Version classiqueVersion mobile

Une mémoire pour la Ville

 | 
Paul Dumont
, 
Méropi Anastassiadou

Avant-propos

Note de l’auteur

À l’exception de celle du Patriarche œcuménique Bartholomaios Ier (fig. 5, cliché Nik. Magginas), toutes les photographies figurant dans ce dossier ont été réalisées par Alexis Petridis, photographe à Istanbul.

Texte intégral

Ce travail doit beaucoup à Dimitris Frangopoulos qui n’a ménagé ni son temps, ni sa patience pour que nos questions ne restent pas sans réponse.
Qu’il veuille bien accepter ici nos remerciements les plus spontanés.

  • 1 Cette étude ne porte que sur la communauté grecque orthodoxe d’Istanbul. À côté de celle-ci, se lai (...)

1La présence grecque orthodoxe1 à Istanbul date de plusieurs siècles et est intimement liée au parcours historique de la cité. À l’aube du XXIe siècle, elle est réduite à une poignée d’indi­vidus, pour la plupart assez âgés. Son impor­tance pour la formation du sentiment identi­taire des Grecs de par le monde mais aussi pour les natifs d’Istanbul n’est pas à démontrer : berceau de l’hellénisme et de l’orthodoxie pour les uns, communauté phare pour les autres, elle représente, aux yeux de beaucoup, le noyau dur de la grécité.

  • 2 Ce pourcentage était de 52,91 % en 1950. Voir : Kal’a et Murat, 1997, 121.

2Dans l’Istanbul des années 2000, une grande partie de la population vient d’ailleurs : d’après le recensement de 1990, seulement 37,27 % des individus recensés dans l’agglomération y sont nés2. Pour les millions de citadins issus de l’immigration, cette présence grecque ne signifie rien. Aux yeux de l’homme de la rue, les non-musulmans sont souvent assimilés aux « étrangers » et considérés comme des éléments extérieurs à la société turque.

3Les pratiques administratives locales aident à cette façon de voir. De fait, dans certaines circonscriptions, Grecs et autres minoritaires ont été enregistrés pendant longtemps par les services de l’état civil dans des registres spéciaux dits « registres des étrangers » et, lorsque tel n’était pas le cas, il arrivait encore que la mention « étranger » figurât à côté de leur nom dans des documents administratifs (Çetin, 2002). Héritée de l’Empire ottoman, la distinction que l’on fait en Turquie entre « citoyenneté » et « nationalité » —ce dernier terme renvoyant, selon l’usage, à l’ethnie et à la religion— contribue également à faire des Grecs des étrangers, puisqu’ils peuvent avoir la citoyenneté turque, tout en appartenant à une autre « nation ».

4Pouvant ainsi être considérés comme étrangers dans leur propre ville, les Grecs ont pourtant profondément marqué le paysage urbain : lieux de culte, écoles, hôpitaux, cafés, hôtels, orphelinats, sans compter les centaines d’immeubles de styles architecturaux variés hérités du XIXe siècle.

5Même si les nouveaux occupants de la ville n’ont souvent aucune idée de l’histoire de ces édifices, ceux-ci continuent, dans l’anonymat où ils ont été relégués, d’imprimer leur marque à l’identité de la cité. C’est probablement la raison pour laquelle les instances municipales et des nombreuses organisations de la société civile s’emploient aujourd’hui à jeter les bases d’une réappropriation de ce passé grec oublié.

6L’heure n’est plus au démantèlement de la mémoire plurielle de la ville. Bien au contraire, les élites locales estiment qu’il importe, pour la survie même de la culture urbaine, de récon­cilier Istanbul avec son histoire.

7Dans ce contexte, la communauté grecque, composante notable de la population stambouliote au cours des siècles précédents, suscite un intérêt nouveau, ne serait-ce que parce qu’elle est porteuse du patrimoine mémoriel de la cité.

8Les pages qui suivent proposent une description de cette communauté telle qu’elle se présente en cette année 2003. Un état des lieux partiel : ont été privilégiés les aspects institutionnels et éducatifs, les événements politiques auxquels la minorité doit son profil actuel n’ayant été abordés que de manière succincte.

9La bibliographie consacrée aux Grecs d’Istan­bul est considérable, sans commune mesure avec la maigre sélection qui figure à la fin de cette étude. De même, un grand nombre de sites internet proposent des informations, ténues ou substantielles, sur divers volets de la vie de la communauté. Toutefois, l’objectif de ce travail était de donner la parole, autant que faire se peut, aux intéressés eux-mêmes. L’accent a donc porté sur les entretiens oraux. Que soient ici chaleureusement remerciés tous ceux qui pendant de nombreuses heures ont bien voulu se prêter à l’exercice de la conversation à bâtons rompus. Les liens d’amitié autorisent la confi­dence. D’où le choix délibéré, ici, de ne citer aucun nom. Le travail s’appuie aussi sur une certaine participation à la vie communautaire : fêtes religieuses, réceptions patriarcales, mani­festations culturelles, représentations théâtrales des écoles, tombolas de charité... Fondées sur le partage de tels moments, les pages qu’on va lire comportent forcément une dose de subjectivité.

Notes

1 Cette étude ne porte que sur la communauté grecque orthodoxe d’Istanbul. À côté de celle-ci, se laissent égale­ment identifier une petite communauté turque orthodoxe, formée pour l’essentiel de Karamanlı (cf. l’encadré inti­tulé « L’église turque orthodoxe de Papa Eftym »), et un groupe, encore plus restreint, de Grecs catholiques (cf. encadré).

2 Ce pourcentage était de 52,91 % en 1950. Voir : Kal’a et Murat, 1997, 121.

© Institut français d’études anatoliennes, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search