Version classiqueVersion mobile

Une mémoire pour la Ville

 | 
Paul Dumont
, 
Méropi Anastassiadou

3. Ceux qui sont restés

Texte intégral

1S’il est facile d’expliquer le départ d’Istanbul de dizaines de milliers de familles grecques, il apparaît plus malaisé de comprendre —abstrac­tion faite de l’euphorie actuelle de quelques optimistes— pourquoi d’autres sont restées.

2Schématiquement, lorsqu’ils donnent les raisons pour lesquelles ils sont toujours là, la plupart des Grecs d’Istanbul évoquent soit la réussite économique soit, au contraire, une situation très modeste. Dans les moments de crise, des familles fortunées sont restées pour prendre soin de leur patrimoine (notamment immobilier). À l’autre extrémité, il y avait ceux qui n’avaient guère les moyens de financer le départ et l’installation en Grèce.

3À l’heure actuelle, quelques membres de la minorité dans la force de l’âge sont suffisam­ment prospères pour ne pas être tentés par l’aventure de l’inconnu. Les hommes d’affaires grecs —une cinquantaine d’individus— qui vivent toujours à Istanbul paraissent pleine­ment satisfaits de leur sort. Leurs entreprises sont florissantes et ils se signalent eux-mêmes par une activité débordante. Pareillement, les quelques médecins et universitaires que compte la communauté sont engagés, en Turquie, dans des carrières comparables à celles qu’ils auraient pu avoir dans d’autres pays. L’image d’ensem­ble est cependant plutôt sombre : la pauvreté, l’absence de soins médicaux, la vieillesse occupent le premier plan du tableau.

  • 9 C’est par ce terme que l’on désigne, en grec, l’ensemble des Rum.

4Enfin, il existe aussi quelques individus qui restent sur la terre de leurs pères par convic­tion. En rappelant que les Grecs sont présents sur les rives du Bosphore depuis près de deux millénaires, ceux-ci déclarent ne pas avoir « déserté » par fidélité envers leur « conscience historique ». Ils ajoutent qu’ils sont en Turquie « chez eux », même s’il arrive à l’homme de la rue de les désigner comme des yabancı (étrangers). Ces gardiens bénévoles de l’héritage culturel de l’orthodoxie grecque sont des enseignants, des journalistes, des intellectuels. Ils représentent une partie limitée de la minorité : une petite centaine d’individus tout au plus. Mais ils exercent de toute évidence une influence considérable sur leurs coreligion­naires, même si ceux-ci, en dernière analyse, ont été nombreux à trahir la cause de la romiosyni9.

5Quelle que soit la raison pour laquelle ils se trouvent encore, en ce début du XXIe siècle, en Turquie, les Grecs d’Istanbul semblent avoir — enfin !— tiré les enseignements de l’histoire. Dès qu’ils en ont la possibilité, ils veillent à s’assurer une issue de secours à utiliser en cas de problème. Certains possèdent des biens immobiliers en Grèce ; nombreux sont ceux qui détiennent des comptes bancaires dans les établissements athéniens. Ainsi, à tout moment, un départ, même précipité, apparaît possible. La libéralisation de la politique monétaire turque aidant, jamais les rapports avec la Grèce n’ont été aussi étroits, ni aussi variés. Psycholo­giquement, l’existence de telles réserves de sécurité représente un atout certain dans l’éventualité de quelque nouvelle crise. Mais dans le même temps, cette porte à moitié ouverte vers la Grèce contribue à fragiliser la communauté, dans la mesure où il est désor­mais plus facile d’envisager de partir.

6Toutefois, un tel départ semble d’autant plus hypothétique qu’une bonne partie des Grecs qui vivent encore à Istanbul sont très âgés. Ces vieillards, qui ont fait l’objet de nombreux reportages (films, albums de pho­tographies, livres), constituent une éloquente métaphore de la situation actuelle telle qu’elle est vue de l’extérieur : une communauté agonisante, promise à l’extinction. Reste à dire que les images des visages creusés et ridés, au regard vide, donnent une idée partielle —et partiale— de la minorité. Dans l’Istanbul d’aujourd’hui, cantonnée dans l’asile de Balıklı, la vieillesse n’est guère visible. Lors des nombreuses manifestations qui rythment la vie sociale —fêtes religieuses, conférences, vernissages d’exposition, ventes caritatives...—, la communauté donne plutôt l’impression —trompeuse— d’un corps dans la force de l’âge.

7Peu nombreux, des hommes et des femmes jeunes et dynamiques existent. La plupart tra­vaillent dans le secteur privé, mais le Patriarcat, les institutions communautaires (églises, écoles, fondations philanthropiques) et —plus rarement— les instances consulaires grecques proposent également des emplois. L’université est le seul organisme public de l’État turc où des postes sont occupés par des Grecs. Au total, on y recense cinq citoyens de confession grecque orthodoxe, tous spécialisés en sciences dites exactes (physique, génie, mathématiques, médecine légiste) à l’exception d’une philo­sophe. Un chiffre bien dérisoire, surtout si l’on tient compte de l’extraordinaire prolifération d’établissements d’enseignement supérieur qu’a connue Istanbul au cours de la dernière décennie.

8Dans le monde des affaires, il y aurait une cinquantaine d’entreprises au sein desquelles des Grecs figurent parmi les patrons. Pour la plupart d’entre elles, elles font de l’import-export ou s’occupent de transport (maritime aussi bien que routier). On recense aussi quel­ques agences de voyage, des commerces de produits alimentaires, des ateliers de couture. Certaines de ces entreprises sont de création récente. Elles ont été fondées dans les années 1990, à une époque où l’économie turque, dopée par une conjoncture internationale favorable, se signalait par un dynamisme euphorique. D’autres ont une longue histoire derrière elles et constituent des véritables insti­tutions. Parmi les cas les plus représentatifs : la maison Sabuncakis, fleuristes à Istanbul depuis 1874.

Les Sabuncakis, fleuristes depuis 1874
Fabricant de savon originaire de Crète, Stavros Sabuncakis s’installe au début du XIXe siècle à Mytilène (Lesvos), grand centre de pro­duction d’huile d’olive. Il prend femme sur place. Deux enfants naissent de ce mariage, un garçon et une fille. Le premier, Eustratios, émigre à Istanbul à l’âge de onze ans pour travailler. En 1874, il parvient à s’établir comme fleuriste au 366 de la Grande Rue de Péra, au cœur de la ville européenne, et s’assure en peu de temps, sous l’enseigne « Sabuncakis », la clientèle du Palais impérial.
Eustratios épousera Virginia Hrysostomou, issue d’une famille propriétaire de grands ter­rains à Kandilli, sur la rive asiatique du Bosphore. Le couple aura onze enfants dont trois vont mourir jeunes. En 1923, après la défaite de l’armée hellénique en Anatolie et la création de la République de Turquie, il ne reste à Istanbul que deux de ses fils, Yorgos et Konstantinos. La plupart des autres membres de la famille —Eustratios y compris— sont allés s’installer à Salonique.
Yorgos et Konstantinos vont assurer la con­tinuité de la maison « Sabuncakis ». En 1923, tous les ministères et services administratifs d’Ankara, la nouvelle capitale de la Turquie, s’adressent, pour leurs besoins, à la maison Sabuncakis d’Istanbul qui achemine les fleurs par train de nuit. La demande est si importante que l’ouverture d’une agence ankariote devient indispensable. Selon la légende, ce serait Mustafa Kemal en personne qui aurait donné les instructions nécessaires pour que Sabuncakis choisisse librement le lieu de son installation sur la place Ulus, à quelques pas de l’Assemblée nationale. La maison Sabuncakis ne vend pas seulement des fleurs aux ministres et aux députés ; elle contribue également à l’aménagement floral des parcs publics de la nouvelle capitale.
Avec les moyens de transport de l’époque, vivre ainsi entre deux villes constituait une véritable épreuve. Yorgos et Konstantinos pas­saient chacun à tour de rôle deux mois à Istanbul et deux à Ankara. Konstantinos se retirera au début des années 1930. Pour tenir, Yorgos devra s’associer avec des fleuristes du crû. Pendant plusieurs décennies, il sera le seul Grec orthodoxe d’Istanbul à avoir des activités commerciales en Anatolie.

Aujourd’hui, le fils de Yorgos, Stratos Sabuncakis, poursuit la tradition familiale. Le bilan de trois générations de fleuristes est subs­tantiel : quatre boutiques à Istanbul, deux à Ankara, une grande entreprise de floriculture à Antalya. Stratos Sabuncakis est aussi le fonda­teur et le président d’honneur d’Interflora-Turquie.
Source : Stefanos Dekavallas, “Louloudia o kipos eplimmyrise. I thetiki parousia mias kritikis oikogeneias stin Konstantinoupoli ta teleutaia 150 hronia” (Un jardin inondé de fleurs. La présence d’une famille crétoise à Istanbul au cours des 150 dernières années), Eptalofos, septembre, octobre, novembre 1999 (en trois parties).

9Au sein des professions libérales, la présence Rum ortodoks est assez réduite. Le barreau stambouliote ne compte plus que deux avocats d’origine grecque. Dans le corps médical, il existe encore quelques praticiens (une petite dizaine), pour la plupart rattachés à l’hôpital grec de Balıklı.

10Depuis quelques années, on assiste à la résurgence d’une ancienne spécialité grecque : le métier de musicien. Il s’agit essentiellement de chanteurs —quatre à cinq personnes au total— qui se produisent dans des restaurants et des hôtels du centre-ville avec un répertoire populaire. Les airs de rébétiko, genre musical né en Asie mineure au début du XXe siècle, connaissent un grand succès auprès du public stambouliote.

11Parvenus à l’âge de la retraite, les membres de la minorité ne manquent pas de faire valoir leurs droits, tels qu’ils sont prévus par la législation turque. Par ailleurs, presque tous ceux qui ont plus de 65 ans bénéficient d’une aide financière de la Sécurité sociale de l’État grec (Idryma Koinonikon Asfaliseon, IKA) ou, à défaut, des autorités consulaires de Grèce.

12Ont le droit de recevoir l’aide de l’IKA tous ceux qui peuvent faire la preuve qu’ils ont travaillé en Turquie dans le secteur privé. Il leur suffit de présenter une attestation signée par un employeur. Il peut arriver qu’il s’agisse de certificats de complaisance, l’activité profes­sionnelle qui y est mentionnée n’ayant jamais été exercée. Les autorités grecques connaissent le phénomène, mais ferment les yeux. L’aide de l’IKA se monte à environ 600 euros par trimestre et par personne. Votée en 1992, la loi (n° 2079/1992) prévoyant cette mesure a été mise en application deux ans plus tard. Au total, plus de 1000 personnes en ont bénéficié. 600 d’entre elles sont aujourd’hui décédées. Ceux qui ne parviennent pas à fournir le certi­ficat requis reçoivent du Consulat une aide symbolique —50 000 000 livres turques par trimestre, soit environ 28 euros.

13À en juger d’après les queues qui se forment devant le Consulat le jour du paiement, l’aide de l’IKA a un réel succès dans le petit monde de la minorité. Les mauvaises langues racontent qu’elle a même su intéresser plusieurs brebis égarées qui avaient quitté le bercail orthodoxe pour épouser un « allogène ». Lorsque cette mesure est entrée en vigueur, de nombreuses femmes mariées avec des Turcs se sont présen­tées pour réclamer leur dû. Les agents consu­laires crient au scandale : après avoir coupé les ponts avec leur communauté d’origine, celles-ci ont, pendant des décennies, ignoré et l’Église et la Grèce ; elles ont des enfants qui portent des noms turcs ; elles n’ont même pas fait de mariage religieux, mais osent aujourd’hui se rappeler de leur grécité, alléchées par l’argent.

14Le soutien ainsi fourni par l’IKA a donné lieu à des divergences d’appréciation entre les représentants du Consulat et ceux du Patriar­cat. Les premiers ne veulent pas entendre parler de versements à des personnes ayant fait un « mariage mixte ». Les seconds se battent pour que, « Despoina, malgré son mariage avec Hasan », puisse aussi se faire inscrire sur les listes du consulat. Le débat n’a rien de singulier. Pour l’État grec, il s’agit de faire un geste à l’égard de la communauté, afin de témoigner ainsi de la bienveillance de la mère-patrie envers ses enfants, ceux-ci ne pouvant être que grécophones et orthodoxes. La réticence dont il fait preuve à l’encontre des couples mixtes tient au fait que l’homogénéité identitaire, notam­ment religieuse, représente à ses yeux un des principaux piliers de son existence. En revanche, il apparaît normal que le Patriarcat, institution religieuse, se préoccupe du sort de ses ouailles, même lorsque celles-ci ont dévié du droit chemin. Au reste, l’orthodoxie stambouliote est réduite à si peu de chose que l’autorité ecclésiastique est bien obligée de considérer comme siens même ceux qui en épousant des musulmans ont partiellement renié leur identité.

Figure 1 : Façade du Consulat général de Grèce à Istanbul

Figure 1 : Façade du Consulat général de Grèce à Istanbul

Alexis Petridis

15Veiller à assurer une fin de vie décente à ses ressortissants est un des devoirs de tout État moderne. Même si les septuagénaires d’Istanbul n’ont pas la citoyenneté hellénique, ils partagent avec les Grecs de Grèce le même héritage cul­turel. C’est en partant de ce constat qu’Athènes les fait bénéficier de ces largesses. Les autorités turques approuvent tacitement, parce qu’elles peuvent ainsi —principe de réciprocité oblige !— intervenir de leur côté en faveur des musulmans de Thrace occidentale, citoyens grecs, dont elles ont la tutelle.

16Cela dit, force est de remarquer que l’aide fournie représente une demi-mesure et ne permet pas d’atteindre l’objectif affiché, c’est-à- dire la survie de la minorité grecque d’Istanbul. Le nombre des individus secourus par l’IKA ou le Consulat de Grèce diminue tous les ans. « Même les vieux se font rares ». D’aucuns auraient aimé que cette politique en faveur des personnes âgées soit complétée d’un dispositif visant à maintenir en Turquie les jeunes qui démarrent dans la vie active. Mais il ne semble pas que les autorités helléniques soient prêtes, à court terme, à aller jusque-là. Aux yeux de certains membres de la communauté, c’est le signe que la Grèce ne croit plus à la présence grecque à Istanbul. Ceux qui, de la sorte, jugent insuffisants les efforts déployés par l’État grec sont cependant bien obligés de reconnaître qu’il est au moins un domaine où l’intervention d’Athènes se signale par une grande visibilité : celui de l’enseignement.

Notes

9 C’est par ce terme que l’on désigne, en grec, l’ensemble des Rum.

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Façade du Consulat général de Grèce à Istanbul
Crédits Alexis Petridis
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/667/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 59k

© Institut français d’études anatoliennes, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search