaux, les orphelinats, les écoles du Patriarcat (Megali Scholi pour les garçons et Ioakeimeio pour les filles) ainsi que le Zappeion.

11 Dans ce même bâtiment fonctionnait précédemment l’École germano-helvétique. Celui-ci a été acheté par la communauté grecque orthodoxe de Stavrodromi (Péra, Beyoğlu) en mai 1909. L’École des Langues et du Commerce a fonctionné entre septembre 1909 et mai 1925.

12 400 à 500 pour la Megali tou Genous Scholi ; 700 à 750 pour le Zografeion et autant pour le Zappeion.

13 En 1991-1992, une école primaire avait été ouverte au sein du Consulat de Grèce pour les besoins de ses agents. Cet établissement a fonctionné jusqu’à la fin de l’année scolaire 1997-1998.

Table des illustrations

Titre Figure 2 : Phanar. La « Grande école de la Nation »
Crédits Alexis Petridis
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/668/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Titre Figure 3 : Entrée du Zografeion
Crédits Alexis Petridis
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/668/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Figure 4 : Vue latérale du Zappeion
Crédits Alexis Petridis
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/668/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 56k

© Institut français d’études anatoliennes, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search