Version classiqueVersion mobile

Les élections du 3 novembre 2002

 | 
Élise Massicard

A. Chronique d’un raz-de-marée annoncé

Texte intégral

1. Les données de base : retour sur le système électoral en Turquie

a. Le système électoral

  • 1 Différentes formules ont été expérimentées, du scrutin majoritaire dans les années 1950 à différent (...)
  • 2 Pour une présentation concise et claire des systèmes électoraux et de leurs effets sur la représent (...)
  • 3 Pour un bon aperçu des systèmes électoraux qu’a connus la Turquie, on consultera avec profit E. Tun (...)
  • 4 Les sigles des partis sont explicités à la fin du texte.

1Quel est le système électoral en Turquie ? Notons tout d’abord que celui-ci change assez fréquemment (voir tableau n° 5), raison pour laquelle il convient d’être extrêmement prudent lorsqu’on compare les résultats électoraux d’un suffrage à l’autre1. Actuellement, il s’agit d’un scrutin de liste proportionnel à un tour. La répartition des sièges est ensuite calculée selon le « système d’Hondt », qui consiste à diviser successivement le nombre de voix obtenues par chaque liste dans chaque circonscription par une suite de nombres, méthode favorable aux grands partis2. En outre, le principe proportion­nel est atténué par le seuil de 10 % des suffrages exprimés au niveau national, en-dessous duquel un parti n’obtient pas de représentation. Ce barrage a été instauré en 1983, lors des premières élections suivant le régime militaire (1980-1983). Il était destiné à limiter, dans le sens de la stabi­lité, la représentation diversifiée que permettait la proportionnelle, et dont on considérait qu’elle avait conduit à l’ingouvernabilité du pays à la fin de la décennie 1970. Il s’agissait donc de rassembler et de recentrer les partis, afin de produire un système bipartite sur le modèle américain. Ce barrage se doublait à l’origine d’un barrage au niveau de chaque département, constitué par le nombre d’électeurs divisé par le nombre de sièges à pourvoir dans chaque circonscription. Ce barrage départemental a été levé pour les élections de 19953. Le barrage national reste également très discuté, mais beaucoup refusent de l’abaisser de peur que les partis pro-kurdes comme le HADEP4 n’entrent au Parlement. Ce système électoral empêche la représentation des partis qui n’obtiennent pas 10 % au niveau national.

b. L’enjeu des circonscriptions

  • 5 Pour les circonscriptions, nous nous référons à la terminologie de M. Bazin, “Les disparités région (...)

2Le scrutin met en jeu des mandats obtenus dans des unités multiples, les circonscriptions électorales, qui recoupent les il, ou départe­ments5. C’est dans ce cadre que sont distribués les sièges et comptabilisées les voix. D’où l’enjeu central de ces circonscriptions et de leur éventuel remodelage. Les partis au pouvoir ne se sont pas privés de manœuvres déloyales, bien que légales. Ils ont notamment créé de nouveaux départements, comme ceux de Karabük, Kilis ou Yalova lors des élections législatives de 1995 ; ou celui de Düzce après le tremblement de terre de 1999, qui se voit attribuer trois sièges, alors que Bolu, le département dont il est détaché, n’en détient plus que deux.

  • 6 “Türkiye Şehirli Oluyor”, Radikal, 27 août 2002, p. 4.
  • 7 “43 Milyon Seçmen Var”, Radikal, 27 août 2002, p. 4.

3À chaque nouvelle élection, la répartition des sièges par département est de nouveau compta­bilisée par rapport aux données démographiques les plus récentes. Les résultats du recensement d’octobre 2000 ont été publiés juste à temps pour pouvoir reconsidérer la répartition des sièges par département pour les élections de novembre 20026. En règle générale, les départements ayant enregistré une croissance de la population se voient attribuer des sièges supplémentaires. Avec quelques irrégularités cependant : ainsi, le département de Diyarbakır perd un siège par rapport à 1999, alors que sa population a enre­gistré une hausse importante7.

4Malgré ces réajustements, la répartition des sièges par il n’est pas proportionnelle : une voix vaut plus dans les petites circonscriptions que dans les grandes. Le département bénéficiant du plus de sièges - 70 - est Istanbul. Mais c’est là aussi où le siège est le plus cher en termes de voix, puisqu’il correspond à 143 124 électeurs ; Alors même qu’à Tunceli, département qui n’a que deux sièges au parlement - soit le mini­mum - un siège correspond à 46 792 voix, soit trois fois moins. Chacune est donc d’autant plus précieuse... De même, dans 23 départements, un siège représente moins de 100 000 voix. On peut donc globalement affirmer que les zones rurales sont surreprésentées par rapport aux zones urbaines et très peuplées.

c. L’enjeu des inscriptions

5Parallèlement à l’enjeu des circonscriptions existe celui de l’inscription des électeurs. Enjeu, car cette démarche n’est nullement automatique et reste hautement problématique. Ainsi, les primo-votants - environ 4,3 millions de person­nes selon les résultats du recensement de 2000 - doivent s’inscrire sur les listes pour participer au suffrage de 2002. S’y ajoutent ceux qui n’avaient pas voté lors des élections de 1999, qui ont été rayés des listes. En effet, les listes électorales sont élaborées à partir du recense­ment de 1997 - lui-même invalidé pour irrégularités - et des listes électorales des élections municipales de 1999. Or, de nombreux citoyens pensent que ces listes sont élaborées à partir du dernier recensement, celui de 2000, et ne prennent pas la peine de vérifier ; certains, se croyant inscrits, attendent que leur carte d’électeur arrive par la poste. Le YSK - comité supérieur des élec­tions, fondée en 1950 pour contrôler le processus électoral - n’a pas informé les électeurs à ce sujet : ce sont donc les médias qui se font le relais de ces informations, ainsi que des anonymes faisant preuve d’esprit civique.

  • 8 “Seçmen Listeleri 5 Gün Sonra Askıdan İndiriliyor”, Hürriyet, 22 août 2002, p. 8.
  • 9 Voir par exemple S. ŞONER, “Seçmen Olabilmek”, Cumhuriyet, 29 août 2002, p. 13.
  • 10 “Demokrasi Suçu işleniyor”, Cumhuriyet, 5 septembre 2002.
  • 11 Le fait que ces muhtar soient pour la plupart kurdes, et dans des zones d’influence du HADEP, est i (...)

6Or, cette opération est loin d’être simple. Les dépositaires des listes électorales sont les muhtar (maire de quartier ou de village). Ils doivent donc veiller à leur vérification sur la base du lieu d’habitation - ceci alors que la société turque connaît une mobilité d’habitat relativement importante. Ce sont ainsi les muhtar8 qui pren­nent en charge l’inscription des électeurs sur les listes. Beaucoup de critiques sont émises au sujet de la responsabilisation des muhtar et de la lourdeur des démarches à accomplir pour être électeur9. On note d’ailleurs quelques irrégularités dans ce processus d’inscription sur les listes10. À Mersin, où la migration kurde est très forte, le gouverneur relève de leurs fonctions 27 muhtar pour irrégularités supposées dans l’enregistrement des électeurs11.

  • 12 Observation au bureau du DEHAP de Gazi, 30 octobre 2002.
  • 13 “68 Kifliyi Kütüğe Kaydettirdi”, Cumhuriyet, 30 septembre 2002, p. 4.

7Mais ce sont également certains partis - ceux qui estiment avoir quelque chose à y gagner - qui prennent le relais pour inscrire les électeurs : des partis comme l’AKP, le SP (2) ou le HADEP redoublent de zèle pour traquer l’électeur non- inscrit12. Ainsi, à Diyarbakır, le HADEP déclare avoir chargé environ 5000 personnes de rendre visite à toute la population - urbaine ou rurale - pour repérer les non-inscrits, les emmener chez le muhtar et procéder à leur inscription auprès des autorités compétentes. Le parti aurait ainsi établi le contact avec environ 350 000 électeurs, en aurait recensé 80 000 non-inscrits- la plupart des primo-votants ou des migrants récents en ville -, et serait parvenu à en faire inscrire 68 000 - dont il espère que 95 % voteront pour lui13.

  • 14 Environ 5000 cartes d’électeurs ont été envoyés à des victimes du tremblement de terre de 1999 à Sa (...)
  • 15 “Haydi Sandık Başına”, Radikal, 1 novembre 2002, p. 7.

8Après les inscriptions, de nombreuses irrégu­larités dans la distribution des cartes d’électeur font également scandale14. Le YSK estime ainsi que dans 26 départements, 127 000 électeurs sont enregistrés en double, ce qui le pousse, deux jours avant le scrutin, à modifier les règles d’acquisi­tion de la carte d’électeur et les possibilités de voter pour les personnes qui, le jour du scrutin, se trouvent loin du lieu où elles sont inscrites15. Ainsi, pour la première fois, le YSK prend en compte la mobilité de la population, en permet­tant à ceux qui se trouvent éloignés de leur lieu de résidence habituelle le jour des élections de participer au scrutin.

  • 16 Aéroports d’Istanbul, d’Ankara, d’İzmir, d’Antalya et d’Adana ; poste frontière terrestre à la fron (...)
  • 17 Il convient cependant de noter que le vote aux frontières ne représente qu’une infime partie de l’é (...)
  • 18 Loi n° 4121 du 23 juillet 1995, qui modifie l’article 67 de la Constitution de 1982.
  • 19 “Gurbetçi Oy Kullanmak İstiyor”, Radikal, 23 août 2002, p. 4.

9C’est le cas aussi pour tous les citoyens en possession d’un passeport turc qui entrent ou sortent du territoire : ils peuvent voter à six postes frontières16, et ce durant le mois qui précède le scrutin, 24 heures sur 24 et sept jours sur sept. Cette possibilité de vote aux élections législatives aux postes frontières pour les citoyens non-résidents a été aménagée par modification de la loi électorale en 198717. En 1995 a en outre été aménagée, par amendement constitutionnel18, la possibilité de voter dans les consulats pour les Turcs domiciliés à l’étranger. Mais les lois d’application n’ayant jamais été votées, cette possibilité est jusqu’à présent restée lettre morte... Ce que regrettent de nombreux migrants de Turquie en Allemagne, qui constitueraient environ 5,2 % de l’électorat19. Bref, déterminer les circonscriptions électorales et inscrire les électeurs constituent déjà la première étape de la compétition électorale.

2. Les élections auront-elles lieu... et comment ?

a. La genèse des élections

  • 20 T. Köse, “MHP Erken Seçim Kılıcını Çekti”, Cumhuriyet, 12 octobre 2002, p. 6.

10Les élections de 2002 furent anticipées ; elles étaient prévues pour le printemps 2004. C’est la maladie du premier ministre Bülent Ecevit, début mai 2002, qui précipite leur tenue, en raison de la désagrégation interne du premier parti de la coalition, le DSP. La maladie d’Ecevit se prolongeant, les voix se multiplient qui plaident pour sa démission, même à l’in­térieur du parti. C’est d’abord Kemal Derviş, ministre d’État à l’économie, qui, début juillet, insinue que des élections anticipées seraient bienvenues pour rétablir la stabilité. Devlet Bahçeli, dirigeant du MHP, second parti de la coalition, redoute l’existence de scénarios écartant son parti d’une future coalition en raison de son opposition aux lois adoptées dans la perspective d’une intégration à l’UE. Il en appelle alors ouvertement à des élections anticipées20. L’ANAP, troisième parti de la coalition, soutient également cette position, avec l’espoir de former une coalition pro­européenne avec un DSP renouvelé. Le premier ministre se voit donc obligé de provoquer des élections anticipées.

  • 21 İstemihan Talay, ministre de la culture ; ainsi que Recep Önal et Mustafa Yılmaz, ministres d’État.
  • 22 Le 8 juillet, on ne compte plus que 106 députés du DSP (alors qu’il y en avait 136 au début de la l (...)

11Pensant que l’aile droite du DSP, dirigée par Hüsamettin Özkan, vice-premier ministre, fomentait un complot contre lui, Ecevit le pousse à démissionner. Ensuite, trois ministres21 ainsi que dix-huit députés démissionnent du DSP début juillet ; ils furent bientôt une soixantaine de députés, mais aussi des maires - comme celui d’İzmir -, à se distancer du parti. Ils entendaient profiter de l’affaiblissement du leader pour prendre les commandes et mener un renouveau politique. Dès lors, l’avenir du gouvernement n’était plus assuré. Début juillet déjà, le DSP n’est plus le premier parti représenté à l’assem­blée22. Bülent Ecevit refuse d’abandonner la présidence du parti avant les élections, mais annonce sa retraite pour le congrès succédant au suffrage.

12Début août, au moment même où sont votées les lois d’harmonisation au corpus juridique européen, a lieu le vote au parlement : la grande majorité des députés (449 voix contre 62) se prononce pour des élections anticipées dont la date est fixée au 3 novembre. Le seul parti repré­senté à y être opposé est le DSP.

13Ainsi, ces élections anticipées semblent être nées d’un contexte de crise très particulier. Il convient à cet égard de rappeler que les élec­tions anticipées sont la règle en Turquie : des quinze élections législatives effectuées depuis le passage au système multipartite en 1950, dix furent anticipées. Plus même : les élections législatives n’ont jamais été tenues à la date prévue depuis 1980. Dans son article 77, la Constitution de 1982 a pourtant porté la durée de législature de quatre - comme c’était la règle depuis la période ottomane - à cinq ans. Mais, depuis, aucune des législatures n’est parvenue à son terme.

Tableau n° 1 : Durée des législatures depuis 1983

Législature n° 

Année d’entrée en fonction

Durée de la législature

17

1983

4 ans et 1 mois

18

1987

3 ans et 11 mois

19

1991

4 ans et 2 mois

20

1995

3 ans et 4 mois

21

1999

3 ans et 6,5 mois

14Quant au gouvernement de coalition dirigé par Bülent Ecevit depuis avril 1999, il serait également exagéré d’affirmer qu’il fut particu­lièrement instable. Le gouvernement fut même l’un des plus longs de l’histoire turque contem­poraine, puisqu’il a duré plus de trois années, alors que la durée moyenne d’un gouvernement dans la Turquie républicaine est d’un an et demi - et ce, d’autant plus qu’il s’agissait d’une coalition, dont on sait que la durée de vie moyenne est encore plus courte.

Tableau n° 2 : Durée des gouvernements depuis 1980

numéro

Dénomination du gouvernement

Dates d’entrée en fonction et de fin

Durée

43

Vlème gouvernement Demirel

12/11/1979

- 12/09/1980

10 mois

44

Gouvernement National

20/09/1980

- 13/12/1983

3 ans 3 mois

45

1er gouvernement Özal

13/12/1983

- 21/12/1987

4 ans

46

Ilème gouvernement Özal

21/12/1987

- 09/11/1989

1 an 11 mois

47

Gouvernement Akbulut

09/11/1989

- 23/06/1991

1 an 7 mois

48

1er gouvernement Yılmaz

23/06/1991

- 20/11/1991

5 mois

49

VIIème gouvernement Demirel

21/11/1991

- 25/06/1993

1 an 7 mois

50

1er gouvernement Çiller

25/06/1993

- 05/10/1995

2 ans 3 mois

51

Ilème gouvernement Çiller

05/10/1995

- 30/10/1995

1 mois

52

IIIème gouvernement Çiller

30/10/1995

- 06/03/1996

4 mois

53

Gouvernement Erbakan

28/06/1996

- 30/06/1997

1 an

54

IIIème gouvernement Yılmaz

30/06/1997

- 11/01/1999

1 an 6 mois

55

IVème gouvernement Ecevit

11/01/1999

- 28/05/1999

4 mois

57

Vème gouvernement Ecevit

28/05/1999

- 18/11/2003

3 ans 5 mois

  • 23 S. Kaplan, Kemal Derviş : Bir ’Kurtarıcı Öyküsü’, Istanbul : Metis yayınları, 2001.

15Mais la période que dura cette coalition fut marquée par plusieurs chocs. Les premiers furent les tremblements de terre de 1999 et leurs conséquences économiques. Le second fut la crise économique déclenchée en novembre 2000 puis en février 2001, alors que le pays suivait un programme triennal de stabilité qu’il avait signé avec la Banque Mondiale. C’est à un accroc avec le Président de la République, que Bülent Ecevit qualifie de « crise d’État sérieuse », en février 2001, que les places financières réagis­sent avec une brutalité inattendue, alors même que le secteur bancaire était en difficulté. La livre turque perd plus de 50 % de sa valeur, le programme du FMI devient irréalisable, et un autre doit être mis en place. L’endettement interne et externe du pays n’était alors plus solvable. Bülent Ecevit appelle alors à la rescousse Kemal Derviş, fonctionnaire de la Banque Mondiale, qui vivait depuis 1978 à l’étranger23.

b. Les tentatives de modifier les règles du jeu

16Dès que la décision des élections anticipées est prise, s’enflamment également les négociations sur les règles du jeu. Début août, Tansu Çiller propose de modifier le système électoral en introduisant deux tours, n’autorisant que les quatre premiers partis à concourir au second tour. Seul Mesut Yılmaz la soutient ; le projet est abandonné.

  • 24 “Seçim Barajı Düşürülsün”, Radikal, 6 septembre 2002.

17Mais le débat le plus sérieux concerne le barrage des 10 %. L’ANAP, le DTP, le SP (2) et le YTP, qui risquent de ne pas le passer, désirent qu’il soit abaissé24, alors que le DYP préfère le maintenir. Le MHP recule devant toute modification du système électoral, red­outant de faciliter ainsi au HADEP l’entrée au Parlement ; le CHP s’oppose également à toute tentative d’abaisser le barrage. Le YTP désire également autoriser les coalitions entre partis, introduire un système de préférence des candi­dats, et diminuer les causes d’inéligibilité ; en cela, il est suivi par l’AKP et le SP (2). Ces deux partis désirent que les personnes con­damnées selon l’article 312 - dont font partie leurs dirigeants respectifs - ne soient pas pour autant empêchées de devenir députés.

c. « Les élections n’auront pas lieu »

  • 25 “ANAP’ta Seçime Karşı Çatlak Sesler”, Radikal, 26 août 2002, p. 5.
  • 26 “Bu Plana Alet Olmayacağız”, Milliyet, 11 septembre 2002, p. 10.

18Pour les partis qui s’estimaient menacés de ne pas passer le barrage, la tentative la plus sérieuse a consisté, à reporter la date des élections, tenta­tive à laquelle s’opposent l’AKP, le MHP et le DSP. L’ANAP, changeant de position, prend la direction de ces initiatives, bientôt accompagné par le DYP : ils envisagent de former un nouveau gouvernement, mais le désaccord se fait sur la personnalité du premier ministre : le DYP insiste pour Tansu Çiller, ce que l’ANAP refuse. Puis, le YTP apporte son soutien à ce front. Un scénario élaboré fin août serait ainsi que l’ANAP se retire du gouvernement pour faire tomber celui-ci et donc empêcher le MHP, désormais le parti de la coalition le mieux représenté au Parlement, de prendre la tête d’un nouveau gouvernement. Quatre partis (DYP, ANAP, YTP, SP (2)) formeraient alors un nou­veau gouvernement dirigé par Tansu Çiller, ce qui devait retarder les élections au moins jusqu’en février 2003. Necmettin Erbakan aurait alors terminé sa durée d’interdiction politique et aurait ainsi pu reprendre la tête de son parti, ce qui explique le soutien du SP (2). Ces partis envisagent alors de déposer une motion de censure pour faire tomber le gouvernement. Pour certains (le YTP et le DYP), il s’agit non seule­ment de reporter les élections, mais surtout de mettre fin à une situation d’instabilité politique chronique qui nuit à la Turquie sur les plans interne et international, alors que se prépare une opération américaine en Irak et que le sommet de Copenhague se rapproche25. Finalement, le DYP refuse d’appuyer cette initiative, considérant qu’il s’agit d’une simple manœuvre pour reporter les élections qui profiterait à l’ANAP, mais dont lui-même n’aurait pas besoin et dont il ne veut pas être l’instrument26.

  • 27 “Sezer’den ‘Kaos’ Uyarısı”, Cumhuriyet, 11 septembre 2002, p. 8.
  • 28 Il s’agit de la loi concernant les biens des fondations communautaires.
  • 29 “Üç Silahşörler Kapıştı !”, Radikal, 12 septembre 2002.

19Les retournements sont alors quotidiens, et les crises gouvernementales se succèdent. Le président de la république regrette cette situa­tion de « chaos » qui déséquilibre les indicateurs économiques27. C’est alors que le MHP porte l’une des lois d’application des réformes dans le cadre de l’adhésion à l’UE devant la Cour Consti­tutionnelle pour l’annuler28. Mesut Yılmaz, l’artisan du passage de ce paquet de réformes, menace de se retirer du gouvernement ; Bülent Ecevit et Devlet Bahçeli l’encouragent à se retirer. Mais Mesut Yılmaz renonce ; il serait en effet le principal perdant : si un nouveau gouvernement se formait, il voudrait en être ; ce qui semblait improbable dans la mesure où il avait perdu le soutien du DYP. Dans ces conditions, se retirer ne permettrait pas de reporter les élections. Il propose en revanche que le MHP, voire le DSP, quitte le gouvernement ; mais ces deux partis, qui s’opposent au report des élections, n’ont aucune raison de le faire. Finalement, le gouvernement se maintient jusqu’aux élections, dans un état de crise larvée permanente29.

  • 30 “Küskünler Faaliyete Geçti”, Radikal, 12 septembre 2002.
  • 31 “Yılmaz AB Molası İstedi”, Cumhuriyet, 13 septembre 2002.
  • 32 “Seçim Zamanında Yapılmalı”, Cumhuriyet, 13 septembre 2002, p. 6.
  • 33 “Kıvrıkoğlu’ndan Kaos Uyarısı”, Cumhuriyet, 28 août 2002.

20Les tentatives pour reporter les élections prennent une ampleur nouvelle avec la publi­cation des listes des candidats des partis, mi-septembre30. Les députés ne figurant pas sur les listes créent le front des küskün, ou « fâchés ». Ce front, mu par des logiques individuelles, est également soutenu par les partis qui sont menacés de ne pas passer le barrage : le SP (2), le YTP dans un premier temps, et l’ANAP en partie, mais pas officiellement, qui désirent reporter le suffrage au moins jusqu’au lendemain du sommet de Copenhague, c’est-à-dire en décembre31. Les députés du MHP, du DYP et de l’ANAP qui ne sont pas sur les listes électorales hésitent à soutenir le report des élections contre leur parti ; mais leur soutien peut être vital pour constituer une majorité de « reporteurs » au Parle­ment. S’y opposent les partis qui sont bien placés dans les sondages : après quelques hési­tations, l’AKP ne soutient pas les tentatives de report quand il devient évident que Tayyip Erdoğan ne pourra pas être candidat, même quelques mois plus tard. Depuis le départ, le DSP s’opposait à ces tentatives qui remettent en cause son gouvernement et que Bülent Ecevit qualifie de calculs électoraux personnels ; le CHP s’y oppose également. Le Président de la République, enfin, s’oppose à tout ajournement du scrutin32 ; ainsi que l’armée, qui met en garde contre le « chaos »33.

21C’est cette question qui ouvre la rentrée parle­mentaire le 1er octobre. Le président de séance, partisan des élections anticipées, impose un vote à main levée destiné à décourager les réfractaires à la discipline de parti... qui sont nombreux dans les deux camps. Le record revient au MHP, dont 45 députés votent contre les élections anticipées, ne viennent pas ou s’abstiennent. Finalement, la tenue des élections anticipées le 3 novembre est votée à 190 voix contre 170.

22Mais les küskün n’abandonnent pas la partie pour autant. Début octobre, ils font en sorte que l’Assemblée ne soit pas en vacances jusqu’à début novembre, pour pouvoir adopter une loi reportant les élections. Le soutien du YTP, de l’ANAP, du SP (2), et du BBP, ainsi que de nombreux indépendants, pourrait leur garantir la majorité simple, nécessaire pour ce faire. En revanche, les partis qui pensent passer le barrage (MHP, AKP, CHP et DYP), mais aussi le DSP, ne veulent pas reporter les élections. Mais les députés de ces partis absents des listes (et ils sont nombreux, surtout au MHP, mais aussi au DYP et au DSP) risquent de faire défection ou d’apporter un soutien passif (en ne venant pas ou en s’abstenant) aux défenseurs du report. Les partis opposés aux élections essayent donc d’obtenir des défections et de les transformer en soutien actif. Le 11 octobre, les küskün tentent encore d’annuler la décision de vacances de l’assemblée en la portant devant la Cour constitutionnelle, en vain. Ce n’est donc que mi-octobre, soit moins de trois semaines avant la tenue du scrutin, que ces tentatives épuisent les recours et qu’il devient certain que les élections auront lieu le 3 novembre.

23On en arrive à organiser une élection que très peu de partis souhaitent : le MHP, mais avec une importante opposition interne ; ce qui reste du DSP, malgré les sondages très défavorables et une opposition interne également ; mais ni l’ANAP, ni le SP (2), ni le YTP, qui risquent de rester en-dessous du barrage ; ni vraiment l’AKP, qui préférerait attendre que Tayyip Erdoğan puisse rentrer en politique.

3. Marchandages et transferts : l’enjeu des candidats

24Dès l’annonce des élections début août, les transferts de députés, mais aussi de « députables », sont massifs. Les députés changent de parti et de nouvelles formations sont créées. Ainsi, Hüsa­mettin Özkan, İsmail Cem et Kemal Derviş - les deux premiers démissionnaires du DSP, le troisième avouant son intention d’entrer en politique - décident de fonder un nouveau parti « social-libéral » de centre-gauche, le Yeni Türkiye Partisi, « Parti de la Nouvelle Turquie ». Très vite, ce nouveau parti éveille de grands espoirs de renouvellement. Les inscriptions se font nom­breuses : universitaires, directeurs de chambres professionnelles, mais aussi Doğan Taşdelen, ancien maire de Çankaya du CHP, entre-temps passé au DSP, et un groupe de la direction de la branche des femmes de l’ANAP de Çankaya. La majorité des démissionnaires du DSP passent au YTP. Mais très vite - le 21 août - Kemal Derviş passe au CHP, ce qui constitue une victoire pour ce dernier parti. Après avoir été un pôle d’attraction, le YTP se vide à nouveau, à mesure qu’il baisse dans les sondages.

  • 34 Par exemple Miraç Aydoğan, député de Malatya, ou Hasan Özyer, député de Muğla.
  • 35 E. Kaplan, “ANAP’tan Kaçış Başladı”, Cumhuriyet, 15 août 2002.
  • 36 Le groupe arı (abeille), think-tank et lobby proche de l’ANAP, entre au CHP sous l’impulsion de Kem (...)

25Le DSP, puis le YTP, ne sont pas les seuls touchés par les défections. On note aussi de nombreuses démissions de l’ANAP, dont on pense qu’il ne passera pas le barrage. Il s’agit de députés34, mais aussi de ministres : Sadettin Tantan, ancien ministre de l’intérieur, démis­sionne de son poste et de son parti pour fonder son propre parti, le YP, « Parti de la Patrie ». Edip Safder Gaydalı, l’une des figures importantes du parti, député de Bitlis et ministre d’État, démis­sionne de son poste et de l’ANAP mi-septembre pour se présenter comme indépendant. Mais la plupart des démissionnaires de l’ANAP se dirigent vers le YTP35, l’AKP ou le CHP36.

  • 37 “CHP’ya Adaylık Hücumu”, Cumhuriyet, 25 août 2002.
  • 38 “CHP Çekim Merkezi Oldu”, Cumhuriyet, 15 août 2002.
  • 39 A. Sayın, B. Tanrısever, “CHP’de Birlik Çağrısı Hız Kesti”, Cumhuriyet, 27 août 2002.

26Le CHP devient en effet un pôle d’attraction, à plus forte raison avec le ralliement de Kemal Derviş. Il fait sa réapparition au Parlement avec la « conversion » d’un député DSP, mi-août. Les ralliements proviendraient du DYP, du DSP, de l’ANAP, du HADEP et même de l’AKP et du SP (2). Par conséquent, le CHP est confronté à un afflux de candidats à la candidature, qui sont le double de ce qu’ils étaient en 199937. Parmi les candidats à la candidature au CHP, figureraient même des dirigeants locaux d’autres partis38. Même dans le sud-est, le CHP doit faire face à un trop-plein de candidatures, alors qu’il avait eu des difficultés à en trouver en 1999 et avait dû se contenter de simples membres. Le CHP n’appelle même plus au ralliement des « sans parti » ; il sait qu’il ne pourra pas donner d’investiture à tout le monde39.

  • 40 “AKP’ye Büyük Katılım”, Türkiye, 20 août 2002, p. 12.
  • 41 “Erkan Mumcu Arayışa Ara Verdi”, Radikal, 15 août 2002, p. 6 ; “Erkan Mumcu AKP’ye Geçti”, Cumhuriy (...)

27L’autre pôle d’attraction, à l’Assemblée comme à l’extérieur, est l’AKP ; les ralliements se font en grande pompe40. Certains députés prennent contact avec plusieurs partis, pour se tourner vers le plus prometteur ou le plus offrant. Ainsi, Erkan Mumcu, député ANAP d’Isparta, après avoir pris des contacts avec le YP, le DP (2), le DYP - qui lui offrirait la tête de liste à Isparta - passe finalement à l’AKP41.

  • 42 Au YTP, les circonscriptions les plus convoitées sont Ankara, İzmir et İstanbul, car on s’attend à (...)
  • 43 “Meğer Adaymışım !”, Radikal, 19 septembre 2002.

28Durant toute la campagne électorale, certains partis enregistrent une fuite, d’autres deviennent des pôles d’attraction, ce qui constitue un bon indicateur des anticipations des hommes poli­tiques, députés ou pressentis à la candidature, concernant les chances des différents partis de passer le barrage. Le 6 septembre, le CHP avait enregistré 374 candidatures pour Istanbul, l’AKP 304, le DYP 260, le SP (2) 187, le MHP 179 et l’ANAP 138. Le parti le plus demandé est le CHP, devant l’AKP, le DYP, le SP (2), le MHP, et l’ANAP. En revanche, le YTP et même l’ANAP ont du mal à trouver des candidats et ne parviennent pas à remplir la totalité de leurs listes42. Il arrive ainsi qu’ils inscrivent des candidats sur les listes contre leur gré, voire sans même les en informer43.

  • 44 “DYP’den İki İstifa Daha”, Radikal, 26 octobre 2002, p. 7.
  • 45 Ainsi, quatre candidats bien placés du DSP à Siirt passent au CHP quelques jours avant les élection (...)

29Les nominations provoquent de nouvelles défections des déçus. Les küskün écartés de la liste du DYP, ne pouvant pas obtenir gain de cause lors des débats internes au parti, décident de démissionner de ce dernier ; le DYP tombe à 81 sièges fin octobre 200244. Mais même certains candidats officiels changent de parti45.

  • 46 C’est le cas d’Ayvaz Gökdemir, député DYP d’Erzurum. “Gökdemir İstifa Etti Geri Aldı”, Cumhuriyet, (...)
  • 47 “Okuyan’a Karşı Gövde Gösterisi”, Cumhuriyet, 1 septembre 2002.
  • 48 E. Tuncer, Osmanlı’dan..., op. cit., p. 444.

30Enfin, certains démissionnent, avant de retourner dans leur parti, ne pouvant trouver mieux ailleurs46. Ces transferts suscitent des réactions : ainsi, le passage d’un député ANAP au MHP provoque des critiques massives de la part des militants de l’ANAP47. Ce genre de réactions reste cependant très rare. Ces allées et venues massives provoquent des fluctuations importantes dans la composition même de l’Assemblée. Fin août, il ne reste plus à l’ANAP que 71 députés sur les 86 élus ; le MHP est parvenu à conserver 124 députés sur les 129 élus ; ainsi que le DYP, qui a gardé ses 85 élus. En revanche, le DSP n’a plus que 58 sur 136 élus, alors que le YTP en a 62 ; l’AKP en a 59, le SP (2) 46 ; le BBP en a quatre, le TDP trois, ainsi que le YP ; le CHP refait son apparition à l’Assemblée, avec deux députés. On compte désormais dix-neuf indépendants ; et quatorze sièges vides48.

a. Les coûts d’entrée dans la vie politique

  • 49 D’environ 60 à 1225 euros.
  • 50 “Vekiller Atanacak”, Radikal, 10 août 2002, p. 8.
  • 51 “Parasız Yeni Türkiye Borç da İstemiyor !”, Milliyet, 1 octobre 2002.

31Une candidature coûte très cher. Tout d’abord, un candidat à la candidature doit verser un certain montant à son parti, qui peut s’élever de 100 millions à deux milliards de Livres Turques49. Le DYP est le parti le plus « cher » : il exige deux milliards de ses candidats, sauf des députés et des membres de l’organisation qui bénéficient d’une « réduction » d’un milliard ; quant aux femmes, elles ne doivent payer « que » 500 millions. Le YTP demande 1,5 milliards. La candidature au CHP et à l’AKP coûte un milliard. À l’ANAP, comme au DSP, au SP (2) et au MHP, la candidature coûte 500 millions, et moins pour les femmes50 En revanche, une candidature ne coûte rien au HADEP. Ces exigences se justifient par le fait que certains partis ont du mal à couvrir les frais de campagne, notamment les nouveaux partis qui, comme le YTP, n’ont pas obtenu d’aide publique, car ils ne remplissaient pas les conditions d’organisa­tion nécessaires51.

32Comme dans de nombreux pays, les législa­tions sur le financement des campagnes prévoient à la fois un financement public et privé. Devant être fondé sur des bases objectives, le financement public prend en compte les résultats des dernières élections en sièges : pour obtenir un financement du trésor public, les partis doivent remplir les conditions d’organisation six mois avant les élections, et avoir au moins trois repré­sentants à l’Assemblée. Cela favorise les partis en place aux dépens des nouveaux, et retransmet au niveau du financement public les inégalités de représentation produites par le mode de scrutin. En outre, cette règle aggrave les pressions aux transferts avant les élections. Ainsi, le BBP est parvenu à obtenir un financement public après avoir réussi à transférer trois députés de l’AKP. Cependant, le financement privé sans contrôle entraîne aussi le risque de tomber dans la ploutocratie, les sommes devant être investies de manière privée étant parfois rédhibitoires.

  • 52 D’environ 19 000 à 25 000 euros.
  • 53 “Okumuş, Para Desteği Aldığı Kiflileri Açıkladı”, Cumhuriyet, 11 octobre 2002, p. 5.

33En effet, pour un candidat à la députation, les dépenses à envisager sont comprises entre 15 et 100 milliards de Livres Turques selon la région, et sont particulièrement élevées dans les grandes villes. Parmi les dépenses incompres­sibles figurent les cartes de visite, les affiches, les brochures, les dépenses somptuaires, la location de moyens de transport et de chauffeurs, l’achat de temps d’antenne sur les chaînes locales. Ceux qui peuvent se le permettre louent un bureau de communication, emploient des assis­tants et financent de la publicité dans les médias. Les députés estiment le prix d’une campagne à Rize entre 30 et 40 milliards de Livres Turques52 ; mais le plus coûteux reste de faire campagne à İstanbul, où le nombre d’électeurs par circon­scription est le plus élevé. Les partis financent une partie de ces frais, mais pas la totalité. De ce fait, les dons forment une partie centrale du financement des campagnes53. D’une manière générale, une candidature constitue un véritable investissement, dans tous les sens du terme.

b. La désignation des candidats

  • 54 F. Gazel, “Seçmenler Niye Kararsız ?”, Dünya, 1 septembre 2002, p. 2.

34Ainsi, il convient de prendre en compte non seulement les partis, mais aussi les candidats. De nombreuses enquêtes suggèrent que la compo­sition des listes est un facteur décisif du vote, et que beaucoup d’électeurs attendent leur publi­cation avant de prendre leur décision. Nombreux sont ceux qui déclarent voter non pour un parti, mais pour un candidat54. À côté des stratégies individuelles coexistent évidemment des straté­gies partisanes de désignation des candidats.

  • 55 “Vekiller ‘Atanacak”, Radikal, 10 août 2002, p. 8.

35Mais comment passe-t-on du statut de « candi­dat à la candidature » à celui de « candidat à la députation » ? Ici encore, l’histoire électorale turque témoigne de multiples expériences. Il a notamment existé un système de préférence qui permettait à l’électeur d’exprimer sa préférence pour un candidat. Ce système a été appliqué lors des élections de 1961, 1973, 1977 et 1991, mais il ne l’est plus depuis lors. Depuis 1961, la loi électorale obligeait les partis à procéder à des élections internes pour désigner les candi­dats, et n’autorisait qu’exceptionnellement la désignation par la centrale des partis - en cas d’insuffisance de l’organisation locale ou de manque de candidats locaux. Depuis 1986 cepen­dant, cette obligation a été levée. Chaque parti peut désormais soit nommer les candidats directement, soit procéder à des élections internes. C’est aujourd’hui la première manière de faire qui domine, ce qui tend à ouvrir la voie à l’oligarchie partisane. L’ANAP, l’AKP (bien que son règlement intérieur prévoie des pré-élections), le SP (2) (comme le RP et le FP l’ont toujours fait), le DSP, le MHP et le YDP nomment les candidats sous contrôle du centre des partis55 ; quant au MHP et à l’AKP, ils orga­nisent des consultations informelles au sein des appareils locaux.

  • 56 Dans seize circonscriptions, ce sont les délégués qui élisent les candidats (Adana, Afyon, Antalya, (...)
  • 57 Comme c’est le cas à Afyon, Aydın, Denizli, Isparta, İçel, Muğla, Van, İzmir ; les secondes positio (...)
  • 58 Ainsi, les cadres locaux de Van menacent de démissionner si un non-local est parachuté par le parti (...)
  • 59 Amasya, Artvin, Çorum, Edirne, Erzincan, Gaziantep, Kırklareli, Kırşehir, Sakarya, Sinop, Tekirdağ.

36Les élections internes ne constituent donc plus qu’une exception. Seul parmi les partis de droite, le DYP organise des pré-élections dans 28 départements, car la nomination des candidats par le centre, pratiquée lors des dernières élections, ne s’était pas avérée concluante56. Mais cette démocratie interne est largement illusoire, dans la mesure où la centrale du parti se réserve parfois un contingent, et souvent les premières positions57, ce qui lui permet de ne pas prendre de risques avec les candidats qu’elle veut voir bien placés. Mais cette réserve provoque d’importantes oppositions internes58. Quant au CHP, il organise des pré-élections dans onze départements seulement59, alors qu’en 1999, il était à l’avant-garde avec ses pré-élections dans 56 départements.

37Ainsi, il convient de revenir sur les stratégies de nomination par les partis, qui constituent une part importante de leur stratégie électorale, et qui divergent d’un parti à l’autre.

  • 60 “Listede Baykal Damgası”, Radikal, 12 septembre 2002 ; “CHP’li Başkanların Hüsranı”, Radikal, 18 se (...)
  • 61 B. Sarıoğlu, E. Toktar, “Eğitim Düzeyi Yükseldi”, Cumhuriyet, 14 septembre 2002, p. 6.

38Au CHP, une fois encore, la personnalité de son président, Deniz Baykal, s’est imposée dans la désignation des candidats : tous ses proches collaborateurs se retrouvent en bonne position, alors que l’opposition interne (les anciens du SHP (1) comme l’aile droite) sont marginalisés. Ainsi, beaucoup d’écono­mistes et de collaborateurs de Kemal Derviş sont mal placés, voire ne figurent pas sur les listes. Le CHP a mis des noms connus dans les trois grandes villes aux rangs les mieux placés : Kemal Derviş, le chanteur Zülfü Livanelli, Mehmet Sevigen, le théologien Yaşar Nuri Öztürk ; le secrétaire général du parti Önder Sav ; le directeur du syndicat Türk-İş, Bayral Meral, à Ankara ; Fikret Ünlü, ancien ministre démissionnaire du DSP60. 75 % des candidats du CHP ont déjà travaillé dans l’organisation du parti. Ceux qui ont déjà été députés représentent seulement 6,9 % des candidats61. Mais les organisations locales ne sont pas à l’honneur : parmi les 46 responsables départementaux du CHP candi­dats à la candidature, dix-sept ne sont même pas nommés candidats, et seuls douze sont tête de liste. Dans ces conditions, la publi­cation des listes a soulevé de nombreuses oppositions.

  • 62 Adana’da DYP Delegesi Aranıyor”, Hürriyet, 22 août 2002, p. 8.
  • 63 Ce qui aboutit à la démission de certains : “DYP’den ’Liste’ İstifası”, Cumhuriyet, 26 octobre 2002 (...)

39Malgré les pré-élections partielles - qui ont donné lieu à de nombreuses irrégularités et tentatives de manipulation62 -, les choix du DYP sont également très controversés. Ainsi, quatorze de ses anciens députés ne figurent pas sur les listes, et une quinzaine d’autres y sont mal placés. Pas plus que les députés, les organisations locales ne sont satisfaites des listes : sur 40 responsables départementaux candidats, seuls 27 sont nommés ; et sur 88 responsables de ilçe - subdivision administrative comparable au canton -, seuls 48 le sont. Les « transfuges » d’autres partis ne sont pas non plus à l’honneur. Ce parti est le plus soumis aux contraintes des contingents promis aux partis avec lesquels il a fait une coalition élec­torale, le DTP et l’ATP. Mais cela provo­que de nombreuses oppositions au sein du parti : le responsable départemental d’Elazığ ne se retrouve qu’en seconde posi­tion, car la première place est réservée au contingent de l’ATP. Il démissionne alors, accompagné de cinq maires, et quelques responsables de cantons63.

  • 64 “YTP Listeyi Dolduramadı“ et “ANAP’ta Ön Sıra Kurmayların”, Radikal, 12 septembre 2002.

40De nombreux députés du YTP ne se retrou­vent pas en première position sur les listes, ce qui suscite de nombreuses réactions et quelques démissions64.

  • 65 “ANAP’ta Muhalifler Yok”, Cumhuriyet, 12 septembre 2002.

41On assiste également à un grand change­ment dans les candidats de l’ANAP : dix de ses députés ne sont pas candidats ; neuf députés, bien qu’ils soient candidats, ne figurent pas sur les listes ; et dix-huit ne sont pas nommés candidats dans leur circonscription (notamment dans le sud-est du pays). Mesut Yılmaz favorise ses proches ; en revanche, ceux qui ont émis des critiques ou se sont éloignés de la direction du parti ne se sont pas portés candidats. Ainsi, certains anciens ministres du parti ne sont pas nommés. En revanche, l’ANAP tente sa chance avec des noms connus en première position65.

  • 66 Ce terme, “vision nationale”, qui reprend le titre de l’ouvrage de Necmettin Erbakan publié en 1975 (...)
  • 67 “Listelerden Manzaralar”, Radikal, 12 septembre 2002 ; “SP Listelerini BBP İçin Boşalttı”, Cumhuriy (...)

42La liste du SP (2) est marquée par la person­nalité de Necmettin Erbakan, qui place ses proches dans les meilleures positions. Des noms importants de Milli Görüş66 sont têtes de liste ; on remarque également la présence de certains cheikhs de confréries, notam­ment nakşibendis. Sur les 46 députés, 34 figurent sur les listes ; ce sont surtout ceux du sud-est qui ne sont pas renommés67.

  • 68 “Muhalifler de Aday Oldu”, Cumhuriyet, 10 septembre 2002, p. 5 ; “Ecevit’in Kısrası Sadakat”, Radik (...)

43En revanche, le DSP adopte une ligne plus « fidèle ». Les ministres et députés (à l’exception de six) qui sont restés dans le parti - même ceux qui se sont opposés à Bülent Ecevit - se retrouvent candidats et souvent têtes de liste68.

  • 69 Ainsi, le député Cahit Tekelioğlu, responsable de la mort du député d’Urfa (DYP), n’est pas pris su (...)

44Conformément à sa tradition de centralisme, Le MHP ne prend pas en compte les consultations informelles dans de nombreuses circonscriptions, ce qui contribue à ébranler les électeurs potentiels. On retrouve ainsi en haut des listes les proches conseillers de Devlet Bahçeli - ministres, dirigeants du parti et candidats du contingent. Les « trans­férés », comme Yaşar Okuyan, ex-ministre des affaires sociales de l’ANAP, sont égale­ment à l’honneur, et nombre d’entre eux figurent en tête de liste. 103 députés sont nommés candidats - dont 70 dans les trois premiers rangs -, mais 23 ne figurent pas sur les listes. Ainsi, ceux qui ont soutenu le mouvement des küskün ou ont été mis en examen dans le cadre de meurtres ne sont pas nommés69.

  • 70 Seuls, les députés proches de Merve Kavakçı – ancienne députée du FP qui avait fait scandale en ven (...)
  • 71 “Tabandan Merkeze Tepki Var”, Özgür Gündem, 13 septembre 2002.

45L’AKP, pour sa part, a une stratégie très légitimiste. Tayyip Erdoğan a visiblement peur des küskün : presque tous les députés (57 sur 59)70, ainsi que les fondateurs et dirigeants du parti figurent sur les listes, bien placés. Après les députés qui sont têtes de liste, on trouve souvent en seconde posi­tion les responsables départementaux. Les proches d’Erdoğan sont évidemment bien placés, ainsi que ses anciens collègues à la mairie d’Istanbul, y compris ceux qui compa­raissent à ses côtés dans des affaires judi­ciaires. De nombreux députés transférés - notamment ceux de l’ANAP - sont égale­ment à l’honneur. Beaucoup d’anciens du RP et du FP sont nommés. Bref, l’AKP est visiblement dans une stratégie de consolida­tion de son organisation partisane ; il faut préciser que ce sont les premières élections auxquelles il participe. Les partis mettent donc en place des tactiques divergentes de nomination, moment stratégique important, mais aussi système de sanction et de rétribution - de la fidélité ou de services rendus. De nombreux anciens députés sont écartés des listes ; ainsi, les partis eux-mêmes contribuent au fort taux de rotation des députés. C’est au DYP, au CHP et à l’ANAP que les réactions furent les plus virulentes71. Pour restituer toute la complexité de ces choix, il semble nécessaire de ne pas limiter l’analyse aux simples résultats ou aux stratégies des partis, mais d’accorder une place importante aux stratégies individuelles, dans le cadre d’un système personnalisé à l’extrême.

c. Les profils des candidats

  • 72 “İşçi ve İşveren Yan Yana”, Cumhuriyet, 14 septembre 2002, p. 13.
  • 73 “İş Dünyası Siyaset Arenasında”, Cumhuriyet, 14 septembre 2002, p. 6.

46Quels sont les profils sociaux et profession­nels des candidats ? La grande majorité est diplômée de l’enseignement supérieur, et le taux d’éducation des candidats est sensiblement plus élevé que lors des élections précédentes. Les professions les mieux représentées sont les hommes d’affaires, les ingénieurs, les économistes et les juristes. De nombreux représentants des syndicats de fonctionnaires, d’ouvriers et d’employeurs figurent parmi les candidats. En revanche, les représentants des agriculteurs sont rares72. Par rapport aux élections précédentes, on note aussi que de nombreux représentants du monde des affaires (industriels, boursiers) sont candidats, souvent bien placés sur les listes, notamment de l’AKP, du CHP, du DYP, de l’ANAP et du MHP73.

  • 74 “TOBB, Meclis’te 21 Koltuk Kaptı, Merkez Sağı AKP’li Oldu”, Hürriyet, 14 novembre 2002.
  • 75 Dont Bayram Meral, directeur général du syndicat Türk-İş, et Enver Öktem, directeur du syndicat Ole (...)
  • 76 Hüseyin Tanrıverdi, l’ancien secrétaire du syndicat islamiste Hak- İş et ancien directeur de Hizmet (...)

47Cette représentation des milieux d’affaires se retrouvera dans la nouvelle assemblée : 21 sièges y sont occupés par des membres des chambres de commerce (TOBB), dont seize, soit les trois quart, de l’AKP74. Parmi les députés, on retrouve aussi six représentants des syndicats ; quatre du CHP75 et deux de l’AKP76.

  • 77 “En Çok İşadam ı CHP’de”, Radikal, 20 septembre 2002.

48Revenons aux candidats : c’est l’AKP qui dispose le plus de candidats diplômés d’université, et le plus fort taux d’hommes d’affaires, suivis par les ingénieurs, les professions libérales, les gestionnaires, entrepreneurs en bâtiment et économistes. Figurent en outre sur sa liste trois théologiens « déclarés ». Le DYP et l’ANAP donnent une large place aux ingénieurs, artisans, commerçants et professions libérales ; de nombreux candidats du DYP sont diplômés du lycée ou même du collège. En revanche, au CHP - comme d’ailleurs au DSP - les diplômés d’université sont les plus nombreux ; c’est la première fois que les hommes d’affaires (20 % des candi­dats du CHP) y dépassent les autres professions, et notamment les ingénieurs et les avocats (15 %). Le CHP est celui qui donne le plus de place aux syndicalistes, avec 90 candidats. Au DSP figurent en outre de nombreux artisans, enseignants et journalistes. Le MHP a donné la priorité aux hommes d’affaires, mais aussi aux enseignants. Remarquons en outre que dix retraités de l’armée figurent sur la liste du BBP77.

  • 78 “Taşrada Kadının Adı Yok”, Cumhuriyet, 14 septembre 2002, p. 6.

49Enfin, l’ANAP, le CHP, le DSP, le YTP et surtout le DEHAP donnent beaucoup de chances aux femmes, à la différence du MHP. D’une manière générale, on ne trouve pratiquement aucune candidate en Anatolie de l’est et du sud-est à l’exception du DEHAP et, dans une moindre mesure, de l’ANAP78. Le CHP dispose d’un quota de candidates ; mais celles-ci sont souvent très mal placées sur les listes. Quant aux candidates « voilées » du SP (2), elles se retrouvent à des positions inéligibles.

  • 79 Cela représente tout de même une progression d’une personne par rapport au Parlement précédent. On (...)

50Ainsi, une fois de plus, les femmes seront largement sous-représentées dans la nouvelle Assemblée. Avec 24 représentantes (treize pour l’AKP, onze pour le CHP) - dont onze pour Istan­bul -, elles représentent seulement 4,3 % des 550 députés79.

4. Une offre politique diversifiée

  • 80 Par ordre alphabétique : AKP, ANAP, ATP ; BTP ; BBP ; CHP ; DP (2) ; DTP ; DEHAP ; DSP ; DYP ; EMEP (...)
  • 81 Par ordre d’apparition sur le bulletin de vote : DSP, DEHAP, YP, MHP, DYP, MP (2), BBP, ANAP, LDP, (...)

5123 partis devaient participer aux élections, sur les 48 existant début août80. Le SHP (2) ne peut pas participer car il n’a pas rempli les condi­tions d’organisation. En effet, pour participer aux élections, un parti doit être organisé dans au moins 41 départements six mois avant le scrutin. Finalement, dix-huit y participeront81.

  • 82 L’AKP, le BTP, le DEHAP, le GP, le TKP, le SP (2), le YP, le YTP.
  • 83 Cette obligation sera levée par le nouveau gouvernement.

52Cela représente le second record après les élections de 1999, auxquelles vingt partis avaient participé. Parmi eux, huit participent pour la première fois82. Pour la première fois dans l’histoire de la République, un parti nommé « communiste », le TKP - pourtant lointain et contesté avatar du parti le plus ancien de Turquie avec ses 82 ans - a pu participer aux élections législatives, même s’il est sommé de modifier son nom pour y enlever le terme « communiste », ce qu’il refuse de faire83.

  • 84 Pour l’histoire partisane depuis 1980, on se référera à H. Schüler, Die türkischen Parteien und ihr (...)

53Ainsi, le barrage des 10 %, qui devait éviter la fragmentation politique au niveau de la représen­tation - et, par conséquent, au niveau de l’offre - n’a pas empêché une tendance lourde du système partisan des vingt dernières années : la diversi­fication, voire la fragmentation de l’offre poli­tique. Cette diversification est entre autres le fruit de l’interdiction d’activités politiques de tous les partis et leaders d’avant 1980. Après le régime militaire, d’autres partis et d’autres leaders ont pris leur place ; mais, quand leur interdiction est arrivée à son terme à la fin des années 1980, les anciens hommes politiques sont retournés à la vie politique, ce qui a entraîné des dédoublements au sein de chaque camp politique (SHP (1)/CHP, ANAP/DYP...)84. De plus en plus de partis concourent pour attirer les voix des électeurs et obtenir une représentation parle­mentaire.

a. Les interdictions politiques

  • 85 Elles seraient environ 20 000 selon la fondation de la génération de 1978, qui ont été condamnées p (...)

54Malgré cette offre politique diversifiée, les interdictions politiques n’ont pas disparu. Ainsi, 60 candidats à la candidature sont déclarés inéligibles par le YSK. Le DEHAP est le plus touché par ces interdictions, nombre de ses candidats ayant été condamnés pour « propa­gande séparatiste » ; mais l’EMEP l’est aussi, car beaucoup de ses candidats, appartenant à la génération de 1968, ont été condamnés par le régime du 12 septembre 1980. D’une manière générale, de nombreuses personnes condamnées pendant du régime militaire pour délits politiques sont aujourd’hui encore privées de droits civiques et politiques85.

  • 86 “Avrupa : Yanlış Bir Adım”, Radikal, 22 septembre 2002, p. 9.
  • 87 “YSK’nin Kararı Hukuki Değil, Siyasi”, Cumhuriyet, 22 septembre 2002.
  • 88 A. Keskin, “YSK Yasakları Genişletti”, Radikal, 20 septembre 2002, p. 6.

55Les inéligibilités qui ont fait le plus de bruit sont celles de chefs ou candidats-phares de partis en difficulté avec le système : Tayyip Erdoğan, dirigeant de l’AKP ; Murat Bozlak, dirigeant du HADEP, candidat de Diyarbakır du DEHAP ; Akin Birdal, ancien dirigeant de l’association des droits de l’homme (İHD) et candidat du DEHAP ; Necmettin Erbakan - qui, ne pouvant de toute façon pas se présenter dans les rangs du SP (2), désirait être candidat indépendant à Konya - sont déclarés inéligibles par le YSK le 21 septembre. En effet, ils ont été condamnés par des tribunaux de sûreté d’État (DGM) en vertu de l’article 312 du code pénal et de l’article 8 de la loi antiterro­riste, qui rendent inéligible tout condamné pour délit d’opinion ou manifestation non auto­risée. L’interprétation extensive de ces textes les rend inéligibles même après qu’ils aient purgé leur peine - ce qui est le cas de la plupart des candidats en question - et que leur casier judi­ciaire soit effacé, c’est-à-dire à vie. Cette décision suscite de nombreuses réactions qui soulignent son caractère politique, bien sûr des partis concernés, mais aussi de l’ÖDP ; du YTP et de l’association d’hommes d’affaires TÜSİAD, qui craignent qu’elle ne rende plus difficile l’accès à l’Europe. Effectivement, les milieux diplomatiques se déclarent consternés par cette déci­sion qui « ne va pas dans le sens de la démocratisation »86. Certaines prises de position concer­nant l’absence d’État de droit, notamment de la part de Sami Selçuk l’ancien président de la Cour de Cassation, sont virulentes. En revanche, le DYP, le MHP et l’İP se déclarent satisfaits87. De ce fait, ces élections se tiennent, comme les précédentes, sous le signe des interdictions politiques88.

  • 89 “DEHAP Dengeleri Etkiliyor”, Cumhuriyet, 11 octobre 2002, p. 5.
  • 90 A. KESKİN, S. ARIKANOĞLU, “DEHAP’a Çelme Girişimi”, Radikal, 28 septembre 2002, p. 5.

56Mais le problème de l’autorisation de parti­ciper aux élections se pose également pour certains partis89. Le DEHAP fondé en 1997, et organisé dans 63 départements, est autorisé à participer aux élections. Mais la sûreté le soupçonne de ne pas respecter les conditions d’organisation, car il n’aurait pas procédé à des congrès dans toutes ces circonscriptions. La Cour de cassation commande alors une enquête qui conclut que le parti ne remplit pas les conditions d’organisation, et émet au YSK le souhait qu’il ne soit pas autorisé à participer aux élections. Ce dernier objecte que ce droit a été acquis, et s’étonne que personne ne se soit opposé à sa participation aux élections alors qu’il était encore temps90 En effet, le vote aux frontières a alors déjà commencé, et les bulletins de vote sont déjà en voie d’impression... Il est intéressant de noter que quand le DEHAP a été autorité à participer aux élections, il n’était encore qu’un petit parti insignifiant. C’est seulement après que le SDP, le HADEP et l’EMEP se soient réunis sous son toit que le DEHAP attire l’attention des institutions. Quoi qu’il en soit, le droit du DEHAP à participer n’est donc confirmé que trois semaines avant le scrutin.

57Ainsi, c’est largement le juridique qui déter­mine une bonne partie de la campagne : potentielle fermeture du HADEP ; déboires juridiques de Necmettin Erbakan pour irrégularités finan­cières dans la gestion du RP, accusé de faux et usage de faux ; affaires d’attribution partisane de marchés publics concernant Tayyip Erdoğan et certains de ses collègues durant leur période à la municipalité d’Istanbul. Les « épées de Damoclès » qui pèsent sur certains partis et candidats, parfois jusqu’au scrutin, ont indiscutablement entaché leur crédibilité et joué un rôle important dans les anticipations des électeurs.

b. Les coalitions et alliances électorales

  • 91 Ali Çarkoğlu, Elections in Turkey Whither Politics as we know it? TÜSİAD-US website: www.tusiad-u (...)

58Dès le départ, il est évident que tous les partis en course ne pourront franchir le barrage des 10 %, et donc obtenir une représentation parle­mentaire. Une solution pour les partis risquant de ne pas passer le barrage est de faire des alliances électorales. Cependant, la loi électorale ne permet pas à différents partis de présenter une liste commune. Les partis font donc des alliances « cachées » : plusieurs partis peuvent se présenter sous un parapluie commun en conve­nant des contingents de candidats. C’est donc sur ce point que se cristallisent les négociations. Ce stratagème a déjà été utilisé en 1991, le MÇP - successeur et prédécesseur du MHP - et l’İDH avaient fait élire leurs candidats sur la liste du Refah ; le HEP avait présenté des candidats sur la liste du SHP (1). En 1995, le BBP s’était présenté sur la liste de l’ANAP. C’est ainsi que certains partis, qui ne sont pas susceptibles d’obtenir 10 % des voix au niveau national, parviennent à obtenir une représentation sans même avoir concouru en tant que tels aux élec­tions : ils se rattachent à la liste d’un parti plus grand puis, une fois élus, s’en séparent pour mener leur propre chemin, soit avec des députés indépendants, soit sous la bannière d’un autre parti. Les partis qui parviennent à envoyer des députés au parlement ne parviennent donc que rarement à les maintenir sur une plate­forme unifiée. Cela s’explique notamment par la structure centralisée des partis, structure qui n’intègre pas les factions mais les pousse au contraire à l’extérieur91.

  • 92 Y. Şimşek, ‘İttifak Siyaseti’ Tam Yol”, Radikal, 26 août 2002

59En 2002, au vu de la compétition électorale qui s’annonce acharnée, de nombreux partis se lancent à la recherche d’alliances. Ainsi, le SP (2) serait entré en contact avec le HADEP, pour profiter de son potentiel de voix important dans le sud-est. Ces deux partis seraient parvenus à un accord de principe pour nommer des candi­dats « modérés » dans le sud-est. Mais cette perspective, approuvée par Necmettin Erbakan, suscite de nombreuses oppositions à l’intérieur du SP (2), et est même démentie par Recai Kutan. Quant au HADEP, il préfère tenter d’abord des alliances à gauche avant d’envisager un tel rapprochement. Il se montre ouvert envers le CHP, mais attend une initiative de sa part, qui ne vient pas ; en revanche, ni le DSP ni le YTP ne semblent prêts à faire alliance avec lui92. C’est finalement plus à gauche qu’il trou­vera des partenaires.

  • 93 S. Özcan, “BBP İttifakTekliflerinin Adresi Oldu”, Zaman, 3 septembre 2002, p. 4.
  • 94 Notamment Ökkeş Şendiller, l’un des auteurs présumés du massacre de Kahraman Maraş en 1978. “DYP-BB (...)

60Le SP (2) serait également entré en contact avec le BBP, mais sans succès, en raison du désaccord sur le poids et la place des candidats respectifs. De plus, le BBP - dont la composante nationaliste turque est évidente - répugne à négocier avec un parti en contact avec le HADEP. Ici encore, on remarque les réticences à traiter avec le HADEP93. Mais ces réticences ne sont pas réservées au HADEP. Ainsi, le BBP tente égale­ment de s’allier avec le DYP. Mais ce dernier refuse, en raison de désaccords sur le contingent et sur quelques candidats controversés94.

  • 95 Y. Şimşek, “‘İttifak Siyaseti’ Tam Yol”, Radikal, 26 août 2002
  • 96 Cela ne se fait d’ailleurs pas sans accrochages, comme le montrent les démissions du DTP en signe d (...)
  • 97 “YTP ile DTP Flörte Başladı”, Radikal, 1 août 2002, p. 3 ; “DTP-YTP İşbirliğine Hız”, Cumhuriyet, 2 (...)

61Le DYP est aussi en négociation avec le DP (2)95. Les deux partis avec lesquels il conclut finalement une alliance électorale sont l’ATP et le DTP96. Ce dernier abandonne alors ses projets d’alliance avec le YTP97.

  • 98 M. Yetkin, “Baykal’ın Çıkışının Perde Arkası”, Radikal, 15 août 2002, p. 6.

62Qu’en est-il à gauche ? Une fois au CHP, Kemal Derviş entreprend de nombreuses tentatives de rapprochement entre les partis de gauche, CHP, DSP, YTP et TDP98. En effet, la gauche ressent la nécessité de s’unir face à l’AKP qui rassemble déjà, dans les sondages, environ 30 % des votes. Deniz Baykal interprète ces initiatives comme l’absorption par le CHP des autres partis, ce que ces derniers refusent.

  • 99 “Baykal CHP’ye Katılın Diyor”, Cumhuriyet, 16 août 2002, p. 4.
  • 100 “İsmail Cem ile Karayalçın Görüştü”, Cumhuriyet, 27 août 2002.
  • 101 Y. Şimşek, “‘İttifak Siyaseti’, Tam Yol”, Radikal, 26 août 2002.
  • 102 H. Güler, “HADEP, Seçim Öncesi DEHAP’a Dönüşecek”, Zaman, 3 septembre 2002, p. 4.
  • 103 “Solda DEHAP Çatısı Altında Güçbirliği Kararı”, Dünya, 6 septembre 2002.
  • 104 “Anayasa Mahkemesi HADEP’e Sobeledi !”, Radikal, 20 septembre 2002, p. 7.
  • 105 Z. Erdem, E. Aksoy, “SHP ve ÖDP Ortada Kaldı”, Radikal, 6 septembre 2002.

63Mi-août, la perspective d’une alliance entre SHP (2) et ÖDP semble probable. Ils veulent se distinguer du CHP qu’ils jugent impérialiste dans sa manière d’essayer d’absorber le YTP99. Le YTP et le SHP (2) envisagent également une alliance100 ; le SHP (2) voudrait que l’ÖDP et le HADEP y participent aussi101. Une alliance entre l’EMEP et le TKP est envisagée, mais avorte. On assiste également à des tentatives d’alliance entre SHP (2), HADEP, ÖDP, EMEP, et SDP102. Finalement, ce bloc se fissure en trois : début septembre, le HADEP, l’EMEP et le SDP décident de former un « bloc du travail, de la paix et de la démocratie » et de se ranger sous la bannière du DEHAP103. Ils se retirent individuellement des élections. Cela est d’autant plus pertinent pour le HADEP qu’une procédure de fermeture était engagée contre lui, qui ne se soldera finalement qu’après les élections104. Les autres partis envisagés s’écartent en raison de leur manque de confiance envers le HADEP105. L’ÖDP « héberge » sur sa liste quelques candidats du TDP, alors que le SHP (2) reste isolé.

64Un même parti peut être en négociation avec plusieurs partis en même temps, ce qui peut donner lieu à des combinaisons pour le moins surprenantes. Mais si les tractations sont nombreuses et évoquent parfois un marché électoral au sens propre, les réelles alliances électorales constituent plutôt une exception : en 2002, seul le DEHAP, le TDP et le DYP ont hébergé des candidats venant d’autres partis.

5. Stratégies partisanes et thèmes de campagne

a. Des stratégies électorales divergentes

* Les partis sortants

Distribuer les ressources avant de partir : le kadrolaşma et les mesures de dernière minute
  • 106 E. Kaplan, “MHP’li Kadrolaşma”, Cumhuriyet, 27 octobre 2002, p. 5.
  • 107 F. S. Yüksek, “Sezer Atamaları İmzalamadı”, Radikal, 20 septembre 2002 ; voir aussi “100 Kararname (...)
  • 108 “Seçime 2 Gün Kala Diyanet’e Atama Yapıldı”, Zaman, 6 novembre 2002, p. 3.

65Pris de court par les élections anticipées, les partis au pouvoir essayent de fonctionnariser les employés ; ces promotions et nominations, qui se comptent par milliers - voire par dizaines de milliers - constituent une récom­pense ou un lot de consolation pour ceux qui n’ont pas été élus ou nommés sur les listes. Les partis de la coalition se les partagent selon les ministères qu’ils contrôlent106. Le DSP veut fonctionnariser 20 000 employés de la Direction Générale des Forêts et nommer 5000 enseig­nants. Mais il n’obtient pas l’accord du minis­tère des finances, contrôlé par l’ANAP. Ce dernier essaye également de bloquer les deman­des analogues du MHP (pour 27 000 infirmières et 11 000 médecins). Ces affaires remontent au sommet. Ainsi, le président de la République se voit-il obligé de bloquer 75 décrets de nomination - gouverneurs, ambassadeurs, etc. - pour des raisons « éthiques » et pour éviter les « récompenses politiques » ; le gouvernement lui en renvoie quinze, le priant de les approuver107. On apprend ainsi que deux jours avant les élections, des personnes ont été nommées au Diyanet (Direction de Affaires religieuses), à des postes vacants depuis plusieurs mois, voire plusieurs années108.

  • 109 F. Koşar, “Seçim Yatırımları Doludizgin”, Cumhuriyet, 9 octobre 2002.
  • 110 “‘İş Güvencesi Seçim Öncesi Popülizmdir’”, Radikal, 10 août 2002, p. 13.

66En outre, le gouvernement prend dans ses dernières semaines de mesures populaires destinées à augmenter ses soutiens : subventions aux agriculteurs et diverses aides pour le rembourse­ment de crédits109, ainsi que sur la sécurité de l’emploi, mesures par ailleurs largement taxées de « populistes »110

Le DSP : un suicide politique ?
  • 111 “Bülent Ecevit : İntihar Ettik...”, Radikal, 4 novembre 2002, p. 9.

67Le DSP, premier parti de la coalition, est largement tenu pour responsable des crises dont souffre le pays. En outre, suite à la décom­position du parti, il ne dispose plus que de peu de crédibilité lors de la campagne. Dès le mois d’août, les sondages lui accordent peu d’inten­tions de vote. Enfin, l’intention déclarée d’Ecevit de quitter le parti après les élections ajoute à l’incertitude sur l’avenir du DSP. Après la procla­mation des résultats, Bülent Ecevit qualifiera les élections anticipées de « suicide politique »111.

Le MHP : une mobilisation anti-européenne ?

68Le MHP semblait le seul partenaire de la coalition au pouvoir à disposer d’une certaine vitalité électorale. Il rejetait sur les partenaires de la coalition la responsabilité de la crise économique ainsi que celle de ses promesses électorales non tenues, comme la mise à mort d’Abdullah Öcalan, ou le combat contre la pauvreté. En outre, la politique pro-européenne du gouvernement le mettait à mal. Ainsi, le vote-surprise d’un paquet de réformes destiné à remplir les critères de Copenhague, début août 2002, a contribué à revitaliser la rhétorique nationaliste du MHP. Il a utilisé cette question pour mobiliser une base autour de l’euroscepticisme. Le MHP est le seul parti à avoir suivi cette ligne d’argumentation. Cependant, cette stratégie montre ses limites, dans la mesure où la majorité de sa base même semble soutenir une intégration à l’Europe.

L’ANAP : une stratégie européenne

69Mesut Yılmaz, en revanche, joue principale­ment sur l’entrée de la Turquie à l’Europe dont il se fait le principal défenseur et dont il se targue d’avoir été l’architecte pendant la durée du gouvernement.

* Les partis « classiques »

70Les partis extérieurs à la coalition essayent de tirer parti de la délégitimation des partis de la coalition pour tirer leur épingle du jeu.

Le CHP : un effet Derviş ?
  • 112 İ. Berkan, “Anketler Ayrı, Sonuçlar Aynı”, Radikal, 13 août 2002, p. 3.
  • 113 “‘Ilımlı’ Adaylar Puan Arttırdı”, Cumhuriyet, 26 octobre 2002.
  • 114 “En Çok İşadamı CHP’de”, Radikal, 20 septembre 2002.

71Le CHP partait perdant. Ainsi, des sondages réalisés début août, avant le ralliement de Kemal Derviş, lui attribuaient environ 6 % des intentions de vote112. À l’été 2002, Kemal Derviş, très populaire, semblait constituer la figure qui ferait balancer les élections. Avec lui semblait se dessiner une recomposition du parti, que certains ont mis en parallèle avec la « troisième voie » de Tony Blair. Entrait en effet dans un parti se disant social-démocrate, comme « candidat-phare », un homme tout droit issu de la Banque Mondiale. Cette entrée marquait la conversion du CHP à une économie de marché, à une « synthèse libérale de gauche ». Le parti met en avant son « nouveau profil » pour tenter d’attirer aussi les électeurs de droite113. En outre, c’est le parti qui nomme, parmi ses candidats, le plus d’hommes d’affaires ; en revanche, il nomme peu de candi­dats véritablement marqués à gauche114.

  • 115 Ali Çarkoğlu, Elections in Turkey...”, art. cit., p. 6.

72Cependant, « l’effet Derviş » sur le vote CHP n’est pas évident : les résultats économiques qui pourraient être attribués à son arrivée au gouvernement commençaient à poindre à l’été, mais n’étaient pas encore perçus par ceux qui étaient le plus touchés par la crise. Surtout, son image d’homme de la Banque Mondiale était peu attrayante auprès de cercles nationalistes, avec un penchant religieux, auprès de sympa­thisants du CHP les plus à gauche, mais aussi parmi les universitaires115.

73Enfin, le CHP joue sur sa qualité légitimante de « parti d’Atatürk » pour servir de creuset à un consensus. Ainsi, au cours de la campagne, parallèlement à la perte de crédibilité du YTP, le CHP se retrouve en position de rassembler une grande partie des voix de gauche et notamment les anciens électeurs du DSP.

Le DYP : limiter les dégâts
  • 116 Leader historique du parti nationaliste MHP.

74Le DYP, autre parti du système mais dans l’opposition, entend profiter de la délégitimation des partis au pouvoir pour s’imposer. Tansu Çiller neutralise son rival potentiel, Mehmet Ali Bayar, en le convainquant de candidater pour le parti à İzmir. Elle parvient à une coalition similaire avec le fils d’Alparslan Türkeş116, qui figure sur la liste du parti à Kayseri. Mais le DYP reste confronté à la concurrence de l’AKP, du GP et du MHP.

* Les nouveaux partis

75Enfin, les élections de 2002 ont vu l’apparition de nouveaux partis, qui fondent leur campagne sur leur nouveauté, qu’ils promettent seule à même d’accomplir les réformes nécessaires face à un système usé et corrompu.

L’AKP : le centre-droit « nouveau » est arrivé

76L’AKP part grand vainqueur des élections. Sur toute la durée de la campagne, tous les sondages le placent loin en tête. La personnalité de Recep Tayyip Erdoğan joue un rôle certain dans ce succès, malgré son interdiction de droits politiques. Alors que le parti rassemble, selon un sondage réalisé début août par le TÜSİAD, 21 % des intentions de vote, plus de 25 % des interviewés souhaitent qu’il devienne le nouveau premier ministre (vient ensuite İsmail Cem, loin derrière avec 9 %). Un autre facteur important est que l’AKP se positionne au centre : il tente d’attirer tous les électeurs autour d’un libéralisme conservateur, teinté de nationalisme, mais aussi de prises de position sociales.

Le YTP : renouveler la vie politique

77Le YTP n’a pas seulement un programme de libéralisation économique, politique et sociale ; il annonce une réforme en profondeur de l’État, ainsi qu’une réforme du système électoral, incluant par exemple la limitation de l’immunité parlementaire. Il joue la carte « minoritaire » en investissant de nombreux candidats arméniens ou syriaques, par exemple. En outre, İsmail Cem joue beaucoup sur sa crédibilité par rapport à l’extérieur, notamment l’Union Européenne, les États-Unis, mettant en avant son long passé de ministre des Affaires étrangères.

Le GP : le parti-personne117
  • 117 T. Bora, “Cem Uzan ve Neo-Faşizmin Yeni Yüzü : şirket Konserlerinden Partiye”, Birikim n° 162, octo (...)

78Depuis la publication d’un sondage d’opinion le 30 septembre, le GP semblait devoir constituer la « surprise » de ces élections. Alors qu’il n’avait pas du tout été pris au sérieux, ce tout nouveau parti semblait pouvoir passer le barrage.

79Or, le GP est centré autour de la personne de son fondateur et dirigeant, le riche homme d’affaires Cem Uzan, à la tête d’un holding. Il est difficile d’évoquer d’autres figures dans le parti, tant celui-ci semble tourner autour de la person­nalité de son leader. L’objectif principal du GP semble être d’obtenir quelques sièges d’immunité pour Cem Uzan, recherché dans plusieurs affaires de fraude.

80Le GP met en œuvre un discours populiste, nationaliste, accordant une grande place à la défense de la « turcité » et à « l’islamité », contre toutes sortes d’intérêts étrangers qui veulent affaiblir la Turquie. Et il emploie les grands moyens : meetings de masse accompagnés de repas gratuits et de concerts de grandes vedettes, immenses campagnes de publicité dans les médias du groupe... On estime que son budget de publicité se monte à peu près à 300 millions de dollars. Comme pour ses rivaux, les finance­ments de campagne du GP restent peu transparents ; mais la fortune personnelle de son leader n’y est probablement pas étrangère.

  • 118 “Yaşar Hoca’nın Oğlu GP’li”, Radikal, 22 novembre 2002.
  • 119 A. İnsel, “Nihilizm Patlaması”, Radikal 2, 20 octobre 2002, p. 4. Voir D. Behar, “Cem Uzan : un ent (...)

81Qui soutient le GP ? Ses cadres semblent être constitués en premier lieu de cadres d’entreprises appartenant à Cem Uzan118. Une bonne partie de ses sympathisants - urbains pour la plupart - semble composée de jeunes ; de petits artisans, des ouvriers non qualifiés ; la classe moyenne touchée par la crise et déclassée ; et des femmes119.

Le DEHAP : Une tentative de « départicularisation »

82En faisant alliance avec deux autres partis de gauche, le HADEP, poids lourd du DEHAP, ent­rait dans une stratégie de « départicularisation ». Le DEHAP se voulait attirer les voix des Kurdes dans les grandes villes, mais aussi celles de gauche non kurdes ; il se voulait un parti de toute la Turquie, et le porte-parole d’une véritable alternative à gauche, plus à gauche que le CHP, qu’il considère comme glissant à droite, voire « vendu au grand capital ».

83Très vite, les sondages annoncent que seul l’AKP et le CHP sont sûrs de passer le barrage. Le GP, considéré quelques semaines avant le suffrage comme le « troisième parti », perd ensuite du terrain ; on s’interroge sur le DYP, le MHP, parfois le DEHAP ou l’ANAP, qui remon­tent dans les dernières semaines. Quant aux autres partis, ils gardent peu de chances de passer le barrage.

b. Les thèmes de campagne, ou quand l’économie prime sur le religieux et le reste

  • 120 “Son 3 Seçimde Partiler”, Dünya, 22 octobre 2002, p. 11.

84Sur quels thèmes se fait la campagne ? De nombreux observateurs soulignent la qualité globalement médiocre des programmes, notam­ment en ce qui concerne les questions économiques ; en outre, ils laissent largement de côté de nombreux sujets qu’on peut considérer comme importants, comme l’environnement. L’un des mots d’ordre pour tous les partis modérés, un joker pourrait-on dire, est istikrar, stabilité, dans un contexte largement caracté­risé comme « crise »120.

* L’économie

  • 121 “Siyasilere Güven Azalıyor”, Cumhuriyet, 18 août 2002, p. 6.

85Un sondage réalisé en avril 2002 montre que ce sont les problèmes économiques qui sont perçus comme étant les plus importants : 53 % des interviewés déclarent que le problème le plus grave de la Turquie est l’inflation et la cherté de la vie ; pour 25 %, il s’agit du chômage121.

86Ce sont également des thèmes économiques qui dominent la campagne. L’un des arguments de campagne du CHP était d’avoir les compé­tences nécessaires pour gérer l’économie, ainsi que de bons contacts avec les milieux financiers internationaux. C’est la figure de Kemal Derviş qui le rend crédible, mais qui lui vaut également des critiques de financement par les milieux d’affaires. Les partis - notamment le CHP et l’AKP - multiplient les visites et les entrevues avec les cercles économiques.

87L’AKP, le CHP et le YTP annoncent leur intention de poursuivre le programme de stabi­lité du FMI - même en faisant certaines adap­tations -, ce qui est en revanche critiqué par le BBP, le SP (2), le TKP, le DEHAP et le GP, qui dénoncent l’indexation du pays aux contraintes imposées par le FMI.

* L’Europe

  • 122 “Seçime AB Damgası”, Cumhuriyet, 6 octobre 2002, p. 6.

88Les manifestes électoraux accordent égale­ment une large place à l’Europe. La grande majorité des partis (AKP, ANAP, CHP, YTP, ainsi que le DYP, de manière plus ambiguë) apportent leur plein soutien au processus d’intégration à l’UE et le considèrent même comme l’objectif prioritaire de politique exté­rieure. L’AKP se présente comme pro-européen convaincu, alors que Mesut Yılmaz veut tirer cette couverture à lui et se faire le seul véritable pro-européen de cette campagne. La première exception vient du SP (2), pour lequel l’UE représente seulement une orientation stratégique parmi d’autres. S’il considère que l’entrée de la Turquie dans l’UE sur un pied d’égalité est envisageable, il ne souhaite pas que le pays néglige pour autant sa culture, sa croyance et ses relations avec le monde musulman et turc. De même, le MHP émet des réserves quant à la perspective européenne122.

* La réforme

89Conformément au constat partagé de « crise », la majorité des partis promet de réformer le système politique. Ces promesses de réforme s’inscrivent évidemment dans la perspective d’une adhésion à l’UE, mais pas seulement. Il s’agit aussi de l’abolition de l’immunité parlementaire, de la modification des lois électorales, etc. Bref : c’est aussi « la politique » et « le système » qui doivent changer. Le YTP, mais aussi le GP jouent notamment sur ce thème.

* Le discours « sécuritaire »

90En revanche, la dénonciation des « dangers » islamiste et « séparatiste » ne constitue pas le ton principal de la campagne, et n’est plus aussi virulente que lors des élections précédentes.

* La religion

  • 123 “AKP Gerçek Kimliğini Saklıyor”, Cumhuriyet, 6 octobre 2002, p. 4 ; “Ecevit : AKP’nin Asıl Niyeti B (...)
  • 124 O. Ekinci, “Erdoğan’ın ’Takıyye’ Belgesi”, Cumhuriyet, 26 octobre 2002 ; “Ecevit’in Rejim Uyarısı”, (...)
  • 125 S. Es, S. Çuhadar, “Yılmaz : AKP, Milli Görüş’ün Hizbi”, Cumhuriyet, 27 octobre 2002, p. 5.
  • 126 “Siyasilere Güven Azalıyor”, Cumhuriyet, 18 août 2002, p. 6.
  • 127 “Erdoğan, “İslamcı Parti“ Sorusuna Çok Öfkelendi”, Dünya, 5 septembre 2002, p. 3 ; E. AKSOY, “Erdoğ (...)

91Cependant, le DSP a tenté d’utiliser le spec­tre de la « réaction » pour stigmatiser l’AKP123 ; cet argument a également été employé, dans une moindre mesure, par le CHP124 et l’ANAP125. Mais cela est minoritaire ; d’une manière géné­rale, les thèmes religieux perdent leur acuité. Selon l’enquête du TÜSES, en 1994, 19 % des interviewés se déclaraient pour la charia et 61 % contre ; 20 % ne se prononçaient pas. En 2002, seuls 10 % se déclarent pour, et 30 % ne se prononcent pas126. Ainsi, le CHP ne joue qu’à la marge sur la laïcité ; il ne se veut pas parti « laïc » ou « athée » contre les religieux, mais « croyant moderne », comme le montre l’un de ses candidats-vedettes Yaşar Nuri Öztürk, célèbre théolo­gien défenseur de la laïcité kémaliste. Parallèle­ment, l’AKP refuse résolument de problématiser les « thèmes qui fâchent », comme celui du voile, et refuse l’étiquette islamiste127. Seul le SP (2) se prononce pour

  • 128 “Erbakan Para Sorununu Allah’a Havale Etti”, Cumhuriyet, 6 octobre 2002, p. 6 ; voir aussi “Başörtü (...)

« une nouvelle conception de la laïcité, qui ne sera pas fondée sur l’oppression des individus »128.

* La question kurde

  • 129 S. Kuvel, “’AB’nin Yolu Diyarbakır’dan Geçer’ Diyen Yılmaz, Bahçeli’yi Kızdırdı”, Zaman, 14 octobre (...)

92On remarque une dédramatisation similaire au sujet de la question kurde. Elle n’a pas été au centre de la campagne, à la différence de 1999, et ce malgré les développements de l’affaire irakienne, qui n’apparaissent pratiquement pas. Seul, le MHP a tenté d’activer la menace kurde, en agitant par exemple le spectre d’un État kurde et les développements en Irak du nord, parfois en les mettant en relation avec les réformes pour l’intégration de la Turquie à l’Union Européenne129.

  • 130 “CHP’den Doğu’ya Özel İlgi”, Cumhuriyet, 6 octobre 2002, p. 5.

93En revanche, certains partis ont accordé une attention particulière aux départements du sud-est du pays. Ainsi, le CHP y a fait une cam­pagne différente du reste du pays, et y a préparé une brochure spéciale. Il promet la fin de la violence, de la torture et des pressions, la garantie des libertés fondamentales, la levée des obsta­cles à l’enseignement en langue maternelle, ainsi que l’abolition du système des korucu. La brochure propose en outre un programme de « développement » pour la région ; elle déclare le CHP attaché au « multiculturalisme »130.

94Finalement, la campagne aura été assez « consensuelle », par rapport aux précédentes. Un indicateur supplémentaire a été le débat télévisé entre Deniz Baykal et Tayyip Erdoğan le 26 octobre, dont le ton n’était pas dans la confrontation sur la laïcité. Ainsi se déclarent-ils prêts à « résoudre le problème du foulard ensemble ».

c. Les pratiques de campagne : médias et communication politique

95Comment a-t-on fait campagne ? Comme toujours, les villes se sont couvertes d’affiches et de banderoles à l’effigie des différents partis, les autobus de campagne ont lancé à tue-tête leurs slogans et chansons aux passants. Durant quelques semaines, la Turquie a pris cet « air de campagne » si caractéristique, nourri de l’industrie du tract, de la surenchère de l’affiche, du porte-à-porte et des permanences électorales.

96Mais ici encore, certaines innovations méri­tent d’être mentionnées. Comme souvent, les promesses électorales ont atteint des sommets démesurés ; dans ce domaine, la palme reste difficile à décerner ; on hésite volontiers entre Cem Uzan et Tansu Çiller. Cette dernière a notamment promis « deux clés » à chaque citoyen (une pour la maison, l’autre pour la voiture), « un tracteur pour chaque paysan », et l’attribution des banques agricoles étatiques aux agriculteurs, leurs « véritables propriétaires ». Quant à Cem Uzan, il a préféré promettre d’augmenter le nombre de départements de 81 à 250 et d’ouvrir dans chacun une université ; d’attribuer 200 mètres carrés de terres appartenant à l’État à chaque famille ; d’allouer des crédits à bas taux à toutes les familles, remboursables dans trente ans ; de distribuer gratuitement des manuels scolaires ; d’abolir les taxes sur la nourriture et le salaire minimum et, d’une manière générale, de réduire les impôts.

  • 131 Il s’agit de Star, Star Max et Kanal 6. “YSK : Yayın Durdurma Kararı RTÜK’ün Değil”, Cumhuriyet, 6 (...)
  • 132 H. Akpinar, “Şarkıyla Poşetle Bu İş Olmaz”, Hürriyet, 20 octobre 2002.
  • 133 “AKP’ye 6 Saat, İP’ne 4 Dakika”, Hürriyet, 20 octobre 2002, p. 14.

97Une polarisation s’est effectuée autour de la figure controversée de Cem Uzan. Les médias appartenant à son groupe - chaînes télévisées, fréquences radios, quotidiens comme Damga et surtout Star - ne relataient pratiquement que la campagne du GP. Le YSK a interdit ses trois chaînes télévisées ainsi que ses deux fréquences de radio - Kral FM et Metro FM - d’émission durant cinq jours, pour violation du principe d’égalité de traitement des partis131. Parallèlement, le GP était pratiquement ignoré par les autres partis et médias, jusqu’à ce qu’il fasse une percée étonnante dans les sondages. Dès qu’il devient un candidat sérieux, il est critiqué de manière virulente par ses adversaires poli­tiques : on lui reproche son caractère de novice, on doute de sa capacité à mener les affaires politiques et on tourne en ridicule ses pratiques de campagne132. D’une manière générale, il convient de remarquer que, contrairement aux consignes du YSK, les chaînes de télévision n’ont pas traité avec égalité les différents partis. Elles ont accordé un temps d’antenne beaucoup plus important à la diffusion des activités de l’AKP, puis du GP, qu’à celles des autres partis133.

  • 134 “Sandık Yolculuğu Çetindi”, Radikal, 3 novembre 2002, p. 7.
  • 135 O. Yayman, “Uzan İzmir’de Konuşamadı”, Cumhuriyet, 20 octobre 2002, p. 5.

98Cem Uzan a également innové au niveau de la forme. Ses meetings prennent le caractère de shows commerciaux, dans la mesure où ils commencent par des concerts et se terminent souvent par des distributions de repas gratuits. De même, c’est Cem Uzan qui a parcouru le plus de distance durant la campagne (46 000 kilo­mètres), au cours de ses 140 meetings qu’il rela­yait, au rythme de plus d’un par jour, grâce à son hélicoptère ou à son avion privé ; alors qu’Ecevit, en raison de ses responsabilités de premier ministre et de sa santé, n’en a fait que neuf. Tayyip Erdoğan a fait campagne dans 65 dépar­tements ; Tansu Çiller a organisé 54 meetings, mais ne s’est pas rendue dans le sud-est, si ce n’est à Urfa ; le SP (2) a organisé des meetings dans 45 départements, immanquablement plus « pleins » quand Necmettin Erbakan était aux côtés de Recai Kutan ; le DEHAP a organisé des meetings dans 45 départements, même s’il a montré une prédilection pour le sud-est. Ces meetings étaient marqués par leur caractère massif (atteignant régulièrement la centaine de milliers de personnes), notamment dans les métropoles. Devlet Bahçeli n’a organisé que 38 meetings ; Deniz Baykal n’a parcouru que 25 départements. Mesut Yılmaz ne s’est « produit » que dans 14 départements, mais avec une nette préférence pour İstanbul. Le YTP a été l’un de ceux qui ont organisé le moins de meetings ; en outre, İsmail Cem a montré une nette prédilec­tion pour les régions égéenne et méditerranéenne. Par rapport aux élections précédentes, les leaders ont pu, en moins de temps, atteindre plus de lieux, ce qui était d’autant plus important que la campagne a été relativement courte134. Cepen­dant, certains leaders, déçus par le peu de monde rassemblé, ont préféré repartir avant même le meeting. C’est le cas de Cem Uzan fin octobre à İzmir, alors même qu’il obtiendra dans cette ville l’un de ses meilleurs résultats135.

  • 136 Z. Aslan, “Cep’ten Siyasi Propaganda Bombardımanına Hazır Olun”, Hürriyet, 8 septembre 2002, p. 12.
  • 137 “YSK ’Cep’e Dokunamıyor”, Cumhuriyet, 27 septembre 2002.

99Une nouveauté a été la mise à contribution pour la campagne des nouvelles technologies de l’information et de la communication. Ainsi, Cem Uzan, propriétaire du réseau de téléphones numériques Telsim, envoyait des SMS contenant des slogans à tous ses abonnés. Il informait aussi par ce biais les habitants des circonscriptions dans lesquelles il s’apprêtait à se rendre de son passage. Le LDP, l’İP et le SP (2) ont également fait appel aux messages électroniques pour leur campagne. Aucune de ces pratiques n’a pu être sanctionnée, dans la mesure où le YSK n’a pas encore émis de règles à ce sujet136. L’encadre­ment juridique s’est laissé dépasser par le progrès technologique137.

  • 138 S. E. Erdem, “Kapa Lideri, Çevir Şaban’ı”, Radikal, 16 septembre 2002, p. 5.

100Bref, les partis ont multiplié leurs apparitions dans les médias. Mais l’intérêt pour la campagne semble réduit : au moins jusqu’à mi-septembre, les émissions télévisées avec les leaders poli­tiques montraient un taux d’audience (d’une moyenne de 14 %) bien moindre que les émissi­ons habituelles, les séries, films ou émissions de loisir (25 % en moyenne)138. Les téléspectate­urs, désabusés, se lassent ou n’y croient plus : loin est le temps où, réunis dans le café du village, on écoutait les discours politiques retransmis à la radio !

  • 139 S. E. Erdem, “Oylar Karizmada Saklı”, Radikal, 12 octobre 2002.

101De ce fait, les campagnes s’américanisent : on voit les candidats faire du sport... D’une manière générale, la « mise en image » des partis et des leaders a été très importante. Certains sondages montrent que le facteur décisif dans la préférence de tel ou tel parti est son leader ; ces derniers soignent donc leur image. C’est là que les agences de publicité, les « faiseurs d’image » et de nombreuses entreprises de conseil en ce domaine entrent en scène, qui proposent aux candidats des projets « spécial propagande », qui chiffrent de 40 000 à 100 000 dollars. Ceux-ci comprennent la production de clips de présen­tation à la télévision ou à la radio, de pages internet ou de CD-Rom, des cours de diction, du conseil en habillement, en image et en techniques de meeting... Ainsi, Deniz Baykal, qui avait auparavant une image très austère, paraît désormais comme beaucoup plus avenant139.

  • 140 Au CHP, l’écrivain Nazlı Eray, l’artiste Berhan Şimşek, l’ancien responsable de l’équipe nationale (...)

102Un autre volet de cette « mise en image » est que chaque parti a ses artistes, ses mannequins, ses chanteurs, ses sportifs qui ont un rôle important dans la « popularisation », et appa­raissent dans les meetings ou à la télévision. Ils sont également candidats, mais sont mal placés sur les listes, que ce soit à l’AKP ou au CHP140 ; là n’est pas en effet leur apport principal aux partis, qui se fait en termes d’image...

6. Quand les électeurs entrent en scène

a. La négociation des intérêts collectifs

103À côté des stratégies des partis visant à convaincre les électeurs sur une base individuelle, on assiste également à des tentatives de les convaincre sur une base collective. Il existe donc, à côté des stratégies idéologiques et d’opi­nion, des pratiques d’échange (clientélisme) mais aussi des arguments communautaires (représentation d’intérêts particuliers). En effet, les élections sont aussi une occasion pour les groupes de pression de faire avancer leurs candidats ou leurs revendications. C’est donc également à ce niveau qu’on assiste à différents types de « marchandage ».

* Les tribus

  • 141 Voir M. Oral, “Meclis’in Gözü Aşiretlerde”, Cumhuriyet, 18 septembre 2002, p. 6.
  • 142 Presque toutes ses têtes de listes dans le sud-est du pays sont des notables tribaux. L’un des plus (...)
  • 143 Ainsi seront élus de l’AKP Zülfikar İzol des İzol à Şanlıurfa, Ahmet İnal des Badıka et Mehmet Ali (...)
  • 144 Ainsi, la tribu des Bekirhanlar de Batman est divisée et organise plusieurs conférences de presse, (...)
  • 145 M. Gökçe, “’Bizi Yerleşik Hayata Geçirerek Partiye 17 Bin Oyumuz Var”, Zaman, 24 octobre 2002, p. 2

104Dans certaines circonscriptions du sud-est notamment, les tribus (aşiret) sont toujours considérées par les partis comme des réserves de voix141. De nombreux partis donnent l’investiture à des chefs tribaux dans l’espoir d’obtenir des voix en bloc. Cela n’est pas le fait d’un seul parti, même si, conformément à sa tradition, le DYP reste le premier en la matière142. L’ANAP, le SP (2), l’AKP143, le MHP et le CHP n’hésitent pas à faire de même. Ainsi, diverses tribus négocient avec les partis, certaines déclarant même « être à la recherche d’un parti » ; d’autres organisant des conférences de presse pour annoncer publique­ment leur soutien pour tel parti ou tel candidat144. Il ne s’agit pas toujours de l’investiture de l’un des membres, mais aussi de promesses électorales. Ainsi, les chefs de la tribu Beritan (une grande tribu nomade du sud-est, environ 50 000 membres et 17 000 voix car un tiers n’auraient pas le droit de vote), traditionnelle­ment proches d’Ecevit, déclarent ne préférer aucun parti et ne plus faire confiance à la politique. Ils demandent de l’État une aide pour se sédentariser et déclarent mettre leurs voix en bloc dans les provinces de Diyarbakır, Elazığ et Bingöl à la disposition du parti qui sera le plus offrant145.

  • 146 Sur la relation entre cette famille et le DYP, voir M. FARAÇ, “Aşiretin Öfkesi”, Cumhuriyet, 14 sep (...)

105Mais il ne faudrait pas conclure au caractère automatique des ralliements : d’abord, les choix politiques évoluent ; en second lieu, des préfé­rences politiques se différencient au sein même des aşiret. Même parmi les aşiret dont un candi­dat a obtenu l’investiture dans un parti, les soutiens du DEHAP se font nombreux. Quant aux aşiret qui ne trouvent pas de parti politique, elles présentent des candidats indépendants. C’est le cas de Mustafa Zeydan à Hakkâri, ou des Badikan à Muş, ou encore des Şeyhanlı à Urfa avec Sabahattin Cevheri146.

* Les confréries

  • 147 Cumhuriyet, 12 septembre 2002.

106Là aussi, force est de constater que les contacts avec les confréries (tarikat) ne sont pas l’exclu­sivité d’un parti, ni même des partis à connota­tion religieuse. Le SP (2) nomme candidat à Konya Abdurrahman Büyükkörükçü, fils de l’ancien mufti de Konya et nakşibendi important147. Mais, selon d’autres sources, les Nakşibendis soutiendraient l’AKP.

  • 148 Les candidats de Manisa et Uşak sont proches de certaines tarikat, notamment les Fethullahçı. “DYP (...)
  • 149 H. Çetinkaya, “Tarikatların Siyasi Gücü...”, Cumhuriyet, 28 août 2002, p. 5.

107L’AKP joue cette carte confrérique à plusieurs endroits, et compte de nombreux Süleymancı et Nurcu dans son contingent. Pour attirer les voix des Süleymancı, il nomme deux de leurs repré­sentants sur sa liste stambouliote, dont le petit-fils de Süleyman Hilmi Tunahan, l’un des dirigeants des Süleymancı, dont le frère est tête de liste de l’ANAP à Antalya. Ici encore, on ne peut donc pas parler de ralliements automa­tiques, mais d’une carte que peuvent jouer plusieurs partis - en premier lieu l’AKP et le DYP148 - de manière concurrente. Ainsi, on ne peut pas faire correspondre à chaque confrérie un parti politique. Les Fethullahçı seraient confiants envers l’AKP, mais aussi envers le CHP et le YTP149 ; le groupe Yeni Asya des Nurcu serait plus proche du DYP.

108Enfin, on note diverses configurations locales. Ainsi, à Antalya et Denizli, les Süleymancı auraient rompu avec l’ANAP et se rapproche­raient de l’AKP. À Uşak, le DYP nomme une tête de liste connue pour sa proximité avec Fethullah Gülen.

* Les alévis

  • 150 “Aleviler : Erdoğan Takıyye Yapıyor”, Yeniden Özgür Gündem, 23 octobre 2002.

109Certains partis politiques essayent d’en appeler indirectement à certains groupes comme les alévis par des signes ou des connotations sur leurs affiches électorales : le DEHAP, mais aussi l’AKP avec son affiche « Biz Türkiye’nin Yunus’u, Mevlana’sı, Pir Sultan Abdal’ıyız » (« nous sommes le Yunus [Emre], le Mevlana, le Pir Sultan Abdal de la Turquie »), affiche à laquelle les réactions sont nombreuses150.

  • 151 “Aleviler Koşulsuz Destek Vermez”, Radikal, 29 août 2002, p. 7.
  • 152 “Aleviler : Oyumuz Laikliğe”, Hürriyet, 1 novembre 2002.
  • 153 “Aleviler : ’Yol Düşkünlerine’ Oy Yok”, Yeniden Özgür Gündem, 1 novembre 2002, p. 4.

110Beaucoup d’interlocuteurs alévis se disent représenter les alévis et pouvoir canaliser leurs voix. Ainsi, İzzettin Doğan, directeur de la conservatrice fondation CEM, lui-même candidat malheureux à la candidature dans plusieurs partis, déclare à la télévision que les voix alévies se répartiront entre le DSP, le DYP et l’ANAP. Cette déclaration éveille aussitôt des réactions : l’ABKB, constituée par 52 organisations alévies, déclare que les alévis ne soutiendraient pas sans condition un parti politique, mais qu’il pren­draient leur décision en fonction des programmes et de leur réponse aux demandes spécifiques des alévis151. De même, la fédération alévie-bektachie critique la déclaration d’İzzettin Doğan, réitère que les voix alévies ne sont acquises à personne et... sous-entend qu’elles s’orienteront à gauche, pour soutenir la démocratie et la laïcité152. La fédération des démocrates alévis - à tendance pro-kurde - juge la déclaration d’İzzettin Doğan nulle et non avenue, et fait remarquer que ces trois partis auraient plutôt nuit que profité aux alévis. Elle conseille aux alévis de voter pour le DEHAP153. Ici encore, on ne peut pas parler de ralliement automatique, mais plutôt de tenta­tives, plus ou moins déguisées, pour attirer des voix sur une base collective - comme le montre le « défilé » d’hommes politiques lors du festival d’Hacıbektaş en août -, ainsi que de tentatives de personnalités de se profiler comme représen­tants ou de négocier des places de candidats. Mais les déterminants du vote se jouent plus sur des bases locales et personnelles, par exemple selon la personnalité des candidats.

* Les groupes d’intérêt

  • 154 Şehit Ailelerin Hedefi Meclis”, Cumhuriyet, 11 août 2002, p. 4.
  • 155 “Transsexüellerden YTP’ye Ziyaret”, Cumhuriyet, 5 septembre 2002.
  • 156 U. Öztürk, “TEMA’nın Oyu, Toprağa Değer Veren Siyasetçiye”, Zaman, 18 octobre 2002, p. 16.
  • 157 “Köylerinin Oylarını Satılığa Çıkardılar”, Zaman, 26 octobre 2002, p. 3.
  • 158 “AK Parti, Türk-İş’ten Aday Göstermek İstiyor”, Dünya, 29 août 2002, p. 3.

111Divers groupes d’intérêt entendent profiter des élections pour obtenir une représentation parlementaire ou des promesses de mesures, et entament des négociations avec les partis. C’est le cas, par exemple, des familles de şehit, soldats « martyrs » morts au combat dans le sud-est154. De même, les transsexuels mettent en avant leur potentiel électoral et demandent aux diffé­rents partis les mesures qu’ils prendraient pour améliorer leur situation155. Il en est de même pour certaines associations écologistes156. Il peut s’agir aussi de villages qui promettent de voter en bloc pour le parti qui leur promettra de construire le pont qu’ils attendent depuis des années157. Il peut s’agir enfin de groupes profes­sionnels. Hısarcıoğlu, le président de la chambre de commerce d’Ankara, a ainsi été courtisé par pratiquement tous les partis et, après maintes hésitations, est entré dans des négociations plus poussées avec le DYP. De même, l’AKP désire nommer un candidat du syndicat Türk-İş, alors que son ancien directeur est candidat du CHP158, pour ne pas laisser à ce dernier le monopole de la représentation syndicale. Ici encore, c’est un jeu à double sens : les partis cherchent à attirer les voix de groupe, les groupes mettent en avant leur potentiel électoral pour faire cracher des promesses ou des sièges aux partis.

b. Le mécontentement et l’indécision comme facteurs centraux

  • 159 İ. Berkan, “Anketler Ayrı, Sonuçlar Aynı”, Radikal, 13 août 2002, p. 3.
  • 160 Voir par exemple “Benden Oy Yok”, Radikal, 31 octobre 2002, p. 7.

112Tous les sondages ont montré un fort taux d’indécis ainsi que de personnes n’ayant pas l’intention de voter. Ainsi, selon un sondage du TÜSİAD effectué début août 2002, 15,1 % des interviewés avaient l’intention de voter blanc ou nul, et 23,8 % étaient indécis159. De nombre­ux interviewés déclarent leur intention de voter blanc de manière consciente, comme signe de protestation160. Ils donnent différents arguments, du type

  • 161 S. Oğuz, “Tepkili Seçmenlerin Cezası “Boş Oy“”, Dünya, 4 septembre 2002, p. 2.

« je ne vois pas de parti pour lequel je pourrais voter » ; « je ne crois à aucun d’entre eux, aucun ne suscite ma confiance » ; « ils ont tous leur part de responsabilité dans l’état actuel du pays, c’est pourquoi en réaction je voterai blanc » ; « je n’ai pas de pain à ramener à la maison, que personne ne me demande ma voix » ; « je ne veux pas devenir complice, c’est pourquoi je voterai blanc » ; « ils cherchent tous des sièges, mais ne s’occupent pas des problèmes du citoyen » ; « je ne vois pas de parti qui soit en mesure de gérer la Turquie » ; « ils n’ont pas pu résoudre nos problèmes ; pour les sanctionner, je ne donnerai ma voix à personne »161.

113Beaucoup préfèrent voter blanc que s’abstenir, pour éviter l’amende. Mais le manque de confiance dans les partis apparaît clairement.

  • 162 Fondation pour les Études Politiques, Économiques et Sociales de Turquie. L’intérêt de ses sondages (...)
  • 163 “Siyasilere Güven Azalıyor”, Cumhuriyet, 18 août 2002, p. 6.

114Les enquêtes de la fondation TÜSES162, réalisées dans 26 circonscriptions, montrent que la confiance dans les partis baisse de manière continue. Alors qu’en 1996, 78 % des interviewés déclaraient sympathiser pour un parti, ils n’étaient plus que 65 % en avril 2002, c’est-à-dire avant la perspective des élections. En 1998, la majorité des partis (le RP-FP, le DYP, l’ANAP et le MHP) avaient la confiance d’au moins la moitié de leurs sympathisants. En 2002, seuls trois partis sont parvenus à maintenir la confiance et le lien parmi la majorité de leurs sympathisants : le HADEP, dans une certaine mesure le RP-FP-AKP et le CHP. Mais 70 % des interviewés - surtout les anciens sympathisants du DSP, MHP et ANAP - se détournent de leurs anciennes préférences. Enfin, 39 % déclaraient, si des élections avaient lieu, ne pas avoir l’intention de voter ou être indécis163.

  • 164 “Genç Seçmenler Arayışta”, Cumhuriyet, 26 octobre 2002, p. 9.
  • 165 F. Gazel, “Seçmenler Niye Kararsız ?”, Dünya, 4 septembre 2002, p. 2.
  • 166 F. Gazel, “Seçmenler Niye Kararsız ?”, Dünya, 4 septembre 2002, p. 2.
  • 167 “Seçmen Sandıktan Umutsuz”, Cumhuriyet, 9 octobre 2002, p. 5.
  • 168 A. Dikenli, “Öğrencilerden Oy Yok”, Radikal, 28 octobre 2002, p. 5.

115C’est la première fois depuis 1960 que cette indécision est aussi massive164. Beaucoup d’indécis le sont pour la première fois ; c’est le cas notamment pour les électeurs des partis au pouvoir165. Presque 25 % des primo-votants étaient également indécis début septembre166. 21 % des interviewés dans un sondage mené début octobre déclaraient que leur décision pouvait encore changer jusqu’au scrutin167. Les indécis - parmi eux, de nombreuses femmes - expliquent les raisons de leur indécision par plusieurs facteurs : le chaos politique, la coupure entre les partis et la société, l’incapacité des partis à faire face aux difficultés économi­ques. Il convient d’ajouter que les transferts massifs de candidats brouillent les cartes pour les électeurs. L’un des groupes les plus éloignés semble être les jeunes. De nombreuses forma­tions d’étudiants - y compris des formations musulmanes - appellent au boycott des élections, car elles ne changeront rien au à l’institution du Conseil supérieur de l’Education (YÖK) et ne permettront pas de résoudre les problèmes économiques168.

  • 169 “Seçmen Sandıktan Umutsuz”, Cumhuriyet, 9 octobre 2002, p. 5.

116Environ un mois avant le suffrage, 38 % des sondés pensaient que les gouvernements depuis 20 ans n’étaient pas au service de la population, alors que 32,3 % pensaient que c’est l’ANAP qui l’avait été le plus, suivi de loin par le DYP avec 8,4 %. 47,2 % des enquêtés pensent que les cho­ses ne changeront pas après les élections, et que leurs problèmes continueront169. Selon le sondage de la TÜSES, 46,7 % des interviewés pensaient mi-avril qu’aucun parti ne pouvait résoudre les problèmes de la Turquie (contre 40 % lors de la même enquête menée en 1998). Un mois environ avant le scrutin, 11,4 % expli­quaient leur intention de voter pour un parti précis par le fait qu’il n’avait jamais été essayé. Selon le sondage de la TÜSES, 72 % de la popu­lation souhaitait un nouveau leader, et 42 % un nouveau parti.

  • 170 E. Karaosman, “Seçim Yurttaşın Umurunda Değil”, Cumhuriyet, 26 octobre 2002, p. 9.
  • 171 “Siyasiye Karşı Bekçi”, Radikal, 12 octobre 2002, p. 6.

117D’une manière générale, la campagne a été caractérisée par le manque d’enthousiasme, par son climat morne170. Ainsi, un village du département d’Ordu poste une affiche à l’entrée, interdisant aux hommes politiques d’entrer au village, et affecte deux gardes armés à l’application de cette interdiction. Le maire déclare ne pas avoir l’intention de voter et explique ce comportement par le fait que les partis ne respectent pas leurs engagements171.

c. Le déroulement de la campagne : des élections relativement « calmes »

  • 172 B. Aydın, “Seçim Öncesi Asayiş Raporu Olumsuz Bulundu”, Zaman, 2 novembre 2002, p. 3.

118Les violences et irrégularités durant la campagne sont restées mesurées, au regard de celles qui avaient accompagné les précédentes élections. Selon l’antenne de l’Association des Droits de l’Homme d’Istanbul, quatorze bureaux de campagne ont été la cible d’attaques physiques par des inconnus, dont six du DEHAP, quatre du MHP, un du YTP, un du GP, un du BBP, un de l’AKP. Ont été blessés durant la campagne 56 membres du DEHAP, un candidat du YP, deux membres du TKP ainsi qu’un lecteur de la revue de gauche radicale Kızılbayrak. En outre, quatre minibus du DEHAP et trois du TKP ont été attaqués172.

  • 173 “TKP’lilere Gözaltı”, Cumhuriyet, 16 septembre 2002 ; “TKP’ye Polis Müdahalesi”, Özgür Gündem, 26 s (...)
  • 174 Y. Doğan, “TKP’ye Tavır ya da Demokrasi Skandali”, Cumhuriyet, 8 octobre 2002.

119Bien qu’ayant obtenu du YSK le droit de participer aux élections, le TKP a subi de nombreuses pressions. Ainsi, des militants sont régulièrement mis en garde à vue alors qu’ils posent des affiches173. Lors d’un meeting, le gouverneur a interdit l’utilisation des appareils d’amplification sonore, saisis par la police ; cette dernière a en outre essayé d’intimider les participants, arguant du fait que la fondation du parti ne serait pas légale174. On observe ici des décalages entre les différents organes de l’État, le ministère de l’intérieur, la police et même le comité électoral départemental de Diyarbakır contestant la légalité du TKP pourtant accordée par le YSK.

  • 175 S. Altan, “Baskıların Yeni Adresi : DEHAP”, Özgür Gündem, 13 septembre 2002.

120Un autre privilégié de ce genre de pressions est le DEHAP, dont un bureau de campagne a été fermé par les forces de sécurité durant cinq jours, et d’autres ont subi des mesures d’intimidation à Siirt175.

  • 176 Cumhuriyet, 23 août 2002, p. 8 ; 1 septembre 2002, p. 4 ; 3 septembre 2002.

121Une dernière cible privilégiée est l’ÖDP. Début septembre, deux jeunes militants de ce parti sont attaqués alors qu’ils distribuaient des tracts dans un café du quartier d’Okmeydanı à Istanbul, fréquenté par des sympathisants du MHP. L’un d’eux est tué et l’autre blessé. Une semaine plus tôt, deux autres jeunes militants de ce parti ont été violentés par des policiers en civil dans l’arrondissement de Küçükçekmece176.

  • 177 K. Aslan, “Bozlak, Diyarbakır Mitingi İçin Vali ve Emniyete Minnettar”, Zaman, 2 novembre 2002.
  • 178 “Seçim Günü 215 Kişi Gözaltına Alındı”, Radikal, 5 novembre 2002, p. 7.
  • 179 Voir M. Samur, “Sonuç Baskının İspatıdır“ ; “İHD’ye 103 Seçim İhlali Başvurusu”, Yeniden Özgür Günd (...)
  • 180 A. Akyol, “Köylüler Çok Gergindi”, Evrensel, 5 novembre 2002, p. 4.

122Cependant, les contraintes de sécurité durant la campagne se sont relâchées par rapport aux élections précédentes, ce qui est reconnu par l’ancien dirigeant du HADEP lui-même ; dans certaines circonscriptions, c’est la première fois que le DEHAP pourra véritablement faire campagne177. Le scrutin lui-même se déroule dans le calme. Ainsi, le jour du suffrage, seules 215 personnes sont mises en garde-à-vue, principalement pour infraction à la loi électorale, fraude ou pour avoir exercé des pressions sur les électeurs lors du scrutin ; et quatre pour port d’armes. Il ne semble pas qu’il y ait eu d’entraves majeures au bon déroulement des élections178. Ce caractère « calme » et « libre » est reconnu par des observateurs internationaux. Cependant, de nombreuses irrégularités sont constatées, notamment dans le sud-est du pays : arrivée tardive de dizaines de milliers de cartes d’électeurs à Diyarbakır, obligation dans certains villages de voter à bulletin ouvert, pressions diverses...179. En outre, quelques tensions et accrochages dans des villages ont également été notés, entre partisans de deux partis par exemple180. Enfin, devant certains bureaux de vote d’Istanbul, on a remarqué des jeunes en blouson rouge, arborant les emblèmes du GP et se livrant à une sorte d’intimidation des électeurs.

Notes

1 Différentes formules ont été expérimentées, du scrutin majoritaire dans les années 1950 à différents aménagements du système proportionnel (adéquation au niveau national, contingent, barrages national et local).

2 Pour une présentation concise et claire des systèmes électoraux et de leurs effets sur la représentation politique, voir P. Martin, Les systèmes électoraux et les modes de scrutin, Paris : Montchrestien, 1997.

3 Pour un bon aperçu des systèmes électoraux qu’a connus la Turquie, on consultera avec profit E. Tuncer, Osmanlı’dan Günümüze Seçimler, 1877-1999, Ankara : TESAV, 2002, surtout p. 19 ss., p. 109.

4 Les sigles des partis sont explicités à la fin du texte.

5 Pour les circonscriptions, nous nous référons à la terminologie de M. Bazin, “Les disparités régionales en Turquie“ in A. Gökalp (dir), La Turquie en transition : disparités, identités, pouvoirs, Paris : Maisonneuve-Larose, 1986, p. 17-47.

6 “Türkiye Şehirli Oluyor”, Radikal, 27 août 2002, p. 4.

7 “43 Milyon Seçmen Var”, Radikal, 27 août 2002, p. 4.

8 “Seçmen Listeleri 5 Gün Sonra Askıdan İndiriliyor”, Hürriyet, 22 août 2002, p. 8.

9 Voir par exemple S. ŞONER, “Seçmen Olabilmek”, Cumhuriyet, 29 août 2002, p. 13.

10 “Demokrasi Suçu işleniyor”, Cumhuriyet, 5 septembre 2002.

11 Le fait que ces muhtar soient pour la plupart kurdes, et dans des zones d’influence du HADEP, est interprété comme une initiative contre le HADEP. “Kürt Muhtarlara Operasyon”, Cumhuriyet, 9 août 2002, p. 6.

12 Observation au bureau du DEHAP de Gazi, 30 octobre 2002.

13 “68 Kifliyi Kütüğe Kaydettirdi”, Cumhuriyet, 30 septembre 2002, p. 4.

14 Environ 5000 cartes d’électeurs ont été envoyés à des victimes du tremblement de terre de 1999 à Sakarya, dont les noms n’avaient pas été rayés. Z. TOKUŞ, “5 Bin Ölüye Seçmen Kartı”, Milliyet, 1 novembre 2002.

15 “Haydi Sandık Başına”, Radikal, 1 novembre 2002, p. 7.

16 Aéroports d’Istanbul, d’Ankara, d’İzmir, d’Antalya et d’Adana ; poste frontière terrestre à la frontière bulgare.

17 Il convient cependant de noter que le vote aux frontières ne représente qu’une infime partie de l’électorat ; il a constitué au maximum 0,3 % des votants en 1995. E. Tuncer, Osmanlı’dan..., op. cit., p. 196.

18 Loi n° 4121 du 23 juillet 1995, qui modifie l’article 67 de la Constitution de 1982.

19 “Gurbetçi Oy Kullanmak İstiyor”, Radikal, 23 août 2002, p. 4.

20 T. Köse, “MHP Erken Seçim Kılıcını Çekti”, Cumhuriyet, 12 octobre 2002, p. 6.

21 İstemihan Talay, ministre de la culture ; ainsi que Recep Önal et Mustafa Yılmaz, ministres d’État.

22 Le 8 juillet, on ne compte plus que 106 députés du DSP (alors qu’il y en avait 136 au début de la législature), 127 du MHP, 85 du DYP, 79 de l’ANAP, 53 de l’AKP, 48 du SP (2), trois du TDP, un du BBP, 35 indépendants et treize sièges vides. “Siyasette Yüksek Gerilim”, Cumhuriyet, 9 juillet 2002, p. 1.

23 S. Kaplan, Kemal Derviş : Bir ’Kurtarıcı Öyküsü’, Istanbul : Metis yayınları, 2001.

24 “Seçim Barajı Düşürülsün”, Radikal, 6 septembre 2002.

25 “ANAP’ta Seçime Karşı Çatlak Sesler”, Radikal, 26 août 2002, p. 5.

26 “Bu Plana Alet Olmayacağız”, Milliyet, 11 septembre 2002, p. 10.

27 “Sezer’den ‘Kaos’ Uyarısı”, Cumhuriyet, 11 septembre 2002, p. 8.

28 Il s’agit de la loi concernant les biens des fondations communautaires.

29 “Üç Silahşörler Kapıştı !”, Radikal, 12 septembre 2002.

30 “Küskünler Faaliyete Geçti”, Radikal, 12 septembre 2002.

31 “Yılmaz AB Molası İstedi”, Cumhuriyet, 13 septembre 2002.

32 “Seçim Zamanında Yapılmalı”, Cumhuriyet, 13 septembre 2002, p. 6.

33 “Kıvrıkoğlu’ndan Kaos Uyarısı”, Cumhuriyet, 28 août 2002.

34 Par exemple Miraç Aydoğan, député de Malatya, ou Hasan Özyer, député de Muğla.

35 E. Kaplan, “ANAP’tan Kaçış Başladı”, Cumhuriyet, 15 août 2002.

36 Le groupe arı (abeille), think-tank et lobby proche de l’ANAP, entre au CHP sous l’impulsion de Kemal Derviş F. ALTAYLI, “Derviş, CHP’ye Arı Sokturdu”, Hürriyet, 21 septembre 2002, p. 9 ; voir aussi “ANAP’tan CHP’ye Katılım”, Cumhuriyet, 27 octobre 2002, pour des passages massifs (plus de 1000 personnes, dont des conseillers municipaux) de l’ANAP au CHP à Antalya.

37 “CHP’ya Adaylık Hücumu”, Cumhuriyet, 25 août 2002.

38 “CHP Çekim Merkezi Oldu”, Cumhuriyet, 15 août 2002.

39 A. Sayın, B. Tanrısever, “CHP’de Birlik Çağrısı Hız Kesti”, Cumhuriyet, 27 août 2002.

40 “AKP’ye Büyük Katılım”, Türkiye, 20 août 2002, p. 12.

41 “Erkan Mumcu Arayışa Ara Verdi”, Radikal, 15 août 2002, p. 6 ; “Erkan Mumcu AKP’ye Geçti”, Cumhuriyet, 1 septembre 2002.

42 Au YTP, les circonscriptions les plus convoitées sont Ankara, İzmir et İstanbul, car on s’attend à ce qu’il y obtienne ses meilleurs scores. Il lui manque cependant 45 candidats pour remplir ses listes à İstanbul et Ankara.

43 “Meğer Adaymışım !”, Radikal, 19 septembre 2002.

44 “DYP’den İki İstifa Daha”, Radikal, 26 octobre 2002, p. 7.

45 Ainsi, quatre candidats bien placés du DSP à Siirt passent au CHP quelques jours avant les élections. “Dört DSP’li CHP’ye Geçti”, Radikal, 30 octobre 2002, p. 7.

46 C’est le cas d’Ayvaz Gökdemir, député DYP d’Erzurum. “Gökdemir İstifa Etti Geri Aldı”, Cumhuriyet, 28 août 2002, p. 5.

47 “Okuyan’a Karşı Gövde Gösterisi”, Cumhuriyet, 1 septembre 2002.

48 E. Tuncer, Osmanlı’dan..., op. cit., p. 444.

49 D’environ 60 à 1225 euros.

50 “Vekiller Atanacak”, Radikal, 10 août 2002, p. 8.

51 “Parasız Yeni Türkiye Borç da İstemiyor !”, Milliyet, 1 octobre 2002.

52 D’environ 19 000 à 25 000 euros.

53 “Okumuş, Para Desteği Aldığı Kiflileri Açıkladı”, Cumhuriyet, 11 octobre 2002, p. 5.

54 F. Gazel, “Seçmenler Niye Kararsız ?”, Dünya, 1 septembre 2002, p. 2.

55 “Vekiller ‘Atanacak”, Radikal, 10 août 2002, p. 8.

56 Dans seize circonscriptions, ce sont les délégués qui élisent les candidats (Adana, Afyon, Antalya, Aydın, Balıkesir, Bilecik, Denizli, G.Antep, Hatay, İçel, İzmir, Konya, Kütahya, Manisa, Ordu, Tokat, Trabzon et Karaman) et dans les douze autres, ce sont les membres inscrits (Giresun, Gümüşhane, Isparta, Kırklareli, Van, Kocaeli, Muğla, Bayburt et Bartın). B. DOSTER, “Önseçim Yine Sözde Kaldı”, Cumhuriyet, 13 août 2002, p. 6.

57 Comme c’est le cas à Afyon, Aydın, Denizli, Isparta, İçel, Muğla, Van, İzmir ; les secondes positions à Adana, Antalya, Balıkesir, Gaziantep, Giresun, Konya, Kocaeli, Kütahya, Manisa, Ordu, Tokat. “DYP Önseçimleri Tek Fire İle Atlattı”, Zaman, 3 septembre 2002, p. 4.

58 Ainsi, les cadres locaux de Van menacent de démissionner si un non-local est parachuté par le parti. Y. Şimşek, “DYP’de Sahte Demokrasi”, Radikal, 26 août 2002.

59 Amasya, Artvin, Çorum, Edirne, Erzincan, Gaziantep, Kırklareli, Kırşehir, Sakarya, Sinop, Tekirdağ.

60 “Listede Baykal Damgası”, Radikal, 12 septembre 2002 ; “CHP’li Başkanların Hüsranı”, Radikal, 18 septembre 2002, p. 8.

61 B. Sarıoğlu, E. Toktar, “Eğitim Düzeyi Yükseldi”, Cumhuriyet, 14 septembre 2002, p. 6.

62 Adana’da DYP Delegesi Aranıyor”, Hürriyet, 22 août 2002, p. 8.

63 Ce qui aboutit à la démission de certains : “DYP’den ’Liste’ İstifası”, Cumhuriyet, 26 octobre 2002, p. 5.

64 “YTP Listeyi Dolduramadı“ et “ANAP’ta Ön Sıra Kurmayların”, Radikal, 12 septembre 2002.

65 “ANAP’ta Muhalifler Yok”, Cumhuriyet, 12 septembre 2002.

66 Ce terme, “vision nationale”, qui reprend le titre de l’ouvrage de Necmettin Erbakan publié en 1975, désigne la vision islamiste dont ce dernier a dirigé les avatars partisans depuis les années 1970, du MNP au FP, en passant par le MSP et le RP.

67 “Listelerden Manzaralar”, Radikal, 12 septembre 2002 ; “SP Listelerini BBP İçin Boşalttı”, Cumhuriyet, 12 septembre 2002, p. 8.

68 “Muhalifler de Aday Oldu”, Cumhuriyet, 10 septembre 2002, p. 5 ; “Ecevit’in Kısrası Sadakat”, Radikal, 12 septembre 2002 ; “Ecevit ’Vekillerini’ Korudu”, Cumhuriyet, 12 septembre 2002, p. 7.

69 Ainsi, le député Cahit Tekelioğlu, responsable de la mort du député d’Urfa (DYP), n’est pas pris sur la liste. De même, Yavuz Ceylan, condamné dans le meurtre d’Abdi İpekçi, et pourtant arrivé premier dans sa circonscription lors des consultations à la base, n’est pas nommé candidat. Enfin, İbrahim Çiftçi, impliqué dans le massacre de Bahçelievler et dans le meurtre du juge Doğan Öz, n’a pas été nommé sur les listes malgré son bon classement dans les consultations à la base. “Teşkilat İstemedi Bahçeli Aday Yaptı”, Radikal, 12 septembre 2002 ; “Cinayet Sanıklarına Yer Verilmedi”, Cumhuriyet, 12 septembre 2002, p. 8.

70 Seuls, les députés proches de Merve Kavakçı – ancienne députée du FP qui avait fait scandale en venant “voilée“ au Parlement, avant d’être déchue de sa nationalité turque – sont écartés. “Erdoğan Küskünlerden Korktu”, Cumhuriyet, 12 septembre 2002, p. 8 ; “Dava Arkadaşlarına Listede Yer Verdi”, Cumhuriyet, 13 septembre 2002.

71 “Tabandan Merkeze Tepki Var”, Özgür Gündem, 13 septembre 2002.

72 “İşçi ve İşveren Yan Yana”, Cumhuriyet, 14 septembre 2002, p. 13.

73 “İş Dünyası Siyaset Arenasında”, Cumhuriyet, 14 septembre 2002, p. 6.

74 “TOBB, Meclis’te 21 Koltuk Kaptı, Merkez Sağı AKP’li Oldu”, Hürriyet, 14 novembre 2002.

75 Dont Bayram Meral, directeur général du syndicat Türk-İş, et Enver Öktem, directeur du syndicat Oleyis.

76 Hüseyin Tanrıverdi, l’ancien secrétaire du syndicat islamiste Hak- İş et ancien directeur de Hizmet- İş, député de Manisa ; et Agah Kafkas, de Öz Gıda İş.

77 “En Çok İşadam ı CHP’de”, Radikal, 20 septembre 2002.

78 “Taşrada Kadının Adı Yok”, Cumhuriyet, 14 septembre 2002, p. 6.

79 Cela représente tout de même une progression d’une personne par rapport au Parlement précédent. On comptait 18 femmes à l’Assemblée en 1935, 15 en 1939, 16 en 1943, 9 en 1946, 3 en 1950, 4 en 195, 7 en 1961, 8 en 1965, 5 en 1969, 6 en 1973, 4 en 1977, 12 en 1983, 6 en 1987, 8 en 1991, 13 en 1995, 24 en 1999. A. ÖKTENER, “Meclisimiz Yine Erkek”, Milliyet, 5 novembre 2002, p. 17.

80 Par ordre alphabétique : AKP, ANAP, ATP ; BTP ; BBP ; CHP ; DP (2) ; DTP ; DEHAP ; DSP ; DYP ; EMEP ; HADEP ; İP ; LDP ; MHP ; MP (2) ; SP (2) ; YP ; ÖDP ; YDP ; TKP ; YTP. “Seçimlere 23 Parti Katılacak”, Cumhuriyet, 5 août 2002.

81 Par ordre d’apparition sur le bulletin de vote : DSP, DEHAP, YP, MHP, DYP, MP (2), BBP, ANAP, LDP, SP (2), BTP, ÖDP, TKP, GP, İP, CHP, AKP, YTP. En effet, le DP (2) s’est retiré de la course électorale ; l’ATP et le DTP se sont réunis sous la bannière du DYP ; le HADEP, l’EMEP et le SDP se sont réunis sous la bannière du DEHAP ; le YDP, qui avait obtenu le droit de participer, s’unifie avec le GP, qui ne l’avait pas obtenu. “YSK, Seçim İçin 60 Trilyon Lira Harcadı”, Zaman, 2 novembre 2002, p. 3.

82 L’AKP, le BTP, le DEHAP, le GP, le TKP, le SP (2), le YP, le YTP.

83 Cette obligation sera levée par le nouveau gouvernement.

84 Pour l’histoire partisane depuis 1980, on se référera à H. Schüler, Die türkischen Parteien und ihre Mitglieder, Hambourg : Deutsches Orient-Institut, 1998.

85 Elles seraient environ 20 000 selon la fondation de la génération de 1978, qui ont été condamnées pour participation à des actions “idéologiques ou anarchiques ou pour provocation ou encouragement à y participer“. Même amnistiés, ils restent inéligibles. Voir l’art. 76 de la Constitution, ainsi que les articles 125, 141, 142, 146, 163, 168 du code pénal A. Şık, “12 Eylül’ün Mağduru Çok”, Radikal, 20 septembre 2002, p. 6.

86 “Avrupa : Yanlış Bir Adım”, Radikal, 22 septembre 2002, p. 9.

87 “YSK’nin Kararı Hukuki Değil, Siyasi”, Cumhuriyet, 22 septembre 2002.

88 A. Keskin, “YSK Yasakları Genişletti”, Radikal, 20 septembre 2002, p. 6.

89 “DEHAP Dengeleri Etkiliyor”, Cumhuriyet, 11 octobre 2002, p. 5.

90 A. KESKİN, S. ARIKANOĞLU, “DEHAP’a Çelme Girişimi”, Radikal, 28 septembre 2002, p. 5.

91 Ali Çarkoğlu, Elections in Turkey Whither Politics as we know it? TÜSİAD-US website: www.tusiad-us.org, art. cit., p. 3.

92 Y. Şimşek, ‘İttifak Siyaseti’ Tam Yol”, Radikal, 26 août 2002

93 S. Özcan, “BBP İttifakTekliflerinin Adresi Oldu”, Zaman, 3 septembre 2002, p. 4.

94 Notamment Ökkeş Şendiller, l’un des auteurs présumés du massacre de Kahraman Maraş en 1978. “DYP-BBP İttifakı Yattı”, Dünya, 6 septembre 2002.

95 Y. Şimşek, “‘İttifak Siyaseti’ Tam Yol”, Radikal, 26 août 2002

96 Cela ne se fait d’ailleurs pas sans accrochages, comme le montrent les démissions du DTP en signe de protesta­tion. “Bayar’a Tepki Sürüyor”, Cumhuriyet, 14 septembre 2002.

97 “YTP ile DTP Flörte Başladı”, Radikal, 1 août 2002, p. 3 ; “DTP-YTP İşbirliğine Hız”, Cumhuriyet, 25 août 2002 ; “Bayar : Asıl Bağımız YTP’ye”, Radikal, 26 août 2002.

98 M. Yetkin, “Baykal’ın Çıkışının Perde Arkası”, Radikal, 15 août 2002, p. 6.

99 “Baykal CHP’ye Katılın Diyor”, Cumhuriyet, 16 août 2002, p. 4.

100 “İsmail Cem ile Karayalçın Görüştü”, Cumhuriyet, 27 août 2002.

101 Y. Şimşek, “‘İttifak Siyaseti’, Tam Yol”, Radikal, 26 août 2002.

102 H. Güler, “HADEP, Seçim Öncesi DEHAP’a Dönüşecek”, Zaman, 3 septembre 2002, p. 4.

103 “Solda DEHAP Çatısı Altında Güçbirliği Kararı”, Dünya, 6 septembre 2002.

104 “Anayasa Mahkemesi HADEP’e Sobeledi !”, Radikal, 20 septembre 2002, p. 7.

105 Z. Erdem, E. Aksoy, “SHP ve ÖDP Ortada Kaldı”, Radikal, 6 septembre 2002.

106 E. Kaplan, “MHP’li Kadrolaşma”, Cumhuriyet, 27 octobre 2002, p. 5.

107 F. S. Yüksek, “Sezer Atamaları İmzalamadı”, Radikal, 20 septembre 2002 ; voir aussi “100 Kararname Tamam”, Radikal, 7 novembre 2002, p. 3.

108 “Seçime 2 Gün Kala Diyanet’e Atama Yapıldı”, Zaman, 6 novembre 2002, p. 3.

109 F. Koşar, “Seçim Yatırımları Doludizgin”, Cumhuriyet, 9 octobre 2002.

110 “‘İş Güvencesi Seçim Öncesi Popülizmdir’”, Radikal, 10 août 2002, p. 13.

111 “Bülent Ecevit : İntihar Ettik...”, Radikal, 4 novembre 2002, p. 9.

112 İ. Berkan, “Anketler Ayrı, Sonuçlar Aynı”, Radikal, 13 août 2002, p. 3.

113 “‘Ilımlı’ Adaylar Puan Arttırdı”, Cumhuriyet, 26 octobre 2002.

114 “En Çok İşadamı CHP’de”, Radikal, 20 septembre 2002.

115 Ali Çarkoğlu, Elections in Turkey...”, art. cit., p. 6.

116 Leader historique du parti nationaliste MHP.

117 T. Bora, “Cem Uzan ve Neo-Faşizmin Yeni Yüzü : şirket Konserlerinden Partiye”, Birikim n° 162, octobre 2002, p. 53-60.

118 “Yaşar Hoca’nın Oğlu GP’li”, Radikal, 22 novembre 2002.

119 A. İnsel, “Nihilizm Patlaması”, Radikal 2, 20 octobre 2002, p. 4. Voir D. Behar, “Cem Uzan : un entrepreneur en politique”, in G. Dorronsoro (dir.), Action collective en Turquie contemporaine, à paraître.

120 “Son 3 Seçimde Partiler”, Dünya, 22 octobre 2002, p. 11.

121 “Siyasilere Güven Azalıyor”, Cumhuriyet, 18 août 2002, p. 6.

122 “Seçime AB Damgası”, Cumhuriyet, 6 octobre 2002, p. 6.

123 “AKP Gerçek Kimliğini Saklıyor”, Cumhuriyet, 6 octobre 2002, p. 4 ; “Ecevit : AKP’nin Asıl Niyeti Başka”, Milliyet, 1 novembre 2002.

124 O. Ekinci, “Erdoğan’ın ’Takıyye’ Belgesi”, Cumhuriyet, 26 octobre 2002 ; “Ecevit’in Rejim Uyarısı”, Özgür Gündem, 1 novembre 2002, p. 5.

125 S. Es, S. Çuhadar, “Yılmaz : AKP, Milli Görüş’ün Hizbi”, Cumhuriyet, 27 octobre 2002, p. 5.

126 “Siyasilere Güven Azalıyor”, Cumhuriyet, 18 août 2002, p. 6.

127 “Erdoğan, “İslamcı Parti“ Sorusuna Çok Öfkelendi”, Dünya, 5 septembre 2002, p. 3 ; E. AKSOY, “Erdoğan Türban Sorusuna Kızdı”, Radikal, 12 octobre 2002, p. 6.

128 “Erbakan Para Sorununu Allah’a Havale Etti”, Cumhuriyet, 6 octobre 2002, p. 6 ; voir aussi “Başörtüsü İlk Sorunumuz”, Cumhuriyet, 27 octobre 2002.

129 S. Kuvel, “’AB’nin Yolu Diyarbakır’dan Geçer’ Diyen Yılmaz, Bahçeli’yi Kızdırdı”, Zaman, 14 octobre 2002.

130 “CHP’den Doğu’ya Özel İlgi”, Cumhuriyet, 6 octobre 2002, p. 5.

131 Il s’agit de Star, Star Max et Kanal 6. “YSK : Yayın Durdurma Kararı RTÜK’ün Değil”, Cumhuriyet, 6 octobre 2002, p. 6.

132 H. Akpinar, “Şarkıyla Poşetle Bu İş Olmaz”, Hürriyet, 20 octobre 2002.

133 “AKP’ye 6 Saat, İP’ne 4 Dakika”, Hürriyet, 20 octobre 2002, p. 14.

134 “Sandık Yolculuğu Çetindi”, Radikal, 3 novembre 2002, p. 7.

135 O. Yayman, “Uzan İzmir’de Konuşamadı”, Cumhuriyet, 20 octobre 2002, p. 5.

136 Z. Aslan, “Cep’ten Siyasi Propaganda Bombardımanına Hazır Olun”, Hürriyet, 8 septembre 2002, p. 12.

137 “YSK ’Cep’e Dokunamıyor”, Cumhuriyet, 27 septembre 2002.

138 S. E. Erdem, “Kapa Lideri, Çevir Şaban’ı”, Radikal, 16 septembre 2002, p. 5.

139 S. E. Erdem, “Oylar Karizmada Saklı”, Radikal, 12 octobre 2002.

140 Au CHP, l’écrivain Nazlı Eray, l’artiste Berhan Şimşek, l’ancien responsable de l’équipe nationale Selami Özdemir se retrouvent entre la 9e et la 12e position à Istanbul. “Listede Baykal damgası”, Radikal, 12 septembre 2002, p. 4.

141 Voir M. Oral, “Meclis’in Gözü Aşiretlerde”, Cumhuriyet, 18 septembre 2002, p. 6.

142 Presque toutes ses têtes de listes dans le sud-est du pays sont des notables tribaux. L’un des plus connus est sans doute Sedat Bucak à Urfa. “DYP Listelerinde Büyük Kıyım”, Radikal, 12 septembre 2002 ; “DYP Listesinde Demirel İzi”, Cumhuriyet, 12 septembre 2002, p. 8. En revanche, on pense qu’il a fait une grave erreur en ne nommant pas tête de liste à Elazığ le fils du chef tribal Ali Rıza Septioğlu, ancien député DYP décédé lors d’une altercation avec un député MHP à l’Assemblée en 2001. Ce dernier décide de se présenter comme candidat indépendant, et les voix recueillies à Elazığ par le DYP chutent de près de 8 % par rapport à 1999.

143 Ainsi seront élus de l’AKP Zülfikar İzol des İzol à Şanlıurfa, Ahmet İnal des Badıka et Mehmet Ali Suçin des Alikan à Batman, Selahattin Dağ des Dağ à Mardin. Pour le CHP, seront élus Turan Tüysüz des Kalender à Urfa, Mehmet Kartal des Burukan à Van, Nezir Nasıroğlu des Sınıka à Batman, Esat Canan des Dostki et Abdulhalik Özdinç des Gıravi à Hakkâri. “10 Aşiret Lideri İki de Şeyh...”, Cumhuriyet, 6 novembre 2002, p. 3.

144 Ainsi, la tribu des Bekirhanlar de Batman est divisée et organise plusieurs conférences de presse, dont une déclarant son soutien au DEHAP. “Bekirhanlar DEHAP Dedi”, Özgür Gündem, 2 novembre 2002, p. 4.

145 M. Gökçe, “’Bizi Yerleşik Hayata Geçirerek Partiye 17 Bin Oyumuz Var”, Zaman, 24 octobre 2002, p. 2.

146 Sur la relation entre cette famille et le DYP, voir M. FARAÇ, “Aşiretin Öfkesi”, Cumhuriyet, 14 septembre 2002, p. 19 ; “DYP Bir Aşiret Dolu İstifa”, Radikal, 19 septembre 2002.

147 Cumhuriyet, 12 septembre 2002.

148 Les candidats de Manisa et Uşak sont proches de certaines tarikat, notamment les Fethullahçı. “DYP 30 Vekilini Küstürdü, Cumhuriyet, 13 septembre 2002, p. 7 ; “Tabandan Merkeze Tepki Var”, Yeniden Özgür Gündem, 13 septembre 2002 ; “İl Başkanları Listede Yok”, Cumhuriyet, 16 septembre 2002.

149 H. Çetinkaya, “Tarikatların Siyasi Gücü...”, Cumhuriyet, 28 août 2002, p. 5.

150 “Aleviler : Erdoğan Takıyye Yapıyor”, Yeniden Özgür Gündem, 23 octobre 2002.

151 “Aleviler Koşulsuz Destek Vermez”, Radikal, 29 août 2002, p. 7.

152 “Aleviler : Oyumuz Laikliğe”, Hürriyet, 1 novembre 2002.

153 “Aleviler : ’Yol Düşkünlerine’ Oy Yok”, Yeniden Özgür Gündem, 1 novembre 2002, p. 4.

154 Şehit Ailelerin Hedefi Meclis”, Cumhuriyet, 11 août 2002, p. 4.

155 “Transsexüellerden YTP’ye Ziyaret”, Cumhuriyet, 5 septembre 2002.

156 U. Öztürk, “TEMA’nın Oyu, Toprağa Değer Veren Siyasetçiye”, Zaman, 18 octobre 2002, p. 16.

157 “Köylerinin Oylarını Satılığa Çıkardılar”, Zaman, 26 octobre 2002, p. 3.

158 “AK Parti, Türk-İş’ten Aday Göstermek İstiyor”, Dünya, 29 août 2002, p. 3.

159 İ. Berkan, “Anketler Ayrı, Sonuçlar Aynı”, Radikal, 13 août 2002, p. 3.

160 Voir par exemple “Benden Oy Yok”, Radikal, 31 octobre 2002, p. 7.

161 S. Oğuz, “Tepkili Seçmenlerin Cezası “Boş Oy“”, Dünya, 4 septembre 2002, p. 2.

162 Fondation pour les Études Politiques, Économiques et Sociales de Turquie. L’intérêt de ses sondages est qu’elles sont réalisées régulièrement tous les deux ans depuis 1994 sur la même base, et donc qu’elles permettent de suivre les grandes évolutions.

163 “Siyasilere Güven Azalıyor”, Cumhuriyet, 18 août 2002, p. 6.

164 “Genç Seçmenler Arayışta”, Cumhuriyet, 26 octobre 2002, p. 9.

165 F. Gazel, “Seçmenler Niye Kararsız ?”, Dünya, 4 septembre 2002, p. 2.

166 F. Gazel, “Seçmenler Niye Kararsız ?”, Dünya, 4 septembre 2002, p. 2.

167 “Seçmen Sandıktan Umutsuz”, Cumhuriyet, 9 octobre 2002, p. 5.

168 A. Dikenli, “Öğrencilerden Oy Yok”, Radikal, 28 octobre 2002, p. 5.

169 “Seçmen Sandıktan Umutsuz”, Cumhuriyet, 9 octobre 2002, p. 5.

170 E. Karaosman, “Seçim Yurttaşın Umurunda Değil”, Cumhuriyet, 26 octobre 2002, p. 9.

171 “Siyasiye Karşı Bekçi”, Radikal, 12 octobre 2002, p. 6.

172 B. Aydın, “Seçim Öncesi Asayiş Raporu Olumsuz Bulundu”, Zaman, 2 novembre 2002, p. 3.

173 “TKP’lilere Gözaltı”, Cumhuriyet, 16 septembre 2002 ; “TKP’ye Polis Müdahalesi”, Özgür Gündem, 26 septem­bre 2002, p. 5.

174 Y. Doğan, “TKP’ye Tavır ya da Demokrasi Skandali”, Cumhuriyet, 8 octobre 2002.

175 S. Altan, “Baskıların Yeni Adresi : DEHAP”, Özgür Gündem, 13 septembre 2002.

176 Cumhuriyet, 23 août 2002, p. 8 ; 1 septembre 2002, p. 4 ; 3 septembre 2002.

177 K. Aslan, “Bozlak, Diyarbakır Mitingi İçin Vali ve Emniyete Minnettar”, Zaman, 2 novembre 2002.

178 “Seçim Günü 215 Kişi Gözaltına Alındı”, Radikal, 5 novembre 2002, p. 7.

179 Voir M. Samur, “Sonuç Baskının İspatıdır“ ; “İHD’ye 103 Seçim İhlali Başvurusu”, Yeniden Özgür Gündem, 6 novembre 2002 ; R. Özkan, “’Seçimler İptal Ettirecek Kadar İhlal Vardı”, Yeniden Özgür Gündem, 13 novembre 2002, p. 10.

180 A. Akyol, “Köylüler Çok Gergindi”, Evrensel, 5 novembre 2002, p. 4.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/664/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 177k

© Institut français d’études anatoliennes, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search