Version classiqueVersion mobile

Atteindre la Caspienne

 | 
Burcu Gültekin

1. La présence turque dans la vie économique azerbaïdjanaise : réalités et perceptions

Texte intégral

A. Dix ans de relations : un état des lieux

1En une décennie, la Turquie et l’Azerbaï­djan ont tissu d’étroits liens ; le degré d’intégration que les relations bilatérales ont atteint est perceptible dans plusieurs domaines. La Répu­blique de l’Azerbaïdjan déclare son indépen­dance le 30 août 1991. La Turquie est le premier État à la reconnaître. Cette reconnaissance précède de quelques mois celle des deux autres États du Caucase du sud. Les relations diplomatiques sont établies le 14 janvier 1992.

Accords et protocoles signés entre la Turquie et l’Azerbaïdjan

2L’institutionnalisation des contacts entre les deux pays constitue une priorité, l’objectif est de fournir une base juridique pour le dévelop­pement des relations bilatérales. Actuellement, environ 200 accords et protocoles lient la Turquie et l’Azerbaïdjan. L’accord pour le « Développement de la Coopération Commer­ciale et Économique », qui remonte à la fin de la période soviétique, a été signé le 10 janvier 1990, en même temps que l’accord relatif au commerce frontalier. Le 1er janvier 1992, un accord de Coopération Économique est signé avec la jeune République de l’Azerbaïdjan ; l’accord pour la promotion et la protection des investissements et l’accord de prévention de la double taxation sont signés le 9 septembre 1994.

3Ces accords couvrent un champ très large et ont pour objectif de soutenir l’intensification des relations commerciales, économiques, culturelles, académiques et militaires.

Les aides bilatérales

  • 1 Entretien avec M. Ünal Çeviköz, ambassadeur de Turquie à Bakou, paru dans la revue Consulting and B (...)
  • 2 Le terme utilisé en azéri est « kaçkın » et non « mülteci ». Le terme « mülteci » est synonyme de « (...)
  • 3 Türk İşbirliği ve Kalkınma Ajansı.

4L’aide bilatérale turque octroyée à l’Azer­baïdjan entre 1990 et 2001 atteint un montant de 180 millions de dollars. Selon les données de l’Ambassade de Turquie1 à Bakou, 1,7 mil­lions de dollars ont été alloués aux personnes déplacées2 qui ont fui du Haut-Karabagh ou d’autres territoires sous occupation arménienne. Le Croissant Rouge turc, qui participe à la gestion de certains camps de réfugiés, a fourni une aide d’un montant de 4 millions de dollars. L’Agence Turque pour la Coopération et le Développement (TIKA)3 s’est, quant à elle, engagée dans des projets de modernisation des exploitations agricoles.

5En 1992, l’Eximbank-Türk a octroyé à l’Azerbaïdjan un crédit d’un montant de 250 millions de dollars, dont 100 millions étaient réservés à l’achat de marchandises et 150 mil­lions à la réalisation de projets. L’Azerbaïdjan est le second bénéficiaire des crédits Eximbank et est devancé par l’Ouzbékistan qui a bénéficié d’un crédit d’un montant de 375 millions de dollars. Le total des crédits octroyés par l’Eximbank-Türk aux pays du Caucase et de l’Asie Centrale est de 1,103 milliards de dollars.

659,6 millions de dollars destinés à l’achat de marchandises et 91,7 millions de dollars pour la réalisation de projets ont été utilisés à ce jour. Les problèmes rencontrés lors des rembourse­ments empêchent l’octroi de nouveaux crédits. L’accord conclu en août 1996 prévoit les remboursements des taux d’intérêts et le report du remboursement du capital principal. Par ailleurs, la Turquie a accordé un crédit de 20 millions de dollars au Nakhitchevan dont 19,6 millions ont été utilisés à ce jour.

Enseignement et éducation

7Il existe 16 lycées turcs en Azerbaïdjan ; certains dépendent du Ministère turc de l’Édu­cation Nationale, tandis que les autres ont été établis par la confrérie de Fethullah Gülen ou le Türk Dünyası Araştırmaları Vakfı (Fondation pour les recherches sur le monde turc) dirigé par Turan Yazgan, proche des milieux natio­nalistes. Environ 4000 jeunes y étudient. 274 étudiants azerbaïdjanais sont boursiers du gouvernement turc, le montant réservé pour le financement de ces bourses d’études est de 103 000 dollars. 2500 étudiants turcs fréquen­tent les établissements universitaires en Azer­baïdjan.

8En vertu de l’accord de coopération mili­taire, la Turquie prend en charge la formation des officiers azerbaïdjanais ; et une école d’officiers est établie à Bakou.

9La Direction des Affaires Religieuses est présente en Azerbaïdjan à travers un réseau de centres de formation et le financement de la construction de mosquées.

Le secteur privé turc et l’Azerbaïdjan

10Malgré la diminution du volume des échanges depuis 1996, la Turquie se classe parmi les trois premiers fournisseurs de l’Azerbaïdjan. Elle était classée en première position entre 1996 et 1998.

11La Turquie réalise 15 % des investissements directs étrangers en Azerbaïdjan dont le montant total atteint 8,7 milliards de dollars. La Turquie est le premier investisseur dans le secteur non énergétique. Selon les données du ministère pour le Développement Économique, le montant des investissements turcs hors secteur énergétique est de 450 millions de dollars. En décembre 2001, le nombre de sociétés à capitaux turcs et de sociétés à capi­taux mixtes turco-azerbaïdjanais était de 1486, dont la moitié est toujours en activité. Selon les estimations calculées par les entrepreneurs turcs établis à Bakou, 40 000 ressortissants azerbaïdjanais y travailleraient.

12Cinq banques turques opèrent en Azer­baïdjan ; le poids des entrepreneurs turcs est essentiel dans le secteur de l’assurance. Le marché financier azerbaïdjanais a été constitué sur le modèle de celui d’Istanbul.

13Ce sont les constructeurs turcs qui ont bâti la nouvelle ville de Bakou. Beaucoup d’immeubles ont été construits par des entreprises turques dans la première moitié des années 90. Ces pro­jets ont largement contribué à accroître la visi­bilité du secteur privé turc en Azerbaïdjan. Les grands hôtels situés au centre-ville ou le siège de la Banque Centrale en sont une illustration.

  • 4 Türkiye Müteahhitler Birliği

14Selon les données de l’Union des Construc­teurs de Turquie4, entre 1990-1999, les projets pris en charge par les constructeurs membres de l’Union ont atteint un montant de 465 millions de dollars. Les données de 2001 du Secrétariat d’État au Commerce Extérieur turc révèlent que 54 firmes turques ont travaillé en Azerbaïdjan dans 126 projets totalisant 1,3 milliards de dollars.

15Le consortium Tekfen-Azfen vient de remporter un appel d’offre de l’AOIC/BP, d’un montant de 80 millions de dollars pour la construction d’un terminal onshore dans le cadre de la phase 1 du projet Azéri-Chirac- Guneshli.

16Le montant des investissements turcs dans le secteur énergétique s’élève à 480 millions de dollars. La part de la firme Turkish Petroleum est de 6,75 % dans le consortium OAIC, 9 % dans le projet de Shah Deniz, 5,08 % dans le projet de construction de l’oléoduc Bakou-Tbilissi-Ceyhan, et 9 % dans le projet de construction du gazoduc Bakou-Erzurum. Le montant des investissements turcs réalisés à ce jour en Azerbaïdjan atteint 1,5 milliards de dollars.

  • 5 Azerbaycan Türk Sanayici ve İşadamları Beynelhalk Cemiyeti.

17La création du Conseil d’Affaires Turco-azerbaïdjanais remonte au 3 novembre 1991, il rassemble en son sein 235 firmes. Le secteur privé turc en Azerbaïdjan s’est également institutionnalisé. L’Association Internationale des Industriels et Hommes d’Affaires Turcs de l’Azerbaïdjan (TÜSİAB5), fondée en 1994, réunit 200 entreprises turques.

Les contacts humains

18La Turquie est le pays le plus fréquemment visité par le Président Aliyev. Les compagnies aériennes turques et azerbaïdjanaises effectuent des liaisons quasi-quotidiennes entre Istanbul et Bakou. Des compagnies de bus turc relient l’Azerbaïdjan et la Turquie à travers la Géorgie. Et la Turquie devient une destination de plus en plus prisée par les touristes azerbaïdjanais...

B. Le commerce extérieur de l’Azerbaïdjan

La situation en 2001

19Les échanges de l’Azerbaïdjan ont progressé de 28 % en 2001 par rapport à l’année précé­dente. Les exportations se sont accrues de 33 %, les importations de 22 %. L’excédent de la balance commerciale a augmenté de 54 % grâce au pétrole. La balance commerciale hors pétrole est déficitaire. Les principaux partenaires en termes de volume sont l’Allemagne, les États- Unis, la Russie, la Turquie, Israël et le Turkmé­nistan.

20Les hydrocarbures occupent une place de plus en plus importante dans les échanges extérieurs de l’Azerbaïdjan. Les ventes de brut s’élèvent à 1,730 milliards de dollars et représentent 75 % du total des exportations contre 56 % en 2000. Avec les produits raffinés, les hydrocarbures forment 89 % du total des exportations.

21Les principaux clients sont l’Allemagne, Israël, l’Italie, la Géorgie et l’Espagne. L’Allemagne reste le premier client de l’Azerbaïdjan, et ses importations de brut s’accroissent de 40 % en 2001. Notons que les statistiques azerbaïdjanaises ne reflètent pas bien la place de l’Allemagne : le brut destiné à l’Allemagne empruntant l’oléoduc Trieste-Ingoldstadt, les douanes azerbaïdjanaises mentionnent l’Italie comme pays destinataire. Les échanges sont plus diversifiés avec les pays voisins et comprennent des produits tels que le ciment, le tabac, l’agro-alimentaire et le textile.

22Les cinq premiers fournisseurs sont les États-Unis, la Russie, la Turquie, le Turkménis­tan et le Kazakhstan. En 2001, les États-Unis deviennent le premier fournisseur grâce à la livraison de deux Boeing 757 pour un montant de 133 millions de dollars. Le Turkménistan et le Kazakhstan qui fournissent du gaz naturel à l’Azerbaïdjan se classent parmi les premiers partenaires commerciaux. Les importations en provenance de Russie et de Turquie sont plus diversifiées.

23Les principaux fournisseurs de produits agro-alimentaires sont la Turquie, l’Iran, la Russie, le Kazakhstan, l’Ukraine, les États-Unis, l’Allemagne, l’Italie et la France.

24Les importations de biens d’équipements s’élèvent à 354 millions de dollars ; les produits importés sont destinés aux besoins de l’indus­trie pétrolière et à l’achèvement de chantiers de centrales électriques. Pour les biens de consommation, les fournisseurs sont la Chine, la Turquie et l’Iran.

25L’Azerbaïdjan continue à importer plus d’électricité qu’il n’en exporte. Les importations passent de 357 à 27 millions de dollars et les exportations de 19 à 4 millions de dollars.

Commerce extérieur de l’Azerbaïdjan en 2001 en millions de dollars

2000

2001

2001/2000

Volume

2 916,969

3 745,149

28,3 %

Exportations

1 744,900

2 314,282

32,6 %

Importations

1 172,069

1 430,867

22,1 %

Solde

572,831

883,415

54,2 %

Commerce extérieur de l’Azerbaïdjan avec la CEI en millions de dollars

2000

2001

2001/2000

Volume

615

668

9 %

Exportations

239

223

-7 %

Importations

376

445

19 %

Solde

-137

-222

63 %

(Source : Comité National de Statistiques de la République d’Azerbaïdjan)

Les 10 premiers clients de l’Azerbaïdjan en 2001 - importations en millions de dollars

Allemagne

1218

Israël

164

Italie

119

Géorgie

103

Espagne

102

Islande

86

Russie

78

Turquie

67

France

66

Grèce

51

(Source : Comité National de Statistiques de la République d’Azerbaïdjan)

Les 10 premiers partenaires commerciaux de l’Azerbaïdjan en 2001 : le volume des échanges bilatéral en millions de dollars

Allemagne

1291

États-Unis

245

Russie

231

Turquie

216

Israël

170

Turkménistan

147

Italie

143

Géorgie

108

Kazakhstan

106

Espagne

105

(Source : Comité National de Statistiques de la République d’Azerbaïdjan)

Les 10 premiers fournisseurs de l’Azerbaïdjan en 2001 - exportations en millions de dollars

Pays

Importations

Part de marché

États-Unis

231

16,1

Russie

153

10,7

Turquie

148

10,3

Turkménistan

135

9,4

Kazakhstan

100

7,0

Allemagne

73

5,1

Japon

67

4,7

Iran

55

3,8

Grande-Bretagne

54

3,8

Chine

42

3,0

(Source : Comité National de Statistiques de la République d’Azerbaïdjan)

26Évolution du commerce extérieur durant la première décennie de l’indépendance Au moment de la dislocation de l’Union Soviétique, le volume des échanges extérieurs de l’Azerbaïdjan s’élève à 4 milliards de dollars. À partir de 1991, le flux d’échanges connaît une chute drastique : la perte des marchés d’expor­tation et la chute du revenu national sous l’effet de l’instabilité politique et macroéconomique sont à l’origine de la diminution du volume des échanges. En 1995, le volume du commerce extérieur n’est que de 1,3 milliards de dollars. Entre 1992 et 1994, le commerce extérieur se rétrécit de moitié chaque année.

27L’année 1996 est perçue comme un tournant dans la vie politique et économique de la République de l’Azerbaïdjan. Le retour à la stabilité politique se traduit par une nette amélioration de la situation macroéconomique. Le pays renoue avec la croissance.

28Le volume des échanges extérieurs augmente de 22 % en 1996 et atteint 1,6 milliards de dollars, il s’accroît au rythme de 5-10 % par an jusqu’en 1999. En 2000, la croissance du volume du commerce extérieur atteint 48,5 % et s’élève à 2,9 milliards de dollars en 2000. En 2001, il progresse de 28,3 % et atteint 3,7 milliards de dollars.

29Les importations connaissent une forte augmentation de l’ordre de 43,9 % en 1996, le taux de croissance des exportations s’accélère à la fin des années 90, progressant de 53,3 % en 1999 et de 87,8 % en 2000.

Les partenaires commerciaux de l’Azerbaïdjan

Évolution du commerce extérieur en millions de dollars

1998

1999

2000

2001

2001/2000

2001/1995

Volume du commerce extérieur

1683,4

1962,1

2917,0

3745,2

128,4

2,9

Exportations

606.2

928.6

1744,9

2314,3

132,6

3,6

Importations

1077,2

1033,5

1172,1

1430,9

122,1

2,1

Solde

-471

-104,9

572,8

883,4

30La part de la CEI dans les échanges exté­rieurs est en constante diminution. Les expor­tations vers les pays de la CEI s’élevaient à 290 millions de dollars en 1996 et représentaient 46 % du total des exportations ; elles sont de 235 millions en 2000 et ne représentent plus que 13,5 % du volume total des exportations. Durant la même période, les exportations vers l’UE passent de 587 millions à 1,05 milliards de dollars.

31Le volume des importations en provenance de la CEI passe de 350 millions à 375 millions, tandis que celui en provenance de l’UE passe de 136 millions à 227 millions de dollars entre 1996 et 2000.

32En 1995, année où le volume du commerce extérieur est à son plus bas niveau, les principaux partenaires commerciaux de l’Azerbaïdjan sont l’Iran, la Russie et la Turquie. Les parts respectives dans le volume du commerce extérieur de l’Azerbaïdjan de ces trois pays sont de 20,1 %, 15,4 % et 13,7 %. À partir de cette date, la part de l’Iran diminue progressivement, tandis que celles de la Russie et de la Turquie augmentent lentement. En 1997, la Russie devance l’Iran et devient le premier partenaire commercial de l’Azerbaïdjan : les échanges avec la Russie représentent 21,1 % et ceux avec la Turquie s’élèvent à 14 % du total. En 1998, la Turquie accède au rang de premier partenaire commercial avec 21,1 % des échanges, tandis que le commerce avec la Russie, désormais au deuxième rang, représente 17,8 %. En 2001, les parts respectives de la Russie et de la Turquie dans le commerce extérieur de l’Azerbaïdjan ne sont plus que de 6,2 % et de 5,8 % ; la part de l’Iran, quant à elle, est de 1,7 %. En 2001, le volume des échanges de l’Azerbaïdjan avec la Russie s’élève à 230 millions de dollars et celui avec la Turquie à 215 millions de dollars.

Les clients

33En 1996, 6,2 % des exportations azerbaïdja­naises se dirigent vers la Turquie, 17,6 % vers la Russie. En 1998, la Turquie constitue un débouché pour 22,4 % des exportations de l’Azerbaïdjan, et la Russie pour 17,5 %. La Turquie et la Russie deviennent les premiers clients. La prépondérance des hydrocarbures dans les exportations de l’Azerbaïdjan à partir de 2000 modifie le classement des pays clients. La Russie et la Turquie sont devancées par les pays européens et Israël qui commence à importer du pétrole brut de l’Azerbaïdjan en grande quantité.

Les fournisseurs

Évolution de l’exportation de produits pétroliers, 1996 - 2000

Années

Quantité en milliers de tonnes

Valeur en milliers de dollars

Part des exportations en %

1996

2526,3

395,4

62,6

1997

3222,3

451,5

57,8

1998

4426,0

390,6

64,4

1999

6746,6

700,6

75,4

2000

7616,1

1 464,9

84,0

(Source : Comité National de Statistiques de la République d’Azerbaïdjan)

Évolution de l’importation de produits alimentaires, 1996 - 2000

Années

Importations en milliers de dollars

Part dans le total des importations en %

1996

382,4

39,8

1997

181,9

22,9

1998

176,4

16,4

1999

209,9

20,3

2000

222,6

19,0

(Source : Comité National de Statistiques de la République d’Azerbaïdjan)

Évolution du volume des échanges entre d’Azerbaïdjan et la Turquie en millions de dollars

1996

1997

1998

1999

2000

2001

2001/1995

2001/2000

Importations

216,2

179,7

219,7

143,0

128,5

148,2

105,5

115,3

Exportations

39,0

41,3

135,8

69,1

105,0

67,4

255,3

64,2

Volume des échanges

255,2

221,0

355,5

212,1

233,5

215,6

129,2

92,3

Solde

-177,2

-138,4

-83,9

-73,9

-23,5

-80,8

34Depuis 1996, la Turquie et la Russie sont les premiers fournisseurs de l’Azerbaïdjan. En 1996, les importations azerbaïdjanaises en provenance de la Turquie représentent 22,5 % du total, celles en provenance de la Russie 16,5 %. Entre 1996-1998, la Turquie est le premier fournisseur, tandis que la Russie occupe le deuxième rang. En 1999-2000, la situation s’inverse, la Russie occupe le premier rang. En 2001, les États-Unis deviennent le premier fournisseur grâce à la livraison de deux Boeing.

La place de la Turquie dans le commerce extérieur de l’Azerbaïdjan

35Le volume des échanges entre la Turquie et l’Azerbaïdjan s’accroît jusqu’en 1998. Il est de 212,7 millions de dollars en 1992 ; durant les années de guerre, il stagne à 100 millions de dollars. Les échanges entre les deux pays connaissent une nette embellie en 1996, avec un montant de 255,2 millions de dollars. Ils atteignent 355,5 millions de dollars en 1998. Pourtant en 2001, le commerce extérieur entre la Turquie et l’Azerbaïdjan revient à son niveau de 1992, le commerce bilatéral n’est plus que de 215,6 millions de dollars.

36Entre 1995 et 2001, le volume des échanges entre la Turquie et l’Azerbaïdjan s’accroît de 29,2 %, tandis que le volume du commerce extérieur de l’Azerbaïdjan est multiplié par 3.

37Les autorités politiques et les communautés d’affaires turques estiment que le volume d’échanges bilatéral est d’autant plus faible que le volontarisme politique n’a jamais été absent. Les 200 accords commerciaux qui lient la Tur­quie et l’Azerbaïdjan en sont une illustration.

38L’instauration de la stabilité politique et éco­nomique à partir de 1996 permet à l’économie azerbaïdjanaise de s’ouvrir davantage sur l’extérieur. L’Azerbaïdjan diversifie ses sources d’approvisionnement. Dans la période précé­dente, elle n’entretenait des relations écono­miques qu’avec ses voisins. Dans la période 1994-1996, l’essentiel des importations, consti­tuées en très grande partie de produits agro­alimentaires, provenaient de la Turquie et de l’Iran. L’augmentation du nombre de partenaires commerciaux explique en partie la diminution de l’importance relative de la Turquie dans le commerce extérieur de l’Azerbaïdjan.

39Néanmoins, le volume des échanges entre les deux pays s’accroît dans la période 1996­1998. Dans les années 1996, 1997 et 1998, la Turquie est le premier fournisseur de l’Azer­baïdjan. La crise russe de 1998, qui amène la dévaluation du rouble, permet aux exportations russes de gagner en compétitivité-prix par rapport aux produits turcs ; la Russie devance la Turquie et se hisse au rang de premier four­nisseur.

40La crise de 1998 a un impact direct sur la demande intérieure en Azerbaïdjan. La population voit son pouvoir d’achat diminuer sensiblement ; les transferts d’argent depuis la Russie se font plus rares. Environ deux millions de ressortissants azerbaïdjanais travaillent en Russie et font parvenir de l’argent à leur famille restée en Azerbaïdjan. Ces aides depuis la Russie étaient estimées à environ un million de dollars avant la crise de 1998.

41Malgré la faiblesse du volume des échanges, la Turquie demeure un important fournisseur. Elle se situe au troisième rang derrière la Russie ; l’écart entre le montant des exportations russes et turques n’est que de 5 millions de dollars.

42Les exportations turques en direction de l’Azerbaïdjan se diversifient et incorporent de plus en plus de biens d’équipements.

43Par ailleurs, le poids du secteur des hydro­carbures introduit un biais important. L’accroisse­ment rapide du volume du commerce extérieur de l’Azerbaïdjan à partir de 1999-2000 s’explique en grande partie par l’augmentation des exportations de produits pétroliers. Par conséquent, les pays qui importent des hydro­carbures voient leur part relative dans le com­merce extérieur de l’Azerbaïdjan s’accroître.

44L’analyse des données relatives à l’évolution des importations azerbaïdjanaises permet de se faire une idée plus adéquate des perfor­mances des producteurs turcs. La Turquie conserve pour l’instant sa position dominante sur le marché azerbaïdjanais. Il sera intéressant d’observer de près, dans les années à venir, l’évolution des exportations turques de biens d’équipements, dans la mesure où il devient crucial de ne pas perdre de parts sur un marché appelé à devenir de plus en plus solvable.

Les investissements turcs en Azerbaïdjan

45La Turquie est le premier investisseur dans le secteur non énergétique. En Azerbaïdjan, détenir le titre du plus important investisseur dans le gayri neft sektörü revêt une importance particulière. Beaucoup le revendiquent. Le développement du secteur non énergétique étant devenu une priorité du gouvernement, investir dans ce secteur confère une légitimité aux opérations menées dans ce pays.

46Les données statistiques azerbaïdjanaises mettent clairement en lumière l’importance du capital turc dans les divers secteurs de l’économie. Les investissements réalisés par la Turquie dans le secteur énergétique s’élèvent à 480 millions de dollars, ce qui les place en cinquième position dans le consortium AOIC. En 2001, la Turquie était le troisième investis­seur étranger en Azerbaïdjan et se situait derrière les États-Unis et la Grande-Bretagne. Le poids de BP-Amoco dans les projets énergé­tiques explique la position occupée par les États-Unis et la Grande-Bretagne tandis que ce sont par ses investissements hors secteur énergétique que la Turquie parvient à se hisser à la troisième position. La même année, les investissements américains en Azerbaïdjan s’élevaient à 16,9 millions de dollars, les investissements britanniques étaient de 15,1 millions de dollars, tandis que les investissements turcs atteignaient 11,8 millions de dollars. Le total des investissements directs étrangers en Azerbaïdjan s’élevaient à 1091, 8 millions de dollars en 2001, 14,9 % des investissements étrangers hors secteur énergé­tique étant réalisés par des entreprises turques.

47La Turquie, avec environ 15 % des investisse­ments étrangers hors secteur énergétique, se situe en première position. Notons néanmoins que le montant total des investissements turcs en Azerbaïdjan diminue depuis 1998.

48La moitié des entreprises enregistrées auprès du Ministère de la Justice ne sont plus en activité. Environ la moitié des entreprises turques en activité sont des sociétés à capitaux mixtes. Si les entreprises turques sont présentes notamment dans les activités du commerce et de négoce, il ne faudrait néanmoins pas négliger celles qui sont engagées dans des acti­vités de production.

C. Les entrepreneurs turcs en Azerbaïdjan

Le temps des désillusions ?

Les investissements des sociétés turques en Azerbaïdjan en millions de dollars

1994

1995

1996

1997

1998

1999

2000

2001

Montant des investissements étrangers

137

375

621

1307

1472

1091

927

1091,8

Montant des investissements étrangers hors secteur énergétique

14,9

103

331

460

210

118

79,3

Montant des investissements des sociétés turques

-

6,8

45,3

129,6

160,3

67,8

31,6

11,8

Part de la Turquie dans les investissements étrangers hors secteur énergétique

45,6

44

39,2

34,8

32,2

26,8

14,9

49L’impression que les Turcs se retirent du marché azerbaïdjanais est répandue au sein des communautés d’hommes d’affaires étrangers et azerbaïdjanais. Il est fréquent d’entendre dire par les Turcs qui ont quitté le pays que « travailler en Azerbaïdjan est presque impossible ». Ces deux constats contribuent à entretenir un climat de désillusion.

50Les chiffres attestent de la diminution du volume des échanges entre les deux pays, de la baisse des investissements turcs hors secteur énergétique et de la diminution du nombre des entreprises turques en activité. L’évaluation de la présence économique de la Turquie en Azerbaïdjan semble essentiellement reposer sur une suite de perceptions.

51Les entrepreneurs turcs et iraniens arrivent en Azerbaïdjan dès 1994. Ils assurent l’approvi­sionnement du pays en produits alimentaires. Si les activités des hommes d’affaires iraniens diminuent rapidement avec le retour de la stabi­lité à partir de 1996, celles des entrepreneurs turcs connaissent une période de grande prospérité jusqu’à la crise de 1998.

Les sociétés turques en Azerbaïdjan - décembre 2001

Sociétés enregistrées

Sociétés en activité

Nombre total des sociétés turques

1486

808

Sociétés à 100 % de capitaux turcs

562

378

Sociétés à capitaux mixtes turco- azerbaïdjanais

743

371

Représentations

181

59

Secteurs d’activité des sociétés turques en Azerbaïdjan

Secteur d’activité

Nombre de sociétés

Production

184

Service

28

Construction

75

Communication

10

Transports

39

Agriculture

5

Commerce

298

Divers

169

(Source : Comité National de Statistiques de la République d’Azerbaïdjan)

52Les entrepreneurs turcs façonnent la nouvelle ville de Bakou et contribuent à marquer la fin de la période soviétique en accélérant le passage à l’économie de marché. Les nouveaux immeubles, les restaurants et petits négoces changent en profondeur la physionomie de Bakou, lui confèrent les signes extérieurs de la modernité et introduisent le dynamisme du marché.

53Les rares hommes d’affaires étrangers pré­sents en Azerbaïdjan depuis 1994 témoignent de cette époque où les Turcs reconstruisaient Bakou, dominaient le secteur des services et étaient les seuls à approvisionner le marché en produits de consommation courante.

54Les activités des Turcs en Azerbaïdjan sont suivies avec une très grande attention non seulement par les Azerbaïdjanais mais égale­ment par la communauté d’hommes d’affaires étrangers. C’est ainsi, par exemple, que la fermeture d’un restaurant turc du centre-ville de Bakou peut constituer un événement. L’incendie du centre commercial de Ramstore, le report de la construction de la nouvelle ambassade de Turquie, qui doit faire face à celle de la Russie, sont autant d’éléments qui contribuent à ternir l’image de la Turquie en Azerbaïdjan.

55Il s’avère bien difficile de porter un juge­ment clair sur le poids de la Turquie dans la vie économique de l’Azerbaïdjan. Difficile, en effet, pour l’observateur, convaincu d’un retrait de la Turquie du marché azerbaïdjanais, de ne pas être perturbé par au moins deux nouveaux acteurs économiques. La firme Azercell, le plus important opérateur GSM en Azerbaïdjan, a permis de populariser l’utilisation de portables dans le pays. La stratégie de communication mise en œuvre et les panneaux publicitaires introduisent Azercell, filiale de la compagnie turque Turkcell, dans la réalité sociale de l’Azerbaïdjan. Quant à la firme Barmek, qui s’occupe de la distribution de l’électricité à Bakou, elle est actuellement la firme la plus médiatique de l’Azerbaïdjan...

Les générations successives d’entrepreneurs

56Les entrepreneurs turcs sont venus en Azer­baïdjan en plusieurs vagues. Les dates d’arrivée sur le marché azerbaïdjanais permettent de distinguer plusieurs générations. Les Turcs commencent à se rendre en Azerbaïdjan dès 1992. Une rapide enquête au sein de la commu­nauté turque permet de constater que bien peu de membres de la « génération 1992 » continuent encore à y opérer. Les témoignages recueillis convergent : la plupart d’entre eux, à leur arrivée en Azerbaïdjan, ne possédaient aucune expérience commerciale, avaient pour seul capital l’argent de l’hypothèque de leur maison en Turquie, un prêt contracté avant le départ ou encore l’argent de la vente de leur voiture. Les hommes d’affaires turcs établis à Bakou portent un jugement très sévère sur cette génération de 1992 et condamnent leur manque de professionnalisme et leur comportement opportuniste.

57Ils sont fréquemment désignés comme des « vendeurs de döner (viande tournante) » et des « chauffeurs de taxi ». Ce sont eux qui ont ouvert les premiers restaurants et mis en place le service des taxis, inexistant auparavant dans la capitale azerbaïdjanaise. D’autres approvision­naient le marché en produits alimentaires et en produits de consommation courante. La marchandise était souvent écoulée sans être déchargée des camions qui en avaient assuré l’acheminement depuis la Turquie.

  • 6 Expression utilisée par un homme d’affaires turc de Bakou.

58La communauté d’affaires d’Azerbaïdjan accuse ces pionniers d’avoir terni l’image du secteur privé turc. « Le statut de légionnaire ne pouvant être permanent »6 le départ des Turcs de 1992 ne suscite guère l’étonnement.

59L’année 1996, qui annonce l’instauration de la stabilité politique et économique, témoigne de l’arrivée d’une nouvelle classe d’entrepre­neurs. Les grands groupes et les investisseurs institutionnels entrent sur le marché azerbaï­djanais. Cette nouvelle communauté d’hommes d’affaires est très bien accueillie par les autori­tés du pays. C’est en 1996 que le groupe Koç arrive en Azerbaïdjan. Les activités de cette deuxième génération d’entrepreneurs prospè­rent jusqu’à l’année 1998.

60Les années 2001 et 2002 témoignent de l’ar­rivée des investisseurs de la troisième vague. Ces investisseurs développent une stratégie d’envergure régionale et raisonnent à l’échelle de la Caspienne. Ils tentent de parler au nom des entrepreneurs privés de l’Azerbaïdjan, adoptant une démarche constructive et initiant des réformes.

61La communauté des hommes d’affaires turcs de l’Azerbaïdjan est une des rares communautés d’hommes d’affaires turcs établies dans l’espace de la CEI à s’être institutionnalisée. L’Association Internationale des Industriels et des Hommes d’Affaires Turcs de l’Azerbaïdjan (TÜSİAB) a été fondée en 1994. Elle comprend 200 entreprises membres. 20 % de celles-ci travaillent dans le secteur des services, 18 % dans la production industrielle, 17 % dans le secteur de la production, 9 % dans le textile et l’ameublement, enfin 18 % des membres exercent des activités de commerce et de négoce. La TÜSİAB dispose de deux bureaux en Azerbaïdjan, l’un à Bakou, l’autre à Gence.

62L’association est dirigée par M. Kemal Yazıcıoğlu. Elle s’est assigné pour mission de pro­mouvoir les investissements turcs en Azerbaïdjan. Afin de remplir cet objectif, elle propose de multiples services à ses membres. Elle dispose d’une banque de données d’informations com­merciales sectorielles, propose des services de conseil dans les domaines financier et juridique, organise des séminaires de formation. La TÜSİAB a une identité institutionnelle bien établie en Azerbaïdjan. Elle publie une revue et des bulletins d’informations, ses membres participent à des émissions économiques diffusées sur les chaînes de télévision. Par ailleurs, d’après le secrétaire général de l’asso­ciation, la TÜSİAB a conseillé le gouvernement azerbaïdjanais lors de la préparation du nouveau projet de loi sur le système fiscal et s’apprête à signer un protocole avec le ministère des impôts.

63L’association se veut le porte-parole du secteur privé turc en Azerbaïdjan et aime à se prévaloir de ses bonnes relations avec les autorités du pays. Les activités de lobbying sont souvent mises en exergue. Sa légitimité repose sur sa capacité à représenter le secteur privé turc d’Azerbaïdjan et à peser sur les décisions gouvernementales. L’association insiste sur son identité azerbaïdjanaise ; il est en effet fréquent d’entendre ses membres déclarer que leurs « problèmes sont ceux de l’Azerbaïdjan » ou avoir « les mêmes problèmes que n’importe quel citoyen azerbaïdjanais ».

64Certains Turcs manifestent du mépris envers la TÜSIAB qui a été créée par des entrepreneurs proches de la communauté des Fethullahcı. Or, aujourd’hui, l’association s’est élargie à des individus qui n’ont aucun lien avec la confrérie. Par ailleurs, la TÜSIAB, perçue comme une association d’artisans et de petits commerçants, n’est pas jugée à même de protéger efficacement les intérêts du secteur privé turc en Azerbaïdjan. Quelques travaux préliminaires semblent avoir été engagés pour la création d’une nouvelle structure qui regrouperait la nouvelle génération des inves­tisseurs turcs en Azerbaïdjan. La communauté des hommes d’affaires étrangers décrit les divisions internes au sein de la communauté turque en termes de lutte entre le camp islamiste et le camp laïc. Pourtant, la division n’est que de façade. La TÜSIAB est à ce jour la seule institution du secteur privé turc en Azerbaïdjan. L’Ambassade de Turquie à Bakou, soucieuse d’embrasser la communauté turque dans son ensemble et de promouvoir les relations économiques bilatérales, affiche son soutien à l’association. Au demeurant, il est bien difficile de considérer la TÜSIAB comme une simple association d’artisans et de petits commerçants. Au sein de son conseil d’administration siègent les représentants des plus grandes firmes turques en Azerbaïdjan, dont Coca-Cola et Azercell qui ont réalisé, en 2001, 70 % des investissements turcs hors secteur énergétique.

La proximité entre Turcs et Azerbaïdjanais : atout et handicap

65Le manque de sérieux des entrepreneurs turcs de 1992 est communément reconnu ; leur approche opportuniste suffit à expliquer leurs déboires. Mais, l’entrepreneur respectueux des critères du professionnalisme peut aussi souf­frir de la proximité qui existe entre Turcs et Azerbaïdjanais. Le degré de tolérance de l’investissement étranger varie en fonction des secteurs d’activité. L’investissement étranger, lorsqu’il concerne le secteur énergétique, est facilement accepté ; la collaboration se justifie ici dans la mesure où l’Azerbaïdjan a besoin d’acquérir le savoir-faire.

66Or, les Turcs opèrent dans des secteurs d’activité où le processus d’apprentissage est relativement court. Dans le secteur des services, en particulier, le collaborateur azerbaïdjanais apprend le métier avec une grande rapidité et à la certitude de pouvoir réussir facilement « tout ce qu’un Turc réussit ». Une entreprise qui prospère attise l’envie et devient une cible. Une conception biaisée de la concurrence favorise les stratégies visant tout simplement à prendre possession de l’entreprise qui réalise des profits importants. Un grand nombre d’entrepreneurs turcs se plaignent d’avoir été « expulsés » par leurs propres associés qui pensaient ne plus avoir besoin de leur collaboration. Il se trouve que l’entrepreneur turc, qui est rarement propriétaire du terrain, a besoin d’un collaborateur local. Par ailleurs, investir hors secteur énergétique nécessite de s’insérer dans le contexte socio-économique de l’Azerbaïdjan et de faire face à des interlocuteurs variés. L’étranger qui investit dans le secteur énergétique agit, lui, dans un périmètre circonscrit ; son champ d’action est à l’abri d’éventuelles interférences.

Notes

1 Entretien avec M. Ünal Çeviköz, ambassadeur de Turquie à Bakou, paru dans la revue Consulting and Business, février 2002, p. 10-11.

2 Le terme utilisé en azéri est « kaçkın » et non « mülteci ». Le terme « mülteci » est synonyme de « réfugié », tandis que le concept de « kaçkın » peut être traduit par « exilés ».

3 Türk İşbirliği ve Kalkınma Ajansı.

4 Türkiye Müteahhitler Birliği

5 Azerbaycan Türk Sanayici ve İşadamları Beynelhalk Cemiyeti.

6 Expression utilisée par un homme d’affaires turc de Bakou.

© Institut français d’études anatoliennes, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search