Version classiqueVersion mobile

Atteindre la Caspienne

 | 
Burcu Gültekin

Conclusion

Texte intégral

1Les entrepreneurs turcs entrent en Azerbaï­djan dès les premières années de son accession à l’indépendance. Les constructeurs turcs mo­difient la physionomie de Bakou, tandis que les petits entrepreneurs investissent le secteur des services, essentiel pour l’initiation à la logique du marché. L’établissement des sociétés à capitaux turcs contribue au développement d’un tissu de petites et moyennes entreprises. 1996, année du retour à une stabilité politique et économique, voit l’arrivée de grands groupes turcs. La mise en place de réseaux de distribu­tion et de commercialisation, qui a un impact direct sur les habitudes de consommation, permet la création de filières d’approvisionnement nationales. L’implantation des ban­ques à capitaux turcs assure le financement des activités de ces firmes. Ainsi, entre les années 1996 et 1998, la Turquie devient le premier fournisseur de l’Azerbaïdjan.

2La crise russe de 1998 nuit gravement aux activités des entrepreneurs turcs en Azerbaïdjan. La baisse du pouvoir d’achat sur le marché intérieur et l’amélioration de la compétitivité- prix des produits russes par rapport aux produits turcs en sont à l’origine. En 2001, le volume du commerce bilatéral entre la Turquie et l’Azerbaïdjan revient à son niveau de 1992, il n’est plus que de 215,6 millions de dollars. Entre 1995 et 2001, le volume bilatéral des échanges s’est accru de 29,2 % tandis que le volume du commerce extérieur de l’Azerbaïdjan triplait. Durant la même période, le nombre d’entreprises turques en activité a diminué de moitié. Doit-on pour autant conclure au retrait des entrepreneurs turcs du marché azerbaïdja­nais ? Au regard d’autres indicateurs, ce déclin semble relatif. La Turquie demeure toujours un important fournisseur ; la part des biens d’équipement dans les exportations en prove­nance de la Turquie s’accroît.

3En 2001, le volume des exportations russes à destination de l’Azerbaïdjan n’était supérieur que de 5 millions de dollars à celui des expor­tations turques. La Turquie est le premier investisseur étranger hors secteur énergétique. Les entrepreneurs turcs sont des acteurs de la vie économique et sociale, la nature de leurs activités les pousse dans la réalité azerbaïdjanaise. Contrairement aux entreprises étrangères du secteur énergétique, les entreprises turques se trouvent à la merci des aléas de la politique économique azerbaïdjanaise. La politique fiscale et le régime des importations contraignent les activités des entrepreneurs turcs. Par ailleurs, la proximité culturelle entre Turcs et Azerbaïdjanais peut devenir un handicap : l’entre­preneur turc est assez facilement perçu comme un concurrent.

4La présence de la Turquie se fait de plus en plus sentir dans les grands projets d’infrastruc­tures. Les investissements turcs dans le secteur de la téléphonie mobile et de la distribution de l’électricité ont un impact considérable sur la réalité socio-économique azerbaïdjanaise.

5La Turquie n’est pas absente des projets énergétiques ; elle est incluse dans les contrats d’exploitation et d’acheminement des ressources d’hydrocarbures. Mais sa capacité à orienter les décisions demeure limitée et dépend du poids de la société pétrolière turque, TPAO, au sein des consortiums mis en place. La Turquie constitue également un marché ; pourtant, c’est essentiellement son futur statut de corridor énergétique qui lui confère sa particularité.

6Le développement des relations économiques entre la Turquie et l’Azerbaïdjan dépendent en partie de l’amélioration de leurs liens logis­tiques. Parallèlement à la construction d’un corridor énergétique reliant l’Azerbaïdjan et la Turquie à travers le Caucase, l’établissement d’un corridor de transport constitue une néces­sité. En effet, le développement des voies de transport à travers le Caucase améliorera l’inté­gration des réseaux de production et de com­mercialisation et permettra la mise en place de projets susceptibles de se déployer dans toute la région Caspienne. Force est de constater que les liaisons entre la Turquie et l’Azerbaïdjan ne se font pas à travers le Caucase : l’une des liaisons est d’emblée condamnée à cause de la ferme­ture des frontières avec l’Arménie, tandis que les difficultés rencontrées lors de la traversée dissuadent les transporteurs turcs d’emprunter la route géorgienne. Le transit à travers l’Iran s’avère plus avantageux en termes de sécurité qu’en termes de coût. De ce fait, ni la Turquie, ni l’Azerbaïdjan ne peuvent acquérir une posi­tion centrale sur la route est-ouest.

7L’intégration de la Turquie au sein du programme TRACECA en 2001 s’inscrit dans une recherche d’amélioration de la rentabilité commerciale du corridor est-ouest transitant par le Caucase. Si l’amélioration des liaisons en mer Noire revêt de l’importance, l’intégration de la Turquie rappelle l’existence d’une voie commerciale alternative à la route géorgienne. Le développement de la route commerciale Anatolie-Caucase-Caspienne permettrait, tout en resserrant les liens commerciaux entre la Turquie et l’Azerbaïdjan, de renforcer le poten­tiel économique des pays de transit.

© Institut français d’études anatoliennes, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search